Archives par mot-clé : mis-en-avant

« Mémoires d’Indochine » 2020 : séance 7

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Montagnards armés des hauts-plateaux du centre du Viêt Nam © 1962 AP wire photo / collection FG

★ ★ ★

Ethnies minoritaires en danger et formations religieuses sous contrôle : histoires et mémoires de groupes « subalternes »

Séance 7 : mercredi 2 décembre 2020 (visioconférence)

Pendant la longue période de la décolonisation et d’accession à l’indépendance, les populations de la péninsule indochinoise ont enduré des guerres civiles particulièrement meurtrières au sien desquelles les ethnies minoritaires ont dû se positionner. Les belligérants de part et d’autre ont en effet recruté, utilisé, formé des bataillons composés de membres de différentes ethnies et ont partitionné leur territoire. Pendant la guerre d’Indochine puis la guerre du Viêt-Nam, des groupes ethniques se sont mobilisés pour former des fronts de résistances montagnards (Thai, Nung, Barajaka, FULRO…) dans le but de préserver leur territoire et leurs identités plurielles face aux hégémonies locales. D’autre groupes comme les Hmongs au Laos ou les Nungs au Viêt-Nam ont joué un rôle clé dans la guerre.

La religion a de façon plus subtile été également partie prenante de ces conflits. Les années soixante dans le Sud du Viêt-Nam sont connus pour avoir traversé une crise importante entre catholiques et bouddhistes et d’autres groupes comme les bouddhistes Hoa Hao, les protestants ou encore les musulmans de l’ethnie Cham ont moins retenus l’attention des observateurs pendant la période de la guerre. Le front montagnard FULRO a également été au cœur de l’actualité de la République du Viêt-Nam entre 1964 et 1975. Les problématiques liées à l’existence de ces groupes ethniques, parfois avec une dimension politico-religieuse (cas des nouvelles religions : caodaïsme et bouddhisme Hoa Hao dans le delta du Mékong), a néanmoins ressurgi à l’heure de la mise en place des Etats post-coloniaux unifiés sous l’égide des partis communistes.

L’historiographie s’est encore assez peu intéressée à la trajectoire particulière de ces minorités ethniques ou religieuses, en marge ou au cœur des guerres d’indépendance. Cette séance proposera un survol des enjeux actuels et mémoriels autour des questions ethnico-religieuses en péninsule indochinoise.

La seconde partie de la séance est consacrée au dernier exposé.

Lectures :

Bruneau Michel, « Évolution des étagements ethnopolitiques dans les montagnes sino-indochinoises », Hérodote, 2002/4 (N°107), p. 89-117. DOI : 10.3917/her.107.0089. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2002-4-page-89.htm

Jammes Jérémy, Sorrentino Paul, « Géopolitique des religions au Viêt Nam. Les voies multipolaires d’une société civile confessionnelle », Hérodote, 2015/2 (n° 157), p. 112-125. DOI : 10.3917/her.157.0112. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2015-2-page-112.htm

Corpus d’ouvrages accompagnant la séance.

Exposé de Clémence-Leïla AITOUT :

Gerard C. Hickley, Free in the forest : ethnohistory of the vietnamese central highlands 1954-1976, London, Yale University Press, 1982.


Image « à la une » : Rizières en terrasse de Sapa © 1996 FG

John K. Whitmore (1940–2020): In Memoriam

Un grand spécialiste de l’histoire du Viêt-Nam ancien s’en est allé. In Memoriam rédigé par son collègue et ami Victor Lieberman de l’Université de Michigan. Posté initialement sur la liste du Vietnam Studies Group.


Dr. John K. Whitmore, a renowned scholar of early Vietnamese history, an esteemed teacher, an active member of the Center for Southeast Asian studies, and a personal friend, passed away in November, 2020.

