Archives par mot-clé : mémoires

S.M. Bảo Đại : Le dragon d’Annam – Mémoires du dernier empereur du Viêt-Nam, extraits [1980]

S.M. Bao Dai, Le dragon d’Annam, Paris, Plon, 1980, 382 p. (présentation du dos de couverture)

Cloîtré dans l’enceinte de la Cité interdite pendant les neuf premières années de sa vie, le futur empereur Bao-Daï reçoit la formation rigide d’un prince asiatique que le destin a désigné pour le trône. Les préceptes de Confucius, le rituel des cérémonies dont il sera le Pontife suprême constituent ses seules études, accomplies dans la méditation et l’isolement d’un palais oriental.

Il passe les neuf années suivantes dans le Paris de « l’après guerre », découvre l’Occident, dévore notre littérature classique et contemporaine, suit les cours de Sciences Po, se passionne pour le sport.

A moins de vingt ans il monte sur le trône d’Annam. Il est le « Fils du Ciel », à la fois dieu et homme, père et mère d’un peuple fin, spirituel, travailleur, héritier d’une très vieille civilisation qui, dans le respect de la tradition, anime une société remarquablement organisée autour de la famille, du village et de l’empereur. Il choisit alors pour nom de règne : Bao-Daï, « le protecteur de la grandeur ».

L’indépendance et l’unité du Vietnam conditionnent cette grandeur. L’empereur Bao-Daï va en poursuivre la réalisation…

En ce XXe siècle finissant, alors que tout le monde angoissé attend de la confrontation entre l’Orient et l’Occident l’enfantement d’une ère nouvelle. S.M. Bao-Daï porte en lui au plus haut degré l’empreinte de cette rencontre. Le même drame se joue à travers son expérience exceptionnelle, comme dans les déchirements et l’holocauste d’un peuple auquel il n’a cessé de porter l’affection d’un père, partageant ses misères et son exil. Un drame dont la scène risque de s’étendre au monde tout entier.

Après 25 ans de silence et de réflexion, aujourd’hui, S.M. Bao-Daï a décidé de parler.

* * *

Le site Belle Indochine a mis en ligne les extraits qui suivent :

[présentation de Belle Indochine] Livre introuvable aujourd’hui, La Dragon d’Annam a été publié en 1989. C’est un éclairage intéressant sur la vie et surtout la personnalité de Bao Dai. Son enfance dans la solitude du Palais, ses études en France où il découvre notamment le sport, la mort de son père (l’Empereur Khai Dinh), le poids des responsabilités alors qu’il n’est pas encore adulte.

On y découvre surtout son regard critique sur les français, qui l’empêchent de gouverner comme il le souhaiterait. Il ne désire qu’une chose, finalement, c’est le départ de la France et l’indépendance de son pays. Les Japonais lui en donneront l’occasion, qu’il n’hésitera pas à saisir.

C’est enfin l’histoire rocambolesque de l’abdication, en réponse au “Comité Populaire de Hanoi”. Il ne sait pas qui ils sont, mais il va quand même leur apporter sur un plateau son soutien ! Il faut lire ces pages étonnantes…

Quelques dates :

– né le 22 octobre 1913, décédé le 31 juillet 1997,

– intronisé le 8 janvier 1926, à l’âge de 12 ans,

– retour dans son pays en septembre 1932,

– épouse en 1934 Nam Phuong,

– 11 mars 1945, donne lecture d’un acte d’indépendance du Tonkin et de l’Annam ; Le 14 avril, il annonce l’annexion de la Cochinchine. C’est la réunification du Vietnam.

 

* * *

Extraits

[les passages en italique sont de Belle Indochine]

Éducation

“Tous les jours mon précepteur, un mandarin lettré venait m’enseigner, à travers les entretiens de Confucius, les devoirs et charges du Prince. Pendant 4 ans, j’ai ainsi vécu seul, prenant mes repas seul, au rythme d’un programme immuable ou chaque journée était identique à la précédente.

Une à deux fois par mois, j’étais autorisé à assister à repas que prenait mon père [l’empereur Khai Dinh]. Plus rarement, alors qu’il se rendait à la Résidence Supérieure, il m’emmenait avec lui. J’avais le loisir de m’amuser avec les enfants du Résident Pasquier, qui parlaient couramment  la langue vietnamienne.

Pendant cette période, je n’ai jamais eu de jouet.”

“D’ailleurs, contempler la nature, ainsi que je le faisais tous les jours, c’est jouer avec l’univers tout entier. Comme mes études, mes jeux étaient graves, emprunts de respects pour l’ordre établi.

Parfois, à l’occasion d’anniversaires, je pouvais me rendre au palais des reines, situé de l’autre coté que celui de l’empereur, et bordé d’un mur aveugle. Chaque épouse royale y disposait d’un appartement royal. L’impératrice douairière y occupait la 1ère place. Dans ces occasions, j’allais la saluer suivant un cérémonial très strict, ne lui parlant qu’à genoux, alors qu’elle se tenait quasiment invisible derrière un rideau de fin bambous. Le palais des femmes comptait encore quelques eunuques, et de nombreuses servantes, chaque épouse royale disposant d’un nombre de domestique proportionnel au rang qui lui était attribué. Ces servantes me préparaient de somptueuses collations qui faisaient diversions dans la nourriture assez spartiate que l’on me servait tous les jours. […]

Certes, ce régime d’où tous les exercices physiques étaient proscrits, n’était guère sain pour un jeune enfant. Il explique d’ailleurs à lui seul la mortalité précoce d’un grand nombre de princes. Mon grand père est mort à 25 ans, son frère à 14 ans. A 9 ans, je pesais à peine plus de 20 kilos.”

Intronisation

“Un soir de novembre 1925, M. Charles m’attend à la sortie des cours.

Mon cher Vinh, j’ai une nouvelle bien triste à vous annoncer. L’empereur Khai Dinh est mort avant hier  [25 novembre 1925]. Vous allez partir pour assurer la succession de votre père. […]

J’avais 12 ans.

“Nous arrivons à Hué à la fin du mois de décembre. Mon caractère s’est affermi mais je suis préoccupé par la succession. Avant de mourir, mon père a exprimé sa volonté de me voir poursuivre mes études en Europe. Les autorités française consultés par la cours de hué ont donné leur accord. Le Conseil d’État ou secret a donc nommé un régent qui exercera le pouvoir jusqu’à mon retour. […]

Quelques jours après que furent prises ces dispositions, le 8 janvier 1926, à la date fixée par les astrologues comme la plus favorable ont lieu mon couronnement.

La veille, je me suis rendu dans le palais de Can Chanh, pour y recevoir les ornements royaux. On m’a revêtu de la propre tenue de l’Empereur Gia Long, fondateur de notre dynastie. Cette tenue est précieusement conservée comme une relique et ne sert que pour les cérémonies de couronnement. Tunique jaune, décorée de broderie d’or, avec les bottes assortis, chaussures en forme de cothurnes à semelle épaisse dont la pointe se relève, puis la coiffure, sorte de tiare à fonds de crin, ornée de broderie et de pierres précieuses.

L’un des 4 membres du Comat m’a alors remis la plaque d’or, “ordre royal”, qui est accroché au coté droit de la tunique, un très haut mandarin m’a présenté, de la part de la Cour, le Livre d’Or, ouvert au commencement de chaque règne, sur lequel sera inscrit le nom que je porterai dorénavant : Bao Dai, qui signifie “le protecteur de la grandeur”.”

Retour en Annam

Quelques années plus tard, en 1932, Bao Dai rentre dans son pays. Il se pose alors la question de son rôle :

“Quels seront mes prérogatives ?

Après la mort de Khai Dinh en 1926, une convention a été passée avec la France, à la suite de laquelle le conseil se plaça sous la présidence du Résident Supérieur, à qui nous rendons compte et présentons nos propositions”.

Les décisions sont prises par le Résident Supérieur et son cabinet, en particulier pour tout ce qui concerne le budget.

– personne ne m’a jamais parlé de cette convention. Si j’avais été mis au courant, je ne l’aurai jamais acceptée.

– Sire, elle a été signée par le Conseil de Régence. Pratiquement, elle a transféré au Résident Supérieur les dernières attributions du Gouvernement Impérial aux plans politiques et judiciaires. Pour le Tonkin, c’est la Résident Supérieur du Tonkin qui exerce désormais les prérogatives de vice roi.”

Voyage organisé au Tonkin

Il a alors 19 ans. Un voyage est organisé peu après son retour au Tonkin, pour faire visiter à l’Empereur une région qu’il n’a jamais vue. Des réceptions sont organisées à Hanoi. Visite des mines de Hon Gai. 

“Pour moi, ce sont les français qui me font découvrir mon pays et, au cours de ce voyage, je fais un peu figure de vassal de la France. […]  Ce voyage m’a incontestablement révélé une nouvelle dimension de mon pays. Les possibilités industrielles du Tonkin devraient faciliter son accession au rang des nations modernes. [..] Je n’en reviens pas moins assez déçu de ce séjour. En effet, j’ai encore mieux ressenti à Hanoi, où j’ai étais reçu en invité alors que j’étais chez moi,  combien est infime le rôle qu’on attend de moi. Tout ce qui concerne, en fait, la vie quotidienne, l’avenir de mon pays et de mon peuple m’est interdit. Je ne suis plus qu’un personnage de théâtre qui apparaît de temps en temps sur la scène mais qui ne mène pas le jeu.”

Tentative de réformes

“Le 10 septembre 1932, je fis publier une ordonnance dans laquelle je déclarais ma volonté de gouverner avec le concours du peuple, sous la forme d’une monarchie constitutionnelle, et de réformer tout ce qui avait besoin de l’être : le corps mandarinal, l’enseignement et la justice.

Cette déclaration obtint un très grand succès dans la population, notamment dans la jeunesse vietnamienne qui attendait un changement. […]

L’avenir se présentait sous d’heureux auspices. Je savais qu’il ne fallait rien brusquer si je ne voulais pas subir le sort de certains de mes prédécesseurs. […]

C’était mal connaître l’administration française, ce que l’on appelait “les services civils”. Appuyés par les milieux nationalistes, ils opposèrent aussitôt une sourde résistance à toutes tentatives de réformes. Pourtant celles-ci étaient indispensables. Il faut savoir qu’à cette époque, si un Annamite était admis à égalité de titres dans les cadres de l’Administration, comme les français, il était loin de percevoir le même traitement. Ainsi, un gouverneur de grande province […] gagnait moins qu’un simple agent de police européen engagé à Hanoi. Dans ces conditions, il était inévitable que pour tenir leur rang et ne pas perdre la face,  certains mandarins fussent pousser à abuser de leur situation auprès du peuple. […] Elles avaient aussi une autre conséquence, non moins grave : elles provoquaient le découragement des meilleurs éléments […].

Une lutte pied à pied s’engagea pour tenter de reprendre quelque unes des décisions qui avaient pratiquement vidé le traité de protectorat de son contenu. L’administration fut la plus forte, et toute tentative fut paralysée.”

Au bout de quelques mois, les deux proches collaborateurs engagés par Bao Dai présentèrent leur démission, faute de pouvoir de réformer quoique ce soit.

Déception confirmée

“Vous m’avez dit que mon père était revenu très déçu de son voyage en France de 1922. Maintenant, au bout de 18 mois de présence ici, j’éprouve la même déception. De  ses conversations à Paris, mon père avait espéré obtenir le retour au régime réel du protectorat. Moi, j’ai cru pouvoir réaliser des réformes qui auraient abouti au même résultat. Tout a été vain. J’en arrive à penser que les nationalistes ont raison.[..] Malraux disait: “il est difficile de concevoir qu’un annamite courageux soit autre chose qu’un révolutionnaire”.

La 2ème guerre mondiale

“Contrairement à ce qu’on a pu croire, la défaite de la France en juin 1940 n’a pas provoqué au Vietnam un relâchement des liens qui existaient entre les deux pays. En réalité, le peuple vietnamien éprouvait une grande compassion à l’égard des malheurs qui frappaient la nation protectrice et la population n’a peut être jamais été aussi proche de la Communauté française qu’à cette époque là. Ainsi, lorsqu’il fut fait appel à elle, répondit elle avec générosité à toutes les collectes organisées par le Secours National. Sans doute y avait il dans cette attitude du peuple vietnamien l’espoir que plus tard la France, en retour, accomplirait un geste en faveur du Vietnam et de son indépendance.”

Coup de force des Japonais

L’ambassadeur du Japon en Indochine s’entretient, le 9 mars 1945, avec l’Empereur :

“Le Japon a été contraint de prendre les affaires en main en Indochine en raison des activités subversives de la résistance française. Celle ci recevait des armes et avait l’intention de gêner les mouvements de notre armée”. L’ambassadeur précise “Nous voulons redonner l’Asie aux Asiatiques”.

Puis l’ambassadeur ajoute : ” Je suis chargé de remettre à votre majesté l’indépendance du Vietnam”. […]

“Puis je donc laisser passer la proposition qui nous est offerte ? L’indépendance, c’est le rêve de tous les vietnamiens !” En toute connaissance de cause, je prends ma décision : il faut savoir saisir l’occasion tout en essayant de réduire au minimum les exigences et les ingérences”.

 L’indépendance est donc proclamée le 12 mars 1945.

A l’issue du cessez le feu des Japonais :

“Je suis moi même profondément ému. L’œuvre que mes ancêtres n’avaient pas pu faire aboutir, je l’ai conduite à son terme. Le Vietnam est réunifié et indépendant”. Les souffrances endurées par mon peuple n’ont pas été vaines.”

Il écrit à de Gaulle :

“Vous avez trop souffert pendant 4 ans pour ne pas comprendre que le peuple vietnamiens qui a 20 siècles d’histoire et un passé souvent glorieux ne veut plus, ne peut plus supporter aucune domination, ni aucune administration étrangère.”

Abdication  

“Devant la volonté  unanime du peuple vietnamien prêt à tous les sacrifices pour sauvegarder l’indépendance nationale, nous prions respectueusement votre majesté de bien vouloir accomplir un geste historique en remettant ses pouvoirs”. Signé : le comité de patriotes représentant tous les partis et toutes les couches de la population.

Ils veulent une révolution, je vais la faire mais sans verser le sang, par une évolution politique. Si l’on tient compte de l’histoire des peuples, il n’y a qu’une seule solution : mon départ.”

