Archives par mot-clé : nationalisme

Playboy, bon vivant and the last emperor of Vietnam, Bao Dai chafed at his role as France’s puppet

[ndlr] Un article sur le destin de Bao Dai, le dernier empereur du Viêt-Nam décédé il y a vingt ans à Paris.

While Bao Dai, who died 20 years ago this week, enjoyed the high life in Hong Kong and elsewhere, he did try to play his part during Vietnam’s most violent and troubled years amid the two Indochina wars.

Twenty years ago tomorrow, the last emperor of Vietnam died peacefully and without ceremony in a military hospital in Paris, aged 83.

Bao Dai, or the “keeper of greatness”, was the 13th and last monarch of the Nguyen dynasty, and more famous for his lurid and extra­vagant lifestyle – he was exiled in Hong Kong for several years – than for his statesmanship during some of the most turbulent and bloody years in his nation’s history, the years of the liberation war against the French and civil war between north and south.

“He became far better known for his leisure activities,” is how the New York Times put it in his obituary.

Born in 1913, within the walls of the magnificent Imperial Palace in the city of Hue, on the banks of the Perfume River, Bao Dai was educated in France and quickly developed a reputation as an adventurer, philanderer, hunter, movie fan, gambler and playboy.

[…]

“I’m not so sure the ‘playboy’ angle is the best one for Bao Dai,” says historian Dr Christopher Goscha, author of The Penguin History of Modern Vietnam, published last year, pointing out that Bao Dai had a central role in the develop­ment of Vietnam during the faltering days of colonial rule.

Lire la suite : South China Morning Post, 30/07/2017.

Image « à la une » : Manifestation en faveur de Bao Dai en 1947.

Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien

[ndlr] Note succincte sur l’apparition d’un nouveau mouvement politique unitaire.

Alors que la répression s’accentue sur les dissidents à l’intérieur du pays, une nouvelle organisation d’opposition au régime communiste de Hanoi a vu le jour en Californie. Dénommée Liên Hiệp Hội Đồng Quốc Dân Việt Nam ou « Conseil unifié du peuple vietnamien »1, elle a été fondée à l’initiative de deux dignitaires religieux : le Vénérable Minh Tuyên et Lê Phuoc Sang, président du Conseil exécutif de du Bouddhisme Hoa Hao.

Le vénérable Minh Tuyên, chef du comité d’organisation, en a précisé l’objectif :

« Le but du Conseil unifié du peuple du Viêt-Nam consiste d’abord à créer l’union, unifier le grand bloc national vietnamien. Dans un second temps, il s’agira de mettre tout en œuvre pour la lutte pour le salut national, de contribuer à la protection de la souveraineté nationale, sur terre et sur mer, et de contribuer à la construction d’un Viêt Nam libre, humaniste et prospère ».

De son côté, le Dr Lê Phuoc Sang, membre du comité d’organisation, a déclaré lors de la Déclaration officielle du 16 juillet :

« Après 42 ans d’exil, nous devons reconnaître que de nombreuses organisations ont été créées, mais le résultat n’est pas au rendez-vous, parce que nous ne combinons pas ensemble notre action. Nous avons besoin d’une force totale, non pas laisser telle association diriger telle autre association, de créer une harmonie, de travailler ensemble, établir la confiance dans le pays au service de nos ancêtres ».

La Déclaration politique lue le 16 juillet lors de la proclamation officielle du mouvement fait explicitement référence à la menace que représente l’expansionnisme chinois :

« Notre pays et notre peuple ont dû subir d’innombrables fois la domination étrangère, le cœur humain a été dévoyé, les gens ne se font plus confiance les uns les autres, de sorte que l’unification est très difficile à réaliser. Mais aujourd’hui, face au danger expansionniste de la Chine, si notre peuple ne réunit pas son esprit et son cœur et s’il n’endosse pas la responsabilité de sauver le pays et de le redresser, l’anéantissement ne pourra être évité ».

