Archives par mot-clé : Mer de Chine méridionale

Viêt-Nam : le casse-tête chinois

CasseTeteChinoisLes communistes vietnamiens seraient-ils tombés dans un piège chinois et de longue date ? C’est que peut laisser à penser la situation actuelle après plus d’un mois de crise autour de l’affaire des plateformes positionnées dans la Mer de Chine méridionale. Le Parti communiste vietnamien (PCV) apparaît comme ligoté par son passé, son présent et son futur si aucun changement de régime n’intervient. Voici quelques réflexions succinctes autour du « casse-tête chinois » imposé au Viêt-Nam par son grand voisin du nord.

Une faible réaction de l’Etat-Parti : Des paroles sans actes ?

Après avoir agité le drapeau du nationalisme avec les débordements que l’on sait, le gouvernement vietnamien a fait entendre sa (petite) voix sur les ondes des radios et télévisions du monde. On y retrouve la sempiternelle revendication historique sur les Paracels et le mot d’ordre inlassablement lancé à la Chine depuis début mai : “La Chine doit retirer immédiatement la plateforme des eaux vietnamiennes” (Trung Quốc phải rút ngay dàn khoan ra khỏi vùng biển Việt Nam!). Depuis lors, le discours ne change pas et se décline avec une certaine ténacité sur les médias online vietnamiens. Par exemple, quotidiennement plusieurs journaux relaient de façon très efficace l’information venant de la confrontation en mer qui se limite actuellement à une petite guerre des nerfs à coup de canons à eau et de bousculades entre navires (un bateau de pêcheur vietnamien fut néanmoins coulé le 26 mai) [1]. Malgré des médias très remontés, pour l’heure, l’Assemblée nationale vietnamienne ne s’est contentée que d’un communiqué officiel (Thông cáo) le 21 mai 2014 [2].

Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ
Tình hình Việt Nam hiên nay! / La situation actuelle au Viêt-Nam © 2014 HNNDTBTCTQ

Que fait la Chine ? De son côté, avant que la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) n’internationalise le problème de façon officielle autrement que par des manifestations de soutien de compatriotes à l’étranger (comme à la belle époque du FNL Sud-Vietnam en guerre), la Chine a pris les choses en main. Largement médiatisé sur les médias officiels chinois, son dossier porté à l’ONU ressemble déjà à une claque [3]. Bien que ne reposant que sur des documents dont on peut contester la validité juridique, ils clarifient et confirment ce que les historiens connaissaient déjà : le degré de soumission de Hanoi à Pékin pendant la période de la guerre d’unification. En s’appuyant sur la Note diplomatique de Pham Van Dong et les manuels scolaires de la RDVN édités jusqu’en 1974, la Chine entend démontrer le volteface de Hanoi sur cette question. C’est assez simple à comprendre, la Chine populaire met en œuvre sa stratégie expansionniste (annoncée dans les textes depuis longtemps) en s’assoyant sur les traités internationaux en matière de droit maritime [4].

Du côté vietnamien, la fameuse phrase de Nguyen Tan Dung à Manille a fit le tour des rédactions de presse pour mettre en avant l’extraordinaire détermination du Premier Ministre. Il a été très clair, le Viêt-Nam ne sera l’esclave de personne [5]. On ne peut qu’abonder dans ce sens. Mais aujourd’hui, qui peut dire que ce dernier a remporté la partie au sein du Politburo contre les tenants de l’amitié indéfectible des deux partis communistes chinois et vietnamien ? De nombreux signes montrent que la rupture entre les deux partis communistes n’est pas à l’ordre du jour du côté vietnamien pour une raison toujours très pragmatique : maintenir la dictature du PCV. Et à ce titre, la marge de manœuvre de Nguyen Tan Dung est des plus réduites.

Le Politburo vietnamien qui n’apparaît toujours pas unifié sur la question des Paracels est en réalité paralysé par ses engagements passés avec le parti frère, son mentor des années de guerre et de nouveau son mentor depuis le début des années 1990. La Chine avait réussi à se développer économiquement fortement malgré le massacre de Tien An Men. Dictature du parti unique (et donc stabilité politique) et économie de marché faisait alors bon ménage et le modèle chinois inspira beaucoup les Vietnamiens.

Un passé compromettant : de la RDVN à la RSVN, le Sud nationaliste à la rescousse

1958_diplomatic_note_from_phamvandong_to_zhouenlaiDepuis le début de la crise deux affaires sont subitement revenues sur le devant de la scène et se révèlent être aujourd’hui de sérieuses épines dans le pied vietnamien. Tout d’abord, la fameuse Note diplomatique de Pham Van Dong, qui a fait couler beaucoup d’encre, et qui, quoi qu’on en dise est un aveu de faiblesse des leaders communistes vietnamiens dans leur stratégie d’existence sur le long terme. A la vue de la longue histoire entre les deux pays, le gouvernement de la RDVN de l’époque a vraisemblablement manqué de perspicacité pour offrir aux Chinois une belle occasion d’affirmer aujourd’hui leur droit de propriété sur l’ensemble des archipels. Bien que réfutée d’un revers de la main par le gouvernement vietnamien, cette note n’a pas fait l’objet d’une annulation officielle par l’Assemblée nationale [6].

Enfin, après le très violent conflit de 1979, quelle fut l’orientation du Politburo vietnamien ? Empêtrer dans une montagne de problèmes sociaux et économiques (exode massif de sa population, inflation à trois chiffres, échec patent de la collectivisation au Sud) il fallait mettre tout en œuvre pour renouer le contact avec le parti frère, là encore au détriment des enjeux nationaux. C’est ainsi qu’en 1990, alors que le Viêt-Nam sortait du bourbier cambodgien affaibli et inquiet des événements d’Europe de l’Est, de la fin annoncée de l’URSS et de la révolte étudiante en Chine (Tien An Men 1989), des contacts sont repris avec la puissante Chine. A l’époque, l’ambition était de se maintenir au pouvoir face à la montée des périls : effondrement économique, révolution de velours, soulèvement paysan… Il fallait pour Nguyen Van Linh, secrétaire général du PCV de 1986 à 1991, limiter sérieusement le Doi Moi (Renouveau) qui prenait des allures de plus en plus évidentes de Printemps vietnamien. Rappelons-nous le courage de certains intellectuels, des écrivains, les manifestations paysannes au Sud en 1988 (et plus tard, en 1997, la révolte des paysans de Thai Binh). L’ouverture devait se concentrer prioritairement sur les aspects économiques. L’appareil politique devait reprendre la main sur les effets non contrôlés du Doi Moi.

En septembre 1990, les instigateurs du Doi Moi se rendirent à Pékin dans le plus grand secret pour rétablir de bonne relations. Au jour d’aujourd’hui fait remarquer le chercheur Ngo Duc Tho personne ne sait ce que contenait comme engagement entre les deux parties ce marché pour un avenir politiquement radieux [7]. Ce que l’on sait c’est que la frontière terrestre fut redessinée pendant dix ans de 1999 à 2009, puis la frontière maritime dans le golfe du Tonkin et que le Viêt-Nam y laissa quelques plumes. Une campagne fut d’ailleurs très habilement menée par le parti Viêt Tân sur cette question. Du côté de la mer orientale, rien n’était réglé. L’affaire des Paracels et des Spratleys restaient sur deux confrontations militaires en 1974 (Hoang Sa) et 1988 (Gac Ma dans les Spratley).

CacTuSiHoàngSa_1974

L’ironie de cette affaire est que la cause de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) rejoint aujourd’hui celle âprement défendue par la République du Viêt-Nam (RVN, Sud), l’ennemi honnis du temps de la guerre. Comme le faisait remarquer Nguyen Ngoc Gia, le salut de la RSVN passe donc ironiquement par une forme de reconnaissance de la RVN [8]. Mais l’ancien régime sudiste peut-il être sérieusement convoqué par un État communiste qui insulte à longueur de papiers les vaincus, affublés des termes méprisant de « nguy » (fantoches), « phan dong » (réactionnaires), tous ceux qui restent attachés à leur symbole national (le drapeau jaune aux trois bandes rouges) ? Cela paraît peu crédible. Car l’État communiste n’a, pour l’heure, pas eu le courage de mettre en œuvre une politique de réconciliation nationale officielle avec les réhabilitations nécessaires qu’elle doit engendrer.

Les raisons d’une alliance communiste sino-vietnamienne

Si l’on en croit l’analyse de Valérie Niquet sur la fragilité interne du pouvoir chinois, on est alors en mesure de penser que les deux pouvoirs communistes (chinois et vietnamiens) ont tout intérêt à se réconcilier, chacun pour éviter l’effondrement [9].

Du côté chinois, il faudra éviter de provoquer le Viêt-Nam par des actes répétés de présence dans les eaux revendiquées par ce pays. Ce qui aujourd’hui n’est toujours pas le cas. On observe même une potentielle aggravation de la situation avec l’implantation de la nouvelle plateforme Nam Hai 9 à proximité du golfe du Tonkin (au sud-est de l’île chinoise de Hai Nam) et le harcèlement quotidien dont sont victimes les navires de pêcheurs vietnamiens dans la zone de la plateforme HD 981. Les Américains qui suivent de près l’évolution de la situation ne sont pas loin de penser que l’arrogance chinoise mériterait bien une guerre limitée avec le danger d’un embrasement potentiel de la région [10]. Ils ne sont d’ailleurs pas inactifs dans la région comme le démontre les récentes opérations maritimes conjointes avec les Philippines [11].