Ceux qui l’ont rédigé sont des patriotes qui veulent comme moi l’indépendance et l’unité du Vietnam. Il ne aucune idée de qui se cache derrière les signataires. “Ils ont des contacts, des moyens, des armes ; je n’ai rien”.

Bao Dai est d’accord pour abdiquer. Mais à qui renvoyer la réponse ? Qui est ce fameux “comité de patriotes” ? Les conseillers se renseignent, mais reviennent bredouille.

“Alors je lance un message dans le vide, comme une bouteille à la mer. Par télégraphe, je m’adresse au “Comité des patriotes” à Hanoi.

“Répondant à votre appel, je suis prêt à m’effacer. A cette heure décisive de l’histoire  nationale, l’union signifie la vie, et la division la mort. Je suis prêt à tous les sacrifices pour que cette union puisse se réaliser et demande aux chefs de votre Comité de venir le plus tôt possible à Hué pour le transfert des pouvoirs”.

“Leur incontestable succès n’est il pas le signe qu’ils ont reçu mandat du ciel ?”

“Indépendance pour la patrie, Bonheur pour le peuple. Pour ces 8 mots et pendant 80 ans, tant de nos frères et de nos sœurs ont sacrifié leur vie dans la jungle, les forêts et les prisons que, comparer aux sacrifices de ces milliers de héros et d’héroïnes, mon abdication n’est qu’une très petite chose.”

“Enfin libre !”

“Maintenant, il fait que le peuple se serre les coudes autour d’une équipe apparemment plus capable que moi de réaliser l’indépendance.”

Quelques heures après, suite  à la déclaration d’indépendance du Vietminh, il déclare :

“Cette proclamation comporte un réquisitoire contre le colonialisme française dont la violence me surprend…”

 Le 31 juillet 1997, le dernier Empereur du Vietnam meurt à Paris. Il est enterré au cimetière de Passy. Il faudra néanmoins attendre le 20 mai 2006, soit presque 10 ans, pour que le dernier Empereur ait droit à un monument funéraire au lieu d’une simple plaque de béton…

Source : Belle Indochine

Pierre Nora : L’avènement mondial de la mémoire [2002]

© 2012 Minh Hoang

[ndlr] Pour nourrir la discussion au sein du séminaire “Mémoires d’Indochine”, nous reproduisons ci-dessous un texte important de Pierre Nora publié il y a dix ans dans lequel il analyse l’émergence d’une mondialisation de la mémoire et l’apparition “de règlements de compte avec le passé”. Il s’attache à décrypter le cas de la France en soulignant la date clé de 1975 à partir de laquelle la “collectivité-mémoire” prend fin. C’est l’émergence de nouveaux enjeux mémoriels, d’une mémoire éclatée, morcelée, recomposée, identitaire. L’époque où l’on “pouvait imaginer l’avenir comme une forme de restauration du passé, comme une forme de progrès, ou comme une forme de révolution” a laissé places aux incertitudes et au retour sur soi. Diverses formes de poussées mémorielles se développent comme l’affirmation des mémoires minoritaires qui interviennent dans la construction de l’histoire, au risque de devenir envahissantes et de “déposséder l’historien du monopole de l’interprétation du passé”.

 * * *

Nous vivons l’avènement mondial de la mémoire. Depuis vingt ou vingt-cinq ans, tous les pays, tous les groupes, sociaux, ethniques, familiaux, ont été amenés à connaître un profond changement du rapport traditionnel qu’ils entretenaient avec le passé.

Ce changement a pris des formes multiples : critique des versions officielles de l’histoire et remontées du refoulé historique ; revendication des traces d’un passé aboli ou confisqué; culte des racines (roots) et développement des recherches généalogiques; effervescence commémorative en tout genre ; règlements judiciaires du passé; multiplication des musées de toute nature ; recrudescence de sensibilité à la détention et à l’ouverture des archives à la consultation ; attachement renouvelé à ce que les Anglo-saxons appellent ” héritage ” et les Français “patrimoine”. Quelle que soit la combinaison de ces éléments, c’est comme une vague de fond mémorielle qui a déferlé sur le monde et qui a lié partout très étroitement la fidélité au passé – réel ou imaginé – au sentiment d’appartenance, la conscience collective et la conscience individuelle de soi, la mémoire et l’identité.

La France a peut-être été la première à entrer dans cet âge d’une mémoire passionnelle, conflictuelle, presque obsessionnelle. Puis il y a eu, après la chute du mur et la disparition de l’Union soviétique, la “mémoire retrouvée” de l’Europe de l’Est. Puis il y a eu, avec la chute des dictatures de l’Amérique latine, avec la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud et la Truth and reconciliation commission, les marques d’une véritable mondialisation de la mémoire et l’apparition de formes très diverses, mais comparables, de règlement de compte avec le passé. Cette spécificité de la France que je voudrais pour commencer mettre en relief, tient à la rencontre, purement conjoncturelle, au milieu des années soixante-dix, des trois phénomènes majeurs, apparemment indépendants les uns des autres, mais qui sont venus combiner leurs effets pour précipiter la France d’une conscience historique de soi dans une conscience mémorielle. En serrant même un peu la chronologie, on pourrait soutenir que 1975 est l’année repère où se croisent le plus visiblement les contrecoups de la crise économique, les retombées de l’après-de Gaulle et l’exténuation de l’idée révolutionnaire.

La crise économique, déclenchée en 1974 par l’augmentation brutale du prix du pétrole, est, elle aussi, à l’échelle mondiale de tous les pays industrialisés. Mais la France l’a ressentie avec une acuité d’autant plus vive que la crise mettait fin à une trentaine d’années de croissance accélérée, d’industrialisation et d’urbanisation intensives qui, dans leur élan, avaient emporté brutalement tout un ensemble de traditions, de paysages, de métiers, coutumes, styles de vie demeurés, en France, inchangés depuis plus longtemps que dans tout autre pays industriel voisin. C’est au retournement de la croissance que la France a pris soudain la mesure non seulement des dégâts du progrès, mais de l’arrachement définitif à ce qui était resté, jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, sa base et son fondement ; en particulier la profonde, la millénaire stabilité de son assise rurale.

La fin des paysans avait été décrite par les sociologues et les historiens depuis quinze ans, mais, soudain, elle devient presque charnellement sensible, et douloureuse comme une amputation : c’est la fin de la “collectivité-mémoire” par excellence. 1975 est précisément l’année où le taux de la population active engagée dans l’agriculture tombe au-dessous de 10 %, seuil fatidique ; il était encore de près de la moitié au lendemain de la guerre. C’est l’année même où, avec le succès inattendu et foudroyant de livres comme Le Cheval d’orgueil, de Pierre-Jakez Hélias, chronique d’un village breton traditionnel, et Montaillou, village occitan, d’Emmanuel Le Roy Ladurie, de l’ Histoire rurale dirigée par Georges Duby et Armand Wallon, l’évidence s’impose d’une “mémoire rurale” qui ne vit plus que de son évocation sensible ou savante. La fin du rural, accompagnée bientôt de la fin de la messe en latin, c’est véritablement la rupture du lien ombilical qui rattachait encore la France à ce que l’historien Jacques Le Goff a appelé son long, très long Moyen Âge – et qui allait favoriser dans le grand public le succès grandissant que le Moyen Âge et ses monuments n’ont plus cessé de connaître depuis.

Ce réenracinement lointain de l’imaginaire, il n’est d’ailleurs pas interdit de penser que l’a renforcé l’accession, précisément en 1974, de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République. Quel type de France profonde incarnait ce jeune et brillant économiste de la grande bourgeoisie, Européen de coeur, partisan d’une “décrispation” de la vie politique, et qui annonçait son septennat sous le signe du “changement”, c’est-à-dire de la modernisation ? Il est probable que les débuts fringants de la nouvelle présidence, d’allure si délibérément technocratique et parisienne, ne sont pas étrangers à cette plongée dans les profondeurs perdues et retrouvées où les Français se sont allègrement engouffrés, et dont les remontées allaient apparaître en surface, à la surprise générale, en 1980, lors de l’année que le président de la République lui-même avait proposé de consacrer au Patrimoine.

D’autant que l’arrivée de Giscard d’Estaing, en marquant dans tous les domaines une nette rupture avec la tradition gaulliste, a certainement contribué à exalter les effets de l’après-de Gaulle, second phénomène de grande ampleur. Effets nombreux, aussi puissants qu’insidieux, loin encore d’avoir été explorés comme ils le mériteraient. Sur la réinterprétation du passé national, ils se sont traduits – pour les distinguer schématiquement – selon trois longueurs d’ondes.

À court terme, la mort du Libérateur, en novembre 1970, a immédiatement déclenché la fin du monopole de la version “résistantialiste” de la guerre imposée dès la libération de Paris par le général de Gaulle, selon laquelle tous les Français, à l’exception d’une poignée de traîtres et d’égarés, se seraient dressés contre l’occupation allemande. Trois signes sont généralement rapprochés, qui marquent les débuts de la remontée du souvenir noir de la France vichyste devenue, avec le temps, “ce passé qui ne passe pas”: les réactions indignées des associations de Résistants à la grâce accordée par le président Pompidou au milicien Touvier (1971), le film (interdit de diffusion) de Marcel Ophüls, Le Chagrin et la Pitié (1972), qui présentait une France peu héroïque, et la traduction en français du livre de Robert Paxton, La France de Vichy (1973), qui tranchait avec l’historiographie officielle.

À plus long terme, le post-gaullisme a représenté la reprise d’un passé plus profond. Au vu de la survie des institutions de la cinquième République, que l’on avait d’abord cru taillées sur mesure pour le Général, et quand François Mitterrand, leur plus grand adversaire quand il était dans l’opposition, les a adoptées sitôt son arrivée au pouvoir, le pressentiment s’est confirmé que le général de Gaulle avait gagné son pari historique, le rééquilibrage des institutions que la chute de la monarchie absolue avait altérées depuis la Révolution. Un pressentiment que François Furet, par exemple, traduisait en 1978 par la fameuse formule de son livre Penser la Révolution française : “La Révolution française est terminée.” Du même coup, c’était les deux siècles derniers qui se trouvaient réinsérés dans la longue durée et la continuité de l’État-nation. Une réévaluation positive s’amorçait de tout le passé monarchique et, contre toute attente, l’improbable millénaire d’Hugues Capet, en 1987, avant le quinze centième anniversaire de Clovis, en 1996, allait se révéler un succès populaire sur le thème : la France a mille ans!

Plus généralement encore, la montée au zénith de la dernière des grandes figures de la nation a valu rafraîchissement de la galerie tout entière. L’on ne peut pas ne pas mettre en rapport la revalorisation du “grand homme” avec le retour à la biographie historique, genre florissant ces dernières années après un long ostracisme ; et plus profondément encore, avec une sensibilité renouvelée des Français à “une certaine idée de la France”: non plus seulement son histoire, mais ses paysages, sa cuisine, ses terroirs et ses traditions. Une sensibilité qui expliquait à coup sûr la montée en flèche de l’extrême droite et du Front national de Jean-Marie Le Pen, mais qui s’exprimait aussi à gauche par une relégitimation du souci de la Nation, réalité sur laquelle on se plaisait à souligner, à la faveur du déclin de l’idée révolutionnaire, que le marxisme avait échoué.

C’est là le troisième phénomène, moins saisissable, mais d’importance peut-être plus grande encore, qui a puissamment contribué à remodeler l’attitude des Français à l’égard de leur propre passé. L’effondrement intellectuel du marxisme, le discrédit radical de l’Union soviétique, le déclin rapide du parti communiste qui mobilisait encore quelques années auparavant jusqu’au quart du corps électoral, la chute de son rayonnement sur une grande partie de l’intelligentsia française sont des faits majeurs de ces années-là. Pour compléter le tableau, 1975 est encore l’année qui voit l’énorme succès de la traduction de l’Archipel du Goulag, d’Alexandre Soljénitsyne. Ici aussi, le phénomène dépasse de beaucoup le cadre national, mais l’existence d’un parti communiste fort et profondément stalinisé lui a donné un relief intense. Dans un pays comme la France, la patrie des révolutions depuis 1789, la fin de l’idée révolutionnaire, qui avait été le plus puissant vecteur de l’orientation du temps historique vers l’avenir, ne pouvait qu’entraîner une rapide transformation du sentiment du passé. Dans une conception du temps de type révolutionnaire, on sait ce qu’il faut retenir du passé pour préparer l’avenir ; on sait aussi ce qu’il faut en supprimer, en oublier, en détruire au besoin. Le temps historique est habité par une volonté de rupture. La dévalorisation d’une idée de la rupture a redonné une légitimité à l’idée de la tradition. Non une tradition dont nous serions les héritiers et les continuateurs, mais une tradition dont nous serions en fait à jamais séparés, et devenue, de ce fait, précieuse, mystérieuse, douée d’un sens incertain qu’il nous appartenait de lui retrouver. La montée en flèche du culte du patrimoine en ces mêmes années n’a pas d’autre raison. C’est là son secret : la disparition d’un temps historique orienté par l’idée révolutionnaire a rendu le passé à sa liberté, à son indétermination, à son poids de présence, matériel comme immatériel.

Ces trois grands phénomènes, les plus actifs et les premiers peut-être, mais loin d’être les seuls, sont entrés soudain en résonance pour promouvoir l’idée d’une “mémoire” nationale. Une idée neuve et qui ne date donc que d’une trentaine d’années, mais qui n’a fait, depuis, que croître et embellir. Ce mouvement de la mémoire, que j’ai proposé d’appeler “l’ère de la commémoration” est si général, si profond, si puissant, qu’il vaut peut-être la peine de s’interroger ,- même au risque d’en rester aux généralités ou aux trivialités-, sur ses raisons. L’avènement de la mémoire est au croisement, me semble-t-il, de deux grands phénomènes historiques qui donnent leur marque à l’époque : un phénomène temporel et un phénomène social. C’est sur eux que je voudrais insister et que je voudrais soumettre ici à la discussion.

Le premier tient à ce qu’il est convenu d’appeler “l’accélération de l’histoire”. La formule, lancée par Daniel Halévy, signifie en clair que le phénomène le plus continu et permanent n’est plus la permanence et la continuité, mais le changement. Et un changement de plus en plus rapide, le basculement accéléré de toute chose dans un passé qui s’éloigne de plus en plus vite. Il faut prendre la mesure de ce renversement pour l’organisation de la mémoire. Elles sont capitales. Ce renversement a brisé l’unité du temps historique, la belle et simple linéarité, qui unissait au passé le présent et l’avenir.

