Archives par mot-clé : mis-en-avant

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 2

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Une séance d’accusation publique (đấu tố) pendant la réforme agraire en RDVN © DR

★ ★ ★

La réforme agraire radicale (RDVN 1953-1956)

Séance 2 : mercredi 27 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La réforme agraire radicale, menée en RDVN à partir de 1953, a profondément marqué la société du Nord Viêt-Nam. Organisée sur un modèle maoïste, elle a pendant trois ans instituée la violence révolutionnaire dans la vie quotidienne des paysans. Visant à rendre la terre aux paysans, elle a été à l’origine de nombreux abus aux conséquences sanglantes. Si les chiffres officiels des exécutions publiques n’ont jamais été rendus, on estime à 50.000 morts le résultat de cette opération policière sous contrôle chinois. L’appareil d’État, conscient de la dérive, dut mettre sur pied une « campagne de rectification des erreurs » et Hô Chi Minh d’écarter, pendant un temps, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam, premier responsable politique de la RDVN. Cette séance s’intéresse aux récits littéraires encore imprégnés aujourd’hui de cette fracture interne au communisme vietnamien.

Timbre émis en RDVN en 1954 sur lequel figure les portraits du triumvirat représentant l’union entre les trois Partis communistes du Viêt-Nam, de l’URSS et de la Chine populaire : Gueorgui Malenkov, dirigeant du PCUS, Ho Chi Minh, président de la RDVN et Mao Zedong, président de la RPC et du PCC.

Sources mobilisées :

  • Duong Thu Huong, Les paradis aveugles, Paris, Des Femmes, 1991, p. 24-49.
  • Hoang Minh Tuong, Le temps des génies invincibles, Paris, Editions de la Frémillerie, 2014, p. 153-179.
  • Ta Duy Anh, Passer outre, publié sur Mémoires d’Indochine : https://indomemoires.hypotheses.org/13304

Un regard extérieur :

  • Lise London, Le Printemps des camarades (L’écheveau du temps 2), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 187-194.

Une référence clé :

  • Tessier, Olivier, « Le ‘grand bouleversement’ (long trời lở đất) : regards croisés sur la réforme agraire en République démocratique du Việt Nam », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 95-96 (2008-2009), 2012, pp. [73]-134. PDF en ligne.

 

Image « à la une » et illustration : photographies du journaliste Dimitri Baltermants (1912-1990) lors d’un séjour en RDVN en 1955 © The Dmitri Baltermants Collection/CORBIS. Les autres images connues de la réforme agraire sont de Franz Faber également prises en RDVN en 1955.

La Guerre du Vietnam à La Fabrique de l’histoire (4 épisodes)

[ndlr] Annonce de quatre épisodes radiophoniques de La Fabrique de l’histoire, l’émission d’Emmanuel Laurentin sur la Guerre du Viêt-Nam. A réécouter sur France Culture.

Peter Zinoman : Thấy gì từ tập đầu phim Vietnam War?

[ndlr] L’analyse par Peter Zinoman du premier épisode de la série The Vietnam War, documentaire en dix épisodes de Ken Burns et de Lynn Novick. Lire sur le site de la BBC (en vietnamien) les remarques pertinentes de cet historien, professeur d’histoire à l’Université de Berkeley, Californie.

Vietnam War (Chiến tranh Việt Nam) khác tất cả các phim tài liệu mà Ken Burns/Lynn Novicks đã làm xưa nay. Các bộ phim đó đều kể về một câu chuyện đặc trưng và rõ ràng với quan điểm « nước Mỹ trên hết. » Ngoài người Mỹ ra thì còn ai có thể là diễn viên chính trong các bộ phim trước đây của Burns/Novick, chẳng hạn như The Brooklyn Bridge (Cây cầu Brooklyn), The Statue of Liberty (Tượng thần Tự do), The Civil War (Nội chiến), Baseball (Bóng chày), The West (Miền Tây), Thomas Jefferson, Lewis and Clark (Lewis và Clark), Jazz (nhạc Jazz), Mark Twain, Prohibition (Luật cấm đồ cồn) and The Dust Bowl (Một vùng cát bụi).

