Archives par mot-clé : mémoires

Nguyen Cong Luan: Nationalist in the Viet Nam Wars – CR de lecture par Lauriane Simony

CR de lecture de Lauriane Simony : Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars: Memoirs of a Victim Turned Soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, 598 p.

“What if South Viet Nam had won the war?” (153)

NguyenCongLuan_NationalistVietnamWarsNationalist in the Viet Nam Wars : Memoirs of a Victim Turned Soldier est une imposante autobiographie écrite en 2012 par Nguyên Công Luân. Elle a été publiée aux États-Unis où l’auteur a choisi d’immigrer en 1990, après avoir grandi et vécu au Viêt Nam pendant près de 50 ans. La vie de Nguyên Công Luân est exceptionnelle en ce qu’elle a été successivement marquée par l’occupation française, la guerre d’Indochine, la guerre du Viêt Nam et enfin les conflits entre le Viêt Nam et la Chine : c’est dans cette succession d’évènements traumatisants que le pluriel de Viet Nam Wars prend tout son sens. Cet ouvrage relève d’une démarche purement individuelle : le récit de l’auteur ne prétend ni à l’exhaustivité ni à l’objectivité. C’est avant tout son vécu et son histoire personnelle qui priment ; il affirme d’ailleurs très clairement : “This is not an academic study” (préface). Il ne s’agit donc ni d’une analyse d’historien ni de la biographie d’une figure célèbre : Nguyên Công Luan se présente au contraire comme « un inconnu ».

La guerre vue d’en bas

L’intérêt de sa démarche est double. D’une part, l’histoire contenue dans cet ouvrage est racontée d’en bas. Nguyên Công Luân explique : “Experiences from my childhood in my small home village during the 1946-54 war directed my concerns more to be to the bottom than to the top of a system. I was interested in matters related to enlisted men and poor peasants more than to what presidents and ministers declared” (183). D’autre part, l’histoire du Viêt Nam est présentée dans cet ouvrage du point de vue d’un soldat nationaliste non communiste, c’est-à-dire un perdant de la guerre du Viêt Nam. Encore aujourd’hui, il est impossible pour l’auteur de publier ses mémoires au Viêt Nam. En effet, il n’hésite pas à aborder des sujets qui fâchent, notamment en montrant, selon lui, la « vraie » face du régime communiste vietnamien. A travers ses mémoires, Nguyên Công Luân prend ainsi de la distance par rapport aux récits autorisés sur la guerre du Viêt Nam, le plus souvent écrits (du moins ce qui nous en parvient) par les élites ou les vainqueurs.

NguoiLinhVNCH
Soldat de la République du Viêt-Nam © DR

Ces mémoires invitent le lecteur à s’interroger sur l’idée de guerre et de traumatisme, ainsi que sur le devoir de mémoire individuel. En d’autres termes, la question que pose l’auteur est la suivante : comment raconter la guerre ? Si l’on associe souvent l’horreur à l’indicible, au refus de prendre la parole, on s’aperçoit ici que faire l’expérience de la guerre peut au contraire conduire à une sorte de besoin vital de prendre la parole pour extérioriser le traumatisme : “I had an urgent desire to publish my study to tell readers about what life in the northern half of our country was really like” (438). Nguyên Công Luân n’hésite pas à décrire de manière très crue les scènes les plus dures auxquelles il a pu assister au cours de sa vie – les détails les plus graphiques sur les techniques de torture mises en place par les deux camps durant la guerre du Viêt Nam ne sont pas laissés de côté.

Une expérience personnelle de la guerre

LinhVNCH_smallNationalist in the Viet Nam Wars est composé de cinq grandes parties dans lesquelles la vie de Nguyên Công Luân épouse les grands moments de l’histoire du Viêt Nam au XXe siècle. L’ouvrage s’ouvre sur l’enfance de l’auteur dans le nord du pays, dans une petite ville de la province de Vinh Yên au nord de Hanoi. Le début des mémoires correspond au moment où l’auteur se rend pour la première fois pleinement compte de ce que la guerre signifie : âgé de 9 ans seulement, Luân est kidnappé par un soldat de l’Armée française car il est suspecté de faire partie du Viêt Minh. Toute la première partie correspond à l’occupation française en Indochine et à l’invasion japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, l’auteur décrit la guerre d’Indochine et les bouleversements qu’elle entraine dans la vie de tous les jours : il accorde beaucoup d’importance à son quotidien à l’école et à la politisation précoce des adolescents. Cette seconde partie se clôt sur les Accords de Genève en 1954 et la division du pays – ce qui correspond pour Luân à la migration de sa famille du Nord vers le Sud du Viêt Nam.

S’ensuivent deux parties sur la guerre du Viêt Nam, la première retraçant l’optimisme du Sud, soutenu par les Américains et la seconde peignant la fatalité d’une défaite imminente des nationalistes face aux communistes. Nguyên Công Luân s’engage dans l’ARVN (l’Armée de la République du Viêt Nam) et décrit cette fois-ci la guerre du point de vue d’un soldat et non d’un civil comme lors de la guerre d’Indochine. Il intègre d’abord la 22ème division, puis il choisit de travailler dans le domaine de l’information au sein du programme Chiêu Hôi, très important puisqu’il consiste à convertir et rallier les communistes et à prendre en charge les personnes désillusionnées vis-à-vis de l’idéologie. Enfin, la dernière partie des mémoires concerne les premières années de sa vie sous le régime communiste après la défaite du Sud : il est fait prisonnier durant plus de 7 ans et parvient finalement à émigrer vers les États-Unis en 1990. Il s’agit là d’une partie « bilan » : l’auteur tente d’estimer l’impact de la guerre et de chiffrer les décès liés aux combats.

VNCH_ChuongTrinhChieuHoi
Sauf-conduit e la République du Viêt-Nam (Sud) attribué aux “ralliés” © DR

Ces cinq grandes parties sont elles-mêmes subdivisées en chapitres courts sous forme de vignettes qui épousent la mémoire de l’auteur. Là où les grandes parties suivent un ordre chronologique, les chapitres sont marqués par des allers-retours dans le temps, rythmés par des anecdotes personnelles ou des faits de la guerre qui ont marqué l’auteur lui-même. Si au regard de l’histoire, certains de ces événements peuvent sembler d’importance moindre, ils sont ici dûment mis en avant pour leur importance dans l’esprit de l’auteur. Ceci apparaît clairement lorsque l’on compare l’évocation très rapide de la victoire contre les Français à Diên Biên Phu, à laquelle il n’a pas pris part et qu’il décrit comme un fait relevant de l’Histoire avec un grand H, avec les conflits auxquels la 22ème Division de l’ARVN participe, dans la région de Kon Tum par exemple – conflits décrits très longuement dans l’ouvrage bien qu’ils soient rarement mentionnés dans les livres d’histoire.