C’était en effet l’idée qu’une société quelconque, nation, groupe, famille se faisait de son avenir qui lui dictait ce qu’elle devait retenir du passé pour préparer cet avenir et qui donnait ainsi son sens au présent, qui n’était qu’un trait d’union. Pour dire les choses un peu schématiquement, l’avenir pouvait se déchiffrer selon trois figures, qui commandaient elles-mêmes le visage du passé. On pouvait imaginer l’avenir comme une forme de restauration du passé, comme une forme de progrès, ou comme une forme de révolution. On est revenu aujourd’hui de ces trois schémas d’intelligibilité qui permettaient l’organisation d’une “histoire”. Une incertitude absolue pèse désormais sur ce que sera l’avenir. Et cette incertitude fait au présent – qui dispose, précisément, de moyens techniques de conservation sans précédent – une obligation de se souvenir. Nous ne savons pas ce que nos descendants auront besoin de savoir de nous pour se comprendre eux-mêmes. Et cette incapacité d’anticipation de l’avenir nous fait en retour une obligation d’accumuler religieusement, d’une manière un peu indifférenciée, toutes les traces visibles et tous les signes matériels qui témoigneront (peut-être) de ce que nous sommes ou auront été. En d’autres termes, c’est la fin de toute espèce de téléologie de l’histoire – la fin d’une histoire dont on connaît la fin – qui charge le présent de cet impérieux “devoir de mémoire” dont on nous parle tant. À la différence de notre ami Paul Ricoeur, qui prend ses distances avec cette formule éculée et lui préfère l’expression “travail de mémoire”, je l’accepte pour ma part, mais à condition de lui donner un sens beaucoup plus général que celui qui lui est généralement accordé : un sens beaucoup plus dilaté, mécanique, matériel, patrimonial que le sens moral habituel. Un sens qui n’est pas lié à la dette, mais à la perte, ce qui est tout différent.

Car cette “accélération de l’histoire” a pour effet brutal, symétrique de l’avenir, de mettre tout le passé à distance, – nous en sommes coupés. Il est, selon la formule célèbre d’un historien démographe anglais, “The world we have lost”. Nous ne l’habitons plus, il ne nous parle que par traces interposées, des traces d’ailleurs devenues mystérieuses et que nous devons interroger, puisqu’elles détiennent précisément le secret de ce que nous sommes, notre “identité”. Nous ne sommes plus de plain-pied avec ce passé. Nous ne pouvons le retrouver que par une opération de reconstruction documentaire, archivistique, monumentale, qui fait de la “mémoire” – une mémoire elle-même construite -, le nom actuel de ce que l’on appelait autrefois simplement “histoire”. Il y a là un très profond et dangereux renversement du sens des mots qui exprime, lui aussi, l’esprit de l’époque. “Mémoire” a pris un sens si général et si envahissant qu’il tend à remplacer purement et simplement le mot “histoire”, et à mettre la pratique de l’histoire au service de la mémoire.

Ainsi “l’accélération de l’histoire” a-t-elle pour me résumer deux effets de mémoire:

– d’une part un effet d’accumulation, lié au sentiment de la perte et qui est responsable du gonflement de la fonction de mémoire, de l’hypertrophie des institutions et des instruments de mémoire : musées, archives, bibliothèques, collections, numérisation des stocks, banques de donnés, chronologies etc.

– et d’autre part, entre un avenir imprévisible et un passé rendu à son obscurité, à son opacité, l’autonomisation du présent, l’émergence du présent comme catégorie d’intelligibilité de nous-mêmes, mais un présent déjà historique, doublé d’une conscience de lui-même et de sa vérité. C’est l’explosion de la continuité historique et temporelle qui donne, à mon avis, à la mémoire toute son actualité : le passé n’est plus la garantie de l’avenir, là est la raison principale de la promotion de la mémoire comme agent dynamique et promesse de continuité. Il y avait autrefois une solidarité du passé et de l’avenir, dont le présent n’était que le trait d’union. Il y a aujourd’hui une solidarité entre le présent et la mémoire.

La seconde raison de cette poussée mémorielle, d’ordre cette fois sociale, est liée à ce que l’on pourrait appeler, par analogie avec l'”accélération”, la “démocratisation” de l’histoire. Elle consiste dans ce puissant mouvement d’affranchissement et d’émancipation des peuples, ethnies, groupes et même individus qui travaillent le monde contemporain; bref, pour dire vite, cette émergence rapide de toutes les formes de mémoire de minorités pour qui la récupération de leur passé fait partie intégrante de leur affirmation d’identité.

Ces mémoires minoritaires relèvent principalement de trois types de décolonisation : la décolonisation mondiale qui a fait accéder à la conscience historique et à la récupération / fabrication mémorielle les sociétés qui végétaient dans le sommeil ethnologique de l’oppression coloniale; dans les sociétés occidentales classiques, la décolonisation intérieure des minorités sexuelles, sociales, religieuses, provinciales, en voie d’intégration et pour qui l’affirmation de leur “mémoire:” – c’est-à-dire, en fait, de leur histoire – est une manière de se faire reconnaître dans leur particularité par la communauté générale qui leur en refusait le droit en même temps que de cultiver leur différence et la fidélité à une identité en voie de dissolution. Il y a enfin un troisième type de décolonisation qui fleurit sur l’effacement des régimes totalitaires du XXe siècle, qu’ils soient communistes, nazis ou simplement dictatoriaux: une décolonisation idéologique qui favorise les retrouvailles des peuples libérés avec leurs mémoires longues, traditionnelles, que ces régimes avaient confisquées, détruites ou manipulées: c’est le cas de la Russie, des pays de l’Europe de l’Est, des Balkans, de l’Amérique latine ou de l’Afrique.

L’explosion de ces mémoires minoritaires a eu pour effet de modifier très profondément le statut respectif et les rapports réciproques de l’histoire et de la mémoire. Pour être plus précis : de valoriser la notion même de “mémoire collective”, fort peu utilisée jusque-là.

Par rapport à l’histoire, de tout temps aux mains des pouvoirs, des autorités savantes ou professionnelles, la mémoire s’est parée des privilèges et des prestiges nouveaux de la revendication populaire et protestataire. Elle est apparue comme la revanche des humiliés et des offensés, des malheureux, l’histoire de ceux qui n’avaient pas eu droit à l’Histoire. Elle avait jusqu’ici pour elle, sinon la vérité, du moins la fidélité. Ce qui est nouveau, et qu’elle tient de l’insondable malheur du siècle, de l’allongement de la durée de vie, de la permanence des survivants, c’est la revendication d’une vérité plus “vraie” que la vérité de l’histoire, la vérité du vécu et du souvenir.

Toute l’histoire, devenue discipline à ambition scientifique, s’était au contraire construite, jusqu’à présent, à partir de la mémoire, mais contre la mémoire, considérée comme individuelle, psychologique, trompeuse, ne relevant que du témoignage. L’histoire était le domaine du collectif, la mémoire celui du particulier. L’histoire était une et la mémoire par définition plurielle, – parce que d’essence individuelle. L’idée d’une mémoire collective, émancipatrice et sacralisée, suppose un renversement complet. Les individus avaient leur mémoire, les collectivités avaient leur histoire. L’idée que ce sont les collectivités qui ont une mémoire implique une transformation profonde de la place des individus dans la société et de leur rapport à la collectivité : là est le secret de cet autre et mystérieux avènement qu’il faut un peu éclairer : l’identité, sans laquelle on ne peut comprendre the upsurge of memory.

La notion d’identité a connu en effet un renversement de sens analogue et parallèle à celui qu’a connu celle de mémoire. De notion individuelle, elle est devenue une notion collective et de subjective, elle est devenue quasi formelle et objective. Traditionnellement, l’identité caractérise l’individu dans ce qu’il a d’unique au point de prendre une signification essentiellement administrative et policière : nos empreintes digitales expriment notre “identité”, vous avez des cartes et des papiers d'”identité”. L’expression est devenue une catégorie de groupe, une forme de définition de vous par l’extérieur. “On ne naît pas femme, on le devient”, écrivait Simone de Beauvoir dans une formule célèbre. Ce pourrait être la formule de toutes les identités crées par l’affirmation de soi. L’identité, comme la mémoire, est une forme de devoir. Je suis tenu de devenir ce que je suis : un Corse, un juif, un ouvrier, un Algérien, un Noir. C’est à ce niveau d’obligation que le lien décisif se noue entre la mémoire et l’identité sociale. De ce point de vue, les deux obéissent au même mécanisme: les deux mots sont pratiquement devenus synonymes et leur union caractérise une économie nouvelle de la dynamique historique et sociale.

Cette métamorphose d’une conscience historique de soi en une conscience sociale, la France l’a connue de façon particulièrement intense, parce qu’elle a pour tradition d’avoir entretenu avec son passé, avec son histoire, un rapport essentiel et déterminant. Ce rapport a pris avec la IIIe république une centralité particulière puisque l’histoire est devenue le nerf du lien social et politique. À travers l’école, les petits manuels scolaires d’Ernest Lavisse et les livres pour enfants comme le célèbre Tour de la France par deux enfants , s’est fixé le grand récit de la collectivité nationale : une immense saga aux versions multiples et variées, mais offerte à tous, et qui rabotait toutes les particularités, qu’elles soient provinciales, familiales, linguistiques, religieuses, sociales, sexuelles, qui ne paraissaient pas relever de la grande histoire nationale. Il y avait donc d’un côté une geste, un puissant récitatif animé d’un souffle d’épopée, avec ses hauts et ses bas, ses grandeurs et ses épreuves, son inépuisable répertoire de personnalités, de scènes, de répliques, d’intrigues, de dates, de bons et de méchants, un palpitant roman familial qui partait de Vercingétorix et de la bataille d’Alésia pour aboutir au triomphe de la République et des droits de l’homme en passant par les Croisades, Louis XIV, les Lumières, la Révolution, l’épopée napoléonienne, les conquêtes coloniales, les épreuves de la guerre de 1914, et dont de Gaulle finirait par être l’héritier. Et il y avait, de l’autre, des appartenances particulières, des fidélités individuelles. D’un côté, une histoire collective et nationale. De l’autre, des mémoires de type privé. Une histoire sainte, parce que de même nature que le catéchisme religieux qu’elle voulait combattre; une histoire sacrée, parce que celle de la patrie qui méritait le sacrifice de sa vie ; une légende, mais qui fonctionnait comme un puissant moteur d’intégration, de cohésion et de promotion sociales. Et des mémoires de groupe, c’est-à-dire de minorités : mémoires ouvrière, juive (on disait à l’époque “israélite”), royaliste, bretonne ou corse, ou féminine. C’est sur cette division que s’est construite l’identité française traditionnelle et qu’elle s’est fortifiée depuis un siècle; et c’est ce moule qui s’est brisé. Il s’est brisé sous l’effet d’un double mouvement: un délitement interne du mythe porteur d’un projet national et un affranchissement libérateur de toutes les minorités.

Ce double mouvement s’est développé parallèlement pour se précipiter dans ces années cruciales, 1970-1980, où, décidément, la France a connu une mutation capitale. Le secret de l’avènement d’une “mémoire nationale” hégémonique, tyrannique, presque obsédante, est là : dans le passage d’une conscience historique de soi à une conscience sociale. En lieu et place de l’identité nationale, l’avènement des identités sociales. La foi traditionnelle dans la grandeur et le destin de la France a été minée de l’intérieur : les guerres, européenne, mondiale, coloniale – celle de 1914-1918, de 1939-1945, la guerre d’Algérie – n’ont pas seulement infligé une réduction réelle de puissance, mais un doute insidieux et profond sur la validité et l’infaillibilité du modèle national classique. Il s’est traduit par la remontée de tous les refoulés du sentiment national (de la Terreur pendant la Révolution à la torture pendant la guerre d’Algérie), par une crise de toutes les filières de formation nationale, Églises, syndicats, partis, familles ; par une incertitude sur la nature du message pédagogique; par une place difficile à définir entre poussées décentralisatrices et insertion dans un ensemble européen. Pendant ce temps-là, un puissant mouvement de décolonisation intérieure et d’émancipation des identités de groupes amenait chacune des minorités en voie d’intégration nationale à vouloir son histoire propre – sa ” mémoire ” -, à se la “réapproprier”, disait-on, et à en exiger la reconnaissance par la nation. Le cas juif serait, ici, éclairant à titre d’exemple. On n’aurait guère parlé de ” mémoire ” juive il y a encore trente ans. Même le souvenir de Vichy n’était pas principalement lié à la législation antisémite et à la responsabilité de l’État français dans la déportation et l’extermination. C’est le contraire aujourd’hui, et la “communauté juive” – un mot qu’on n’aurait pas non plus utilisé autrefois – n’a cessé de réclamer du président de la République la reconnaissance de cette responsabilité. Chose faite par Jacques Chirac le 16 juillet 1995 au Vel’ d’hiv’, où furent parqués les juifs de la grande rafle de 1942. Ce que l’on appelle en France “mémoire nationale” n’est autre que la transformation de cette mémoire historique de fond par l’invasion, la subversion, la submersion des mémoires de groupes. Arrivés à ce point, l’important serait, bien sûr, d’entrer plus avant dans la description de l’économie interne de cette nouvelle mémoire. J’ai essayé de le faire dans les introductions et les conclusions des Lieux de mémoire . Contentons-nous donc ici, pour terminer, de souligner quelques-uns des effets directs, immédiats, de ce soulèvement récent de la mémoire. Il y en a, me semble-t-il, deux principaux.

Le premier consiste dans une intensification rapide des usages du passé, usages politiques, usages touristiques, usages commerciaux. Elle se traduit, par exemple, dans la montée en flèche de la courbe des commémorations, particulièrement évidente en France. La dernière décennie, (1989-2000) peut même paraître l’acmé de cette ère de la commémoration, encadrée d’une part par le Bicentenaire de la Révolution, qui a donné au phénomène, déjà bien lancé, toutes ses dimensions historiques, politiques, nationales, religieuses, idéologiques et symboliques, et de l’autre par la célébration de l’an 2000. Chaque année a apporté son lot de commémorations, de l’affaire Dreyfus au 1500e anniversaire de Clovis, du 80e anniversaire de l’armistice de 1918 au 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage. La France est, je crois, le seul pays qui a créé depuis vingt ans une Délégation aux célébrations nationales. Cette prolifération commémorative a des raisons multiples : elles prouvent toutes que le passé a cessé d’avoir un sens unique et qu’un présent qui se double de sa propre conscience historique autorise forcément plusieurs versions possibles du passé.

