Archives par mot-clé : militaires

« Masters of Their Own Destiny »: Asians in the First World War and its Aftermath [call for papers]

[ndlr] Annonce de l’IRASEC à Bangkok. 

L’Irasec organise avec l’université Chulalongkorn une conférence sur le thème  “Masters of Their Own Destiny”: Asians in the First World War and its Aftermath” qui se tiendra du 9 au 11 Novembre 2018 à Bangkok. Date limite d’envoi des propositions : 25 juillet 2018.

“Masters of Their Own Destiny”: Asians in the First World War and its Aftermath

 

An International Conference and a Photography Exhibition organized by the History

Department, Faculty of Arts, Chulalongkorn University and the Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC – CNRS)

 

Dates:                9-11 November 2018 

Venue:              Chulalongkorn University, Bangkok, Thailand

Despite being qualified as a “World War”, the First World War has long been studied primarily in a Eurocentric perspective, notwithstanding the massive participation of non-Western populations in the war (more than two million soldiers or workers, colonial and non-colonial, from Africa and Asia) and the importance of their expectations along with their disillusionment with the Paris peace treaties. In the last fifteen years, there has been greater interest in the participation of the colonized populations in the war effort, in terms of military and economic, as well as social and cultural aspects of the war within the colonial society. But the Asian States and societies have still been considered marginal. Many important reference works on international relations of Asia consider that it is only after the Second World War and the decolonization movements, that the Asian States became true actors, “masters of their own destiny”. They seem to have overlooked an important fact that three sovereign Asian countries (Japan, China, and Thailand) entered into the First World War on the Allied side. Nevertheless, in recent years, several works have been published on the First World War from the Asian perspective.

The perspective of this conference is to consider the First World War as a key moment which permitted, for the first time in history, important migrations of people and the circulation of ideas, objects, and techniques between Asia and Europe in both ways. By overcoming the oversimplified Eurocentric vision that the masses in colonized countries came to support the European war effort, the aim of this conference is to highlight the Asian individual and collective trajectories, marked by their desire to become the “masters of their own destiny” in the colonial and total war contexts. We hope to join together the perspectives of global history, micro history, and history from below. A biographical approach with the illustration of the individuals’ “non-standard” experiences could allow us to measure the impact of a particular experience of war and of Europe on their lives and their family circle, as well as on their societies.

It is the question of analyzing the experience of war, the conditions in Europe, and the return to their homeland from diverse sources: military archives (including the army’s postal censorship commission), colonial archives, diplomatic archives, intimate letters, press, photographs, memories and literary works, etc. How did Asian workers or soldiers seize that exceptional opportunity to “take charge of their own destiny” at both the individual and national level? How did the Asians apply that “exceptional” experience of the First World War and expatriation to their personal and social life? What was the impact of these individuals on the political, economic, social, and cultural destiny of the Asian peoples under Western domination? The transition from individual aspirations by using experiences from Europe, to political aspirations in coming back to their homeland, in other words their capacity to become “masters of their own destiny” will be particularly explored.

Possible avenues of research include (among others):

o   Experience of Asian soldiers on the European front  o Experience of Asian workers in Europe

o   Testimonies of Asian diplomats and officials in Europe

o   Asian political activists and the making of new political networks in Asia o Asian students in Europe and the making of new elite in Asia o Asian mediators of new technics: the making of new professions in Asia

 

Other events: 

Ø  A photography exhibition entitled “Asians and the Great War”

Ø  A special session on the filmed archives on the Great War with screening and debates of film archives

Ø  Excursion for participants to WWI-related sites and museums and attendance at the 11 November commemoration ceremony in Bangkok

Submission of proposal

Paper proposals should include a title, an abstract (250 words maximum) and a brief personal biography of 150 words for submission by 25 July 2018.

Please submit your proposal using the provided paper proposal to claire.tran@irasec.com, bhawan.r@chula.ac.th, and v.vacharakirin@gmail.com.

Successful applicants will be notified by 15 August 2018 .

Organisers

Bhawan Ruangsilp (History Department, Chulalongkorn University)

Claire Thi Liên Trân (Institute of Research on Contemporary Southeast Asia (IRASEC – CNRS, Bangkok)

  • Appel à contributions sur la page Facebook de l’Institut .

Illustration « à la une » : The Siamese Expeditionary Force during the 1919 Paris Victory Parade.

Hwang Sok-Yong, L’Ombre des armes – Recension de Julia Fournier

Recension de : Sok-Yong Hwang, L’ombre des armes, 1992, Édition Zulma, 2003, traduit du coréen, 672 pages.

La présence sud-coréenne dans la guerre du Vietnam

Sous le régime du dictateur Park Chung-Hee, la Corée du Sud participe aux côtés des États-Unis à la Guerre du Vietnam. L’envoi de troupes coréennes en septembre 1964 au Vietnam se fait en échange de promesses d’aides financières et d’investissements dans les consortiums internationaux par les États-Unis. Environ 300 000 soldats sud-coréens ont combattu, c’est le 2ème plus gros bataillon défendant le Sud-Vietnam après les États-Unis.

