Archives par mot-clé : Ngo Dinh Diem

Les résidus de la guerre, la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965)

[ndlr] Thèse soutenue récemment à Montréal. Nous adressons toutes nos félicitations à Phi Vân.

Les résidus de la guerre

la mobilisation des réfugiés du Nord pour un Vietnam non-communiste (1954-1965)

Phi Vân Nguyen

mardi 13 octobre 2015

Résumé :

Au terme de la guerre d’Indochine, le cessez-le-feu établi par la conférence de Genève  de 1954 regroupa les forces belligérantes de part et d’autre du 17ème parallèle. En plus des soldats, plus de 800 000 individus, dont une majorité de catholiques, évacuèrent le nord pour rejoindre la zone non-communiste dans le sud. Ngô Đình Diệm, le dirigeant de Saigon, avait protesté contre les clauses établies à Genève et confirma sa position lorsqu’il déclara ne pas organiser de référendum sur l’unification territoriale tant que les communistes demeureraient au pouvoir dans le nord. Dès lors, l’exil de ces personnes allait s’éterniser. Comment la migration de 1954 influença-t-elle la mobilisation politique et culturelle des réfugiés du nord dans le sud du Vietnam ?

À l’aide d’archives privées et gouvernementales venant du Vietnam, de France et des États-Unis, notre thèse étudie le parcours politique et culturel des réfugiés depuis leur arrivée dans le sud en 1954 jusqu’au déclenchement de la guerre du Vietnam en 1965. Leur histoire s’étudie au travers de quatre séquences d’action convergentes.

  • Une première partie aborde la façon dont les États-Unis et la république utilisèrent l’épopée de ces réfugiés pour illustrer leurs combats politiques et économiques. En dépit de cette instrumentalisation, les réfugiés développèrent leur propre discours nationaliste inspiré par leur exil et dont l’objectif ultime était de venger leur départ forcé du nord.
  • Une deuxième facette de notre étude souligne que cette lutte pour un Vietnam unifié et débarrassé du communisme constituait pour eux le seul moyen de rendre justice à leur exil.
  • Le troisième volet analyse la relation qu’entrenaient les réfugiés vis-à-vis de la république. Loin d’être de simples marionnettes, ils appuyèrent Ngô Đình Diệm mais s’opposèrent aussi à sa concentration des pouvoirs ou ses méthodes pour combattre le communisme.
  • Enfin, une dernière partie examine les rapports entre les réfugiés et le reste de la société sud-vietnamienne et du monde occidental. Aveuglés par des années de médiatisation internationale, les réfugiés étaient persuadés d’avoir le monopole de la pensée nationaliste et combattirent tout alternative politique, venant de l’extérieur comme de l’intérieur du Vietnam.

Le cessez-le-feu de Genève avait marqué la fin de la guerre d’Indochine et précipité ces réfugiés dans l’exil. Pendant près de dix ans, ils exhortèrent le gouvernement et l’opinion internationale à reprendre la guerre et ainsi rétablir cette injustice. Cette détermination à reconquérir le nord et combattre le communisme, souligne la double nature du conflit indochinois. Ce n’était pas qu’un front chaud de la guerre froide, que la conférence de 1954 avait neutralisé. Ces affrontements étaient aussi l’enjeu d’une véritable guerre civile, opposant différentes visions de la nation vietnamienne. Ainsi, les réfugiés refusèrent de baisser les armes et incitèrent toute la société sud-vietnamienne à suivre leur exemple, jusqu’à ce que les troupes américaines débarquent en mars 1965 pour combattre d’elles-mêmes les insurgés communistes.

Mots clés : guerre d’Indochine, guerre du Vietnam, guerre froide, guerre civile, réfugiés, diaspora, neutralisation

 

Direction de recherche:

  • Christopher Goscha, directeur de recherche
  • Laurence Monnais, codirectrice de recherche

Membres du jury:

  • Andrew Barros, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal
  • Christopher Goscha, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal
  • Edward Miller, professeur au Département d’histoire du Darmouth College
  • Laurence Monnais, professeure au Département d’histoire de l’Université de Montréal
  • Philip Taylor, professeur, School of Culture, History and Language, Australian National University
UQAM – Pavillon Hubert-Aquin (A) / A-6290

400, rue Sainte-Catherine Est

Montréal (QC) Canada  H2L 2C5

Image “à la une” : manifestation nationaliste en 1954 au Nord © 1954 Life

The Lost Mandate of Heaven: The American Betrayal of Ngo Dinh Diem, President of Vietnam

[ndlr] Le 1er novembre 1963, un coup d’État militaire renversait le Président Ngo Dinh Diem. Il fut assassiné à Cholon le jour suivant avec son frère Nhu. La Première République du Viêt-Nam s’éteignait (1955-1963) débouchant sur trois années de chaos politique.