Nhưng với cuộc chiến ở Việt Nam, chúng ta có thể biện luận rằng người Việt xứng đáng đóng vai chính trong câu chuyện. Xét cho cùng, từ 1 đến 3 triệu người Việt đã bỏ mạng trong chiến tranh, lớn hơn rất nhiều (gấp từ 20 đến 60 lần) con số khoảng 58.000 người Mỹ chết trong cuộc xung đột.

Những thiệt hại kinh khủng cả về vật chất và môi trường do bom đạn, chất khai quang, chiến tranh ở các vùng đô thị, chiến tranh du kích và chống du kích ở vùng nông thôn đã ảnh hưởng trầm trọng đến riêng vùng lãnh thổ Đông Nam Á, cũng như vấn nạn khổng lồ của tình trạng người dân trong nước buộc phải tản cư, di cư.

Hệ quả của cuộc chiến đối với người Việt lớn hơn so với người Mỹ cũng được thể hiện rõ qua khoảng thời gian trung bình mà mỗi bên phải trải nghiệm. Trong khi phần lớn người Mỹ tham chiến ở Việt Nam khoảng trên dưới 1 năm trong giai đoạn giữa 1965 và 1973, thì người Việt sinh ra sau Thế chiến thứ Hai phải sống trong thời chiến suốt ba mươi năm ròng rã từ 1945 đến 1975. Xét sự nổi trội cả về con số người Việt lẫn tầm mức thiệt hại không thể sánh được mà họ là nạn nhân, việc đặt người Việt vào vai trò trung tâm trong thời đoạn lịch sử đen tối này, ít ra, cũng phải là một mệnh lệnh đạo đức khiêm tốn.

Lire la suite : BBC Vietnamese, 19/09/2017.

Séminaire « Mémoires d’Indochine » 2017 : séance 1

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

★ ★ ★

L’enthousiasme révolutionnaire

Séance 1 : mercredi 20 septembre 2017 – salle D4.070 (IAO)

La première séance de ce séminaire porte sur les enjeux de la littérature et de l’histoire. Pour en cerner les contours, nous nous appuierons sur le discours de Gao Xingjian prononcé devant l’académie suédoise le 7 décembre 2000 à l’occasion de la remise du Prix Nobel de littérature. Nous examinerons ensuite le corpus de textes traduits du vietnamien qui nourrira les différentes thématiques du séminaire.  Dans un second temps, nous décrypterons le style pédagogique du témoignage héroïque en le resituant dans la chronologie historique de la révolution vietnamienne de 1945.

Sources mobilisées :

  • Gao Xingjian, La raison d’être de la littérature, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, L’Aube poche, 2000.
  • Hoang Quoc Viet, « Peuple héroïque » [extraits], in Récits de la résistance vietnamienne, Paris, Librairie François Maspéro, Petite Collection Maspéro, 1971, p. 150-175.

Texte à lire pendant la séance :

  • Dao Phuong, « Les bicyclettes de Dien Bien Phu », in De la reconquête française à Dien Bien Phu. Témoignages et récits, 1945-1954, Hanoi, Éditions en langues étrangères, coll. Fleuve Rouge, 1985, p. 272-279.

Image « à la une » et illustration : Cach mang thang tam [La Révolution d’Août] © Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM). Photographies FG.

Ken Burns et Lynn Novick : « The War » [Arte 19-27 septembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une nouvelle série documentaire de dix épisodes de 55′ chacun sur le conflit vietnamien. Présentation du premier épisode sur la chaîne Arte.

Ken Burns et Lynn Novick (« The [Vietnam] War ») font revivre le traumatique Vietnam de l’intérieur. Une plongée sanglante au cœur de la tragédie qui a façonné la fin du XXe siècle.

