Archives par mot-clé : mémoires

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 3

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

Le général Vo Nguyên Giap interviewé par le journaliste de l’armée Bui Tin © DR

Mémoires dissidentes

Séance 3 : mercredi 10 octobre 2018 – salle de réunion de l’IAO

Les mémoires des dirigeants ne sont pas les seules à dresser le bilan de leur action politique. D’autres mémoires concurrentes s’inscrivent dans l’espace des “guerres de mémoires” pour dresser un contre-bilan de l’action des dirigeants de leur pays. Cette séance s’intéressera à ces mémoires “dissidentes” qui percutent la mémoire autorisée. Interdites à l’intérieur du pays, elles sont eu souvent un grand retentissement à l’extérieur comme le rappelle l’exemple des témoignages des dissidents de l’URSS. Dans certains cas, ces mémoires apparaissent moins comme un récit personnel et intime que l’occasion de proposer un récit critique et alternatif à l’histoire officielle.

Dans un second temps, à travers les lectures proposées nous revisiterons deux faits majeurs de l’histoire contemporaine du Viêt-Nam. La réforme agraire de 1953-1956 est exposée dans le regard critique de Bui Tin. L’ajournement d’une réconciliation nationale après la guerre de réunification forme la trame du récit de Doan Van Toai, ancien étudiant proche du Front national de libération du Sud Viêt-Nam. La mémoire et l’oubli seront donc au cœur de cette séance.

Textes étudiés :

Bui Tin, 1945-1999 Vietnam, la face cachée du régime, Paris, Éditions Kergour, 1999, chapitre II : “Réformes”.

Doan Van Toai, “The Lament for Vietnam”, The New York Times, 29 mars 1981. Article archivé en ligne sur le site du NYT.

Autres récits dissidents évoqués au cours de la séance :

Bong-Wright, Jackie, Autumn Cloud. From Vietnamese War Widow to American Activist, Sertling, VA : Capital Books, 2001.

Bui Diem (avec David Chanoff), In the jaws of history, Bloomington, Ind. : Indiana University Press, 1999. Edité une première fois en 1987 (Boston, Houghton Mifflin), puis édité en vietnamien en 2000 (Pham Quang Khai  XB).

Hoàng Văn Hoan, Giọt nước trong biển cả (Hồi ký cách mạng) [Une goutte d’eau dans l’océan, (mémoires de la révolution)], Portland, Or. : Nhóm tìm hiểu lịch sử, 1991. Texte mis et ligne en 2005 et archivé sur le site Talawas. Notice biographique Wikipedia VN.

Nguyen Manh Tuong, Un excommunié. Hanoi 1954-1991 : procès d’un intellectuel, Paris, Quê Me, 1992. Présentation sur Mémoires d’Indochine.

Thích Thiện Minh, Hồi ký hai mươi sáu năm lưu đày dưới chế độ cộng sản Việt Nam của Thích Thiện Minh [Mémoires de 26 ans d’exil sous le régime communiste vietnamien], s.l., Hội Ái Hữu Tù Nhân Chính Trị Tôn Giáo Việt Nam, Phật lịch 2550 [2007]. Traduit et publié en anglais sous le titre : Memoirs of 26 years in exile in communist Viet Nam, Charleston, SC : Viet Nam Today, 2015.

Tô Hải, Hồi ký của một thằng hèn [Mémoires d’un lâche], Fall Church, VA : Tủ sách Tiếng Quê Hương, 2009. A memoir of ex-communist Vietnamese musician Tô Hải. Présentation succincte sur Mémoires d’Indochine.

Trần Đĩnh, Đèn cù : số phận Việt Nam dưới chế độ cộng sản. Tự truyện của người từng viết tiểu sử Hồ Chí Minh [La lanterne imagée : le sort du Viêt-Nam sous le régime communiste. Autobiographie d’une personne qui a auparavant écrit une biographie de Hô Chi Minh], USA : Người Việt Books, 2014, 2 vol. Notice Wikipedia VN.

