Archives par mot-clé : mis-en-avant

Mme Dang Thi Ngoc Thinh, présidente de la RSVN par intérim. Résistante et apparatchik : portrait

A la suite du décès soudain de Tran Dai Quang, la vice-présidente Dang Thi Ngoc Thinh a été nommée présidente de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) par intérim. Elle assume cette charge depuis le 23 septembre 2018 selon le document signé par Nguyen Thi Kim Ngan, la présidente de l’Assemblée nationale, au nom du Comité permanent de cette assemblée.

A lire sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam

L’autoroute Nord – Sud au Viêt-Nam, point sur le projet

Le 8 mai 2010 une entrée intitulée « Đường cao tốc Bắc – Nam (Việt Nam) » [Autoroute Nord-Sud (Viêt Nam)] était créée sur Wikipedia. Elle est dédiée au projet de construction d’une autoroute à quatre voies, en abrégée CT 01, entre le nord et le sud du Viêt-Nam, déployée sur quelques 2109 km. La notice de l’encyclopédie participative s’est considérablement développée ces dernières années car la première tranche des travaux a débuté en 2017. Trois étapes d’investissement sont prévues pour mener à bien ce projet qui devrait être finalisé en 2025 pour rejoindre Saigon et quelques années supplémentaires pour Can Tho et finir la course à la pointe de Ca Mau. De 2017 à 2030, l’ensemble de la construction doit s’étaler sur une douzaine d’années.

Le coût de l’investissement nécessaire annoncé au départ (en 2016) autour de 15 milliards de dollars (USD) a flambé, réévalué à 30/40 milliards de dollars, il devrait atteindre 60 milliards de dollars soulevant un débat au sein du gouvernement de l’État-Parti. Ce dernier entend éviter la corruption qui pourrait impacter lourdement le coût du projet. Le journaliste indépendant Pham Chi Dung retrace dans un article détaillé la dérive budgétaire observée entre les premières estimations de 2007 et les dernières de 20181

Bản đồ lộ trình tuyến đường cao tốc Bắc – Nam / Carte routière Nord-Sud (source : Wikipedia)

L’autoroute se déploiera sur quatre lignes : la première concerne l’axe Lang Son – Hanoi de 170 km, la seconde l’axe Hanoi – Ho Chi Minh-Ville soit 1600 km, la troisième l’axe HCM-Ville – Cantho et la quatrième Cantho – Ca Mau. Entre 2017 et 2020 une tranche prioritaire de construction a été formalisée sur 713 km traversant les provinces de Nam Dinh – Ha Tinh au nord, Quang Tri – Thua Thien Hue au centre et Khanh Hoa – Dong Nai aud Sud. En 2017, le site d’information Zing a réalisé une infographie vidéographique consultable en ligne et reprise sur YouTube (voir ci-dessous).

Une seconde infographie plus détaillée sur le plan des investissements a été réalisée par la TV du journal Lao Dong en avril 2017 mais tous ces chiffres demandent confirmation.

Le projet doit encore être validée par l’Assemblée nationale lors d’une prochaine session. Il est actuellement de nouveau discuté sur la toile. Nous profitons de ces débats pour mettre en ligne les cartes Wikipedia et de la presse vietnamienne à titre informatif.

Les trois étapes d’investissement de l’autoroute vietnamienne Nord-Sud (source : Phap Luat)

FG

Pour en savoir plus :

Song Hà, Phó thủ tướng chỉ đạo chuẩn bị triển khai một số tuyến cao tốc Bắc – Nam, VnEconomy, 26/09/2018. Yêu cầu các bộ ngành, địa phương phối hợp chặt chẽ với Bộ Giao thông Vận tải trong quá trình triển khai dự án cao tốc Bắc – Nam…

Viet Long, Xây dựng cao tốc Bắc Nam: Phải lựa chọn tư vấn có uy tín, Soha.vn, 27/09/2018. “Công tác lựa chọn tư vấn cho dự án đường cao tốc Bắc – Nam cần phải đảm bảo các đơn vị có nền tảng, trình độ và uy tín ». Đó là khẳng định của Bộ trưởng Bộ GTVT Nguyễn Văn Thể tại cuộc họp rà soát tiến độ các dự án thành phần thuộc dự án đường bộ cao tốc Bắc Nam phía Đông, diễn ra sáng 27-9.


