Archives par mot-clé : musique

Conférence : Fragments culturels et itinéraire personnel – Bérurier Noir et l’Asie

BxN_EmpereurTomato-Ketchup
Disque 45 t. en hommage à Shuji Terayama. Réédition 2013.

 

Bérurier Noir et l’Asie

Fragments culturels et itinéraire personnel

(1974-1989)

par François Guillemot

 

Cette conférence inédite sur le groupe Bérurier Noir s’attachera à présenter des aspects peu connus de la genèse du groupe alternatif des années 1980. En tant qu’ancien chanteur de cette formation, j’ai privilégié une perspective culturelle qui permet de mieux comprendre les sources d’inspiration des chansons et des thématiques portées par Bérurier Noir entre 1983 et 1989. Ce sera l’occasion de porter un regard à la fois introspectif et rétrospectif sur une aventure exceptionnelle de sept ans. La conférence s’articule autour de quatre temps forts :

  • L’apprentissage du nihilisme (1974-1979).
  • Dissidences occidentales en noir et blanc (1980-1984)
  • Le cirque mondial de la guerre (1985-1987)
  • Le sang rouge des illusions de Saigon à Tien An Men (1988-1989)

Le spectateur sera plongé dans un tourbillon d’actions débutant au lycée Paul Valéry (Paris 12e), se poursuivant dans la rue sur le Parvis Beaubourg, les squatts et l’Usine Pali-Kao, pour investir le Zénith de Paris le 3 mars 1988, le Québec par deux fois et finalement l’Olympia les 9, 10 et 11 novembre 1989 alors que tombe le mur de Berlin. Sur le plan culturel, ce voyage mènera l’auditoire du cinéma d’avant-garde japonais aux films politique européens, de la bande à Baader-Meinhof à l’association Actes Energie Perdue, de la boutique Harry Cover (aux Halles) au dojos de Karaté, du « No future » au « Yes future », du noir & blanc à la couleur. L’épilogue rappellera brièvement la continuité décelable chez Molodoï (1990-1996), Les Anges Déchus (1999-2002) et l’ultime Déformation (2003-2006). La conférence sera suivie d’un débat.

Affiche_BxN_UQAM

 Cliquez sur l’affiche pour l’agrandir

BxN_Sampan
Disque 45 t. dédié à l’opération Sampan paru en 1988.

 

Annonce de la conférence sur le CHRS (Centre d’Histoire des Régulations Sociales) de l’UQAM.

Lauren Meeker: Sounding Out Heritage – Cultural Politics and the Social Practice of Quan ho Folk Song in Northern Vietnam

SoundingOutHeritage[ndlr] Avis de parution de l’ouvrage de l’anthropologue Lauren Meeker sur le chant traditionnel de la province de  Bac Ninh : Sounding Out Heritage: Cultural Politics and the Social Practice of Quan Ho Folk Song in Northern Vietnam (University of Hawai’i Press, 2013).

Sounding Out Heritage explores the cultural politics that have shaped the recent history and practice of a unique style of folk song that originated in Bắc Ninh province, northern Vietnam. The book delves into the rich and complicated history of quan họ, showing the changes it has undergone over the last sixty years as it moved from village practice onto the professional stage. Interweaving an examination of folk music, cultural nationalism, and cultural heritage with an in-depth ethnographic account of the changing social practice of quan ho folk song, author Lauren Meeker presents a vivid and historically contextualized picture of the quan họ “soundscape.” Village practitioners, ordinary people who love to sing quan họ, must now negotiate increased attention from those outside the village and their own designation as “living treasures.” Professional singers, with their different performance styles and representational practices, have been incorporated into the quan họ soundscape in an effort to highlight and popularize the culture of Bắc Ninh province in the national context.

© Profile picture: Vietnam Institute of Culture and Arts Studies
© Profile picture: Vietnam Institute of Culture and Arts Studies

With its focus on the politics of rescuing, preserving, and performing folk music, this book makes a timely contribution to studies of cultural politics by showing with considerable nuance how a tradition can become a self-conscious heritage and national icon. In 2009, Quan Họ Bắc Ninh Folk Songs was inscribed on UNESCO’s Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity. Defining and reframing quan họ as cultural heritage has further complicated the relationship between village and professional quan họ and raises crucial issues about who has the authority to speak for quan họ in the international context. Sounding Out Heritage offers an in-depth account of the impact of cultural politics on the lives and practices of quan họ folk singers in Vietnam and shows compellingly how a tradition can mean many things to many people.