Truong Nhu Tang (avec David Chanoff et Doan Van Toai), Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1986. Traduit de l’américain : A Vietcong Memoir, New York : Vintage Books, 1986.

Vu Thu Hiên, Đêm giữa ban ngày : hôi ký chính trị của một người không làm chính trị [La nuit en plein jour, mémoires politiques d’un homme qui ne fait pas de politique], Westminster, CA : Văn Nghệ, 1997. Extrait traduit dans Georges Boudarel & Nguyen Van Ky, Hanoi 1936-1996 : du drapeau rouge au billet vert, Paris, Autrement, 1997. Voir aussi : Vincent Hugueux, “Viêtnam : la nuit en plein jour entretien avec Vu Thu Hiên”, Politique internationale, 1997, n° 77, pp. 267-282.

Sur les auteurs des textes, à lire sur Mémoires d’Indochine :

Image “à la une” : Tribunal populaire spécial pendant la réforme agraire radicale en RDVN, Photographie de Franz Faber © 1955

Vĩnh biệt nhạc sĩ Tô Hải [1927-2018]

[ndlr] Décès le samedi 11 août du musicien et dissident Tô Hải, auteur-compositeur de nombreuses chansons de propagande pour la RDVN et auteur de Mémoires d’un lâche, une autobiographie parue aux Etats-Unis en 2009 après sa démission du Parti communiste vietnamien. Une vie partagée entre son adhésion au communisme de guerre puis son rejet radical.

ĐCV: Nhạc sĩ Tô Hải tên đầy đủ là Tô Đình Hải, sinh năm 1927. Ông là nhạc sĩ có nhiều sáng tác thuộc thể loại nhạc truyền thống và nhạc đỏ. Nhưng có lẽ ông được biết đến rộng rãi trong những năm cuối đời với cuốn hồi ký Một Thằng Hèn và tuyên bố từ bỏ đảng cộng sản Việt Nam.

Trong những năm cuối ông cũng viết rất nhiều bài trăn trở với hiện tình đất nước, vạch ra những thối nát của chế độ cộng sản.

Ông ra đi ngày hôm qua, 11/8/2018, cùng một ngày với nhà báo Bùi Tín.

Lire la suite : Dan Chim Viet, 12/08/2018.

Voir aussi :

Sur son oeuvre de propagande voir : Lê Toàn, Tô Hải Cuộc đời và sự nghiệp, Bai Ca Di Cung Thang Nam, 09/04/2012.

 

Reportage de RFA en 2017 :

Dang Nhat minh : Mémoires d’un cinéaste vietnamien

[ndlr] Parution de la traduction des mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh.

Dang Nhât Minh est venu au cinéma par hasard. Après ses études secondaires, il est envoyé en URSS pour apprendre le russe. Revenu à Hanoi en 1957, il devient traducteur-interprète et travaille auprès du réalisateur soviétique Aida Abrahimov, venu à Hanoi pour apprendre l’art de la réalisation cinématographique aux jeunes professionnels vietnamiens. À travers son emploi d’interprète-traducteur Dang Nhât Minh apprend en autodidacte en écoutant les leçons du réalisateur et en lisant des revues cinématographiques russes. De 1981 à 2009, ses œuvres cinématographiques, documentaires et films de fiction, en font le cinéaste vietnamien le plus reconnu, non seulement dans son pays, mais aussi à l’étranger.

En 1995 il reçoit le Nikkei Asia Prize de Culture du journal Nihon Keizai Shimbum pour les raisons suivantes : ses films expriment les sentiments des Vietnamiens ainsi que de tous les Asiatiques du monde. En 2008 la chaîne de télévision américaine CNN place son film Quand viendra le dixième mois parmi les 18 meilleurs films asiatiques de tous les temps. En Septembre 2010, l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences invite Dang Nhât Minh à Hollywood pour rendre hommage à ses qualités de réalisateur.