Du côté du Viêt-Nam, maintenir un contrôle policier étroit sur la dissidence et minimiser la portée de cette affaire en défendant coûte que coûte une solution pacifique sont les deux volets de la solution choisie sur le front intérieur [12]. A l’inverse, il s’agit sur le front diplomatique et extérieur de maintenir la possibilité de manifestations antichinoises et la menace d’une attaque juridique contre la Chine. Cette dernière option est d’ailleurs fortement préconisée par de nombreux experts (voir le colloque de Danang) [13].

Les amîtres d'oeuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong
Les maîtres d’œuvre de la Conférence secrète de Pékin des 3-4 septembre 1990. De gauche à droite : Ly Bang, Jiang Zemin, Nguyen Van Linh, Do Muoi et Pham Van Dong

Cependant, l’un comme l’autre, les deux partis communistes sont en une sorte d’impasse car ils ne présentent plus une forme aussi homogène qu’avant. Comme le démontre les différentes réunions sur la dite “Mer orientale” à Hanoi (colloque “Thoát Trung” à Hanoi le 5 juin) et au sein du Politburo vietnamien, l’unanimité est difficile à obtenir. Ca discute beaucoup autant dans la rue qu’au sommet du pouvoir. Au sein des deux partis communistes chinois et vietnamien, la frange nationaliste n’entend pas céder devant la faction plus idéologique. Mais les deux partis se tiennent mutuellement. Si le PC chinois s’effondre, le PC vietnamien risque de suivre. L’évolution de l’affaire de la Mer de l’Asie du Sud-Est, pour reprendre la terminologie d’André Menras [14], dépendra donc beaucoup de la capacité de dialogue entre les deux partis communistes.

Et puisque l’on reparle beaucoup sur la blogosphère de l’alliance secrète conclue entre les deux politburo à Chengdu en 1990 (Hội nghị Thành Đô) à l’époque visant à faire face à la fin du communisme en URSS et en Europe de l’Est et aux événements meurtriers de Tien An Men, on peut effectuer quelques rapprochements entre les deux pays :

  • Les deux pays marquent une pause sur le plan économique et sont inquiets des failles présentes dans leur système bancaire (l’économie reste le facteur clé du destin politique) ;
  • Les révoltes sociales, ethniques ou religieuses sont de plus en plus courantes et violentes (pour la Chine, le terrorisme ouïgour ; pour le Viêt-Nam, les revendications religieuses chez les Hmongs au nord ou les Hoa Hao au sud) ; des jacqueries paysannes pour les deux pays ;
  • L’idéologie communiste, d’origine étrangère, est vilipendée par de nombreux intellectuels, et ce désormais même sur la place publique (cas récurrent au Viêt-Nam depuis l’affaire de la refonte de la Constitution) ;
  • Le nationalisme, suscité par les deux pouvoirs, reste difficilement contrôlable.

DaDaoTrungQuocXamLuoc

Un horizon flou ?

Au Viêt-Nam, le régime ne montre actuellement aucun signe d’assouplissement envers ceux qui ne partagent pas sa conception du monde. Les religieux bouddhistes Hoa Hao, les Catholiques, les Rédemptoristes, les Protestants, les blogueurs, les dissidents sont plus que jamais dans la ligne de mire de la Sécurité publique. En intensifiant secrètement, à “feu doux” la répression, le but principal pour le pouvoir est de ne porter qu’un seule voix solidaire dans la crise. Mais en faisant cela, le PCV donne du sens à ce slogan ravageur « hèn với giặc, ác với dân » (lâche avec l’ennemi, cruel avec le peuple) que le parti Viet Tan plaça pendant de long mois en exergue sur son site et que chacun murmure. Le Viet Tan, soit dit en passant, bénéficia d’une bonne publicité en se voyant accusé par la Cong An d’Ho Chi Minh-Ville et la presse officielle d’être le principal instigateur des débordements violents de Binh Duong et Dong Nai [15].

"Non, non, nous avons besoin que vous retourniez au travail"
“Non ! Non ! nous avons besoin que vous retourniez au travail”

Car aujourd’hui qui a peur du Viet Tan ? Les idées que ce mouvement pro-démocratique défend depuis sa reconversion à la non violence font leur chemin. L’activisme de ses membres porte ses fruits, leurs slogans tagués “HSTS” (Hoang Sa Truong Sa) dans les campagnes et villes vietnamiennes ont alimenté le nationalisme rampant dont le pouvoir se sait que faire. Au sein même du PCV, les esprits s’échauffent pour exiger une ouverture politique accompagnée d’une réponse ferme au défi chinois. Il n’est pas dit que cela fonctionne car la crispation générale guette l’appareil politique. A demi-mots, les membres du PCV, surtout parmi les plus jeunes vous le confient, “la Chine nous a coincé” [16]. Ce qui remet fortement en cause chez la jeune génération de cadres la politique bilatérale dite des “4 bons” et “16 principes” (十六字方针) toujours défendue par le pouvoir actuel malgré l’échec relatif de la réunion du 18 juin dernier entre Pham Binh Minh et le conseiller d’État chinois Yang Jiechi. Cette réunion importante, vue de l’extérieur, n’a apparemment pas dépasser les courtoisies de façade et la presse chinoise de mettre en avant de façon condescendante que “le fils prodigue vietnamien devait désormais rentrer à la maison”, autrement dit revenir sagement dans le giron protecteur chinois [17].

La première carte "verticale" de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple en ligne
La première carte “verticale” de la Chine populaire présentée dans le Quotidien du Peuple le 25 juin 2014 © 2014 Le Quotidien du Peuple

Que peut faire le Viêt-Nam communiste alors que son horizon semble bouché ? Pas grand chose car sa marge de manœuvre, si aucun changement politique d’envergure n’est mis en œuvre, apparaît bien étroite. De fait, la réaction officielle reste faible, peu audible et aujourd’hui assez peu crédible face à une offensive expansionniste chinoise pourtant claire. L’été chaud qui était prévu suite à l’affaire de l’implantation de la plateforme chinoise risque de se transformer en torpeur générale le temps que l’affront chinois passe, s’amenuise et disparaisse des esprits. La Chine s’est imposée un mois de mai 2014 et tout démontre qu’elle entend garder sa position de leadership sur la Mer, illustrée encore dernièrement par la publication de sa première carte “verticale” le 25 juin 2014 [16]. Ce fait majeur de l’histoire de la géopolitique de l’Asie du Sud-Est devrait en rester là, à moins que la Chine, provocations sur provocations, ne rencontrent finalement la bravoure légendaire des Vietnamiens ou que ceux-ci ne se mettent en marche collectivement et massivement pour engager chez eux la révolution de velours tant attendue chez les opposants et tant redoutée par le pouvoir. Ligoté par son passé, indécis à l’heure présente et apeuré par son futur, le PCV est pris dans les contradictions historiques de sa propre existence. Le défi chinois de mai 2014 est devenu un casse-tête chinois pour combien de temps encore ?

François Guillemot, 29/06/2014.

Notes

[1] Sur la veille des sites d’information vietnamiens sur la « Mer orientale » voir par exemple les rubriques : Tin tức Biển Đông, sur le site de l’Association des Juristes du Viêt-Nam, Biển Đông nổi sóng sur le site Dat Viet, Biển Đông dậy sóng ou Tin tức về chủ đề “biển đông” sur Dan Tri, Tình hình biển Đông sur SEA Times (en vietnamien) ou encore sur Chat Luong Viet Nam. Les autres sites VN Express, Doi Song & Phap Luat ou Tuoi Tre ont également réservé des dossiers sur le sujet. Sur le bateau de pêche vietnamien, voir : Un bateau de pêche vietnamien coulé par un navire chinois, Vietnam +, 26/05/2014.

[2] Vì sao Quốc hội không ra Nghị quyết biển Đông?, VTC, 24/06/2014.

[3] (Xinhua), La Chine révèle des documents clarifiant la situation des îles Xisha, Le Quotidien du Peuple, 10/06/2014 ; The Operation of the HYSY 981 Drilling Rig: Vietnam’s Provocation and China’s Position,  Ministry of Foreign Affairs PRC, 08/06/2014 ; Opération sur la plate-forme HYSY 981 : Provocations du Viet Nam et position de la Chine, China.org, 09/06/2014 ; Un dossier de 8 pages exposant la position officielle chinoise avec le rappel de la note de Pham Van Dong dans les annexes. Voir l’analyse de Carl Thayer, China’s Information Warfare Campaign and the South China Sea: Bring It On!, The Diplomat, 16/06/2014.

[4] Voir l’article de Laurent Gédéon sur Mémoires d’Indochine et l’analyse de Timothy A. Walton, China’s Three Warfares (PDF), Delex Consulting, Studies and Analysis, 2012.