Trois divisions sud-coréennes d’intervention se distinguent : The Tiger Division, The Blue Dragons, et The White Horse. L’armée coréenne était redoutée des Vietnamiens et reconnue des Américains. En effet, sur le terrain les divisions coréennes pratiquent l’art martial du Taekwondo et usent de stratégies très bien coordonnées ne laissant aucune chance à l’adversaire. Des villages vietnamiens étaient réduits en cendre, et les chefs de villages exécutés et leurs corps disposés comme exemple. Une armée efficace mais cruelle.

Malgré la forte présence de l’armée coréenne dans la guerre du Vietnam, le grand public n’en a généralement pas connaissance. De même, les actes que les soldats sud-coréens ont commis ne sont pas connus ni enseignés dans les manuels scolaires des élèves sud-coréens. Il y a, encore aujourd’hui, une guerre de mémoire entre le Vietnam et la Corée du Sud sur ce sujet. Les victimes vietnamiennes attendent une reconnaissance.

Hwang Sok-Yong, un écrivain militant aujourd’hui incontournable

Hwang Sok-Yong est né en 1943 en Mandchourie alors occupée par l’armée japonaise. Il a passé son enfance en Corée du Nord et s’exile avec ses parents à Séoul en 1950. Il fait des études en philosophie à l’université de Dongguk et est emprisonné en 1954 pour des raisons politiques. En 1966-1967, Hwang Sok Young a 23 ans et est envoyé combattre à contrecœur aux côtés des Américains dans la guerre du Vietnam. Il a combattu avec le contingent coréen à Da Nang.

« Quelle différence peut-il bien y avoir entre la génération de mon père enrôlée au sein de l’armée japonaise pour servir les ambitions impériales japonaises, et ma génération, mêlée à la guerre du Vietnam aux côtés des Américains pour établir « un axe américain » en Extrême-Orient pendant la Guerre Froide? » (Hwang Sok-Yong, The Old Garden, Seven Stories Press, page 540).

Au Vietnam Hwang Sok-Yong a fait partie d’une unité chargée du « nettoyage ». C’est à dire de l’effacement des preuves de massacres civils, en contact constant avec la mort et en témoin direct de massacres. Il écrit La pagode en 1970 basée sur ces expériences et remporte le prix littéraire du Chosun Ilbo (nom d’un journal sud-coréen).

En 1970, il publie notamment la nouvelle Monsieur Han, histoire d’une famille séparée par la guerre de Corée. C’est son livre le plus connu et celui qui ouvre sa carrière littéraire. En 1974, il édite un recueil de trois nouvelles Sur la route de Sampo puis une nouvelle Jang Gil-san qui fut publiée entre 1974 et 1984 en série dans un quotidien. Hwang Sok-Yong écrit des romans faisant parabole aux évènements historiques qu’il a vécu ainsi qu’à ses expériences personnelles. Bien que fictives, ses œuvres sont des témoignages indirectes et des best-sellers en Corée du Sud. Dans les années 80, Hwang Sok-Yong écrit aussi pour le théâtre, coordonne des écrivains contre la dictature de Park Chung-Hee et lance une radio clandestine et participe au soulèvement démocratique de Gwanju. En 1985, sort enfin L’ombre des armes, traduit en français en 2003. Il se rend à Pyongyang en 1989 pour soutenir des intellectuels nord-coréens puis s’exile à New-York car la loi sud-coréenne interdisait tout contact avec des Nord-Coréens. Il rentre à Séoul en 1993 et est tout de suite emprisonné pour atteinte à la sécurité nationale. Il est libéré en 1998 après les demandes d’organisations internationales et par la grâce du nouveau président Kim Dae-Jung. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur classique incontournable et a reçu de nombreux prix internationaux.

L’Ombre des armes, un roman « total »

L’Ombre des armes est une œuvre imposante (670 pages tout de même) publiée en feuilleton en 1983 dans le mensuel Wolgan Joseon, puis en deux volumes en 1985 et 1988. Hwang Sok-Yong a attendu le départ du dictateur Chun Doo-Hwan et une libéralisation du régime pour publier le second volume. Cette dernière version de 1992 est traduite en français en 2003 par Lim Yeong-He, Françoise Nagel et Marc Tardieu. Ce récit, prenant la forme d’un roman, est basé sur l’expérience personnelle de l’auteur au Vietnam. Dans son œuvre, il aborde « l’ombre des armes », c’est à dire, ce qu’il se passe pendant la guerre du Vietnam derrière les confrontations armées : l’organisation, la logistique, l’économie ; mais aussi les confrontations d’idéaux qui se déroulent chez chacun, le non respect des règles et les limites de l’acceptable. En effet, Hwang Sok-Yong ne se concentre pas sur le carnage qui a eu lieu pendant la guerre (cependant les personnages n’échappent pas complètement à ce carnage inexorablement présent) mais il zoome sur l’aspect économique de la guerre : le marché noir. En changeant de chapitre, on change de personnage et nous voyons les choses de leur point de vue. Ainsi on a l’occasion de croiser différents personnages vietnamiens, américains et sud-coréens de différents milieux. On suit un jeune caporal sud-coréen, Ahn Yeong Kyu, affecté à Da Nang au département d’enquête des Forces Alliées. Il découvre le marché noir du port de Da Nang et la guerre économique qui s’y déroule. Il est à considérer comme le personnage principal. Il croise Pham Quyen, un commandant de l’armée sud-vietnamienne et son frère engagé dans les rangs viêt-congs. D’autres personnages les accompagnent tout au long du récit, des supérieurs, de la famille, des amours, des compagnons d’armes et collègues.

