Archives par mot-clé : Nguyen Phu Trong

Nguyen Phu Trong de nouveau au travail

[ndlr] L’information commence à faire le tour des rédactions. Selon les médias officiels, le Président de la RSVN et secrétaire général du PCV est de nouveau au travail après un mois d’absence liée à sa santé. Une vidéo du plus haut personnage de l’Etat-Parti vietnamien a été diffusée ce jour sur VTV1. Cette information devrait couper court aux différentes rumeurs qui ont envahi la blogosphère. D’autres échéances politiques attendent Nguyên Phu Trong en mai et notons qu’aucune information n’a été donnée sur sa santé personnelle.

VNA/CVN, Nguyên Phu Trong à une réunion avec les dirigeants du pays, Le Courrier du Vietnam, 14/05/2019. Le secrétaire général du Parti communiste et président du Vietnam, Nguyên Phu Trong, a présidé le 14 mai à Hanoï une réunion avec les principaux dirigeants du pays. [l’article résume son intervention]

Tổng bí thư, Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng gửi thư nhân ngày truyền thống Phòng chống thiên tai, Thanh Niên, 14/05/2019.

Ông Nguyễn Phú Trọng xuất hiện trở lại, BBC Vietnamese, 14/05/2019.

Ông Nguyễn Phú Trọng làm việc trở lại, RFA Viêt, 14/05/2019.

Tổng bí thư, Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng chủ trì họp lãnh đạo chủ chốt, Tuoi Tre, 14/05/2019.

VIDEO: Tổng Bí thư, Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng chủ trì họp lãnh đạo chủ chốt, VTV News, 14/05/2019.

Lire l’analyse de RFI accompagnée d’un entretien avec le journaliste indépendant Pham Chi Dung sur les suites de ce retour aux affaires et de la campagne anti-corruption.

Việt Nam: Sau ‘‘đột quỵ’’, Nguyễn Phú Trọng càng ”độc đoán” hơn ?, RFI, 17/05/2019.

MàJ 18/05/2019.

L’Etat-Parti vietnamien au conditionnel

Depuis l’entrée en vigueur de la loi de sécurité sur internet, l’information provenant du Viêt-Nam est quelque peu contradictoire et sujette à beaucoup de questions. Dans un environnement où les médias officiels sont quasiment les seuls relais de l’information politique et des débats au plus haut niveau de l’Etat-Parti vietnamien, les blogueurs font figure de lanceurs d’alerte. Les informations qui nous parviennent méritent néanmoins de sérieuses vérifications car non exempte de bavardages extrapolant toute réalité, voire de “fake news”. Ce qui se passe au niveau politique dans la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) doit être considéré de fait au conditionnel jusqu’à ce qu’une information devienne officielle ou soit vérifiée par les agences non gouvernementales ou les agences de presse étrangères.

L’affaire de la disparition des écrans vietnamiens de Nguyên Phu Trong, actuel secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV) et président de la RSVN, est un exemple frappant de l’opacité qu’il règne au Viêt-Nam sur le plan politique. Cette opacité est néanmoins parasitée par les plus hautes instances du pouvoir – autrement dit le bureau politique du parti – lorsque des gaffes sont commises provoquant le sarcasme de la population vietnamienne et offrant de ce pouvoir une dimension grotesque. Revenons sur les récents événements qui ont enflammé la toile et sur leurs éventuelles conséquences.

Une disparition soudaine et inquiétante

Rappel des faits. Les 13 et 14 avril 2019, Nguyên Phu Trong, secrétaire général du PCV et président de la RSVN se rendait en délégation dans le fief de son ancien rival l’ancien Premier ministre Nguyên Tân Dung dans la province de Kiên Giang1. Cette visite dans le « chaudron révolutionnaire du clan Nguyên », comme le nomme le journaliste indépendant Pham Chi Dung, 2 aurait du être une simple visite de routine lors de laquelle Nguyên Phu Trong offre les bons et les mauvais points de la gestion locale. Bien entendu, dans ce contexte particulier, le simple fait de dire « qu’il y a encore des efforts à faire » peu apparaître comme une attaque déguisée contre l’ancien clan rival3. Cette visite de deux jours fut apparemment subitement écourtée même si aucune information officielle ne confirmait ce fait. Au contraire, les médias contrôlés rapportaient unanimement la bonne tenue de cette visite comme une nouvelle victoire de Nguyên Phu Trong dans sa campagne de contrôle du bon fonctionnement de l’Etat et du Parti sous sa direction.