[5] PM Nguyen Tan Dung in Manila: Vietnam to defend sovereignty, Embassy of the SRV in USA, 22/05/2014. Extrait de son allocution : “Tôi muốn nhấn mạnh rằng, Việt Nam kiên quyết bảo vệ chủ quyền và lợi ích chính đáng của mình bởi vì chủ quyền lãnh thổ, chủ quyền biển đảo là thiêng liêng. Chúng tôi luôn mong muốn có hòa bình, hữu nghị nhưng phải trên cơ sở bảo đảm độc lập, tự chủ, chủ quyền, toàn vẹn lãnh thổ, vùng biển, và nhất định không chấp nhận đánh đổi điều thiêng liêng này để nhận lấy một thứ hòa bình, hữu nghị viển vông, lệ thuộc nào đó, Thủ tướng: Không đánh đổi chủ quyền lấy hữu nghị viển vông, Dan Tri, 22/05/2014.

[6] Quốc hội Việt Nam ‘không ra nghị quyết về biển Đông’, VOA, 24/06/2014 ; Quốc hội sẽ không có nghị quyết riêng về biển Đông, VN Economy, 23/06/2014.

[7] Ngo Duc Tho, Hội nghị bí mật Thành Đô 1990, 19/05/2014. Avec la traduction d’un extrait des mémoires de Lý Bằng, le numéro deux chinois présent à cette conférence secrète.

[8] Tran Trung Dao, Việt Nam Cộng Hòa, lối thoát của Hoàng Sa và dân tộc, Dan Lam Bao, 02/06/2014. Dans cette réhabilitation de la République du Viêt-Nam, voir également le témoignage de Nguyễn Ngọc Già, Tôi biết ơn Việt Nam Cộng Hòa, Dan Luan, 11/06/2014.

[9] Valérie Niquet, « Les tensions en mer de Chine révèlent la fragilité du pouvoir chinois », La Croix, 16/06/2014. Traduit en vietnamien sur RFI : Căng thẳng ở Biển Đông thể hiện sự mong manh của chế độ Trung Quốc, RFI, 24/06/2014.

[10] Voir par exemple les deux articles publiés dans The National Interest analysant le challenge de l’hégémonie chinoise : Michael Vlahos, History’s Warning: A U.S.-China War Is Terrifyingly Possible, 26/06/2014 ; David Shambaugh, The Illusion of Chinese Power, 25/06/2014. Lire également l’analyse originale de Song Chi : Nếu chiến tranh Việt-Trung xảy ra…, RFA, 20/06/2014.

[11] Voir : Philippines, U.S. to hold naval drills near disputed shoal in South China Sea, Reuters, 19/06/2014 ; Quân lực Phi Luật Tân tập trận chung với quân lực Hoa Kỳ tại biển Đông, Thoi Bao (The Vietnamese Newspaper), 28/06/2014.

[12] L’initiative de paix du Viêt-Nam : Lê Ngọc Thống, Biển Đông nổi sóng:Chiến lược ‘hòa bình chủ động’ của Việt Nam, Dat Viet, 26/06/2014.

[13] Voir la communication d’André Menras publiée sur Mémoires d’Indochine.

[14] Les voix qui poussent le Viêt-Nam à se défendre juridiquement : Hoài Hương, GS Thayer: ‘Việt Nam phải lên tiếng bây giờ nếu không sẽ mất cơ hội mãi mãi’, VOA, 27/06/2014 ; Nguyễn Đông, Tiến sĩ Nguyễn Nhã: ‘Nếu Việt Nam phản ứng yếu ớt, Trung Quốc sẽ lấn tới’, VN Express, 25/06/2014 ; Mặc Lâm, Kiện Trung Quốc, Việt Nam được gì ngay cả khi thua?, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[15] Voir par exemple : Công an TP HCM: ‘Việt Tân kích động gây rối trong biểu tình’, VN Express, 06/06/2014. Une version officielle reprise sur une vingtaine de média en ligne (An Ninh TV, Dan Viet, Phap Luat, Tien Phong, Tuoi Tre…). Lire la réponse officielle du Viet Tan aux accusations de la RSVN : Vu cáo Việt Tân để bóp nghẹt lòng yêu nước, Viet Tan, 10/06/2014.

[16] Sur cet impasse, voir : Kính Hòa, Lưỡng nan của người CSVN trong thế đối đầu với Trung Quốc, RFA, 24/06/2014 reproduit sur Viet Studies.

[17] Báo TQ: Họ Dương gọi Việt Nam ‘đứa con hoang đàng hãy trở về’, RFA, Việt-Long- theo Shannon Tirzzi- The Diplomat, 20/06/2014. Voir le CR de la réunion côté vietnamien : Entretien entre Pham Binh Minh et Yang Jiechi, Vietnam +, 18/06/2014.

[18] Voir La première carte de Chine en version verticale, Le Quotidien du Peuple, 25/06/2014 ; La Chine présente la première carte complète de son territoire, China.org, 25/06/2014.

* * *

Informations complémentaires :

Giáp Văn Dương, Thoát Trung Luận, Viet-Studies.

Hãn Nguyên Nguyễn Nhã, ‘Việt Nam và cơ hội thoát Trung lần 4’, BBC Viet, 06/06/2014.

Kính Hòa, Thoát Trung hay thoát Cộng?, RFA, 09/06/2014.

Lê Chân Nhân, Đừng bàn “thoát Trung” nữa mà hành động, Dan Tri, 12/06/2014.

Nguyễn Gia Kiểng, Thoát Trung, nhưng coi chừng một sai lầm bi đát!, Thong Luan, 12/06/2014.

Thanh Trúc, Hội thảo làm thế nào để “Thoát Trung”?, RFA, 07/06/2014.

Thụy My, Vì sao kinh tế Việt Nam quá khó để thoát Trung?, RFI, 26/06/2014. Entretien avec Pham Chi Dung.

Tran Son Lam, Trạnh chấp chủ quyền: Chọn hữu nghị viển vông hay quốc gia, dân tộc?, Giao Duc Viet Nam, 30/06/2014.

Việt Nam cần ‘thoát Trung’ hay không?, VOA, 25/06/2014. Entretien avec Doan Viet Hoat.

MàJ : 30/06/2014.

A lire en complément l’analyse de Dang Xuong Hung, ancien consul de la RSVN à Genève (2008-2012) :

André Menras : ‘Battering ram’ and ‘spill-over’ - a chronology of the Chinese annexation of the Paracels

Conférence internationale de Đà Nẵng

“Hoàng Sa Trường Sa: sự thật lịch sử”

19-20 et 21 juin 2014

*

‘Battering ram’ and ‘spill-over’

a chronology of the Chinese annexation of the Paracels, a strategic base for control of the South-East Asia Sea

by André Menras

AndréMenras2011
André Menras Ho Cuong Quyet
© 2011 AFP Hoang Dinh Nam

 

Introduction:

We cannot understand the current situation if we restrict ourselves to a few recent events without taking the risk of viewing current confrontations as an expression of territorial ‘disputes’ where there would be little to choose between the parties in the confusion of responsibility and legitimacy. Pontius Pilate-like neutrality of this kind would exclude any possibility of a fair settlement without which there could be no actual or enduring peace. A chronological study of the key historical moments is absolutely essential, if not sufficient, to identify the sources of the conflict and their current expression in order to weigh them up more effectively to reach a settlement.

Throughout this talk I will not be using the term ‘the South China Sea’, because this term invented by colonial cartographers, from the 1960s onwards, and used in the majority of atlases, has, whether innocently or not, negative connotations in terms of sovereignty. Indeed, as demonstrated by going from ‘South China Sea’ to ‘South Chinese Sea’, a simple change in wording dispossesses bordering countries of this vital maritime area in favour of the Empire. This Mediterranean of South East Asia is not historically or legally, or in ancestral traditions, an exclusively Chinese lake. It is the common property of the countries which border it and the international community which increasingly uses it.

The pre-colonial period

Towards undisputed sovereignty

  • 1702 → The first Hoàng Sà brigade: 70 men from An Vĩnh.(Nguyễn Lords)
  • 1816→ The Emperor  Gia Long : Declaration of the Sovereign Rights of the An nam Empire over Hoàng Sa ( Cát Vàng)
  • 1833 to 1836→ Minh Mang orders: construction of a temple and sovereignty memorial stone, mapping, and the planting of trees
  • 1867→ Thủ Đức awards the title of ‘Hero’ to the sailors sent to Hoàng Sa and who perished during their voyage.

These coherent State acts by the Kingdom of An Nam fully justify the right to sovereignty. 

First colonial period up to the start of the 20th century:

China’s acts which acknowledge Vietnamese sovereignty over  the Paracels

  • 1884: The Treaty of Huế (article 15): “France undertakes to guarantee henceforth the integrity of the realms of His Majesty the King of An Nam”. The Paracel archipelago is one of these realms.
  • 1884: Chinese map of the ‘unified empire’ whose southern border extends only as far as Hai Nan. It does not therefore include the Paracels.
  • 1885: The Franco-Chinese Treaty of Tientsin:  China withdraws any claim to sovereignty over Vietnam and therefore the Paracels.
  • 1906: According to the ” Zhong guó Dìhixué jiao ke shu “, the official school geography textbook, the southernmost point in the country is 18° 13′ latitude north i.e. the south of Hai Nan Island.  The Paracels are therefore not part of the Empire.

