Archives par mot-clé : Nguyen Van Dai

Vietnam: six blogueurs condamnés à des peines de prison d’une lourdeur sans précédent

[ndlr] Déclaration de l’association Reporters Sans Frontières à la suite de la condamnation de six militants pro-démocratie en RSVN, à Hanoi le 5 avril 2018.

Le procès des six blogueurs de la Fraternité pour la démocratie a été expédié en quelques heures. A l’extérieur, quelques manifestants ont tenté d’approcher le tribunal (© Vietnam News Agency – Jenny Vaughan / AFP)

Six blogueurs vietnamiens ont été condamnés à des peines de quinze, douze, neuf et sept ans de prison à l’issue d’un procès expéditif. Reporters sans frontières (RSF) demande aux partenaires du Vietnam de faire pression sur Hanoi pour que cesse cette vague de répression intolérable.

Lire la suite : RSF

« La démocratie n’est pas un crime » – Hanoi, 5 avril 2018

[ndlr] De nouveau, à l’issue d’un procès inique, des dissidents pro-démocratie ont pris des peines de prison très lourdes pour leur engagement auprès de la jeunesse et des plus démunis. Triste illustration de « l’État de droit socialiste » à la vietnamienne. « La démocratie n’est pas un crime » rappellent les citoyens téméraires qui ont protesté ce jour contre la tenue de ce procès politique.

Rappel des six sentences :

  • Nguyen Van Dai (avocat, né en 1969) : 15 ans de prison + 5 ans d’assignation à résidence ;
  • Truong Minh Duc (activiste social, journaliste indépendant, né en 1960) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Pasteur Nguyen Trung Ton (né en 1972) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Mme Le Thu Ha (enseignante et traductrice, née en 1982) : 12 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Nguyen Bac Truyen (juriste, blogueur, né en 1968) : 11 ans de prison + 3 ans d’assignation à résidence ;
  • Pham Van Troi (écrivain, né en 1972) : 7 ans de prison + 1 an d’assignation à résidence.

Nguyen Van Dai: Vietnam jails activist lawyer and five others [BBC]

Six prominent Vietnamese activists have received heavy prison sentences on charges of « attempting to overthrow » the country’s communist government.

Lawyer Nguyen Van Dai was sentenced to 15 years, while the other defendants were jailed for between seven and 12 years, relatives said on Thursday.

Several protesters who marched towards the court in Hanoi were taken away by plainclothes police.

Human rights groups have criticised the charges against the activists.

The convicted individuals are linked to the Brotherhood for Democracy, a self-described activist network.

Lire la suite / Read more : BBC Vietnamese, 05/04/2018.

Des citoyens protestent contre le procès des militants pro-démocratie. Les slogans affichent : « La démocratie n’est pas un crime » et « Justice pour l’Association Fraternité Démocratie », affichette tenue par l’ancienne prisonnière, défenseur des droits de la paysannerie,  Can Thi Theu © 2018 Getty Images

 

Lire en vietnamien :

Lire en français :

MàJ 07/04/2018.

Image « à la une » : L’avocat Nguyen Van Dai (centre) à la barre des accusés lors du procès du 5 avril 2018 © Lam Khanh via Reuters/VNA

 

Nhân Danh Việt Nam: Free Nguyễn Văn Đài

[ndlr] Campagne vidéographique pour demander la libération de l’avocat Nguyen Van Dai et de Le Thu Ha membre de l’association des jeunes démocratiques, arrêtés le 16 décembre 2015. Vidéo mise en ligne sur YouTube le 4 janvier 2016.

(Với sự góp mặt của cả ngàn người yêu chuộng tự do và công bằng.)

– Tác giả: Nhạc Sĩ Trúc Hồ
– Trình bày: Hợp Ca Asia
– Kỹ thuật video: Nguyễn Hoàng-Thanh Tâm

Ngày 16/12/2015, nhà cầm quyền Việt Nam bắt khẩn cấp Luật Sư Nguyễn Văn Đài. Ông bị khép tội “tuyên truyền chống nhà nước” theo điều 88 BLHS. Luật Sư Nguyễn Văn Đài là người kiên trì đấu tranh cho Dân Chủ và Nhân Quyền. Cùng bị bắt với ông là cô Lê Thu Hà, thành viên Hội Anh Em Dân Chủ.

