Archives par mot-clé : mis-en-avant

Cao Huy Thuần (1937-2024), du bouddhisme en révolte au bouddhisme littéraire

Décès d’un intellectuel vietnamien en France à Antony le 7 juillet 2024. M. Cao Huy Thuan était l’ancien secrétaire général de l’hebdomadaire Lâp Truong édité à Huê en 1964, proche des bouddhistes contestataires.

Selon sa fiche Wikipedia en vietnamien, M. Thuan résidait en France depuis 1964. Professeur des universités, il enseigna les sciences politiques à l’Université de Picardie jusqu’à sa retraite1.

Il naquit à Huê en 1937 puis étudia à l’Université de droit de Saigon (1955 – 1960) et enseigna à l’Université de Huê (1962 – 1964). Dans cette ville, il publia le journal engagé Lập Trường (1964) avant de partir poursuivre des études en France. En 1969, il soutint une thèse de doctorat en science politique à l’Université de Paris puis devient directeur du Centre de recherches sur la Communauté européenne à l’Université de Picardie.

L’hebdomadaire Lập Trường [Point de vue] édité dans le centre du pays en 1964 © Coll. personnelle

Comme un certain nombre d’intellectuels vietnamiens d’outre-mer, il retourna régulièrement au Viêt-Nam après le Renouveau (1986) pour assister à des séminaires dans les domaines politiques et sociaux. En 2017, il reçut le prix « Pour la cause de la culture et de l’éducation » de la Fondation culturelle Phan Chau Trinh.

Il possède à son actif de nombreux ouvrages en français sur la science politique et sur les relations internationales édités pour la plupart entre 1970 et 1990. Le site Diễn Đàn – Forum a recensé une grande partie de ses publications2. En vietnamien, il a également écrit et publié de nombreux articles sur son pays natal en particulier sur la religion et le bouddhisme. Il fut aussi un contributeur régulier à la revue d’idées Thời Đại Mới éditée de 2004 à 2021 (40 numéros)3.

Exemplaire de la thèse de Cao Huy Thuan conservé dans le fonds des thèses de l’IAO. Photo : Mémoires d’Indochine

Sa thèse de Doctorat d’Etat en science politique, soutenue en 1969, intitulée “Christianisme et colonialisme au Vietnam (1857-1914)” est disponible en deux volumes dans le fonds des thèses vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale à Lyon. Remaniée, elle fit l’objet d’une publication aux Etats-Unis sous le titre “Les missionnaires et la politique coloniale française au Vietnam (1857-1914)” dans la série Lac Viet Series (n°13) de l’Université de Yale4. Elle fut également publiée en vietnamien, une première fois aux États-Unis en 1988 (chez Hương Quê), puis au Viêt-Nam même avec un titre légèrement remanié en 2002 et en 2014.

Outre ses travaux sur les relations internationales, il co-dirigea avec l’historien Enzo Traverso la thèse de John Francis Mbala sur le génocide rwandais (Un “Nazisme tropical” : le génocide des Rwandais tutsi, 2004).

Sa bibliographie donne quelques indications sur son parcours de recherche. Parti d’un intérêt pour les phénomènes religieux de son pays (christianisme puis bouddhisme), il s’attacha à étudier après sa thèse (1969) les questions internationales au sein d’un groupe de chercheurs de l’Université de Picardie. La Corne de l’Afrique, les États-Unis, l’Union soviétique puis l’Europe furent au centre des préoccupations de ce groupe. Les questions stratégiques sur la guerre, le rôle des multinationales, les normes, les luttes sociales, les droits de l’homme, le fonctionnement du monde furent l’objet de colloques et d’études spécifiques qui conservent une actualité criante. Parmi ses publications en vietnamien, Cao Huy Thuan semble effectuer un retour vers son sujet de prédilection, le bouddhisme de sa terre natale et des questions philosophiques ou religieuses. Sa pensée critique est également perceptible dans les débats soulevés dans la revue vietnamienne Thời Đại Mới précitée.

Pour les souvenirs personnels d’ami-es et d’intimes et les hommages rendus par des universitaires ou dans la presse vietnamienne, lectrices et lecteurs se reporteront sur le site Diễn Đàn – Forum : https://www.diendan.org/ qui lui a rendu un hommage appuyé.

FG, 22 juillet 2024.

Image “à la une” : revue bouddhiste Giac Ngo. Illustration réalisée par Phòng Mỹ thuật BGN/Tống Viết Diễn ; texte de Nguyen Xuan Anh. URL : https://giacngo.vn/cao-huy-thuan-da-ra-di-post72344.html © DR


Directions d’ouvrages et contributions en français signalées dans le SUDOC dont des études réunies par Cao-Huy Thuan :

Cao Huy Thuan (dir.), Études sur l’élargissement de l’Union Européenne, Paris, PUF, 2002. Centre de recherche sur la construction européenne ; études coordonnées par Cao-Huy Thuan.

Cao Huy Thuan & Raphaël Draï, Pobladores. Luttes sociales et démocratie au Chili, Paris, L’Harmattan, 2000.

Cao Huy Thuan & Alain Fenet (dir.), La coexistence, enjeu européen, Paris, PUF, 1998. Centre de recherche universitaire sur la construction européenne ; études réunies par Cao-Huy Thuan et Alain Fenet.