First colonial period up to 1945

The beginning of Chinese ambitions:

  • 1909: 24-hour landing of Admiral Li Zhun on Phú Lâm (Pattle) Island under the orders of the Governor of Guangdong and Guangxi.
  • 1921: The Provincial Governor of Canton announces that he wishes to annex the archipelago and annex it to Hainan.
  • 1925: The General Governor of Indochina reaffirms that the archipelagos are An nam lands under French protectorate.
  • 1925-1936: Series of articles by Henri Cucherousset in ‘L’éveil économique de l’Indochine’ (The Economic Awakening of Indochina)
  • 1931-1932: China allows private individuals to collect guano on the archipelago. France objects.
  • 1937- 1939: Detachment of colonial guards on Pattle to build a lighthouse, a weather station, a radio station, and erect a memorial:” The French Republic – Kingdom of Annam – Archipelago of the Paracel Islands -1816- Pattle Island 1938″.

Second colonial period up to 1954

Chinese ambitions become burgeoning claims to sovereignty.

  • 1945: Potsdam Conference – Nationalist China is given the mission of disarming Japan north of the 16th parallel.
  • 1947: Chiang Kaï Chek’s troops land on the eastern Paracel islands. France sends a military detachment which establishes a garrison on Pattle. France suggests international arbitration, which China refuses.
  • 1947: appearance of the first U-shape line with 11 dashes of the S-E Asia Sea.  
  • 1950: China evacuates its garrison on Woody Island. Control of the archipelagos is officially handed over to Bảo Đại.
  • 1951: San Francisco conference. The Paracels and Spratleys are not attributed to any country. The Soviet Union suggests Mao’s China: rejected with a crushing majority. Bảo Đại’s Foreign Minister reaffirms Vietnamese sovereignty. France is silent on the matter.
  • 1954: The Geneva Accords: all the islands are now administered by the SRV (south of the 17th parallel). No Chinese protests during the negotiations.

After Geneva up to the departure of the USA…

The violence of the “fait accompli”.

  • 1956: French retreat and relief by SRV troops on Pattle and the Crescent Group. PRC troops land discretely on the eastern side ( the Amphitrite Group ). This time they will stay.
  • 1958: Diplomatic memo from Phạm Văn Đồng  who ‘notes and approves’ a PRC declaration which sets the boundaries of China’s territorial waters at 12 nautical miles. Peking uses this to support its claims to sovereignty over the archipelagos.
  • 1974: The Chinese navy takes the entire archipelago by force. 64 Vietnamese die. The nearby US Seventh Fleet, do not come to the rescue when asked. The Republic of Vietnam’s observer at the U.N asks for the situation to be considered by the Security Council. Without success. No support is forthcoming from the USA or France.

After 1974 until 2009

China secures  the Hoàng Sa base. Legitimisation. New shows of strength.

  • 10 December 1982: Montego Bay Convention on the Law of the Sea signed and ratified by China and Vietnam will come into force in 1994: “art. 89: no state may validly purport to subject any part of the high seas to its sovereignty’.
  • March 1988: violent battle on Gac Ma (Johnson South Reef). 74 vietnamese killed.
  • 1992: Peking grants the US company Crestone Energy a concession for petrol exploration in Vietnam’s EEZ.
  • 1989 to 1995 occupation of additional reefs and small islands including that of Panganaban reef.( Mischief reef) (The Philippines’ EEZ).
  • 2002: Declaration Of Conduct (D.O.C), “gentlemen’s agreement”. Between China and the ASEAN states. Start of a Chinese campaign of threats and bullying to dissuade foreign companies from cooperating with Vietnam and the  Philippines in these countries’ EEZs…
  • 2007: Chinese law establishes the town of “Tam Sa” attached to Hainan and based in Phú Lâm (Paracels).

From 2009 onwards: consolidation, legitimization, the escalating crisis accelerates, new shows of strength

2009

  • March: the USNS “Impeccable”: path blocked by Chinese naval vessels
  • April: Quingdao: demonstration of the military power of the navy
  • May: – diplomatic memo to the Secretary General of the UN, in reaction to the submission on Vietnam’s sovereignty and the joint submission by this country and Malyasia, which deemed these submissions as ‘illegal and invalid’. China reaffirms its sovereignty based on its famous ‘9-dotted line’, without any historic or legal basis, covering 80% of the maritime zone and all the archipelagos.
  • From 16 May to 1 August: unilateral ban on fishing in the zone claimed by Peking; – setting up of a special department attached to Foreign Affairs to ‘manage questions related to maritime sovereignty’.
  • October: ASEAN summit : Refusal to consider differences over the SE Asia Sea in multi-party talks.
  • December:  ‘To Develop tourism on a large scale’ in the U-shaped zone, the Chinese National Assembly adopts the law to protect and develop the islands.

2011

  • May:  aggression against the ‘Bình minh 02′, a seismic exploration vessel belonging to the Pétrovietnam company,  from Chinese vessels in Vietnam’s EEZ. Goal: to make the EEZ a disputed zone…
  • September: aggression against the ‘Viking II’ from the same company in Vietnam’s EEZ.

2012

  • April: ASEAN summit – China pressures Cambodia, then President, to prevent a joint communiqué concerning a declaration of conduct with legal force (DOC) in the SE Asia Sea.
  • April-May:  Scarborough shoal (Spratleys) : 3-week confrontation with the Philippines within Manila’s EEZ.
  • July: China elects the ‘President of Tam Sa’. Installation of a 3G satellite communications centre on Phú Lâm.
  • August: 23,000 Chinese fishing boats leave Quang Dong and Hainan to fish in the SE Asia Sea – PLA division-sized military unit established in Phú Lâm for the ‘defence zone of “Tam Sa” as an ‘instrument for governing the sea’.

2013

  • June: publication of the book: ‘The city of Tam Sa, China: its history, resources, and role in national defence’.
  • November: ‘Air Defence Identification Zone’ (ADIZ) decreed by China above the East China Sea. Japan and the 10 countries in ASEAN declare that they agree to “cooperate more in order to ensure the freedom of flight and the security of civil aviation…”

2014

  • January: Decree from the Hainan province requiring authorisation from any ‘foreign’ fishing boat active in the ‘U-shaped line’ under penalty of large fines and sanctions which could result in their boat being confiscated and having to appear before a Chinese court.
  • May:  Installation of a huge  oil platform (HD981)  inside Vietnam’s EEZ, 119 nautical miles from the Lý Sơn baseline. The goal – to turn Vietnam’s EEZ into a disputed zone.

The key elements of Peking’s expansionist strategy

  • 1°)  In the expansionist process, ‘going out’ towards the south, Peking began with the closest point: the Paracels archipelago.
  • 2°) From this secure base, Peking begins to take steps towards establishing new bases inside the EEZ of bordering nations which China wants to turn into ‘disputed zones’ with a ‘battering ram’.
  • 3°) China has always taken advantage of the ‘emptiness’ following the departure of other powers (1956, 1974, 1988 and currently) by following a strategy  of threats, military violence and fait accompli.
  • 4°) China has only ever signed international or regional agreements so that it can then violate them. However, China is a signatory of the Charter of the United Nations ‘art. 2.4: ‘All Members shall refrain in their international relations from the threat or use of force against the territorial integrity or political independence of any state…’
  • 5°) A diplomatic strategy of division, refusal to participate in multi-party negotiations, refusal of international arbitration. A strategy supported by a policy of economic incentives and reprisals.

The international community’s responsibilities and debt

  • The French colonial state in a certain way helped An nam to free itself of Chinese influence and retain a large part of its territorial integrity. From another angle, it sometimes forgot and even betrayed the ‘protected’ country for its own short-term interests. The hesitation and wavering fuelled China’s ambitions:
  • “The Paracels could constitute a bargaining chip or be used as compensation as concessions from us on other issues” (Letter dated 20 March 1930 from P. Pasquier Governor General of Indochina to the Minister of Colonies.)
  • Silence from France at the San Francisco Conference in 1951 and after the Chinese invasion of the Paracels in 1974.
  • The Nixon-Kissinger US administration: inaction when the Chinese attacked in 1974. Silence from the nearby 7th fleet.
  • “The USA’s position is not to support Vietnam’s claims to sovereignty over the islands.”  Henry Kissinger. (Foreign relations of the United states 1969-1976; Volume XVIII, China 197361976; Document 66).
  • Neutrality is a fight for the law and justice. This was the lesson of Munich.

The fishermen of Central Vietnam – victims of Chinese aggression

  • A very limited chronology of aggressions (between 2002 and 2013)
  • Around 2000 fishermen victims around and off the coast of the Hoàng Sa archipelago.
  • Approximate total Attacks: several hundred.
  • Fishermen who have been killed or who have ‘disappeared’: 30
  • Fishermen who have been rammed and just saved: 120.
  • Sunk or confiscated fishing boats: approx. 30.
  • Fishermen kidnapped for a ransom in Phú Lâm (for between a few days and a month and a half): approx. 500.
  • Ransoms: around $5000 – 8000 per fishing boat: Amount unknown.
  • Fishing gear systematically destroyed or confiscated: Amount unknown.
  • Fish catches systematically confiscated: Amount unknown.