Brûle-parfum, bougeoirs, tablettes dorées, vases et fruits en cascade, un autel aux héros nationaux a été dressé dans le temple « Tổ Đình Minh Đăng Quang » à Santa Ana en Californie. Au centre de cet autel riche de symboles trône au centre le portrait de l’empereur Quang Trung (1753-1792), réunificateur du pays après une longue guerre civile. On distingue d’autres portraits : sur la gauche, ceux de Nguyen Trai (1380-1442), le lettré stratège du XVe siècle ; Phan Thanh Gian (1796-1867), l’ambassadeur suicidé en 1867 et Huynh Phu So (1919-1947), le fondateur du bouddhisme Hoa Hao ; sur la droite, le pape caodaiste Pham Cong Tac (1890-1959), le général Tran Hung Dao (1228-1300) et Phan Dinh Phung (1847-1895), le chef militaire du mouvement anticolonialiste « Aide au roi »… Plus bas sur la gauche, les portraits en grande partie cachés du général Duong Van Minh (1916-2001) et de Tran Van Huong (1902-1982)… deux anciens dirigeants de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975)2. Les oriflammes des fêtes traditionnelles, utilisés notamment pour le grand rassemblement populaire des Rois Hung, les ancêtres mythiques du Viêt-Nam, ornent l’autel de part et d’autre. Deux drapeaux figurent sur le côté droit : celui de la République du Viêt-Nam et celui du bouddhisme international adopté en 1950.

L’empereur Quang Trung (né Nguyễn Huệ), une des incarnations de la résistance anti-chinoise et de l’unification du territoire vietnamien © DR

Depuis plusieurs années, en particulier depuis les manifestations antichinoises de l’été 2011 et du printemps 20143, le sentiment nationaliste vietnamien se développe. La fondation de cette nouvelle organisation visant à unifier les forces de l’intérieur du pays à celles de l’extérieur participe de la consolidation d’un transnationalisme vietnamien d’opposition au régime autoritaire actuel. Si les actualités récentes liées à la pollution maritime démontraient l’implication des Catholiques en avant-poste de la contestation, c’est la première fois depuis les tensions avec la Chine que des dignitaires bouddhistes lancent un tel appel patriotique. Parviendront-ils à mobiliser les millions de bouddhistes que comptent le pays ?

La portée de cet appel risque somme toute d’être limitée compte-tenu de la surveillance policière qui s’est intensifiée ces dernières années notamment sur les réseaux sociaux4. La fondation de cette nouvelle organisation, avec ses références puisées dans la tradition historique et le nationalisme religieux, revêt plus un caractère symbolique.

FG, d’après Người Việt, 17/07/2017, MàJ 18/07/2017.

Annexe :

Profession de foi de l’organisation et invitation :

Source : Vien Dong Daily, 07/07/2017.

 

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien," in Mémoires d'Indochine, 18/07/2017, http://indomemoires.hypotheses.org/25393.

Notes

  1. Une organisation révolutionnaire intitulée de façon presque identique « Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam » et fondée aux Etats-Unis par des réfugiés politiques appelait en 1990 à renverser la pouvoir communiste. Voir sur Youtube « Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990 » Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990, au départ du document vidéographique, l’organisation est présentée par le Dr Nguyen Ton Hoan, un des dirigeants du Dai Viêt Quôc Dân Dang (Parti national du Grand Viêt-Nam) décédé en 2001 []
  2. Le portrait caché par l’ancien drapeau national est sans doute celui de l’empereur Bao Dai, présent sur l’autel de la même pagode lors des commémorations du 30 avril 2017. Voir : Văn Lan/Người Việt, Tổ Đình Minh Đăng Quang tưởng niệm các anh hùng VNCH, Người Việt, 30/04/2017 []
  3. Voir notre article : L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne []
  4. Dans sa profession de foi (encadré ci-dessus), l’organisation donne RV le 30 septembre 2017 pour rendre publique sa structure et l’identité de ses membres ou organisations adhérentes à l’extérieur du pays comme à l’intérieur []

François Guillemot : « Disparaître pour survivre à l’histoire : la mort volontaire de l’écrivain Nhất Linh »

Présentation de notre communication au 6e Congrès du GIS Asie (Réseau Asie & Pacifique).