John’s research focused on Vietnamese political and cultural evolution from the eleventh through the sixteenth centuries. When he began his work, during the height of the Vietnam War, antiwar activists had popularized an image of Vietnam as an ancient, homogeneous, historically stable « nation » whose struggle against the Americans simply continued an age-old struggle for independence from China. But, without getting involved in contemporary politics, John undertook fine-grained studies of Chinese-language Vietnamese sources to chart carefully the origin and evolution of Vietnamese identity. He discovered, first, that in the early centuries of the second millennium what is now northern Vietnam was home to three principal groups — recent Chinese immigrants, older populations of mixed Chinese-indigenous origin, and upland communities speaking local Vietnamese dialects. In competitive and cooperative configurations these groups evolved and interacted, but there was no coherent Vietnamese identity on an elite level until the late fifteenth century, and on a popular level until very much later. To speak of a premodern « nation » is anachronistic. John was particularly interested in the long-term impact on Vietnamese society of Chinese and regional commercial currents. In his last years he also charted the history in what is now central Vietnam of the Cham kingdom, for which he worked out an entirely new chronology and theoretical framework.

John was a scholar’s scholar. A meticulous no-nonsense researcher, his conclusions followed wherever his primary materials led him. He was not the least reluctant to revise his own earlier interpretations in the light of new evidence; indeed he exulted in the joy of discovery. His love of research, his mastery of complex detail, his openness to new historiographic approaches, but also his uncompromising intellectual independence and disregard for fleeting fashion, were never far from the surface.

As a teacher, he was unfailingly patient, amiable, sympathetic, and encouraging. Students, although in awe of his expertise, eagerly sought him out. As a colleague, he was no less supportive. Most of what I know about early Vietnamese history I learned from John, both from his writings and from innumerable dinner conversations over many years.

We first met some 57 years ago when he was an instructor in an undergraduate course in Southeast Asian history that I took at Yale. Although our physical paths diverged not long thereafter, we remained in contact, only to find ourselves once again on the same campus, this time in Ann Arbor, in 1984. Since then we have remained in regular contact. For years we co-taught a U of M seminar on early Southeast Asia. And we saw one another on frequent social occasions. John was an unfailingly loyal and generous friend, and his passing will leave a hole in many people’s lives.

John is survived by his former wife, three sons, and six grandchildren.

Vic Lieberman

History Department, U of M.

Illustration « à la une » : bannière de son blog académique © DR

« Mémoires d’Indochine » 2020 : Séance 6

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

Filles d’un groupement de Jeunesses de choc : transport de munitions pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

Femmes en guerre : actrices et victimes

Séance 6 : mercredi 25 novembre 2020 (visioconférence)

Reprise partielle d’une séance de 2018 sur les mémoires genrées.

Quelle est la place des femmes dans les récits mémoriels ? Quels types de récit sont écrits par les femmes ? A travers quelques exemples présentés pendant le séminaire, cette séance aborde la question des récits personnels rédigés par des femmes. Si ceux-ci souvent porteurs d’une histoire familiale et sociale dépassant le récit politique ou militaire des hommes, ils proposent aussi un récit alternatif (« genré et réconciliateur ») de la déchirure vietnamienne. Nous ferons appel aux mémoires de personnalités politiques de premier plan (Nguyen Thi Binh) tout comme de statut plus modeste (Le Ly Hayslip, Quynh Dao, Xuan Phuong) pour confronter la vision d’un récit à la fois national et familial.

Pour accompagner cette présentation nous lirons au préalable le texte de Marguerite Rollinde « Genre et conflit. Femmes victimes, femmes actrices » (paru dans la revue Aspects, n°4, 2010, p. 115-130) et écouterons ensemble un extrait de la discussion sur l’ouvrage récent de Patrica D. Norland, The Saigon sisters (2020).