Notes

  1. Pham Chi Dung, Bóng đè chế độ và hội chứng ‘hốt cú chót’, Bauxite, 26/09/2018 []

Séra : Concombres amers

[ndlr] Parution le 19 septembre 2018 du nouveau roman graphique du dessinateur Séra. Présentation de l’éditeur : Concombres amers. Les racines d’une tragédie. Cambodge 1967-1975. Nous remercions Sylvain Boulouque pour le signalement.

Collection : Marabulles – Biopic et roman graphique

Ce récit graphique raconte, depuis les années 60, la montée tragique qui va conduire au génocide Khmer, depuis la fuite du prince Sihanouk en 1969 jusqu’à la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975.

Un gamin emprunte un sentier interdit. Il s’enfonce dans la végétation et il voit les pendus dans les arbres. Ce gamin, c’est Séra, il a neuf ans. En 1975, ses parents et leurs trois enfants sont expulsés par les Khmers rouges. Phnom Penh est tombé, Pol Pot arrive. Son père khmer, est expulsé de l’enceinte de l’Ambassade de France où la famille a trouvé refuge ! Séra est alors âgé de quatorze ans. Il est encore trop tôt pour qu’il puisse raconter la vie « d’avant ».

Séra sait parfaitement que les mots seuls sont bien faibles pour dénoncer cette violence, cette barbarie. De plus, les mots laissent la place à une zone floue où le « sacro-saint » imaginaire du lecteur risque de s’engouffrer et de l’emmener bien loin de la réalité… Il n’en est pas question ! C’est pourquoi l’image s’impose.

Préface par Tardi.

Source : Marabout

Phan Ngoc Huyen : « Le système du Chancelier dans l’histoire médiévale du Viêt-Nam : problématique et arguments »

[ndlr] Message de notre collègue Nguyen Giang Huong (BNF).

Dans le cadre de sa collaboration avec l’Ecole normale supérieure de Hanoi, le labex TransferS reçoit PHAN Ngoc Huyen, professeur associé à la Faculté d’histoire.

M. Phan donnera une série de trois conférences à l’ENS, Paris, portant sur Le statut du mandarinat et les politiques d’anticorruption à la dynastie Lê postérieure

La première séance se tiendra le vendredi 5 octobre, de 16h15 à 18h15


« Le système du Chancelier dans l’histoire médiévale du Viêt-Nam : problématique et arguments »

Phan Ngoc Huyen

Salle Celan, ENS (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Pour l’organisation de l’appareil de l’État du Viêt-Nam à la période médiévale, le rang de chancelier ou de premier ministre était particulièrement important et constituait le noyau de l’appareil des mandarins à la Cour.

Cette étude contribue à répondre à un certain nombre de questions telles que : Qui sont les chanceliers à l’époque du Đại Việt ? Quelle est la nature de cette nomination ? Quels sont les critères de sélection et de nomination du chancelier ? Quel rôle joue le chancelier dans l’évolution et la décadence de chaque dynastie ? Le chancelier et le roi ou le seigneur forment-t-ils un « couple parfait » ?

Cette étude pourrait contribuer à la clarification des institutions politiques vietnamiennes à la période médiévale.

La conférence sera donnée en vietnamien, en présence d’un traducteur.

Phan Ngoc Huyen, né en 1983, est professeur associé d’histoire de la Faculté de la Hanoi National University of Education. Ses principales orientations de recherche portent sur les Institutions bureaucratiques dans l’histoire du Viêt-Nam à la période médiévale, les politiques anticorruption dans l’histoire médiévale du Viêt-Nam et les échanges culturels sino-vietnamiens. (Photo du professeur invité en une de ce billet).

Autres conférences à venir :

Les trois conférences de l’historien Phan Ngoc Huyen au mois d’octobre 2018

L’entrée est libre, dans la limite des place disponibles.
Prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS.