Marines sud-coréens en opération pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

L’auteur ayant vécu une expérience proche de celles de ces personnages, les descriptions peignent un décor qu’il est facile de s’imaginer. L’auteur donne de l’importance aux gestes des personnages et peut consacrer une page à la description de la manière dont un personnage va se déshabiller, va conduire sur un trajet ou va se faire un café. Ces descriptions comportent toujours des détails qui apprennent de nouvelles choses au lecteur et l’aide à comprendre le monde dans lequel évoluent les différents personnages. Pour reprendre les exemples précédents, lorsque Ahn Yeong-Kyu retire son habit militaire usé qu’il a porté au combat, se lave, puis enfile une tenue de civil, un changement radical va s’opérer chez lui. Le personnage change de monde, d’apparence, de statut, de métier, de manière de communiquer verbalement et physiquement, d’identité et d’idéologie. La description d’un trajet en voiture va révéler des informations sur l’organisation militaire, l’état des routes et le déroulement des contrôles que les lecteurs n’auront jamais croisé ailleurs. Ce qui choque dans l’intrigue du livre d’Hwang Sok-Yong, ce sont les relations entre les Américains soldats et trafiquants en même temps, avec les Coréens présentés tantôt comme les  égaux des Américains, tantôt comme les frères des Vietnamiens.

★ ★ ★

 

L’ombre des armes  est très bien accueilli par les critiques français qui y voient une œuvre qui se démarque des autres, autant pour ce qu’elle raconte que pour son style littéraire. La personnalité originale de Hwang Sok-Yong ajoute à la singularité du livre. En effet, bien qu’il existe de nombreux livres sur la guerre du Vietnam, rare sont ceux évoquant la présence de l’armée sud-coréenne et encore plus rare ceux décrivant avec un tel réalisme le marché noir qui s’opérait derrière les affrontements armés.

En effet, ce livre a marqué les esprits des critiques. Ici, un extrait des dernières lignes d’un article de Lionel Besnier dans la revue Page en 2003 sur le roman :

« Ce roman n’est pas de guerre ou sur la guerre. Il parle d’hommes et de femmes pris dans la radicalisation de l’Histoire dans un pays de veuves, de prostitution et de trafics. Celui des armes reste dans l’ombre et dévore le reste. Un livre de référence. »

Le livre de Hwang Sok-Yong dénonce l’impérialisme américain et est emprunt d’actualité. Le sujet du marché noir en temps de guerre n’est que peu abordé aujourd’hui bien qu’il soit de pair avec l’intervention militaire des États-Unis dans un pays.

J’ai personnellement apprécié le livre. Et bien qu’il soit long, une fois qu’on l’a rouvert on se retrouve plongé auprès du personnage, curieux d’en apprendre plus sur les exactions commises et l’évolution des personnages dans ce milieu sans règles. Le style littéraire de Hwang Sok-Yong est convaincant et mêle souvenirs réels et fictions au suspens policier.

Julia Fournier

Références :

  • Lionel Besnier, « Hwang Sok-Yong », Page des libraires, n°83, juin-juillet-aout 2003.
  • André Clavel, « Un soldat sud-coréen englué dans la guerre du Vietnam », Le Temps, 31 mai 2003.
  • André Clavel, « Des matins pas si calmes », L’Express, 24 juillet 2003.
  • Claude Combet, « A l’ombre de la guerre du Vietnam », Livres Hebdo, 11 avril 2003.
  • Philippe Pons, « Corées, Vietnam, les perditions parallèles », Le Monde, 4 juillet 2003.
  • François Kasbi, « L’ombre des armes », Magazine littéraire, n°422, juillet-aout 2003.
  • Notice « Hwang Sok-yong », Wikipédia, mise à jour en novembre 2017.
  • RFI, « Guerre du Vietnam: les Sud-Coréens accusés de violences sur des civils », 22 mai 2015.
  • Lina Sankari, « Vietnam-Corée. La guerre sans fin des mémoires », L’Humanité, 6 février 2017.

Image « à la une » : Marines sud-coréens préparant une position défensive près de Tuy Hoa © Wikipedia  Larsen, Stanley Robert; Collins, James Lawton Jr. (1975) Vietnam Studies: Allied Participation in Vietnam, Washington, D.C.: Department of the Army, p. 137 Retrieved on 27 March 2007.

Julia Fournier est étudiante en Master 2 Asie orientale contemporaine (ENS de Lyon et Sciences Po Lyon). Tout d’abord intéressée par le Japon et les enjeux des mémoires de guerre, elle s’est ensuite tournée vers la Corée du Sud, un pays aux problématiques multiples encore peu étudié en France. Elle effectue actuellement une mobilité académique en Corée du Sud à Séoul.