Histoire collective et histoire personnelle : les aléas de la mémoire

Nationalist in the Viet Nam Wars se caractérise principalement par la superposition constante entre histoire collective et histoire individuelle. Celle-ci s’opère grâce à une combinaison habile entre récit chronologique et anecdotes personnelles. Cette imbrication des deux histoires est telle qu’on la retrouve parfois au sein d’une même phrase : “However, as my son looked better every day, the new regime seemed to be worse and worse” (238). Ici, la naissance du fils de Nguyên Công Luân correspond au coup d’État de novembre 1963 à Saigon et au renversement du Président Ngô Dinh Diêm. Les anecdotes personnelles qu’il choisit de relater sont d’ailleurs parfois complètement loufoques ou humoristiques car insérées dans son récit de guerre : l’effet de dissonance créé par cette superposition permet pendant un instant de relâcher la tension générale du récit. L’auteur consacre par exemple un paragraphe entier à son choix de se faire pousser une moustache avant d’embrayer sans aucune transition sur l’offensive du Têt en 1968.

La temporalité des événements décrits est en fait assez chaotique : les parties sont plus ou moins longues selon ce dont l’auteur se souvient. C’est pourquoi la toute première partie (A Grain of Sand) est la plus courte : elle correspond à l’enfance de Luân et ses souvenirs sont donc plus épars que lorsqu’il combat durant la guerre du Viêt Nam. A l’inverse, les chapitres qui constituent la 4ème partie, relatant le « bourbier vietnamien » pour reprendre une expression très largement utilisée dans la presse internationale, sont interminables car bâtis sur les victoires et les défaites militaires successives du Sud et du Nord. Dans ce cas, c’est la forme même de l’écriture qui nous donne à voir la stagnation de la guerre avant le dénouement de 1975.

VoAnhNinh_faminevictims
Victimes de la famine de l’hiver 1944-45 au Tonkin © 1945 Vo An Ninh

Au début de l’ouvrage, l’auteur affirme posséder une très bonne mémoire – mémoire qu’il perçoit tour à tour comme un don et un fardeau. Il aimerait en effet oublier certains éléments de sa vie qui le hantent, comme les conséquences de la famine de 1945 : les descriptions de ce passage sont d’ailleurs très pénibles car l’auteur décrit crûment pendant plusieurs pages les corps squelettiques des habitants de son village ou encore les actes de cannibalisme auxquels il assiste. On peut néanmoins se demander dans quelle mesure il se souvient réellement de tout ce qu’il raconte, en particulier lorsqu’il est très jeune : certains éléments ont probablement été reconstitués a posteriori, à partir des récits de ses proches. En effet, il adopte un point de vue très critique sur les situations qu’il vit. Lorsqu’il est kidnappé par l’Armée française à l’âge de 9 ans, il établit un parallèle entre la cruauté des soldats africains de CEFEO (Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient) et les communistes vietnamiens, du point de vue de leurs méthodes d’interrogation, afin de suggérer qu’un régime oppressif s’est substitué à un autre. Ceci relève bien sûr du point de vue rétrospectif de l’auteur, de ses analyses postérieures, et non de ses expériences de jeune garçon.

Un récit sélectif, graphique et construit

Ainsi, ce que nous lisons dans ces mémoires, c’est une histoire qui relève de la sélection : le récit n’est pas entièrement objectif – ce qu’il précise lui-même dans sa préface. A la manière d’un ressassement, certains sujets hantent l’auteur et sont traités à maintes reprises au cours du livre. Par exemple, le traitement des prisonniers de guerre est un sujet qui le touche tout particulièrement (son père, membre du parti national (VNQDD), a été emprisonné et torturé par les communistes et meurt en prison ; Nguyên Công Luân lui-même a été fait prisonnier après la guerre et a connu le travail forcé). Ses thématiques donnent lieu à des descriptions très graphiques.

D’autre part, l’auteur met en avant les faits ou les personnages « oubliés » de l’histoire. L’ouvrage constitue en effet un travail de mémoire important en ce qu’il réhabilite certains héros de guerre inconnus car mis volontairement de côté par le régime communiste, ou encore des « catégories » de personnes moins présentes dans l’historiographie du Viet Nam au XXe siècle, comme celle des femmes, des minorités ethniques, ou encore des soldats américains très proches de l’ARVN. Il tente de montrer en quoi l’assassinat du Président Diêm en 1963 (envers qui il est très critique) constitue un tournant majeur dans la guerre puisqu’il n’y aura plus, après lui, de figure politique assez forte pour maintenir une certaine stabilité au Sud (“The overthrow of President Diêm and the subsequent political disturbances contributed a psychological factor that was almost ignored in the literature of this war”, 251). En revanche, le décès d’Hô Chi Minh en 1969 est traité comme un simple fait divers relayé dans la presse.

LinhVNCH_30-04-1975
Saigon, le traumatisme du 30 avril 1975. Soldats de l’ARVN prisonniers des Bo Doi nord-vietnamiens © DR

L’histoire du Viêt Nam vue par Nguyên Công Luân est donc une histoire construite. Bien qu’il s’agisse de mémoires, on note une forme de mise en scène ou de dramatisation du récit dans certains chapitres. C’est le cas notamment de son récit de la chute de Saigon en avril 1975, l’un des événements les plus marquants de sa vie : il raconte comment il est resté aux côtés de ses hommes jusqu’à la dernière minute et étend la narration pour maintenir une forme de suspense – “Sai Gon was in its last hour” (454). L’auteur est d’ailleurs par moments tenté de réécrire l’histoire et ses rêveries prennent alors le pas sur la réalité. Il s’interroge ainsi sur ce qui se serait passé s’il n’y avait pas eu le Viêt Minh ou encore si le Sud avait gagné la guerre : “I guessed that with such a scenario, Viet Nam would have become a democracy like Thailand, or even the Philippines – not very stable politically, perhaps, but with greater economic development” (133).

Deux Viêt Nam : un point de vue critique sur l’histoire officielle

L’auteur n’a de cesse d’apporter des nuances vis-à-vis des différents discours qui s’entremêlent pendant la guerre : il tente de garder un point de vue critique sur les deux Viêt Nam. Il met en avant l’idée que la guerre du Viêt Nam a été une guerre totale, au sens où elle s’est déroulée à la fois sur le plan militaire et sur le plan idéologique : il accorde une importance égale à ces deux aspects de la guerre. Le profil de Nguyên Công Luân lui-même est intéressant car il est assez protéiforme : il a vécu à la fois en zone rurale et en zone urbaine, il a vécu la guerre à la fois comme soldat et comme civil, il a occupé des postes au sein de l’Armée très divers (sur le front et à l’arrière), il a vécu d’abord au Nord puis au Sud – et même à l’étranger. Ces expériences très diverses lui permettent d’avoir une vision assez globale de la situation.