Le second effet de cette économie nouvelle de la mémoire revient à déposséder l’historien du monopole qu’il avait, traditionnellement, de l’interprétation du passé. Dans un monde où il y avait une histoire collective et des mémoires individuelles, c’était lui qui avait sur le passé, une manière de contrôle exclusif. L’histoire dite scientifique avait même, depuis un siècle, puissamment renforcé ce privilège. À l’historien seul l’établissement des faits, l’administration de la preuve, la distribution de la vérité. C’était son métier, et sa noblesse. L’historien est aujourd’hui loin d’être le seul dans la production du passé. Il partage ce rôle avec le juge, le témoin, les médias, et le législateur. C’est une raison de plus pour opposer aujourd’hui, haut et fort, au “devoir de mémoire” que nous avons été quelques uns à proclamer il y a vingt ou vingt-cinq ans, un “devoir d’histoire”.

Car le véritable problème que pose aujourd’hui la sacralisation de la mémoire est de savoir comment, pourquoi, à quel moment le principe positif d’émancipation et de libération qui l’anime peut se retourner et devenir une forme d’enfermement, un motif d’exclusion, et une arme de guerre. La revendication de la mémoire est dans son principe une forme d’appel à la justice. Dans son effet, elle est devenue souvent un appel au meurtre. C’est peut-être le moment de reprendre, contre la mémoire, le procès qu’il y a un siècle Nietzsche instruisait contre l’histoire et de redire comme lui dans ses Considérations inactuelles , mais en remplaçant le mot “histoire” par le mot “mémoire”: “Il y a un degré d’insomnie, de rumination, de sens historique [entendez : “mémoriel”] au-delà duquel l’être vivant se trouve ébranlé, et finalement détruit, qu’il s’agisse d’un individu, d’un peuple ou d’une civilisation.” C’est ce message de la mémoire dont nous devons, aussi, nous souvenir.

Pierre Nora

Article publié dans Transit 22/2002, le 19 avril 2002. Source : Eurozine / Version pdf

Sur Pierre Nora, voir la biographie fouillée que lui a consacré l’historien François Dosse en 2011 : communiqué de parution.

War in Shangri-La: A Memoir of Civil War in Laos by Mervyn Brown

Mervyn Brown, War in Shangri-La: A Memoir of Civil War in Laos, Radcliffe Press / I. B. Tauris, 2001, 288 p.

Sandwiched between US-supported Thailand and Communist North Vietnam, the tranquil Buddhist Kingdom of Laos–the original Shangri-La–became the center of a major Cold War crisis in the early sixties, when Mervyn Brown served there as deputy to the British Ambassador. He has written a fascinating and highly readable account of his often hazardous experiences, which included the battle of Vientiane passing through his garden and a grueling month as prisoner of left-wing Pathet Lao guerrillas in remote mountainous jungle inhabited by Stone Age aboriginal people. His story is set against a detailed account of the developing political and military crisis. It reveals the tensions that developed in the US between the newly elected President Kennedy, his Secretary of State Dean Rusk, and their advisors in the State Department, the CIA, and the Pentagon while a regional policy was formulated in the face of the perceived communist threat.

Sir Mervyn Brown, after Oxford where be gained a tennis blue and formed life long friendships with Kingsley Amis and Philip Larkin mainly through jazz, became a career diplomat, and served in Buenos Aires, Singapore and Vientiane, as Ambassador to Madasgascar and Benin, and as High Commissioner to Tanzania and Nigeria, with spells at the Foreign and Commonwealth Office and the United Nations.

Table of contents:

Foreword–The Rt Hon The Lord Carrington, KG, CH * Life Before Laos * A Short History Lesson * Last Days of Peace * The Little Captain and the Invisible King * The Battle of Vientiane * World Crisis * The Plain of Jars * Stalemate in Vientiane * An Involuntary Tour of the South * Success at Last * Things Fall Apart * Dream Turns to Nightmare * Ends and Means

Aperçu sur Google Books

Les mémoires de Trần Trọng Kim sur la toile

Avec la multiplication des bibliothèques numériques vietnamiennes sur la toile certains texte sources pour appréhender l’histoire contemporaine du Viêt Nam refont surface. C’est aujourd’hui le cas des Mémoires de Tran Trong Kim (Mot con gio bui / Le temps du tumulte] que l’on retrouve sur plusieurs sites hébergés en Europe ou aux Etats-Unis. Plus surprenant, le texte intégral est en ligne sur site un régional de la RSVN alors que l’ouvrage n’est pas réédité au Viêt-Nam. Petit rappel des versions disponibles en ligne ci-après.

Le site renommé Talawas en avait présenté une version en ligne dès 2004.

Une présentation par chapitres est disponible sur le site Nam Ky Luc Tinh chaque lien renvoyant à un pdf téléchargeable.

L’ouvrage est également présenté sous forme de chapitre sur Wikisource.

Le texte complet en pdf est disponible sur Giao Cam. Il est agrémenté d’une biographie et d’un article de Tran Dong Phong (pp. 62-84).

La bibliothèque en ligne du site Van Hoa Nghe An, hébergé au Viêt Nam présente le texte complet sur une seule page html.

Si le texte est en ligne en accès libre pour le plus grand bonheur des amateurs, on peut néanmoins se poser la question des droits d’auteur et de savoir si les retranscriptions online sont fidèles au texte original.

Réf. : Trần Trọng Kim, Một cơn gió bụi, Nxb Vĩnh Sơn, tái bản, Sài Gòn 1969.

Bibliographie du Séminaire “Mémoires d’Indochine”

Bibliographie du séminaire

“Mémoires d’Indochine”

François Guillemot, IAO, CNRS, ENS de Lyon

La bibliographie du séminaire se présente sous la forme d’une sélection d’ouvrages en langues française et anglaise. Elle est composée d’études académiques portant sur les questions de mémoires, d’identité et de constructions nationales et rassemble des témoignages sur les événements traversés par les populations de la péninsule indochinoise au cours du XXe siècle. Ne prenant pas en compte les littératures en langues asiatiques, cette bibliographie n’est donc pas exhaustive. Elle sera complétée au fil des séminaires. Les étudiants du séminaire de recherche ASIOC “Mémoires d’Indochine” pourront s’y référer et contribuer à son enrichissement.

Dernière mise à jour : 18/09/2018

★ ★ ★

Travaux académiques
Récits, témoignages, mémoires / Cambodge
Récits, témoignages, mémoires / Laos
Récits, témoignages, mémoires / Viêt-Nam

Travaux académiques

  • Ouvrages généraux, textes de référence :

Appadurai, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. Cote IAO : DEA 36

Beaupré, Nicolas, Écrire en guerre, écrire la guerre. France, Allemagne, 1914-1920, Paris : CNRS Éditions, coll. « CNRS histoire », 2006. Réédité sous le titre Écrits de guerre, 1914-1918, Paris : CNRS Éditions, 2013.

Blanchard, Pascal & Veyrat-Masson, Isabelle, Les guerres de mémoires. La France et son histoire. Enjeux politiques, controverses historiques, stratégies médiatiques, Paris : Editions La Découverte (2008), La Découverte / Poche, 2010. (Site Descartes LSHS, Ebook en ligne)

Dalisson, Rémi, Les guerres et la mémoire. Enjeux identitaires et célébrations de guerre en France de 1870 à nos jours, Paris, CNRS éditions, 2013. Disponible à la BDL.

Davis, Mike, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris : Editions La Découverte (2003), La Découverte / Poche, 2006. Disponible à la BDL.

Garan, Frédéric (sous la dir.), Défendre l’empire. Des conflits oubliés à l’oubli des combattants, Paris : Editions Vendémiaire, 2013. Cote IAO : 604AI.14/39

Hartog, François, Régimes d’historicité : présentisme et expérience du temps, Paris : Editions du Seuil, La librairie du XXIe siècle, 2003. Disponible à la BDL.

“Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1. (Textes réunis et présentés par Philippe Artières et Dominique Kalifa). Sommaire en ligne : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2002-1.htm

Joutard, Philippe, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, Éditions La Découverte / Poche 437, 2015. En ligne sur le portail Cairn.

Ledoux, Sébastien, Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016. Disponible à la BDL.

Lejeune, Philippe, Le pacte autobiographique, Paris, Editions du Seuil, 1975, 1996, Points / Essais 326, nouvelle édition augmentée. Disponible à la BDL.

Ricoeur, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Disponible à la BDL.

Rousso, Henry, La hantise du passé (entretien avec Philippe Petit), Paris : Textuel, 1998. Disponible à la BDL.

Stoler, Ann Laura & Cooper, Frederick, Repenser le colonialisme, Paris : Payot, 2013. Disponible à la BDL.

Stora, Benjamin, La guerre des mémoires. La France face à son passé colonial (entretiens avec Thierry Leclere), La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, 2007.

  • Etudes sur l’Asie et la péninsule indochinoise :

Bass, Thomas A., Censorship in Vietnam. Brave new world, Amherst and Boston, University of Massachusetts Press, 2017. Cote IAO : 110AV.18/103

Bayly, Susan, Asian voices in the postcolonial age: Vietnam, India and beyond, New York: Cambridge University Press, 2007. Cote IAO : 604AA.07/206

Bleakney, Julia, Revisiting Vietnam: memoirs, memorials, museums, London; New York: Routledge, 2006. Cote IAO : 604AV.06/253

Bradley, Mark & Young, Marilyn Blatt, Making sense of the Vietnam wars : local, national, and transnational perspectives, Oxford; New York; Auckland : Oxford University Press, Reinterpreting history, 2008. Cote IAO : 605AV.09/35

Cargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001. Cote IAO : 604AV.08/100

Choron-Baix, Catherine, “Retour au Laos, le mirage de la mémoire. Envers et revers de la transmission”, Ethnologie française, 2000, vol. 30, no 3, pp. 379-387 .

Freeman, James, Hearts of sorrow. Vietnamese-American Lives, Stanford: Stanford University Press, 1991. Cote IAO : 605AA.03/1171

Gnaba, Abdallah, La mémoire réinventée. Chronique anthropologique d’une association vietnamienne de Paris, Paris : L’Harmattan, 2008. Cote IAO : 203AV.09/28

Goscha, Christopher E., Going Indochinese : Contesting Concepts of Space and Place in French Indochinese, Copenhagen : NIAS Press, 2012. Cote IAO : 605AI.13/50

Granier, Solène, Domestiques indochinois, Paris : Editions Vendémiaire, 2014. Cote IAO : 604AI.14/195

Grant, Evans, The Politics of Ritual and Remembrance. Laos Since 1975, Honolulu: University of Hawaii Press, 2009. Cote IAO : 605AA.15/43

Gustafsson, Mai Lan, War and shadows: the haunting of Vietnam, Ithaca (NY): Cornell University Press, 2009. Cote IAO : 604AV.10/133

Hue-Tam Ho Tai (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley: University of California Press, 2001. Cote IAO : 200AV.03/1157

Hue-Tam Ho Tai, Passion, betrayal, and revolution in colonial Saigon: the memoirs of Bao Luong, Berkeley: University of California Press, 2010. Cote IAO : 603AV.10/175

Ivarsson, Soren, Creating Laos: the making of a Lao space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen: NIAS Press, 2008. Cote IAO : 600AA.08/257

Kusno, Abidin, The Appearances of memory. Mnemonic practices of architecture and urban form in Indonesia, Durham and London, Duke University Press, 2010. Disponible à la BDL.

Kwon, Heonik, After the massacre : commemoration and consolation in Ha My and My Lai, Berkeley: University of California Press, Asia-Local studies/global themes, 14, 2006. Cote IAO : 605AV.07/240

Kwon, Heonik, Ghosts of war in Vietnam, Cambridge: Cambribge University Press, 2008. Cote IAO : 100AV.08/150

Laderman, Scott, Tours of Vietnam: war, travel guides, and memory, Durham: Duke University Press, 2009. Cote IAO : 605AV.10/176

Law, Sophia Suk-Mun, The Invisible Citizens of Hong Kong. Art and Stories of Vietnamese Boatpeople, Hong Kong: The Chinese University Press, 2014. Cote IAO : 604AV.15/25

Le Van Ho, Mireille, Des Vietnamiens dans la Grande Guerre. 50 000 recrues dans les usines françaises, Paris : Editions Vendémiaire, 2014. Cote IAO : 604AV.14/201

Li, Xiaobing, Voices from the Vietnam War: stories from American, Asian, and Russian veterans, Lexington, Ky.: University Press of Kentucky, 2010. Cote IAO : 603AV.10/170

Locard, Henri, Pourquoi les Khmers rouges, Paris : Vendémiaire, coll. Révolutions, 2013. Cote IAO : 605AA.13/135

Logan, William & Witcom, Andrea, “Messages from Long Tan, Vietnam. Memorialization, Reconciliation, and Historical Justice”, Critical Asian Studies, 45:2 (2013), pp. 255-278.

Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005. Cote IAO : 604AV.13/167

Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Memory is another country: women of the Vietnamese diaspora, Santa Barbara; Denver; Oxford: ABC Clio, 2009. Cote IAO : 604AV.10/4 traduit en français sous le titre : La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris : Riveneuve éditions, 2013. Cote IAO : 604AV.13/132

Nguyen, Nathalie Huynh Chau (ed.), New perceptions of the Vietnam War. Essays on the war, the South Vietnamese experience, the Diaspora and the continuing impact, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2015. Cote IAO : 605AV.15/28

Nguyen The Anh, “Le genre autobiographique dans la littérature vietnamienne, à travers les Mémoires de Phan Bôi Châu”, in En suivant la voie royale : Mélanges offerts en hommage à Léon Vandermeersch, textes réunis et présentés par Jacques Gernet et Marc Kalinowski, Paris : Ecole française d’Extrême-Orient, Etudes thématiques, 7, 1997, pp. 333-342. En ligne sur Mémoire d’Indochine

Pholsena, Vatthana, Post-war Laos: the politics of culture, history, and identity, Singapore: ISEAS Publications,  2006. Cote IAO : 605AA.07/48

Po Dharma, Du FLM au FULRO. Une lutte des minorités du sud indochinois (1955-1975), Paris : Les Indes Savantes, 2006. Cote IAO : 103AV.06/223

Prezioso, Stéphanie ; Fayet, Jean-François et Haver (sous la dir.), Gianni, Le totalitarisme en question, Paris : L’Harmattan, Logiques politiques, 2008. Voir en particulier : Ami-Jacques Rapin, “Deux expériences divergentes de pouvoir total en Asie du Sud-Est péninsulaire : le parti révolutionnaire lao et le Parti Communiste du Kampuchéa démocratique, 1975-1979”. Cote IAO : 200AA.14/212

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2015. Cote IAO : 110AI.15/130

Scott, Joanna Catherine, Indochina’s Refugees. Oral histories from Laos, Cambodia and Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland,  1989. Cote IAO : 603AA.11/149

Streed, Sarah, Leaving the house of ghosts: Cambodian refugees in the American Midwest, Jefferson (NC): McFarland, 2002. Cote IAO : 605AA.03/1171

Tanabe, Shigeharu & Keyes, Charles F., Cultural Crisis and Social Memory. Modernity and Identity in Thailand and Laos, Honolulu : University of Hawaii Press, 2002. Cote IAO : 105AA.15/51

Taylor, K. W. (ed.), Voices of the Second Republic of South Vietnam (1967-1975), Ithaca (NY): Cornell University, Southeast Asia Program Publications, 2014. Cote IAO : 603AV.15/138

Thibault, Christel, L’archipel des camps. L’exemple cambodgien, Paris : Presses universitaires de France, 2008. Cote IAO : 605AA.08/51

Thompson, Larry Clinton, Refugee Workers in the Indochina Exodus, 1975-1982, Jefferson (NC): McFarland, 2010. Cote IAO : 604AA.11/72

Tran, Jonathan, The Vietnam War and theologies of memory. Time and eternity in the far country, Malden, MA : Wiley-Blackwell, 2010. Cote IAO : 605AV.10/171

Vaillant, Barbara, Boat people vietnamiens. Entre mémoire et diaspora, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 2013. Cote IAO : 604AV.13/124

Vo, Nghia M., The Viet Kieu in America: personal accounts of postwar immigrants from Vietnam, Jefferson (NC); London : McFarland,  2009. Cote IAO : 603AV.10/123

Vo, Nghia M., The Bamboo Gulag: Political Imprisonment in Communist Vietnam, Jefferson (NC): McFarland,  2004. Cote IAO : 605AV.06/124

Zinoman, Peter, Vietnamese Colonial Republican. The Political Vision of Vu Trong Phung, Berkeley; Los Angeles; London : University of California Press, 2014. Cote IAO : 205AV.14/89

Récits, témoignages, mémoires / Cambodge

Boun Sokha, Cambodge, la massue de l’Angkar, Paris, Atelier Marcel Jullian, coll. “Les droits de l’homme”, 1979. Cote IAO : 603AA.13/11BOU

Chileng Pa & Mortland, Carol A., Escaping the Khmer Rouge: a Cambodian memoir, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2008. Cote IAO : 603AA.08/265

Chuth Khay, Comment j’ai menti aux Khmers Rouges, Paris : L’Harmattan, 2004. Cote IAO : 603AA.13/126

Deron, Francis & Sablon, Jean Leclerc du, Le Procès des Khmers rouges : trente ans d’enquête sur le génocide du Cambodge, Paris : Gallimard, 2009. Cote IAO : 605AA.09/142

Dith Pran & DePaul, Kim (eds), Children of Cambodia’s killing fields. Memoirs by survivors, Chang Mai : Silkworm Books, 2003. Cote IAO : 603AA.13/169

Dunlop, Nic, The lost executioner: a story of comrade Duch and the Khmer Rouge, London: Bloomsbury, 2009. Cote IAO : 603AA.10/93

Guillou, Anne Yvonne, Cambodge, soigner dans les fracas de l’histoire : médecins et société, Paris : Les Indes Savantes, 2009. Cote IAO : 107AA.09/125

Haing Ngor (avec Roger Warner), Une odyssée cambodgienne, Paris : Fixot, 1989. Cote IAO : 605AA.98/1085

Him, Chanrithy, When broken glass floats. Growing up under the Khmer Rouge, New York ; Londres : W.W. Norton, 2001. Cote IAO : 603AA.03/1092

Hour Chea, Quatre ans avec les Khmers Rouges, Paris : Editions Tchou, Ingérences, 2007. Cote IAO : 603AA.13/176

Lafreniere, Bree & Kravanh, Daran, Music through the dark. A tale of survival in Cambodia, Chang Mai : Silkworm Books, 2003.

Lunn, Richard, Leaving Year Zero. Stories of Surviving Pol Pot’s Cambodia, Crawley : University of Western Australia Press, 2004.

Ly, Claire, Revenue de l’enfer. Quatre ans dans les camps des Khmers rouges, Paris : Editions de l’Atelier / Les Editions Ouvrières, 2007. Cote IAO : 603AA.14/203

Ly Heng et Demeure, Françoise, Cambodge, le sourire bâillonné, Xonrupt-Longemer : Anako, coll. Grands témoins, 1992. Cote IAO : 603AA.13/16BOU

Ly San Meas, Mon Cambodge. Le destin d’une femme, Paris : L’Harmattan, 2012. Cote IAO : 603AA.13/129

Malay Phcar, Une enfance en enfer. Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980, Paris : Robert Laffont, 2005. Cote IAO : 603AA.13/133

Malay Phcar (avec Yves Guyheneuf), L’enfer khmer rouge. Une enfance au Cambodge, Paris : L’Harmattan, 1997.

Norodom Sihanouk, My war with the CIA : the memoirs of Prince Norodom Sihanouk as related to Wilfred Burchett, [Middlesex] : Penguin Books, Pelican books, 1974. Cote IAO : 603AA.13/264STO

Norodom Sihanouk, Chroniques de guerre et d’espoir, Paris : Hachette / Stock, 1979. Cote IAO : 603AA.11/314BOU

Norodom Sihanouk, Souvenirs doux et amers, Paris : Hachette / Stock, 1981. Cote IAO : 603AA.13/231STO

Norodom Sihanouk, Prisonnier des Khmers rouges, Paris : Hachette, Histoire, 1986. (Fonds Boudarel)

Ong Thong Hoeung, J’ai cru aux Khmers rouges. Retour sur une illusion, Paris : Buchet Chastel, Essais et documents, 2003.

Oum Nal, Un médecin chez les Khmers rouges, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2012. Cote IAO : 603AA.13/130

Pin Yathay, L’utopie meurtrière. Un rescapé du génocide cambodgien témoigne, Paris : Robert Laffont, coll. Vécu, 1980. (Site Descartes LSHS et cote IAO : 603AA.12/129BOU)

Pin Yathay, Tu vivras, mon fils, Paris : L’Archipel, 2005, édition revue et corrigée. Cote IAO : 603AA.14/211

Pech Métral, Méas, Cambodge, je me souviens, Nîmes : HB éditions, coll. Intimes, 2003 et Artisans-Voyageurs, 2012. Cote IAO : 603AA.13/101

Panh, Rithy & Chaumeau, Christine, La machine khmère rouge : Monti Santésok S-21, Paris : Flammarion, 2009. Cote IAO : 604AA.09/195

Panh, Rithy & Bataille, Christophe, L’élimination, Paris : Grasset, 2012. Cote IAO : 603AA.13/108

Sam Prasith & Max Pierre, Cambodge du silence, Paris, Éditions de l’Échiquier, 1977. Cote IAO : 603AA.13/3BOU

Sam Rainsy, Des racines dans la pierre, Paris : Calmann-Lévy, 2008. Cote IAO : 603AA.13/102

Sam Rainsy (avec David Whitehouse), We Didn’t Start the Fire. My Struggle for Democracy in Cambodia, Chang Mai : Silkworm Books, 2013. Cote IAO : 603AA.13/179

Sathavy Kim, Jeunesse brisée. Chroniques de Borng Tha sous le Kampuchéa Démocratique, Arles : Actes Sud, 2008. Cote IAO : 603AA.13/171

Seng, Theary C., Daughter of the killing fields. Asrei’s story, London : Fusion Press, 2005.

Séra, Impasse et rouge, Paris : Albin Michel, 2003. Cote IAO : 603AA.13/100

Séra, L’eau et la terre. Cambodge, 1975-1979, Paris : Delcourt, 2005.

Séra, Lendemains de cendres. Cambodge, 1979-1993, Paris : Delcourt, 2007. Cote IAO : 603AA.13/104

Sitha Nao, Growing up in the ‘Killing Fields’ and Surviving the Khmer Rouge. The personal recollections of Sitha Nao, [Etats-Unis] : XLibris, 2013. Cote IAO : 603AA.15/267

Someth May, Cambodian witness. The autobiography of Someth May, London ; Boston : Faber & Faber, 1986. Cote IAO : 603AA.13/6BOU

Sophat Phal, Run, Run, Run. A Young Boy’s Journey through the Cambodian Tragedy, Amazon Digital Services, Inc., [Kindle Edition], 2013.

Sor Sisavang, L’enfant de la rizière rouge, Paris : Fayard, coll. Les Enfants du fleuve, 1990. Cote IAO : 603AA.13/12BOU

Suong Sikoeun, Itinéraire d’un intellectuel khmer rouge, Paris : Les éditions du Cerf, 2013. Cote IAO : 603AA.13/103

Szymusiak, Molyda, Les pierres crieront. Une enfance cambodgienne, 1975-1980, Paris : La Découverte, 1988. Cote IAO : 603AA.13/173

Tian, L’année du lièvre. 1, Au revoir Phnom-Penh, Paris : Gallimard, 2011 & L’année du lièvre. 2, Ne vous inquiétez pas, Paris : Gallimard, coll. Bayou, 2013. Cote IAO : 603AA.13/137.2

Un Loung, D’abord, ils ont tué mon père, Paris : Plon, 2002. Cote IAO : 603AA.13/175

Vandy, Kaonn, Cambodge : 1940-1991 ou la politique sans les Cambodgiens. Essai, Paris, L’Harmattan, 1993. Cote IAO : 605AA.13/5BOU

Vann Nath, Dans l’enfer de Tuol Sleng. L’inquisition khmère rouge en mots et en tableaux, Paris : Calmann-Lévy, 2008. Cote IAO : 603AA.08/52

Vek Huong Taing, Ordeal in Cambodia. One Family’s Miraculous Survival – Escape From the Khmer Rouge, San Bernardino, CA : Here’s Life Publishers, Inc., 1980.

Y Phandara, Retour à Phnom Penh. Le Cambodge du génocide à la colonisation. Témoignage, Paris : A.M. Métailié, 1982. Cote IAO : 603AA.13/4BOU

Yi Tan Kim Pho (avec Ida Simon-Barouh), Le Cambodge des Khmers rouges : chronique de la vie quotidienne, Paris : L’Harmattan, 2000. Cote IAO : 603AA.13/128

Récits, témoignages, mémoires / Laos

Bounsang Khamkeo, I little slave: a prison memoir from communist Laos, Spokane, Washington : Eastern Washington University Press, 2006. Cote IAO : 603AA.09/81

Branfman, Fred (ed.), Voices from the Plain of Jars. Life under an Air War, Madison : The University of Wisconsin Press, 2013. (with essays and drawings by Laotian villagers). Cote IAO : 603AA.14/238

Kao Kalia Yang, The latehomecomer. A Hmong family memoir, Minneapolis : Coffee House Press, 2008. Cote IAO : 603AA.13/138

Khamphanh Thammakhanty, Get to the Trunk, Destroy the Roots: The Fall from Monarchy to Socialism, Portland : [auto-édition], 2004.

Mangkra Souvannaphouma, Laos : Autopsie d’une monarchie assassinée, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 2010. Cote IAO : 605AA.11/132

Mithouna (avec André Rosset), La route n° 9. Témoignage sur le goulag laotien, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2001. Cote IAO : 603AA.13/127

Na Champassak, Sisouk, Tempête sur le Laos, Paris : La Table Ronde, L’ordre du jour, 1961. (même ouvrage en anglais ci-après). Cote IAO : 600AI.03/945

Na Champassak, Sisouk, Storm over Laos. A contemporary history, New York, Frederick A. Praeger Publisher, 1961. Cote IAO : 603AA13/13BOU

Na Champassak, Singto, Mon destin, Paris : L’Harmattan, 2010. Cote IAO : 603AA.11/136

Nakhonkham Bouphanouvong, Sixteen years in the Land of Death: Revolution and Reeducation in Laos, Bangkok : White Lotus, 2003. Cote IAO : 603AA.13/184

Payen, Cyril, Laos, la guerre oubliée, Paris : Robert Laffont, 2007. Cote IAO : 600AA.07/182

Souvannavong, Vongprachanh, La jeune captive du Pathet Lao, Paris : Fayard, Les enfants du fleuve, 1993. Cote IAO : 603AA.03/107

Récits, témoignages, mémoires / Viêt-Nam

Anh Vu Sawyer and Pam Proctor, Song of Saigon. One woman’s journey to freedom, New York : Warner Books Printing, 2003.

Bach Mai, Rivages du Mékong, roman, Paris : L’Harmattan, Lettres asiatiques, 2012. Cote IAO : 603AV.14/180

Bao Dai, SM, Le dragon d’Annam, Paris : Plon, 1980. Cote IAO : 603AV.13/230STO

Bass, Thomas A., Agent Z.21 : le meilleur ennemi des Américains, Saigon 1946-1975, Paris : Tallandier, 2010. Cote IAO : 603AV.10/36

Bong-Wright, Jackie, Autumn cloud : from Vietnamese war widow to American activist, Sterling : Capital books, 2001. Cote IAO : 603AV.04/122

Bui Diem (with David Chanoff), In the jaws of history, Bloomington : Indiana University Press, Vietnam War Era Classics Series, 1999. Cote IAO : 605AV.03/1160

Bui Ngoc Tan, A Tale For 2000 (A Personal Glimpse Of The Vietnamese Gulag), Westminster, CA : Nguoi Viet, 2010.

Bui Ngoc Tan, Conte pour les siècles à venir, La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, 2013. Cote IAO : 750AV.15/123.