L’Empereur japonais rencontrera les femmes et enfants des soldats japonais ayant combattu au Vietnam [VnExpress]

[ndlr] Article traduit du vietnamien (RDP de l’ambassade de France à Hanoi).

VnExpress – L’empereur Akihito et l’impératrice Michiko entameront le 28 février leur visite au Vietnam. D’après l’agence de presse Kyodo, qui cite le gouvernement, ils prévoient de rencontrer le 2 mars à Hanoi les femmes et enfants des soldats japonais qui ont combattu au Vietnam pendant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les troupes impériales japonaises déployées dans la péninsule indochinoise, environ 600 personnes sont en effet restées sur place après la capitulation de Tokyo en août 1945. Nombre d’entre elles ont rejoint les Viet Minh pour lutter contre les colonialistes français de 1946 à 1954. Plus de la moitié ont été tués au combat ou sont morts de maladie.

Beaucoup de soldats japonais ont à l’époque épousé des Vietnamiennes, avec lesquelles ils ont eu des enfants. Ils n’ont toutefois pas été autorisés à rentrer au pays avec leurs familles à l’issue des conflits. Les femmes et enfants des soldats japonais représenteraient ainsi aujourd’hui quelques centaines de personnes.

L’empereur et l’impératrice du Japon rencontreront le Président de la République Tran Dai Quang le 1er mars. Ils séjourneront à Hue à partir du 3 mars, où ils rencontreront les volontaires de la Coopération internationale (JOCV) et les expatriés japonais. Le couple impérial s’envolera ensuite pour Bangkok le 5 mars.

Il s’agit de la première visite à l’étranger de l’Empereur après son souhait d’abdiquer pour des raisons de santé en août dernier. « Nous croyons que la visite d’État au Vietnam de l’empereur et de l’impératrice deviendra une nouvelle étape importante et riche de symboles dans les relations d’amitié et de coopération entre nos deux pays« , a déclaré Dao Viet Trung, président du cabinet du président de la République en décembre dernier.

Source originale : Nhu Tâm, Nhật hoàng sẽ gặp vợ con của lính Nhật từng tham chiến ở Việt Nam, VnExpress, 13/02/2017.

 

Image « à la une » : voir Ảnh hiếm: Quân Nhật Bản thời kỳ chiếm đóng Đông Dương, [Images rares : l’armée japonaise pendant la période de l’occupation de l’Indochine], Kien Thuc, 29/12/2013.

Delphine Robic-Diaz : La guerre d’Indochine dans le cinéma français – CR de lecture par Lorène Delhoume

CR de lecture de Lorène Delhoume : Delphine Robic-Diaz, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014, 358 p. + 16 p. de pl.

Robin-Diaz_LaGuerredIndochineDansLeCinemaFrançaisCet ouvrage publié en 2015, correspond à la thèse soutenue en 2007 par Delphine Robic-Diaz, aujourd’hui maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paul-Valéry Montpellier, spécialiste du cinéma de guerre et des représentations coloniales et postcoloniales.

Afin de démontrer en quoi la guerre d’Indochine fait l’objet d’un trou de mémoire du cinéma français, l’auteur a recours à des analyses filmiques précises ainsi qu’ à un décryptage exhaustif de toutes les mentions, même les plus anecdotiques, de la guerre d’Indochine dans les films français depuis 1952. Elle montre que la guerre d’Indochine constitue un refoulé cinématographique, un sujet qui revient de façon récurrente mais toujours de manière inachevée. Elle pointe du doigt ce qui est montré et ce qui ne l’est pas. L’ouvrage analyse également les représentations de la Guerre d’Indochine, des soldats français, comme l’armée des oubliés, et des Indochinois comme figures de l’Autre.

Un huis clos mémoriel

La guerre d’Indochine a été le sujet de 51 films français en 65 ans, statistique pauvre comparée au nombre de films américains réalisés sur la guerre du Vietnam. Sur ces 51 films, huit sont des films militaires. Le reste est composé de fictions qui peuvent n’avoir aucun rapport avec la guerre d’Indochine si ce n’est une simple allusion dans une réplique d’un personnage secondaire pendant un bref instant du film. Ces films représentent les deux tiers du corpus. L’auteure voit donc la guerre d’Indochine comme condamnée à toujours jouer les seconds rôles au cinéma.

dien-bien-phu-de-pierre-schoendoerffer-910666207_LL’auteure insiste également sur la différence entre un déni de mémoire et un trou de mémoire. La guerre d’Algérie, pourtant surnommée la guerre sans nom, fait l’objet de 47 films de guerre français, contre huit seulement pour l’Indochine. Il n’y a pas de déni de la guerre d’Indochine, juste un oubli. Il n’y a pas de volonté de dissimuler ce qui s’est passé, juste un manque de souvenirs. De manière générale, les témoins de la guerre d’Indochine ne cherchent pas à se taire, mais personne ne les interroge. Ainsi, s’ils n’en parlent pas, rien ne sera dit.