LinhVNCH5
Le drapeau de la République du Viêt-Nam sur le champ de bataille © DR

Cependant, l’ouvrage souligne un paradoxe : la guerre du Viêt Nam est l’une des guerres les plus connues et documentées de l’histoire, elle a fait l’objet de nombreuses études académiques et de nombreux films mais c’est en fait, selon l’auteur, l’une des guerres les moins bien comprises sur la scène internationale, encore aujourd’hui “shrouded in a fog of misconceptions, bogus myths, and distorted facts” (préface). De plus, les récits des Vietnamiens eux-mêmes sur cette guerre sont très peu nombreux, la censure à l’intérieur du pays étant toujours à l’œuvre. Ainsi, plutôt que de se ranger derrière l’idéologie nationaliste, il examine les aspects positifs et négatifs de la colonisation française, de la présence américaine, et des deux idéologies opposées durant la guerre du Viêt Nam (nationaliste et communiste). Par exemple, il suggère que l’occupation française n’a pas été pire que le régime communiste qui a été imposé à tout le pays en 1975, mais il montre également certains aspects positifs du communisme que l’on oublie parfois, comme la place des femmes dans l’idéologie communiste.

Il rappelle que les dirigeants communistes se sont penchés sur les droits de femmes et en ont fait véritablement une cause nationale (ce qui ne semble pas avoir été le cas au Sud). Nguyên Công Luân met en valeur la diversité et la complexité des statuts et des groupes politiques pour se défaire de l’opposition binaire trop stricte entre nationalistes et communistes – il a lui-même beaucoup de respect pour l’objectif communiste qui est au départ d’établir une nation indépendante. C’est pourquoi il choisit de décrire les luttes intestines au sein du Parti Communiste Vietnamien et entre les différentes factions nationalistes. Il parle d’ailleurs de « lutte fratricide » pour qualifier la guerre du Viêt Nam : certes car il s’agit d’une guerre civile, mais aussi car c’est une lutte qui oppose les personnes d’une même famille, ou bien d’une même classe – il fait de sa propre classe une sorte de microcosme pour montrer à petite échelle la confrontation entre les différentes idéologies de l’époque.

BietDongQuan_VNCH
Rangers sud-vietnamien en communication pendant une opération © DR

Pour finir, Nguyên Công Luân s’interroge sur le rôle de la propagande dans la guerre du Viêt Nam et montre que de nombreux éléments relayés par la radio et la presse (à la fois à l’intérieur du pays et à l’extérieur) relèvent du mythe et non de la réalité. L’exemple le plus parlant, ce sont toutes les constructions autour de la figure d’Hô Chi Minh, transformé en véritable divinité. Il déconstruit avec ironie le discours des cadres du Viêt Minh : “They said that he himself wrote the most beautiful sentence, ‘All men are created equal’” (35) – phrase qui est en fait tirée de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis. Mais là encore, dans le discours de l’auteur lui-même, on peut s’interroger sur ce qui relève du mythe et ce qui relève de la vérité : il relaie certains discours hyperboliques de l’époque qui incitent à la peur et la violence, comme lorsqu’il parle d’un nationaliste démoniaque qui tue les communistes pour boire leur sang…

* * *

Ainsi, sans prétendre aucunement à l’objectivité puisqu’il relate avant tous les fait ayant ponctué sa vie personnelle, Nguyên Công Luân nous offre une fresque détaillée des guerres du Viêt Nam depuis la fin des années 1930 jusqu’à 1990. Son récit, très dense, est souvent dur à lire car excédant toute l’horreur que l’on peut imaginer. Cette autobiographie est un moyen pour lui de rendre justice à ceux que l’histoire, écrite le plus souvent par des non-Vietnamiens ou par des membres du Parti Communiste Vietnamien, a oubliés, tout en marquant une prise de distance vis-à-vis de la multiplicité des discours qui s’opposent sur la question de la nation vietnamienne.

Lauriane Simony, promotion ASIOC 2015-2016.

_______________

Lauriane Simony est actuellement étudiante en deuxième année de Master Asie Orientale Contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon. Elle effectue ses recherches sur les différentes manifestations du nationalisme en Birmanie sous les occupations britannique et japonaise (1942-1948).

Image “à la une” : femme militaire de l’ARVN tenant un enfant blessé © National Geographic – Inside the Vietnam War, DVD 2008.

Après les dictatures, après les traumatismes historiques [ENS de Lyon, 5 & 6 novembre 2015]

[ndlr] Annonce d’un colloque qui rejoint les préoccupations du séminaire.

Après les dictatures, après les traumatismes historiques

Le Brésil, l’Argentine, la France post-1980 : constructions comparées de la mémoire / littérature & cinéma

 

ApresDictatures20151105-06

5 et 6 novembre 2015

École Normale Supérieure de Lyon
Amphithéâtre du site Descartes

Piloté par l’ENS de Lyon, le congrès des 5-6 novembre 2015 fera état des recherches internationales menées dans le champ littéraire et des arts visuels au sein d’un réseau de recherche pluridisciplinaire « Mémoire et sociétés » (droit, histoire, philosophie, art et littérature), associant depuis deux ans différents établissements de la COMUE de Lyon (l’Université Lyon 3 Jean Moulin, l’Université Lumière Lyon 2, l’ENS de Lyon, l’IEP de Lyon), l’Université de São Paulo (Brésil) et l’université San Martin de Buenos Aires (Argentine).

Il interroge un corpus d’oeuvres romanesques et cinéma-tographiques contemporaines (à partir de 1980), au Brésil, en Argentine et en Europe, qui ont pour point commun la mise en fiction d’une mémoire douloureuse, jusqu’alors occultée, voire exclue de la mémoire collective ou de l’histoire officielle (par suite du secret d’Etat, d’archives inaccessibles, de la disparition des témoins, lois d’amnistie, etc), ou qui tout simplement reste à élaborer.

En parallèle des problématiques que rencontrent l’histoire et le droit pour discerner la « vérité » des faits historiques, le congrès mettra à jour les « protocoles » bâtis dans la fiction pour utiliser le témoignage, ses formes (oralité/écrit/image), ses fonctions, ses contenus (témoignages de bourreaux ou de victimes, etc), sa réception (formelle/informelle) et sa place dans la construction de la mémoire collective, eu égard à sa valeur et sa validité pour les destinataires.