C’était sans compter sur une information déconcertante diffusée sur la page Facebook de Lê Nguyên Huong Tra, une blogueuse apparemment bien informée. Sa page dénommée « Cô gai dô long », pseudonyme évoquant une héroïne martiale, affirmait avec quelques données temporelles que Nguyên Phu Trong avaient dû être transporté d’urgence à l’hôpital régional à la suite d’un AVC. Cette information, non vérifiée et non confirmée ou infirmée par le pouvoir, fit un tour du monde des réseaux vietnamiens transnationaux, enflammant la toile4. D’autres informations de l’intérieur du pays suivirent affirmant que le « Tông Tich », « Secrétaire général président », comme on le nomme depuis qu’il cumule les deux fonctions, avait été transporté d’urgence à l’hôpital Cho Rây d’Hô Chi Minh-Ville puis « rapatrié » dans son fief hanoien pour être soigné dans l’hôpital militaire 108 dédié aux hauts dirigeants5. Depuis ce blocus médical ultrasecret du 14 avril aucune autre information ne semble avoir filtré. Désormais seule dans le contrôle de l’information la direction du PCV envoya des signes à répétition pour confirmer que le pouvoir n’était pas vacant. Le « Secrétaire général président » aurait, de son lit d’hôpital ou de son bureau, envoyé plusieurs missives d’ordre diplomatique : entre autres, un message d’amitié au Président nord-coréen le 18 avril et le 21 avril suivant un message de compassion au peuple du Sri Lanka victime de terrorisme pendant les fêtes de Pâques6. La dernière en date est un message de félicitations adressé au roi thaïlandais Maha Vajiralongkorn à l’occasion de son couronnement7. Rappelons que le jeudi 25 avril, les canaux médiatiques officiels reconnaissaient que le “Tông Tich” avait eu un problème de santé, une fatigue due à la surcharge de travail et qu’il serait rapidement de nouveau « au travail »8. La présidente de l’Assemblée nationale, Mme Nguyen Thi Kim Ngan, de son côté, expliquait ce décrochage soudain lors d’un déplacement dans la ville de Cantho le même jour :


S’inquiétant pour la santé du secrétaire général du Parti et président Nguyen Phu Trong, elle a déclaré que l’état de santé du dirigeant avait été affecté par les changements climatiques intervenus entre Hanoi et la province méridionale de Kien Giang, où la température atteignait 38 degrés Celsius et sa visite dans un établissement de transformation des crevettes congelées, ainsi que sa lourde charge de travail9.

Depuis, la question taraude la presse internationale : “Où est le Président du Viêt-Nam ?”10.

Page Facebook de la blogueuse Lê Nguyên Huong Tra en réponse au quotidien Thanh Niên du 6 mai 2018. Nguyen Phu Trong serait toujours hospitalisé. © Dân Lam Bao

Une oraison funèbre surprenante

Sur ces faits déjà considérables pour un pays dirigé d’une main de fer par un appareil militaire et policier omnipotent, la nouvelle officielle du décès du général Lê Duc Anh à l’âge de 99 ans était divulguée. Décédé le 22 avril, la nouvelle fut diffusée par le PCV le 27 avril et des funérailles nationales annoncées le 3 mai11. Comme à l’habitude, un Comité d’organisation des funérailles a été mis sur pieds avec à sa tête Nguyên Phu Trong, le “Tông Tich”. Ce dernier, toujours selon les médias officiels, devait apparaître le 3 mai pour présider la cérémonie. Or, ce ne fut pas le cas. L’absence de Nguyên Phu Trong, premier personnage de l’Etat-Parti, ne pouvait qu’intriguer et laisser à penser que sa santé n’était pas encore rétablie. Cette absence très remarquée suscita dans les agences de presse vietnamiennes de l’étranger (RFA, RFI, VOA…) mais aussi internationales une salve de questions sur une possible vacance du pouvoir.

Ce fait s’avéra d’autant plus troublant que pour ainsi dire les funérailles officielles de ce général important dans l’histoire du PCV furent parasitées par plusieurs choses. La première est d’ordre visuel, le reportage de plus de quarante minutes de la chaîne VTC1 relayé sur YouTube fait montre d’un certain amateurisme dans la manière de filmer12. La seconde bizarrerie, qui a fait beaucoup de bruit chez les commentateurs, est langagière. Alors qu’il présidait à la fois la cérémonie et dirigeait le Comité d’organisation (ce qui n’est pas habituel), Truong Hoa Binh, membre du Politburo vietnamien, présenta dans un lapsus révélateur l’actuelle présidente de l’Assemblée nationale en tant que « Présidente de la RSVN », charge aujourd’hui incombant toujours au “Tông Tich”, grand absent. Ce lapsus, peut-être du à une certaine fatigue, provoqua une série de sourires amusés au sein des autres membres du Politburo sauf chez la Présidente de l’Assemblée nationale. Pourtant, la question de la venue inopportune de ce lapsus peut être posée. Le journaliste indépendant Pham Chi Dung, un des meilleurs observateurs de la scène politique, faisait remarquer que la question d’un changement de présidence de la République avait dû être secrètement évoquée au sein du PolitBuro pour hanter, à ce point, l’esprit de Truong Hoa Binh13. Autre possibilité, la différence notable entre les mots « nuoc » (pays) et « Quôc hôi » (assemblée nationale) pourrait laisser penser que cette erreur était déjà présente sur le texte rédigé, lu par un Truong Hoa Binh, volontairement piégé. Et ceci dans le but de lancer un signal au sein même des instances dirigeantes du parti sur les possibles changements à venir. En outre, c’est la première fois en RSVN qu’un organisateur de funérailles (Nguyên Phu Trong) brille par son absence mais se signale par une couronne de fleurs adressée au défunt (Lê Duc Anh)14. Ces bizarreries ainsi que d’autres ont été reprises dans une vidéo de RFA et mises en avant dans un article du site d’opposition Tiêng Dân15 :

Quoi qu’il en soit, cette bourde ajoute un peu plus de crédit à la disparition inquiétante de Nguyên Phu Trong, dont « la mort par empoisonnement » a été annoncée sur des réseaux peu fiables16. Le problème reste que si Nguyên Phu Trong ne réapparaît pas ces prochains jours ne serait-ce qu’en convalescence sur son lit d’hôpital ou à son bureau, les rumeurs sur la gravité de son état de santé risquent fort de s’amplifier sur la toile. Le Politburo actuel n’aura pas d’autre choix que d’informer sa population du rétablissement du “Tông Tich” dans ses fonctions ou de son remplacement. Pour l’heure, le peuple des rues s’amuse ou se désole d’une situation rocambolesque au plus haut niveau du pouvoir.