Don’t Human Rights apply at sea?

Terrorism and human tragedy.

  • Mrs Nguyễn Thị Hào (Bình Châu village, Quảng Ngãi).
  • “I lost my husband and my son when they were fishing in Hoàng Sa in 2008. They disappeared near Bombay  island along with 7 of their fellows. Nine people in all.”
  • Mrs Trương Thị Nhi ( Bình Châu ):“They shot him and killed him.”
  • Mr Nguyễn Thành Đồng ( Bình Châu):“In this region, when a woman loses her husband, the family loses everything”
  • Mr Tiêu Viết Là ( Bình Châu ):“Three of them hit me. I’ve been hurt since and can’t go out to sea. My fishing boat has been confiscated and I have to pay a ransom. I’ve lost everything”.
  • Mr Nguyễn Đặc ( Lý Sơn):“Having just what you need to eat or enjoy prosperity depends on Hoàng Sa”.

 

Conclusion: Compensation?

In April 2014 the Maritime Affairs Tribunal in Shanghai ordered the confiscation of a Japanese shipment to compensate for a war debt dating back to 1936: thirty million dollars for two confiscated boats. The Japanese paid.

How many tens of billions of dollars does China owe Vietnam for forcibly borrowing the Paracels for 40 years, for the lack of economic gains that this represents, for the families of Vietnamese soldiers killed during the annexation of the archipelago, for the thousands of mistreated fishermen who were banned from fishing for decades, for the dozens of fishermen killed, for the dozens of fishing boats sunk and confiscated, and for the hundreds of ransoms paid out? If the damages of this monumental hold-up and its consequences were only measured in terms of money, then the compensation would at least boost Vietnam’s economy for years and get thousands of families, who are still victims of these crimes, out of poverty.

For the Chinese leaders, the only way to get out of this tragedy positively is the opposite of the approach they have chosen to impose: all acts of aggression and incursion need to stop immediately in the maritime and island zone under Vietnamese sovereignty and measures taken to give to Caesar what belongs to Caesar i.e. return Hoàng Sa to Vietnam. Any other approach can only be short-lived and lead China into a painful impasse and peace with it.

Some resources on the fishermen

Video: “Hoàng Sa Vietnam : painfull loss, la meurtrissure” (posted on YouTube)

André Menras : “Tâche d’huile” et “coups de bélier” – l’affaire de la plateforme de forage chinoise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

L’affaire de la plateforme de forage chinoise :

une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique.

Par André Menras (Hồ Cương Quyết)

Chercheur indépendant

AndréMenras_24-05-2014
André Menras à l’Institut d’Asie Orientale à Lyon © 2014 IAO

 

On ne peut pas comprendre la situation présente si l’on se confine à quelques évènements récents sous peine de considérer les affrontements actuels comme l’expression de “disputes” territoriales dans lesquelles les parties concernées seraient renvoyées dos à dos dans une confusion de responsabilité et de légitimité. Une telle neutralité poncepilatique exclurait toute possibilité de règlement équitable sans lequel la paix ne saurait exister et durer. L’examen chronologique des événements historiques marquants est absolument nécessaire, sinon suffisant, pour identifier les sources du conflit et leur expression actuelle afin de peser plus efficacement pour son règlement.

Tout au long de cette intervention je ne parlerai pas de Mer de Chine méridionale car ce géonyme attribué par les cartographes coloniaux et, à partir des années 60, repris dans une grande majorité des atlas, porte, innocemment ou non, une connotation malsaine sur le plan de la souveraineté. De “Mer de Chine” à “Mer de la Chine” il n’y a en effet qu’un petit mot à penser pour déposséder au profit de l’Empire les nations riveraines de cet espace maritime vital pour elles. Cette Méditerranée de l’Asie du Sud-Est n’est ni historiquement, ni juridiquement, ni dans la pratique ancestrale, un lac exclusivement chinois. Elle est le bien commun des nations qui la bordent et de la communauté internationale qui en emprunte le passage avec une fréquence sans cesse accrue.

DaiNamNhatThongToanDo
Đại Nam nhất thống toàn đồ

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

1°) Chronologie de l’annexion chinoise de l’archipel des Paracels

L’examen détaillé des dates historiques depuis la période précoloniale jusqu’ à aujourd’hui révèle clairement la naissance puis la montée en puissance des appétits chinois sur Les Paracels et au-delà, en passant par l’annexion totale de l’Archipel jusqu’à l’installation actuelle de la plateforme de forage dans la zone économique exclusive du Vietnam.

A) Durant la période précoloniale, l’An Nam a édifié sur l’archipel une souveraineté incontestée.

Depuis les seigneurs Nguyen, en 1702, la première brigade de Hoang Sa (alors appelé Cat Vang) est constituée avec 70 jeunes hommes du village de An Vinh (dont les descendants vivent toujours à Ly Son) pour, sous les ordres des seigneurs se rendre chaque année dans l’archipel, y récupérer des restes d’épaves, et en ramener des produits de la mer. Avec les empereurs Nguyen la tradition se continue et se développe.

  • 1816 : Gia Long déclare les droits souverains de l’empire d’An Nam [Viêt Nam] sur l’archipel appelé alors “Cat Vang “.
  • 1833-1836 : Ming Mang ordonne l’érection d’un temple, la construction d’une stèle de souveraineté et la plantation d’arbres.
  • 1867 : Tu Duc décerne le titre de héros à des “binh si”, soldats de la mer, ayant péri dans leur périple vers Hoang Sa… Autant d’actes étatiques cohérents et annuels de la part de l’empire d’An Nam [Dai Nam] qui justifient pleinement droit à souveraineté. Sans aucune contestation de la part de quelque autre État.

B) Première période coloniale jusqu’au début du XXème siècle : La Chine reconnaît implicitement cette souveraineté.

  • 1884 : traité de Hue. “La France s’engage à garantir l’intégrité des États de SM. Le roi d’An Nam”. Et donc des Paracels. La même année édition d’une carte chinoise de “l’empire unifié ” dont le point le plus austral est la pointe sud de l’île d’Hai Nan. Elle ne comprend donc pas Les Paracels.
  • 1885 : traité franco-chinois de Tianjin. La Chine renonce à toute prétention de suzeraineté sur l’An Nam et donc sur les Paracels.
  • 1906 : édition d’un manuel national d’enseignement de la géographie : le “Zhong guo dilixue giao keshu”. La limite australe de l’empire est toujours l’île d’Hai Nan.

C) Première période coloniale jusqu’en 1945 : naissance des appétits chinois.

  • 1909 : débarquement de 24h des troupes de l’Amiral Li Zhu sur l’île de Pattle. Opération commanditée par le gouverneur du Guang xi-Guangdong.
  • 1925 : le Gouverneur Général d’Indochine annonce que l’Archipel est sous la souveraineté de l’An Nam sous protectorat français.
  • 1925-1936 : série d’articles d’Henri Cucherousset dans “L’Éveil économique de l’Indochine” qui proteste contre la “mollesse” des devoirs protecteurs de la France sur l’archipel.
  • 1931-1932 : la Chine adjuge l’exploitation du guano (phosphates) sur l’archipel à des particuliers. Protestation officielle française.
  • 1937-1939: détachement de gardes coloniaux dépêché sur Pattle pour y construire un phare, une station météo, une station TFS et y dresser une stèle portant l’inscription “République française-Royaume d’An Nam-Archipel des Paracels : 1816-île de Pattle 1938”.

D) Deuxième période coloniale jusqu’en 1954 : les appétits chinois deviennent prétentions souveraines naissantes.

  • 1945 : la Chine nationaliste reçoit mission de désarmer les Japonais au nord du 16ème parallèle.
  • 1947 : les troupes de Chang Kaï-chek débarquent sur les Paracels orientales. La France envoie un détachement militaire qui prend garnison sur Pattle et demande un arbitrage international. Refus de la Chine. La même année, apparition de la première ligne en U en 11 traits, matérialisant les prétentions souveraines chinoise sur 80% de la mer du Sud Est asiatique.
  • 1950 : la Chine évacue sa garnison de l’île boisée. Le contrôle de l’archipel est officiellement remis à l’empereur Bao Dai.
  • 1951 : conférence de San Francisco. Les Paracels et les Spratleys abandonnées par les Japonais, ne sont attribuées à personne. L’URSS propose de les placer sous la souveraineté de la Chine de Mao. Proposition rejetée à l’écrasante majorité. Le ministre des Affaires étrangères de Bao Dai réaffirme la souveraineté du Vietnam. Silence de la France.
  • 1954 : Accords de Genève. Toutes les îles passent sous l’administration de la République du Sud Vietnam. Pas de protestation de la Chine présente lors des négociations.

E) L’après Genève jusqu’au départ des Américains : la violence du fait accompli.

