Archives par mot-clé : Nguyen The Anh

Nguyễn Thế Anh, l’historien sur le fil – par Louis Raymond

Beau portrait d’un grand historien du Viêt Nam par Louis Raymond. A lire sur les Cahiers du Nem.

Nguyễn Thế Anh est un historien du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est, né en 1936, auteur de plus de 120 publications, livres ou articles. La réalisatrice de films documentaires Florence Tran avait prévu de filmer avec lui une série d’entretiens au cours des mois de juin et juillet 2021, et m’avait proposé d’animer l’un d’eux. J’ai accepté avec d’autant plus d’enthousiasme que ce devait être ma première rencontre avec un auteur aux écrits duquel je ne cesse de revenir. Portrait d’un intellectuel sur le fil, qui a toujours tenté de faire son métier sans faire de la politique, quitte à se retrouver parfois pris entre deux feux.

Lire la suite : http://lescahiersdunem.fr/nguyen-the-anh-lhistorien-sur-le-fil/

Illustration “à la une” : Le professeur Nguyên Thê Anh © 2021 Florence Tran

Giáo sư Nguyễn Thế Anh : Theo dòng lịch sử [Tạp chí Xưa và Nay]

[ndlr] Présentation de l’ouvrage du professeur Nguyên Thê Anh, Directeur d’études émérite de l’EPHE dans le numéro 494 de la revue vietnamienne Tạp chí Xưa và Nay (4-2018), p. 54-55, recension de Nguyen Duy Long.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

« Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien » par Nguyễn Thế Anh [1993]

[ndlr] A l’occasion du décès de l’historien Tạ Chí Đại Trường le 24 mars dernier et pour lui rendre hommage nous reproduisons ci-dessous un texte du Professeur Nguyễn Thế Anh, également historien, paru initialement en 1993 dans Le Médecin du Viêt Nam. Ce texte a contribué à faire connaître en France et aux États-Unis les travaux de recherche de Tạ Chí Đại Trường. Texte retranscrit ici avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions chaleureusement.

TaChiDaiTruong_VanMieu

Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard historien

Nguyễn Thế Anh

1993

Originaire du Bình Định mais venu au monde à Nha Trang, Tạ Chí Đại Trường porte la marque du cadre géographique de sa naissance, son père, lettré confucéen, ayant en effet voulu que son nom soit composé des deux principaux toponymes de la province de Khánh Hòa, le mont Đại Lãnh et la rivière Trường Giang. Son enfance passée dans une région particulièrement empreinte des souvenirs historiques du Nam Tiến (la progression du peuple vietnamien en direction du Sud) a en tout cas contribué à déterminer une vocation dont rien ne peut l’écarter depuis qu’il l’a choisie. Faisant partie des toutes premières promotions d’étudiants en histoire de la Faculté des Lettres de Saigon, il tranche déjà sur les autres par l’originalité de sa pensée. Le mémoire qu’il rédige en 1964 pour l’obtention du diplôme d’études supérieures en histoire le fait remarquer par la hardiesse de ses conceptions et la largeur de ses vues : s’appuyant sur une utilisation exhaustive des anciens documents, il y expose les tenants et les aboutissants d’une situation de guerre civile qui a débuté en réalité bien avant le XVIIIe siècle pour ne se terminer qu’en 1802. Cette étude doit être couronnée en 1970 par un premier prix littéraire en République du Việt Nam, avant d’être publiée sous le titre « Histoire de la guerre civile au Việt Nam de 1771 à 1802 ». Mais elle va aussi, après 1975, valoir à son auteur toute une série de critiques acerbes de la part des auteurs marxistes de Hà Nội s’érigeant en seuls détenteurs de la vérité, tellement ses analyses attentives à la rigueur historique se démarquent d’une interprétation orientée idéologiquement. Leur sévérité n’empêche pas du reste ces censeurs de faire de larges emprunts, bien entendu inavoués à un ouvrage qu’ils ne cessent d’éreinter.