C’est pourquoi la représentation de cette guerre fait l’objet d’une privatisation. Les quelques réalisateurs qui adaptent la guerre d’Indochine à l’écran ont un lien direct (familial ou personnel) avec ces évènements. Régis Wargnier, fils d’un vétéran d’Indochine, évoque cette guerre dans trois films. Pierre Schoendoerffer, qui a réalisé sept films sur le sujet et Claude Bernard-Aubert, qui en a tourné trois, sont tous deux d’anciens opérateurs militaires de la guerre d’Indochine. Le premier se veut porte-parole d’une communauté réduite au silence, le second voit son travail comme un devoir de mémoire, une urgence à perpétuer le souvenir. Ainsi, parce qu’elle a été menée par des militaires de carrière, la guerre d’Indochine voit sa mémoire conservée à huis clos.

Une guerre de trop ?

Si les cinéastes évitent le sujet de la guerre d’Indochine c’est parce que les Français s’en désintéressent. D’une part, l’opinion s’en détourne car elle vient en surplus, en « trop-plein ». Quand la guerre d’Indochine éclate, les Français sont occupés à panser leurs plaies après la période de l’Occupation. D’autre part, cette guerre ne fait pas appel au contingent, elle ne concerne que les professionnels ou volontaires, elle n’a pas lieu sur le territoire métropolitain mais « de l’autre côté de la terre »1. De plus, à la différence de l’Algérie, l’Indochine n’est pas majoritairement une colonie de peuplement mais une colonie d’exploitation. Selon l’auteur, cette guerre apparaît alors aux Français comme un feuilleton exotique dont on diffuse les évènements durant les actualités précédant les films dans les cinémas.

IlsEtaientCinq

Guerre de trop, entre la Seconde Guerre mondiale et le conflit algérien, la guerre d’Indochine est traitée comme telle au cinéma. Occultée par les deux autres conflits, elle est rarement utilisée comme sujet en soi ; elle sert en fait de complément d’information sur la trajectoire d’un personnage. Dans Ils étaient cinq, film réalisé par Jack Pinoteau en 1951, le personnage d’André, figure secondaire, s’engage en Algérie pour racheter la conduite de son père durant l’Occupation. La guerre d’Indochine est donc présentée comme une séquelle de la Seconde Guerre mondiale. De la même façon, on fait allusion à la guerre d’Indochine pour expliquer les antécédents d’un officier français en Algérie. Pierre Schoendoerffer s’en sert pour mettre au jour les traumatismes de l’armée bringuebalée d’un front d’une guerre coloniale à un autre2 L’Indochine apparaît alors comme le fantôme qui hante les officiers français (les fameux « Centurions ») durant la guerre d’Algérie : elle évoque la peur d’une nouvelle débâcle et la honte d’une colonie perdue.

Imaginaire colonial et figures de guerre

Dans une approche post-colonialiste, l’auteur examine les représentations de l’Autre dans les films français sur la guerre d’Indochine. Il y en est fait l’usage de beaucoup de stéréotypes, à commencer par la congaye (de « con gái« , fille en vietnamien), la femme vietnamienne présentée comme un bien que l’on se prête. Dans les histoires d’amour, elle représente la perdition car le Français comme la Vietnamienne, renient leur culture et trahissent les leurs. Le Viêt-Minh est lui aussi représenté de manière stéréotypée, quand il n’est pas évincé. Le Viêt-Minh apparaît toujours comme l’agresseur, quand le Français se contente de répondre aux attaques. Les morts sont souvent des Français, rarement des Vietnamiens tués par des Français. Les motivations nationalistes de leur action ne sont jamais évoquées, laissant l’impression que leurs actes sont gratuits. Soit l’ennemi est représenté de façon caricaturale et apparaît comme comploteur et vicieux, soit le cinéaste, ne sachant représenter le Viêt-Minh, occulte le personnage afin d’éviter toute résonance raciste.

le crabe tambour1977

Puis, l’auteur s’intéresse à la représentation des tabous à travers les rôles de déserteurs ou de combattants alliés indochinois, beaucoup plus rares dans le cinéma français. Les représentations sont parfois rétrogrades (« les fantoches » sont désignés comme des jouets) mais ont l’avantage de la lisibilité en ne cédant pas aux facilités de l’anachronisme. Si ces figures sont les grands délaissés de la mémoire filmique, cela prouve bien que montrer le « jaunissement » de l’armée posait un problème. L’auteur fait également une analyse très intéressante de la difficile représentation des camps viêt-minh dans le contexte de la fin des années 1960.

Enfin, l’ouvrage présente de manière détaillée la représentation des figures françaises composant l’armée des oubliés : les soldats sacrifiés, la figure du père parti à l’autre bout du monde, les délinquants de droit commun enrôlés, les enfants de troupe… ). A leur retour, les vétérans peuvent être représentés comme des asociaux, des alcooliques ou des amnésiques. L’ancien d’Indochine est un paria, du simple marginal au sociopathe, qui inspire méfiance, crainte et rejet. Il est exclu de la société comme la guerre qu’il incarne est exclue de la mémoire filmographique française et même de manière générale, de la mémoire collective.