Source : France-Vietnam, un portail entre les cultures

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 2

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Hô Chi Minh lisant le journal Nhân Dân (Le Peuple), organe du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam, dans le maquis Viêt Bac en 1951. Titre de la première page : « La révolution d’octobre » avec les portraits de Lénine et de Staline © DR

Mémoires de dirigeants

Séance 1 : mercredi 3 octobre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Cette séance sera consacrée à l’étude des trajectoires biographiques et politiques de trois personnalités historiques de la péninsule indochinoise : l’empereur Bao Dai (1913-1997), le président Hô Chi Minh (1890-1969) et le roi Norodom Sihanouk (1922-2012). Nous insisterons sur leurs autobiographies respectives et ce qu’elles apportent comme connaissances à l’histoire de la péninsule. Entre justification politique et volonté de maîtriser l’image que l’on se fait d’eux ou que l’on se fera d’eux dans l’histoire, Hô Chi Minh et Norodom Sihanouk, personnages complexes, ont particulièrement soigné les récits les concernant.

La seconde partie du séminaire dédiée à l’analyse des textes portera sur l’itinéraire de Hô Chi Minh, jalonné d’énigmes. Le fondateur de la République démocratique du Viêt-Nam fut l’auteur sous divers pseudonymes de ses propres biographies. Il s’agira de décrypter cette mise en scène visant à nourrir un culte de la personnalité sur le modèle soviétique dès 1948.

Sources mobilisées :

Bao Dai, Le Dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, p. 99-123 (« L’agression japonaise » et « La révolution Viêt-Minh »).

Tran Dân Tiên, L’itinéraire de Hô Chi Minh jusqu’à 1945, Hanoi, Éditions Thê Gioi, 1995 (rédaction en 1948), pp. 46-77 [de son arrivée à Moscou jusqu’à la fondation du front Viêt-Minh].

Sihanouk, Norodom, Souvenirs doux et amers, Paris, Hachette / Stock, 1981, pp. 19-34 (« Qui êtes-vous, Prince Sihanouk », « Mon horoscope », « Le ‘petit peuple’ et moi »).


Portrait de SM Bao Dai, dernier empereur du Viêt-Nam, Huê 16 mars 1943.

Sources complémentaires :

Mémento personnalités : séance 2

Dror, Olga, “Traditions and Transformations in the Formation of Hồ Chí Minh’s Cult,” The Journal of Asian Studies, 75:2, May 2016, pp. 433-466.

Goscha, Christopher, « Bao Dai et Sihanouk : la fabrique indochinoise des rois coloniaux » in Agathe Larcher-Goscha et François Guillemot (dir.), La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, 2014, pp. 127-175.

Goscha, Christopher E. & Ivarson, Søren, « Prince Phetsarath (1890–1959): Nationalism and Royalty in the Making of Modern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 38 (1), Feb. 2007, pp. 55–81.

Quinn-Judge, Sophie, Ho Chi Minh, the missing years, London, Hurst & Company, 2003. (ch. 6 : « Death in Hong Kong, burial in Moscow? (1931-38) », pp. 191-220.

[Collectif], Ho Chi Minh, l’homme et son héritage, Paris, Đường Mới – La Voie Nouvelle, 1990.

Document vidéographique :

Gilles Cayatte, « Les 9 vies de Norodom Sihanouk », France 5 / Alegria / INA, 2008, 52 mn. Présentation sur Mémoires d’Indochine

Autres documents sur Mémoires d’Indochine :

Image « à la une » : portraits de Sihanouk et de Hô Chi Minh sur les monnaies nationales.

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer – EHESS

Annonce de la suite du séminaire sur « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »  à l’EHESS coordonné par Paola Calanca (EFEO), Guillaume Carré (EHESS) et Pierre-Yves Manguin (EFEO). Deux spécialistes du Viêt Nam – Béatrice Wisniewski (EFEO-UMR CASE) et Johann Grémont (Université Paris Diderot -UMR SPHERE) – interviendront dans ce séminaire.