L’approche comparatiste des intervenants du congrès met l’accent sur les interactions et les transferts culturels entre l’Amérique latine et l’Europe.

Source : Université Lumière Lyon 2

 

GS Vũ Quốc Thúc: “Phải chọn con đường vì dân tộc” [RFI]

[ndlr] Entretien sur RFI avec le professeur Vũ Quốc Thúc, né en 1920, témoin et acteur de l’histoire de son pays. Plaidoyer pour l’indépendance et la neutralité du Viêt-Nam.

0019502Tập hồi ký của Giáo sư Vũ Quốc Thúc có tựa đề “Thời đại của tôi” (gồm 2 cuốn “Nhìn lại 100 năm lịch sử” xuất bản năm 2009 và “Đời tôi trải qua các thời biến” xuất bản năm 2010) đã được sang tiếng Anh và vừa được xuất bản tại Hoa Kỳ.

Đây là một sự kiện đáng chú ý bởi vì Giáo sư Vũ Quốc Thúc không những có nhiều đóng góp trong lĩnh vực giáo dục ở Việt Nam trước năm 1975, mà còn từng giữ nhiều chức vụ quan trọng trong chính quyền Việt Nam Cộng Hòa từ thời tổng thống Ngô Đình Diệm : Bộ trưởng Quốc gia Giáo dục, Thống đốc Ngân hàng Quốc gia, Quốc vụ khanh đặc trách Tái thiết và Phát triển…

Đặc biệt, GS còn là đồng tác giả hai bản phúc trình Stanley-Vũ Quốc Thúc (1961) và Phúc trình Lilienthal-Vũ Quốc Thúc (1968) về tái thiết thời hậu chiến. Ấy là chưa kể rất nhiều sách và bài khảo luận về các vấn đề chính trị, kinh tế bằng tiếng Việt và tiếng Pháp.

Sinh năm 1920, tức là năm nay đã 94 tuổi, có thể nói GS Vũ Quốc Thúc là một trong số hiếm hoi các nhân chứng trực tiếp của thời cuộc Việt Nam suốt gần 100 năm qua, từ thời chế độ Pháp thuộc năm 1900 cho đến thời chế độ Cộng sản, cụ thể là đến năm 2000. Toàn bộ 100 năm lịch sử đó đã được Giáo sư tóm gọn trong cuốn đầu của tập hồi ký, qua cái nhìn của người trong cuộc.

VuQuocThuc_ThoiDaiCuaToi_2010

Khác với cuốn đầu, gần như thuần túy mang tính biên khảo, cuốn thứ hai mới thật sự là hồi ký Vũ Quốc Thúc, vì trong đó ông trình bày rất nhiều chi tiết về cá nhân, về gia đình, dòng tộc và sự nghiệp chính trị của ông. Nhưng Giáo sư Vũ Quốc Thúc cũng không quên đưa vào hồi ký những suy tư, nhưng trăn trở của ông về thời cuộc Việt Nam trước đây và hiện nay.

Ngày 08/12/2014 vừa qua, chúng tôi đã được Giáo sư Nguyễn Thái Sơn dẫn đến nhà riêng của Giáo sư Vũ Quốc Thúc ở Nanterre, nằm không xa khu La Défense, ngoại ô Paris, để phỏng vấn ông nhân dịp cuốn hồi ký được xuất bản bằng tiếng Anh tại Hoa Kỳ. Tuy năm nay đã 94 tuổi, nhưng bầu nhiệt huyết tuổi thanh xuân, lòng yêu nước thương nòi, nỗi lo cho tiền đồ dân tộc hầu như vẫn nguyên vẹn trong con người Giáo sư Vũ Quốc Thúc. Càng nói giọng của ông càng hùng hồn, lập luận càng khúc chiết, rành mạch, tưởng như Giáo sư vẫn còn đứng trên bục giảng đường đại học năm xưa.

Lire la suite : RFI, 12/12/2014.

Le Ly Hayslip: Entre le ciel et la terre – CR de lecture par Marie-Astrid Gillier

[ndlr] A lire sur Femmes et Guerre au Viêt-Nam.

LeLyHayslip_EntreLeCiel&LaTerre2Entre le ciel et la terre est le premier des deux tomes des mémoires de Le Ly Hayslip. Dans ce récit saisissant, l’auteur raconte son enfance dans le village de Ky La, à quelques kilomètres au sud du 17e parallèle, puis ses errances dans les villes de Saigon et Da Nang jusqu’à son mariage avec le soldat américain Ed Munro et son départ pour les États-Unis en 1970.

Témoin du départ des Français, de l’arrivée des Américains et des luttes fratricides entre le Vietcong[1] et les troupes républicaines, elle nous livre une vision interne du déroulement de ces événements tragiques et de leur impact sur les populations du Centre Viêt Nam. Prises en tenaille entre les deux camps aux heures les plus violentes de la guerre civile, elles ont été plus durement touchées. Le témoignage de Le Ly vient donc combler le silence qui entoure l’histoire des populations les moins audibles : les femmes, les paysans, les Vietnamiens originaires des régions centrales.

Cet ouvrage est intéressant à un autre égard. Sa structure originale, qui mêle deux chronologies, nous invite à porter un regard particulier sur le Viêt Nam des années 1980 à la lumière du conflit. Chaque chapitre est ainsi composé de deux récits : celui de l’enfance de Le Ly, et celui de son retour au Viêt Nam en 1986, à l’occasion d’un voyage qu’elle entreprend pour renouer avec sa famille et ses racines.

Lire la suite : Femmes & Guerres au Viêt-Nam

La difficile paix des Vietnamiens avec leur histoire – par Louis Raymond

[ndlr] Tribune libre.

TrongDongVietNam

 

La difficile paix des Vietnamiens avec leur histoire

par Louis Raymond

juin 2014

« Les Chinois peuvent venir, nous les attendons et les battrons une fois encore, comme nous avons battu les Américains et les Français » pouvait-on entendre dans une Hanoï que le mois de Mai a vu se raidir à mesure de l’exacerbation des tensions maritimes en mer de Chine méridionale[1] avec le puissant voisin septentrional. Ces propos, isolés et naïfs, œuvre de jeunes gens ivres d’un discours officiel lénifiant sur l’Histoire, ne sont pas révélateurs de l’opinion. Ils dénotent cependant d’une forte montée du nationalisme populaire dans la capitale vietnamienne en réaction aux événements.