TaChiDaiTruong_ouvrages

Mobilisé en 1964 comme tant d’autres enseignants du secondaire de sa génération, Tạ Chí Ðại Trường va passer les dix années suivantes sous les drapeaux : c’est seulement vers la fin de cette période qu’une affectation à l’État-major, au bureau du service historique de l’armée, vient apporter un certain adoucissement à son sort. Il continue cependant, malgré la servitude militaire, à mener des recherches sur l’histoire monétaire du XVIIIe siècle, à laquelle ses connaissances numismatiques l’ont poussé à s’intéresser. Il rédige en même temps une thèse de doctorat sur le soldat colonial en Cochinchine (1862-1945) : elle ne sera pas soutenue, la chute de Saigon survenant alors qu’il y met la dernière main1. Il vient à peine d’être rendu à la vie civile quand la victoire des troupes du Nord-Vietnam impose le régime communiste sur le Sud. Son ancien grade de capitaine lui vaut à ce moment une période interminable de « rééducation », de 1975 à 1981. Les souffrances physiques et morales endurées ne réussissent pourtant pas à l’abattre ; elles lui permettent au contraire d’affiner son regard sur les hommes et les choses, et les notes qu’il a prises au long de cette détention constituent un témoignage lucide d’historien, sans haine ni passion, sur toute la malédiction qu’implique la formule Vae Victis ! Il est à souhaiter que ces notes puissent être publiées un jour2. Après sa libération, Tạ Chí Ðại Trường trouve, pour subsister, un travail d’ouvrier à la coopérative de fabrique de papier Ðồng Tháp (Saigon), puis à partir de 1987, un emploi de correcteur d’épreuves dans une imprimerie. TCDT_BaiSuKhacChoVNDepuis mai 1991, il est au chômage, vivotant grâce à des commandes de traduction de romans policiers occidentaux. A cette « prolétarisation » correspond toutefois la phase la plus productive de sa vie, car l’adversité l’a extraordinairement mûri, tout en l’incitant à prendre courageusement le contre-pied des thèses et hypothèses aventureuses de l’école officielle. Il en est résulté des études et articles proposant des vues tout à fait neuves sur différents aspects de l’histoire du Việt Nam, et qui ont pu être connus à l’extérieur du pays par l’entremise d’amis dévoués. L’ouvrage intitulé « Les génies, l’homme et la terre vietnamienne »3, notamment, est une admirable synthèse d’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne.

Tạ Chí Ðại Trường se propose dans un proche avenir d’étudier l’histoire de la formation de la principauté méridionale des Nguyễn et de redresser les erreurs d’interprétation qui n’en finissent pas d’être proférées sur le XVIIème et XVIIIème siècles. Il ne renonce donc toujours pas  à perpétuer la tradition antique des historiens dignes de ce nom, celle qui conduit au refus de se plier devant la force.

Nguyễn Thế Anh, historien, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Sorbonne-Paris).

TCDT_nhung_bai_da_su_vietTexte paru dans Le Médecin du Việt Nam, journal de l’Association des Médecins du Viêt Nam, n° 8, V-VI/1993, p. 13 puis reproduit sur la couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt, California, Thanh Văn, 1996.

Image “à la une” : illustration de couverture de la 3e réédition de Thần, người và đất Việt à Hanoi en 2013.

Notes

  1. Un chapitre en a été extrait pour être publié dans la revue Văn Lang (Westminster, California), n° 1, 1991, pp. 65-87, sous le titre « Le recrutement militaire en Cochinchine pendant la Première guerre mondiale » []
  2. Ðã in dưới tựa đề Một khoảnh VNCH nối dài, Thanh Văn XB, 1993 (Chú, 1995) []
  3. Thần, người và đất Việt, Westminster, CA, Văn Nghệ, 1989, 397 p. []

Nguyễn Thế Anh : Un vingtième siècle vietnamien [parution]

NguyenTheAnh_UnXXeSiècleVietnamien[ndlr] Avis de parution d’un recueil d’articles du Professeur Nguyen The Anh. Présentation de la quatrième de couverture.