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer (2)

Paola Calanca (EFEO, CCJ), Guillaume Carré (EHESS, CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO, CASE)

les 1er et 3e jeudi du mois de 15 h à 17h, à partir du 8 novembre 2018

Grand salon, Maison de l’Asie

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Ces premiers travaux ont surtout été axés sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser. Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant l’époque contemporaine, en explorant/poursuivant l’exploration de la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime.

Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous continuerons lors de ce séminaire, dans la suite de celui de l’année dernière, à nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral. Il y sera également question des ports où les gens de mer se retrouvent et s’organisent, où les équipages sont constitués et enregistrés.

Calendrier des séances :

  • 8 novembre 2018 : Introduction et méthodologie
  • 22 novembre 2018 : Colloque Maritime knowledge for China seas (ANR seafaring, CCK, EFEO, CRCAO, EHESS, IEA)
  • 6 décembre 2018 : Satoumi, pour une gestion durable des zones côtières japonaises (Céline Caliaro, Paris 7-LCAO)
  • 20 décembre 2018 : Enquête sur le « Gouverneur de Kurushima » (Guillaume Carré, EHESS-CCJ)
  • 10 janvier 2019 : Ports et cités portuaires en Asie du Sud-Est pré-coloniale (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 24 janvier 2019 : Le commerce de la céramique et les ports vietnamiens du 15e au 18ème siècle (Béatrice Wisniewsky, CASE-EFEO)
  • 7 février 2019 : Main d’œuvre portuaire et équipages en Asie du Sud-Est insulaire (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 21 février 2019 : Une « Méditerranée septentrionale » ? – Le Japon, les Aïnous et les réseaux de la Mer d’Okhotsk (17ème – 19ème siècle) (Noémi Godefroy, INALCO)
  • 14 mars 2019 : « L’île des Pirates ». L’archipel des Gow Tow, point nodal de la contrebande maritime au large de la baie d’H Long durant la période coloniale (fin XIXe siècle – 1940) (Johann Grémont, Paris 7-LCAO)
  • 28 mars 2019 : La marine militaire chinoise et ses équipages (Paola Calanca, EFEO-CCJ)
  • 4 avril 2019 : La nourriture, la santé et l’hygiène des marins chinois et asiatiques dans l’âge de la voile: une comparaison transculturelle (Mathieu Torck, Ghent University)
  • 18 avril : Un métier à risque : pêcheurs dans les mers de Chine (Paola Calanca, EFEO-CCJ)


Les fonds sonores et les fonds spécialisés et précieux sur l’Asie

Les 20-22 juin 2018 se sont déroulées les 12e Journée DocAsie consacrées cette année aux  fonds sonores et aux fonds spécialisés et précieux sur l’Asie. L’ensemble des communications est disponible aujourd’hui sur le site du réseau. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles ressources en bibliothèque ou des plateformes en ligne.

Concernant l’Indochine, nous attirons votre attention sur le fonds Jules Harmand de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, présenté ci-après par Claude Lorentz :

Jules Harmand (1845-1921) : Médecin, explorateur et diplomate français, Commissaire général du gouvernement au protectorat du Tonkin (1883), consul général à Calcutta (1885), gérant de la légation à Santiago du Chili (1894), chargé de reprendre les négociations frontalières avec le Siam (1894), ministre plénipotentiaire à Tokyo (1894-1905) au moment des conflits sino-japonais puis russo-japonais. Président de la Société de géographie à partir de 1912.

Cette bibliothèque a acquis en 1922 un fonds riche de 660 ouvrages et d’une dizaine de cartes de l’Indochine française de la fin du XIXe siècle.

Signalons également la présentation d’Olivia Pelletier (ANOM) sur « Albert Sallet (1877-1948), un médecin colonial en Indochine » et le contenu de ce  fonds précieux et spécialisé sur la médecine traditionnelle vietnamienne.

Nous ne pouvons résumer ici l’extraordinaire richesse des fonds sonores ou archivistiques présentés lors de ces journées. Chacun peut désormais en prendre connaissance sur le site de DocAsie. Bonne découverte à tous.

FG

Vietnam’s President Tran Dai Quang dies of illness at 61

[ndlr] La disparition du Président de la République socialiste du Viêt-Nam a été annoncée. Selon l’agence VnExpress : « Le président Tran Dai Quang est décédé à l’âge de 62 ans ce matin à Hanoi après une maladie virale rare ».  Voir la vidéo en ligne.