Cao Huy Thuan & Alain Fenet (dir.), Mutations internationales et évolution des normes, Paris, PUF, coll. “Publications de la Faculté de droit et des sciences politiques et sociales d’Amiens”, 1994.

Cao Huy Thuan & Raphaël Draï, Instabilités européennes, recomposition ou décomposition ?, Paris, L’Harmattan, coll. “Politiques et stratégies”, 1992. Actes de colloque du Centre de relations internationales et de sciences politiques d’Amiens, CRISPA.

Cao Huy Thuan, Les missionnaires et la politique coloniale française au Vietnam (1857-1914), New Haven / Amiens, Council on Southeast Asian Studies, Yale Southeast Asian Studies, The Lac Viet Series (n°13) / Centre de relations internationales et de sciences politiques, 1990.

Cao Huy Thuan (dir.), Pierre Gallois, Cao-Huy Thuan, Dominique Rosenberg [et al.], Regards sur le changement en Union soviétique, Paris, Presses Universitaires de France [PUF], coll. “Publications du Centre de relations internationales et de sciences politiques d’Amiens”, 1990.

Cao Huy Thuan et Raphaël Draï, Guerre, éthique et pensée stratégique à l’ère thermonucléaire, Paris, L’Harmattan, coll. “Politiques et stratégies”, 1988.

Cao Huy Thuan, C. Legum, F. Halliday, M. Molyneux… [et al.], La Corne de l’Afrique : questions nationales et politique internationale, Paris, L’Harmattan, coll. “Publications de la Faculté de droit et des sciences politiques et sociales d’Amiens”, 1986.

Cao Huy Thuan (dir.), Multinationales et droits de l’homme, Paris, PUF, coll. “Publications de la Faculté de droit et des sciences politiques et sociales d’Amiens”, 1984.

Cao Huy Thuan (dir.), Gérard Soulier, Tran-Van Minh, Cao-Huy Thuan, Alain Fenet… [et al.], Actualité de la question nationale, Paris, PUF, coll. “Publications du Centre de relations internationales et de sciences politiques de l’Université de Picardie”, 1980.

Cao Huy Thuan, Alain Fenet, Tran-Van-Minh, La question de l’Érythrée : droit international et politique des deux grands, Paris, PUF, coll. “Publications de la Faculté de droit et des sciences politiques et sociales de l’Université de Picardie”, 1979.

Cao Huy Thuan, “Les Etats-Unis et la question érythréenne : de l’intervention directe à la stratégie multilatérale”, in La question de l’Érythrée : droit international et politique des deux grands, Paris, PUF, précité, 1979.

Cao Huy Thuan, “Non-alignement et intervention étrangère : l’expérience de l’Inde”, Paris, PUF, extrait de Peuples et états du tiers-monde face à l’ordre international, 1978, p. 157-208.

Cao Huy Thuan, “Tendances actuelles dans les relations internationales en Asie du Sud-Est”, Paris, PUF, extr. des “Publications de la Faculté de droit et des sciences politiques et sociales d’Amiens”, No 7, 1976, p. 55-93.

Cao Huy Thuan, “Le mouvement bouddhiste : hier et demain”, Vendôme, 1970, extrait de la Revue Tiers-Monde. Tome XI, no 42-43, Avril Septembre 1970 – “Le Vietnam entre la guerre et la paix”, p. 301-319.

Cao Huy Thuan, Le bouddhisme vietnamien et son influence sur la vie politique au Sud Viêt-Nam, Paris, Paris 2, Mémoire DES, Science politique, 1965.


Aperçu de ses publications récentes en vietnamien :

  • Thượng đế, Thiên nhiên, Người, Tôi và Ta (Triết lý luật và tư tưởng Phật giáo). Nhà xuất bản TP Hồ Chí Minh, 2000; tái bản: NXB Hồng Đức/Khai Tâm, 2017.
  • Giáo sĩ thừa sai và chính sách thuộc địa của Pháp tại Việt Nam, 1857-1914. Nhà xuất bản Tôn giáo, 2002; tái bản NXB Hồng Đức/Phương Nam, 2014.
  • Từ Đông sang Tây (chủ biên cùng với Nguyễn Tùng, Trần Hải Hạc, Vĩnh Sính), Nhà xuất bản Đà Nẵng, 2005.
  • Tôn giáo và Xã hội hiện đại. Nhà xuất bản Thuận Hóa/Phương Nam, 2006; tái bản: NXB Hồng Đức/Khai Tâm, 2017.
  • Nắng và Hoa. Nhà xuất bản Văn Hóa Sài Gòn, 2006; tái bản: NXB Văn Hóa Văn Nghệ, 2013.
  • Thế giới quanh ta. Nhà xuất bản Đà Nẵng, 2007.
  • Thấy Phật, Nhà xuất bản Tri Thức/Phương Nam, 2009; tái bản 2013.
  • Khi tựa gối khi cúi đầu. NXB Văn Học/Nhã Nam, 2011; tái bản NXB Tri Thức/Khai Tâm, 2017.
  • Chuyện trò. NXB Trẻ, 2012; tái bản 2013, 2014, 2016, 2020.
  • Nhật ký Sen trắng. NXB Trẻ 2014; tái bản lần thứ 5, 2020
  • Sợi tơ nhện. NXB Trẻ, 2015; tái bản 2015.
  • Đến với Phật cùng tôi. NXB Hồng Đức, 2016.
  • Người khuân đá. NXB Trẻ, 2018.
  • Sen thơm nắng hạ quê mình. NXB Tri Thức/Khai Tâm, 2020.
  • Im lặng như lời chia tay. NXB Khai Tâm/Đà Nẵng, 2022.