* * *

Ainsi, dans cet ouvrage, l’auteur met l’accent sur la spécificité de la représentation de la guerre d’Indochine qui dit pour mieux taire, mais tait aussi pour mieux dire. La guerre d’Indochine serait devenue un mythe, à la fois d’une sale guerre et d’un oubli sélectif. Pour l’auteur cela s’explique facilement : le cas indochinois est un cadavre abandonné dans le placard de la politique française. Elle pose enfin la question d’une possible reconquête mémorielle.

L’ouvrage de Delphine Robic-Diaz est enrichissant en ce qu’il croise les notions de mémoire, de représentation ou encore d’indicible au sujet de la guerre d’Indochine. Bien que ce livre soit très bien documenté et détaillé, l’aspect exhaustif d’un travail de thèse ne doit pas effrayer le lecteur. En effet, la lecture est facile, agréable et illustrée par des images de films, d’acteurs, et des extraits de scripts. Si le raisonnement de l’auteur est tout à fait juste en ce qui concerne le cinéma français, la lecture de son livre peut être complétée par des films américains et asiatiques qui abordent la guerre d’Indochine. C’est peut-être par ces films étrangers que le cinéma retrouvera la mémoire sur cette page occultée de l’histoire.

Lorène Delhoume, promotion ASIOC 2015-2016.

Perrin_LhonneurDunCapitaine_1982
Jacques Perrin dans L’Honneur d’un capitaine, film de Pierre Pierre Schoendoerffer (1982) © DR

Bibliographie indicative :

  • Lagny, Michèle ; Ropars, Marie-Claire et Sorlin, Pierre (sous la dir.), Film-mémoire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, Hors cadre, 1991, 223 p.
  • Ricoeur, Paul, « Histoire et mémoire », in De l’histoire au cinéma, Bruxelles, Éditions Complexes, IHTP / CNRS, 1998, pp. 45-60.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Diên Biên Phû. Portraits de combattants sans images », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2003/3 (n° 211), pp. 107-121.
  • Robic-Diaz, Delphine, « L’art de témoigner de Pierre Schoendoerffer », Le Temps des médias, 2005/1 (n° 4), pp. 178-187.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Réactualisation d’une idée reçue : le mythe du « péril jaune » dans Indochine de Régis Wargnier », in Dulac, Elodie & Robic-Diaz, Delphine (dir.), L’autre en images. Idées reçues et stéréotypes, Paris, L’Harmattan, coll. Champs visuels, 2005, pp. 21-39.
  • Robic-Diaz, Delphine, « Grands hommes et petits écrans : le cas du téléfilm, Leclerc un rêve d’Indochine », in Bernard Leconte et Erika Thomas (coord.), Ecrans et politique, Paris, L’Harmattan, Les Cahiers du CIRCAV, n° 16, 2005, pp. 127-143.
  • Robic-Diaz, Delphine, « La guerre d’Indochine revue et corrigée par le cinéma américain des années 1950 », in Jahan, Sébastien & Ruscio, Alain, Histoire de la colonisation. Réhabilitations, Falsifications et Instrumentalisations, Paris, Les Indes savantes, 2007, pp. 127-135.

Image « à la une » : La 317e Section de Pierre Schoendoerffer.

_______________

Lorène Delhoume est étudiante du Master 2 Asie Orientale Contemporaine à l’ENS de Lyon. En échange universitaire à l’université de Fudan à Shanghai, elle effectue un mémoire de recherche sur la diminution des terres arables et la sécurité alimentaire en Chine.

Notes

  1. Selon les mots de Pierre Schoendoerffer en préface []
  2. Dans quatre de ses fictions : « La 317e Section » (1965), « Objectif 500 millions »(1966), « Le Crabe-tambour » (1977), « L’honneur d’un capitaine » (1982). []

Jean-Marc Binot : Le repos des guerriers. Les bordels militaires de campagne pendant la guerre d’Indochine [parution]

Binot_LeReposDesGuerriers[ndlr] Première monographie sur une dimension encore peu étudiée de la guerre d’Indochine. Paru en mars 2014. Présentation de l’éditeur.

A l’heure où la loi Marthe Richard faisait fermer les maisons closes de métropole, l’état-major de l’armée française en Indochine autorisait et même encourageait la création de bordels militaires de campagne à travers tout le territoire dont il avait la charge. Principal motif invoqué ? La lutte, à l’aide d’un encadrement sanitaire adéquat, contre les maladies vénériennes.

Souvent évoqué de façon plutôt allusive, ce phénomène n’avait jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Documents officiels (à l’époque classés « confidentiel »), correspondances de soldats et témoignages de vétérans ont permis à Jean-Marc Binot d’en révéler l’ampleur et d’en examiner le fonctionnement. Des méthodes de recrutement à l’établissement des horaires d’ouverture, l’armée n’y perd rien de sa proverbiale rigueur…

Mais encore fallait-il s’intéresser aux prostituées elles-mêmes, à leurs origines et à la détresse matérielle et morale qui leur a fait prendre le chemin de ces établissements pas comme les autres. S’il est vrai, comme le prétendent certains, que ces Marie-Madeleine se sont improvisées infirmières au plus fort des combats et y ont gagné le surnom d’« anges de Diên Biên Phu », sans doute méritaient-elles que l’histoire leur fasse une place.