Source : Presses universitaires de AMU

 

Image “à la une” : l’actrice Lê Vân © DR

Tran Van Thuy and Le Thanh Dung : The Memoir of a Vietnamese Filmmaker in War and Peace [parution]

[ndlr] Traduction en anglais des mémoires du cinéaste Tran Van Thuy. Présentation de l’éditeur.

In Whose Eyes

The Memoir of a Vietnamese Filmmaker in War and Peace
A Vietnamese perspective on the Vietnam war and its legacies
tranvanthuy_inwhoseeyes

Trân Van Thuy is a celebrated Vietnamese filmmaker of more than twenty award-winning documentaries. A cameraman for the People’s Army of Vietnam during the Vietnam War, he went on to achieve international fame as the director of films that address the human costs of the war and its aftermath.

Thuy’s memoir, when published in Vietnam in 2013, immediately sold out. In this translation, English-language readers are now able to learn in rich detail about the life and work of this preeminent artist. Written in a gentle and charming style, the memoir is filled with reflections on war, peace, history, freedom of expression, and filmmaking. Thuy also offers a firsthand account of the war in Vietnam and its aftermath from a Vietnamese perspective, adding a dimension rarely encountered in English-language literature.

Source : University of Massachusetts Amherst

Vietnam Afrique Antilles – Histoires oubliées, mémoire vive [5 octobre 2016]

[ndlr] Annonce d’une soirée cinéma et débat au Musée d’histoire de l’immigration dans le cadre des “Mercredis du film ethnographique”. Projection d’extraits suivie d’une discussion.

documentaire_afriquevietnamAprès la guerre d’Indochine, des soldats africains et antillais engagés au service de la France regagnent leur contrée d’origine avec femmes vietnamiennes et enfants. De leurs unions nouées en temps de conflit sont issues des familles mixtes marquées par la déchirure, partagées entre Hanoi et d’autres lieux de résidence géographiques. De Dakar à Cotonou via Le Robert et Morne-Rouge en Martinique, acteurs et descendants de ces rencontres interculturelles s’interrogent aujourd’hui.

Trois documentaires racontent cette histoire silencieuse dont la mémoires reste vive : “Si loin du Vietnam” de Laurence Gavron, “Héritiers du Vietnam” d’Arlette Pacquit, “Indochine, sur les traces d’une mère” de d’Idrissou Mora Kpaï…

Avec la participation de Wasis Diop (musique), Laurence Gavron (cinéaste), Jean-Charles Germany (cinéaste), Mai Lan Ndoye-Olive (anthropologie intercultrurelle), Pap Mbodj (producteur), Céline Roisier.

Séance animée par Brice Ahounou (Mercredis du Film ethnographique)

Entrée libre

Mercredi 5 octobre 2016 à 19h

Auditorium Philippe Dewitte, Palais de la Porte Dorée

Musée de l’histoire de l’immigration, 293 avenue Daumesnil 75012 Paris – Métro : Porte Dorée.

★ ★ ★

Voir également : Projection du film : SI LOIN DU VIETNAM mercredi 5 octobre à 19 h au Musée de l’immigration

Image “à la une” extraite de “Si loin du Vietnam” de Laurence Gavron.

Images et mémoires : visibilité et invisibilité de la guerre en Algérie

[ndlr] Programme de deux journées d’études sur les problématiques de l’image et de la mémoire à Lyon.

31 mai 2016 / 1er juin 2016

Maison internationale des Langues et des cultures (MILC)

35 Rue Raulin, Lyon 7e

Texier_Humanité

                                   Ces journées d’études sont organisées dans le cadre du projet Mémoire de l’Université de Lyon en partenariat avec le laboratoire LARHRA (UMR CNRS 5190) « Mémoire et héritage : construction, déconstruction, reconstruction de la mémoire individuelle et collective » et du séminaire « Mémoire de l’image, mémoire en images ».