Notes

  1. Cf. https://vi.wikipedia.org/wiki/Cao_Huy_Thu%E1%BA%A7n []
  2. Cf. Nguyễn Ngọc Giao, “Đóng góp vào việc liệt kê thư mục Cao Huy Thuần”, Diễn Đàn, 15/07/2024. URL : https://www.diendan.org/nhung-con-nguoi/dong-gop-vao-viec-liet-ke-thu-muc-cao-huy-thuan []
  3. Voir en ligne : https://tapchithoidai.diendan.org/ []
  4. Cf. Notice du SUDOC : https://www.sudoc.fr/009124004 []

Décès à Hanoï de Nguyen Phu Trong, symbole de l’autoritarisme vietnamien

La nouvelle du décès du secrétaire général du Parti communiste vietnamien a été annoncée hier soir vendredi 19 juillet.

Premier média a annoncé le décès du secrétaire général : David Brown, “[UPDATE] Vietnam’s Leader Dies. End of reformist crusade ?”, Asia Sentinel, 19 juillet 2024. As Asia Sentinel reported earlier today, July 18, a communique issued on July 18 strongly suggested that Vietnam’s top leader, Nguyễn Phú Trọng, was on his deathbed. It has since been reported that Trọng, who has been Secretary General of the nation’s Communist Party since 2011, has died. URL : https://www.asiasentinel.com/p/vietnam-nguyen-phu-trong-gravely-ill

Bruno Philip, “Décès à Hanoï de Nguyen Phu Trong, symbole de l’autoritarisme vietnamien”, Le Monde, 20 juillet 2024. Accès abonnés. Le secrétaire général du PCV, numéro un du régime, s’est éteint vendredi, à l’âge de 80 ans. L’actuel président, To Lam, assurera son intérim à la tête du parti, ce qui garantit la poursuite de la répression sur le plan politique. URL : https://www.lemonde.fr/international/article/2024/07/19/deces-a-hanoi-de-nguyen-phu-trong-symbole-de-l-autoritarisme-vietnamien_6252925_3210.html

La Croix avec AFP, “Vietnam : Nguyen Phu Trong, le chef du parti communiste, est mort”, 19 juillet 2024. Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du parti communiste vietnamien, est mort à l’âge de 80 ans, a déclaré vendredi 18 juillet un média d’Etat. Il était considéré comme le dirigeant le plus puissant du pays. URL : Vietnam : Nguyen Phu Trong, le chef du parti communiste, est mort (la-croix.com)

Le Figaro avec AFP, “Vietnam : décès du principal dirigeant Nguyen Phu Trong”, 19 juillet 2024. Il a été à la tête du parti communiste pendant 13 ans. C’est par ailleurs le premier secrétaire général à décéder au pouvoir, depuis Le Duan en 1986. URL : Vietnam : décès du principal dirigeant Nguyen Phu Trong (lefigaro.fr)

Le Monde avec AFP, “Nguyen Phu Trong, principal dirigeant vietnamien, est mort”, Le Monde, 20 juillet 2024. Après treize ans à la tête du Parti communiste qu’il a refaçonné par une campagne anticorruption d’ampleur historique, l’homme politique est mort à l’âge de 80 ans des suites d’une maladie. URL : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2024/07/19/nguyen-phu-trong-principal-dirigeant-vietnamien-est-mort_6252758_3382.html

RFI avec agences, “Disparition de Nguyen Phu Trong, principal pilier du régime du Vietnam”, RFI, 20 juillet 2024. Le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong, dirigeant de facto du pays, est décédé ce vendredi 19 juillet à l’âge de 80 ans. L’annonce est intervenue au lendemain du retrait de l’homme fort du régime de Hanoï pour raisons de santé, et de la prise en main de ses fonctions par son successeur annoncé Tô Lâm, déjà président depuis fin mai. URL : https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20240719-disparition-de-nguyen-phu-trong-principal-pilier-du-r%C3%A9gime-du-vietnam

Libération et AFP, “Disparition. Mort de Nguyen Phu Trong, l’homme fort du Vietnam”, Libération, 20 juillet 2024. Il était considéré comme l’homme le plus puissant du pays. Nguyen Phu Trong, le secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV), au pouvoir depuis 2011, est mort ce vendredi 19 juillet à l’âge de 80 ans. «En raison de son âge avancé et de la maladie, il est décédé à 13 h 38 (8 h 38 heure française)» dans un hôpital militaire d’Hanoï, la capitale, a annoncé le parti au pouvoir dans un communiqué, qui précise que des informations suivront «sur l’organisation des funérailles au niveau national». URL : https://www.liberation.fr/international/asie-pacifique/mort-de-nguyen-phu-trong-lhomme-fort-du-vietnam-20240719_ZMHV7CVZIVBLHDUWN545WZEJEM/

Tessa Wong, “Vietnamese leader Nguyen Phu Trong dies at 80”, BBC News, 19 juillet 2024. URL : Nguyen Phu Trong: Vietnam’s long-serving leader dies at 80 (bbc.com)

