Archives par mot-clé : modernisation

Hồ Anh Hải : Kỷ niệm 110 năm phong trào yêu nước Đông Kinh Nghĩa Thục [Ba Sàm]

[ndlr] Article publié à l’occasion des 110 ans du mouvement lettré patriotique « École de la juste cause », l’école libre du Tonkin de 1907.

Ngày 11/2/2017, nhân dịp kỷ niệm 110 năm ngày thành lập Trường Đông Kinh Nghĩa Thục (ĐKNT), một số nhà trí thức dẫn đầu là ông Nguyễn Khắc Mai Giám đốc Trung tâm Nghiên cứu văn hóa minh triết đã đến dâng hương trước bàn thờ cụ Nguyễn Hữu Cầu tại nguyên quán cụ.

Cử nhân Hán học Nguyễn Hữu Cầu (1879-1946) là một trong số các nhà sáng lập Trường ĐKNT. Trường khai giảng tại Hà Nội vào tháng 3/1907. Đây là một hình mẫu trường học chưa từng có trong lịch sử nước ta: không thu học phí, bất cứ ai không phân biệt già trẻ gái trai đều có thể vào học; giấy bút, giáo trình học đều phát không cho học viên, ai nghèo quá được nhà trường nuôi ăn ở…. Các môn học gồm: chữ Quốc ngữ, chữ Nho, tiếng Pháp, thường thức về khoa học, kinh tế, tài chính, chính trị, quyền công dân, lối sống mới có đạo đức và vệ sinh v.v… là những điều xưa nay dân ta chưa hề nghe nói. Giáo trình do Ban Tu thư của nhà trường (mà cụ Cầu là một thành viên chủ yếu) biên soạn, in và phát hành trong cả nước, chủ yếu sử dụng các Tân thư của Trung Quốc, Nhật Bản và văn thơ của các chí sĩ cách mạng nước ta.

Lire la suite : Ba Sàm News, 21/02/2017.

“Nous sommes aujourd’hui trop Français, trop Chinois, nous sommes doctrinaires éclectique, nous sommes socialistes autoritaires: nous devons être Vietnamiens …”(Nguyễn Hữu Cầu dans Le Peuple, 4/8/1946).

Image « à la une » : Cụ Nguyễn Khắc Mai, cùng các nhân sĩ kỷ niệm 110 năm ngày thành lập trường Đông Kinh Nghĩa Thục  © Ảnh: Nguyễn Hữu Minh

Actualité de Phan Chau Trinh (1872-1926) : lutte pour l’intelligence et intelligence de la lutte

PhanChauTrinhLe 24 mars marque le jour de la disparition du grand lettré Phan Chau Trinh (ou Phan Chu Trinh) à Saigon il y a 87 ans (24 mars 1926). Lettré moderniste, anticolonialiste, nationaliste réformateur, il fut l’infatigable partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance.

Il naquit dans la commune de Tây Lộc (district de Tiên Phước, préfecture de Tam Kỳ) de la province de Quảng Nam en 1872. Issu d’une famille relativement aisée, son père, enseignant d’arts martiaux, participa activement au mouvement insurrectionnel d’Aide au Roi (Cần Vương). Mais cet engagement lui coûta la vie lorsqu’ il fut suspecté de trahison en 1887. Sa mère étant décédée quelques années auparavant, Phan Chau Trinh se retrouva orphelin. Il étudia pendant quatre ans en milieu familial soutenu par son frère ainé avant d’obtenir en 1900 le grade de Licencié (Cử Nhân) du concours provincial puis le grade de Vice-docteur (Phó Bảng) l’année suivante. En 1903, il fut nommé secrétaire au Ministère des Rites.

De 1902 à 1905, il étudia les œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Montesquieu ou Voltaire et le « nouveau savoir » (tân học) dont il s’imprégna pour fonder sa propre pensée politique visant à élever la conscience du peuple dans un contexte colonial. Afin de mieux maîtriser la condition de ses compatriotes, il organisa avec d’autres lettrés (notamment Trần Quý Cáp et Huỳnh Thúc Kháng) un périple dans le Sud du pays puis dans le Nord jusqu’à Hanoi. Il partit ensuite clandestinement en Chine et il rencontra, en 1906, Phan Boi Chau à Hong-Kong. Puis les deux hommes se rendirent ensemble au Japon. C’est à ce moment qu’ils définirent leurs approches respectives pour accéder à l’indépendance : l’une préconisant la violence révolutionnaire, l’autre une évolution pacifique mais intransigeante. Phan Chau Trinh a déjà décidé à cette époque de s’écarter la voie violente aux vues de son expérience familiale dans le Cần Vương et de sa visite dans le maquis du révolutionnaire Hoang Hoa Tham avant son départ pour l’étranger. De retour dans son pays en 1907, il se fit remarquer politiquement par l’envoi d’une lettre de douze pages en caractères chinois (Đầu Pháp chính phủ thư) adressée au Gouverneur général de l’Indochine Paul Beau dans laquelle il exposa son programme de réforme profonde du système colonial. Il s’insurge contre la corruption du système, sa violence, son incapacité à améliorer le sort des masses. Sa lutte pour l’intelligence du Viêt-Nam est désormais engagée.

