Archives par mot-clé : militaires

Pierre Thoumelin : L’ennemi utile 1946-1954 [parution]

Thoumelin_L'EnnemiUtile[ndlr] Parution de l’ouvrage de Pierre Thoumelin sur les « vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS dans les rangs de la Légion étrangère en Indochine ». Actuellement en thèse ce chercheur explore le rôle des Allemands enrôlés dans la guerre d’Indochine. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’itinéraire improbable de milliers d’anciens soldats allemands de la Wehrmacht et de la Waffen-SS, ayant servi le Troisième Reich durant la Seconde guerre mondiale, entre l’Europe au sortir de la guerre et l’Indochine française en cours d’émancipation. Depuis la création de la Légion étrangère en 1631, les Allemands ont toujours été présents en nombre dans ce corps d’armée unique au monde, où se côtoient les nationalités les plus diverses. Malgré une opinion publique française massivement hostile aux Allemands et à l’Allemagne après quatre années d’occupation nazie, l’armée française continue de recruter de très nombreux Allemands – et ce dès 1943 ! L’Allemagne en ruine et les camps de prisonniers de guerre, où les conditions de vie sont souvent atroces, sont un terrain privilégié pour les recruteurs de le Légion, qui font miroiter aux vétérans allemands l’idée d’une vie d’aventures dans des paysages exotiques. En réalité, l’armée française, en voie de reconstruction, est à le recherche d’hommes ayant une expérience de combat et connaissant les tactiques à employer contre des insurgés. Sur près de 73 000 légionnaires ayant combattu en Indochine près de 30 000 sont Allemands ou Autrichiens. Une germanisation galopante de la Légion donne naissance en France, et en Allemagne, aux rumeurs les plus folles. A l’assemblée nationale, les députés communistes dénoncent bientôt l’emploi de criminels de guerre nazis par l’armée française en Indochine. Fruit de plusieurs années de recherches dans les archives allemandes et françaises, cet ouvrage propose un regard croisé sur l’histoire de ces légionnaires allemands au service de la France. De nombreux témoignages inédits d’anciens légionnaires et de soldats français de corps expéditionnaire français ayant servi en Indochine permettent une mise en perspective approfondie de la documentation officielle. Pour le première fois, un livre s’intéresse de près à ces improbables relations franco-allemandes dans le domaine militaire et qui naissent avant la fin même de la Seconde guerre mondiale.

L’auteur : Pierre Thoumelin, officier de réserve de la Gendarmerie nationale, rédige actuellement sa thèse de doctorat d’histoire à l’université de Caen Basse-Normandie sur le rôle des soldats allemands de la légion étrangère entre 1946 et 1956.

 Réf. : Pierre Thoumelin, L’ennemi utile 1946-1954. Des vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS dans les rangs de la Légion étrangère en Indochine, Les Préaux, Schneider Text, 192 pages.

Etienne Thái Văn Chanh

ThaiVanChanhM. Etienne Thái Văn Chanh est né en 1874 à Tân Phong (Cần Thơ). Citoyen français (1896).

Engagé volontaire en 1893 comme infirmier, il participait aux campagnes de Madagascar de 1900 à 1905, de la Côte d’Ivoire de 1905 à 1908 et à la Grande Guerre de 1914-1916. Sa belle conduite au feu et son dévouement pour les malades lui valaient deux citations du Commandement Supérieur des Troupes de l’Afrique Occidentale française et les décorations suivantes :

  • Médaille militaire et Croix de Guerre en 1911.
  • Médailles coloniales avec agrafes « Madagascar », « AOF » en 1907, « Côte d’Ivoire » en 1911.
  • Médaille de la Victoire de la Grande Guerre 1914-1918 en 1920.
  • Médaille Interalliée.

Après sa retraite, il fut nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.

S’est consacré depuis 1922 à l’agriculture et à l’exploitation des salines et participe activement aux œuvres sociales de la Province. Il est membre de l’A.M.A.S. de Baria et Vice-Président de l’Association d’Etude du Bouddhisme et de Secours mutuel « Thiên Thai Thiên Giác Tông, Liên hữu Hội ».

