Archives par mot-clé : Nguyen Viet Dung

Việt Nam : Thêm ba nhà hoạt động lãnh án tù [RFI]

[ndlr] Jeudi 12 avril 2018 : trois dissidents jugés pour subversion à Ha Tinh et Nghe An.

Hôm nay 12/04/2018 có thêm ba nhà hoạt động tại Việt Nam lãnh án tù tại ba phiên xử khác nhau, trong bối cảnh chính quyền gia tăng trấn áp. Tuần trước, bảy thành viên Hội Anh Em Dân Chủ cũng đã bị tuyên các bản án tù giam nặng nề.

Tại Hà Tĩnh, bà Trần Thị Xuân, thành viên Hội Anh Em Dân Chủ, bị kết án 9 năm tù giam và 5 năm quản chế, với cáo buộc « hoạt động nhằm lật đổ chính quyền » theo điều 79 Luật Hình sự. Gia đình không được thông cáo về phiên xử và đã bà ra tòa mà không có luật sư bào chữa.

Trong một phiên tòa khác chỉ kéo dài hai tiếng đồng hồ ở Nghệ An, ông Nguyễn Viết Dũng bị 7 năm tù giam và 5 năm quản chế, theo điều 88 Luật Hình sự về tội danh « tuyên truyền chống Nhà nước ». Ông Dũng, người thành lập đảng Cộng Hòa, đã bị bắt giam từ tháng 9/2017.

Nguyễn Viết Dũng từng tham gia những cuộc biểu tình phản đối nhà máy thép Formosa xả chất thải độc hại, gây ra thảm họa cá chết hàng loạt ở vùng duyên hải miền Trung. Ông cũng kêu gọi đa đảng, tự do báo chí và cho các tổ chức xã hội dân sự được hoạt động.

Phiên tòa thứ ba diễn ra tại Hà Nội. Ông Vũ Văn Hùng, nguyên là giáo viên và là thành viên Hội Anh Em Dân Chủ, bị tuyên án một năm tù giam, với cáo buộc « cố ý gây thương tích ». Ông bị bắt hồi tháng Giêng trên đường đi đến gặp các giáo viên khác. Trước đó, ông từng tham gia các cuộc biểu tình chống Trung Quốc.

Hãng tin Pháp AFP dẫn tuyên bố của Human Rights Watch tố cáo ý định của Hà Nội nhằm triệt hạ mạng lưới các nhà ly khai. Amnesty International cho biết có ít nhất 97 tù nhân lương tâm tại Việt Nam.

Source : RFI, 12/04/2018.

Les condamnés du jeudi 12 avril 2018 : photo du haut Vu Van Hung, photos du bas Nguyen Viet Dung et Tran Thi Xuan © DR

Autres sources :

Image « à la une » : Mme Tran Thi Xuan du groupe Fraternité pour la Démocratie jugée à Ha Tinh le jeudi 12 avril 2018 © DR

Vietnam: Activists on trial as crackdown on peaceful activism continues

[ndlr] Appel d’Amnesty International pour la libération de deux activistes jugés le 12 avril 2018. La répression continue.

Ahead of the separate trials on April 12 of two activists, Nguyễn Viết Dũng and Vũ Văn Hùng, in Viet Nam, James Gomez, Amnesty International’s Regional Director for Southeast Asia and the Pacific, said:

“Nguyễn Viết Dũng is a brave young activist in a country where human rights are under attack. This man has already served time in prison for his peaceful activism once before. To ensure there is no repeat of this injustice, the authorities of Nghệ An province must immediately drop all charges against Dũng and release him immediately.

“Vũ Văn Hùng is a prisoner of conscience who has been held in pre-trial detention on trumped-up, politically motivated charges for several months. He has done nothing but peacefully defend human rights and should never have been detained in the first place.

“After throwing a record number of human rights defenders in jail last year, the Vietnamese authorities have made another deeply troubling statement of intent by bringing these two activists before the courts. It sends a clear signal that there is to be no let-up.”

Lire la suite : Amnesty International

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung jugé par le tribunal populaire de la province de Nghe An © DR

Peine réduite pour un homme condamné pour troubles à l’ordre public [Le courrier du Vietnam]

[ndlr] Procès en appel pour Nguyen Viet Dung : 12 mois de prison pour filiation affichée à l’ancienne république vaincue en 1975. Dépêche de l’Agence vietnamienne d’information (AVI).

La justice a réduit vendredi 11 mars en appel la peine d’un homme condamné pour troubles à l’ordre public selon l’article 245, clause 2, alinéa d, du Code pénal, apprend-on du Tribunal populaire de Hanoi.