“Politique. Le décès de l’homme fort du Vietnam ouvre une ‘crise de succession'”, Courrier International, 19 juillet 2024. Accès abonnés. URL : https://www.courrierinternational.com/article/le-deces-de-l-homme-fort-du-vietnam-ouvre-une-crise-de-succession_220482


Annonce sur le site du gouvernement vietnamien :

TỔNG BÍ THƯ NGUYỄN PHÚ TRỌNG TỪ TRẦN. URL : https://baochinhphu.vn/tong-bi-thu-nguyen-phu-trong-tu-tran-102240719180831593.htm


Image “à la une” : VTV1

MàJ 22/07/2024

Collection des archives photographiques de Đinh Trọng Hiếu (Projet INALCO – Université Paris Cité – IFRAE)

La collection des archives photographiques (471 items) de l’anthropologue et ethno-botaniste Đinh Trọng Hiếu est accessible en ligne sur le portail LaCAS Data (Open Archives in Language and Cultural Area Studies).

Lien URL : https://lacas.inalco.fr/portals/html/resource_339623745/resource_1788038459.html?activeLeftMenu=menu_liste_resource_1788038459

Đinh Trọng Hiếu est un anthropologue et ethno-botaniste d’origine vietnamienne. Aujourd’hui à la retraite, il rejoint la section d’études vietnamiennes de l’Université Paris 7 – Denis Diderot de 1979 à 2005 en tant que chargé du cours « Introduction à la civilisation vietnamienne », sous-tendant la totalité de ses recherches par la suite. Il intègrera le CNRS en tant qu’enseignant-chercheur en ethnologie-ethno-botanique de 1981 à 2003. En 1979, M. Đinh Trọng Hiếu, aux côtés de Pierre Brocheux et Daniel Hémery, effectue une première mission au Vietnam dans le cadre de la première convention d’accord d’échange et de coopération entre la France et le Vietnam. Il effectuera donc son premier terrain au Nord du Vietnam, photographiant la riveraineté au sein de la capitale vietnamienne : Hà Nội ; et dans les provinces alentours, ainsi que les coutumes lors de fêtes ou pèlerinages. Ensuite, il effectuera son deuxième terrain en 1982 (financé par le CNRS) dans le but d’effectuer un travail de recherche sur la répartition des végétaux en milieu villageois (se répartissant sur 4 séjours de 5 mois afin de couvrir la totalité du cycle de végétation). Ce travail de recherche se concentre notamment sur la collecte d’échantillons botaniques de plantes médicinales vendues sur le marché et la découverte du village traditionnel de Sông Hồng (ou Moyenne-Région). Ce travail aboutira sur un abondant fond photographique sur les jardins vivriers et médicinaux. Ce fonds d’archives couvre ces deux voyages ainsi que plusieurs colloques auxquels le Professeur Đinh Trọng Hiếu a assisté.

Cette somme documentaire a été écrite et ordonnée en partenariat avec professeur Emmanuel Poisson,, Professeur à l’Université de Paris, UFR Langues et Civilisations de l’Asie Orientale, Section d’études vietnamiennes, et membre de l’IFRAE.


Photo “à la une” : Confection des figurines en pâte de riz pour la Fête des enfants (Mi-automne) : https://api.nakala.fr/data/10.34847/nkl.f6052cm5/765072abed0c5d56b4d7a908ebe38251093ba0bb

Que faire des Khmers rouges ? – A propos de “Rendez-vous avec Pol Pot” de Rithy Panh

Le réalisateur Rithy Panh est de nouveau sur les écrans avec un film silencieusement puissant intitulé “Rendez-vous avec Pol Pot”. Il retrace une expédition surréaliste de trois journalistes occidentaux à la fin de l’année 1978 pour rencontrer le dirigeant du Kampuchéa Démocratique dans le but d’établir une sorte de témoignage / bilan sur la révolution cambodgienne. Chacun-e dispose d’un rôle précis : la journaliste américaine consciente, le compagnon de route français, le photographe révolté d’origine africaine. Basé sur l’ouvrage d’Elizabeth Becker, Rithy Panh a construit sa fiction autour de plusieurs questions qui pourraient se résumer à celle-ci : Que faire des Khmers rouges ?

Au-delà du narratif cinématographique très intéressant auquel Rithy Panh nous a habitué, – par exemple l’insertion des figurines comme objet de médiation pour raconter l’indicible -, ce film pose plusieurs questions importantes. Il confronte notre regard d’Occidentaux ou d’étrangers sur une révolution voulue comme endogène, radicale et particulière que Pol Pot en personne incarne dans le texte. Il rappelle le lien entre Révolution française et dirigeants khmers rouges déjà documenté dans les travaux d’Henri Locard. La terreur, Danton et Robespierre et un aéroport inutile… dans la jungle flamboyante et les rizières lumineuses. Il souligne le positionnement des enfants à la fois victimes et bourreaux dans un même espace temps, les jeunes révolutionnaires armés de kalashnikov parfaitement habités (et habillés) par leur rôle, gardiens et bourreaux, et la jeunesse affamée, hagarde, dévorée par les mouches. Il questionne l’idéal révolutionnaire, son radicalisme défendu par les dirigeants Khmers rouges. Enfin, dans un même mouvement, il interroge le nationalisme antivietnamien des Khmers rouge particulièrement prégnant à l’heure de leur chute et sur lequel un rebond idéologique semble possible encore aujourd’hui – les néo-Khmers rouges insisteront sur le caractère national de cette lutte menée pour préserver “la pureté de la race khmère” contre les envahisseurs et gommer les crimes passés.