« L’émergence en 1949 de la Chine communiste étant apparue aux yeux des États-Unis comme une menace pour toute l’Asie du Sud-Est, la guerre entre la France et les Vietnamiens s’est transformée en un test de la résistance occidentale à la progression communiste. La partition du Viêt-Nam le long du 17e parallèle s’étant ensuite institutionnalisée, le Sud Viêt-Nam est devenu la sentinelle avancée de la lutte anticommuniste. Consécutivement, l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est, constituée en 1954 à Manille, a consacré la division idéologique de l’Asie du Sud-Est en deux ensembles hostiles.

Ces événements ont eu de fortes incidences sur la perception même du Viêt-Nam. En effet, dans le contexte de la guerre du Viêt-Nam, l’attention s’est portée notamment sur la définition de l’identité vietnamienne, la question étant de savoir lequel des deux gouvernements, celui de Hà-Noi ou celui de Saigon, serait le plus fondé à représenter le vrai Viêt-Nam. Autrement dit, il s’agit de spécifier les bases sur lesquelles doit être construit un État-nation moderne, sur une idéologie (plus précisément sur le communisme ou le capitalisme) ou sur une certaine conception de l’histoire et de la culture. Dans ces débats, l’histoire en particulier est devenue une discipline engagée, et les batailles d’historiens ont pris très tôt l’aspect de batailles politiques, la recherche historique étant conçue par les uns comme un moyen de mettre en accusation le colonialisme occidental, et par les autres comme une contribution à la défense de l’œuvre impériale accomplie. »

extrait de l’article “Le Viêt-Nam : une société unique ?”.

 

Tables des matières :

  • France-Indochine, un siècle de rapports politiques et culturels
  • Le Việt-Nam entre confucianisme et modernité
  • L’élite intellectuelle vietnamienne et le fait colonial dans les premières années du XXe siècle
  • Du rêve mandarinal au chemin de la révolu­tion :  Hồ Chí Minh et l’École Coloniale
  • Le Việt-Nam : une société unique ?
  • L’engagement politique du bouddhisme au Sud-Việt-Nam dans les années soixante
  • 1975 : le mécanisme d’une débâcle
  • Dissensions internes et rénovation
  • Parti communiste et libéralisation économique au Việt-Nam

Nguyên Thê Anh, directeur d’études émérite à l’École Pratique des Hautes Études, nous livre une série d’articles sur quelques points essentiels de l’histoire du XXè siècle au Viêt-Nam, où il a été recteur d’Université.

Source : Les éditions de La Frémillerie

 

Võ Long Tê : Les archipels de Hoàng Sa et de Trường-Sa … [préface de Nguyễn Thế Anh]

VoLongTe_ArchipelsHoangSaTruongSa_1[ndlr] En 1974, la République du Viêt-Nam (au Sud du 17e Parallèle 1955-1975) éditait un ouvrage capital sur la connaissance historique de l’archipel des Paracels. L’ouvrage, préfacé par le Professeur Nguyen The Anh, est désormais en ligne sur le site du chercheur Liam Kelley responsable du site Le Minh Khai’s SEAsian History Blog.

La connaissance que nous avons des îles Paracels, pour ancienne qu’elle soit, est restée longtemps imprécise et incertaine. Dans quelques ouvrages savants vietnamiens, mention en été faite dès le milieu du XVIIe siècle, mais ce n’était que description vague et représentation approximative, bâties sur des renseignements fragmentaires recueillis auprès des pêcheurs et marins qui n’avaient jamais cessé de fréquenter saisonnièrement ces îles. Il faudra attendre des missions de relevé cartographique que l’empereur Minh Mệnh y fait envoyer, la première fois en 1834 avec le “Giám thành Đội trưởng” Trương Phú Sĩ, et la deuxième fois en 1836 avec le “Thủy quân Chánh Đội trưởng” Phạm Hữu Nhật, pour que l’administration s’en forme une idée exacte. Cependant, l’on aura pas attendu pour proclamer, comme le répéteront plus tard les auteurs du Đại Nam nhất thống chí (大南ー統志)que la province de Quang Ngai englobe “à l’Est, s’échelonnant en position tranversale, des îles de sable qui, tout en s’unissant dans un ensemble à d’autres îles font de l’océan un fossé”.