Résumé : Il est courant d’entendre que la guerre d’Algérie a été une « guerre sans nom » ou encore une « guerre invisible ». Ces propos méritent d’être infléchis voire corrigés car dès 1954 les contemporains en Algérie et en France ont photographié, filmé, illustré, nommé la guerre que ce soit dans des documents amateurs ou des images d’actualités filmées ou télévisées ou encore dans des films de fiction. Certaines images sont parfois très datées lorsqu’elles renvoient à des événements précis (1961) mais d’autres comme d’ailleurs la mémoire qu’elles portent ou celle des témoins qui les accompagnent réinscrivent ce moment aigu dans un temps plus long, celui des territoires respectifs et celui des territoires de la mémoire. Certaines de ces images sont aujourd’hui découvertes ou redécouvertes. Certaines sont devenues des marqueurs des événements et de leurs mémoires. Elles font l’objet de réemplois variés et contribuent à la mise en récit des événements. Elles fonctionnent dès lors comme des vecteurs de mémoires que ce soit celles des personnes confrontées à la guerre ou plus largement celles de notre société.

Les journées du 31 mai et du premier juin ne veulent ainsi pas revenir simplement sur les images de la guerre franco-algérienne. Elles s’attacheront à visionner, étudier ces images pour questionner dans toutes leurs dimensions, leurs usages, leur fonction, leur réemploi dans l’histoire et les mémoires en Algérie et en France ; à les resituer et les interpréter dans une histoire de plus longue durée ; à dégager les réalités que quelquefois elles contribuent à masquer ou à déformer.

Source : ENS de Lyon

Viet Thanh Nguyen : Nothing Ever Dies – Vietnam and the Memory of War [parution]

[ndlr] Le nouvel ouvrage de Viet Thanh Nguyen sur les mémoires et la guerre au Viêt-Nam. Présentation de l’éditeur.

All wars are fought twice, the first time on the battlefield, the second time in memory. From the author of the bestselling novel The Sympathizer comes a searching exploration of the conflict Americans call the Vietnam War and Vietnamese call the American War—a conflict that lives on in the collective memory of both nations.

From a kaleidoscope of cultural forms—novels, memoirs, cemeteries, monuments, films, photography, museum exhibits, video games, souvenirs, and more—Nothing Ever Dies brings a comprehensive vision of the war into sharp focus. At stake are ethical questions about how the war should be remembered by participants that include not only Americans and Vietnamese but also Laotians, Cambodians, South Koreans, and Southeast Asian Americans. Too often, memorials valorize the experience of one’s own people above all else, honoring their sacrifices while demonizing the “enemy”—or, most often, ignoring combatants and civilians on the other side altogether. Visiting sites across the United States, Southeast Asia, and Korea, Viet Thanh Nguyen provides penetrating interpretations of the way memories of the war help to enable future wars or struggle to prevent them.

Drawing from this war, Nguyen offers a lesson for all wars by calling on us to recognize not only our shared humanity but our ever-present inhumanity. This is the only path to reconciliation with our foes, and with ourselves. Without reconciliation, war’s truth will be impossible to remember, and war’s trauma impossible to forget.

VietThanhNguyen_NothingEverDiesContents

  • Prologue
  • Just Memory
  • Ethics
    • 1. On Remembering One’s Own
    • 2. On Remembering Others
    • 3. On the Inhumanities
  • Industries
    • 4. On War Machines
    • 5. On Becoming Human
    • 6. On Asymmetry
  • Aesthetics
    • 7. On Victims and Voices
    • 8. On True War Stories
    • 9. On Powerful Memory
  • Just Forgetting
  • Epilogue
  • Notes
  • Works Cited
  • Acknowledgments
  • Credits
  • Index

Source : Harvard University Press

Réf. : Viet Thanh Nguyen, Nothing Ever Dies. Vietnam and the Memory of War, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 2016, 374 p. ISBN : 9780674660342.

Photo “à la une ” : Viet Thanh Nguyen (Twitter)