Archives par mot-clé : nationalisme

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2020

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation se portera sur l’expression de la mémoire de la révolution, de la guerre, des massacres ou d’autres faits traumatisants (exils, enfermements…) sur la toile. Comment les États de la péninsule indochinoise organisent la mémoire historique contemporaine de leur pays, à partir de quels jalons commémoratifs, de quelles sources et sur quels supports ? Comment des groupes de populations, des partis politiques ou des individus interfèrent-ils avec les discours officiels ? Quelles sont les controverses mémorielles ? Posent-elles encore problème pour les historiographies officielles ?

Le séminaire de cette année s’intéressera donc à la représentation en ligne des différentes mémoires de l’Indochine, concurrentielles ou complémentaires en s’appuyant sur des ressources disponibles et en accès libre sur la toile. Pour les étudiant/es l’investigation et l’exploration se fera principalement sur des sites ou des réseaux sociaux en langues anglaises ou françaises, voire asiatiques suivant les compétences linguistiques de chacun/e. Remise en perspective, nous analyserons collectivement cette récolte d’informations.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive et séance 1. Mercredi 7 octobre 2020 : Mémoires en ligne (notions, modalités, calendrier).

Séance 2. Mercredi 14 octobre 2020 : L’imaginaire national en question

Séance 3. Mercredi 21 octobre 2020 : « Travailleurs indochinois« 

Séance 4. Mercredi 4 novembre 2020 : Guerre d’Indochine

Séance 5. Mercredi 18 novembre 2020 : Exils, résistances et génocides

Séance 6. Mercredi 25 novembre 2020 : Femmes en guerre

Séance 7. Mercredi 2 décembre 2020 : Ethnies minoritaires et formations religieuses

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) : [à venir]

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive.

Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » et illustration : Montage Mémoires d’Indochine 2020.

Indochine, une guerre japonaise – Film documentaire de Philippe Fréling (2020)

Diffusion le 1er septembre 2020 sur la chaîne Histoire TV et rediffusion le 6 septembre à 17h15, le 8 septembre à 22h55, le 13 septembre à 06h25 et le 18 septembre à 00h15. Un film documentaire de Philippe Fréling en deux parties, co-production de Kami Productions et ECPAD. Synopsis ci-dessous :

Cette mini-série documentaire en 2 épisodes met en lumière un fait méconnu de l’histoire de la guerre d’Indochine. Si ce combat entre un peuple colonisé et son colonisateur a vu s’affronter, de 1946 à 1954, Vietnamiens et Français, c’est bien l’action d’un troisième protagoniste – le Japon – qui en a favorisé le déclenchement.

Le premier épisode, Le loup dans la bergerie, montre comment entre 1940 et 1942, les Japonais se sont servis de l’Indochine vichyste pour se lancer, au lendemain de l’attaque de Pearl Harbour, à la conquête de l’Asie du sud-est.

Le second épisode, La terre brûlée, raconte comment les Japonais, constatant que la guerre tourne en leur défaveur, en sont venus à prendre possession de l’Indochine pour y installer un régime de terreur et ruiner tout l’édifice colonial français.

Le Viet Minh, mouvement nationaliste d’obédience communiste, se renforce alors dans sa lutte pour l’indépendance du Vietnam. Après la capitulation japonaise, les Français ne parvenant pas à reprendre pied dans ce qui fut « la perle » de leur empire, Ho Chi Minh appelle au soulèvement populaire : la guerre d’Indochine commence.

Source :  ECPAD

Xuân Thao Ninh : L’État du Viêt-Nam dans ses rapports avec la France (1949-1955) – Thèse

Une nouvelle thèse sur l’histoire de l’État du Viêt-Nam, contribution à une histoire délaissée depuis les années cinquante. Soutenue le 12 novembre 2019. Résumé de couverture.

Affiche de propagande de l’État du Viêt-Nam, la construction d’un État indépendant associé à la France dans le contexte de la Guerre froide © DR

L’État du Vietnam dans ses rapports avec la France (1949-1955). Une autre voie pour l’indépendance du Vietnam

« L’État du Viêt-Nam » reste encore un sujet controversé figurant parmi « les zones d’ombres » de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. Après l’échec des négociations de 1946, le gouvernement de Hồ Chí Minh choisit la guerre contre les Français, pour l’indépendance du pays. Bảo Đại et ses partisans nationalistes et pro-français s’orientent vers une voie pacifique et une indépendance progressive. Par les accords du 8 mars 1949 naît « l’État du Viêt-Nam » dirigé par son chef Bảo Đại. Il s’agit d’un État associé à la France au sein de l’Union française. De mars 1949 à octobre 1955, six présidents du Conseil (Bảo Đại, Nguyễn Phan Long, Trần Văn Hữu, Nguyễn Văn Tâm, Bửu Lộc, Ngô Đình Diệm) dirigent dix cabinets ministériels pour construire un État nationaliste non-communiste, en pleine guerre d’Indochine et de la guerre froide. L’existence de l’État du Viêt-Nam permet le développement du nationalisme vietnamien qui donne naissance à la République du Viêt-Nam en octobre 1955.

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 3

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Illustration de couverture d’un manuel de littérature vietnamienne représentant l’entrée du Temple de la littérature à Hanoi (publié à Saigon, 1959)

Écrire l’histoire du Viêt-Nam sous la colonisation

Enseigner et écrire l’histoire de leur pays en « situation coloniale » relevait d’un défi pour les intellectuels vietnamiens. Assez rapidement après les premiers récits historiques des colonisateurs, ils ont pris en main cette question pour produire leurs propres récits de la culture, de la littérature et de l’histoire vietnamiennes. Cette séance reprendra les points essentiels de notre communication du 16 mai 2019 en s’appuyant en complément sur des références devenues classiques sur « l’écriture de l’histoire » (Philippe Artières, Michel de Certeau, Paul Veyne). Nous verrons quels usages font les auteurs vietnamiens des historiographies nationales et coloniales pour construire un récit neuf de leur propre histoire et dresser des corpus spécifiques sur les plans culturels et littéraires.