Parution le 23 novembre 2015. Une nouvelle étude sur Ngo Dinh Diem sous forme de réhabilitation. Présentation des éditions catholiques Ignatius Press.

Ngo Dinh Diem, the first president of the Republic of Vietnam, possessed the Confucian “Mandate of Heaven”, a moral and political authority that was widely recognized by all Vietnamese. This devout Roman Catholic leader never lost this mandate in the eyes of his people; rather, he was taken down by a military coup sponsored by the U.S. government, which resulted in his brutal murder.

The-Lost-Mandate-of-HeavenThe commonly held view runs contrary to the above assertion by military historian Geoffrey Shaw. According to many American historians, President Diem was a corrupt leader whose tyrannical actions lost him the loyalty of his people and the possibility of a military victory over the North Vietnamese. The Kennedy Administration, they argue, had to withdraw its support of Diem.

Based on his research of original sources, including declassified documents of the U.S. government, Shaw chronicles the Kennedy administration’s betrayal of this ally, which proved to be not only a moral failure but also a political disaster that led America into a protracted and costly war. Along the way, Shaw reveals a President Diem very different from the despot portrayed by the press during its coverage of Vietnam. From eyewitness accounts of military, intelligence, and diplomatic sources, Shaw draws the portrait of a man with rare integrity, a patriot who strove to free his country from Western colonialism while protecting it from Communism.

“A candid account of the killing of Ngo Dinh Diem, the reasons for it, who was responsible, why it happened, and the disastrous results. Particularly agonizing for Americans who read this clearly stated and tightly argued book is the fact that the final Vietnam defeat was not really on battle grounds, but on political and moral grounds. The Vietnam War need not have been lost. Overwhelming evidence supports it.”
From the Foreword by James V. Schall, S.J., Professor Emeritus, Georgetown University

“Did I find a veritable Conradian ‘Heart of Darkness’? Yes, I did, but it was not in the quarter to which all popular American sources were pointing their accusatory fingers; in other words, not in Saigon but, paradoxically, within the Department of State back in Washington, D.C., and within President Kennedy’s closest White House advisory circle. The actions of these men led to Diem’s murder. And with his death, nine and a half years of careful work and partnership between the United States and South Vietnam was undone.”
Geoffrey Shaw, from the Preface

Geoffrey Shaw, Ph.D., received his doctorate in history from the University of Manitoba, with a focus on US diplomatic and military history in Southeast Asia. From 1994 to 2008 he was an Assistant Professor of History for the American Military University. He has written and spoken widely about US military involvement in Vietnam and the Middle East. Currently he is the President of the Alexandrian Defense Group, a think tank on counterinsurgency warfare.

Source : Ignatius

Tại sao phải giết Tổng thống Ngô Đình Diệm? [RFA]

Sous le titre “Pourquoi fallait-il tuer le Président Ngô Đình Diệm ?”, Radio Free Asia publie un entretien intéressant de Bùi Kiến Thành, jeune assistant de l’ancien président. Bùi Kiến Thành dresse le portrait d’un régime miné par une faiblesse politique intrinsèque malgré les apparences. Il expose les nombreuses difficultés que dut surmonter une équipe dirigeante réduite pour redresser le pays en 1955. Il revient sur le rôle néfaste des Américains et des généraux vietnamiens qui ont programmé l’assassinat du Président de la Première République sans en mesurer les conséquences. L’élimination physique de Ngô Đình Diệm et de son frère Nhu, alors conseiller politique spécial du Président, arrangeait alors tous ceux, militaires américains comme vietnamiens, qui avaient fait le choix de la guerre à outrance et donc du maintien puis du renforcement d’une importante force armée américaine sur le territoire sudiste. La chute de Ngô Đình Diệm plongea la république nationaliste du Sud dans le chaos et ouvrit le chemin de la reconquête par la force par le Nord communiste. Le point de vue de ce témoin clé au cœur de l’appareil diemiste, malgré une évidente justification posthume, démontre que la fracture vietnamienne du côté nationaliste ne s’est jamais totalement refermée.