Un pouvoir enfermé dans le secret… médical

Ces informations remises dans le contexte politique général du Viêt-Nam sont importantes. Le cercle très fermé des instances dirigeantes de ce pays a eu à subir depuis quelques années des disparitions non totalement élucidées et toujours sujettes à des supputations liées à une guerre sourde entreprise entre plusieurs clans. Depuis l’éviction de Nguyên Tân Dung lors du Douzième congrès du PCV en janvier 2016, Nguyên Phu Trong, alors secrétaire général du PCV reconduit, lança une campagne anti-corruption d’envergure que les observateurs attentifs purent décrypter comme une attaque en règle contre les réseaux politico-économiques liés à l’ancien Premier ministre. Nous ne reviendrons pas ici sur ces faits avérés. De fait, cette campagne qui fait régulièrement tomber des têtes dans les milieux politico-économiques, engendra sans aucun doute un certain désordre ou de la suspicion au sein de l’Etat-Parti : qui serait la prochaine cible du secrétaire général du PCV ? A la suite des décès de Nguyên Ba Thanh en 2014 puis de l’ancien Président de la RSVN en 2018, sans compter du départ de personnalités clés tombées malades, les rumeurs d’empoisonnement planent sur le bureau politique vietnamien. Pour couper court à toutes supputations en la matière, en novembre 2018, une loi concernant l’extrême confidentialité de la santé des dirigeants avait été votée comme le rappelle Giang Nguyen de la BBC :

En novembre dernier, le Vietnam a adopté une loi visant à classer la santé des principaux dirigeants du parti et des représentants du gouvernement dans la catégorie des “secrets d’État”, dans le but de les protéger des rumeurs malveillantes et de ce qu’ils considèrent comme des “attaques anti-gouvernementales des forces hostiles”17.

Cependant, cette dernière disposition ne semble pas mettre un frein aux spéculations, au contraire. Le pesant silence qui règne autour de la santé des dirigeants engendre plus que jamais des bavardages sur la toile qui tendent à discréditer le pouvoir en place. Car de deux choses l’une, soit l’accident de santé n’est pas grave et une image confirmant la remise sur pied du dirigeant devrait être diffusée dans les médias, soit la santé du dirigeant âgé de 75 ans est durablement affectée et une relève politique doit être envisagée18.

Le 6 mai, le quotidien californien Nguoi Viet soulignait la contradiction flagrante entre les versions diffusées sur la santé du “Tông Tich”. D’un côté, la version officielle affirmant que Nguyên Phu Trong, à travers une action diplomatique continue dans des messages adressés à l’étranger, était de nouveau au travail, de l’autre côté, les versions non officielles plus alarmistes présentant le dirigeant comme encore lourdement affecté par cette attaque : paralysie partielle, difficulté de s’exprimer et de se mouvoir. Selon une dernière rumeur rappelée par ce quotidien, Nguyên Phu Trong aurait été transporté secrètement au Japon pour être soigné. Cette situation rappelle mot pour mot celle de l’ancien président Trân Dai Quang présenté par la propagande d’État comme toujours actif avant son décès19.

***

Comment conclure provisoirement sur cette affaire ? Elle démontre une fois de plus l’importance sinon l’urgence de l’établissement de la liberté de la presse dans ce presse toujours recensé dans les rangs les plus bas du classement mondial20. Ceci permettrait à minima d’éviter d’une part les « fake news officieuses » abondantes sur la situation politique du pays et les « manipulations officielles » qui cache délibérément à l’ensemble de la population la réalité de conduite du pouvoir et notamment la question de la santé de ses plus haut dirigeants. A ce titre, les réseaux sociaux donne le ton du discrédit qui règne sur l’Etat-Parti21. Le mécontentement provient également des rangs des membres du parti, pas plus ou mieux informés que le citoyen lambda22. Le “Comité d’éducation et de propagande” de l’Etat-Parti (en abrégé Ban Tuyên Giao) est raillé par la population comme étant le “Comité d’éducation du mensonge” (Ban Tuyên Lao). Le “Tông tich” Nguyên Phu Trong sous le secret politico-médical, la réponse dans quelques semaines à la fin mai, lors de la prochaine session de l’Assemblée nationale… L’Etat-Parti ne pourra rester longtemps sans une présidence de la république visible et une direction politique opérationnelle.

FG, 06/05/2019 MàJ 07/05/2019.

Sur Mémoires d’Indochine, voir les brèves : Nguyên Phu Trong, secret médical ? (18/04/2019) et Nguyên Phu Trong – 28 minutes -Arte (14/04/2019)

Deux articles intéressants reviennent sur cette affaire et les prochaines échéances qui attendent Nguyên Phu Trong et le PCV plus généralement.