Presentation :

1963 was a milestone for the Republic of Vietnam. As the Ngo Dinh Diem regime entered a major confrontation with the Buddhist movement, another drama played itself out in Saigon. On July 7, the renowned writer Nhat Linh Nguyen Tuong Tam committed suicide. With this radical protest, he thus avoided a court appearance resulting from a failed coup. This tragic signature of his opposition to the authoritarian regime also marks a turning point in the internal fracture within non-communist nationalism. This communication discusses the challenges of his disappearance and explores the torment that haunted the writer in the final years of his life. Finally, the impact of this act is located in the political context of a violent power in decline. Through Vietnamese documentation and archives, I attempt to elaborate the possible interpretations of this act, both personal and political.

Key words : Republic of Vietnam (1955-1963); nationalism; Nguyen Tuong Tam (Nhat Linh) ; suicide; memory.

Résumé :

1963 est une date charnière pour la République du Viêt-Nam (Sud). Alors que le régime de Ngo Dinh Diem est entré dans une confrontation majeure avec les forces bouddhistes un autre drame se joue à Saigon. Le 7 juillet, l’écrivain renommé Nhat Linh Nguyen Tuong Tam se suicide. Signe radical de protestation, il évite ainsi de comparaître au tribunal dans une affaire de coup d’État raté. La signature tragique de cette opposition au régime autoritaire marque aussi une étape clé dans la fracture interne au sein du nationalisme non-communiste. Cette communication revient sur les enjeux de cette disparition et le tourment qui habite l’écrivain dans les dernières années de sa vie. Enfin, l’impact de cet acte est replacé dans le contexte politique d’un pouvoir violent en déclin. Il s’agira de tenter de saisir à travers les documents et les archives vietnamiennes quelles sont les lectures possibles de cet acte à la fois personnel et politique.

Mots clés : République du Viêt-Nam (1955-1963), nationalisme, Nguyen Tuong Tam, suicide, mémoire.

Numéro spécial de la revue Van Dê [Questions] dédié à Nhât Linh paru en juillet 1970. Collection FG

Documents en ligne pour accompagner notre propos :

Illustrations

Souvenirs de proches

Un destin politique en débat

« Lạnh lùng« , Solitude (1935-1936). Une des rares traductions françaises d’un roman de Nhat Linh. Collection FG

 

  • Laurent Mucchielli et Marc Renneville, “Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1830-1930)”, Déviance et société, no 1, 1998, pp. 3-36. En ligne sur le portail Persée.

Voir aussi sur Mémoires d’Indochine : Nguyễn Tường Tam ou le rêve évanoui du Grand Viêt-Nam

Image « à la une » : Di chúc của nhà văn Nhất Linh Nguyễn Tường Tam / Le testament de l’écrivain © DR

The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism – Coord. Dieu Nguyen

[ndlr] Programme du panel sur la Première République du Viêt-Nam.

Panel presentation :

The Republic of Vietnam, founded in 1955, has attracted an intense scholarly scrutiny dominated by North American works which focus on the question of the Vietnam War. Our panel, though addressing the same political phenomenon, stresses the socio-cultural and individual angle. Ninh Xuan Thao takes us to the final year of the State of Vietnam. Nguyen Thi Dieu opens a window into the Diệm-imposed rituals of commemoration of the Republic’s first anniversary that reflected a certain conception of the Vietnamese nation. Pascal Bourdeaux introduces the Vietnamese sculptor, Paul Nguyen Van The, author of the Trung Queens statue, and discusses the artist’s familial archives. François Guillemot addresses the suicide of the novelist, Nhat Linh, contextualizing it within the framework of non-Communist nationalism. Nguyen Phuc Anh presents the Vietnamese priest-philosopher, Luong Kim Dinh, who articulated a much contested and largely forgotten civilizational formulation.  