L’accusé Nguyên Viêt Dung, âgé de 30 ans et domicilié dans la province de Nghê An, qui a été jugé en première instance le 14 décembre 2015 par la Cour populaire de l’arrondissement de Hoàn Kiêm, Hanoi, pour le même chef d’accusation.

Dung a vu sa peine réduite de 15 mois à 12 ans de prison. La Cour d’appel a estimé que l’homme avait fait preuve d’un « changement de prise de conscience » justifiant une réduction de peine.

Il lui était reproché d’avoir utilisé son compte Facebook pour inciter certains éléments à participer à un défilé non autorisé, le 12 avril 2015 au bord du lac de Hoàn Kiêm, en plein centre-ville dont il avait appris la nouvelle par Internet et pour lequel il avait conçu et commandé 19 tee-shirts noirs.

Le 12 avril 2015, il avait distribué des tee-shirts noirs à quatre personnes pour se faire photographier. Ils se sont joints ensuite au défilé avec 40 à 50 autres autour du lac, en scandant des harangues, ce qui avait mis en cause la sécurité et la l’ordre publics. VNA/CVN

Source : Le Courrier du Vietnam, 11/03/2016.

NguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Nguyen Viet Dung en uniforme lors de la manifestation écologique « Pour un Hanoi vert » à Hanoi le 12 avril 2015 © DR

Notre commentaire : Nguyen Viet Dung n’a jamais troublé l’ordre public puisqu’il manifestait pacifiquement en compagnie de dizaines d’autres personnes qui n’ont pas été inquiétées par la Sécurité publique. Mais en affichant publiquement sa proximité avec le régime de Saigon, il a bousculé les cadres mentaux de la propagande officielle. Un crime de lèse-majesté en RSVN quarante an après la fin de la guerre.

Gardé au secret pendant huit mois par les petits hommes en vert © Dan Lam Bao

Voir notre précédent sur cette affaire billet : Nguyễn Viết Dũng : condamné pour un symbole

Le 11 mars 2016 à Hanoi devant le Tribunal populaire, ses nombreux soutiens réclament sa libération (les pancartes indiquent « Liberté pour Nguyen Viet Dung »).

TuDoChoNguyenVietDung

Pour en savoir plus sur cette affaire, voir le rapport de la Commission de l’ONU chargée des Droits de l’Homme en date du 15 janvier 2016 : Opinions adopted by the Working Group on Arbitrary Detention at its seventy – fourth session, 30 November – 4 December 2015. Opinion No. 45 / 2015 concerning Nguyen Viet Dung (Vietnam).

Opinion 2015 45_Vietnam_Dung_AUV

Image « à la une » : Nguyen Viet Dung lors de son procès en appel à Hanoi le 11 mars2016. Photo : Doan Tân/VNA/CVN

Nguyễn Viết Dũng : condamné pour un symbole

Le verdict est tombé le 14 décembre : 15 mois de prison ferme pour « trouble à l’ordre public ». Malgré une condamnation relativement légère, le jeune Nguyễn Viết Dũng paie son attachement aux couleurs de la République du Viêt-Nam et une certaine idée de la République. Aperçu biographique et rappel des faits :

NguyenVietDung_chandung
Nguyen Viet Dung, fondateur du Parti Républicain

Nguyễn Viết Dũng est né le 19 juin 1986 dans la province de Nghệ An (village de Trần Phú, commune de Hậu Thành, district de Yên Thành). Date symbolique s’il en est, le 19 juin était la date commémorative de l’armée nationale de la République du Viêt-nam avant 1975. Province également symbolique, le Nghệ An est considérée comme « la marmite de la révolution », d’où sont issus bon nombre de figures historiques du Viêt-Nam contemporain en lutte pour l’indépendance de leur pays et surtout il s’agit de la province natale du président Hồ Chí Minh.

Les deux parents de Dũng, Nguyễn Viết Hùng et Nguyễn Thị Diệu Hồng sont agriculteurs. La famille qui comprend cinq enfants est de condition modeste. Dũng, le seul fils, mène une scolarité brillante pendant laquelle il se passionne pour les sciences naturelles. Sa réussite scolaire est remarquée et il est sélectionné pour concourir en 2003-2004, l’année de son baccalauréat, au prix intitulé ‘Vers le sommet de l’Olympe » (Đường lên đỉnh Olympia) lors duquel il est classé troisième.