Jean-Marc Binot est journaliste, diplômé en histoire et en sciences politiques. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Nom de code : BRUTUS, histoire d’un réseau de la France Libre (Fayard, 2007) et Héroïnes de la Grande Guerre (Fayard, 2008).

Source : Fayard

Lan Cao, The lotus and the storm, a novel [parution 2014]

[ndlr] Paru au mois d’août 2014, nous signalons le roman, en partie autobiographique, de Lan Cao, fille du général Cao Van Vien. Présentation de l’éditeur et entretiens avec Hà Giang du journal Nguoi Viet et la chaîne LA Review Books.

LanCao_TheLotus&TheStorm

Half a century after it began, the Vietnam War still has a hold on our national psyche. Lan Cao’s now-classic debut, Monkey Bridge, won her wide renown for “connecting . . . the opposite realities of Vietnam and America” (Isabel Allende). In her triumphant new novel, Cao transports readers back to the war, illuminating events central to twentieth-century history through the lives of one Vietnamese American family.

Minh is a former South Vietnamese commander of the airborne brigade who left his homeland with his daughter, Mai. During the war, their lives became entwined with those of two Americans: James, a soldier, and Cliff, a military adviser. Forty years later, Minh and his daughter Mai live in a close-knit Vietnamese immigrant community in suburban Virginia. As Mai discovers a series of devastating truths about what really happened to her family during those years, Minh reflects upon his life and the story of love and betrayal that has remained locked in his heart since the fall of Saigon.

Voir aussi :

 

  * * *

Réf.: Lan Cao, The lotus and the storm, a novel, New York : Viking Books, 2014. ISBN: 978-0670016921

Pierre Thoumelin : L’ennemi utile 1946-1954 [parution]

Thoumelin_L'EnnemiUtile[ndlr] Parution de l’ouvrage de Pierre Thoumelin sur les « vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS dans les rangs de la Légion étrangère en Indochine ». Actuellement en thèse ce chercheur explore le rôle des Allemands enrôlés dans la guerre d’Indochine. Présentation de l’éditeur.

Ce livre retrace l’itinéraire improbable de milliers d’anciens soldats allemands de la Wehrmacht et de la Waffen-SS, ayant servi le Troisième Reich durant la Seconde guerre mondiale, entre l’Europe au sortir de la guerre et l’Indochine française en cours d’émancipation. Depuis la création de la Légion étrangère en 1631, les Allemands ont toujours été présents en nombre dans ce corps d’armée unique au monde, où se côtoient les nationalités les plus diverses. Malgré une opinion publique française massivement hostile aux Allemands et à l’Allemagne après quatre années d’occupation nazie, l’armée française continue de recruter de très nombreux Allemands – et ce dès 1943 ! L’Allemagne en ruine et les camps de prisonniers de guerre, où les conditions de vie sont souvent atroces, sont un terrain privilégié pour les recruteurs de le Légion, qui font miroiter aux vétérans allemands l’idée d’une vie d’aventures dans des paysages exotiques. En réalité, l’armée française, en voie de reconstruction, est à le recherche d’hommes ayant une expérience de combat et connaissant les tactiques à employer contre des insurgés. Sur près de 73 000 légionnaires ayant combattu en Indochine près de 30 000 sont Allemands ou Autrichiens. Une germanisation galopante de la Légion donne naissance en France, et en Allemagne, aux rumeurs les plus folles. A l’assemblée nationale, les députés communistes dénoncent bientôt l’emploi de criminels de guerre nazis par l’armée française en Indochine. Fruit de plusieurs années de recherches dans les archives allemandes et françaises, cet ouvrage propose un regard croisé sur l’histoire de ces légionnaires allemands au service de la France. De nombreux témoignages inédits d’anciens légionnaires et de soldats français de corps expéditionnaire français ayant servi en Indochine permettent une mise en perspective approfondie de la documentation officielle. Pour le première fois, un livre s’intéresse de près à ces improbables relations franco-allemandes dans le domaine militaire et qui naissent avant la fin même de la Seconde guerre mondiale.

L’auteur : Pierre Thoumelin, officier de réserve de la Gendarmerie nationale, rédige actuellement sa thèse de doctorat d’histoire à l’université de Caen Basse-Normandie sur le rôle des soldats allemands de la légion étrangère entre 1946 et 1956.

 Réf. : Pierre Thoumelin, L’ennemi utile 1946-1954. Des vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS dans les rangs de la Légion étrangère en Indochine, Les Préaux, Schneider Text, 192 pages.

Etienne Thái Văn Chanh

ThaiVanChanhM. Etienne Thái Văn Chanh est né en 1874 à Tân Phong (Cần Thơ). Citoyen français (1896).