★ ★ ★

 

Résumé du panel :

La République du Vietnam fondée en 1955 a fait l’objet d’une intense recherche dominée par les spécialistes Nord-Américains qui ont examiné ce phénomène politique principalement sous l’angle du conflit américain. Notre panel traite du même phénomène politique mais adopte une approche qui privilège le socio-culturel et le singulier. Ninh Xuan Thao nous fait revenir à la période charnière de « la dernière année d’existence de l’Etat du Vietnam (1954-1955).» Nguyen Thi Dieu montre comment les rites imposés par le régime Ngô lors de la célébration du premier anniversaire de la République reflètent une certaine vision de la nation vietnamienne. Pascal Bourdeaux nous parle du sculpteur Nguyen Van The, auteur de la statue des Reines Trung et présente les archives familiales ; François Guillemot revisite la question du suicide de l’écrivain Nhat Linh dans le contexte d’“un nationalisme non-communiste.” Nguyen Phuc Anh évoque Luong Kim Dinh, prêtre-philosophe vietnamien, auteur d’une formulation civilisationnelle originale aujourd’hui méconnue et oubliée.

Subject : : Panel
Language of text : English
For presentations in a panel: name of the coordinator : Coordinator : Nguyễn Thị Điểu (Department of History, Temple University, Philadelphia, PA, USA)
Topics : H – The Republic of Ngô Đình Diệm: Birth, Rituals, and Nationalism
Keywords : Bảo Đại ; Lương Kim Định ; Ngô Đình Diệm ; Nguyễn Văn Thế ; Nhất Linh ; State of Vietnam ; Republic ; Việt ; Hòa Hảo ; Cao Đài ; Bình Xuyên ; nationalism ; identity ; arts ; literature ; philosophy ; rites ; commemoration

Programme

 

Source : Congrès Asie 2017

Image « à la une » : Cảnh sát và dân chúng biểu tình ủng hộ chính phủ Ngô Đình Diệm 9-1963. © 1963 Life sur Blog : Một số hình ảnh cũ đảo chánh năm 1963

 

Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ

[ndlr] Il y a 87 ans, le Parti National du Viêt-Nam (VNQDD) lançait une insurrection générale contre le pouvoir colonial. Rappel de ces événements et de la répression qui en suivit. Articles publiés sur le site de ce Parti, exilé et interdit depuis 1975 en RSVN.

L’insurrection de Yen Bai de février 1930

Ngày 10/02/1930, Việt Nam Quốc Dân Đảng đứng lên làm cuộc Tổng Khởi Nghĩa đánh đuổi thực dân Pháp dành độc lập cho Dân Tộc. Đây là cuộc Tổng Khởi Nghĩa lịch sử đã đưa một đảng chính trị đầu tiên vào cửa chính của lịch sử mở màng cho công cuộc đấu tranh vì độc lập dân tộc, vì tự do dân chủ và vì hạnh phúc toàn dân. Cuộc Tổng Khởi Nghĩa thất bại, nhưng đã lưu lại tấm gương yêu nước sáng ngời cho bao thế hệ đời sau noi gương chiến đấu để bảo vệ và xây dựng tổ quốc. Nhân kỷ niệm ngày Tổng Khởi Nghĩa lần thứ 85 của VNQDĐ, chúng tôi ghi lại diễn tiến cuộc Tổng Khởi Nghĩa làm rung chuyển chế độ thực dân Pháp và mở đầu cuộc cách mạnh dân quyền tự do cho dân tộc Việt Nam.

Lire la suite : VQ2, « Kỷ Niệm lần thứ 87 Tổng Khởi Nghĩa của VNQDĐ« , 09/02/2017.

Voir aussi sur le site Viet Quoc :

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 5

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

phetsarath
Portrait du Prince Phetsarath Ratanavongsa (1890-1959), chef du mouvement indépendantiste Lao Issara (Laos Libre), premier ministre du Laos de 1942 à 1945 et vice-roi du Royaume du Laos

★ ★ ★

Le Laos, des principautés royales à l’État-nation

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016

Cette séance sera consacrée à la construction du Laos, de la situation précoloniale à la République Démocratique Populaire d’aujourd’hui. A travers la figure du Prince Phetsarath, leader du mouvement Lao Issara (Laos libre) nous verrons sur quoi se fonde le nationalisme laotien et nous soulèverons la question du neutralisme pendant la période de la guerre civile entre le Gouvernement royal et le Pathet Lao.