BangDuVietNam

La même année, il obtient la note de 29/30 à l’examen d’entrée  de l’Université polytechnique de Hanoi (Đại học Bách Khoa Hà Nội) le plaçant à l’époque dans les meilleurs étudiants de la province de Nghệ An. Il étudie à la Faculté de technologie de l’information. C’est au contact de cette université pendant ses études que Dũng prend conscience des problèmes sociaux et de l’injustice engendrée par la corruption et le système communiste.

Il se sent profondément affecté et meurtri par la douleur de ses compatriotes et décide qu’il ne peut rester ainsi sans agir. Il analyse les causes de la situation du Viêt-Nam et considère alors que seule un système libéral et démocratique pourrait apporter des solutions au déclin de sa nation. Il étudie l’histoire contemporaine de son pays, les différentes institutions et types de régime de par le monde et en conclut que le système politique de l’ancien régime vaincu par la guerre peut faire la différence.

Huyhiệu_LụcQuânVNCH

Selon lui, la République du Viêt-Nam (Việt Nam Cộng Hòa) possédait de nombreux avantages notamment des institutions républicaines plus humaines et plus conformes au développement économique de son pays d’autant plus que les fondements du régime communiste sont questionnés de l’intérieur par une intelligentsia en proie au doute. De cette prise de conscience, Dũng imagine la construction d’une société plus civilisée sous de nouvelles institutions républicaines. Pour atteindre cet objectif, il s’engage dans la lutte pour la séparation des pouvoirs, le multipartisme et la mise en place de véritables institutions démocratiques.

Son avis, encore très minoritaire, et son combat personnel provoquent de nombreuses pressions policières sur sa famille. Mais Dũng ne se laisse pas abattre, en bon connaisseur de la loi vietnamienne, il sait se défendre. Il entend faire entendre sa voix et diffuser ses idées dans un contexte particulièrement répressif. De l’écolier modèle à l’étudiant rebelle, son parcours se conjugue avec une détermination sans faille soulignée par ses futurs avocats.

Ses prises positions politiques dérangent, ses idées bousculent les conventions et il se fait vite repérer au sein de l’université. A la fin de l’année 2006, il est renvoyé de l’université pour des raisons politiques au motif d’avoir « profiter de l’agitation antichinoise pour faire de la propagande antiétatique et pour avoir brocardé le régime actuel ».

NguyenVietDung_quenha
30 avril 2014, le drapeau de la RVN flotte dans la province natale d’Ho Chi Minh (Nghe An), photo du centre.

A partir de 2014, il décide de mettre en œuvre son rêve politique à travers deux actions symboliques et non violentes :

  • Le 30 avril 2014, anniversaire de la chute de Saigon, il plante sur l’habitation familiale l’ancien pavillon de la République du Viêt-Nam (jaune à trois bandes rouges) défiant ainsi le pouvoir local. Le jour suivant, il est arrêté par cinq policiers et conduit au poste pour être interrogé. Depuis cet acte de dissidence publique, lui et sa famille sont régulièrement harcelés par les autorités policières locales.
  • Cet acte de défiance publique est désormais inscrit dans son projet politique. Le 2 avril 2015, soit quelques semaines avant le quarantième anniversaire de la « libération du Sud et de la réunification », Dũng alias Dũng Phi Hổ (littéralement le « Tigre volant courageux » ?) proclame officiellement sur Facebook la fondation du « Parti Républicain » (Đảng Cộng Hòa) et du groupe des « Forces armées de la République du Viêt-Nam » (Quân Lực Việt Nam Cộng Hòa). Il assume assume provisoirement la présidence du Parti républicain et administre les deux pages Facebook des groupes qu’il a créées (fermées depuis).

Il insère son combat dans un cadre juridique approprié. Foncièrement non-violente, la lutte doit permettre au Viêt-Nam de recouvrer liberté et démocratie par des moyens pacifiques en s’appuyant sur la charte des Nations Unies et les traités internationaux dont la République socialiste du Viêt-Nam est signataire. C’est donc au nom du droit que Dũng entend faire évoluer le système politique de son pays.

L’occasion se présente à Nguyễn Viết Dũng de rencontrer ses premiers adhérents. Ce doit être à Hanoi le 9 avril 2015 lors d’une manifestation écologique organisée pour protester contre la coupe des grand arbres verts de la ville. L’annonce est publique, officiellement postée sur sa page Facebook.

Le 12 avril 2015, Dũng défile en compagnie de quatre autres adhérents de son âge (une vingtaine d’années) en plein cœur de Hanoi. Le groupe revêt pour l’occasion un tee-shirt noir sur lequel est cousu au niveau de la poche droite l’écusson d’un aigle jaune portant les couleurs de l’ancienne république déchue. Il s’agit ni plus ni moins du sigle des Forces armées de cette république. Dans le dos de son tee-shirt noir, Dũng affiche un slogan en anglais « People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people », défiant ainsi les autorités.