Bui Tin, 1945-1999 Vietnam la face cachée du régime, Paris : Editions Kergour, 1999. Cote IAO : 603AV.13/229STO

Canh Tran and Lani Hayduk, The book of Canh. Memoirs of a Vietnamese woman, physician, CIA informant, People’s Salvation Army Commander-in-Chief and prisoner of war, Milford, CT: [autoéditon], 1996.

Cao Tien Le, Hoang Huu Cac, Luu Quang Vu… & al., Sur le front du Nord, Hanoi : Editions en langues étrangères, 1982.

Chân Không (sœur), La force de l’amour. Une bouddhiste dans le Viêt-Nam en guerre, Paris : La Table Ronde, 1995. Cote IAO : 603AV.13/172

Dan Hong, Duong Thi Xuan Quy, Dao Vu… & al., La piste Ho Chi Minh, Hanoi : Editions en Langues Etrangères, 1982. Titre de couv. : Sur la piste Ho Chi Minh.

Dang Thuy Tram, Pham, Andrew X (trad.), Last night I dreamed of peace, London : Rider, 2007. Cote IAO : 603AV.08/273

Dang Thuy Tram, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles : Philippe Picquier, 2010. Cote IAO : 603AV.11/119

Dang Phuong Nghi, Mo, une micro-histoire du Vietnam au XXe siècle, Paris : Centre international d’études vietnamiennes, 2004. Cote IAO : 603AV.14/414LQ

Dang Van Viet, Souvenirs d’un colonel Vietminh : portrait, Paris : Indo éditions, 2006. Cote IAO : 603AV.07/185

Dao Thanh Huyen et al., Dien Bien Phu vu d’en face. Paroles de bô dôi, Paris : Nouveau Monde éditions, 2010. Cote IAO : 603AV.12/3

Devillers, Philippe, Vingt ans, et plus, avec le Viêt-Nam : souvenirs et écrits 1945-1969, Paris : Les Indes Savantes, 2010. Cote IAO : 603AV.10/22

Dinh Thi Van, I engaged in intelligence work, Hanoi : The Gioi, The many faces of Vietnam, 2006. Cote IAO : 603AV.07/88

Doan Van Toai, Le goulag vietnamien, Paris : Robert Laffont, coll. Vécu, 1979. (site Descartes LSHS, magasin 2)

Doan Van Toai (with David Chanoff), The Vietnamese gulag, New York : Simon and Schuster, 1986. Cote IAO : 603AV.13/20STO

Dong Si Nguyen (with assistance from Duy Tường and Kỳ Vân), The Trans-Trường Sơn route : (a memoir), Hanoi : The Gioi, 2005. Cote IAO : 603AV.07/91

Dong Sy Hua, De la Mélanésie au Vietnam. Itinéraire d’un colonisé devenu francophile, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1993. Cote IAO : 603AV.03/1259

Dong Van, Souvenirs [du] Viêt Nam : témoignage, Paris : Thélès, 2010. Cote IAO : 603AV.11/141

Dong Van, Saigon, le rêve brisé, Saint-Maur-des-Fossés : Editions Jets d’Encre, 2011. Cote IAO : 603AV.11/109

Duong, Uyen Nicole, Daughters of the River Huong : a Vietnamese royal concubine and her descendants, Oakton, VA : RavensYard, 2005.

Duong Thai Thong, Évasion de l’enfer, Paris : La Pensée Universelle, 1992.

Duong Thu Huong, Roman sans titre, Paris : Éditions des Femmes, 1992. Cote IAO : 750AV.12/19BOU – Ouvrage réédité chez Sabine Wespieser, 2010 (Cote IAO : 750AV.14/190), France Loisirs, 2011 et Livre de Poche, 2013.

Duong Van Loi, L’hélicoptère de la liberté de la porte du Ciel (cong troi) à la porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris : Les éditions La Bruyère, 1990. Cote IAO : 603A.08/1BOU

Duong Van Mai Elliott, The sacred willow. Four generations in the life of a Vietnamese family, New York : Oxford University Press, 1999. Cote IAO : 603AV.03/1198

Duong Van Nguyen, The tragedy of the Vietnam war: a South Vietnamese officer’s analysis, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2008. Cote IAO : 605AV.09/94

Ho Chi Minh (sous le nom de Tran Dan Tien), L’itinéraire de Ho Chi Minh jusqu’à 1945, Hanoi : Editions The Gioi, 1995. Cote IAO : 603AV.13/107STO

Hoang, Carina, Boat People – Personal Stories From The Vietnamese Exodus 1975-1996, Carina Hoang / Người Việt, 2011. (IAO Fonds Virtual Saigon)

Huynh Ba Xuan, Oublié 23 ans dans les goulags viêt-minh 1953-1976, Paris : L’Harmattan, Lettres asiatiques, 2003. Cote IAO : 603AV.07/152.

Kien Nguyen, voir Nguyen Kien.

Kieu Lien Le Ogura, Bird of one wing. A Vietnamese woman’s story, Reston (VA): Ancient Mariners Press, 2001.

Kim Ha (Ha Pham Kim Nhung), Stormy Escape: A Vietnamese Woman’s Account of Her 1980 Flight Through Cambodia to Thailand, Jefferson (NC) : McFarland, 1997.

Kim Huynh, Where the sea takes us: a Vietnamese-Australian history, London; New York; Sydney & Auckland: Fourth Estate, 2007. Cote IAO : 603AV.09/33

Kim Thuy, Ru, Paris : Liana Levi, 2010. Le Livre de poche, 2012 (Cote IAO : 750AV.14/200)

Ky Thu, Refermer le passé douloureux. Mémoires du camp N°1 des officiers français faits prisonniers dans la guerre au Vietnam, Hanoi : Editions culturelles, 1995. Cote IAO : 600AV.03/84

Lac, Juliet, War child: a story of survival, Edinburgh & London : Mainstream Publishing, 2008. Cote IAO : 603AV.08/264

Lam Quang Thi, The twenty-five year century : a South Vietnamese general remembers the Indochina War to the fall of Saigon, College Station, TX : Texas A & M University Press ; London : Eurospan, 2001. Cote IAO : 603AV.03/1155

Lan Cao, The lotus and the storm, a novel, New York : Viking Books, Adult, 2014. Cote IAO : 750AV.15/48

Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien 1965-1973, Hanoi : Editions The Gioi, 2006. (en vietnamien, 2002, cote IAO : 750V.04/475)

Le Huu Tho, Itinéraire d’un petit mandarin : juin 1940, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1997. Cote IAO : 603AI.03/1263

Le Ly Hayslip (avec Jay Wurst), Entre le ciel et la terre, Paris : Editions du Seuil, 1993. Cote IAO : 603AV.03/1314 (édition de 2001).

Le Quang Vinh, Defy The Death Spirit (An Autobiographical Novel), The Avery Publishing Company / Xuan Thu, 1995.

Le Thi Bach Thuy, Hope for the children of war. Viet Nam 1971-1975, [Etats-Unis] : [autoédition], 2014. Cote IAO : 603AV.18/3

Lefèvre, Kim, Métisse blanche, Paris : Bernard Barrault, 1989 / La Tour d’Aigues : Editions de l’Aube, L’Aube Poche 62, 2001. Cote IAO : 603AV.03/1009

Lin Ung, Charlene, Nam Moi, a Young Girl’s Story of her Family’s Escape from Vietnam, [Etats-Unis] : [autoédition], 2015. Cote IAO : 603AV.15/265

Ly Ba Hy, Mes 4584 jours de rééducation au Viêt Nam, s.l. : [autoédition], 1994.

Mai Ling, Enfance volée. Histoire vécue, Paris : Société des Ecrivains, 2012.

Mai Thu Van, Vietnam un peuple, des voix, Paris : Pierre Horay, 1983. Cote IAO : 104AV.11/297BOU

Manh Bich, Le Viêt-Nam crucifié 1945-1975, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2000. Cote IAO : 605AV.03/1273

Manh Dang, Freedom or Death (The Memoirs of Manh Dang), Baltimore (MD) : Noble House, 2012.

Metzner, Edward (ed.), Reeducation in postwar Vietnam: Personal postscripts to peace, Texas, Texas A&M University Press, 2001. (témoignages des Colonels Tran Van Phuc, Huynh Van Chinh et Le Nguyen Binh).

Minh Tri, Saigon à l’heure de Hanoi, 1975-1980, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2000. Cote IAO : 200AV.02/308

Nam Phuong, Red on gold. The true story of one woman’s courage and will to survive to war-torn Vietnam, Sutherland : Albatross Book, 1991.

Ngo Dinh Quynh / Ngo Dinh Le Quyen / Ngo Dinh Nhu / Willemetz, Jacqueline, La République du Viêt-Nam et les Ngô-Đình. Suivi des mémoires posthumes de madame Ngô Đình Nhu : 16 juin 1954–2 novembre 1963, Paris : L’Harmattan, 2013. Cote IAO : 603AV.14/68

Ngo Van, Au pays de la cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Montreuil : L’insomniaque, 2000. Cote IAO : 603AI.03/1032

Ngo Van, In the crossfire. Adventures of a Vietnamese revolutionary, Oakland (CA) : AK Press, 2010. Cote IAO : 603AV.10/230

Ngo Van Chieu, Journal d’un combattant Viet-Minh, Paris : Editions du Seuil, 1955. Cote IAO : 603AV.03/889

Nguyen Ai Quoc, Le procès de la colonisation française, Paris : Librairie du travail, Petite bibliothèque coloniale. 1ère série. Moeurs coloniales, s.d. [1924]. Cote IAO : 601AV.03/625

Nguyen, Bernard, Entre le Capitole et la roche tarpeienne, Paris : L’Harmattan, Graveurs de mémoires, 2007. Cote IAO : 603AV.07/126

Nguyen Cao Ky, Buddha’s child: my fight to save Vietnam, New York : St Martin, 2002. Cote IAO : 603AV.03/1148

Nguyen Cao Ky, How We Lost the Vietnam War, Cooper Square Publishers Inc., 2002. Cote IAO : 603AV.08/99

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Vietnam wars. Memoirs of a victim turned soldier, Bloomington : Indiana University Press, 2012. Cote IAO : 603AV.12/71

Nguyen Dinh Hoa, From the city inside the Red River. A cultural memoir of mid-century Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland, 1999. Cote IAO : 603AV.13/156

Nguyen Huu Giao, Le livre de Giao, Paris : La Table Ronde, 2004. Cote IAO : 603AV.07/141

Nguyen Huu Le & Nguyen Thanh Khuong, Je dois vivre (Toi phai song!). Chroniques du goulag Hô-Chi-Minh, 1975-1988, Paris : Les Indes Savantes, 2014. Cote IAO : 603AV.14/204

Nguyen Kien, La nuit nous a surpris, récit, Paris : Denoël, 2001. (traduction de The unwanted : a memoir, 2001)

Nguyen Ky Nguyen, La mémoire des âmes croisées, Lyon : Editions Baudelaire, 2010. Cote IAO : 603AV.14/66

Nguyen Long, Pedro (avec Georges Walter), La montagne des parfums. Une saga indochinoise, Paris : Robert Laffont, Collection Vécu, 1996. Cote IAO : 750AV.03/367

Nguyen Manh Tuong, Un excommunié. Hanoi 1954-1991: procès d’un intellectuel, Paris : Editions Quê Me, 1992. Cote IAO : 200AV.03/432

Nguyen Nhu Kim, Ma guerre du Viêt Nam de 40 ans, [autoédition], 2017. Cote IAO : 603AV.18/51

Nguyen Phuc Ky, Itinéraire d’un gardien de buffles, Brest : [autoédition], 2012.

Nguyen Quy Duc, Where the Ashes Are. The Odyssey of a Vietnamese Family, Reading, Mass. : Addison-Wesley Pub. Co., 1994 (reprint Bison Books, 2009).

Nguyen Thi Dinh, No other road to take: memoir, Ithaca (NY) : Cornell University, 1976.

Nguyen Thi Lung (with Peter Huchthausen), Echoes of the Mekong, Baltimore : Nautical & Aviation Pub. Co. of America, 1996. En version audiobook : [Ashland, Or.] : Blackstone Audio, 2006.

Nguyen Thi Thu Lam (with Edith Kreisler and Sandra Christenson), Fallen leaves. Memoirs of a Vietnamese woman from 1940 to 1975, New Haven (CT) : Yale Center fo International and Area Studies, Lac Viet Series, no. 11, 1989.

Nguyen Thi Tuyet Mai, The rubber tree. Memoir of a Vietnamese woman who was an anti-french guerrilla, a publisher and a peace activist, Jefferson (NC) : McFarland, 1994.

Nguyen Tien Lang, Les Vietnamiens 1. Les chemins de la révolte, roman, Paris : Amiot-Dumont, 1953. Cote IAO : 750AV.07/96BOU

Nguyen Trieu Dan, A Vietnamese Family Chronicle. Twelve Generations on the Banks of the Hat River, Jefferson (NC) : McFarland, 2011 (réédition). Cote IAO : 603AV.13/6STO (édition de 1991).

Nguyen Van Thanh, Saigon-Marseille aller simple. Un fils de mandarin dans les camps de travailleurs en France, Elytis, Grands voyageurs, 2012. Cote IAO : 603AV.13/107

Nha Ca, Mourning Headband for Hue. An account of the battle for Hue, Vietnam 1968, Bloomington : Indiana University Press, 2014. (Translated with an Introduction by Olga Dror). Cote IAO : 603AV.14/228

Oanh Ngo Usadi, Of Monkey Bridges and Bánh Mì Sandwiches: from Sài Gòn to Texas, O&O Press, 2018.

Pham, Andrew X., Catfish and mandala. A two-wheeled voyage through the landscape and memory of Vietnam, New York : Farrar, Strauss and Giroux, 1999.

Pham, Andrew X., The eaves of heaven. A life in three wars, New York: Three Rivers Press, 2008.

Pham, David Lan, Two Hamlets in Nam Bo. Memoirs of life in Vietnam throught Japanese occupation, the French and American wars and communist rule, 1940-1986, Jefferson (NC) : McFarland, 2008, 2e éd. Cote IAO : 603AV.08/268

Pham Quang X., A sense of duty : our journey from Vietnam to America, New York : Presidio Press Trade Paperbacks, 2010. Cote IAO : 603AV.11/76.