Comme pour ses voisins indochinois, la construction du Laos se décline à travers l’avènement de plusieurs périodes clés (période coloniale, occupation japonaise, révolution, guerre civile) et l’avènement d’une succession de régimes politiques (protectorat français, Royaume du Laos, République Démocratique Populaire du Laos depuis le 2 décembre 1975…).

Source mobilisée :

  • Søren Ivarsson and Christopher E. Goscha, « Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81. Résumé : https://indomemoires.hypotheses.org/843

★ ★ ★

Exposés oraux


  • stuartfox_ahistoryoflaosStuart-Fox, Martin, A history of Laos, Cambridge University Press, 1997.

Exposé de Nelly Didelot

Présentation de l’éditeur : Cambridge


  • Goscha_IndochineOuVietnamGoscha, Christopher E., Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015.

Exposé d’Oscar Truong

Présentation de l’éditeur : Vendémiaire


Pour aller plus loin, voir les travaux de Grant Evans (1948-2014) et de Søren Ivarsson notamment :

Christopher E. Goscha & Søren Ivarsson (eds), Contesting Visions of the Lao Past. Lao Historiography at the Crossroads, Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, NIAS Studies in Asian Topics # 32, 2003, 355 p. // Résumé sur Mémoires d’Indochine.

★ ★ ★

CR de lecture sur le Laos contemporain publiés sur Mémoires d’Indochine : construction nationale, mémoires, rééducation politique et rôle des Hmongs pendant la guerre.

      • Grant Evans : The Politics of Ritual and Remembrance – CR de lecture par Annabelle Auger

https://indomemoires.hypotheses.org/21607

      • Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

https://indomemoires.hypotheses.org/17680

      • Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

https://indomemoires.hypotheses.org/13724

      • Søren Ivarsson : Creating Laos – CR de lecture de Constance Voisin

https://indomemoires.hypotheses.org/13403

      • Bounsang Khamkeo : I, Little Slave – CR de lecture par Maureen Éon

https://indomemoires.hypotheses.org/13778

      • Les Hmong du Laos 1945-1975 – mémoire IEP de Tiphanie Grall

https://indomemoires.hypotheses.org/598

Nguyệt san Cấp tiến : đi tìm Chủ nghĩa quốc gia cấp tiến [1969]

En 1969, sous la seconde République du Viêt-Nam, l’intellectuel et homme politique Nguyễn Ngọc Huy ouvre le débat sur « La nécessité d’un nationalisme de progrès » (Chủ nghĩa quốc gia cấp tiến).

La revue du Mouvement national-progressiste (National Progressive Movement, Phong trào Quốc gia Cấp tiến) sert de tribune à la discussion.

nguyetsancaptien_5-1969 nguyetsancaptien_5-1969_p-75

Sur la vie politique de Nguyen Ngoc Huy, voir : Guillemot, François (2015), « An Intellectual through Revolution, War, and Exile. The Political Commitment of Nguyen Ngoc Huy (1924-1990) », in Nathalie Huynh Chau Nguyen (ed.), New Perceptions of the Vietnam War. Essays on the War, the South Vietnamese Experience, the Diaspora and the Continuing Impact, Jefferson (NC), McFarland, 2015, pp. 41-71.

FG

Ngo Dinh Diem : Nationalisme et démocratie [Appel au peuple, 9 mai 1955]

[ndlr] Six mois avant la fondation de la République du Viêt-Nam (Sud) le 26 octobre 1955, discours de Ngo Dinh Diem sur sa conception du nationalisme.

« Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le Communisme est voué à la trahison ».

ngodinhdiem_quoctruongvietnamtudo_1956

Chers Compatriotes,

J’ai adressé le 8 mai un message à nos amis du Monde Libre. Il m’a paru en effet nécessaire que par ma voix, vos aspirations soient une fois de plus exprimées, votre détermination comprise, et votre cause entendue.