Le 2 mai 2014, la compagnie pétrolière chinoise CNOOC, a en effet décidé d’implanter, avec l’aval de son gouvernement, une plate-forme pétrolière dans les eaux disputées des Paracels, archipel revendiqué par les deux pays, ramenant la tension à son niveau le plus haut depuis la guerre de la frontière en 1979. Cet événement et les escarmouches qui l’ont suivi, ont coïncidé, au Viêt Nam, avec le 60ème anniversaire de la bataille de Diên Biên Phu le 7 mai, commémoration qui voulait exalter la capacité de résistance nationale aux « envahisseurs », quels qu’ils fussent, ou qu’ils soient. La soupe de nouilles et le café du matin sont devenus prétextes à des discussions politiques où le mot de guerre court sur les lèvres. On débat du modèle chinois de développement et de la relation avec le « grand frère ». De temps à autre, ce sont les réactions et décisions des dirigeants nationaux que l’on vient à commenter. La question de la légitimité du pouvoir politique, qui joue sa pérennité dans la résolution de cette crise, ne se cache jamais très loin derrière, même si elle n’est évoquée qu’à demi-mots.

Incarner l’histoire nationale

Le parti communiste Vietnamien (PCV) veut en effet incarner l’union nationale, la souveraineté, le nationalisme et les grandes victoires du XXe siècle. Il a pour cela développé un discours où il s’approprie le destin de la nation. Mais depuis la fin des années 1980 et le « renouveau » économique[2], le passage à une économie de marché à orientation socialiste, quelques pierres ont été enlevées à cet édifice. Le Parti, néanmoins, maintient son discours sur le fond et la forme, quitte à prendre le risque que le peuple, les jeunes les premiers, soient de plus en plus dépris d’abord de l’Histoire officielle, ensuite de l’Histoire, sans épithète. Les événements maritimes de Mai et de Juin, en donnant au débat politique à s’emparer à nouveau de la rue, n’ont eu qu’un effet de révélateur des lames de fond qui traversent l’opinion vietnamienne depuis de nombreuses années, c’est-à-dire aux interrogations quant aux attributs que le PCV se donne.

La mainmise du pouvoir sur l’Histoire se manifeste d’abord par le vocabulaire que l’on utilise pour la décrire. La langue officielle emploie, pour qualifier la première guerre d’Indochine (1946-1954), le terme de « guerre de résistance contre la France » et pour la guerre du Vietnam (1955-1975), de « guerre de résistance contre l’envahisseur américain », de sorte à passer sous silence les prodromes de guerre civile dans la première et cette qualité évidente dans la seconde. Les banderoles, qui décorent les rues à chaque commémoration, en sont l’illustration. La diversité des nationalismes vietnamiens au XXe siècle est niée, le Sud qualifié de « fantoche », les autres partis ayant voulu trouver une troisième voie mis dans le même sac. L’entreprise de mythification trouve son paroxysme avec le culte officiel de Hô Chi Minh,  culte pour lequel il a été déployé, outre la référence constante à l’œuvre et à l’image de celui qui déclarait l’indépendance de la République Démocratique du Viêt Nam le 2 septembre 1945, une géographie mémorielle qui n’est pas exempte de contradictions[3]. La victoire, celle de la prise de Saigon le 30 avril 1975, est censément celle, glorieuse et grandiose, de tout le peuple, quitte à occulter les douleurs que ce dernier a dû endurer pendant trente effroyables années de guerre et les blessures qu’il lui en reste, quitte à omettre le fait qu’une partie de celui-ci s’est retrouvé du côté des perdants. A la fin des années 1980 et au début des années 1990, des écrivains du Nord, à l’instar de Bao Ninh et Nguyên Huy Thiêp[4], ont voulu réhabiliter l’individu comme personnage de l’Histoire. Leurs écrits ont posé problème au pouvoir, et ont dû faire face à la censure. De la même manière, la recherche historique et littéraire est censurée ; les portes se ferment devant la volonté de « non-orthodoxie » de certains jeunes chercheurs, devant des sujets jugés trop « sensibles ». En 2014, 39 ans après la fin de la guerre, la compréhension et la guérison des fractures du XXe siècle sont plus que jamais à la merci du politique.

Le rejet de “l’apprentissage perroquet”

L’enseignement dans les classes du secondaire, outil de tous les Etats du monde pour inculquer un roman national, est le relai principal de ce discours. Pourtant, l’histoire en tant que matière est aujourd’hui reléguée à une place subalterne depuis la récente réforme du baccalauréat (2013), avec des classes désormais optionnelles que de moins en moins d’élèves choisissent. Une enseignante, restée anonyme, rencontrée à Hanoï, résume ainsi la situation : « il faudrait que l’Histoire redevienne obligatoire, j’espère que l’on va revenir sur cette décision [de réforme du BAC] mais le pays est davantage porté aujourd’hui vers les besoins du marché ».

Dans un manuel pour classes de 12ème (terminale) à destination du corps enseignant édité par le ministère de l’éducation en 2012, des consignes et objectifs idéologiques clairs étaient donnés : les élèves doivent être formés au « patriotisme, à la compréhension de l’indépendance nationale inhérente au socialisme »  et à la « foi dans le leadership du Parti et l’avenir de la révolution, la confiance dans l’œuvre de renouveau du pays ».  Le programme de  12ème, portant sur le XXème siècle, fait pour cela des ellipses narratives, qui ne sont pas loin d’être des omissions. Sur la réforme agraire (1953-1957), on peut lire que le succès était « énorme » malgré quelques « erreurs » que « le comité central a voulu corriger lors de son 10ème congrès en septembre 1956 » permettant de limiter leur portée « et préservant le grand succès de la réforme ». Pas un mot sur les tribunaux populaires et les dizaines de milliers d’exécutions politiques, qui ont provoqué des divisions et des déplacements de population d’envergure dans le Viêt Nam d’alors. Les exemples sont nombreux, et encore plus frappants lorsqu’ils concernent la guerre : on préfère parler du nombre d’avions américains abattus que du nombre de morts militaires ou civils du côté des vainqueurs, ou l’on ne mentionne le nom de l’ennemi, le « fantoche » du Sud, qu’à côté du nom de « l’impérialiste américain », sans le moindre effort de définition. Le problème n’est pas tant à l’emphase idéologique, qu’au fait que l’enseignement ne donne pas les clés aux élèves pour comprendre ce qu’est leur pays, et le regarder en face[5]. Les professeurs, pour la plupart, ne sont pour la plupart pas dupes de cela, mais c’est le format des cours, des évaluations, et le manque de moyens pédagogiques qui les limitent et les obligent à s’en tenir au manuel, constatant avec amertume le désamour des élèves pour leur matière.