Engagé volontaire en 1893 comme infirmier, il participait aux campagnes de Madagascar de 1900 à 1905, de la Côte d’Ivoire de 1905 à 1908 et à la Grande Guerre de 1914-1916. Sa belle conduite au feu et son dévouement pour les malades lui valaient deux citations du Commandement Supérieur des Troupes de l’Afrique Occidentale française et les décorations suivantes :

  • Médaille militaire et Croix de Guerre en 1911.
  • Médailles coloniales avec agrafes « Madagascar », « AOF » en 1907, « Côte d’Ivoire » en 1911.
  • Médaille de la Victoire de la Grande Guerre 1914-1918 en 1920.
  • Médaille Interalliée.

Après sa retraite, il fut nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.

S’est consacré depuis 1922 à l’agriculture et à l’exploitation des salines et participe activement aux œuvres sociales de la Province. Il est membre de l’A.M.A.S. de Baria et Vice-Président de l’Association d’Etude du Bouddhisme et de Secours mutuel « Thiên Thai Thiên Giác Tông, Liên hữu Hội ».

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 10.

Nguyễn Văn Canh

NguyenVanCanhM. Nguyễn Văn Canh, Sous-Lieutenant en retraite. Né en 1888 à Hoành-Trung (Thanh Hóa, Annam).

Tirailleur au 4e R. T. T. à Nam Định en 1910. Sergent en 1916. Adjudant en 1924. Adjudant-Chef en 1928. Sous-Lieutenant en 1931. A pris sa retraite en 1937.

Services et missions diverses :

  • 1917 en colonne à Thái Nguyên (Tonkin) ;
  • 1919 en colonne à Moncay ;
  • 1922 à 1925 en France (Occupation de l’Armée du Rhin) ;
  • 1927 en colonne à Bình-Liêu (Moncay) ;
  • 1931 à Sept-Pagodes comme Sous-Lieutenant d’Infanterie Coloniale.

Médaille Militaire.

Croix de Guerre T. O. E.

Médaille de la Victoire.

Médaille Coloniale Agrafe Tonkin.

Source : Gouvernement général de l’Indochine, Service de l’Information, Souverains et notabilités d’Indochine. Notices par ordre alphabétique, Hanoi, IDEO, 1943, p. 9.

[parution] Défendre l’empire. Des conflits oubliés à l’oubli des combattants – Frédéric Garan (dir.)

Garan_Défendrel'Empire[ndlr] Vient de paraître aux éditions Vendémiaire dans la nouvelle collection Empires dirigée par Sophie Dulucq et Jean-François Klein. Présentation de l’éditeur.

La mémoire de l’histoire des anciens combattants « indigènes » s’arrête généralement avec la victoire sur le nazisme à l’image de ceux qui ont combattu jusqu’au bout pour libérer la France. Cette mémoire, très sélective, est entretenue par les pouvoirs politiques qui « oublient » qu’à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ces soldats ont été appelés pour défendre l’Empire dans les conflits de décolonisation… Mobilisés par une France affaiblie pour des raisons militaires mais aussi économiques et politiques, ils ont participé à la répression de l’insurrection de Madagascar et sont intervenus massivement pendant la guerre d’Indochine.

Cet ouvrage retrace les parcours collectifs de ces « Sénégalais », Maghrébins, Malgaches et Réunionnais, auxquels répondent des portraits de combattants où se dessinent des destins poignants. Une mise en perspective qui nous amène au plus près de ces soldats, de leur engagement à leur présence sur le terrain, avant de se clore sur les luttes de ces anciens combattants pour la reconnaissance de leur pension – c’est-à-dire de leur participation à la défense de l’Empire.

Sommaire :

  • Introduction, pp. 5-15
  • Armelle Mabon : « Prisonniers de guerre malgaches durant la Seconde Guerre mondiale », pp. 17-31
  • Christophe Giudice : « Hédi Abdelkader, un tunisien de la France libre », pp. 33-39
  • Jean Fremigacci : « Bataillons marocains en campagne à Madagascar », pp. 41-96
  • Frédéric Garan : « Une brève histoire d’amour dans l’empire », pp. 97-101
  • Michel Bodin : « Les ‘Sénégalais’ de la guerre d’Indochine », pp. 103-135
  • Christophe Giudice : « Mohamed Hédi Guertili, de la Phalange africaine aux troupes coloniales », pp. 137-140
  • Pierre-Eric Fageol, « Réunionnais en Indochine », pp. 141-165
  • Michel Bodin : « Tunisiens en Indochine », pp. 167-189
  • Christophe Giudice : « Slimane Ayari ou les regrets d’une jeunesse perdue », pp. 191-193
  • Christophe Giudice : « Des Marocains ralliés au Vietminh », pp. 195-222
  • Frédéric Garan : « Le dernier combat des tirailleurs malgaches », pp. 223-256
  • Conclusion, pp. 257-261
  • Annexes dont Pierre-Eric Fageol : « Les Réunionnais morts en Extrême-Orient », pp. 267-281
  • Notes : pp. 283-312
  • Les auteurs : pp. 314-315

Frédéric Garan est maître de conférences à l’université de La Réunion, chercheur au CRESOI et directeur de publication de la revue Tsingy.

Source : Editions Vendémiaire