Archives par mot-clé : missionnaires

[parution] Alexandre de Rhodes : Histoire du royaume de Tunquin – édition annotée par Nguyễn Tấn Hưng

NguyenTanHung_AlexandreDeRhodesAlexandre de Rhodes, s.j.

(1593-1660)

Histoire du royaume de Tunquin

 

Réactualisation et annotation de

Nguyễn Tấn Hưng

Préface de Philippe Papin

ISBN : 978-2-35664-087-1

Éd. Joseph Ouaknine, 408 pages

http://www.ouaknine.fr

 

Préface [extrait] de Philippe Papin, Directeur d’études, École Pratique des Hautes Études, Paris

Rares, sinon inexistants, sont les passionnés d’histoire moderne vietnamienne qui ignorent le travail d’édition critique colossal accompli par Monsieur Nguyễn Tấn Hưng depuis plusieurs années. En plus de ses travaux sur les légendes et l’histoire locale de son cher Khánh-Hòa qui ont déjà retenu l’attention des lecteurs*, il s’est en effet donné pour objectif de publier les principaux ouvrages savants et récits de voyage des missionnaires occidentaux partis évangéliser le Vietnam au XVIIe siècle, en fournissant, pour chacun d’eux, un appareil critique de tout premier ordre.

Pour ce faire, sa parfaite connaissance de la période était une condition indispensable. On en mesurera l’étendue en lisant de près les quelque six cents notes infrapaginales de cette Histoire du Royaume du Tonkin qui, chemin faisant, viennent éclairer de manière pertinente, et souvent nouvelle, les assertions d’Alexandre de Rhodes, apportant ici une précision, là un démenti, ailleurs une précision ou un complément d’information essentiel à la compréhension du texte lui-même. Disons-le simplement : il y a, en bas de la présente édition du livre d’Alexandre de Rhodes, un second livre, qui est de Nguyễn Tấn Hưng et qui nous apporte, en miroir de la vision du missionnaire, la nourriture scientifique dont nous avions besoin pour pouvoir le comprendre. Cette nourriture abondante, digeste et présentée avec élégance fait qu’on lit cette édition critique avec un plaisir intense et qu’on en ressort rassasié, repu mais léger, bien plus satisfait que nous ne l’étions, jusque-là, des maigres potages qui nous étaient servis.

Lire la suite : Terre Lointaine

Autre ouvrage annoté par Nguyen Tan Hung : Marini – Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin

Marini : Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin [nouvelle édition critique de Nguyễn Tấn Hưng]

[ndlr] Dans le cadre de la réédition critique des récits des anciens voyageurs européens au Viêt Nam, Nguyen Tan Hung a entrepris de reprendre et d’annoter ceux des missionnaires jésuites qui se trouvaient parmi les premiers Supérieurs de l’Église du Tonkin : Alexandre de Rhodes (1627-1630), Giovanni Filippo de Marini (1647-1658) et Joseph Tissanier (1658-1663). Cette édition dûment annotée intéressera les lecteurs curieux de redécouvrir le Viêt Nam du XVIIème siècle.

Nguyen Tan Hung a le plaisir de nous annoncer la parution de :

NguyenTanHung_Marini

 

Giovanni Filippo de Marini

(1608-1682)

Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin

 

Réactualisation et annotation de Nguyen Tan Hung

Préface de Philippe Papin

Réf. : Giovanni Filippo de Marini, Nguyen Tan Hung (édition annotée par), Relation nouvelle et curieuse du royaume de Tunquin, Éditions Joseph Ouaknine, 2013, 350 p. ISBN : 978-2-35664-079-6

Extrait de la préface :