FG

Cuộc đảo chánh ngày 1 tháng 11 năm 1963 đã đưa đất nước Việt Nam vào một khúc quanh lịch sử. Cái chết của hai anh em Tổng thống Ngô Đình Diệm và bào đệ của ông là Ngô Đình Nhu, những tướng lãnh tham gia cuộc đảo chánh không ai biết người ra lệnh thủ tiêu hai ông là ai nhưng sau khi tro bụi của cuộc cách mạng lắng xuống những gương mặt đứng phía sau giật dây cho cuộc tàn sát ấy bắt đầu được điểm danh và lịch sử luôn công bằng cho từng người một.

Mặc Lâm phỏng vấn ông Bùi Kiến Thành, một nhân chứng lịch sử, một người bạn, người cố vấn cho Tổng thống Ngô Đình Diệm từ những ngày đầu tiên khi từ Mỹ trở về Việt Nam chấp chính cho tới khi biến cố xảy ra.

Lire : RFA, 02/11/2015. (Interview à écouter en ligne)

Image “à la une” : Time, April 4, 1955 | Vol. LXV No. 14 © Cover Credit Ernest Hamlin Baker.

 

Communiqué conjoint publié par le comité interministériel et la délégation bouddhiste – 16 juin 1963

[ndlr] Document pour servir l’histoire de “l’affaire” ou “la crise bouddhiste” de 1963. Collection Mémoires d’Indochine.

PhatGiao1963
Hình ảnh một cuộc đàn áp Phật giáo của chính quyền độc tài Ngô Đình Điệm năm 1963 © tư liệu của GHPGVN tỉnh Thừa Thiên – Huế

CommuniquéConjoint_1963_1CommuniquéConjoint_1963_2CommuniquéConjoint_1963_3

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Source : Documents, S.l., s.n. [Premier d’une série de 11 documents concernant les échanges entre le Gouvernement de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) et les dignitaires bouddhistes pendant la crise entre juin et juillet 1963, comprend également deux communiqués du Mouvement de la Jeunesse Républicaine du Vietnam]

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2014 : Séance 3

 Année universitaire 2014-2015 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre

vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

* * *

Séance 3 – Mardi 14 octobre 2013

« Naissance et affirmation de deux Viêt-Nam »

Mémoiresd'Indochine_2014

A travers une approche comparative, cette séance se focalisera sur la vie politique, culturelle et sociale au sein des deux Viêt-Nam après les Accords de Genève (juillet 1954), accords qui entérinent la séparation provisoire du pays au 17ème parallèle. Il s’agira de s’immerger dans les sociétés en révolution de la République Démocratique du Viêt-Nam (RDVN) sous l’égide du parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao động Việt Nam) au Nord et de la Première République du Viêt-Nam (1955-1963) au Sud. On s’intéressera à la question de la réforme agraire déclenchée au Nord de décembre 1953 à 1956 et au soulèvement bouddhiste de 1963 au Sud Viêt-Nam contre le régime autoritaire de Ngô Đình Diệm.

 

Extraits de textes à discuter :

  • BUI TIN, 1945-1999, Vietnam. La face cachée du régime, Paris, Editions Kergour, 1999, pp. 47-75 [+ dos de couverture].
  • NGUYEN KHAC VIEN, “La réforme agraire”, in Expériences vietnamiennes, Paris, Editions Sociales, 1970, pp. 73-97.
  • DAVID LAN PHAM, Two hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam through Japanese occupation, the French and American wars, and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC), McFarland & Company, 2000, (réédition de 2008), pp. 79-108 [+ dos de couverture].
  • Terreur contre les Bouddhistes au Sud Viêt-Nam, S.l., Editions Libération, juin 1963, pp. 5-32.

Voir le Mémento personnalités de la séance 3 sur Mémoires d’Indochine.

 

Exposé oral :

  • Sidonie, Bonnet Bel Arbi : Hugon, Anne (sous la dir.), Histoire des femmes en situation coloniale, Paris : Karthala, 2004.

 

Pour aller plus loin :

  • Fall, Bernard, Les deux Viet-Nam, Paris, Payot, Etudes et documents, 1967.
  • Dommen, Arthur J., The Indochinese experience of the French and the Americans. Nationalism and communism in Cambodia, Laos and Vietnam, Bloomington, Indiana University Press, 2001 (voir chapitres 5, 6 et 7).