Dans cette manifestation intitulée « Pour un Hanoi vert » (Vì một Hà Nội Xanh), le petit groupe de Dũng défile pacifiquement. Le jeune militant du Nghệ An se tient au milieu du groupe revêtant une veste militaire également cousue d’un insigne de parachutiste de l’ancienne armée. Le groupe est photographié et les images de cette incroyable performance sont diffusées sur la toile. Pour la première fois depuis la réunification du pays, un groupe de jeunes se revendiquant d’une autre tradition politique s’affiche en plein jour, publiquement et de façon totalement pacifique, juste par une présence (sans discours et sans distribution de tracts…).

NguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Manifestation « Pour un Hanoi Vert », 12 avril 2015.

A 11h du matin, la manifestation se disperse dans le calme. Alors que Dũng et ses amis quittent les lieux, ils sont arrêtés par la police et conduits au poste principal du district de Hoàn Kiếm. Ils sont maintenus en détention arbitrairement et sans chef d’inculpation jusqu’au 14 avril, date à laquelle les quatre amis de Dũng sont libérés. Seul Nguyễn Viết Dũng est maintenu secrètement en détention sans avertir sa famille. A vrai dire, aucune charge réelle ne pèse contre lui car Dũng n’a commis aucun acte répréhensible selon les lois de la RSVN. Mais dans ce genre d’affaire, pour justifier une incarcération illégale et abusive, les autorités vont le poursuivre pour « troubles l’ordre public » (Gây rối trật tự công cộng) pour son comportement en vertu de l’article 245 du code pénal.

Nguyễn Viết Dũng est ainsi maintenu en détention sans aucun jugement pendant huit mois. Les autorités enquêtent et fouillent dans son passé sans doute pour alourdir l’accusation. L’habitation familiale est perquisitionnée. On ne trouve rien de plus. Entre avril et octobre, sa famille lui rend six fois visite mais ne peut entrer en contact direct avec lui. Seuls quelques affaires et de la nourriture sont récupérés par la police. Dũng est confiné au secret comme un gros poisson du terrorisme.

NhomNguyenVietDung_Hanoi_12-04-2015
Dung Phi Ho et ses quatre mousquetaires au bord du Petit Lac à Hanoi le 12 avril 2015.

Trois avocats puis quatre décident de le défendre (Trần Thu Nam, Võ An Đôn, Lê Văn Luân et enfin Nguyễn Khả Thành). L’avocat Võ An Đôn prend sa défense à titre gracieux tandis que la famille débourse 50 millions de dong pour les autres avocats (l’avocat Lê Văn Luân conteste auprès de la BBC avoir reçu de l’argent pour défendre Dũng). Son père réclame l’indulgence des autorités car « Dũng est trop jeune » mais il respecte l’idéal de son fils et ne voit pas comment il aurait pu l’empêcher d’aller à l’encontre de sa détermination. Une pétition est mise en ligne le 22 avril 2015 pour faire connaître le sort de Dũng auprès du parlement australien. Lors d’un échange sur la question des Droits de l’homme, l’ambassade d’Australie soulève son cas auprès des autorités vietnamiennes.

Le 14 décembre 2015, après moult pressions exercées sur ses avocats, Nguyễn Viết Dũng est jugé en première audience, à huit clos, sans victimes, sans témoins et l’accusé fait face à ses juges. Affaibli, Dũng demande sans succès l’ajournement de son procès. Ses avocats exigent également le report du procès pour vices de forme. Le jeune accusé ferme les yeux, ne répond pas aux questions et se tient devant ses juges toujours vêtu du fameux tee-shirt incriminé comme un ultime défi. Le tribunal juge donc un sigle ou un symbole plutôt qu’un accusé. L’avocat Võ An Đôn évoque un tribunal extraordinaire, une situation étrange, où figure un coupable qui n’a créé de tort à personne puisqu’il n’y a ni victimes, ni témoins, ni proches et que l’acte d’accusation de « troubles à l’ordre public » n’est guère fondé.

Le procès se déroule mal. Les avocats sont sans cesse interrompus. Ils peinent à défendre les droits de l’accusé. Aucun débat n’est autorisé et l’avocat Lê Văn Luân est expulsé de la salle d’audience après trois avertissements de la cour. En signe de protestation les trois autres quittent la salle. Dũng est finalement condamné à quinze mois de prison ferme pour son comportement jugé illégal. L’avocat Võ An Đôn analyse la condamnation relativement « légère mais très injuste pour l’accusé » car il est le seul à être condamné pour avoir manifesté ce jour-là.

