Archives par mot-clé : Moussons

Moussons n°33 [parution]

[ndlr] Avis de parution du n°33 de la revue Moussons.

Ce numéro généraliste de Moussons a une saveur particulière : il entame avec l’année 2019 ses 20 ans d’existence salués dans l’éditorial sous le titre « Vingt après ». S’ensuit un dossier thématique qui conjugue les compétences des géographes, des urbanistes et des ethnologues pour aborder, sous l’angle des politiques publiques et des initiatives privées, les processus récents de densification démographique et de gentrification de la principale ville du Myanmar : Yangon (autrefois Rangoun). En effet, depuis le début des années 2010 et la relative libéralisation du régime, la capitale économique du Myanmar a attiré un grand nombre de migrants en quête d’opportunités d’emploi et de formation. La cité doit alors faire face à des problèmes de surpeuplement, de congestion du trafic, d’inadaptation des infrastructures, de marginalisation des habitants les plus modestes, de dégradation de leurs conditions de vie et de menaces sur le patrimoine architectural de la ville. Les articles du dossier rédigés par Marion Sabrié, Maaike Matelski, Helene Maria Kyed et Eben Forbes, traitent de ces différents problèmes en croisant, par le biais d’enquêtes de terrain, les logiques d’action des élites et des classes moyennes ou populaires.

Deux articles varia composent également ce numéro. Julien Debonneville et Olivia Killias décrivent le rôle des agences de recrutement et de placement dans l’économie mondialisée du travail domestique en se penchant sur deux « industries » de la migration de référence en Asie du Sud-Est, les Philippines et l’Indonésie. Laurent Gédéon étudie les prétentions territoriales chinoises sur la mer de Chine du Sud qui imposent au Vietnam de concevoir désormais une maritimisation de son espace stratégique.

Lien vers la revue en ligne : Moussons 33

Les « passeurs ». Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954)

Moussons_24[ndlr] Message de la revue Moussons : Toute l’équipe éditoriale de Moussons a le plaisir de vous annoncer la parution du  dernier numéro de la revue (24)  qui propose un dossier thématique intitulé Les « passeurs ». Portrait de groupe d’intellectuels vietnamiens dans le siècle franco-vietnamien (1858-1954) réalisé sous la direction de Trinh Van Thao et Nguyen Phuong Ngoc.

 

Le siècle franco-vietnamien (1858-1954) n’avait pas laissé, au-delà des épisodes guerriers qui ont jalonné le long chemin de la révolte à la liberté, que ruines et larmes. Il reste un legs culturel à mettre au jour, à entreprendre un état des lieux d’autant plus complexe que bien souvent enfoui, refoulé sous le poids des oublis, des préjugés, et par-dessus tout, des mémoires sélectives. On le sait depuis Maurice Halbwachs, il faut se méfier de la mémoire historique, mémoire d’État qui se confond trop souvent avec la pensée unique et dont la vocation principale consiste à refouler dans les zones d’ombre des fragments entiers de mémoires collectives, plurielles et multiples, venant des minorités, des vaincus et surtout de ceux qui dérangent le bel ordre établi. Plus discrets et moins visibles que les événements historiques de grande ampleur (changement de régime, guerres et révolutions), les faits culturels peuvent pourtant exercer un effet plus durable.

Table_Moussons24

Source : Moussons

Vanina Bouté, Vatthana Pholsena, Laos. Sociétés et pouvoirs – CR de lecture de Léo Mariani

LaosSocietes&Pouvoirs[ndlr] A lire : CR de lecture en ligne de l’ouvrage Laos. Sociétés et pouvoirs dans le numéro 21 de Moussons.

En 1975, le Laos a connu une révolution communiste qui a radicalement modifié la trajectoire politique, économique et sociale déjà incertaine du pays. Les premiers temps du nouveau régime furent marqués par des réformes radicales (fermeture des frontières et de l’économie, collectivisation des terres, déportation des « réactionnaires » en camps de « rééducation », etc.) qui ne firent qu’aggraver la situation. Confrontés à la résistance souvent discrète mais persistante des Laotiens, à un manque de moyens tant humains que logistiques et à un déficit de légitimité qui ne pouvait être comblé par la force, les dirigeants communistes ont ensuite su faire preuve de pragmatisme pour revenir progressivement sur la plupart des politiques qu’ils avaient imposées. Depuis la fin des années 1990, le pays se trouve ainsi engagé dans un processus accéléré d’ouverture diplomatique et économique dont les répercussions sur un tissu social d’une grande diversité sont aussi nombreuses que variées. L’objectif de cet ouvrage est de revenir sur ces changements sociaux en s’intéressant à « la reconfiguration des rapports entre État et sociétés » (p. 10). Il s’agit donc, d’une part, de mettre au jour les logiques propres à tout pouvoir, qui doit concilier son maintien avec des facteurs socio-économiques sur lesquels il a plus ou moins d’emprise, et, d’autre part, de mesurer les impacts de l’adaptation à ces contraintes dans la société. La démarche est d’autant plus légitime que les recherches sur le Laos, bien qu’elles connaissent actuellement un renouveau, sont encore relativement rares.

Lire la suite : Moussons, 21 / 2013. © Presses Universitaires de Provence

Référence électronique

Léo Mariani, « Laos. Sociétés et pouvoirs, Vanina Bouté & Pholsena Vatthana, éd. », Moussons [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 19 juin 2013. URL : http://moussons.revues.org/2180

  • Moussons n°21 / 2013 :

Lectures anthropologiques de l’éthique entrepreneuriale, sous la direction de Ghislaine Gallenga et Jérôme Soldani