#‎FreeNguyenVanDai

Viet Nam: Arrest of human rights lawyer highlights spurious commitment to human rights

[ndlr] Nguyễn Văn Đài (1969-), activiste bien connu, est de nouveau emprisonné. Son arrestation le 16 décembre 2015 pour « propagande anti-étatique » a soulevé les protestations de l’ensemble des organisations de défense des Droits de l’homme et de l’Union européenne. Communiqué d’Amnesty International ci-après.

Authorities in Viet Nam must immediately and unconditionally release human rights lawyer Nguyễn Văn Đài, who has been detained on charges of “spreading propaganda against the state” shortly after the EU-Viet Nam Human Rights dialogue was held in the capital Ha Noi, Amnesty International said today.

According to a statement by the Ministry of Public Security, Nguyễn Văn Đài was taken into police custody on Wednesday and charged under Article 88 of the Penal Code, which has frequently been used to imprison peaceful activists and human rights defenders. A search warrant was issued for his house in Ha Noi. The arrest comes a month before the once every five years National Congress of the Communist Party of Viet Nam which is often preceded by a crackdown on dissent.

“Nguyễn Văn Đài is a brave and passionate activist who has been raising awareness domestically and internationally about human rights violations in a country that tolerates no dissent. His arrest highlights Viet Nam’s spurious commitment to human rights. He must be immediately and unconditionally released,” said Champa Patel, Amnesty International Director for Southeast Asia and the Pacific.

“The timing of Đài’s arrest is worrying and may indicate the start of a crackdown on government critics similar to those which have preceded previous party congresses. Rather than locking up its critics, Viet Nam should be looking on the party congress as an opportunity to reform and to move the country towards a genuine commitment to human rights.”

Nguyễn Văn Đài is a well-known human rights lawyer and former prisoner of conscience. He founded the dissident Committee for Human Rights in Viet Nam in 2006 – now called the Vietnam Human Rights Centre – and was one of the original signatories to an online petition on Freedom and Democracy for Viet Nam which garnered the support of thousands.

Between 2007 and 2011, Nguyễn Văn Đài served four years in prison on charges of “conducting propaganda against the state”. In April 2013, he founded the Brotherhood for Democracy, and he now faces imprisonment for a second time for his commitment to human rights. If convicted for “spreading propaganda against the state”, Nguyễn Văn Đài faces between three and 20 years in prison. Since his arrest this morning, activists inside Viet Nam have been describing Đài as Viet Nam’s Pu Zhiqiang.

The arrest comes 10 days after Đài and three colleagues were brutally assaulted by 20 men in plain clothes after they had delivered a small workshop on human rights. The attack is the latest in a series of physical assaults on human rights defenders in Viet Nam over the past 18 months which have been highlighted by the UN, among others.

“The Vietnamese authorities must also take immediate steps to end intimidation, harassment and other forms of attacks against human rights defenders, and establish an independent and impartial body to investigate and bring suspected perpetrators to justice,” said Champa Patel.

Background

Amnesty International and others have repeatedly called for Article 88 to be repealed or amended to conform with international human rights law and standards, which Viet Nam is obliged to uphold as a signatory to the International Covenant on Civil and Political Rights.

Vietnamese authorities have stated that several laws relating to human rights are under preparation for approval by the National Assembly in 2016. They include the draft Amended Law on the Press, the draft Law on Association, the draft Law on Demonstrations and the draft Law on Access to Information.

Source : Amnesty International

Pour en savoir plus :

  • L’État vietnamien s’acharne contre le journalisme-citoyen, Reporters sans Frontières, 10/12/2015 : Une semaine après avoir été passé à tabac, le journaliste-citoyen Nguyen Van Dai a été arrêté pour “propagande contre l’état”. Reporters sans frontières (RSF) dénonce cette nouvelle arrestation arbitraire et exhorte les autorités à mettre un terme au harcèlement des journalistes-citoyens vietnamiens.

Image « à la une » : Nguyen Van Dai, page Facebook.