Dans cette étude M. Võ Long Tê s’est attaché à nous retracer cette amélioration progressive de nos connaissances des îles Paracels dans le passé, en s’appuyant sur d’anciens textes qu’il dépouille avec une rare vigueur scientifique, en historien averti. Il faut voir ici plus qu’une oeuvre de circonstance, inspirée par un problème d’actualité : dépassant l’événement, l’auteur nous a finalement fait, avec bonheur, l’histoire de toute une politique territoriale de l’ancien Vietnam. Et c’est à un historien que je rends hommage ici.

Nguyễn Thế Anh, avril 1974.

  • Voir le texte intégral de cet ouvrage en ligne : PDF

L’historien Ta Chi Dai Truong récompensé pour l’ensemble de son oeuvre

140321_tachidaitruongLe prix Phan Châu Trinh 2013 a été récemment décerné à cinq personnalités du monde des sciences humaines, de la culture et de l’éducation. Créé en 2008, le Fonds culturel Phan Châu Trinh (Quỹ Văn hóa Phan Châu Trinh) distingue chaque année des travaux qui contribuent à la richesse intellectuelle du Viêt-Nam. Lors d’une cérémonie organisée à Hô Chi Minh-Ville le 24 mars 2014, Mme Nguyễn Thị Bình, l’ancienne vice-présidente de la RSVN, présidente de la fondation Phan Châu Trinh, a remis le prix aux personnalités suivantes :

  • Le musicien Lư Nhất Vũ et la poétesse Lê Giang pour leurs contributions à l’étude de la culture populaire du Sud (Văn hóa dân gian Nam bộ).
  • L’Américain Thomas J. Vallely, de l’université d’Havard, pour ses multiples contributions et soutiens à l’enseignement universitaire vietnamien.
  • Le traducteur et professeur Ngô Đức Thọ pour ses travaux de traduction et de diffusion de la culture Hán Nôm.
  •  L’historien Tạ Chí Đại Trường pour son oeuvre historique “originale et nouvelle”. [1]

Fait à remarquer cette année, le prix « Histoire » a été attribué à l’historien Tạ Chí Đại Trường, une personnalité respectée par ses pairs pour ses travaux importants sur l’histoire (ancienne et moderne) du Viêt-Nam ainsi que sur l’identité vietnamienne. L’historien Tạ Chí Đại Trường, résidant aux Etats-Unis à Garden Grove (Californie), n’était pas présent lors de la cérémonie de la remise de ce prix important mais a tenu à faire entendre sa voix à travers un texte lu ce jour-là [2]. Il rappelle dans ce long texte les sources historiques essentielles sur lesquelles se fondent l’écriture de l’histoire du Viêt-Nam, principalement des annales historiques édités sous la dernière dynastie des Nguyen, et souligne les apports des anciens érudits et/ou historiens comme Trần Trọng Kim, Đào Duy Anh, Hoàng Xuân Hãn, Phạm Quỳnh… Il démontre aussi tout l’intérêt qu’il y a à étudier l’histoire ancienne avec lucidité en la détachant des objectifs et pratiques politiques.

Ouvrages de Ta Chi Dai Truong © Hau Khao Co Blog
Ouvrages de Ta Chi Dai Truong © Hau Khao Co Blog

Tạ Chí Đại Trường est assurément un historien à part tant dans son parcours personnel que dans sa production historienne rigoureuse. Revenons en quelques lignes sur le premier point [3].

Il naquit à Nha Trang dans la province de Khánh Hòa et son nom fait directement référence au lieudit de sa terre natale (Đại Lãnh et Trường Giang). Il débuta ses recherches sur l’histoire et la culture de son pays dans les années 1960. En 1964, il fut remarqué dès sa maîtrise d’histoire soutenue à la faculté d’histoire de Saigon dont le sujet traitait de la guerre civile au Viêt Nam de 1771 à 1802, celle qui opposa Quang Trung au futur Gia Long. Ce travail qui questionnait la dynastie des Tây Son fut édité en 1973, près de dix ans plus tard, et reçut entre-temps en 1970 le prix littéraire national (Giải thưởng văn chương toàn quốc) en histoire attribué par la République du Viêt-Nam (Sud).