MàJ 13/05/2019

Notes

  1. Voir les photographies de cette visite sur le site du journal Thanh Niên : Bach Hy, Tổng bí thư, Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng thăm, làm việc tại Kiên Giang, Thanh Niên, 14/04/2019 []
  2. Voir : Pham Chi Dung,Nguyễn Phú Trọng ‘mất tích’ trong đám tang Lê Đức Anh, điều gì đang xảy ra?, VOA Tieng Viet, 03/05/2019 []
  3. A titre d’exemple, dans le langage du Parti : Tổng Bí thư, Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng thăm, làm việc tại Kiên Giang, Công Thuong, 14/04/2019 []
  4. Mạng xã hội ồn ào tin sức khỏe TBT, Chủ tịch Nguyễn Phú Trọng, BBC Vietnamese, 14/04/2019, MàJ 15/04 ; Thực hư về tình hình sức khỏe của TBT-CTN Nguyễn Phú Trọng, VOA, 17/04/2019 []
  5. La plupart de ces informations ont été divulguées par un site d’information en ligne Thoi Bao localisé à Berlin. Cf. le mot clé “Nguyen Phu Trong” pour suivre ce “feuilleton” à rebondissement []
  6. Voir : Bộ Ngoại giao thông tin về tình hình sức khỏe của Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng, Dân Tri, 25/04/2019 []
  7. Voir : VNA/CVN, Nguyên Phu Trong félicite le roi de Thaïlande pour son couronnement, Le courrier du Vietnam, 05/05/2019 []
  8. Voir : Le dirigeant Nguyen Phu Trong reprendra son travail bientôt, Vietnam +, 25/04/2019 ; Khánh Lynh – Cửu Long, Bộ Ngoại giao nói về sức khỏe của Tổng bí thư, VnExpress, 25/04/2019 []
  9. La présidente de l’AN rencontre des électeurs à Can Tho, Vietnam +, 26/04/2019 []
  10. Nguyen Phu Trong: Where is the president of Vietnam?, BBC News, 03/05/2019 ; information reprise en Espagne : Nguyen Phu Trong: la extraña desaparición del presidente de Vietnam, El Diaro, 05/05/2019 []
  11. Voir : Communiqué spécial sur le décès de l’ancien président Lê Duc Anh, Le Courrier du Vietnam, 27/04/2019 []
  12. Voir l’ensemble du reportage des funérailles en ligne : https://youtu.be/xz8mUodZFBE []
  13. Pham Chi Dung, art. cit., VOA []
  14. Voir plus en détail : TBT Nguyễn Phú Trọng chỉ ‘gửi vòng hoa viếng’ Đại tướng Lê Đức Anh, BBC Vietnamese, 03/05/2019 []
  15. Quốc tang Lê Đức Anh: Những chi tiết lạ, Tiêng Dân, 04/05/2019 []
  16. Voir par exemple les chaînes KTV, Thông Tân Viêt, Tin Tuc Da Chiêu, VN Live, Vote TV sur YouTube. D’autres chaînes comme Sai Gon Ngay Moi ou N10 TV commentent allègrement la présente affaire : Tin Chiều 6/5 Sức khỏe của Tổng Bí Thư Trọng k còn hy vọng, Ai sẽ thay thế ông 2 ghế bây giờ?, 05/05/2019 []
  17. Nguyen Phu Trong: Where is the president of Vietnam?, BBC News, 03/05/2019 []
  18. La question est d’ailleurs déjà posée par le journaliste Ngô Nhân Dung : Ai kế vị Nguyễn Phú Trọng?, Nguoi Viet, 03/05/2019 []
  19. Ông Trọng ‘gửi thư chúc mừng’ trong lúc đang ‘tập đi, tập nói’?, Nguoi Viet, 06/05/2019 []
  20. La RSVN se trouve au 176e rang mondial de la liberté de la presse sur 180 pays selon Reporters Sans Frontières : https://rsf.org/fr/vietnam . La France non exempte de critiques se trouve à la 32e place []
  21. L’ancienne blogueuse dissidente Me Nâm, expulsée aux Etats-Unis, rend compte de l’état d’esprit de la population s’exprimant sur les réseaux sociaux. Les derniers événements sont reçus avec “curiosité et jubilation”. Pour la dissidente, une “révolution de la peur” est aujourd’hui possible au Viêt-Nam dans ce sens qu’elle change pourrait changer de camp, voir “Lòng dân” thời 4.0 – Sự khởi đầu của “cuộc cách mạng sợ hãi” tại Việt Nam?, Dân Làm Bao, 05/05/2019 []
  22. A titre d’exemple voir les demandes de clarification de Lê Thanh Tung, électeur du 3e arrondissement, à Nguyên Thiên Nhân, secrétaire du PCV à Hô Chi Minh-Ville. Réponse du responsable politique : “Je pense que les électeurs verront bientôt le camarade secrétaire général au travail” sans plus de précisions. Voir : ‘Tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng sẽ sớm xuất hiện làm việc’, Tuoi Tre, 07/05/2019 []

Nguyen Phu Trong, secret médical ?