Séance 3 : mercredi 9 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Dufourmont Eddy, « L’écriture de l’histoire dans le Japon et la Corée à l’époque coloniale. Shiratori Kurakichi et Choi Namseon », Hypothèses, 2007/1 (10), p. 271-281. URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2007-1-page-271.htm

Pozner Paul, «  Le problème des chroniques vietnamiennes, origine et influences étrangères  »,  Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient. Tome 67, 1980. pp. 275-302. URL : www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1980_num_67_1_3347

Pour accompagner cette séance :

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 1

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Décoloniser l’histoire de l’Indochine »

★ ★ ★

Autel vietnamien de la diaspora dédié à l’empereur Quang-Trung Nguyễn-Huệ
(1752-1792) © DR

L’imaginaire national en question

Séance 1 : mercredi 25 septembre 2019 – salle de réunion de l’IAO

En termes d’imaginaire national, les pays de la péninsule indochinoise ont été riches de projets concurrents engagés dans un processus de décolonisation aussi violent que complexe. Terre de multiples projets indépendantistes et nationalistes, la péninsule a connu trois guerres civiles accrues par le contexte de la Guerre froide entre 1945 et 1991. Cette séance s’intéresse à la diversité des idéologies structurant les imaginaires nationaux indochinois. Au moment clé de 1975, date des réunifications au sortir de la guerre, nous verrons comment ces imaginaires pluriels se sont réduits sous la conduite d’Etats-Partis totalitaires puis autoritaires. Nous verrons également comment, à l’heure de la mondialisation, un certain nombre d’imaginaires nationaux survivent dans l’espace transnational sous la forme d’ethnoscapes militants.

Articles et ouvrages accompagnant la séance :

Appadurai, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot)

Chivallon, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. URL : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2007-3-page-131.htm

Goscha, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. (Voir le CR de lecture de Xiao Han)

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique « Troisième voie » », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://journals.openedition.org/moussons/1043

Pfefferkorn Roland, Sanchez Jean-Noël, « La fabrique des imaginaires nationaux. Introduction », Raison présente, 2015/1 (N° 193), p. 13-17. URL : https://www.cairn.info/revue-raison-presente-2015-1-page-13.htm

★ ★ ★

Exposé oral

Exposé de Léo Matsuura [sous réserve]

  • Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006. 

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Image “à la une” :  Le drapeau aux « cinq couleurs » des fêtes populaires vietnamiennes

Nguyen Ngoc Chau : Viêt Nam. L’Histoire Politique des Deux Guerres 1858-1954 et 1945-1975 [parution]

Nguyen Ngoc Chau, ingénieur, propose un récit historique rappelant les faits politiques majeurs du Viêt-Nam au XXe siècle. Présentation de l’éditeur.

Beaucoup de livres ont été écrits sur la guerre pour l’indépendance et la guerre entre nationalistes et communistes au Việt Nam durant le siècle dernier.

Mais sait-on que le prince Cảnh, celui qui devait succéder à l’empereur Gia Long, à son retour de France avec l’évêque d’Adran Pierre Pigneau de Béhaine en 1789, refusa de se prosterner devant l’autel de ses ancêtres et se convertit en cachette au catholicisme ?

Que Napoléon III accepta d’abord de restituer les trois provinces orientales pour lesquelles Phan Thanh Giản était venu négocier le rachat à Paris le 10 septembre 1863, et que la mission Aubaret signa, le 15 juillet 1864 à Huế, un traité sur cette rétrocession ?

Que Ngô Đình Diệm n’était pas seul en lice pour le poste de Premier ministre de l’État du Việt Nam après les accords de Genève en 1954 ?

Pour l’auteur, ce livre a l’intérêt de permettre de mieux comprendre que le présent et le futur d’un pays ne se construisent pas sans douleurs ni larmes.

Source : Nombre7 éditions

« Y a-t-il eu une troisième force au Viêt-Nam, 1947-1948 ? ». Réponse à M. Nghiêm Phong Tuân

Le 15 mai 2018, il y a un peu plus d’un an, le journal Diễn Đàn Forum en ligne publiait les remarques  de M. Nghiêm Phong Tuấn concernant mon ouvrage sur l’histoire du Đại Việt paru aux Indes savantes en 2012. Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en 2003 à l’EPHE à Paris à l’issue d’un travail de cinq ans (1998-2003) sous la direction du Professeur Nguyễn Thế Anh. Il aura donc fallu neuf ans pour que ce travail sur le mouvement nationaliste non communiste, précisément sur l’histoire du parti Đại Việt Quốc Dân Đảng, soit porté à la connaissance public et je dois remercier les Indes savantes pour cette initiative courageuse car les ventes de ce type de grosses monographies (738 p., 39 euros) sont souvent anecdotiques dues à un public relativement limité. L’ouvrage ayant reçu une vive critique de M. Nghiêm Phong Tuấn (fils de Nghiêm Xuân Thiện, ancien Gouverneur du Nord Viêt-Nam en 1947-1948), j’ai décidé de répondre à la fois sur la forme de la critique et sur le fond, ce qui me paraît plus intéressant à travers une question posée en titre de ce billet.

NB : Deux notices biographiques courtes accompagnent notre réponse.

François Guillemot

Lire la suite : Dien Dan Forum