Source : University of Hawaii Press

* * *

© Lauren Meeker
© Lauren Meeker

See also : Singing Sentiment

Director: Lauren Meeker (SUNY New Paltz)

TRT: 43 minutes

This film documents the life and activities of elderly quan ho folk song singer, Nguyen Thi Ban, in Diem Village, Bac Ninh Province, Vietnam. As Ba Ban (grandmother Ban) tells her life story, it becomes clear how closely her life story is intertwined with her love of the music, indicating the intimate connection between quan ho folksong and the rhythms of village life.

The even, slow tempo of the village quan ho singing, narrow pitch range, and controlled body language of the singers belies the intensity of emotions generated through singing partnerships that are cultivated over long periods of time. Adherence to the rules of exchange in the genre, proper spoken language exchanged among singers and correct bodily comportment are for these singers, expressions of morality and of sentiment (feeling, emotion). Sentiment, proper feeling is not demonstrated openly through words of affection but rather through song and behavior. The strong sentiments created through singing come out strongly in Ba Ban’s explanations of her participation in quan ho activities, how she learned to sing, and how she balanced her love of the music with her work and family.

In recent decades, quan ho has become ever more visible to national and international audiences. In 2009, quan ho was accepted to the UNESCO Representative List of the Intangible Cultural Heritage of Humanity, which has resulted in redoubled attention to the genre and, in particular, to its elderly singers in the villages of Bac Ninh Province. The portrait of quan ho presented in this film is meant to challenge the pervasive media and film representations of quan ho singers as objects of heritage in which their craft is presented as static and divorced from the daily lives of the singers. Here, in her own words, Ba Ban demonstrates that village quan ho is inseparable from the socio-cultural context of village life in Northern Vietnam.

Film Screenings:

  • Institute of Cultural Research, Vietnamese Academy of Social Science, Hanoi, Vietnam, July 2013.
  • NYCAS (New York Conference on Asian Studies), Film Panel entitled “Vietnamese Traditions on Film: the Old and the New,” September 29, 2012.
  • Vietnamese Studies Group, Yale University, November 16, 2011.

Source : Lauren Meeker page – New Paltz (SUNY)

Le grand compositeur Phạm Duy s’est éteint laissant derrière lui une « oeuvre patrimoniale »

Chợ Neo, 1949 – Phạm Duy, Thái Hằng, một tháng sau ngày cưới
© Pham Duy website

L’information a été divulguée par le poète Do Trung Quan à la BBC [1]. Selon VietNamNet, le grand compositeur Pham Duy est décédé le 27 janvier 2013 à 14h30 à l’âge de 93 ans [2]. Considéré comme un génie de la musique vietnamienne, il fit entrer celle-ci dans la modernité. Après 70 ans d’une carrière musicale exceptionnelle, il laisse à la postérité plus d’un millier de compositions.

Celles-ci démontrent le fort attachement du compositeur à son pays qui, depuis 1942, n’eut de cesse de créer des œuvres musicales reflétant l’évolution du Viêt-Nam en révolution puis plongé dans une guerre fratricide. Tout au long de sa longue carrière, Pham Duy composa, chanta, interpréta mais fit également des recherches en musicologie. Il amena tout un répertoire traditionnel et populaire (âm nhạc cổ truyền, dân ca) dans la nouvelle musique (tân nhạc) qu’il justifiait ainsi : « Je devais commencer ma création par des chansons véhiculant l’esprit du Viêt-Nam et, de plus, avec les ingrédients du Viet-Nam » [3].

Pham Duy naquit le 5 octobre 1921 à Hanoi sous le nom de Pham Duy Can. Il était un des trois fils de l’écrivain Pham Duy Ton (1881-1924), un lettré moderniste réputé pour être le premier « romancier social » de la littérature du XXe siècle [4]. Pendant la guerre d’Indochine, Pham Duy rejoignit le Viêt-Minh « une guitare à la main » puis abandonna les rangs de la résistance afin d’assurer sa propre sécurité, certaines de ces chansons étant jugées trop « sentimentales » [5].