Nguyen Phu Trong, Président de la RSVN et Secrétaire général du PCV © VOV

Depuis le 14 avril dernier, le nom du Secrétaire Général du PCV et Président de la République socialiste du Viêt-Nam, Nguyen Phu Trong, apparaît dans le top 10 des recherches sur la toile au Viêt-nam. L’ effervescence notable sur les réseaux sociaux fait suite à un problème de santé du personnage le plus haut placé de l’Etat-Parti vietnamien âge de 75 ans lors d’une visite dans la province de Kiên Giang. Au delà des rumeurs d’hémorragie cérébrale, voire d’empoisonnement, voici deux analyses intéressantes sur la gestion de cette affaire et les conséquences politiques (internes et diplomatiques) qui pourraient en découler. La presse du pays reste silencieuse sur le sujet appliquant la stricte règle du secret médical concernant la santé des dirigeants du pays.

  • Analyse du journaliste indépendant Phạm Chí Dũng :

VNTB – Bị ‘choáng’, ‘Tổng tịch’ sẽ hủy bỏ ‘đi Trung trước khi đi Mỹ’?, Viet Nam Thoi Bao, 17/04/2019. Publié également sur le site VOA.

  • Analyse du journaliste Phạm Trần sur la crise de gouvernance :

Khủng hoảng lãnh đạo ở Việt Nam, Tieng Dan, 18/04/2019.

Notons que la page vietnamienne Wikipedia dédiée à ce dirigeant a été mise à jour le 16 avril 2019. Se fondant sur un article de la BBC, programme en vietnamien, elle signale que Nguyen Phu Trong aurait été victime d’un accident vasculaire cérébral le 14 avril et que sa santé s’est depuis stabilisée.

Le journal californien Nguoi Viet [Le Vietnamien] rappelle l’origine de cette information, divulguée sur la page Facebook de Lê Nguyễn Hương Trà : Truyền thông Việt Nam đồng loạt loan tin về ông Nguyễn Phú Trọng, Nguoi Viet, 18/04/2019.

MàJ 18/04/2019.

[à suivre]

Nguyen Phu Trong – 28 minutes – ARTE

[ndlr] Si vous n’aviez pas vu ce Bonus de 3 minutes de l’émission d’Arte “28 minutes” le voici. Un tantinet irrespectueux pour l’intéressé. Disponible du 28/02/2019 au 28/02/2020. De quoi préparer le prochain congrès du PCV.

Avec une touche d’humour et un zeste de mauvaise foi, Thibaut Nolte tire le portrait d’un « méchant » ou d’un « gentil » qui fait l’actualité. Aujourd’hui, notre journaliste se demande s’il faut lâcher Nguyen Phu Trong, le président communiste et autoritaire du Vietnam.

Source : ARTE

Dernière nouvelle : Le secrétaire général du PCV et Président de la RSVN en tournée dans le sud du pays dans la province de Kiên Giang, ‘fief’ de l’ancien Premier ministre, serait subitement tombé malade. Il serait actuellement hospitalisé. Voir l’affolement sur la blogosphère et l’analyse autour de cette situation (pas totalement inédite) concernant la santé des dirigeants du pays, marquée du sceau du secret d’Etat :

CTV Danlambao – Chiều ngày 14/4/2019, mạng xã hội xôn xao trước tin tổng bí thư kiêm chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng đã phải nhập viện trong lúc đến làm việc tại Kiên Giang, nơi được coi là “cái nôi” của gia tộc cựu thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng.

Công dân mạng người Việt trên Facebook và Google hôm Chủ nhật 14/4 xôn xao tìm kiếm tin về sức khỏe Tổng Bí thư, Chủ tịch nước Việt Nam Nguyễn Phú Trọng.

SÀI GÒN, Việt Nam (NV) – “Sáng 15.4: đã tỉnh và ăn cháo. Chiều 15.4: vẫn Chợ Rẫy.” – Đó là những dòng cập nhật về sức khỏe của ông Nguyễn Phú Trọng, tổng bí thư, chủ tịch nước CSVN, trên trang facebook Lê Nguyễn Hương Trà vào cuối ngày 15 Tháng Tư, 2019, theo giờ Việt Nam.

Trong hai ngày 14/4 và 15/4, các trạng mạng ở Việt Nam dồn dập đưa tin về tình trạng sức khỏe của Tổng  Bí thư kiêm Chủ tịch nước Nguyễn Phú Trọng, người vừa có chuyến thăm tỉnh Kiên Giang từ ngày 13/4 đến 15/4.

MàJ 15/04/2019.

Carlyle A. Thayer: “Vietnam: Expanded Powers for the President-Secretary General”

[ndlr] L’analyse du chercheur australien Carlyle Thayer sur le rôle de Président de la RSVN cumulé avec celui de Secrétaire général du PCV. Document édité par Thayer Consultancy, 4 octobre 2018.

Vietnam is a one-party state led by the Communist Party of Vietnam (CPV). The most senior members of the Politburo hold the four top party-state leadership posts: Secretary General of the CPV, State President, Prime Minister and Chair of the National Assembly Standing Committee. Ministers and their equivalent rank in Cabinet are invariably members of the CPV Central Committee. Every ministry and government agency, the people’s armed forces, and mass organisation has an internal party committee.

[…]

The decision by the eighth executive session, or plenum, of the CPV Central Committee to nominate Nguyen Phu Trong to simultaneously hold the posts of party Secretary General and State President will weaken if not erode the informal system of checks and balances that has been in place since the adoption of the 1992 Constitution of the Socialist Republic of Vietnam.

Lire la suite : PDF en ligne sur le site Viet Studies.