Pendant longtemps, on a vidé un mot qui vous était cher de tout son sens, c’est celui d’indépendance.

A présent, on abuse d’un autre mot : c’est celui de nationalisme.

Il ne suffit pas d’avoir peur du communisme, de vivre au dessous du 17e parallèle, de posséder des intérêts importants, pour se dire nationaliste.

Le Viêt-Nam ne sera jamais une Nation, il n’y aura jamais au Viêt-Nam de véritable nationalisme si certains de ses fils tentent de consolider à leur seul profit, les vestiges d’un régime périmé, et si d’autres servent une idéologie absolument étrangère à nos traditions spirituelles.

Le nationalisme que vous honorez de servir, le nationalisme irréductible de nos pères est un nationalisme essentiellement fondé sur la volonté de rejeter toute domination, et de préserver notre union dans ce que nous avons de commun et de plus sacré : notre terre, nos héros, notre sang.

Le nationalisme qui se livrerait à la réaction est condamné à la mort, comme le nationalisme qui s’allie avec le communisme est voué à la trahison.

Le nationalisme n’aurait aucun sens s’il n’apportait pas à nos compatriotes une libération définitive, s’il ne consacrait pas une fois pour toutes, leur liberté, s’il ne leur conférait pas une vie au-dessus de toute indignité.

C’est pourquoi, je pense que le nationalisme ne serait qu’un mensonge s’il ne conduit pas à la démocratie.

En vérité, ceux qui redoutent la démocratie sont ceux-là seuls qui ont mauvaise conscience. Ceux-là qui ont retardé notre accès à l’indépendance, ceux-là qui nous empêchent de réaliser des progrès sociaux, ceux-là qui intriguent mais n’osent pas présenter publiquement un programme, ici, à Saigon, devant le peuple.

Car en fait, il n’y a pas plusieurs programmes. Il n’y en a qu’un : celui qui préserve notre indépendance, qui fit de notre nationalisme un nationalisme vivant, conforme à nos traditions spirituelles, et par lequel nous accèderons tous, ensemble, à la démocratie.

—  —  —

Extrait de : « Nationalisme et démocratie (Appel au peuple, 9 Mai 1955) », in La voie de la juste cause (Traduction des principaux discours et déclarations du Président Ngo-Dinh-Diem), Saigon, Service de Presse, Présidence de la République du Viêt-Nam, 1956, pp. 86-87.

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2016 : Séance 4

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Imaginaires nationaux :

de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

denhung_lehoi2016
Procession lors de la fête des Rois Hung en 2016

★ ★ ★

Les États vietnamiens (1945-1976) et aperçu sur le nationalisme Việt (ou Kinh)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016

Cette séance consacrée au Viêt-Nam s’intéressera à l’émergence de l’état-nation vietnamien indépendant depuis la création de l’Empire du Viêt-Nam (Đế quốc Việt Nam) à la suite du coup de force japonais du 9 mars 1945 jusqu’à la réunification de juillet 1976 sous l’appellation de République socialiste du Viêt-Nam (Cộng hòa Xã hội chủ nghĩa Việt Nam), république se définissant comme un « état multinational ». En nous appuyant sur les textes proposés, nous verrons ce que recouvre le concept de « nation vietnamienne », son ancrage dans la longue durée et sa supposée « unicité ».

Dans un second temps, nous illustrerons l’évolution du discours nationaliste vietnamien à travers ses différentes expressions (extraits de textes lus) : nationalisme culturel et monarchiste de Phạm Quỳnh, nationalisme libéral de Trần Văn Tùng et de Nguyễn Ngọc Huy, nationalisme révolutionnaire de Nguyễn Thái Học (VNQDĐ) et de Nguyễn Tường Tam (Đại Viêt Dân Chính), nationalisme « dai-vietnamien » de Lý Dông A (Đại Viêt Duy Dân) ou de Trương Tử Anh (Đại Viêt QDĐ), personnalisme des frères Ngô, national-communisme confucéen de Nguyễn Khắc Viên…

Personnalités évoquées :

Première rangée de gauche à droite : Phạm Quỳnh (1892-1945) intellectuel monarchiste assassiné en 1945, ministre de l’empereur Bảo Đại / Nguyễn Thái Học (1902-1930), nationaliste révolutionnaire, leader du VNQDĐ (Parti National), guillotiné par le régime colonial le 17 juin 1930 / Trương Tử Anh (1914-1946?), nationaliste révolutionnaire, leader du ĐVQDĐ (en abrégé Đại Viêt, Grand Viêt-Nam), disparaît à la suite de son arrestation par le Viêt-Minh en décembre 1946.