Sans apporter de réponses, Rithy Panh n’a pas de leçons politiques à nous inculquer sinon celle de l’humanisme dans toute sa complexité. Il s’attache à faire ce qu’il appelle “un travail et non un devoir de mémoire”. Pour lui l’expérience khmère rouge, comme celle du nazisme allemand, nécessite un vrai travail de réflexion et de mise à jour des actes criminels de ce régime par le recueil de toute information lorsque cela est encore possible. C’est l’objectif de son centre de documentation fondé il y a seize ans à Phnom Penh du nom de Bophana, une victime iconique du centre concentrationnaire S21. Mais cette opération reste difficile à faire tant le crime de masse fut proportionnel à la population du pays (1/3 de gens décimés par le meurtre ou la famine). Raconter, se souvenir, exprimer, convaincre son entourage de ce que l’on a vécu, tout ceci passe par des détours souvent artistiques, c’est précisément le cinéma qui a permis à Rithy Panh de mettre du sens – au delà des disparitions, des tortures et de la tragédie vertigineuse – à sa propre histoire familiale. Un travail cinématographique de fond, dans la profondeur des âmes, dans lequel le récit mémoriel s’affirme, la parole est forte, les images brûlantes ou dérangeantes, le propos toujours sensible.

Lors de l’avant-première de son film projeté au Comoedia à Lyon, Rithy Panh, modeste dans ses objectifs, a insisté sur le fait de “faire sortir la parole”, “faire que la parole sorte” pour exprimer cette tragédie cambodgienne transgénérationnelle. Il rappelle que “le crime génocidaire des Khmers rouges va au delà de la mort”, il se perpétue dans les mémoires familiales, dans les corps et les esprits et il inscrit son propre travail dans ce processus : comprendre la terreur, analyser l’idéologie, retracer les actions, retrouver les images manquantes du crime… Ses films sont comme des reconstitutions judiciaires qui visent à faire surgir – à travers les mutismes, les oublis volontaires ou involontaires, la méconnaissance historique, la fascination pour la révolution, la paranoïa organisée, la haine de l’autre – une vérité nue. Celle de notre humanité en proie à ses propres convulsions politiques, idéologiques, identitaires ou raciales.

En ce sens, ce film en particulier et le travail de Rithy Panh plus généralement est précieux et même nécessaire. Il l’est autant pour notre temps présent mais aussi pour notre avenir commun. “Je fais les films avec mon équipe”, “en équipe” jamais seul, un partenariat d’humanité, a tenu à rappeler Rithy Panh en s’excusant, devant une salle pleine à craquer, d’être “plutôt à gauche”. Rithy Panh raconte que dans son film, personne n’a voulu jouer le rôle de Pol Pot et qu’il lui a fallu endosser ce rôle dérangeant après quelques semaines de tourments intérieurs, l’artiste devant jouer le bourreau de son peuple. Ce “Rendez-vous avec Pol Pot” est presque une allégorie de notre temps, c’est un rendez-vous avec notre histoire et notre destin d’êtres humains, face à face avec le crime génocidaire. C’est peut-être la raison pour laquelle Rithy Panh envisage de faire son prochain film sur la foi. Comme une lueur d’espoir pour ne pas oublier qu’un basculement dans l’horreur est toujours possible tout comme notre perte.

François Guillemot, 1er juin 2024.

Antoine Lê : “La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976” – thèse

Soutenance de la thèse d’histoire d’Antoine Lê sur un sujet particulièrement intéressant à l’appui de nouvelles sources.

Soutenance d’une thèse en histoire politique du Viêt Nam contemporain dirigée par Benoît de Tréglodé (IRSEM/CASE) et Andrew Hardy (EFEO/CASE) intitulée :

“La recherche politique d’une autonomie stratégique. La construction de l’appareil d’État révolutionnaire du Sud (COSVN) dans un contexte de guerre civile au Viêt Nam, 1954-1976”

Par Antoine LÊ

ATER à SciencesPo Paris – Campus du Havre. Doctorant Centre d’Asie du Sud-Est (CASE) / INALCO, Paris

La soutenance aura lieu le jeudi 30 mai 2024 à 14h (heure française), dans le grand salon de la Maison de l’Asie (1er étage),  22 avenue du Président-Wilson, 75016 Paris.
Le jury est composé de :

  • Benoît DE TRÉGLODÉ, Directeur de recherche, IRSEM/CASE, directeur de thèse
  • DOAN Cam Thi, Professeure des Universités, INALCO, examinatrice
  • Sabine DULLIN, Professeure des Universités, Sciences Po Paris, examinatrice
  • Christopher GOSCHA, Professeur, Université du Québec à Montréal, examinateur et rapporteur
  • François GUILLEMOT, Ingénieur de recherche, CNRS, examinateur
  • Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO/CASE, directeur de thèse
  • Pierre JOURNOUD, Professeur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3, examinateur et rapporteur

La soutenance sera retransmise en ligne via zoom. Pour recevoir le lien, veuillez remplir le formulaire suivant (avant le 30 mai à 11h). Le lien vous sera envoyé la veille ou le matin du 30 mai.
https://forms.gle/5UuL4PzZYVumru7F7