Autres articles de Carlyle A. Thayer sur le portail Scribd

Vietnam : le chef du PC, tenant de la ligne dure, devrait devenir président

[ndlr] L’AFP confirme ce que les observateurs attentifs prédisaient : l’actuel secrétaire général du parti communiste vietnamien est désigné pour cumuler sa fonction avec celle de président de la République socialiste du Viêt-Nam sur le modèle de son homologue chinois. A lire dans L’Express et sur les médias vietnamiens.

Hanoï – Le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong, un tenant de la ligne dure, devrait prochainement devenir le président de son pays et ainsi être le premier à cumuler ces deux postes depuis Ho Chi Minh, père de l’indépendance.

Nguyen Phu Trong, 74 ans, connu pour être un conservateur ayant orchestré une lutte à la fois contre la corruption qui a conduit en prison des dizaines d’anciens responsables politiques, banquiers et autres cadres, et contre les dissidents, a en effet été investi mercredi par la direction du PCV, le parti unique, seul candidat pour les fonctions de chef de l’État. […]

Le parlement doit en effet entériner sa nomination au cours de la session qui s’ouvre le 22 octobre.  […]

Nguyen Phu Trong “sera l’homme le plus puissant de l’histoire du Vietnam après Ho Chi Minh (mort en 1969) et l’ancien chef du parti (de 1960 à son décès en 1986) Le Duan“, a dit à l’AFP Tran Vu Hai, un expert en sciences politiques.

Lire la suite : L’Express, 03/10/2018.

Voir aussi :

David Hutt, “All of Vietnam’s power is in Trong’s hands,” Asia Times, 04/10/2018. Communist Party General Secretary Nguyen Phu Trong is set to assume the presidency, an unprecedented consolidation of power that could make him the Xi Jinping of Vietnam.

Thanh Phuong, “Việt Nam : Tổng bí thư Nguyễn Phú Trọng sẽ kiêm chủ tịch nước,RFI, 03/10/2018. Theo tin từ báo chí trong nước, chiều nay, 03/10/2018, Văn phòng Trung ương Đảng Cộng Sản Việt Nam vừa thông báo là Hội nghị lần thứ 8 Ban Chấp hành Trung ương với tỷ lệ phiếu thuận 100% đã quyết định « giới thiệu » tổng bí thư đảng Nguyễn Phú Trọng để Quốc Hội Việt Nam bầu vào chức chủ tịch nước.

Xuân Hai, “Trung ương thống nhất giới thiệu Tổng Bí thư Nguyễn Phú Trọng để Quốc hội bầu giữ chức Chủ tịch Nước,” Lao Dong, 03/10/2018.


Rappel de la biographie de Nguyen Phu Trong sur la BBC et du débat sur le cumul des mandats de l’État-Parti, programme en vietnamien (3 premières minutes) :

Sur les médias d’opposition en ligne, le 100% des voix du Comité exécutif du 8e Plenum provoque de multiples railleries. Sous le dessin suivant du caricaturiste Ba Bui, deux Nguyen Phu Trong sont mis en scène. Le premier déclinant ce qu’il avait déclaré à la presse en mai 2015 : “Un secrétaire [du Parti] cumulant la présidence [de la RSVN] c’est beaucoup trop. Qui le contrôlera ?” La réplique virtuelle du seconde Nguyen Phu Trong, trois ans plus tard : “100 % parce J’AI aussi voté pour MOI !”.

Source : Dân Làm Báo

Belles perspectives… : discours officiel vietnamien et contre-discours à l’occasion du partenariat France Viêt-Nam

[ndlr] Nous publions sur ce billet les deux discours qui se sont croisés (et percutés) à l’occasion de la venue en France de Nguyen Phu Trong, le Secrétaire général du Parti communiste du Viêt-Nam (PCV) du 26 au 28 mars 2018. Ce voyage officiel du “numéro un” de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) a été organisé dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Viêt-Nam (1973) et du 5e anniversaire du Partenariat stratégique signé à Paris le 25 septembre 2013.

La voix du dirigeant…

Le premier texte intitulé “Belles perspectives des relations vietnamo-françaises” est une tribune officielle du Secrétaire général du PCV publiée par le journal Le Monde dans sa rubrique “Publicité”. Il s’agit plus précisément d’un publi-communiqué, une technique de marketing plutôt prisée par les entreprises1. Car vous l’avez compris, cette publicité payante2 vise à promouvoir les relations franco-vietnamiennes dans le cadre du Partenariat stratégique signé entre les deux pays en septembre 2013. C’est donc un exercice (assez rare de nos jours) de propagande d’État. Le chef d’un État-Parti, le PCV étant l’unique parti politique autorisé au Viêt-Nam, s’accorde cette façade publique dans la presse française pour faire entendre la voix officielle du Parti au pouvoir. La méthode est surprenante mais inscrite dans les pratiques habituelles de l’État-Parti vietnamien vis-à-vis de sa presse nationale. A quand une tribune payée par d’Erdogan pour promouvoir les relations européano-turques ? Ou celle du nouveau Grand Timonier chinois Xi Jinping pour vanter sa vision géopolitique du monde ? Les lecteurs du Monde ne peuvent être dupes de cet exercice d’autopromotion mais surtout, se demande-t-on, sont-ils le bon lectorat ? Car l’objectif n’est-il pas in fine d’inciter les chefs d’entreprise français à investir massivement au Viêt-Nam… après le RV manqué des années 1990-2000 ?3. Une publicité moins ostentatoire publiée dans Les Échos ou les grandes revues économiques françaises auraient été sans doute plus appropriée. En outre, cette tribune ne laisse plus aucun doute sur la primauté du Parti sur l’État vietnamien et de son dirigeant, “le vrai patron du Viêt-Nam” dont le portrait figure au centre de la tribune4. Mais il n’est ici question que de forme, je laisse nos lecteurs lire en ligne ce plaidoyer en trois parties pour une consolidation de nos relations.