HANOI, Vietnam — Vietnamese President Tran Dai Quang, the country’s No. 2 after the ruling Communist Party’s leader, died Friday after a serious illness, the government said. He was 61.

Quang passed away despite “utmost efforts to treat him by Vietnamese and foreign professors and doctors and care by the party and state leaders,” the statement said. It said Quang died at a military hospital in Hanoi but did not elaborate on his illness.

The state-run online newspaper VnExpress quoted a former health minister and the head of a national committee in charge of leaders’ health, Nguyen Quoc Trieu, as saying that Quang had contracted a rare and toxic virus since July last year and had traveled to Japan six times for treatment. He did not specify the virus.

Trieu said the president lapsed into a deep coma hours after being admitted to the National Military Hospital 108 on Thursday afternoon.

Lire la suite : The Washington Post, 21/09/2018. Kham/Pool Photo via AP, File.

Parcours biographique : Vietnam +

Voir également :

Le président Tran Dai Quang a été contaminé par quel virus ?
A lire sur Radio Free Asia Vietnam

Mort du président vietnamien, Tran Dai Quang, qui était gravement malade, Le Monde, 21/09/2018. Figure du camp conservateur au sein du régime communiste, il s’est éteint vendredi à l’âge de 61 ans.

Vietnam President Tran Dai Quang dies aged 61, BBC Vietnamese, 21/09/2018.

Infographie de son ascension :

Source : site dédié aux activités du président de la RSVN

Est / Ouest – Đông / Tây : Deux voies pour émanciper le Viêt-Nam

Pour accompagner le séminaire, deux fiches concises sur les deux lettrés modernistes du début du XXe siècle.

Inspiration républicaine à l’Ouest pour Phan Châu Trinh (gauche) et Voyage polito-militaire vers l’Est pour Phan Bôi Châu (droite)

Phan Châu Trinh (1872-1926)

Lettré moderniste, nationaliste réformateur partisan d’une solution pacifique pour accéder à l’indépendance. Il participe à l’aventure de l’École Libre du Tonkin en 1907 et soutient l’agitation anti-fiscale de 1908 dans le centre du pays. Condamné à mort par le régime colonial puis déporté au bagne de Poulo-Condore et enfin assigné à résidence. Il se rend en France en 1911 et y organise le combat anti-colonial au sein du groupe des « Cinq dragons ». De retour au Viêt-Nam en 1925, il décède un an plus tard à Saigon. Son enterrement donne lieu à de grandes manifestations populaires dans tout le pays. Auteur de nombreux écrits politiques, Phan Châu Trinh incarne aujourd’hui l’idéal démocratique. Un prix portant son nom récompense les talents intellectuels vietnamiens et étrangers en Vietnamologie.

  • Les œuvres complètes de Phan Châu Trinh ont été éditées au Viêt-Nam en trois volumes aux éditions de Danang en 2005.
  • Ses textes politiques ont été traduits en anglais par Vinh Sinh et édité en 2009 chez Cornell University puis en édition électronique en 2018. Cet ouvrage a été retraduit et publié en vietnamien en 2018.

Phan Bôi Châu (1867-1940)

Lettré moderniste, patriote, révolutionnaire. Opte pour la solution radicale contre le gouvernement colonial en organisant l’insurrection armée. Promoteur du « Voyage vers l’Est » (Đông Du) au Japon entre 1904 et 1908 pour former les futurs cadres de la révolution vietnamienne. Fonde l’Association pour le Renouveau du Viêt-Nam, monarchiste, en 1904 puis l’Association de Restauration du Viêt-Nam, républicaine, en 1912. S’appuyant d’abord sur le Marquis Cuong De, il change d’orientation après la fondation de la république en Chine par Sun Yat-sen (1911). Arrêté à Shanghai en 1925 sur dénonciation, il est d’abord condamné à mort puis sa peine est commuée en assignation à résidence jusqu’à sa mort à Huế en 1940. Auteurs de textes historiques et d’une autobiographie politique. Père du nationalisme révolutionnaire vietnamien, son combat inspire la génération des nationalistes radicaux des années vingt.

