Archives par mot-clé : Norodom 1er

Grégory Mikaelian : Areno, le prince des mots [séminaire CASE – 12 décembre 2013]

Séminaire général animé par

Andrée Feillard et Rémy Madinier

Logo_CASE


Sociétés d’Asie du Sud-est : permanences et mutations

 

Jeudi 12 décembre :

Grégory MIKAELIAN, CASE-CNRS

Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto
Areno Iukanthor, Cambodgian painter and prince, grandson of the king Nobodom Ist. © Roger-Viollet / Topfoto

Areno, le prince des mots.

Un aristocrate khmer à l’école des humanités françaises

(1896-circa 1969)

Occulté par les élites cambodgiennes qui en ont pourtant conservé le souvenir, ignoré des enquêtes littéraires et méconnu des livres d’histoire, Areno Iukanthor nous plonge aussi bien dans l’orientalisme français des années trente que dans la course au trône du Cambodge ou dans l’imaginaire de l’aristocratie khmère post-angkorienne (XVe-XIXe siècle), dont il revendiqua haut et fort la tradition. Petit-fils du roi Norodom (r. 1860-1904), cette figure d’excellence fut élève aux Beaux-Arts de Paris dans les années 1920 avant de devenir un petit prince des arts et des lettres parisiennes. Peintre et poète, il fut aussi un polémiste de talent qui dénonça vigoureusement les travers du Protectorat, n’ayant de cesse de ferrailler par les mots contre une nouvelle élite de parvenus, souvent d’anciens interprètes installés aux postes clefs par les Français, aux dépens des princes du sang.

Pour livrer ce combat méta-politique, il employa les armes textuelles de la culture humaniste acquise sur les bancs de l’université française. Initié à l’école des maîtres de la science orientaliste et marié à une artiste française, il incarne dans le même temps une recherche de dialogue entre l’Orient et l’Occident, à une époque où cette question structure le champ intellectuel métropolitain, autour de personnalités comme Sylvain Lévi, René Guénon ou Romain Rolland, qu’il côtoya tous les trois. Tour à tour sorélien, maurassien, guénonien, puis rosicrucien adepte de la synarchie, son éclectisme politique et spirituel évoque le parcours de certains « non conformistes » des années trente, mais aussi, et peut-être surtout, une manière propre aux aristocraties cambodgiennes de faire synthèse de diverses influences étrangères pour refonder une vision du monde qui fasse sens, hic et nunc.

Le jeudi de 10 heures à 12 heures. Salon du premier étage
Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75016 Paris

M° Iéna ou Trocadéro