  • 1956 : retrait des Français et relève par les troupes de la République du Viêt-Nam sur Pattle et le groupe du croissant (Sud-ouest de l’archipel). Les troupes de la République populaire de Chine débarquent discrètement sur la partie orientale (Amphitrite) et ne la quitteront plus.
  • 1958 : note diplomatique du Premier ministre de la RDVN Pham Van Dong qui “enregistre et approuve” une déclaration de la RPC fixant à 12 milles nautiques la limite des eaux territoriales de la Chine. Pékin utilise encore aujourd’hui cette note pour étayer son argumentation de souveraineté.
  • 1974 : la marine de guerre chinoise s’empare de la totalité de l’archipel. 64 morts vietnamiens. La 7ème flotte US à proximité, appelée au secours par son allié sud-vietnamien, ne réagit pas. L’observateur de la République du Viêt-Nam à l’ONU demande un examen de la question par le Conseil de Sécurité. Sans succès. Aucun soutien des USA ni de la France.
tuongniem-haichien-HS1974
19 janvier 2014 : commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels © 2014 Tin Tuc Hang Ngay

F) L’après 1974 jusqu’en 2009 : consolidation de la base de Hoang Sa, légitimation et nouveaux coups de force.

  • 1982 : Convention de Montego Bay sur le droit à la mer signée et ratifiée par la Chine et le Vietnam : “Aucun État ne peut légitimement soumettre une partie de la Haute mer à sa souveraineté”.
  • 1988 : coup de force sanglant à Gac Ma (Johnson reef). 74 morts vietnamiens de la République Socialiste du Vietnam.
  • 1992 : la Chine octroie à la compagnie US Crestone Energy une concession d’exploitation située dans la ZEE du Vietnam.
  • 1989-1995 : occupation par la Chine de récifs et d’îlots supplémentaires dont celui de Panganaban reef (Mischief reef) dans la ZEE des Philippines.
  • 2002 : signature de la “Déclaration de (bonne) conduite” (DOC), gentlemen agreement, entre la Chine et les pays de l’ASEAN. “…Ne pas faire usage de la force ou de menace pour régler les différents ; ne pas compliquer la situation par de nouvelles édifications…” Début d’une campagne chinoise de menaces et de chantage pour dissuader les compagnies pétrolières étrangères de coopérer avec le Vietnam et les Philippines dans les ZEE de ces pays.
  • 2007 : loi chinoise instituant la ville de “Tam Sa” dépendant de Hai Nan et basée à Phu Lâm (Paracels).
BaoVeHSTS
“Ensemble exploitons et protégeons la mer et les îles du Viêt-Nam”

G) A partir de 2009, accélération de l’escalade et de sa légitimation.

  • 2009 : en mars, L’USNS américain “Impeccable” se voit barrer la route au large d’Hai Nan par des bâtiments de la flotte chinoise. Avril : à Quinddao, grand show international de la puissance militaire navale chinoise. Mai : note diplomatique chinoise au secrétaire général de l’ONU en réaction au dépôt de l’acte de souveraineté du Vietnam et de l’acte conjoint que ce pays a déposé avec la Malaisie. La Chine y affirme ses prétentions souveraines matérialisées par la ligne en U en 9 traits (ou langue de boeuf) englobant 80% de l’espace maritime et la totalité des archipels de la mer du Sud-Est asiatique. Du 16 mai au 1er août : Pékin décrète unilatéralement l’interdiction de pêcher dans la zone. Octobre : sommet de l’ASEAN en Thaïlande. La Chine refuse d’aborder de façon multipartite la question des différends en Mer du Sud-Est asiatique. Décembre : Pékin annonce sa décision de “développer le tourisme sur une grande échelle” dans la zone en U. L’assemblée nationale adopte la loi sur “la protection et le développement des îles”.
  • 2011 : en mai, agression sur le “Binh minh 02” navire d’exploration sismique de la compagnie PetroVietnam, en ZEE du Vietnam. Septembre : agression sur le “Viking”, autre navire vietnamien de prospection, dans la ZEE du Vietnam.
  • 2012 : sommet de l’ASEAN. La Chine fait pression sur le Cambodge, alors président, pour empêcher un communiqué commun en faveur d’un “Code de conduite” ayant force de loi en mer du Sud-Est asiatique. Avril-mai : affrontement de 3 semaines avec Les Philippines à Scarborough shoal (archipel des Spratleys) en ZEE des Philippines. Juillet : la Chine fait élire le Président de “Tam Sa” et installe un centre de communication satellitaire 3G sur l’île de Phu Lam. Août : vingt-trois-mille chalutiers chinois partent de Quang Dong et Hai Nan pour aller pêcher en mer du Sud-Est asiatique. Création aux Paracels d’une unité militaire de l’APL à l’échelle d’une division pour la “zone de défense de Tam Sa” comme “un appareil pour gouverner la mer”.
  • 2013 : en juin, édition du livre “Ville de Tam Sa, Chine : Histoire, ressources et rôle dans la défense nationale”. Novembre : zone d’Identification aérienne crée par la Chine dans la Mer dite de Chine orientale, vis à vis du Japon. Le Japon et les 10 pays de l’ASEAN se déclarent d’accord pour “coopérer davantage afin de garantir la liberté de survol et la sécurité de l’aviation civile”.
  • 2014 : en janvier, décret de la province de Hai Nan qui exige une autorisation pour tout chalutier “étranger” en activité dans la zone en U, sous peine de fortes amendes et de sanctions allant jusqu’ à la confiscation du chalutier et la comparution devant un tribunal chinois. Mai : implantation d’une plateforme de forage géante (HD 981) en pleine ZEE du Vietnam. Affrontements au large de l’île Tri Tôn (archipel de Hoang Sa) 10 policiers de la marine vietnamienne blessés, 4 bâtiments vietnamiens éperonnés et endommagés, un chalutier vietnamien coulé.
MerAsieDuSudEst
Le tracé en rouge de la “langue de bœuf chinoise” sur 80% de l’espace maritime

2°) Lignes de force de la stratégie expansionniste de Pékin

  • 1°) Dans ce “going out” annexionniste vers le Sud maritime, Pékin a commencé par le plus proximal : Les Paracels.
  • 2°) A partir de cette base qu’elle consolide, elle jette des ponts vers de nouvelles bases, par tache d’huile ou par coups de force ponctuels, à l’intérieur des ZEE des nations riveraines qu’elle veut transformer en “zones disputées”.
  • 3°) Toutes ces actions sont basées sur la violence militaire et sur la surprise. Aucun des traités ou accords signés aussi bien sur le plan international que sur le plan local ne sont respectés.
  • 4°) Au niveau tactique, Pékin utilise toujours des périodes de vide ou de faiblesse de puissance pour porter de nouveaux coups. (départ des colonialistes français en 1956, départ des USA en 1974, faiblesse de la RSVN privée du soutien de l’URSS dès la fin des années 70, faiblesse relative des USA, malgré leur politique de “pivot” vers la zone Pacifique-Asie… Faiblesse économique de l’Europe demandeuse de contrats chinois provisoirement salvateurs).
  • 5°) Sa tactique diplomatique et économique est toujours celle de la division. Par gratifications ou par rétorsions économiques. Le refus d’arbitrage international ou de discussion multilatérale est une constante historique de sa diplomatie.

3°) Responsabilités et dette de la communauté internationale

  • a) L’État colonialiste français a d’une certaine façon aidé l’An Nam a se libérer de l’emprise chinoise et a assimiler des “territoires sans maître” (dans les Spratleys ) dont le Vietnam a hérité au titre de l’ “Uti Possidetis Suis”. Mais, d’un autre côté, il a quelquefois aiguisé les appétits chinois en oubliant ou trahissant les intérêts de l’État “protégé” pour ses propres visées à court terme. “Les Paracels pourraient constituer une matière de marchandage ou une contre-partie à des concessions (avec la Chine) de notre part sur d’autres points” (lettre du 20 mars 1930 de P. Pasquier, Gouverneur général de l’Indochine au ministre des colonies). Il en est de même du mutisme de la France lors de la Conférence de San Francisco en 1951 et lors de l’invasion chinoise des Paracels en 1974…
  • b) Les USA, administration Nixon-Kissinger : abandon total lors de l’invasion chinoise de 1974. Mutisme de la 7ème flotte à proximité. Kissinger : “La position des USA est de ne pas soutenir les prétentions de souveraineté vietnamiennes sur les îles.” (Foreign relations of the United States 1969-1976; Volume VIII; China 1973-1976: Document 66).
  • c) Aujourd’hui. Toutes proportions gardées, l’Histoire a déjà connu des dictatures ponctuellement puissantes en quête d’ “espace vital”. Le traité de Munich en 1938 a montré l’illusion qui consiste à acheter la paix à de tels régimes en abandonnant à leurs appétits des espaces souverains d’autres nations. Winston Churchill commentait ainsi ce genre d’abandon : “On nous a proposé la honte ou la guerre. Nous avons choisi la honte et nous avons eu la guerre”. Être neutre aujourd’hui, c’est faire respecter le droit international contre la politique de la canonnière. C’est aussi une façon de ne pas subir soi-même la loi du canon.
ngu_dan_VietTTXVN
Pêcheurs vietnamiens © TTXVN

4°) Les pêcheurs du Centre du Vietnam :

les droits de l’Homme s’arrêtent-ils où commence la mer ?

L’Histoire, c’est aussi la vie quotidienne des simples gens. Pour des dizaines de milliers de pêcheurs vietnamiens qui doivent aller gagner leur vie autour des îles Paracels, c’est une tragédie permanente car chaque sortie en mer peut être la dernière.