  • Les œuvres complètes de Phan Bôi Châu ont été publiées au Viêt-Nam en dix volumes à Huê chez Nhà xuất bản Thuận-Hóa, rééditée en 2000, augmentée d’un 11e volume « Complément 1 » publié chez Nhà xuất bản Lao động en 2012.
  • Son autobiographie a été maintes fois éditée, traduite en français et éditée en 1968 dans la revue France-Asie, traduite en anglais et éditée en 1999  chez University of Hawai’i Press.

On a souvent opposé les vues divergentes entre Phan Bôi Châu, le révolutionnaire et Phan Châu Trinh, le réformateur. Le premier organise la subversion au Japon puis en Chine du Sud, le second milite en Indochine puis en France. Le premier est un activiste clandestin mobilisant son réseau, le second se fait l’avocat du peuple au grand jour. Les deux actions sont complémentaires, l’objectif indépendantiste similaire, mais les modes d’action diffèrent. Les deux hommes se rencontrent à Canton puis au Japon en 1906 et discutent des « affaires du pays ». Phan Bôi Châu expose dans ses mémoires leurs divergences politiques :

[…] nos points de vue étaient inconciliables. Il voulait avant tout renverser la monarchie pour créer une base sur laquelle édifier la souveraineté nationale. Quant à moi, je voulais chasser les Français sans plus tarder et je ne songeai à entreprendre autre chose qu’une fois l’indépendance recouvrée. Il s’opposait avec énergie à mon intention d’utiliser la monarchie ; de mon côté, je ne l’approuvais pas dans ses projets de renversement du trône et de renforcement des droits démocratiques. Bien que nous eussions un même but, nos méthodes d’action divergeaient considérablement. Alors qu’il prenait appui sur la France pour faire tomber le roi, j’entendais d’abord chasser l’étranger pour relever le Viêt Nam. Ces divergences ne l’empêchaient pas néanmoins d’avoir beaucoup de sympathie pour moi. (Mémoires de Phan Bôi Châu, p. 65-66).

Réf. : Phan Boi Châu, « Mémoires de Phan Bôi Châu », traduction et notes de Georges Boudarel, France-Asie / Asia, 194-195, Vol. XII, n° 3-4, 3e et 4e trimestre 1968

The 10th « Engaging With Vietnam » conference – Ho Chi Minh City & Phan Thiet – December 15-21

[ndlr] Message des chercheurs Liam Kelley (University of Hawaii) et Phan Le Ha (Universiti Brunei Darussalam) sur VSG.

The 10th Engaging With Vietnam conference will be held in Ho Chi Minh City and Phan Thiet this December 15-21. September 30 is the deadline for submitting proposals to participate, so there is still time to submit and we are therefore sending this message as a reminder.

We would encourage anyone interested in participating/attending to visit the Engaging With Vietnam website for detailed information about the 10th conference:

http://engagingwithvietnamconference.org/

As is always the case, this year’s conference is shaping up to be an exciting one, and it will have its share of surprises. The current list of invited speakers/discussants should give some sense of that:

http://engagingwithvietnamconference.org/speakers/

Keynote Panels

This year, the 10th Engaging With Vietnam Conference will feature several keynote panels that delve into the questions and issues regarding dichotomies and dichotomization in knowledge and scholarship production specified above. These panels may include:

• Vietnam’s Participation in and Appropriation of Global-level Dominant Dichotomies: A Dialogue across Geography, Anthropology, and Education
• Milestone Events and their Associated Dichotomies Driving Knowledge Production in Contemporary Vietnam and the U.S: “Doi Moi” for Vietnam and “The Vietnam War” for the U.S
• Dichotomies Embedded in Traveling Policies, Reforms, Ideas, and Practices in Education, Tourism, and Sociology: Vietnam From Within and Afar
• The Historicization of “Us” and “Them” in Knowledge Production about Vietnam: Multiple Sets of Dichotomies in Focus
• Dichotomies in Development and Legal Studies: Vietnam and “the Other”