Les jeunes, en effet, fustigent ce qu’ils appellent « l’apprentissage perroquet », et se tournent vers des matières qui leur semblent être plus concrètes, plus en lien avec le Viêt Nam qui est le leur, comme l’économie. Son, étudiant à l’Ecole du commerce extérieur à Hanoï, porte ainsi un regard rétrospectif très critique sur l’enseignement qu’il a reçu : «  cela ne m’a pas donné envie de découvrir l’histoire de mon pays, et ça n’encourage pas les élèves à réfléchir ». Mai Anh, étudiante à Lyon originaire de Hai Phong, explique elle aussi les lacunes qu’elle a quant à la connaissance de l’histoire par l’enseignement secondaire, qu’elle juge « décourageant ». Il ne faut pas néanmoins tomber dans le fantasme d’une jeunesse totalement ignorante et manipulable à souhait par le pouvoir. Dào Thanh Huyên, journaliste et auteure d’ouvrages historiques sur la guerre d’Indochine, ne se montre pas pessimiste : « il y a une volonté de prise de conscience qui vient vers 25 ou 30 ans, les gens s’intéressent à l’Histoire autrement que par l’enseignement ». Elle ajoute que ce ne sont pas les jeunes qui ont la vision la plus rigide, mais les plus de 40 ans, qui se sont longtemps « contentés de récits mettant en valeur les victoires ».

L’histoire en débats

Sur l’histoire autant que sur l’actualité, la société débat, la parole se délie, surtout dans les familles qui ont été divisées par la guerre. Il y a une recherche d’une vérité autre que celle qui est présentée, une lassitude, même s’il faut souligner que les campagnes restent relativement à l’écart d’un phénomène qui est principalement urbain. Des livres circulent, le plus souvent par le bouche à oreille, à l’instar de l’ouvrage Du côté des vainqueurs de Huy Duc[6]. Ce travail d’enquête récent, écrit par un ancien combattant devenu journaliste, n’est pas exempt de reproches quant à son orientation politique et à l’utilisation des sources, mais il a le mérite de montrer les grandes figures de l’Histoire sous un jour moins mythique, moins impénétrable, et est pour cela apprécié par des lecteurs en quête de déconstruction du discours officiel. Pour Nguyên Qui Duc, journaliste, écrivain, et propriétaire d’un bar à Hanoï, il y a même aujourd’hui une curiosité à l’écart de ce qu’était la République du Viêt Nam, le Sud, pendant la guerre civile : on ne regarde plus l’ancienne Saigon comme une ennemie, mais comme une potentielle source de « bonnes choses ». Les écrivains endossent cependant moins le rôle qu’ils pouvaient avoir il y a vingt ans, à savoir d’ouvrir et d’encourager le débat. Pour Monsieur Duc, dans le Hanoi d’aujourd’hui, ce sont les artistes visuels qui font ce travail. Mais une figure politique étonnante y participe aussi : le député Duong Trung Quôc, historien de formation, qui fait partie des très rares hommes politiques vietnamiens à ne pas être membre du Parti.

Parler d’histoire au Viêt Nam en 2014 n’est plus un tabou, mais les discussions peuvent être enlevées, parfois âpres. Les différentes mémoires, individuelles ou collectives, peuvent en effet se retrouver, en l’absence d’un cadre de référence objectif, en opposition. On questionne les intentions préliminaires au travail de tel ou tel historien cité au cours de la conversation, qu’il soit vietnamien ou étranger, comme si toute crédibilité de l’Histoire en tant que science avait disparu. Lorsqu’ils regardent en arrière, certains militent pour faire réhabiliter des anciens combattants exclus, ou ce sont parfois les anciens combattants eux-mêmes qui se montrent critique envers un régime qui les a oubliés. D’autres aimeraient que l’altérité et la diversité politique dans l’Histoire contemporaine soient davantage reconnues, sans toutefois enlever au PCV son costume de personnage principal. C’est ce que proposent certains Vietnamiens d’Outre-Mer, mais, suspects pour des raisons politiques, ils peinent à se faire entendre. Monsieur Duc, qui a fréquenté la communauté vietnamienne aux Etats-Unis, est catégorique là-dessus : « on ne peut pas attendre ça du gouvernement, qui déjà ne peut pas faire la paix sociale ». Enfin, une partie des Vietnamiens reste profondément attachée aux grandes figures de la révolution et du Parti, en témoigne la foule immense qui est venue rendre hommage au général Giap lors de ses funérailles, à l’automne dernier. Ces discussions se répercutent dans le monde universitaire en Europe ou aux Etats-Unis, où les débats historiographiques peuvent être particulièrement animés, s’ils ne sont agressifs, entre « révisionnistes » et « orthodoxes », clivage qui « continue de faire des ravages » selon François Guillemot, historien du Viêt Nam et ingénieur de recherche au CNRS.

D’où peut venir l’apaisement face à une histoire douloureuse ? Peut-être de ce dialogue interne, d’une mise à plat des mémoires individuelles. C’est en tout cas ce que croit et préconise Madame Huyên. L’enjeu pour le pouvoir politique est de faire en sorte de d’accompagner ce débat qui a cours, plutôt que de le réprimer ; de réduire l’écart entre le pays imaginé par les dirigeants et sa réalité quotidienne, entre le discours officiel et les aspirations populaires. La manière dont l’Etat-Parti gérera le 40ème anniversaire de la prise de Saigon, l’année prochaine, aura en cela l’effet d’un révélateur, après la libération de la parole et le regain de nationalisme qu’a provoqué l’actualité des derniers mois.

 

Louis Raymond.


[1] Les Vietnamiens utilisent le terme « Biên Dông », qui signifie mer de l’Est.

[2] Le Dôi Moi, la réforme économique, a été décidé en 1986.

[3] Cf Marina Marouda, « The State commemoration of Hô Chi Minh », South East Asia Research, 21, 2, pp. 303-321.

[4] Leurs travaux ont été traduits et publiés en français aux éditions Picquier. Lire notamment Le chagrin de la guerre, de Bao Ninh, et Un général à la retraite, de Nguyên Huy Thiêp.

[5] Cf Matthieu Salomon, « Viêt Nam : le Royaume dans les têtes, la faucille et le marteau dans les épaules », Outre-Terre,  n°12, 2005/3, pp.277-288.

[6] Huy Duc, Bên Thang cuôc, Osinbook, Saigon & Londres, 2012, 2 tomes (en vietnamien). Ce livre a fait beaucoup de bruit au Viet Nam et à l’étranger, et a provoqué des réactions et critiques nombreuses.

Mangkra Souvannaphouma : Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée – CR de lecture par Théo Clément

Souvannaphouma_Laos_AutopsieMonarchieAssassinéeComme son titre le laisse présumer, l’ouvrage Laos, Autopsie d’une monarchie assassinée, fait le pari d’une relecture historique de la période 1953-1975 (c’est-à-dire de l’indépendance jusqu’à la fin de la monarchie) très largement acquise aux idéaux de la monarchie laotienne destituée par le Pathet Lao le 2 décembre 1975.