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

Corpus de récits personnels présentés en début de séance

  • Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese war widow to American activist, Sterling, VA, Capital Books, 2001.
  • Chân Không (Sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris, La Table Ronde, « Les chemins de la sagesse », 1995.
  • Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris, Centre International d’Études Vietnamiennes, 2004.
  • Elliott, Duong Van Mai, The Sacred Willow. Four Generations in the Life of a Vietnamese Family, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris, Éditions du Seuil, 1993. Lire le CR de lecture en ligne d’Astrid Gillier sur le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam.
  • Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris, L’Harmattan, « Graveurs de mémoire », 2012.
  • Nguyen Thi Binh, Family, Friends and Country. Autobiography, Hanoi, Tri Thuc Publishing House, 2013. Traduit en français sous le titre Ma famille, mes amis et mon pays. Mémoires (Éditions Tri Thuc, Université Hoa Sen, 2015).
  • Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam War Memoir, Fyshwick, Odyssey Books, 2010.
  • Tran To Nga, Ma terre empoisonnée. Vietnam, France, mes combats, Paris, Stock, 2016.
  • Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao dai, du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris, Plon, 2001.

★ ★ ★

Exposé de Sophie Rainaut :

Eléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, collection « Repères », 2020.

Exposé de Marine Chuberre :

ROBSON, Kathryn & YEE, Jennifer (eds.), France and “Indochina”. Cultural Representations, Lanham, Lexington Books, 2005.

Illustration « à la une » : groupe de filles des Jeunesses de choc de la province de Hà Nam en marche sur la Piste Hô Chi Minh en 1972 © DR

Indochine 1945-1990 : Une péninsule « brutalisée »

Pour accompagner et en complément de séance 5 du 18 novembre 2020 : Exils, résistances et génocides : une péninsule « brutalisée » . URL : https://indomemoires.hypotheses.org/36646

Quelques notions abordées lors de cette séance :

Polémologie :

Notice sur Gaston Bouthoul (1896-1980) dans l’Encyclopaedia Universalis. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-bouthoul/

Coste Frédéric, « Bouthoul et la polémologie : l’étude des causes profondes de la guerre », Les Champs de Mars, 2002/2 (N° 12), p. 9-30. DOI : 10.3917/lcdm1.012.0009. URL : https://www.cairn.info/revue-les-champs-de-mars-ldm-2002-2-page-9.htm

Huyghe François-Bernard, « Vie et mort d’une discipline : la polémologie », Médium, 2006/4 (N°9), p. 85-97. DOI : 10.3917/mediu.009.0085. URL : https://www.cairn.info/revue-medium-2006-4-page-85.htm

Brutalisation des sociétés :

Notice sur George L. Mosse (1918-1999) dans l’Encyclopaedia Universalis. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-mosse/

Audoin-Rouzeau Stéphane, « George L. Mosse : réflexions sur une méconnaissance française », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001/1 (56e année), p. 183-186. DOI : 10.3917/anna.561.0183. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2001-1-page-183.htm

Prost Antoine, « The Limits of Brutalization. Killing on the Western Front, 1914-1918 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2004/1 (No 81), p. 5-20. DOI: 10.3917/ving.081.0005. URL: https://www.cairn.info/journal-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2004-1-page-5.htm

Christian Ingrao. George L. Mosse. De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes. In: Politique étrangère, n°2 – 2000 – 65ᵉannée. pp. 561-563. URL : www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_2000_num_65_2_4958_t1_0561_0000_2

Démocide :

Notice de R.J. Rummel (1932-2014) sur son site à Hawaii University : https://www.hawaii.edu/powerkills/PERSONAL.HTM

Notice Wikipedia en anglais : https://en.wikipedia.org/wiki/Rudolph_Rummel

R.J. Rummel, « Statistics Of Cambodian Democide. Estimates, Calculations, And Sources ». URL : https://www.hawaii.edu/powerkills/SOD.CHAP4.HTM

R.J. Rummel, « Statistics Of Vietnamese Democide. Estimates, Calculations, And Sources ». URL : https://www.hawaii.edu/powerkills/SOD.CHAP6.HTM

CR de lecture ASIOC sur ces thématiques (classement antéchronologique de mise en ligne et par pays) :

Cambodge :

Autour de L’élimination (2011) – Réflexion sur le génocide cambodgien par Olivier Christophe