La plupart des informations concernant les agressions chinoises sur les pêcheurs sont de sources très officielles : Rapports du poste 328 des garde-côtes et du Comité populaire de district de Ly Son. Certaines informations proviennent aussi de journaux officiels vietnamiens (Tuoi Tre, Thanh Nien, Vietnam net, Phap luat, Dan tri, Saigon Tiep Thi, Lao Dong, et de la BBC). Ces statistiques sont cependant incomplètes car ces informations, jugées « sensibles » sont difficiles à obtenir de la part des autorités et les pêcheurs n’ont pas la liberté et l’organisation pour les communiquer. (Année 2008 par exemple.)

De 2002 à 2014, j’ai pu répertorier des centaines d’agressions. Environ 2000 pêcheurs en ont été victimes. 30 tués ou “disparus” par temps calme. 120 dont le chalutier a été éperonné et qui ont été sauvés in extremis. 500 emprisonnés sur l’île de Phu Lam de quelques jours à près de 2 mois et libérés contre rançon payée par la famille (7000 à 8000 USD). Matériel de pêche systématiquement détruit ou confisqué. Prise de pêche confisquée.

Voir en fin d’article le film documentaire “Hoang Sa Vietnam : La meurtrissure”. (film toujours interdit de projection au Vietnam).

Ces hommes et leurs familles sont les victimes d’une véritable politique terroriste qui vise à vider cette partie de la mer des pêcheurs vietnamiens absolument sans défense pour les remplacer par des pêcheurs chinois. Jusqu’ici les organisations internationales comme Amnesty international, interpellées pour réagir face à ces traitements inhumains, sont restées sans réaction. L’État du Vietnam non seulement ne protège toujours pas ses pêcheurs mais n’ose même pas les organiser pour faire un procès à la Chine devant le Tribunal international sur le droit à la mer…

Lyon, le 24 mai 2014

André Menras

Pour citer cet article :

Menras, André (30 mai 2014), « L’affaire de la plateforme de forage chinoise : une nouvelle avancée dans la stratégie d’expansion en “tâche d’huile” et en “coups de bélier” pour annexer la mer du Sud-Est asiatique », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15066 (Page consultée le …).

Laurent Gédéon : Mer de Chine méridionale – les racines géopolitiques de la crise

Atelier de réflexion : les enjeux de la crise sino-vietnamienne.

Samedi 24 mai 2014. ENS de Lyon

★ ★ ★

Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise

Par Laurent Gédéon

Institut d’Asie Orientale

UMR 5062 – CNRS – Ecole normale supérieure de Lyon

Le contexte

Le 2 mai 2014, la République populaire de Chine (RPC) a implanté une plateforme de forage en mer de Chine méridionale, dans un secteur revendiqué par le Vietnam. Cette implantation a été à l’origine d’une crise aigüe entre Hanoi et Pékin, marquée par des incidents maritimes entre navires des deux pays et des manifestations antichinoises au Vietnam, certaines accompagnées de graves violences à l’encontre d’usines et d’ouvriers chinois.

Cette rivalité prend sa source en mer de Chine méridionale (figure 1), un espace maritime qui présente trois caractéristiques géopolitiques majeures. La première est liée à sa centralité géographique qui en fait un point de jonction entre Asie du Sud-Est insulaire et Asie du Sud-Est « continentale ». La seconde se rapporte au fait que, dans une région où la plupart des conflits frontaliers terrestres ont été résolus (avec toutefois quelques exceptions telles celle du temple de Preah Vihear qui oppose le Cambodge à la Thaïlande ou encore celle de la province de Sabah, sujette à une rivalité entre la Malaisie et les Philippines), cet espace reste un lieu de rivalités et d’affrontement. Enfin, la mer de Chine méridionale est traversée par une des voies maritimes (Sea lane of communication) les plus importantes de la planète, véritable cordon ombilical entre l’Asie du Nord-Est et le Moyen-Orient ainsi que l’Europe.

schina_sea_88Figure 1 : la mer de Chine méridionale et les archipels contestés

Source : The University of Texas Librairies

La plateforme chinoise, appelée « Haiyang Shiyou-981 », a été implantée à 15 degrés, 29 minutes 58 secondes de latitude Nord et 111 degrés 12 minutes 06 secondes de longitude Est, soit légèrement au sud de l’île de Tri Tôn (située à 15 degrés, 47minutes et 0 secondes Nord et 111 degrés, 12 minutes et 0 secondes Est). Cet îlot fait partie de l’archipel des Paracels (Xisha – 西沙 pour les Chinois et Hoàng Sa pour les Vietnamiens), archipel qui comprend des récifs ainsi qu’une quinzaine d’îles, l’ensemble couvrant une superficie de près de 15 000 km². Il se situe à équidistance (environ 450 km) du Vietnam et de la Chine.

Cet archipel fait l’objet de revendications de la part de trois acteurs distincts : la République populaire de Chine, Taiwan et le Vietnam. Les revendications de ces pays sont similaires, chacun revendiquant la totalité du territoire. La souveraineté effective y est assurée par la RPC depuis le 20 janvier 1974, date de l’expulsion des soldats sud-vietnamiens qui y étaient présents par les troupes chinoises.

Toutefois et bien que centrale dans la crise actuelle, la question des Paracels ne saurait être séparée de celle de l’archipel des Spratleys et, partant, de la question de la mer de Chine méridionale dans son ensemble.

L’archipel des Spratleys ou Spratly (Nansha – 南沙 en chinois, ou encore Trường Sa en vietnamien) comprend une centaine d’îles réparties sur près de 160 000 km². Il se situe à environ 550 km du Vietnam et à près de 1 500 km des côtes chinoises.

La situation y est encore plus complexe et tendue que dans les Paracels puisque pas moins de six pays le revendiquent, en totalité pour ce qui est de la RPC, du Vietnam et de Taiwan et en partie en ce qui concerne les Philippines, la Malaisie et Brunei. Les revendications chinoises et vietnamiennes concurrencent, de ce fait, les ambitions croisées de trois autres pays de l’ASEAN (figure 2).

Afin de donner du poids à leurs revendications respectives et d’éviter un scénario « à la Paracels », les acteurs du conflit ont pratiqué la politique du fait accompli en occupant militairement la quasi-totalité des îlots. C’est ainsi que le Vietnam est présent sur 27 d’entre eux, les Philippines sur 9, la République populaire de Chine en occupe également 9, la Malaisie 3, quant à Taiwan, il n’en occupe qu’un, celui d’Itu Aba qui est aussi le plus étendu.

AFP_Mer-chine-meridionale

Figure 2 : Contentieux en mer de Chine méridionale

Source : Agence France Presse

Les enjeux

Les enjeux portant sur ces territoires insulaires sont divers mais ont peut globalement les réduire en trois catégories : enjeux politiques, enjeux économiques et enjeux géostratégiques.

Sur le plan politique, la question des archipels représente un indéniable enjeu interne pour les parties en présence, en particulier le Vietnam et la Chine car il permet de canaliser les dynamiques nationalistes dans un sens maîtrisé par les autorités. Les derniers événements survenus au Vietnam témoignent cependant du fait que des débordements sont toujours possibles avec des effets potentiellement beaucoup plus dévastateurs que prévu.

Les enjeux économiques, certainement les plus médiatisés, portent principalement sur les ressources halieutiques et les réserves en hydrocarbure de la région. Ils sont étroitement liés à la question de la définition de la zone économique exclusive (ZEE) des pays riverains dont le principe a été défini par la convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 (UNCLOS). Cette convention, également connue sous le nom de convention de Montego Bay, a été ratifiée par le Vietnam le 25 juillet 1994 et par la Chine le 7 juin 1996.

La ZEE, telle que définie par la convention, est large de 200 milles marins ; elle prolonge la mer territoriale (12 milles) ainsi que la zone contiguë (24 milles) (figure 3). On note que si les États ont juridiction sur cet espace, ils ne peuvent en principe, y entraver le passage des navires étrangers. Si la ZEE de chaque pays semble ainsi, de prime abord, clairement définie, la question du prolongement possible du plateau continental (jusqu’à 350 milles) apparaît comme un facteur de complexité voire de conflictualité supplémentaire. Ce dernier point est particulièrement vrai en ce qui concerne la partie ouest de la mer de Chine méridionale. Bien évidemment, ces différentes délimitations s’appliquent (avec certaines réserves) aux îles et îlots ce qui leur accorde une importance considérable et explique largement les rivalités intenses dont ils font l’objet.

Continental_shelf_definitionFigure 3 : les délimitations maritimes selon la convention de Montego Bay

Source : 2B1st Consulting

Il est cependant à noter que, pour la Chine, la question de la zone économique exclusive et celle du plateau continental ne se posent pas vraiment car elle revendique la totalité de la Mer de Chine Méridionale. L’espace maritime revendiqué par la RPC se superpose de ce fait aux ZEE des autres pays riverains et même, dans certains cas, à leurs mers territoriales. Il est délimité par la « ligne en neuf traits » (Nine Dash Line), également appelée « ligne en U » ou encore « langue de bœuf » (voir figure 1).