  • Premier volet : Indochine, la fin (1858-1961). Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française.

Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française. Les accords de Genève, signés après la chute de Diên Biên Phu en 1954, divisent le pays en deux. Au Nord, le Viêt-minh communiste, soutenu par la Chine et l’URSS, veut réunifier le pays. Au Viêtnam du Sud, pris dans la logique d’une guerre froide qui s’intensifie, les États-Unis apportent leur soutien au régime autocratique du président Diêm. Début 1961, la ligne dure prônée par Lê Duân, premier secrétaire du Viêt-minh, encourage la guérilla menée dans les zones rurales du Sud par le « Viêt-cong » – surnom donné par leurs ennemis au bras armé du FNL, fondé par les indépendantistes du Sud.

La mère des guerres modernes

Ken Burns et Lynn Novick font revivre de manière inédite la guerre du Viêtnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains, dans une fresque documentaire digne d’ »Apocalypse Now « ou de « Voyage au bout de l’enfer ». En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, qui firent plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins. Simple militaire ou dirigeant politique, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou sœur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette tragédie aux dimensions épiques, mère de toutes les guerres modernes. Au fil d’une narration où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de dix ans de recherche, associée à de célèbres photos, des films amateurs ou des enregistrements sonores dévoilant les coulisses de la Maison-Blanche, racontent l’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la guerre froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. Ou l’histoire d’un conflit qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

Source : Arte

Lire la critique de Thomas A. Bass sur Mekong Review (en accès libre seulement quelques jours) : https://mekongreview.com/americas-amnesia/

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2017

Année universitaire 2017-2018 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

Récits de vie, histoire et littérature : connexions et déconnexions

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) et D4.024 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire est consacré à la littérature des trois pays de l’Indochine. A travers une série de textes littéraires traduits en français (roman, nouvelles, contes) il s’agit de mettre en avant les connexions et déconnexions (volontaires) qui existent entre ces textes et l’histoire contemporaine de ces pays. Chaque séance aborde une thématique : la révolution, la guerre, l’oppression, la liberté, la vie quotidienne sont appréhendées sous l’angle de la fiction et du parcours de leurs auteurs. Quel est la réception des événements historiques et leur traitement par ces auteurs ? Quelle fut leur expérience personnelle ? Comment combinent-ils fiction et réalité ? Pour des raisons pratiques, la littérature vietnamienne formera l’essentiel du corpus étudié.

Mots clés : littérature ; récit de vie ; nationalisme ; identité ; guerre ; mémoire ; communisme ; oppression ; libération

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mercredi 13 septembre 2017 – D4.070 (IAO)

  • Des mémoires en question (notions, modalités, calendrier)

Séance 1 : mercredi 20 septembre 2017 – D4.070 (IAO)

  • L’enthousiasme révolutionnaire

Séance 2 : mercredi 27 septembre 2017 – D4.070 (IAO)

  • La réforme agraire radicale

Séance 3 : mercredi 4 octobre 2017 – D4.070 (IAO)

  • Guerres directes/indirectes

Séance 4 : mercredi 11 octobre 2017 – D4.070 (IAO)

  • Vivre sous le régime communiste

Séance 5 : mercredi 25 octobre 2017 – D4.070 (IAO)

  • Terreur au Cambodge

Séance 6 : mercredi 8 novembre 2017 – D4.024

  • Récits Hmongs du Laos

Séance 7 : mercredi 15 novembre 2017 – D4.024

  • Exils (intérieur/extérieur) et retour au pays natal

Sous réserve : intervention de Nastassia Serste

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

BUI XUAN BAO, Naissance et évolution du roman vietnamien moderne, 1925-1945, Paris, Đường Mới – La voie nouvelle, 1985. Réédition de Le roman vietnamien contemporain : tendances et évolution du roman vietnamien, 1925-1945, Saigon, Tu-sach Nhân-van Xa-hoi, 1972.