Cambodge, La révolution meurtrière – CR de lecture par Damien Corneloup

Claire Ly : Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps khmers rouges – Recension d’Emmanuel Delaunay

Molyda Szymusiak : Les pierres crieront – CR de lecture par Marie Bruchet

Yi Tan Kim Pho et Ida Simon-Barouh : Le Cambodge des Khmers rouges, chronique de la vie quotidienne – CR de lecture par Clément Baillet

Rithy Panh : L’image manquante, 2013 – CR de film et de lecture par Lisa Duffaud

Anne Yvonne Guillou : Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société – CR de lecture par Mathieu Durand

Ong Thong Hoeung : J’ai cru aux Khmers Rouges. Retour sur une illusion – CR de lecture d’Alix Chapuis

Pa Chileng: Escaping the Khmer rouge, a Cambodian memoir – CR de lecture par Anne-Laure Esqué-Vango

Christel Thibault : L’archipel des camps, l’exemple cambodgien – CR de lecture par Arnaud Richard

Henri Locard : Pourquoi les Khmers rouges – CR de lecture par Louis Raymond

Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée – par Mathilde Cambournac

Pin Yathay : Tu vivras mon fils – CR de lecture par Eva Claude

La bande dessinée khmère à l’épreuve de la mémoire : à travers les oeuvres de Séra et de Tian – par Clémence Oliviero

Rithy Panh & C. Bataille : L’élimination – CR de lecture par Géraud Beaudonnet

Le procès des Khmers rouges : Trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien – CR par Stéphanie Martel

Le procès des Khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide cambodgien. CR de lecture par Nicolas Leprêtre

★ ★ ★

Laos

Nakhonkham Bouphanouvong : Sixteen Years in the Land of Death Revolution and Reeducation in Laos – CR de lecture par Ken Messud

Bounsang Khamkeo : I, Little Slave – CR de lecture par Maureen Éon

★ ★ ★

Viêt-Nam

Maëva Pegliasco : « Parcours types » des Boat People 1975-1990

Lucien Trong : Enfer rouge mon amour – CR de lecture par Colette Bottazzi


Illustration « à la une’ : The Boat pat Huynh Matt. URL : www.sbs.com.au/theboat/

« Mémoires d’Indochine » 2020 : Séance 5

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

The Lewiston Daily Sun – Jun 5, 1975

Exils, résistances et génocides : une péninsule « brutalisée »

Séance 5 : mercredi 18 novembre 2020 (visioconférence)

L’avènement de nouveaux États postcoloniaux communistes en péninsule indochinoise s’est réalisé dans des contextes accrus de guerre civile. Que ce soit au Cambodge, au Laos ou au Viêt-Nam, ces guerres ont laissé des traces indélébiles dans les chairs et la mémoire des populations. Mais plus encore, la création de trois États communistes marqués par l’alignement sur l’URSS ou la Chine populaire a engendré une vague d’exils sans précédent par terre (land people) et par mer (boat people) jusqu’au règlement du conflit cambodgien au début des années 1990 . Victimes de cette reconfiguration géopolitique, minorités politiques, ethniques ou religieuses ont choisi la fuite comme gage de survie face à des états répressifs organisateurs d’une massive purge dans chaque pays. Ces victoires communistes ont été ainsi des défaites humanistes et posé des défis humanitaires. Au Cambodge, les killing fields (champs de tuerie) ont rythmé l’épuration khmère rouge pour asseoir le « peuple ancien » (campagnard) au pouvoir. Au Laos ou au Viêt-Nam, les goulags de la rééducation politique se sont vite transformés en camps de la mort lente. D’une certaine façon, la décolonisation s’est faite par la « brutalisation des sociétés » de la péninsule indochinoise.