 

Sources complémentaires

Sur la RDVN (Nord Viêt-Nam)

  • Boudarel, Georges, Cent fleurs écloses dans la nuit du Vietnam. Communisme et dissidence 1954-1956, Paris, Jacques Bertoin, 1991.
  • Goscha, Christopher E. & Tréglodé, Benoît de, Naissance d’un Etat-Parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, les Indes Savantes, 2004 (voir en particulier les chapitres de Judy Stowe, Shawn McHale et Nguyen Van Ky).
  • Hartingh, Bertrand de, Entre le peuple et la nation. La République Démocratique du Viêt Nam de 1953 à 1957, Paris, EFEO, Monographies 189, 2003.
  • Hoang Van Chi, From colonialism to communism. A case history of North Vietnam, New York – London, Frederick A. Praeger, 1968, third printing.
  • Marangé, Céline, Le communisme vietnamien (1919-1991). Construction d’un Etat-nation entre Moscou et Pékin, Paris, Presses de Sciences Po, 2012 (voir chapitres 4, 5, 6).
  • Tréglodé, Benoît de, Héros et révolution au Viet Nam 1948-1964, Paris, Les Indes Savantes, 2013.
  • Turner, Robert F., Vietnamese Communism, it’s origins and development, Stanford, Stanford University, Hoover Institution Press, 1975 (voir chapitres 5, 6, 7, 8).

 

Sur la RVN (Sud Viêt-Nam)

  • Fitzgerald, Frances, Fire in the lake. The Vietnamese and the Americans in Vietnam, Boston – Toronto, Little Brown, An Atlantic Monthly Press Book, 1972. (nombreuses rééditions)
  • Hammer, Ellen J. A death in November. America in Vietnam, 1963, New York, E.P. Dutton, 1987.
  • Nghiem Dang, Viet-Nam politics and public administration, Honolulu, East-West Center Press, 1966.
  • Mme Nguyen An Tuan, Les forces politiques au Sud Viet Nam depuis les accords de Genève 1954, Louvain, Université Catholique de Louvain, Faculté des sciences économiques, sociales et politiques, nouvelle série n° 31, 1967.
  • Nguyen Thai, Is South Vietnam viable?, Manila, November 1962.
  • Scigliano, Robert, South Vietnam. Nation under stress, Boston, Houghton Mifflin Company, 1964.
  • Shaplen, Robert, The lost revolution. The U.S. in Vietnam 1946-1966, New York, Harper & Row, Harper Colophon Books, 1966, revised edition.

 

Sur le bouddhisme social, au Viêt-Nam (1963-1966) et en Asie :

  • [Thich] Nhat Hanh, Vietnam. Lotus in a sea of fire, New York, Hill and Wang, 1967. Views on the situation in Vietnam by a Buddhist intellectual and Director of the School of Social Studies at the Van Hanh University at Saigon.
  • Nguyen The Anh, “L’engagement politique du bouddhisme au Sud Viêt-Nam dans les années 1960”, in Alain Forest, Eiichi Kato & Léon Vandermeersch (eds), Bouddhismes et sociétés asiatiques. Clergés, sociétés et pouvoirs, Paris, L’Harmattan, Recherches asiatiques / Sophia University (Tokyo), 1990, pp. 111-124.

Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt Nam [1963]

Déclaration des milieux bouddhistes du Sud Viêt-Nam

CoPhatGiao_PhapLuan

(Texte lu devant les fidèles rassemblés en la pagode Tu Dam à Huê).

Depuis des millénaires, les bonzes et les fidèles du Bouddha, dans le monde entier comme au Viêt-Nam, sont demeurés fidèles à l’idéal de douceur et d’altruisme de notre Maître Cakya Mouni.

Aussi bien, partout où il arrive, le bouddhisme apporte-t-il avec lui une atmosphère de calme et de paix. L’histoire en fournit la preuve indéniable. Durant toutes ces dernières années, à la répression qui nous frappait en tous lieux, nous avons opposé notre résignation constante, non par faiblesse, mais par volonté de partager les souffrances et les deuils de notre pays en ces temps de malheur. Nous constatons avec combien d’amertume, que certains ont abusé de leurs pouvoirs pour semer le deuil chez les bonzes et les fidèles du Bouddha à travers tout le pays, pour commettre des injustices vis-à-vis d’une foi dont l’histoire remonte à des millénaires dans la vie de la nation. D’arbitraire en violence, on en est venu à fouler aux pieds les droits les plus sacrés du bouddhisme : son drapeau international a été interdit. Cette décision illégale est une violation éhontée de la liberté de croyance. Face à de telles injustices, nous nous voyons tous, bonzes et fidèles d’un bout à l’autre du pays, dans l’obligation de nous lever pour défendre notre idéal.