Page du journal Le Monde, lire le texte en ligne sur Le Courrier du Vietnam

L’objectif pour le Viêt-Nam de faire “miroiter son dynamisme économique à Paris,” comme le présente Yves Bourdillon dans Les Échos a, semble-t-il, reçu un bon accueil puisqu’il a permis la signature de contrats importants avec les groupes EDF, Bouygues, Airbus et Safran rehaussant le très faible pourcentage d’échanges entre nos deux pays5. En effet, comme le rappelle le dirigeant communiste “la valeur des échanges commerciaux reste modeste et ne représente que 1% de la valeur totale des exportations et importations du Viêt Nam“. Les historiens et analystes s’accordent sur le fait que le recentrage du Viêt-Nam sur l’Asie opéré dans à partir des années 1990 a laissé la France sur le bord du chemin.

vs la voix des dissidents

Cette publicité officielle de l’État-Parti est percutée par un discours concurrent émanant des organisations de défense des droits de l’homme. Un premier texte très documenté sous la forme d’une “Lettre ouverte au Président de la République Française” a été publié le 26 mars par la Fédération Internationale des Droits de l’Homme pour rappeler l’incongruité qu’il y avait à inviter un chef de Parti comme un Chef d’État alors que la “répression en cours” s’avère être “une des pires depuis l’ouverture économique du Dôi Moi en 1986”. Et la lettre ouverte de revenir en détail sur la répression “pensée, planifiée et organisée” qui s’exerce sous la mandature de M. Trong contre la société civile vietnamienne en rappelant les condamnations de quelques figures récentes parmi les 130 prisonniers de conscience aujourd’hui incarcérés6. Un second texte, émanant des ONG Reporters sans frontières (RSF), de l’ACAT (Action by Christians for the Abolition of Torture) et de l’organisation politique Viêt Tân a été publié sur les sites de ces organisations sous la forme d’un communiqué de presse conjoint le 23 mars 2018. Comme pour le précédent texte de la FIDH, celui-ci insiste sur la répression actuelle contre les blogueurs, dissidents politiques et activistes sociaux et rappelle les mauvaises conditions de détention de certains d’entre eux. Le 23 mars, RSF appelait les autorités françaises “à poser les questions interdites” au Secrétaire général du PCV “sur l’état déplorable de la liberté de la presse dans son pays”7. Ces contre-discours qui interviennent à un moment clé visant à revigorer les relations franco-vietnamiennes démontre une fois de plus que l’État-Parti ne peut plus fonctionner en autarcie sans prendre en compte les améliorations attendues et réclamées par ses propres citoyens sur le plan des libertés civiques.

Que retient-on de ces deux discours ? Tout d’abord une certaine complémentarité. Si le bilan économique positif du Renouveau (Dôi Moi, décrété en décembre 1986) est dûment souligné et avéré, il doit s’accompagner d’une transformation du régime comme l’ont réclamé les intellectuels les plus en vue, rédacteurs de la “Motion 72” exigeant une refonte politique du régime, lors de la refonte de la constitution en 2013 8. Les appels de personnages clés comme l’économiste Lê Dang Doanh pour s’acheminer vers un Second Renouveau, à la fois économique (sur le plan structurel) et politique (sur le plan des institutions), permettant de libérer les énergies et de se débarrasser du carcan sécuritaire, restent lettre-morte9.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi »

C’est avec ce sympathique proverbe hindou que le Président de la République, Emmanuel Macron, a terminé son discours à l’Élysée le 27 mars 2018 célébrant les cinq ans du partenariat stratégique franco-vietnamien. Ce beau discours plein d’espoir est néanmoins terni par un climat politique général alourdi. Depuis 2013, le pouvoir vietnamien a durci sa législation sur l’utilisation d’internet et a neutralisé la plupart des blogueurs et lanceurs d’alerte10. Une force dénommée “Force 47” et dépendant de l’Armée populaire, annoncée le 25 décembre 2017, est dédiée au nettoyage des avis critiques sur la toile11. Du côté des affaires interne du Parti, c’est aussi le verrouillage. De nouvelles dispositions ont été décrétées (Décision 102-QD/TW) pour sanctionner plus lourdement les dérives économiques ou politiques des membres du parti12. La peur de “l’auto-évolution pacifique” des membres du PCV vers une émancipation politique inquiète toujours autant les dirigeants actuels. L’action de la dissidence, si mince soit-elle et souvent initiée par de jeunes activistes, est rapidement circonscrite et réprimée. L’ACAT rappelle dans son communiqué qu’en 2017, “Hanoi a lancé la pire vague de répression contre la liberté d’expression depuis vingt ans. Au moins 25 blogueurs, défenseurs des droits de l’homme et militants pro-démocratie ont été arrêtés ou déportés”. L’association en appelle au “devoir moral” de la France et de ses partenaires européens pour signifier aux dirigeants de la RSVN que de telles pratiques autoritaires doivent cesser. Si l’objectif affiché est “le renforcement de la relation [vietnamo-française] dans tous les domaines13 cette exigence fait sens.

