Archives par mot-clé : métropolisation

Marie Gibert-Flutre : Les envers de la métropolisation. Les ruelles de Hô Chi Minh Ville, Vietnam [parution]

Parution de la thèse remaniée de notre collègue Marie Gibert-Flutre. Une publication à ne pas manquer. Présentation de l’éditeur.

Tours, grands projets immobiliers, multiplication de shopping malls et nouvelles infrastructures de transport sont autant de symboles de la métropolisation accélérée de Hô Chí Minh Ville aujourd’hui. Cette métropole de près de douze millions d’habitants est entrée dans « l’ère de la grande dimension », redéfinissant alors l’espace public de la cité, ses pratiques et ses conceptions.

Cependant, à rebours de sa progressive verticalisation, c’est le long de ruelles (hẻm) que vit 85 % de la population de la ville. Les ruelles demeurent la scène de l’ordinaire urbain. Une scène avec ses codes, ses rythmes propres et la diversité de ses acteurs. Outre la forme particulière que ces quartiers très denses impriment à la ville, les ruelles constituent des espaces vécus au sens fort. À l’interface entre le public et le privé, entre le collectif et l’individuel, une culture spatiale spécifique s’y développe, associant des activités extrêmement diverses et des lieux de sociabilité foisonnants. Les ruelles constituent alors autant de fenêtres ouvertes sur la petite mécanique métropolitaine vietnamienne du quotidien. Les mutations y sont moins spectaculaires – y compris au sens littéral de leur mise en spectacle –, mais tout aussi profondes et révélatrices des transformations de la société vietnamienne et de sa quête de « modernité » dans un pays au régime politique autoritaire.

Pour saisir le fonctionnement quotidien de ces « envers métropolitains », Marie Gibert- Flutre articule l’étude de leur morphologie et de leur gestion politique avec celle des pratiques sociales qui s’y déploient et des temporalités qui les structurent, à partir de l’étude de six quartiers de ruelles. Cette étude magistrale, à la croisée de la géographie, de l’anthropologie urbaine et de l’urbanisme, renouvelle et élargit en particulier la notion d’« espace public » – historiquement issue de la pensée urbaine occidentale – par sa confrontation avec le terrain vietnamien.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse qui a reçu le Grand Prix de thèse sur la ville PUCA APERAU (2015) et le Prix de thèse du GIS Asie (2016).

Source : CNRS éditions

Pham Nguyen Thuy An : La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) [thèse]

[ndlr] Avis d’une soutenance de thèse sur Hô Chi Minh-Ville.

Soutenance de thèse de

Thuy An PHAM NGUYEN

« La privatisation d’une métropole mutante (Saigon South, 1996-2017) »

 

sous la direction de Christian Pédelahore de Loddis  / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Lieu : ENSA Paris-La Villette, 114 avenue de Flandres – 75019 Paris

Date : 29 mars 2018, 15h

Jury :

  • DELEUIL Jean-Michel, HDR, Professeur des universités, INSA de Lyon,
  • DOUADY Clément Noel, Architecte urbaniste,
  • GIBERT-FLUTRE Marie, docteur,  maître de conférences, Université Paris Diderot, UFR LCAO,
  • GOLDBLUM Charles, HDR, professeur émérite, Université Paris 8,
  • MAZZONI Cristiana, HDR, professeur ENSA de Strasbourg,
  • PEDELAHORE DE LODDIS Christian, Professeur des ENSA, HDR,
  • PICON-LEFEBVRE Virginie, HDR, professeur ENSA Paris-Belleville

Résumé de la thèse : Ho Chi Minh-Ville (Saigon) est reconnue universellement en tant que ville historique végétale et hydraulique. Trente ans après le lancement de la politique de Renouveau (1986), elle s’est transformée en une métropole trépidante de plus de 10 millions d’habitants faisant face à une urbanisation accélérée, tant horizontale que verticale. Alors que son centre est métamorphosé par la construction de nombreuses grandes tours résidentielles, commerciales et de bureaux, ses territoires périurbains et ruraux s’urbanisent et se modernisent par le biais des Nouvelles Zones Urbaines (KDTM) construites depuis 1996.