Il participa à l’aventure de l’Ecole de la Juste Cause (Đông Kinh Nghĩa Thục) à partir de juillet 1907 à Hanoi et soutint l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le Centre du pays. Arrêté à Hanoi puis transféré à Huê, ce combat politique lui valut d’être condamné à mort par le régime colonial. Protégé par la Ligue des Droits de l’Homme, il put échapper à une mort certaine mais fut déporté au bagne de Poulo-Condore au mois d’avril 1908. Au mois d’août 1910, il fut libéré du bagne grâce aux vives protestations de la Ligue des Droits de l’Homme puis assigné à résidence à Mytho. A la suite d’une autorisation des autorités coloniales, il se rendit en France en 1911 avec son fils pour y enseigner. Arrivé à Paris, n’oubliant pas le sort de ses compatriotes emprisonnés à la suite de la révolte anti-fiscale de 1908, il rédigea une note (Trung Kỳ dân biến thủy mạt ký) pour Ligue des Droits de l’Homme afin de plaider leur cause et fit connaître les conditions inhumaines du bagne de Poulo-Condore. Il continua de défendre la cause des prisonniers politiques de l’Indochine tout en rédigeant sa vision d’un Viêt-Nam post-colonial (Pháp-Việt liên hiệp hậu chi Tân Việt Nam).

Pour avoir refusé avec Phan Van Truong de servir la France en tant que soldat pendant la Première guerre mondiale, il fut emprisonné à la Santé de septembre 1914 à juillet 1915. Libéré, il organisa de nouveau le combat anticolonial au sein du groupe parisien dit des « Cinq Dragons » (Nguyen An Ninh, Nguyen Tat Thanh Nguyen The Truyen, Phan Van Truong et Phan Chau Trinh) connu pour avoir porté les « Revendications du peuple annamite » le 19 juin 1919 au Congrès de Versailles sous le nom collectif de Nguyen Ai Quoc. Il fit de nouveau entendre sa voix lors de la venue en France de l’empereur Khai Dinh en 1922 pour lequel il rédigea une lettre (Thất Điều Trần) appelant à la fin de la royauté et chargeant la dynastie de sept fautes majeures. Il rédigea quelques années plus tard un essai de politique indochinoise (Đông Dương chính trị luận).

Ses appels et revendications ne furent guère entendus. Lassé et de santé fragile, il fut autorisé à revenir au Viêt-Nam en 1925. De retour dans son pays, il poursuivit, avec d’autres comme le jeune Nguyen An Ninh, sa lutte pour une réforme républicaine. Il milita en particulier pour l’amnistie de Phan Bội Châu, le père du nationalisme révolutionnaire, et redigea d’autres textes qui exercèrent une influence sur  la jeune génération de révolutionnaires (Ðạo đức và luân lý Đông Tây, Quân trị chủ nghĩa và dân trị chủ nghĩa). Malade et épuisé, il devait décéder le 24 mars 1926 le jour de l’arrestation de Nguyen An Ninh et Dejean de la Bâtie (La Cloche Fêlée). Son enterrement donna lieu à d’importantes manifestations populaires dans tout le pays. Des centaines de milliers de jeunes y participèrent sonnant le départ du printemps de 1926, illustré par une série de grèves scolaires sans précédent à Saigon, Huê et Hanoi.

Auteur de nombreux écrits politiques, formant ce qu’on appelle désormais la « pensée Phan Chau Trinh », il est considéré comme le père de l’idéal démocratique. Traduit en langue anglaise en 2009 par le chercheur Vinh Sinh, ses principaux textes donnent à voir la modernité de sa démarche pacifique. Il incarne cette lutte de longue haleine pour l’intelligence de son peuple et s’inscrit dans une perspective qui démontre l’intelligence de sa lutte dans un contexte colonial particulièrement répressif. En 2007, une Fondation culturelle portant son nom fut créée dans « le but de mobiliser les ressources intellectuelles et matérielles pour une renaissance culturelle du pays, contribuant aussi à sa modernisation » (Vietnam+, 26/03/2013). Pour de nombreux Vietnamiens d’aujourd’hui, la problématique de Phan Chau Trinh consistant à vouloir élever le niveau intellectuel dans une évolution non violente pour accéder à l’indépendance politique et à la liberté des citoyens et de leurs droits est d’une criante actualité.

François Guillemot, 25-26 mars 2013.

Principales sources : Viet Studies (article Phan Chu Trinh) ; Biographical Chronology (dans Vinh Sinh ed.)

A lire ou à écouter : Kính Hòa, Cụ Phan Chu Trinh và phong trào Duy Tân, RFA, 25/03/2013.