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 10.

Nguyễn Văn Canh

NguyenVanCanhM. Nguyễn Văn Canh, Sous-Lieutenant en retraite. Né en 1888 à Hoành-Trung (Thanh Hóa, Annam).

Tirailleur au 4e R. T. T. à Nam Định en 1910. Sergent en 1916. Adjudant en 1924. Adjudant-Chef en 1928. Sous-Lieutenant en 1931. A pris sa retraite en 1937.

Services et missions diverses :

  • 1917 en colonne à Thái Nguyên (Tonkin) ;
  • 1919 en colonne à Moncay ;
  • 1922 à 1925 en France (Occupation de l’Armée du Rhin) ;
  • 1927 en colonne à Bình-Liêu (Moncay) ;
  • 1931 à Sept-Pagodes comme Sous-Lieutenant d’Infanterie Coloniale.

Médaille Militaire.

Croix de Guerre T. O. E.

Médaille de la Victoire.

Médaille Coloniale Agrafe Tonkin.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 9.

[parution] Défendre l’empire. Des conflits oubliés à l’oubli des combattants – Frédéric Garan (dir.)

Garan_Défendrel'Empire[ndlr] Vient de paraître aux éditions Vendémiaire dans la nouvelle collection Empires dirigée par Sophie Dulucq et Jean-François Klein. Présentation de l’éditeur.

La mémoire de l’histoire des anciens combattants « indigènes » s’arrête généralement avec la victoire sur le nazisme à l’image de ceux qui ont combattu jusqu’au bout pour libérer la France. Cette mémoire, très sélective, est entretenue par les pouvoirs politiques qui « oublient » qu’à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ces soldats ont été appelés pour défendre l’Empire dans les conflits de décolonisation… Mobilisés par une France affaiblie pour des raisons militaires mais aussi économiques et politiques, ils ont participé à la répression de l’insurrection de Madagascar et sont intervenus massivement pendant la guerre d’Indochine.

Cet ouvrage retrace les parcours collectifs de ces « Sénégalais », Maghrébins, Malgaches et Réunionnais, auxquels répondent des portraits de combattants où se dessinent des destins poignants. Une mise en perspective qui nous amène au plus près de ces soldats, de leur engagement à leur présence sur le terrain, avant de se clore sur les luttes de ces anciens combattants pour la reconnaissance de leur pension – c’est-à-dire de leur participation à la défense de l’Empire.

Sommaire :

  • Introduction, pp. 5-15
  • Armelle Mabon : « Prisonniers de guerre malgaches durant la Seconde Guerre mondiale », pp. 17-31
  • Christophe Giudice : « Hédi Abdelkader, un tunisien de la France libre », pp. 33-39
  • Jean Fremigacci : « Bataillons marocains en campagne à Madagascar », pp. 41-96
  • Frédéric Garan : « Une brève histoire d’amour dans l’empire », pp. 97-101
  • Michel Bodin : « Les ‘Sénégalais’ de la guerre d’Indochine », pp. 103-135
  • Christophe Giudice : « Mohamed Hédi Guertili, de la Phalange africaine aux troupes coloniales », pp. 137-140
  • Pierre-Eric Fageol, « Réunionnais en Indochine », pp. 141-165
  • Michel Bodin : « Tunisiens en Indochine », pp. 167-189
  • Christophe Giudice : « Slimane Ayari ou les regrets d’une jeunesse perdue », pp. 191-193
  • Christophe Giudice : « Des Marocains ralliés au Vietminh », pp. 195-222
  • Frédéric Garan : « Le dernier combat des tirailleurs malgaches », pp. 223-256
  • Conclusion, pp. 257-261
  • Annexes dont Pierre-Eric Fageol : « Les Réunionnais morts en Extrême-Orient », pp. 267-281
  • Notes : pp. 283-312
  • Les auteurs : pp. 314-315

Frédéric Garan est maître de conférences à l’université de La Réunion, chercheur au CRESOI et directeur de publication de la revue Tsingy.

Source : Editions Vendémiaire