Dans cette fabrique spatiale concrète, les interventions des investisseurs et opérateurs privés jouent un rôle déterminant. Ils sont actuellement des acteurs clés des KDTM qu’ils orientent vers un cadre de vie mondialisé en direction des classes aisées. Cependant ces nouveaux quartiers ne correspondent pas toujours à leurs objectifs initiaux, ni même à leurs concepts et à leur communication publicitaire. Cet écart découle en premier lieu d’une gestion urbaine hiératique. Les textes officiels et les plans directeurs sont encore trop peu consolidés, les autorités municipales et locales ne contrôlant dans les faits que difficilement une expansion métropolitaine galopante.

A partir de recherches documentaires, cartographiques, photographiques et d’analyses in situ et in vivo, la thèse traite la question centrale des modalités de privatisation des KDTM de 1996 à nos jours. Elle met en lumière les modes opératoires de la production urbaine des acteurs privés ainsi que les effets en retour des KDTM sur les mutations spatiales et sociétales de la grande métropole économique du Vietnam.

Source : Pascal Fort (IPRAUS, umr AUSser 3329)

Marie Gibert & Emmanuelle Peyvel : Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

[ndlr] Signalement d’un article très intéressant sur le quartier « routard » de Saigon.

sear-logo

Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Pham Ngu Lao in the making of Ho Chi Minh city

Marie Gibert (University Paris Diderot, France) & Emmanuelle Peyvel (University of Brest, France)

Abstract
Our article aims to understand the participation of the ‘backpacking neighbourhood’ Pham Ngu Lao in the current metropolization process of Ho Chi Minh City. This neighbourhood is representative
of Vietnamese ‘glocalization’. By this term, we mean the abilities of local stakeholders to benefit from the opportunities created by an increasingly global economy. These skills are reflected not only in innovations and landscape transformations to attract tourists, but also in ‘reactivations’ based on older urban practices. We question not only the production of specific urban territories through backpacking activities, but also the spatial and social inequalities they generate. By doing so, our intention is to combine tourism studies and urban studies to ‘unpack’ the figure of the backpacking neighbourhood and to go beyond the idea of urban enclaves.

Keywords
Backpacking economy, Ho Chi Minh City, local stakeholders, metropolization, tourism globalization, urban production, Viet Nam

Ref.: Gibert, M. and Peyvel, E, « Unpacking the figure of the backpacking neighbourhood Phạm Ngũ Lão in the making of Hồ Chí Minh city », South East Asia Research, first published on October 24, 2016 doi:10.1177/0967828X16674823

Source : SEAR

Image « à la une » :  Le « quartier routard » en soirée © 2014 E. Peyvel

 

Sylvie Fanchette (dir.), Hà Nội, future métropole – Rupture de l’intégration urbaine des villages

[ndlr] Présentation de l’éditeur. Atlas paru le 14 janvier 2016.

Installée dans « le coude du fleuve Rouge », Hà Nội compte parmi les plus anciennes capitales d’Asie du Sud-Est. Au fil des siècles, la ville s’est constituée sur un dense substrat de villages. Avec l’ouverture économique des années 1980, Hà Nội rencontre de nombreux blocages pour s’étendre : l’absence d’un réel marché foncier, des densités très élevées, une politique d’autosuffisance alimentaire qui limite les expropriations et la contrainte hydraulique de ce delta très vulnérable.

Fanchette_HaNoiFutureMétropole_couv.

Depuis le début du nouveau millénaire, le changement de vitesse opéré par l’État et les promoteurs immobiliers dans la construction et la planification de la province-capitale pose le problème de l’intégration des villages qui s’urbanisent insitu, du maintien d’une ceinture verte et de la protection contre les inondations. La fusion ville-campagne, qui a toujours fait la spécificité du delta du fleuve Rouge, semble remise en cause.

À partir d’un riche corpus de cartes et d’études de terrain, cet ouvrage collectif montre comment l’urbanisation au ras des terroirs est confrontée à l’urbanisation « par le haut », la métropolisation. Combinant les approches disciplinaires à plusieurs échelles spatiales et sociales dans une perspective dynamique, il permet de mesurer l’impact des grands projets de développement urbain sur la vie des villages intégrés dans la fabrique de la ville, et de replacer la strate villageoise périurbaine comme acteur à part entière de la diversité sociodémographique de cette métropole en formation.

Source : Editions IRD