© VietNamNet

En se réfugiant au Sud, il rallia de fait le camp de Saigon pour lequel il continua à composer. Comme des centaines de milliers de Vietnamiens, Pham Duy quitta son pays en 1975 à la suite de la chute de la République du Viêt-Nam. Il composa de nombreuses chansons pour ses compatriotes réfugiés et les boat people. Sa chanson patriotique « Viêt Nam Viêt Nam » fut souvent interprétée dans les spectacles musicaux de la communauté vietnamienne exilée. Il revint régulièrement dans son pays à partir de 2000 avant de s’installer définitivement à Ho Chi Minh-Ville en 2005. Son retour provoqua des débats au Viêt-Nam où une partie de son répertoire musical est toujours considéré comme « réactionnaire ». Il participa alors à de nombreux concerts à Ho Chi Minh-Ville ou Hanoi. Dernièrement très affecté par la mort de son fils aîné Duy Quang (survenue le 19/12/2012) aux États-Unis, sa santé se dégrada, il s’éteignit à l’hôpital un mois après.

L’ensemble de sa création constitue un patrimoine considérable pour la musique vietnamienne du XXe siècle. Une œuvre musicale qui, tour à tour, fut à la fois héroïque, bucolique ou romantique. Les textes de ses chansons forment également un corpus qui mérite d’être étudié en profondeur tant ils épousent le destin du Viêt-Nam au cours du vingtième siècle.

FG, 27/01/2013.

Notes

[1] « Nhạc sĩ Phạm Duy qua đời« , BBC, 27/01/1993.

[2] « Nhạc sĩ Phạm Duy qua đời ở tuổi 93« , VietNamNet, 27/01/1993.

[3] BBC, art. cit.

[4] VietnamNet, art. cit. Voir l’entrée en vietnamien Pham Duy Ton sur Wikipedia.

[5] Mặc Lâm, « Nhạc sĩ Phạm Duy: những bộc bạch cuối đời« , RFA, 23/06/2012.

  • A parcourir : L’album de famille (Tập Ảnh Gia Ðình) sur le site de Pham Duy.
  • A relire : les Mémoires de Pham Duy (Hồi ký Phạm Duy) en 3 volumes sur la période 1945-1975, publiés entre 1989 et 1991 chez Pham Duy Cuong Musical Productions.

 

* * *

Việt Nam Việt Nam – chung khúc trường ca Mẹ Việt Nam của Phạm Duyphần hòa âm của nhạc sĩ Lê Văn Khoa hòa âm Ban hợp xướng Ngàn Khơi trình bày cùng với Festival Orchestra do nhạc trưởng Trần Chúc điều khiển.

* * *

La version traduite en français sur des images extraites d’une ancienne vidéo de Thuy Nga Paris (1987)

Việt Nam Việt Nam – Hợp Ca


VietNam – VietNam – Hop Ca par HongTuyet

Tô Hải : « Mémoires d’un lâche »

En 2009, la très dynamique maison d’édition vietnamienne Tieng Que Huong, dirigée par l’écrivain Uyen Thao en Virginie publiait les mémoires décapantes du musicien To Hai sous le titre provocateur de « Mémoires d’un lâche ». Sur plus de cinq cent pages, l’auteur revient sur son engagement au sein du parti communiste et décrit la vie politique et culturelle de la RDVN pendant la guerre puis de la RSVN à l’ère du Doi Moi (Renouveau) institué en décembre 1986. Aujourd’hui âgé de 85 ans et alité, l’artiste continue à blogguer sur la toile. Son site personnel entend « parler vrai » et dénoncer l’escroquerie politique qu’il a dû servir et subir pendant 62 ans.

Documentation en ligne :

Interviews en vietnamien sur Radio Free Asia (31 mai 2009 et 6 juin 2009)
Interview en vietnamien sur Nguoi Viet (traduite en anglais)
Pdf complet des mémoires sur Viet Nam Van Hien.net

Blog de To Hai

ToHai_hoikycuamotthanghen