Pham Thanh Tâm, Carnet de guerre d’un jeune Viêt Minh à Dien Bien Phu, Paris : Armand Colin, coll. Le fait guerrier, 2011. Cote IAO : 603AV.11/94

Pham Vân Hai, Les tribulations d’une famille vietnamienne au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2017. Cote IAO : 603AV.18/55

Phan Chau Trinh, Vinh Sinh (trad.), Phan Châu Trinh and his political writings, Ithaca (NY) : Southeast Asia Program, Cornell University, Studies on Southeast Asia, 49, 2009. Cote IAO : 205AV.10/134

Phan Boi Chau, Boudarel Georges (trad.), Mémoires de Phan Boi Chau, Paris : Association pour une meilleure connaissance de l’Asie, “Extrait de France-Asie/Asia, no. 194-195, 1969. Cote IAO : 603AV.11/181BOU

Phan Boi Chau, Vinh Sinh & Wickenden, Nicholas (trad.), Overturned Chariot. The Autobiography of Phan-Boi-Chau, Hawaii: University of Hawai’i Press, SHAPS Library of Translations, 1999. Cote IAO : 603AV.15/117

Phan Minh Hien & Nguyen Van Huy, Loques de vie, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 2000. Cote IAO : 603AV.07/142

Phan Van Truong, Une histoire de conspirateurs annamites à Paris ou la vérité sur l’Indochine, Montreuil : L’insomniaque, 2003. Cote IAO : 605AV.08/55

Quynh Dao, Tales from a Mountain City. A Vietnam war memoir, Fyshwick : Odyssey Books, 2010. Cote IAO : 603AV.11/74

Sarrazin, Xuan Trang, Xuan Trang, Paris : Éditions des Écrivains, 2001.

Scaggion, Guy, Pham Van Kiem, l’évadé des annexes, Bordeaux : Les dossiers d’Aquitaine, coll. Mémoires de France, 2002.

Tham Huy Vu, A Dangerous Journey from Vietnam to America, [Etats-Unis] : Xây Dựng Publishing House, 2013.

Thanh Nguyen, My Story, S.l. : Booksurge Llc, 2005.

Thich Thien Minh (Ven.), Memoirs of 26 Years in Exile in Communist Viet Nam, [Charleston, SC], Vietnam Today, 2015. Cote IAO : 603AV.15/266

Thieu Van Muu, Un enfant loin de son pays, Vénissieux : [autoédition], 2003.

Tran Cong Tan / Vu Cao / Vo Huy Tam et al., Les premiers jours de notre combat. (Récits de la Résistance vietnamienne), Hanoi : Editions en Langues Etrangères, 1962. Cote IAO : 603AV.08/492BOU

Tran Dan Tien [Ho Chi Minh], L’itinéraire de Ho Chi Minh jusqu’en 1945, Hanoi, Editions Thê Gioi, 1995. Cote IAO : 603AV.13/107STO

Tran, P.V. , Prisonnier politique au Viêt-Nam, 1975-1979, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1990. Cote IAO : 200AV.03/1281

Trando, Robert C. [Tran Do Cung], Letters of a Vietnamese émigré, [Etats-Unis] : Xlibris, 2010. Cote IAO : 600AV.03/168

Tran Nguyet Anh (avec  Alain Gagnieux), Clair de lune, d’un ciel à l’autre. Itinéraire d’une Vietnamienne au gré de l’histoire, Paris : L’Harmattan, Graveurs de mémoire, 2013. Cote IAO : 600AV.03/125

Tran Nhu Dinh & Truong Thi Truong Nga, The Last Boat Out. Memoirs of a Triumphant Vietnamese-American Family, Leander (TX) : GASLight Publishing LLC, 2006.

Tran Thi Hao, La jeune fille et la guerre, roman, Paris : L’Harmattan, Lettres asiatiques, 2007.

Tran Thi Hao, La dernière impératrice d’Annam : Nam Phuong la sacrifiée. Récit romancé de la première reine vietnamienne, Paris : L’Harmattan, 2014. Cote IAO : 603AV.15/124

Tran Van Don, Our endless war : inside Vietnam, San Rafael (CA) ; London : Presidio Press, 1978. Cote IAO : 603AV.11/44BOU

Tran Van Don, Les guerres du Vietnam. Un quart de siècle au Vietnam du Sud, Paris : Vertiges Publications, 1985. (traduction française du précédent)

Tran Van Tung, Rêves d’un campagnard annamite, Paris : Mercure de France, 1940. Cote IAO : 600AV.03/484

Trinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt Nam. Un avocat témoigne Me Trinh Dinh Thao, Paris : L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994. Cote IAO : 603AV.03/1260

Trinh Quang Do, Saigon to San Diego : memoir of a boy who escaped from communist Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland, 2004. Cote IAO : 603AV.06/125

Trong, Lucien, Enfer rouge, mon amour, Paris : Editions du Seuil, 1980. Cote IAO : 603AV.11/310BOU

Truong, Huguette, Adieu Vietnam mon amour, Paris : La Pensée Universelle, 1975. Cote IAO : 603AV.08/105BOU

Truong, Marcelino, Une si jolie petite guerre. Saigon 1961-1963, Paris : Denoël, Denoël Graphic, 2012. Cote IAO : 603AV.13/105

Truong Nhu Tang (avec David Chanoff et Doan Van Toai), Mémoires d’un Vietcong, Paris : Flammarion, 1985. Cote IAO : 603AV.11/8BOU

Tu Tri, Jean, L’ombre du passé, Paris : L’Harmattan, Lettres asiatiques, 2010.

Vân Hai Pham, voir Pham Vân Hai

Viet Tran, Vietnam: J’ai choisi l’exil, Paris : Editions du Seuil, L’Histoire immédiate, 1979. Cote IAO : 603AV.11/304BOU

Vo Nguyen Giap (Général), Des journées inoubliables, Hanoi : Editions The Gioi, 1999, 3e éd. Cote IAO : 603AV.03/935BOU (édition de 1975).

Vo Nguyen Giap (Général), Le haut-commandement et le printemps de la victoire. Mémoires rédigés par Pham Chi Nhan, Hanoi : Editions The Gioi, 2008.

Vo Nguyen Giap (avec la participation de Huu Mai), Mémoires, Fontenay-sous-bois : Anako éditions, 3 tomes, 2003-2004.

Vuong Duy Binh, Loin des yeux de ma mère, Paris : First éditions, 2014. Cote IAO : 603AV.14/40

Xuan Phuong (avec Danièle Mazingarbe), Ao Dai. Du couvent des Oiseaux à la jungle du Viêt-minh, Paris : Plon, 2001. Cote IAO : 603AV.04/219

Yung Krall, A thousand tears falling: the true story of a Vietnamese family torn apart by war, communism, and the CIA, Atlanta (Ga.) : Longstreet Press, 1995. (IAO Fonds Virtual Saigon)

* * *

Étudiants du Master ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) :
Infos pratiques

  • Pour rechercher un ouvrage sur le Portail Diderot (Bibliothèque Diderot de Lyon).

Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »

La revue d’histoire Xua va Nay (Jadis et Aujourd’hui) vient de publier un extrait des mémoires de Ton Quang Phiet, révolutionnaire et homme d’État de la RDVN1. Figure intellectuelle connue de la ville de Huê, il participa dans ses jeunes années, aux deux organisations révolutionnaires Tan Viet (Nouveau Viêt Nam) et Viet Nam Thanh Nien Cach Mang (Jeunesse révolutionnaire du Viêt Nam).

Il fut emprisonné pour activisme politique à Ban Me Thuot. A sa sortie de prison en 1934, il fut assigné à résidence à Huê et ouvrit l’école privée Thuan Hoa tout en poursuivant ses activités indépendantistes pendant la période du Front populaire. Respecté à Huê pour son aura de « prisonnier politique », certains pensaient qu’il était communiste et s’adressaient à lui à chaque fois que la situation devenait effervescente. Ton Quang Phiet n’a jamais été directement lié aux activités du parti communiste indochinois mais de nombreux partisans communistes, en particulier les anciens prisonniers politiques, le considéraient comme un allié et échangeaient souvent avec lui des idées sur le plan politique.

Le révolutionnaire endurci de 1945 raconte la prise de Huê par le Viêt Minh et revient en détail sur la fin du gouvernement nationaliste Tran Trong Kim (17 avril 1945 – 20 août 1945). L’extrait de son récit débute après le coup de force japonais du 9 mars 1945 et la création sous son égide de l’Association du Nouveau Viet Nam (Hoi Tan Viet Nam), une association nationaliste regroupant des intellectuels patriotes2.

En déplacement à Vinh, il prend conscience de l’avancée rapide du mouvement indépendantiste Viêt Minh et réalise que des militants communistes jugent de prime abord la nouvelle organisation comme « pro-japonaise ». De retour à Huê, il décide de dissoudre cette dernière et attend prudemment. Le journal Co Giai Phong (Le journal de la libération) l’a déjà classé parmi les « traîtres pro-japonais » tout comme Tran Trong Kim ou Phan Anh même si l’attaque est moins virulente contre lui.

Néanmoins, peu de temps après il est contacté par le Viêt Minh, notamment Hoang Anh, secrétaire provincial du Viêt Minh et ancien prisonnier politique comme Phiet, car l’organisation veut rassembler autour d’elle des personnalités susceptibles de soutenir les forces révolutionnaires. Les manifestations de rues en soutien au Viêt Minh se multiplient et laissent de marbre les quelques 4.500 militaires japonais encore présents à Huê. Phiet qui reste en contact avec l’administration locale en particulier les chefs de districts (tri huyen) doit les convaincre de remettre le pouvoir aux représentants du Viêt Minh. Cette tâche est accomplie sans difficulté car il connaît les principaux concernés.

De son côté, le cabinet Tran Trong Kim entre dans une phase d’interrogation face à la nouvelle situation. Selon Phiet, seuls Tran Trong Kim, Phan Anh et Vu Van Hien veulent se maintenir, tous les autres ministres ont renoncé. La crise est profonde. Phan Anh propose à Phiet de prendre la place de Tran Dinh Nam au ministère de l’intérieur. Phiet refuse et pousse son ami de rejoindre le Viêt Minh car, dil-il, s’en est fini du gouvernement « pro-japonais ». Quelques jours plus tard, Phan Anh démissionne du cabinet comme tous les autres ministres. Ce fait est important car Phan Anh dispose d’une force les « Jeunesses de Première Ligne » susceptible d’appuyer la révolution.

Ton Quang Phiet est désigné par les cadres locaux du PCI pour une mission hautement délicate et politique : faire en sorte que l’empereur Bao Dai abdique au profit du mouvement indépendantiste et provoquer la démission du gouvernement Tran Trong Kim. Pour ce faire, il prend contact avec Pham Khac Hoe, l’homme lige du cabinet impérial. Ils évaluent la situation. Si la princesse Nam Phuong reste attachée au trône, Bao Dai est dans un tout autre état d’esprit: « il en a assez de son métier de roi » (p. 6). Pham Khac Hoe va pousser Bao Dai à abdiquer pour faire face à une situation insurrectionnelle qui ne tarde pas à toucher Huê après la province de Quang Ngai, Ha Tinh et Ha Noi le 17 août.

Phiet est désigné contre son gré pour présider le Comité populaire révolutionnaire provisoire mis en place par le Viêt Minh pour la prise du pouvoir. Le comité comprend les militants communistes Hoang Anh, Ho Tung Mau, Nguyen Duy Trinh et To Huu. Cette désignation décidée d’avance « l’enthousiasme tout autant qu’elle l’effraie » (p. 6). Le 23 août, le gouvernement Tran Trong Kim organise le meeting célébrant la rétrocession du Sud (Cochinchine) par les Japonais. Le comité Viêt Minh s’empresse de saisir l’occasion pour se saisir du pouvoir. Les forces de protection du gouvernement impérial, en particulier la Garde civile de Phan Tu Lang, ne sont pas négligeables mais une manifestation gigantesque est orchestrée par le Viêt Minh depuis les alentours de la ville. 150.000 personnes sont mobilisées « pour renverser le pouvoir fantoche » et mettre sur pied un gouvernement provisoire.

A partir de midi, des brigades véhiculées sont chargées d’arrêter les « traîtres pro-japonais ». Sont visés en particulier Ngo Dinh Khoi et son fils Ngo Dinh Huan, secrétaire particulier du conseiller Yokohama. Pham Quynh et son gendre Nguyen Tien Lang sont aussi arrêtés tout comme les quelques Vietnamiens encore favorables aux Japonais, surtout ceux possèdent des armes. Les ennemis potentiels neutralisés et enfermés dans la prison de Thua Phu, une missive officielle du Viêt Minh est portée à Bao Dai. Il lui est demandé expressément de faire désarmer la garde impériale et de rester serein afin de lui garantir la protection des forces révolutionnaires.

Les brigades armées sont également chargées de neutraliser les places fortes de Huê. La ville se couvre du pavillon rouge à l’étoile jaune et un rassemblement de dizaines de milliers de personnes est organisé pour signifier l’avènement du Comité populaire révolutionnaire et la victoire du Viêt Minh. To Huu, chef du Comité de l’insurrection se rend accompagné de Phiet auprès des responsables japonais et des français pour les intimer à rester calme face aux événements. Les fonctionnaires mandarinaux apeurés se rallient à la nouvelle cause sans difficulté. Les représentants des communautés catholiques et bouddhiques sont assurés de la liberté de croyance sous le nouveau gouvernement.

La résolution du cas de Bao Dai est transmise au Comité central qui envoie de Hanoi trois émissaires du Viêt Minh (Tran Huy Lieu, Nguyen Luong Bang et Cu Huy Can). Ils doivent recevoir des mains de l’empereur l’abdication officielle. Le 30 août 1945, l’acte d’abdication est lu par Bao Dai lors d’un grand rassemblement populaire et est enregistré par Tran Huy Lieu qui adresse la réplique à l’empereur. Ce jour là, la délégation Viêt Minh reçoit l’épée d’or et le sceau impérial. Les attributs du pouvoir impérial remis au Viêt Minh lui confère une nouvelle légitimité et ferme le mandat du ciel. Le drapeau jaune à l’hexagramme Ly de couleur rouge de l’Empire du Viêt Nam est remplacé par le drapeau du mouvement Viêt Minh. La longue page d’histoire des dynasties vietnamiennes est définitivement close.

 Le remise de l’épée et du sceau impérial le 30 août 1945.