Les événements qui se sont produits durant ces trois derniers jours s’inscrivent dans cet esprit. Le sang a coulé, des vies humaines ont été sacrifiées. Avec une ferme détermination, nous réclamons une nouvelle fois du gouvernement la satisfaction de nos aspirations :

  • 1. Retrait définitif de l’ordre interdisant le drapeau bouddhique.
  • 2. Jouissance effective pour les bouddhistes des droits inscrits dans l’ordonnance n° 10.
  • 3. Cessation des arrestations et autres mesures de répression à l’encontre des bouddhistes.
  • 4. Liberté pour les bonzes et les fidèles de propager leur foi et pratiquer leur culte.
  • 5. Indemnisation équitable des familles des innocentes victimes et sévères sanctions aux responsables de leur mort.

Ce sont là des revendications minima, celles qui tiennent le plus à cœur à tous les bonzes et fidèles dans l’ensemble du pays.

Nous sommes prêts à tous les sacrifices jusqu’à ce que soit donnée satisfaction à ces légitimes aspirations.

En l’année 2507 du Bouddha, Huê, le 10 mai 1963.

L’Association Générale des Bouddhistes Vietnamiens.

5NguyenVongCuaPhatGiaoVietNam

Extrait de : Terreur contre les bouddhistes au Sud Viêt Nam, S.l., Éditions Libération, 1963, pp. 42-43.

Pierre Asselin : Hanoi’s Road to the Vietnam War, 1954-1965 [parution]

Asselin_HanoisRoadToTheVietnamWar

[ndlr] Annonce de la parution d’une nouvelle étude de Pierre Asselin, contribution majeure à la compréhension du choix de la guerre vu d’Hanoi. L’annonce est suivie d’un entretien avec l’auteur sur cet ouvrage.

Hanoi’s Road to the Vietnam War opens in 1954 with the signing of the Geneva accords that ended the eight-year-long Franco-Indochinese War and created two Vietnams. In agreeing to the accords, Ho Chi Minh and other leaders of the Democratic Republic of Vietnam anticipated a new period of peace leading to national reunification under their rule; they never imagined that within a decade they would be engaged in an even bigger feud with the United States. Basing his work on new and largely inaccessible Vietnamese materials as well as French, British, Canadian, and American documents, Pierre Asselin explores the communist path to war. Specifically, he examines the internal debates and other elements that shaped Hanoi’s revolutionary strategy in the decade preceding U.S. military intervention, and resulting domestic and foreign programs. Without exonerating Washington for its role in the advent of hostilities in 1965, Hanoi’s Road to the Vietnam War demonstrates that those who directed the effort against the United States and its allies in Saigon were at least equally responsible for creating the circumstances that culminated in arguably the most tragic conflict of the Cold War era.

Pierre Asselin is Associate Professor of History at Hawaii Pacific University in Honolulu and the author of A Bitter Peace: Washington, Hanoi, and the Making of the Paris Agreement (North Carolina, 2002).

Contents

Foreword by the series editors
Acknowledgments
Glossary of Terms and Acronyms

Introduction
1. Choosing Peace, 1954–1956
2. Changing Course, 1957–1959
3. Treading Cautiously, 1960
4. Buying Time, 1961
5. Exploring Neutralization, 1962
6. Choosing War, 1963
7. Waging War, 1964
Epilogue

Notes
Bibliography
Index

“Pierre Asselin has done an admirable job of marshalling French, Canadian, and British records to supplement the available Vietnamese evidence and illuminate Hanoi’s road to the Vietnam War. Asselin shows that the conflagration was inevitable not only due to American goals and actions but because North Vietnam specifically chose war. This is an important contribution to lifting the veil that has long prevented an understanding of Hanoi’s approach to the war.”—John Prados, author of Vietnam: The History of an Unwinnable War, 1945-1975

Réf. : Pierre Asselin, Hanoi’s Road to the Vietnam War, 1954-1965, Berkeley, University Press of California, 2013.

Source : University of California Press

* * *

Global Connection with Carlos Juarez

Hanoi’s Road to the Vietnam War – Pierre Asselin