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

 

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

DOAN Cam Thi, « La nouvelle littérature vietnamienne », La revue des ressources, lundi 12 février 2007. Voir en ligne.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991″, La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

DOAN Cam Thi, « Vingt ans de littérature vietnamienne : 1986-2006 », La revue des ressources, jeudi 7 juin 2007. Voir en ligne.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

 

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

Mémoires d’Indochine 2017 – Bibliographie

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 20 septembre 2016.

Image « à la une » et illustration : Le jardin de tante n°5 © Minh Hoàng ; L’attente du Phénix (détail) © Minh Hoàng

Nguyen Thi Hanh : Les questions frontalières sino-vietnamiennes et les impacts de la France sur ces questions

[ndlr] Le labex TransferS est heureux d’accueillir durant le mois de septembre Nguyen Thi Hanh, du Département d’histoire de la Hanoi National University of Education. Nguyen Thi Hanh donnera à l’ENS une série de conférences portant sur les questions frontalières sino-vietnamiennes et les impacts de la France sur ces questions.

  • Lundi 18 septembre, 17h-19h, ENS salle 235C

Histoire de la frontière terrestre sino-vietnamienne : héritage de l’époque coloniale française au Vietnam

  • Vendredi 22 septembre, 15h-17h, ENS salle Beckett

La question de la frontière dans le golfe du Tonkin

  • Jeudi 28 septembre, 17h-19h, ENS salle 235C

La Chine, l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) et les frontières maritimes du Vietnam

Les conférences se dérouleront en français.
Vous en trouverez le détail à la page suivante :

Ces conférences sont ouvertes à tous, l’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

« Le Vietnam par les textes des sciences sociales » – Séminaire M1/M2 — Université Paris Diderot

[ndlr] Annonce du programme du séminaire de recherche sur le Viêt-Nam dirigé par Marie Gibert-Flutre.

Présentation de l’enseignement

Cet enseignement offre un panorama des enjeux de la recherche contemporaine en sciences sociales du Vietnam, à partir d’une initiation à la lecture de textes scientifiques récents (articles, chapitres d’ouvrages collectifs, communications de conférences) dans une perspective pluridisciplinaire et internationale. Les textes du corpus couvrent l’ensemble des domaines des sciences sociales (anthropologie, géographie, sciences politiques, media studies, économie…) et sont rédigés en langues française et anglaise, plus ponctuellement en vietnamien.

Cet enseignement est conçu comme une initiation à la méthode de recherche par l’analyse de ses productions : les textes des sciences sociales. Il permet aux étudiants de Master de se familiariser avec l’écriture scientifique et de situer leur premier travail de recherche dans le champ des études vietnamiennes contemporaines, mais aussi de les guider méthodologiquement dans leur travail bibliographique.

Le corpus comprenant l’ensemble des textes du semestre est rendu accessible sur le Moodle du cours dès le début du semestre. Les étudiants sont invités à lire à l’avance au moins l’un des deux textes proposés pour chaque séance, afin de participer pleinement à l’analyse et aux débats qui seront menés en classe.

(Ce cours est ouvert en enseignement d’ouverture à des non-vietnamophones).

le jeudi soir de 17h30 à 19h

(12 séances entre le 21 septembre et le 14 décembre 2017)

Contact : marie.gibert@univ-paris-diderot.fr

Programme ci-dessous

 

Lien-Hang Nguyen : North Vietnam Had an Antiwar Movement, Too [Aug. 25, 2017]

[ndlr] Dans la série Vietnam ’67 du New York Times, un article de l’historienne Lien-Hang Nguyen sur la dissidence en RDVN pendant la guerre.

When we think back to the signal events of the antiwar movement in 1967, we recall the Rev. Dr. Martin Luther King Jr.’s powerful April 4 speech denouncing the war, the thousands of returned registration cards during the “Stop the Draft” week, and the March on the Pentagon that brought record numbers of demonstrators to the nation’s capital.