Congrès fondateur du GRP du FNL-SVN et de l’Alliance des forces nationales et démocratiques de la paix en 1969 © DR

Résumé de la thèse :

La question de la relation entre le mouvement de libération du Sud-Viêt Nam et les autorités communistes de Hanoi a fait couler beaucoup d’encre. Pendant longtemps, les historiographies occidentale et vietnamienne ont, pour des raisons différentes, présenté les communistes du Sud-Viêt Nam comme de stricts agents de la République Démocratique du Viêt Nam au Nord. En utilisant des témoignages publiés, des archives inédites et des entretiens récoltés pendant plusieurs années de terrain au Viêt Nam, cette thèse tente d’apporter de nouveaux éclairages sur la question de l’autonomie politique du mouvement révolutionnaire sud-vietnamien. Elle se focalise tout particulièrement sur le Central Office for South Vietnam (COSVN), l’état-major politico-militaire du Parti communiste pour le Sud-Viêt Nam. Grâce à une approche prosopographique, internaliste et compréhensive, concentrée sur les parcours des dirigeants communistes du Sud-Viêt Nam cette étude vise à rendre visible l’évolution de l’autonomie politique du COSVN des Accords de Genève en 1954, jusqu’à la proclamation de la République Socialiste du Viêt Nam en juillet 1976.

La soutenance sera suivie d’un pot convivial.


Image “à la une” : Lieu de travail du dirigeant Nguyen Van Linh au sein du COSVN © Wikipedia / Sài Gòn Ăn Chơi 24h

Tự Lực Văn Đoàn : une histoire éditoriale et intellectuelle – survol historiographique (années 1930-2020) / Guillemot François – séminaire France-Vietnam, 17 mai 2024

Le séminaire “France-Vietnam : un portail entre les cultures”, organisé par Nguyen Giang Huong de la BnF en partenariat avec l’EUR Translitteræ, est consacré aux recherches récentes sur les échanges culturels entre la France et le Vietnam. Il se tient un vendredi par mois via ZOOM. Le Vendredi 17 mai 2024, 10h00-11h30, Nguyen Giang Huong accueillera François Guillemot (IAO/ENS Lyon) et Phung Ngoc Kien (Académie des Sciences Sociales du Vietnam) sur le sujet suivant : « Tự Lực văn đoàn – par ses propres forces ».

François Guillemot présentera un “survol historiographique” des publications du/sur et autour du Groupe littéraire autonome des années 1930 à aujourd’hui. Résumé :

L’histoire éditoriale et intellectuelle du Groupe littéraire autonome épouse les fluctuations de l’histoire vietnamienne au XXe siècle. Né en 1933 d’une volonté d’émancipation culturelle, économique, politique et sociale, les productions du groupe littéraire ont traversé les époques, entre popularité, condamnation, oubli, effacement et revitalisation, jusqu’au nouvelles analyses d’aujourd’hui. Notre communication se penchera sur six périodes clés :

  • L’émergence et l’apogée en situation coloniale (1932-1945) ;
  • Les rééditions pendant la période de l’Etat du Viêt-Nam (1948-1954) ;
  • Les rééditions et la réactivation au Sud sous la République du Viêt-Nam (1955-1975) ;
  • L’exil américain, la mémoire et la valorisation (années 1980-2010) ;
  • Le réexamen à l’époque du Renouveau vietnamien (années 1990-2000) ;
  • Les nouvelles études académiques et les ressources en ligne (années 2010-2020).

A l’issue de cette trajectoire vertigineuse, des interprétations sur la popularité constante des écrits de ce groupe peuvent être avancées entre mémoire et expérience historiques, modernité littéraire et patrimonialisation de certaines oeuvres emblématiques.


En première partie de ce séminaire, le chercheur Phùng Ngọc Kiên interviendra sur “L’ACCUMULATION DES CAPITAUX CHEZ TỰ LỰC VĂN ĐOÀN”.

De quoi l’Indochine est-elle le nom ? [3]

L’important puzzle de ce numéro hors-série qui, on l’espère, fera date au-delà des points de vente de nos gares SNCF, impose aux chercheur-es de reconsidérer cette histoire avec soin et de revisiter sources et archives. En effet, à travers plusieurs titres-concepts phares et chocs : « dé-coloniser l’Indochine », « narco-Etat », « or blanc du capitalisme », « porno-colonialisme », et quelques réalités sur l’homme blanc terrassé à Diên Biên Phu1 le capitalisme outrancier de la Banque d’Indochine ou du groupe Rivaud et leurs suites contemporaines… ce numéro hors série propose in fine une relecture critique de ce que fut la colonisation sous ses pires et néanmoins importants aspects.

Il est symptomatique de constater que les sujets novateurs, maniés avec moult précautions par les historien-nes professionnel-les, sont souvent portés par le journalisme d’investigation comme autrefois Yvonne Schultz, Andrée Viollis (mentionnée sur la dénonciation de la torture), Léon Werth, Louis Roubaud, Philippe Devillers, Bernard Fall ou Lucien Bodard (malgré l’exubérance de sa plume et de ses portraits hauts en couleurs frisant la caricature), l’ont fait, en enquêtant sur le terrain, pour décrire ce que Paul Mus devait appeler le « cosmodrame » qui se jouait en Asie dans sa dimension guerrière, cosmologique et anthropologique.