Rédigée par un membre de l’ancienne famille royale (fils du dernier roi du Laos) ayant passé la majeure partie de sa jeunesse en France, cette reconstitution historique fournit au lecteur un accès privilégié aux cercles de pouvoir et militaires de la monarchie durant la progressive déliquescence des institutions royales laotiennes. Très au fait des intrigues de pouvoir et des luttes internes qui déchirent la famille royale (notamment du fait de l’adoption du marxisme-léninisme par le frère du roi, et oncle de l’auteur, Souvanouphong), fourmillant de détails et d’anecdotes personnelles, le récit relaté par le Mangkra Souvannaphouma est cependant très largement grevé par une vision partiale et très idéologisée des processus politiques qui secouent le Laos de l’époque. Privilégiant l’évocation de souvenirs précis et au détriment des « tendances lourdes » et autres déterminants politico-économiques,  Autopsie d’une monarchie assassinée procède d’une lecture idéaliste de l’histoire, vu à travers ses « grands hommes » plus que par les « lames de fond » qui animent la société civile laotienne (cette dernière étant la grande absente de l’ouvrage). Membre de la famille royale, militaire de carrière formé à l’Ecole de Guerre, issu des classes très privilégiées de l’ancienne élite politique et économique, Mangkra Souvannaphouma revisite l’histoire du Laos et de la famille royale selon une trame très conservatrice et mettant en œuvre une vision idéalisée du Royaume laotien qui bascule parfois dans l’absurde, voire même la provocation (en invoquant notamment l’entente cordiale de son père, Souvannaphouma, avec des collaborateurs français notoires tels que René Bousquet ou Maurice Papon).

Dès les premières pages, le ton est donné : mentionnant le fantasme d’un Laos « originel », stable et pacifié par plusieurs siècles de monarchie, dans lesquels les laotiens vivent « avant tout d’amour » et dont les maux viennent « du dehors, de l’étranger ». Ainsi, dans la représentation politique déroulée par l’auteur, les Laotiens vivaient dans un cosmos de paix et de tranquillité (l’ouvrage s’ouvre notamment sur une description de la luxuriante faune et flore du pays) sans se soucier des choses administratives ou politiques (l’auteur s’empresse néanmoins de rapporter que les colonisateurs français ont eu la bienveillance de remédier à ce travers) et que cette phase anhistorique originelle a été perturbée par « l’étranger », à savoir les Grandes Puissances (à l’exception de Paris, épargné tout au long de l’ouvrage), la Guerre Froide et ses protagonistes (URSS, Etats-Unis, Chine Populaire) mais aussi et surtout le Viêt-Nam. En effet, la matrice nationaliste de l’auteur le pousse à exacerber la distinction entre ce qui relève de l’interne (le Laos monarchiste paisible, insouciant et dévot) et l’externe, soit un monde instable qui essaie tant que possible de semer la discorde républicaine contre les intérêts des Laotiens. De cette évocation de souvenirs on retient surtout l’incompréhension manifeste d’une partie de l’ancienne élite laotienne incapable de saisir les enjeux politiques posés par la Guerre Froide et la décolonisation, puisque l’ensemble de l’ouvrage fait l’impasse sur des variables clés (inégalités, question ethnique, rôle de la jeunesse etc.) en se borne à évoquer la « perfidie communiste » sans même chercher expliquer le succès du marxisme-léninisme au Laos autrement que par l’ingérence vietnamienne.

Car s’il est un thème en particulier qui met en lumière la mauvaise foi dans cet ouvrage, c’est notamment la question du rôle joué par le Viêt-Nam dans la trajectoire historique du Laos. Il serait évidemment faux de penser que le Viêt-Nam du nord n’est pour rien dans la diffusion de la pensée marxiste-léniniste-maoïste au Laos, cependant, faut il, comme le fait l’auteur, nécessairement assimiler tout les mouvements politiques progressistes (Néo Lao Issara, Front Patriotique Lao, Pathet Lao etc.) qui animent le Laos post indépendance comme des émanations de Hanoï, au point de les qualifier de « Lao-viet » ? En effet, le patriotisme exacerbé de l’auteur le laisse penser que les laotiens progressistes, les pro-républicains ne peuvent être de véritables laotiens et sont nécessairement téléguidés par « l’étranger » (c’est-à-dire le Viêt-Nam) ; témoigne de cette vision nationaliste des choses l’interprétation faite par l’auteur de l’acronyme NLHX (soit Néo Lao Hak Xat, Front Patriotique Lao) en « Néo Lao Habile Xénophile » : raisonnant principalement en terme de Nation, l’auteur n’évoque pas une seule fois la possibilité qu’une certaine partie de la société laotienne, notamment les plus défavorisés, puissent trouver séduisant l’idée d’une lutte des classes internationale (et donc être plus proches du Viet Minh que de la monarchie laotienne). La mauvaise foi intervient quand l’auteur narre sa fuite à l’étranger via la Thaïlande royaliste (qualifiée de « Deuxième Patrie » et donc la famille royale n’est pas sans liens de sang avec celle du Laos) et fait montre d’une sympathie manifeste envers l’ancien colonisateur français. Admiration culturelle avant tout certes (le texte est saturé de références littéraires et historiques françaises), mais sympathie politique aussi, comme en témoignent les descriptions parfois enflammées de personnages politiques français.

On ne peut certes pas reprocher à l’auteur ses sympathies conservatrices, mais le lecteur glisse vite d’un recul critique légitime à une posture « paranoïaque », remettant quasiment systématiquement en cause la parole de l’auteur puisqu’on en vient à constamment la soupçonner de partialité militante. Les présupposés rétrogrades de l’auteur sautent par ailleurs aux yeux du lecteur français des années 2010, notamment à travers quelques anecdotes « croustillantes », par exemple lorsque Mangkra Souvannaphouma explique qu’il a eu la présence d’esprit d’indiquer à sa femme le bulletin de vote qu’il faut glisser dans l’urne. Le texte étant rédigé directement en Français, on peut légitimement supposer qu’il vise avant tout un lectorat français et laotien installé en France ; or, les quelques incohérences du texte, le pari d’un parti pris total et assumé et une certaine naïveté laisse constamment le lecteur en proie au doute. Cet état de fait est par ailleurs d’autant plus vrai que le texte est constamment exempt de sources et que la précision des faits rapportés ne saurait être ramenée à la seule mémoire d’homme. En effet, la reconstitution très précise, parfois minute par minute, de certaines chronologies, tout comme le contenu de discussions informelles avec des passants anonymes il y a trente ans posent la question de la véracité des souvenirs rapportés ; cela ne signifie pas nécessairement que l’auteur mente intentionnellement, mais en tous cas le texte procède d’une certaine forme de reconstitution très postérieure aux faits. Problème étant, pour toutes les raisons évoquées plus haut, le « pacte autobiographique » qui veut que le lecteur accepte de se reposer sur l’auteur en ce qui concerne les faits rapportés s’effrite vite, et les souvenirs très précis rapportés trente ans plus tard sans autre forme d’explication achève de briser la confiance du lecteur.