Outre les enjeux politiques et économiques, on peut identifier des enjeux stratégiques. Ces archipels exercent en effet plusieurs fonctions géostratégiques notamment celles de relais insulaire et de points de projection maritime. A ceci s’ajoute le fait que la mer de Chine méridionale représente le débouché est du détroit de Malacca, détroit dont l’importance géopolitique n’est plus à souligner et par lequel passe l’importante voie maritime internationale évoquée plus haut.

Les discours

L’analyse des discours émis par les acteurs montre qu’ils portent globalement sur trois registres :

Le registre de la légitimité historique. En effet, comme souvent dans les conflits d’antériorité, les acteurs cherchent à légitimer leur présence ou leurs revendications en s’appuyant sur des éléments historiques plus ou moins récents. Ces éléments sont fréquemment à l’origine des représentations les plus passionnées au sein des opinions publiques.

La légitimité juridique est également souvent invoquée en s’appuyant sur le droit international. La convention de Montego Bay apparaît à cet égard comme une référence incontournable notamment pour ce qui a trait à la définition de la ZEE de chaque État. Il faut cependant souligner que la Chine a établi son propre cadre juridique : c’est ainsi que les deux archipels des Paracels (Xisha) et des Spratly (Nansha) ont été intégrés administrativement à la province de Hainan le 13 avril 1988. L’Assemblée nationale de la RPC a ensuite voté une loi le 25 février 1992 plaçant les quatre cinquièmes de la mer de Chine méridionale sous la souveraineté de Pékin. Le texte réaffirme en outre l’appartenance au territoire chinois des cinq archipels des mers de Chine méridionale et orientale : Zhongsha (Macclesfield), Xisha, Nansha, Dongsha (Pratas) et Diaoyutai (Senkaku).

Cette position juridique chinoise est loin d’être simplement anecdotique. Même si cette décision est contestée par les acteurs régionaux, on ne peut que constater que la Chine monte régulièrement en puissance et devient, de ce fait, un acteur toujours plus agissant dans les relations internationales. Or ce sont ces acteurs qui pèsent sur l’évolution du droit international et c’est pourquoi la RPC peut tabler, à terme, sur une évolution du cadre juridique allant dans le sens de ses intérêts. Dans cette hypothèse, elle transformerait ainsi une situation de facto en situation de jure. C’est dans cette logique qu’il faut situer l’implantation des plateformes pétrolières chinoises, notamment celle de Haiyang Shiyou-981.

Bien évidemment, pour contrer une telle évolution, le Vietnam n’a de cesse, de manière inverse, de revendiquer ses droits sur la zone, y compris les Paracels dont il a été évincé depuis près de 40 ans.

Un dernier registre porte sur la légitimité géographique. Celle-ci est en effet parfois invoquée par les adversaires de la Chine pour lui dénier tout droit sur les Spratleys en raison de son éloignement considérable de l’archipel.

A ce stade et pour comprendre en profondeur les raisons de la conflictualité en mer de Chine méridionale, il est nécessaire de les rattacher à la question plus large de la stratégie maritime globale de la RPC.

La stratégie maritime chinoise

La montée en puissance économique de la Chine est inséparable de la dimension maritime. Le discours de Pékin est, à cet égard, dénué d’ambiguïté et lie étroitement sécurité nationale (notamment énergétique) et développement économique en particulier pour ce qui a trait à la sécurité énergétique. Or, il est clair que celle-ci nécessite la sécurisation des voies d’accès en particulier celle qui passe par la mer de Chine méridionale (figure 4). A ce facteur s’ajoute le fait que l’essentiel des importations et des exportations, vitales pour l’économie chinoise, s’effectue par voie maritime. La maîtrise des espaces marins, à tout le moins ceux par lesquels passent des routes maritimes stratégiques, apparaît donc fondamentale aux yeux de Pékin car elle garantit le maintien du développement économique du pays.

oil_trade_flows_map

Figure 4 : les flux d’hydrocarbures en mer de Chine méridionale

Source : US Energy Information Administration

Plus largement, il semble de plus en plus clair que la Chine ambitionne de développer progressivement son influence maritime. En témoigne la part du budget militaire allouée au développement de la marine chinoise, qui s’accroît d’année en année. Cette dynamique s’inscrit dans une volonté politique sur le long terme qui a été explicitée par Hu Jintao dans le rapport d’activité qu’il a présenté le 8 novembre 2012 à l’occasion du 18ème Congrès du PCC. Or, on mesure que la montée en puissance de ce nouvel acteur maritime ne peut que le faire entrer en concurrence, à terme, avec les autres puissances maritimes existantes à commencer par les États-Unis.

Compte tenu de ce qui précède, on comprend que, contrairement aux autres acteurs concernés par la dispute des Spartleys et des Paracels, la République populaire de Chine intègre cette question dans la rivalité beaucoup plus large qui l’oppose aux Etats-Unis. On peut donc poser comme hypothèse que la récente montée de la conflictualité autour de la plateforme pétrolière Haiyang Shiyou-981 viserait, au-delà du seul Vietnam, à adresser un message aux Américains et à renforcer la position de Pékin dans le bras-de-fer qui l’oppose à Washington au sujet des espaces maritimes limitrophes de la RPC (figure 5).

1042-MerChineMeridionale-655Figure 5 : les zones maritimes revendiquées par la PRC

Source : Courrier International

——————

Pour citer cet article :

Gédéon, Laurent (29 mai 2014), « Mer de Chine méridionale : les racines géopolitiques de la crise », Mémoires d’Indochine [carnet de recherche] : https://indomemoires.hypotheses.org/15040 (Page consultée le …).

China’s Oil Rig Gambit: South China Sea Game-Changer? – by Carl Thayer

[ndlr] Suite de l’affaire de la Plateforme chinoise illégale HD 981. Analyse de l’expert australien Carl Thayer à lire sur The Diplomat.

HD981
© 2014 Thanh Niên

* * *

China’s Oil Rig Gambit: South China Sea Game-Changer?

China’s placement of a state-owned oil rig in the South China Sea was unexpected, provocative and illegal.

China’s placement of the giant state-owned oil rig HD-981 in Block 143 inside Vietnam’s Exclusive Economic Zone (EEZ) on May 2 was unexpected, provocative and illegal.

This incident marks the first time China has placed one of its oil rigs in the EEZ of another state without prior permission. This was an unexpected move because China-Vietnam relations have been on an upward trajectory since the visit to Hanoi by Premier Li Keqiang in October. At that time, both sides indicated they had reached agreement to carry forward discussions on maritime issues. China’s move was also unexpected because Vietnam has not undertaken any discernible provocative action that would justify China’s unprecedented actions.

China’s deployment of the rig was provocative because the oil rig was accompanied by as many as 80 ships, including seven People’s Liberation Army Navy warships. When Vietnam dispatched Coast Guard vessels to defend its sovereign jurisdiction, China responded by ordering its ships to use water cannons and to deliberately ram the Vietnamese vessels. These actions were not only highly dangerous, but caused injuries to the Vietnamese crew.

Read more : The Diplomat, 12/05/2014.

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters? – by Ankit Panda

[ndlr] Article de Ankit Panda publié dans The Diplomat d’aujourd’hui. Analyse des raisons qui ont poussé la Chine populaire à forer dans les eaux vietnamiennes. Pourquoi maintenant et pourquoi le Vietnam ? L’article est suivi de l’analyse lucide et détaillée du Viêt-Nam sur cette question (première partie de l’émission). Rappel des faits et du contexte international particulier, offrant l’occasion pour la Chine de tenter de modifier les rapports de force dans la région et d’affirmer son autorité sur les eaux contestées.

Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamienne au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri
Navire de la Garde côtière chinoise attaquant un navire vietnamien au canon à eau au large de la plate-forme HD 981 © 2014 Dan Tri

Why Did China Set Up an Oil Rig Within Vietnamese Waters?

Why now and why Vietnam?

The who, what, where, when and how of China’s HD-981 oil rig foray into Vietnamese waters have been addressed comprehensively, both by commentators here at The Diplomat and elsewhere. The enduring question, as with many of China’s provocative actions in the Asia-Pacific, remains why? The opacity of China’s internal decision-making processes makes it rather difficult to conclusively answer that question, but a good amount of evidence suggests that the oil rig crisis with Vietnam was manufactured to test the mettle of ASEAN states and the United States. It gives Beijing an opportunity to gauge the international response to China asserting its maritime territorial claims.

As Carl Thayer points out on this blog and M. Taylor Fravel said in an interview with The New York Times, the China National Offshore Oil Company’s decision to move oil rig HD-981 was a premeditated move of territorial assertion. CNOOC may be a state-owned enterprise but the decision to move this $1 billion asset into an area with questionable hydrocarbon reserves while also inciting a diplomatic crisis speaks to the planned, political nature of this move. The fact that approximately 80 PLAN and Chinese coast guard ships accompanied the rig reinforces the notion that China was making a strategic push to assert its territorial claims in the region.

Read more : The Diplomat, 13/05/2014.

* * *

L’analyse vietnamienne

Trung Quốc dùng giàn khoan 981 để thay đổi hiện trạng Biển Đông

Source : Clip VN