Le numéro hors-série avance sur des dossiers sensibles et propose une interprétation : « De quoi d’Indochine est-elle le nom ? », hier et aujourd’hui. Si on aimerait en savoir plus, au-delà des silences persistants, sur la construction politique et sociale franco-indochinoise in situ au Viêt-Nam, dont les asio-descendants sont les dignes héritiers et héritières, une étape est franchie, une borne est posée par l’équipe de Doan Bui. A partir de ces témoignages et aperçus culturels ou anthropologiques se dessine la possibilité d’une nouvelle histoire de l’Indochine colonisée et de ses interactions dont les asio-descendants sont le fruit. Aux intersections coloniales dénoncées dans ce numéro répondent aussi des interactions assumées voire revendiquées que les récits familiaux mettent en avant. Celles de lettrés, d’intellectuel-les, d’enseignantes et d’une élite qui a rêvé d’un projet politique à part égale et d’une décolonisation plus pacifique. Était-ce un rêve si illusoire ?

Après ce rapide éloge, j’aimerai proposer quelques suggestions pour approfondir la question. Le terme « décoloniser » est chargé de sens, il s’inscrit dans la logique des études décoloniales et invite donc à l’investiguer davantage2. Quelle approche décoloniale est possible avec l’Indochine, ce terme et ce qu’il recouvre au delà d’un effet de mode ? Celle de l’écriture de l’histoire de la conquête qu’il faudrait reprendre en analysant de nouveau les sources disponibles ? Et sur quelles sources s’appuyer ?3 Celle des représentations stéréotypées et fantasmées que recouvre le mot « Indochine » ? Celle des corps indochinois, construction sociale et politique de la période coloniale à l’indépendance post-coloniale ? Celle des rendez-vous manqués avec la voie pacifique et pourquoi l’échec répété des voies médianes ? Il aurait été intéressant en préambule de ce dossier de préciser les choses, qu’est-ce qui doit être ou peut être décolonisé et pourquoi est-ce utile ? Nos consciences, nos préjugés, nos ignorances… ? Et de quoi l’Indochine peut-elle être le nom ? Le sujet s’avère finalement complexe et Christopher Goscha de rappeler :

« L’Indochine est une construction coloniale qui se greffe en fait sur quelque chose de préexistant. Avant les Français, les Vietnamiens avaient été eux aussi des colonisateurs. Le Dai Nam de la dynastie des Nguyên dans les années 1830 inclut une bonne partie du Laos et du Cambodge. L’Indochine française reprend cette construction » (p. 59).

L’Indochine fut également le territoire de l’expansion communiste vietnamienne. Le résultat de ces trois guerres successives est terrifiant4. De son côté Viet Thanh Nguyên s’interroge sur nos représentations figées de l’Indochine :

« Comment lutter contre cette reconstruction nostalgique, cette mythologie rêveuse, mélancolique et si romantique ? » (p. 95)

Au fil des 99 pages, le terme Indochine se révèle donc multiple dans des sens divergents. En lisant le témoignage de Doan Bui “Voyage au pays des miens”, l’utilisation du terme “Indochine” interpelle. Historiquement, le Viêt-Nam devient indépendant officiellement en 1945 (RDVN) et conserve cette appellation même sous le régime de Bao Dai (État du Viêt-Nam, 1948-1954) or son voyage fait durer cette appellation jusqu’en 1954 à travers les expressions “un pays, l’Indochine, qui a cessé d’exister en 1954” (p. 9) et “Après 1954, il n’y a pas que l’Indochine qui disparaitra” (p. 13). Ce choix journalistique et cette auto-représentation démontrent que « dé-coloniser » ne coule pas de source et nécessite une opération mentale audacieuse, un retour sur soi exigeant. Car, ce que nous raconte Doan Bui de son voyage familial est aussi un attachement à un vocabulaire, “né de” et “usité par” la colonisation, un vocabulaire socialement et viscéralement intégré. Puissance de cet imaginaire dont joue encore beaucoup de Vietnamiens dans leur propre tourisme domestique.

On comprend alors que cette Indochine n’est finalement pas celle des Français, ni celle des colons, que le terme appartient autant aux Indochinois eux-mêmes qu’aux Occidentaux. Il y a une Indochine vietnamienne : celle des Vietnamien-nes qui ont cru à la France ou qui s’en sont nourris et qui ont effectué un compagnonnage chargé de sens, celle des « Petits Viêt-Nam de France », celle de la famille de Doan Bui, de Viêt Thanh Nguyên et sans doute dans une moindre mesure une Indochine cambodgienne et laotienne qui a peu à voir avec celle des oppresseurs. A chacun-e son destin5. Chacun et chacune s’approprient à sa façon la mémoire de ce vocabulaire chargé de drames et de convulsions. Car l’Indochine c’est aussi une histoire de guerres entre les royaumes khmers, laotiens, siamois, cham et vietnamiens… avec sa dimension vietnamienne impériale et impérialiste au niveau continental6. Quatre mots de vocabulaire “Riz, colonisation, langue nationale, métis” ferment la marche de cette histoire en l’ouvrant sur la question du langage si importante pour la transmission.7.