Bui Xuan Quang : Le 30 avril 2013, lettre aux amis, Vietnamiens et autres…

to-lich-30-4-1975[ndlr] En ce jour particulier pour des millions de Vietnamiens, date marquant le 38e anniversaire de la chute de Saigon, nous publions ce message de notre ami Bui Xuan Quang avec son aimable autorisation. Il rappelle que l’ombre de la défunte République du Viêt-Nam plane toujours sur le Viêt-Nam d’aujourd’hui, une ombre insistante et pleine de signification dans un pays qui commence à questionner son histoire récente, sa guerre civile et son régime politique.

* * *

Dimanche dernier, en allant écouter un ancien dirigeant de la République du Vietnam (l’ancien Sud Vietnam), M. Lê Trọng Quát, une vérité évidente me saute aux yeux : le terme « République du Vietnam » est inaltérable parce que « république » existe depuis des milliers d’années (Platon). Donc, La République du Vietnam est une expression qui pourrait durer – encore quelques milliers d’années.

Comment ignorer ces jeunes de trente ans, de plus en plus nombreux, qui visitent le « Nghĩa Trang Biên Hòa » (Le Cimetière militaire de Biên Hòa) consacré aux soldats morts pour le Sud Vietnam ? Ils nous envoient des messages exprimant leur grande tristesse, des regrets pour un régime qu’ils n’ont pas connu.

Ecoutons Nguyễn Văn Đài, un avocat qui n’avait que 6 ans à la chute du Sud-Vietnam (il est né en 1969) et qui a été condamné à 5 ans de prison pour ses appels à l’ouverture à la démocratie :

Maintenant, on me demande « que pensez-vous du 30 avril ? » Voici ma réponse : « un régime démocratique et civilisé a été vaincu par un  régime dictatorial à parti unique, totalitaire et arriéré » (Hanoï 28 avril 2013).

Or, jusqu’à l’âge de 19 ans (1988),  Nguyễn Văn Đài se réjouissait de la date du 30 avril, heureux d’être citoyen d’un pays victorieux et unifié.

Imaginons le parcours de ce jeune homme, de 1988 jusqu’à maintenant, entrecoupé par 5 ans de prison ferme, et mesurons le poids de sa déception hors de toute proportion. [1]

Le 14 avril 2013, M. Tạ Trí Hải, figure très connue des manifestants de Hanoï, a eu le courage de chanter l’air de l’hymne de la République du Vietnam (Sud) transformé avec des paroles sur le thème Đoàn Văn Vươn, l’homme qui a osé résister à la force par la force :

Trente huit ans, et nous qui vivons avec nos certitudes de la Juste Cause (« chính nghĩa »), nous ne sommes toujours pas capables, en dehors du pays,  de dessiner le squelette d’une République du Vietnam digne de ce nom, ou même de créer une maison commune pour abriter ceux qui en ont besoin – au sens propre comme au figuré. Même le drapeau jaune du Sud Vietnam n’est pas un symbole de paix, d’amitié, de liberté, de démocratie alors qu’il aurait dû être tout cela à la fois.

A Hanoï, un fait curieux, des étudiants de la Faculté de Droit portent des vêtements de sport aux couleurs du Sud Vietnam [2] :

SinhVienLuatHN

Permettez-moi de vous donner tous ces faits en vrac, sans aucune intention particulière. Cette année, sans raison apparente, le souvenir du 30 Avril me revient avec une nostalgie sourde. Tant pis, parfois il faut bien donner raison au cœur.

Dans l’histoire des cendres et du phénix, on peut voir des signes qui montrent que ce sera de là-bas, en pleine République Socialiste du Viêt Nam, que la République du Vietnam renaîtra.

Paris, 30 avril.

Bùi Xuân Quang

Notes :

[1]  LS Nguyễn Văn Đài, Nếu Việt Nam Cộng Hòa chiến thắng?, BBC, 29/04/2013.

[2] Voir : Bản tin Áo Vàng Ba Sọc Đỏ của Sinh Viên Luật Hà Nội, HNSG, 29/03/2013.

SinhVienLuatHN3
Une étudiante de la faculté de Droit à Hanoi © 2013 Facebook

Bui Xuan Quang est professeur de Tai Chi Chuan, cinéaste et reponsable du site Viet Nam infos.