Cependant, en 1964, Tạ Chí Đại Trường comme de nombreux compatriotes fut happé par la guerre contemporaine qui frappait son pays. Mobilisé, il endossa une carrière militaire de 1964 à 1974 soit pendant dix ans, en sortit avec le grade capitaine de l’Armée républicaine avant de reprendre des études d’histoire à la faculté de Saigon. Cette décennie au sein de l’armée ne le coupa pas néanmoins des recherches historiques car il poursuivit la rédaction d’une thèse sur le soldat colonial en Cochinchine, une étude éditée au Etats-Unis quarante ans plus tard [4]. A cette époque, collectionneur de monnaies anciennes, il s’intéresse également à la numismatique du Viêt-Nam.

Ta Chi Dai Truong, soldat et historien © Thong Luan
Ta Chi Dai Truong, soldat et historien © Thong Luan

Après 1975, Tạ Chí Đại Trường rejoignit le cortège des soldats vaincus considérés comme « dangereux » et fut envoyé en camp de rééducation jusqu’en 1981. Son ouvrage primé en 1970 fut interdit. Jugé non orthodoxe, il fut critiqué pour vouloir abaisser le rôle des Tây Son au détriment de celui de Gia Long, premier empereur des Nguyen. Emprisonné, il ne cessa d’écrire et fit sortir plusieurs textes qui allaient être édités aux États-Unis grâce au soutien indéfectible du professeur et historien Nguyễn Thế Anh en France, auteur de la préface de Thần, Người và Đất Việt (Les génies, l’homme et la terre vietnamienne), publié pour la première fois en Californie en 1989 [5].

Après cette période de prison et un travail d’ouvrier dans une imprimerie, en 1994, il rejoignit les Etats-Unis à travers le programme HO, mis en place par les Américains et destiné aux anciens militaires rééduqués de l’Armée du Sud. Là, il poursuivit ses recherches et publia plusieurs ouvrages clés sur la culture et l’histoire du Viêt-Nam. En particulier, sans doute celui qui fit le plus sensation, fut Thần, Người và Đất Việt, une somme de réflexions sur l’identité vietnamienne. Selon l’historien Nguyễn Thế Anh, il s’agit “d’une admirable synthèse de l’histoire des mentalités qui éclaire l’évolution des croyances populaires dans la société vietnamienne” [6]. En 2004, Tạ Chí Đại Trường retourna au Viêt-Nam dans l’espoir de consulter directement les sources anciennes originales qu’il affecte tant mais dut se contenter de poursuivre en artisan son travail d’historien à l’aide de sources glanées dans les bibliothèques américaines ou achetées chez des bouquinistes vietnamiens.

Malgré ce parcours totalement indépendant des structures officielles et une production abordant plusieurs tabous du récit national, l’oeuvre rigoureuse et pointue de Tạ Chí Đại Trường finit par être reconnue au Viêt-Nam même. Deux de ses ouvrages furent rééditées à la fin des années 2000. Le prix qui lui est attribué confirme la place importante que ce chercheur iconoclaste occupe sur le plan de la recherche historique. Elle souligne également la reconnaissance à leur juste valeur des travaux des historiens de l’ancienne République du Sud, autrefois méprisés. Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’un jour quelques-unes de ses oeuvres soient traduites en français.

François Guillemot, 14/04/2014.

Notes

[1] Voir : Kết quả Lễ trao giải văn hóa Phan Châu Trinh lần thứ VII – 2014, Quỹ Văn Hóa Phan Châu Trinh.

[2] Texte en ligne : Diễn từ nhận giải – Tạ Chí Đại Trường, Quỹ Văn Hóa Phan Châu Trinh.