Seconde rangée de gauche à droite : Nguyễn Tường Tam (1906-1963), écrivain fondateur du Groupe littéraire autonome et un des chefs du VNQDĐ, ancien ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Hồ Chí Minh de 1946, se suicide le 7 juillet 1963 / Trần Văn Tùng (1915-?), écrivain nationaliste fervent baodaïste, membre du Parti démocrate / Ngô Đình Diêm (1901-1963), président de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1955 à 1963, assassiné le 2 novembre 1963.

Troisième rangée de gauche à droite : Nguyễn Ngọc Huy (1924-1990) nationaliste, fondateur du parti Néo Đại Viêt en 1964 et refondateur de la « doctrine de l’existence du peuple » / Nguyễn Khắc Viên (1913-1997), médecin et intellectuel marxiste / Trần Huỳnh Duy Thức (né en 1966), militant pro-démocrate actuellement emprisonné pour dissidence politique.

 

Sources mobilisées :

  • Nguyen Ngoc Thanh Annie, Les représentations de l’identité nationale d’après l’étude de contes vietnamiens de 1920 à 1945, Mémoire de DEA, Université Lumière Lyon 2, 2005, pp. 54-62 (§ « Imaginaire des contes et imaginaire national »).
  • Uno, Koichiro, Essai sur les mythes politiques vietnamiens, Mémoire de l’EHESS sous la direction de Georges Condominas, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1989, pp. 68-87 (Ch. 3 : « Culte national totalisant »). IAO Fonds Boudarel.

 

Pour aller plus loin :

Goscha, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane / Penguin Books, 2016. Présentation éditeur.

Guillemot, François, « Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique ‘Troisième voie’ », Moussons [En ligne], 13-14 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2012. URL : http://moussons.revues.org/1043.

Taylor, Keith W., A History of the Vietnamese, Cambridge, Cambridge University Press, 2013. Présentation éditeur.

Người thật trong truyện của Ðỗ Tốn – Viên Linh

[ndlr] Article de Viên Linh sur les nationalistes révolutionnaires du VNQDD en Chine du Sud (province de Guangzhou) dans les années quarante en plein conflit sino-japonais. Quand la fiction rejoint la réalité dans une nouvelle de l’écrivain Do Ton.

– Ai là Nhất Linh, Ðỗ Ðình Ðạo, Trương Bảo Sơn, … trong nhóm 9 đảng viên VNQDÐ ở Quảng Châu qua truyện ngắn Ả Hẩu?

do-ton
Nhà văn Ðỗ Tốn (1921-1973) © Diễn Ðàn Sách Xưa Việt Nam

Thập niên ’40, thành viên các đảng phái quốc gia bị Pháp lùng bắt nhiều người phải rút dần khỏi Hà Nội, khi qua biên giới Trung Hoa đành ở lại đó sống cuộc đời lưu vong (như trường hợp Nguyễn Tường Bách), và trong có Ðỗ Tốn, tác giả tập truyện Hoa Vông Vang thời tiền chiến, và truyện ngắn Ả Hẩu viết tại miền Nam trước khi qua đời tại Sài Gòn. Ông tên thật Ðỗ Ðình Tốn, sinh năm 1921, anh họ nhà cách mạng từng là quân ủy trung ương của Việt Nam Quốc Dân Ðảng Ðỗ Ðình Ðạo – mà cái chết bởi một viên đạn bí ẩn đã gây sôi nổi dư luận Hà Nội trước 1954.

Lire la suite : Nguoi Viet, 05/10/2016.