Cependant, ce contexte particulièrement éprouvant pour les populations a engendré des résiliences à la fois politiques (avènement du Renouveau au Viêt-Nam et solution politique au Cambodge), militaires (résistances armées anticommunistes puis démilitarisation de la péninsule), sociales et culturelles (constitution de communautés exilées importantes). Cette séance consacrée aux bouleversements post-1975 s’intéressera donc à ces trois phénomènes qui ont marqué la péninsule du fer rouge pendant une quinzaine d’années : les exils des populations ; les résistances armées indissociables de la troisième guerre d’Indochine ; la question du génocide perpétré par les Khmers rouges entre 1975 et 1979 ; et leurs répercutions sur la toile.

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

★ ★ ★

Exposé de Marine Bruder

Cambodia celebrates 40th anniversary of Khmer Rouge ouster. Source : DW (Deutsche Welle)

  • Retour sur la date anniversaire du renversement des Khmers rouges.

Exposé de Zoé Liénard

  • COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

Illustration « à la une » : boat people vietnamiens © DR

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2020 : SÉANCE 4

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

Postcolonial Studies sur l’Indochine, aperçu bibliographique

Séance 4 : mercredi 4 novembre 2020 – salle de réunion de l’IAO (à confirmer)

Reprise de la thématique du séminaire de l’année dernière.

L’avènement du courant des Postcolonial Studies a bousculé la tradition historiographique française et l’emploi de cette notion se révèle tout aussi parcimonieux dans les études conduites par des chercheurs français. Cette séance reviendra sur la réception de ce courant en France avant de présenter quelques ouvrages clés sur la péninsule indochinoise qui s’inscrivent dans ou autour de ce champ. Notre attention se portera sur les « modes d’emploi » et la portée d’une notion plurielle à l’intersection de multiples problématiques – notion qui s’interroge, dans un effort réflexif, sur son propre fondement théorique.

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

★ ★ ★

Exposé de François Cormier

Hue-Tam Ho Tai, Passion, betrayal, and revolution in colonial Saigon: the memoirs of Bao Luong, Berkeley, University of California Press, 2010. Présentation de l’éditeur.

Exposé de Maïlys de Colnet

Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales. Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, La Découverte Poche / sciences humaines et sociales n°228, 2006. Présentation de l’éditeur.

★ ★ ★

Lectures requises :

Nicolas Bancel, « Un malentendu postcolonial ? Réception et débats dans le champ académique français autour des Postcolonial Studies », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 29-70.

Burleigh Hendrickson, « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », in Collectif Write Back, Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2013, p. 155-173.

Entretiens vidéographiques :

Autres références signalées sur Mémoires d’Indochine : 

Illustration « à la une » : Les deux Soeurs Trung repoussant l’envahisseur chinois, d’après une estampe de Dông Hô © Mémoires d’Indochine

Pourquoi Nguyễn Huy Thiệp ? (dossier)

Les Cahiers du Nem, revue culturelle en ligne, propose un dossier sur un grand écrivain vietnamien dont les plupart des œuvres ont été traduites et publiées en France.

En ce mois de septembre 2020, les Cahiers du Nem publient un dossier sur l’écrivain vietnamien Nguyễn Huy Thiệp, l’une des figures les plus emblématiques de la littérature au lendemain du Đổi Mới, l’ouverture économique lancée en 1986.

Pourquoi Thiệp ?

Son œuvre est publiée presque intégralement aux éditions de l’Aube, mais hors des milieux universitaires intéressés par le Viêt Nam et de la diaspora, elle demeure relativement peu lue. Nous sommes pour notre part convaincus qu’il est un grand écrivain qui gagnerait à être davantage connu en France et dans le monde. Ses nouvelles ont pour décor le Viêt Nam, bien sûr. Mais sans doute la finesse de celles-ci et les conclusions que l’auteur leur apporte, jamais définitives du point de vue moral, nous renseignent-elles sur la complexité de l’humanité toute entière.

Lire la suite : Louis Raymond, Pourquoi Nguyên Huy Thiêp, 11/09/2020.

Articles du dossier :

Illustration « à la une » : l’écrivain Nguyên Huy Thiêp, photo de Marcelino Truong