Le programme politique d’Emmanuel Macron “Révolution” traduit en vietnamien et diffusé au mois de mars 2018 au Viêt-Nam, accompagné d’un message explicite de Barack Obama en couverture “Il faut se battre pour la liberté – N’ayez pas peur !” (Plus percutant qu’une page de pub dans le Nhân Dân [Le peuple], organe officiel du PCV…)

Et il y aurait beaucoup à dire sur la promotion de l’innovation du côté vietnamien car si les partenariats scientifiques se passent bien du côté des sciences dures, médicales et des sciences naturelles, il est beaucoup plus délicat de monter des projets innovants au sein des universités vietnamiennes dans le domaine des sciences sociales et humaines comme l’a démontré le projet d’un enseignement supérieur non-lucratif  porté par Mme Bui Tran Phuong, l’ancienne rectrice francophone de l’université privée Hoa Sen 14. L’expulsion manu militari du Viêt-Nam en juin 2017 du dissident Pham Minh Hoang, professeur de mathématiques dans une université à Hô Chi Minh-Ville et citoyen franco-vietnamien déchu de sa nationalité vietnamienne par le pouvoir en place, n’est pas non plus un signe encourageant15.

C’est dans ce contexte répressif que la RSVN entend promouvoir les “belles perspectives” d’avenir entre les deux pays et d’inciter les entreprises françaises à s’impliquer davantage dans l’économie vietnamienne. Est-ce bien réaliste ? Si la France, pragmatique, ne voit le Viêt-Nam que comme une opportunité pour investir l’Asie du Sud-Est, le pari moral et historique est risqué. La tâche “franco-vietnamienne” est donc immense et il ne suffira sans doute pas seulement d’un “sourire mutuel” (même si cela peut aider) pour engager le Viêt-Nam vers une nouvelle réforme à la fois politique et économique.

FG

MàJ 29/03/2018.

Annexe vidéographique et texte de la déclaration conjointe (sur le site de L’Élysée, 27/03/2018) :

Lectures :

Deux ouvrages à lire pour comprendre l’histoire contemporaine du Viêt-Nam :

  • Benoît de Tréglodé (sous la dir.), Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. “Libre cours”, 2018. (12 auteur.es)
  • François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. “Sciences humaines et sociales”, 2018.

Notes

  1. Cette pratique, autrefois utilisée par les groupes pharmaceutiques ou les compagnies touristiques pour vanter leurs produits commerciaux est aujourd’hui déclinante []
  2. A hauteur de 150.000 euros selon le dissident Pham Minh Hoang, en exil forcé : “Hai tấm hình: Sự khác biệt không chỉ 150 ngàn Euros,” Viêt Tân, 28/03/2018 []
  3. Voir l’extrait souligné par Miche De Grandi dans la chronique “Le livre du jour” : “Pourquoi la France a perdu pied au Viêt Nam,” Les Échos, 27/03/2018 []
  4. Cf. “France: le chef des communistes vietnamiens reçu à l’Elysée,” RFI, 28/03/2018 []
  5. Cf. “La France signe pour plusieurs milliards d’euros de contrats avec le Vietnam,” BFM Business, 27/03/2018 []
  6. Cette Lettre est signée conjointement par la FIDH, La Ligue des Droits de l’Homme et l’ONG vietnamienne Quê Me / Vietnam Committee on Human Rights []
  7. Cf. “Vietnam : la France doit interpeller le chef du Parti communiste sur la répression de la liberté de la presse,” RSF, 23/03/2018 []
  8. Le 4/02/2013 : une journée historique ? – Trao kiến nghị về Hiến pháp,” Mémoires d’Indochine, 07/02/2013 []
  9. Voir son entretien à la BBC en 2015 : “Việt Nam đang rất cần cuộc ‘đổi mới lần hai’,” BBC Tiêng Viêt, 19/08/2015 []
  10. Voir sur ce sujet notre article : “Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du ‘Décret 72’,” Mémoires d’Indochine, 09/08/213 []
  11. Voir Mai Hoa, “Hơn 10.000 người trong ‘Lực lượng 47’ đấu tranh trên mạng,” Tuoi Tre, 25/12/2017 []
  12. Voir “Toàn văn Quy định xử lý kỷ luật đảng viên vi phạm,” VietnamNet, 07/12/2017 []
  13. Viêtnam : La France doit exiger le plein respect des droits de l’homme,” ACAT, 26/03/2018 []
  14. Sur le renouveau éducatif promue par la rectrice, historienne, docteur de l’Université Lyon 2, voir les deux entretiens en ligne : Huy Quân, “TS.Bùi Trân Phượng, Hiệu trưởng Trường Đại học Hoa Sen: ‘Phải đúng nghĩa giáo dục và đúng nghĩa đại học’“” HSU, 11/10/2017 et Quang Tuan, “Hoa Sen: Non-profit university orientation“, The Saigon Times, 09/07/2015 []
  15. Cf. Harold Thibault et Bruno Philip, “Au Vietnam, la répression des blogueurs s’intensifie,” Le Monde, 21/07/2017 []