Ces choix d’énonciation sont regrettables car le contenu de l’ouvrage s’avère parfois tout à fait éclairant : en effet, l’auteur fait du lecteur un témoin privilégié des débats ayant lieux dans les hautes sphères politiques du Laos,  ce qui permet d’identifier les réactions d’acteurs majeurs face aux défis politiques que rencontre le Laos. Ainsi, on sera surpris par le fait que le Roi soit beaucoup moins contrarié par la montée en puissance des communistes laotiens que le reste de la famille (à l’exception évidemment du « Prince rouge » Souphanouvong), et la réécriture de l’histoire familiale, qui se superpose à l’histoire du pays dans l’esprit de l’auteur, permet de bien saisir les enjeux de pouvoir qui secouent le Laos. Par ailleurs, il est tout à fait intéressant de constater à quel point la fameuse « piste Hô-Chi-Minh », qui traverse Laos et Cambodge, constitue une véritable obsession de la part des gouvernants, non seulement parce que cela constitue un viol de la souveraineté du Laos, mais aussi parce que cette piste constitue un important vecteur logistique pour le Pathet Lao.

La question ethnique est aussi abordée, notamment l’expérience des Hmongs pendant la guerre, ce qui permet au passage de grandement nuancer le portrait souvent manichéen qui est fait de cette ethnie : le livre montre bien que les Hmongs n’ont pas tous collaboré aveuglément avec la CIA, mais que la communauté Hmong a été partagée entre différentes attitudes (immobilisme, fuite, résistance, collaboration avec le pouvoir). Le discours un peu paternaliste de l’auteur à leur égard relève par ailleurs, en creux, quelques données des problématiques posées par la mosaïque ethnique laotienne. Problème étant, comme expliqué plus haut, on n’en saura pas beaucoup plus, malgré le fait que cette question semble essentielle dans la chute de la monarchie, puisque, selon Mangkra Souvannaphouma, cette déliquescence est une affaire de personnes plus que de contradictions politiques, économiques, ethniques ou culturelles. Le lecteur n’en apprendra pas beaucoup plus non plus sur la République Populaire Démocratique Lao, puisque l’auteur s’est réfugié en France dès l’arrivée au pouvoir du Pathet Lao, via une étape rocambolesque en Thaïlande. La fin de l’ouvrage porte en effet plus sur l’organisation d’une opposition monarchiste en exil en France à travers plusieurs groupuscules, et des différentes interactions entre l’ancienne famille royale et le pouvoir politique français (l’auteur fut en effet décoré de la Légion d’Honneur) que sur le Laos socialiste. On pourrait d’ailleurs être surpris du fait que Mangkra Souvanaphouma ne s’étende pas tellement sur le bilan économique, humain ou social de la RPDL, qui peut sembler critiquable à bien des égards, mais c’est somme toute assez logique vis-à-vis de sa démarche : le crime le plus impardonnable des « lao-viets » ne peut être autre que l’assassinat de la monarchie.

* * *

Cet ouvrage laisse donc un goût assez amer au lecteur dans la mesure où, s’il n’est pas sans apporter des éléments éclairants sur la métamorphose du Laos entre 1953 et 1975, le manque de recul critique, encore trente ans après les faits, et les explications simplistes de l’auteur surprennent. Si cet ouvrage constitue une somme intéressante exposant le point de vue d’un homme très informé sur les mouvements de pouvoir sur une période clé de l’histoire du Laos, il est évident que l’on ne peut s’en contenter et que seul quelques facettes de la réalité sont données à voir au lectorat.

Théo Clément, promotion ASIOC 2013-2014.

Réf. : Mangkra Souvannaphouma, Laos : Autopsie d’une monarchie assassinée, Paris, L’Harmattan, coll. Recherches asiatiques, 2010.

Théo Clément est étudiant en Master à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Actuellement en échange à l’Université de Pékin, il travaille principalement sur les relations bilatérales Chine-Corée du Nord.

Marc Dambre (dir.), Mémoires occupées [2013]

Dambre_MémoiresOccupées[ndlr] Signalement d’un ouvrage paru l’année dernière rejoignant les préoccupations du séminaire. Présentation de l’éditeur.

Soixante-dix ans après la fin des hostilités, les tragédies et les questions liées à la Seconde Guerre mondiale continuent d’occuper les esprits et la culture, la création et le commentaire. Certaines de ces productions contestent des vérités admises, et jusqu’à la possibilité d’un accord. Des spécialistes d’origine et d’institutions très diverses sont réunis ici pour étudier un corpus qui va de l’après-guerre à nos jours, de Maurice Bardèche à Armand Gatti, couvrant tous les genres littéraires ainsi que les arts du spectacle. Se sont joints à ces chercheurs l’historien Henry Rousso, les écrivains Laurent Binet, Pascal Bruckner et Yannick Haenel.

Loin de l’unanimité souvent trompeuse, les points de vue peuvent différer, ou diverger radicalement. Trois axes successifs relancent le débat et l’ordonnent : les hantises et recompositions imposées par le traumatisme, les écritures de l’Histoire aux prises avec la fiction, les implications et engagements suscités par l’événement.

Table des matières (pdf) :tm_memoires_occupees

Réf. : Dambre, Marc (sous la dir.), Mémoires occupées. Fictions françaises et Seconde Guerre mondiale, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, 256 p.

Sous la direction de : Marc DAMBRE

Avec les contributions de : Marc DAMBRE, Richard J. GOLSAN, Christopher D. LLOYD, Anne SIMONIN, Susan RUBIN SULEIMAN, Alain SCHAFFNER, Bruno BLANCKEMAN, Claire GORRARA, Marie-Hélène BOBLET, Angela KERSHAW, Nathan BRACHER, Pierre SCHOENTJES, Peter TAME, Luc RASSON, Van KELLY, Anne ROCHE, Philip WATTS, Margaret ATACK, Catherine DOUZOU, Lynn A. HIGGINS, Debarati SANYAL, Catherine BRUN.

Sources : Presses Sorbonne Nouvelle