That year also witnessed global protests condemning the war, as demonstrations in European capitals and the International War Crimes Tribunal issued powerful rebukes against American intervention in Southeast Asia. News coverage of the war also shifted that year, including the first call by The New York Times for a halt to the bombing and the initiation of peace talks.

Less well known, but just as significant, was the antiwar “movement” in North Vietnam. Less a movement than a heterogenous array of voices, it included a wide swath of North Vietnamese society, within the government and among the general public.

Some had never wanted to go to war to liberate the South in the first place, and had sought instead to build the North and reunify the country through political means. Educated in the Soviet Union, some of these individuals even occupied prominent positions in the Vietnamese Communist Party. By 1967, these officials were calling on their government to begin negotiations to put an end to the devastating war. When one such party member, Hoang Minh Chinh, disseminated his political views in an essay he called “Dogmatism in Vietnam,” he became the ruling clique’s No. 1 enemy.

Lire la suite : New York Times

Lien-Hang Nguyen is a professor of history at Columbia and the author of the forthcoming “Tet 1968: The Battles That Changed the Vietnam War and the Global Cold War.”

Image « à la une » : The North Vietnamese Communist Party leader Le Duan strengthened the “counter counterrevolutionary” campaign to quell dissent against the war. © Nehon Denpa News/Associated Press

Carie Uyen Nguyen : Whose War Was It? [Aug. 18, 2017]

[ndlr] Poursuite des publications du New York Times sur la guerre du Viêt-Nam dans la série Vietnam ’67 (Historians, veterans and journalists recall 1967 in Vietnam, a year that changed the war and changed America).

Perhaps no one came out of the Vietnam War with a reputation as tarnished as the Army of the Republic of Vietnam. Since well before the war ended, ARVN soldiers were made an easy and ready scapegoat for America’s losses, a stereotype that found its way into academia and popular culture. We’re told they were incompetent cowards who often shirked their duties, leaving the hard work to the Americans.

As a Vietnamese student at an American university with an extensive archive of Vietnam-era oral histories, both written and tape-recorded, I’ve had a unique opportunity to dig deeper, to find all the ways that this story is flimsy and unfair. Unique because it’s not about showing that American soldiers were wrong — rather, I’ve come across account after account from American veterans talking about the courage and effectiveness of their allied brothers, the South Vietnamese soldiers.

Of course, I’ve come across many Americans with negative attitudes about ARVN. But a lot of them were rear-area personnel, people who never fought alongside ARVN and, I imagine, drew inaccurate conclusions from secondhand accounts they’d hear on base. Other negative accounts focused more on cultural differences than anything else. More than one talked about ARVN soldiers’ penchant for walking hand in hand as they headed out to battle. An American radio specialist who served in Binh Duong in 1967 could not understand it, even many years later: “That was kind of strange to us. I don’t think it was any more than they were just good friends, and that’s what they did over there, but it just seemed kind of strange.”

Other American veterans found it strange that the families of ARVN soldiers would often follow them to camp. As one G.I. contemplated: “So these troops were largely draftees. They went into the field with their wives and kids along with them in trail. When they set up the night defensive position, it was like the extended family was there. They did not want to go out and fight in many cases. They just wanted to survive and take care of their families.”

But in my research, the Americans’ critical assessments are easily matched, and then some, by sympathetic, positive accounts of ARVN. For example, many veterans actually liked having ARVN families nearby and praised the willingness of some wives to risk their lives to get fresh produce from nearby villages to cook hearty meals for their husbands and American soldiers. Others recognized that having family members nearby could be a solid source of moral support for ARVN soldiers, a reminder of what they were fighting for.

Lire la suite : New York Times

Carie Uyen Nguyen is a doctoral student in military history at Texas Tech University.

Image « à la une » : Marines of E Company, Second Battalion, with soldiers of the Army of the Republic of Vietnam (ARVN) during a break from patrolling near Da Nang in 1965. © U.S. Marine Corps, via Getty Images