L’article vise à rehausser le rôle de Tôn Quang Phiêt en mettant en avant son rôle d’intermédiaire indispensable entre l’administration impériale et les forces Viêt Minh. En ralliant à sa cause Phan Anh, Phiet fait en effet basculer les Jeunesses de Première Ligne du côté de la révolution. Un facteur décisif pour la réussite de la prise du pouvoir à Huê qui n’est pas explicitement mentionné. Le rôle de Bao Dai qui refuse l’intervention armée des Japonais pour le maintenir sur le trône est également minimisé.

FG, d’après Xua & Nay, n° 410.

MàJ 21/07/2017.

Annexe

Les principaux protagonistes :

Bao Dai (1913-1997) : le dernier empereur de la dynastie des Nguyen.

Cu Huy Can (1919-2005) : poète, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Ho Tung Mau (1896-1951) : vieux révolutionnaire communiste qui semble avoir été écarté de la prise du pouvoir par To Huu (p. 5).

Hoang Anh (1912-) : secrétaire du PCI au niveau de la province. Il joua sans doute un rôle prépondérant dans l’unification des forces Viêt Minh à Huê.

Nam Phuong (1914-1963) : l’épouse de Bao Dai, la dernière princesse impériale.

Ngo Dinh Khoi (1885-1945) : aîné de la famille des Ngo Dinh. Préfet de la province de Quang Nam, assassiné en 1945 par le Viêt Minh à la suite de la prise de Huê.

Ngo Dinh Huan ( ?-1945) : fils de Khoi, en contact avec les responsables japonais. Exécuté comme son père par le Viêt Minh à l’automne 1945.

Nguyen Duy Trinh (1910-1985) : ancien prisonnier politique communiste, un des dirigeants du Viêt Minh à Huê lors de la prise du pouvoir.

Nguyen Luong Bang (1904-1979) : membre du Comité national de libération, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Nguyen Tien Lang (1909-1976) : gendre de Pham Quynh. Fut emprisonné un temps après la prise du pouvoir par le Viêt Minh à Huê.

Pham Khac Hoe (1901 ou 1902-1995) : secrétaire particulier de Bao Dai. Rédacteur du texte d’abdication.

Pham Quynh (1892-1945) : intellectuel renommé, ministre de l’Intérieur du cabinet impérial avant le 9 mars 1945. Assassiné en septembre 1945 par le Viêt Minh.

Phan Anh (1912-1990) : ministre de la Jeunesse du cabinet Tran Trong Kim. Chef des Jeunesses de Première ligne.

Phan Tu Lang (?-?) : Chef de la Garde civile à Huê.

To Huu (1920-2002) : poète, révolutionnaire communiste, dirige le Comité insurrectionnel de la province de Thua Thien Hue en 1945.

Ton Quang Phiet (1900-1973) : révolutionnaire réputé, rejoint le Viêt Minh à Huê au mois d’août 1945.

Tran Dinh Nam (1896-1974) : médecin, ministre de l’Intérieur du Cabinet Tran Trong Kim.

Tran Huy Lieu (1901-1969) : révolutionnaire, transfuge du VNQDD, historien, un des trois représentants du Viêt Minh à recevoir l’abdication officielle de Bao Dai.

Tran Trong Kim (1883-1953) : historien renommé, Premier ministre de l’Empire du Viêt Nam (avril-août 1945).

Vu Van Hien (1911-1961) : avocat, ministre des finances du Cabinet Tran Trong Kim.

Réf. : Tôn Quang Phiệt, « Tôi tham gia Cách mạng tháng tám ở Huế » [J’ai participé à la révolution d’Août à Huê], Xưa & Nay, n° 410, 8-2012, pp. 3-8.

 

A lire en complément :

Le déroulement de révolution d’août à Huê dans l’ouvrage de David Marr : David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, pp. 438-453.

Nguyen The Anh, « The formulation of the national discourse in 1940-45 Viêt-Nam », dans Nguyen The Anh, Parcours d’un historien du Viêt-Nam, Paris, Les Indes Savantes, 2008, pp. 476-495.


Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Tôn Quang Phiệt : « J’ai participé à la Révolution d’Août à Huê »," sur Mémoires d'Indochine, 19/09/2012. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/92.
Notes

  1. Il n’est pas spécifié si le texte a déjà été publié auparavant où s’il s’agit d’une réédition []
  2. Voir aussi David G. Marr, Vietnam 1945: The quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995, p. 149 et 215-216. La liaison de ce groupe avec celui du même nom à Hanoi n’est pas formellement établie selon Marr (p. 149, note 349) []

Saïgon-Marseille aller simple : le récit d’une page d’histoire oubliée

par Pierre Daum ///

Nguyen Van Thanh est l’un des 20000 Vietnamiens emmenés en France au début de la seconde guerre mondiale. Agé de 90 ans, resté en France pour fonder une famille, il raconte son histoire. Pierre Daum, le journaliste qui a découvert son manuscrit et a aidé à le publier, raconte dans la préface son émotion face à cette page d’histoire oubliée.

Saïgon-Marseille aller simple est un livre qui faillit ne jamais exister. Son auteur, un vieil homme de quatre-vingt-dix ans, est un ancien ouvrier d’une usine de peinture de la banlieue parisienne venu prendre sa retraite dans un modeste appartement à Lattes, dans l’Hérault, village autrefois paysan dont sa femme Juliette est native. Le couple eut deux enfants, qui se marièrent, et qui devinrent eux-mêmes pères et grands-pères.

Il y a dix ans, Nguyen Van Thanh acheta un ordinateur, et commença à inscrire sur l’écran les souvenirs de sa vie restés intacts dans sa mémoire. Il écrivit pour ses enfants et ses petits-enfants, afin que ceux-ci le connaissent mieux, et gardent une trace de son histoire, et donc aussi de la leur. Démarche banale d’un homme au soir de sa vie ? Assurément. A aucun moment, l’idée de publier « en vrai » un tel texte ne traversa l’esprit du vieil ouvrier, doté de surcroît d’une modestie presque maladive.

Sauf que la vie que vécue Nguyen Van Thanh n’a rien à voir avec celle, souvent « banale », de ses anciens camarades d’usine. Comme tous ces Français venus d’ailleurs, il eut la chance et le courage de s’extirper de ses origines, et de connaître ainsi d’autres mondes, d’autres peuples, et un autre lui-même.

Nguyen Van Thanh est né en 1921 à Hué, l’ancienne capitale impériale du Viêt-Nam. Son père, issu d’une famille de lettrés pauvres, avait accompli de brillantes études de français. Reçu aux concours les plus élevés de la fonction publique « indigène », il avait acquis le titre de mandarin, et exerçait la fonction de sous-préfet de la région de Vinh, à trois cents kilomètres de Hué. Un sous-préfet « indigène », placé sous l’autorité d’un fonctionnaire français, le Résident supérieur, représentant de l’administration coloniale en Indochine.

Depuis l’expédition du Tonkin, dans les années 1880, et l’occupation du Viêt-Nam par l’armée française, les autorités coloniales avaient su exercer leur puissance en s’appuyant sur un réseau d’élites vietnamiennes – les riches propriétaires terriens, les dignitaires de la cour, les mandarins, les maires, et les membres de conseils de village.

Adolescent, Thanh ne supporte pas cette ambiance familiale, mélange de sentiments de supériorité, de rigidité, et de soumission. En juillet 1939, lorsqu’il entend dire qu’on recrute des jeunes Vietnamiens sachant parler français afin d’encadrer des milliers de paysans destinés à travailler dans les usines d’armement de la métropole, il ne réfléchit pas, il s’engage ! Il n’a alors que dix-sept ans.

Nguyen Van Thanh fait partie de ces 20000 Vietnamiens appelés Travailleurs indochinois de la Seconde guerre mondiale (ou ONS, pour Ouvriers non spécialisés), emmenés pour la plupart de force en France, parqués dans des camps, et utilisés entre septembre 1939 et juin 1940 pour manipuler la poudre des munitions et explosifs destinés à l’armée française.

Puis vint la Débâcle, 5000 d’entre eux purent regagner tant bien que mal leur pays, mais 15000 restèrent bloqués sur le sol français jusqu’à la fin de la guerre, et même un peu au-delà. Toujours enfermés dans des camps dans le Sud de la France, cette main-d’œuvre fut utilisée dans tous les secteurs de l’économie nationale, sans que jamais ces hommes ne perçoivent de salaire.

Certains furent envoyés en Camargue afin de participer à la relance d’un riz dont la France avait bien besoin pour se nourrir.

En 1948, l’Etat français commença enfin à organiser leur rapatriement. Ce n’est qu’en 1952 que les derniers purent enfin revoir leur patrie, après douze années d’exil forcé. Environ un millier d’entre eux firent le choix de rester en France, le plus souvent parce qu’ils avaient rencontré une femme, et fondé une famille. Tel est le cas de Nguyen Van Thanh.

Pendant presque soixante-dix ans, l’histoire de ces 20.000 hommes est restée oubliée. Une thèse de droit fut écrite sur eux en 1946, puis un mémoire d’histoire à l’université de Nanterre, quarante ans plus tard. En 1996, la réalisatrice Dzu Le Lieu, fille d’un ancien travailleur indochinois, réalisa un film documentaire sur le passé de son père et de ses anciens camarades : Les Hommes des trois Ky.

Puis deux anciens publièrent leurs mémoires. Lê Huu Tho, aux éditions L’Harmattan, Itinéraire d’un petit mandarin, en 1997. Et Thieu Van Muu, Un enfant loin de son pays, en 2003.

Au même moment apparaissait sur Internet un site très riche consacré à la mémoire de ces hommes, construit par Joël Pham, le fils de l’un d’entre eux : www.travailleurs-indochinois.org.

Quelque temps après, journaliste à Libération, j’entendis par hasard parler « d’Indochinois » ayant servis à la relance de la riziculture en Camargue, en 1942. J’enquêtai et découvris des fils, que je remontai en France, puis au Viêt-Nam. Je réussis ainsi à retrouver encore en vie vingt-cinq de ces anciens témoins d’une histoire si longtemps enfouie. En 2009, mêlant témoignages et documents d’archives, je publiai l’histoire de ces hommes aux éditions Actes Sud : Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952).

A ce moment-là, il restait quelques anciens travailleurs indochinois que je n’avais pas encore eu la possibilité de rencontrer, dont Nguyen Van Thanh. Six mois plus tard, à l’occasion d’une émouvante journée d’hommage que la municipalité d’Arles organisa en leur honneur, le 10 décembre 2009, je fis la connaissance du vieil homme, toujours très discret.

Je découvris que nous habitions à proximité l’un de l’autre. Nous nous revîmes souvent. Mais il fallut que j’attende encore de très longs mois avant que Thanh me glisse qu’il avait entrepris d’écrire ses mémoires et que, au bout de dix ans, son travail était maintenant achevé. Je lui demandai la permission de lire son texte. Il accepta.

En parcourant les lignes rédigées par ce vieux monsieur, mon émotion fut immense. Non seulement je recueillais de très nombreuses informations que je ne connaissais pas, mais la façon de raconter de ce jeune auteur de quatre-vingt-dix ans, à la fois tellement sincère et passionnante, rendait la lecture absolument captivante.

Nguyen Van Thanh possède en effet une capacité innée à placer avec intelligence son histoire individuelle dans celle, plus vaste, du Viêt-Nam et de l’immigration asiatique en France.

Au-delà des tribulations romanesques de ce fils de l’élite vietnamienne à travers le XXe siècle, Saïgon-Marseille aller simple permet au lecteur une plongée passionnante dans l’Indochine des années 20 et 30, dans la France des camps des années 40, puis dans la vie des ouvriers de banlieue parisienne au cours des Trente glorieuses.

Avec, en toile de fond, les terribles violences subies par le peuple vietnamien, au cours de ses deux guerres d’indépendance, contre les Français (1946-1954), puis contre les Américains (1959-1975).

Mais le livre de Nguyen Van Thanh possède un intérêt supplémentaire : tous ces chapitres d’histoire nous sont racontés, pour une fois, à travers l’autre regard, celui de l’ancien colonisé. Que nous sommes loin, dès lors, de ces récits nostalgiques d’une Indochine soi-disant si belle et envoûtante, et aujourd’hui disparue !

Convaincu que ce récit possédait une immense valeur de témoignage historique et humain, je demandai à Thanh la permission d’essayer de trouver un éditeur susceptible de diffuser son texte. Un seul essai suffit. Touché lui aussi par la force que dégagent les mots de Thanh, le directeur des éditions Elytis accepta immédiatement de publier ce manuscrit.

Un manuscrit que j’ai relu, et dont je n’ai quasiment pas changé un seul mot. Mes seules interventions consistèrent, avec l’autorisation de Thanh, à supprimer certains passages décrivant des péripéties familiales trop anecdotiques pour un large public. Et à faire passer de nombreux verbes de l’imparfait au passé simple, et inversement. Personne n’en voudra à un vieil homme de quatre-vingt-dix ans, de langue maternelle vietnamienne, d’éprouver quelques difficultés à maîtriser l’emploi différencié de ces deux temps dans la langue française…

Ce texte est maintenant imprimé. Il est devenu un livre. Je sais d’avance qu’il touchera immédiatement le cœur de tous les enfants et petits-enfants des anciens travailleurs indochinois, qui auront l’impression troublante, en écoutant la voix de Thanh, de reconnaître celle de leur père ou grand-père.

Car presque aucun d’entre eux n’a eu la chance de recevoir un tel texte en héritage. Ni un texte, ni même un récit oral : par un processus propre à la fois aux relations familiales vietnamiennes, et aux personnes victimes de certaines souffrances, les anciens travailleurs indochinois ont très peu raconté leur histoire à leurs enfants.

Mais au-delà, à l’heure où la société française s’interroge sur son passé colonial et sur ses éventuels « aspects positifs », le livre de Nguyen Van Thanh montre de façon concrète et détaillée, loin de toute polémique, les conséquences de cette présence étrangère dans son pays.

En plus d’être un formidable outil de transmission de mémoire, Saïgon-Marseille aller simple constitue, de la part de Nguyen Van Thanh, un magnifique hommage à ses 20000 anciens compagnons, ses compatriotes, ses frères.

Réf. : Nguyen Van Thanh, Saïgon-Marseille : aller-simple, Elytis éditions, 304 p.

Source : Rue 89