[3] Sa biographie établie par Nguyễn Thế Anh a été publiée pour la première fois dans Le Médecin du Viêt-Nam et reproduite en quatrième de couverture de l’ouvrage Những bài dã sử Việt (Nxb Thanh Văn, 1996). Nguyễn Thế Anh, “Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard d’historien”, Le Médecin du Viêt-Nam, n° 8, mai-juin 1993, p. 13. Notons que sa date de naissance n’apparaît actuellement sur aucun notice biographique.

[4] Người lính thuộc địa Nam kỳ, 1961-1945, Hanoi, Nhã Nam / Nxb Tri Thức, 2011, 382 p.

[5] Voir : Thần, Người và Đất Việt, Westminster, CA, Nxb Văn Nghệ, 1989, pp. XI-XV.

[6] Nguyễn Thế Anh, “Tạ Chí Đại Trường, la lucidité d’un regard d’historien”, art. cit.

* * *

TaChiDaiTruong_ouvrages

Ouvrages de Tạ Chí Đại Trường :

  • Lịch sử nội chiến Việt Nam (1771-1802) (1973, in lại từ bản gốc năm 1991, 2007)
  • Thần, Người và Đất Việt (1989, 2000, 2006)
  • Một khoảng Việt Nam Cộng hòa nối dài (1993), [mémoires des camps de rééducation], en ligne sur Thông Luận.
  • Việt Nam nhìn từ bên trong (cùng Nguyễn Xuân Nghĩa, 1994)
  • Những bài dã sử Việt (1996)
  • Những bài văn sử (1999)
  • Lịch sử Việt Nam trong tầm mắt người Việt: Một lối nhìn khác (200x?)
  • Bài sử khác cho Việt Nam (Sơ Thảo) (2009)
  • Người lính thuộc địa Nam kỳ, 1961-1945 (2011), voir la présentation sur le site de l’éditeur Nhã Nam.

 

Pour en savoir plus (deux entretiens en ligne) :

GS Nguyễn Thế Anh : Những năm sau cuộc đảo chính Ngô Đình Diệm

University_of_Hue[ndlr / Résumé] Alors qu’il rentre de France pour enseigner à l’Université de Huê, le Professeur Nguyễn Thế Anh revient sur la période troublée au Sud Viêt-Nam après la chute de Ngô Đình Diệm en 1964. Recteur de l’Université de Huê de 1966 à 1969, il doit s’accommoder de la fronde bouddhiste et estudiantine dans le centre du pays. Son témoignage englobe les événements tragiques du Têt 1968 à Huê lors desquels il fut épargné. On comprend pourquoi il fut profondément marqué par la situation chaotique de Huê pendant la guerre. Il termine cet entretien sur son départ du Viêt-Nam avec son épouse quelques jours avant la chute de Saigon le 30 avril 1975. Un départ pour Washington avant de rejoindre la France où il intégra le CNRS puis l’EPHE en tant que Directeur d’études.

* * *

Giáo sư sử học Nguyễn Thế Anh đã kể lại với BBC về những năm tháng hậu Ngô Đình Diệm ở Huế và Sài Gòn.

Ông Anh đáng ra đã trở về Việt Nam từ Pháp, nơi ông du học, hồi năm 1963 nhưng phải lùi lại tới năm 1964 vì cuộc đảo chính hồi tháng 11/1963.

Từ Pháp ông về Huế làm khoa trưởng rồi viện trưởng Đại học Văn khoa Huế trong tình hình mà ông nói “rất căng thẳng” vì các cuộc biểu tình phản đối liên tục của Phật tử và sinh viên.

Giáo sư Nguyễn Thế Anh cũng chứng kiến vụ Mậu Thân 1968 trong những năm về sau nhưng cho rằng nhờ may mắn và nhờ có người anh làm tướng chỉ huy của miền Bắc trong dịp Mậu Thân mà thoát nạn.

Ông cũng kể về chuyện ông đã rời Sài Gòn, bốn ngày trước khi thành phố sụp đổ, như thế nào.

Source : BBC, 07/11/2013.

 

Pour en savoir plus : Tiểu sử Giáo sư Nguyễn Thế Anh