La Relation nouvelle et curieuse du père Marini s’insère dans une série de tableaux descriptifs et de récits de voyage portant sur le Vietnam, et sur ses chrétientés, qui commence à la fin de la première moitié du XVIIe siècle et se poursuit, à des rythmes divers, jusqu’au cœur du XIXe siècle. Avant lui, les grands précurseurs que furent Giuliano Baldinotti, Christoforo Borri et Alexandre de Rhodes avaient déjà frayé la voie en témoignant de ce qu’ils avaient vu et appris au Vietnam. Aussi, au moment où il met en forme ses notes, autour des années 1660-1662, Filippo de Marini dispose-t-il, sur sa table de travail et sous forme de livres, déjà connus du public, d’un corpus solide de connaissances et d’impressions, d’anecdotes et de vérités, de faits avérés et d’idées reçues qui ont cours, qui sont bien établis et qu’il ne peut négliger. Ses affirmations, fondées sur une longue observation et une longue enquête, puisqu’il a vécu onze ans au nord du Vietnam, avec quelques interruptions, se glissent dans ce moule préexistant. D’autre part, et il faut s’en souvenir lorsqu’on les lit, Marini et ses semblables n’écrivent pas pour le seul plaisir de faire découvrir un pays et ses habitants ; ils accomplissent en réalité une mission prosélyte, laquelle succède à leur mission sur le terrain mais se tourne cette fois en direction de l’opinion lettrée européenne et, plus encore, en direction des relais de l’autorité politique en Europe. Baldinotti, Borri, Rhodes, Marini et tous les autres sont des militants, au sens originel du mot : ils mènent le combat, et ce combat vise à la défense et à l’expansion des chrétientés d’Asie. Par conséquent, l’image qu’ils fournissent du contexte local, de l’histoire et de la géographie, des mœurs et des coutumes, est une image qui vise avant toute chose à convaincre. On s’en persuadera en lisant la description par Marini de la richesse insolente du Vietnam, de cette abondance perpétuelle qui fait que l’habitant possède un estomac d’autruche et « ne se lève de table que quand il ne peut plus manger », le pays croulant sous le poids de ressources naturelles qui, précisément, sont celles que convoitent les négociants européens (bois, chanvre, coton, épices). On s’en persuadera encore en lisant ce qu’il dit du système politique local – si fragile qu’un rien pourrait le modifier – et d’une population robuste travailleuse qui, si elle était affranchie de la tyrannie de ses maîtres, userait de ses qualités à meilleur bénéfice.

Lire la suite sur Terre lointaine, le blog de Nguyen Tan Hung.

Charles Keith: Catholic Vietnam – A Church from Empire to Nation

In this important new study, Charles Keith explores the complex position of the Catholic Church in modern Vietnamese history.

By demonstrating how French colonial rule allowed for the transformation of Catholic missions in Vietnam into broad and powerful economic and institutional structures, Keith discovers the ways race defined ecclesiastical and cultural prestige and control of resources and institutional authority. This, along with colonial rule itself, created a culture of religious life in which relationships between Vietnamese Catholics and European missionaries were less equal and more fractious than ever before. However, the colonial era also brought unprecedented ties between Vietnam and the transnational institutions and culture of global Catholicism, as Vatican reforms to create an independent national Church helped Vietnamese Catholics to reimagine and redefine their relationships to both missionary Catholicism and to colonial rule itself. Much like the myriad revolutionary ideologies and struggles in the name of the Vietnamese nation, this revolution in Vietnamese Catholic life was ultimately ambiguous, even contradictory: it established the foundations for an independent national Church, but it also polarized the place of the new Church in post-colonial Vietnamese politics and society and produced deep divisions between Vietnamese Catholics themselves.

Charles Keith is Assistant Professor of History at Michigan State University.

Source : University of California Press

Réf. : Keith, Charles, Catholic Vietnam: A Church from Empire to Nation, Berkeley – Los Angeles – London, University of California Press, [coll.] From Indochina to Vietnam: Revolution and War in a Global Perspective, 2012, 333 p.

Thank you to Charles Keith who informed us of his new publication.

* * *

Book reviews from the inside flap

« In this richly documented and judiciously argued book, Charles Keith has crafted a engaging account of what it was like to be Catholic in nineteenth- and twentieth-century Vietnam. He provides what no other scholar has: a nuanced and complex history of the political discord, social uncertainties, and spiritual aspirations that shaped Catholicism for millions of Vietnamese from the beginning of French colonial rule to the first years of national independence. Intelligent, detailed, and compelling, Catholic Vietnam is an important book. » (J. P. Daughton, author of An Empire Divided: Religion, Republicanism, and the Making of French Colonialism, 1880-1914).

« In Catholic Vietnam, Charles Keith challenges a deeply entrenched body of flawed conventional wisdom about the modern history of Vietnamese Catholicism. Free from the biases and tendentious assumptions that distorted scholarship on the topic during the Vietnam War era and armed with a massive arsenal of difficult-to-access primary sources in French and Vietnamese, Keith provides the most thorough and even-handed historical treatment currently available of the Vietnamese Catholic community under French rule, while telling a gripping story about a fascinating but neglected political and cultural process that he calls Catholic ‘decolonization.’ Beautifully written, exhaustively researched, and persuasively argued, Catholic Vietnam sets a new standard within the field. » (Peter Zinoman, author of The Colonial Bastille: A History of Imprisonment in Vietnam, 1862-1940).

« In this nuanced, wide-ranging, and lively account, Charles Keith establishes how Vietnamese Catholics positioned themselves and were perceived over time. Challenging binary and orthodox narratives, Keith’s meticulously researched book successfully interrogates and ultimately debunks notions of Catholicism’s inherent foreignness to Vietnam. Catholic Vietnam provides very important and timely contributions to the histories of Vietnam, of religion, and of French colonialism. » (Eric T. Jennings, author of Imperial Heights: Dalat and the Making and Undoing of French Indochina).

Aperçu Google Books