Archives par mot-clé : Nguyen Giang Huong

Déambuler dans la littérature vietnamienne francophone…

[ndlr] Un nouveau carnet de recherche intitulé Littérature Vietnamienne Francophone vient de voir le jour sur Hypotheses.org. Il s’agit du carnet de Nguyen Giang Huong, chargée de collections en Langue et Littérature d’Asie du Sud-Est au département Littérature et art de la BNF et notamment responsable du fonds vietnamien. Elle livre ci-après les principaux objectifs de sa démarche :

  • effectuer un état des lieux des écritures littéraires des auteurs francophones d’origine vietnamienne
  • favoriser la préservation des textes,
  • relayer les études scientifiques
  • établir une veille sur les différentes recherches menées sur ces corpus
  • attirer l’attention des chercheurs, des auteurs écrivains francophones ainsi que le public sur le plan international.

A visiter régulièrement.

FG

Profil de Nguyễn Giáng Hương : actuellement chargée de collections en Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est à la Bibliothèque nationale de France et chercheuse associée au Centre des Sciences des Littératures de Langue Française (E.A. 1586), elle a soutenu en 2015 une thèse intitulée La poétique du sujet multiculturel dans le roman vietnamien francophone de l’époque coloniale, dans la première moitié du XXe siècle à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense. Elle a publié plusieurs articles sur l’écrivain Phạm Văn Ký.

Centenaire de Xuân Diệu (1916-1985) – BnF

[ndlr] Signalement d’un billet biographique sur le poète Xuân Diệu par Nguyen Giang-Huong.

À l’occasion du 100e anniversaire de sa naissance, la Bibliothèque nationale de France lui rend hommage par une présentation des livres de Xuân Diệu dans la salle G de la bibliothèque de Haut-de-Jardin du 10 mai au 3 juillet 2016.

Poète doté d’une grande sensibilité, illustre défenseur de la modernisation de la langue vietnamienne, Xuân Diệu est l’une des figures les plus représentatives de la littérature vietnamienne du XXe siècle.

Né le 2 février 1916 à Bình Định dans une famille de lettrés, Ngô Xuân Diệu, connu sous son nom de plume de Xuân Diệu, maîtrise à la fois les caractères chinois par son père, l’écriture vietnamienne romanisée (appelée le quốc ngữ) et le français par son parcours scolaire dans les écoles franco-indigènes. Après son baccalauréat, il devient fonctionnaire du gouvernement colonial, au Bureau de Commerce à Mỹ Tho. Il démissionne en 1943 pour rejoindre son ami intime Huy Cận à Hà Nội, avec qui il se rallie au Việt Minh et fait partie des partisans de Hồ Chí Minh. En 1983, il est élu membre honoraire à l’Académie des Arts de Berlin. Xuân Diệu meurt le 18 décembre 1985 d’une crise cardiaque.

Lire la suite : Blog BnF, 09/05/2016.