UngHo_NguyenVietDung
Justice pour Nguyen Viet Dung ! Liberté pour Nguyen Viet Dung !

UngHo_NguyenVietDung2

A l’extérieur du tribunal, des dizaines de personnes brandissent des pancartes demandant « Justice pour Nguyễn Viết Dũng« , « Liberté pour Nguyễn Viết Dũng« . Son nom devient synonyme de « courage » à l’image de son prénom (« Dũng » signifiant justement « courage »). Ténacité, détermination, son image de jeune intellectuel en uniforme est relayée comme un symbole de résistance sur les réseaux sociaux et les sites d’opposition au régime.

* * *

Quelles leçons retenir de cette expérience ? Nguyễn Viết Dũng a testé les autorités et pris un risque incalculable. Il a défié la République socialiste « corrompue » en la confrontant à l’ancien modèle sudiste idéalisé. Cette comparaison, quoique l’on pense de l’ancien régime, questionne les pratiques actuelles de pouvoir de la RSVN : parti unique, concentration des pouvoirs, centralisme démocratique top-down vs multipartisme, séparation des pouvoirs, représentation populaire bottom-up. Ces questionnements renvoient à la période de discussion lors de la refonte de la constitution en 2013.

La dissidence, notamment les anciens prisonniers de conscience, n’a pas eu de mal à mettre en avant la contradiction du régime. C’est une claque pour la soi-disant politique de réconciliation nationale régulièrement agitée par la propagande d’État lors des commémorations du 30 avril. On observe que la justice, soumise au pouvoir politique, n’a eu qu’un seul rôle : celui d’infliger une punition préparée en coulisse qui prend la forme d’un avertissement envoyé à tous les candidats potentiels.

Grâce au soutien international et aux réseaux sociaux qui en ont rapidement fait un symbole, Nguyễn Viết Dũng a bénéficié d’une peine relativement clémente. La cour du tribunal populaire consciente de l’iniquité de ce procès n’a pas voulu en faire un martyr mais les autorités ont de quoi s’inquiéter. Elles devraient se demander pourquoi, dans le contexte d’un pays dirigé par un parti unique omnipotent, des jeunes, certes encore isolés, prennent ainsi le risque de défendre l’identité écrasée de 1975 et d’afficher publiquement leur préférence pour l’État républicain vaincu 40 ans après la fin de la guerre. Simple réminiscence ou malaise plus profond ? Combien de Nguyễn Viết Dũng dans les universités du pays et dans les campagnes vietnamiennes ?

FG, MàJ 16/12/2015.

nguyenvietdung-covang

Sources :

Vidéos

Image « à la une » : © Dan Lam Bao. Les autres illustrations sont extraites de Facebook.

Arrestation de jeunes manifestants à Hanoi

[ndlr] A l’approche des cérémonies du 30 avril 1975 (40e anniversaire de la chute de Saigon et de la fin de la guerre du Viêt-Nam), un groupe de jeunes a participé à une manifestation de rue pour la protection des arbres de Hanoi (« Pour un Hanoi vert ») le 12 avril 2015. Certains jeunes activistes étaient habillés d’un tee-shirt noir sur lequel apparaissait un insigne ressemblant fortement à celui de la République du Viêt-Nam défunte (1955-1975). Ils furent immédiatement arrêtés et détenus, semble-t-il, au poste central de la Sécurité publique près du lac Hoan Kiem. Un test pour la réconciliation nationale ? Photos de Nguyen Lan Thang.

VMHNX_1

VMHNX_2

VMHNX_3
L’inscription au dos indique : “People should not be afraid of their governments. Governments should be afraid of their people” © 2015 Dan Lam Bao

Source : Dan Lam Bao, 14/04/2015.

NguyenVietDung04-2015
Nguyen Viet Dung en uniforme de l’ARVN. Né en 1986, il est actuellement le « Président provisoire » du Parti Républicain créé le 2 avril 2015 dans la province de Nghe An.

Le leader de ce petit groupe se nomme Nguyen Viet Dung, un fils d’agriculteurs originaire du Nghe An né en 1986. Le 2 avril 2015, il créa le Parti Républicain du Viêt-Nam (Đảng Cộng Hòa) dont l’emblème officiel est le drapeau du Viêt-Nam nationaliste (Etat du Viêt-nam, 1948-1955 et République du Viêt-Nam, 1955-1975). Arrêté lors de la manifestation écologique du 12 avril à Hanoi, il est actuellement emprisonné pour « troubles à l’ordre public ».

MàJ 28/04/2015.

Source : FVPOC