Enfin, ce numéro spécial qui se veut didactique méritait une page de références bibliographiques, une page « Pour approfondir » ces questionnements. Outre les sources mentionnées et sur lesquelles s’appuient les articles, d’autres études nouvelles et importantes pouvaient être citées. Sur l’histoire des femmes, sur les corps, sur la guerre ou encore sur une réconciliation nationale jamais entreprise par les vainqueurs. Et ces oublis ne sont pas spécifiques aux numéros spéciaux consacrés à l’Indochine. En effet (mais c’est un autre sujet), on reste surpris par la méconnaissance des collègues historien-nes en France de l’historiographie sur le Viêt-Nam dans des ouvrages d’histoire globale8. On complètera donc ces récits avec les études pionnières sur la colonisation des corps, sur l’histoire des femmes, sur le genre et la guerre, sur la littérature et les arts, et sur la nécessité de revisiter les sources de la colonisation avec un regard critique et réflexif9.

Si la carte postale « Indochine » à laquelle nous avons été trop habitués est quelque peu esquintée par ce numéro hors-série, elle permettra aux lectrices et lecteurs d’entrevoir ce que vécurent les Vietnamiens, les Cambodgiens et les Laotiens pendant la période de la domination française. Au Viêt-Nam, qui déclara par deux fois son indépendance en 1945, nos gouvernements refusèrent de concevoir à ce moment clé un destin à parts égales jusqu’à la guerre effroyable qui fit la bagatelle d’un million de morts. Le sacrifice d’une indépendance acquise par le prix du sang engendra la terrible guerre civile qui divisa encore les Vietnamiens pendant de longues décennies avec ce chiffre global, jamais totalement définitif, de plus de trois millions de morts. Un coût exorbitant pour la construction d’un État post-colonial devenu autoritaire et policier, engagé aujourd’hui dans le jeu complexe de la globalisation et de la géopolitique chinoise. La guerre civile indochinoise et ses interactions péninsulaires au XXe siècle reste encore à écrire10.

De quoi l’Indochine fût-elle donc le nom ? Du meilleur pour les élites, on en doute compte-tenu de la radicalisation révolutionnaire. Du pire pour les paysans, les petites gens, les révolutionnaires d’hier et les dissidents d’aujourd’hui, assurément. L’histoire le démontre déjà. De quoi l’Indochine est-elle aujourd’hui encore le nom : d’une histoire qui continue à glorifier l’œuvre française (« une installation » comme on déménage) ou d’une histoire décoloniale déconstruisant le puissant mythe ? D’un clivage post-guerre froide qui ne se tarit pas, d’un traumatisme collectif enfoui dans les mémoires, d’une identité plurielle qui ne sait quel visage afficher dans une société française toujours mal à l’aise avec son passé colonial ? Un peu tout cela à la fois. L’actualité de ces dernières semaines, accrochée à la mystique de Diên Biên Phu, nous le raconte aussi. De quoi l’Indochine sera-t-elle le nom ? Une affaire géopolitique d’États post-coloniaux sous emprise chinoise ? Une ancienne question mémorielle et identitaire ? Une disparition programmée des derniers oublié-es ? L’avenir nous le dira. Ne soyons pas trop pressés de le savoir.

A lire donc : “Indochine 1858-1954. La colonisation oubliée”, Le Nouvel Obs, hors-série n° 116, mai 2024.

François Guillemot, 10 mai 2024. MàJ 11/05/2024.


Illustration “à la une” : Port-folio Métissage par Tuan Andrew Nguyen © Le Nouvel Obs 2024

  1. N’oublions pas le 5e Bawouan, bataillon de parachutistes vietnamiens largués dans la cuvette au pires moments []
  2. Voir à titre d’exemple sur l’origine de cette approche : Lissel Qiroz et Philippe Colin, Pensées décoloniales. Une introduction aux théories critiques d’Amérique latine, Paris, Zones, 2023 []
  3. Voir notre chapitre : “Écrire l’histoire du Viêt-Nam sous la colonisation : l’avènement d’une nouveau récit national ?” dans Nguyen Giang Huong (dir.), Le portail France-Vietnam, Paris, Editions Kimé, 2021, p. 141-168 []
  4. Voir “Un démocide partagé” dans : Viêt-Nam, fractures d’une nation, Paris, La Découverte, 2018, p. 207-211 []
  5. Cf. Charles Keith, Subjects and Sojourners. A History of Indochinese in France, Berkeley, University of California Press, 2024 []
  6. Cf. Christopher Goscha, Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015 []
  7. Notez qu’encore une fois deux mots vietnamiens lourds de sens prédominent dans ce trop court lexique []
  8. A titre d’exemple voir les ouvrages : L. Bantigny, Q. Deluermoz, B. Godille, L. Jeanpierre, E. Palieraki (dir.), Une histoire globale des révolutions, Paris, La Découverte, 2023, qui ne cite que très peu d’études sur l’Asie, sans même un chapitre dédié au Viêt-Nam et voir Bruno Cabanes (dir.), Une histoire de la guerre. Du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, Points Histoire, 2018, ouvrage dans lequel les références sont datées avec des oublis tout aussi remarquables sur les études historiques de ces trente dernières années ! []
  9. Quelques références dans notre bibliographie en ligne : https://indomemoires.hypotheses.org/22968 []
  10. Pour l’inspiration, on pourra se reporter à Enzo Traverso, 1914-1945 la guerre civile européenne, Paris, Fayard/Pluriel, 2009 et son alter-ego Ernest Nolte, La guerre civile européenne. National-socialisme et bolchévisme, 1917-1945, Paris, Librairie académique Perrin / Tempus, 2011 []