Archives par mot-clé : mémoires

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2020

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation se portera sur l’expression de la mémoire de la révolution, de la guerre, des massacres ou d’autres faits traumatisants (exils, enfermements…) sur la toile. Comment les États de la péninsule indochinoise organisent la mémoire historique contemporaine de leur pays, à partir de quels jalons commémoratifs, de quelles sources et sur quels supports ? Comment des groupes de populations, des partis politiques ou des individus interfèrent-ils avec les discours officiels ? Quelles sont les controverses mémorielles ? Posent-elles encore problème pour les historiographies officielles ?

Le séminaire de cette année s’intéressera donc à la représentation en ligne des différentes mémoires de l’Indochine, concurrentielles ou complémentaires en s’appuyant sur des ressources disponibles et en accès libre sur la toile. Pour les étudiant/es l’investigation et l’exploration se fera principalement sur des sites ou des réseaux sociaux en langues anglaises ou françaises, voire asiatiques suivant les compétences linguistiques de chacun/e. Remise en perspective, nous analyserons collectivement cette récolte d’informations.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive et séance 1. Mercredi 7 octobre 2020 : Mémoires en ligne (notions, modalités, calendrier).

Séance 2. Mercredi 14 octobre 2020 : L’imaginaire national en question

Séance 3. Mercredi 21 octobre 2020 : « Travailleurs indochinois« 

Séance 4. Mercredi 4 novembre 2020 : Guerre d’Indochine

Séance 5. Mercredi 18 novembre 2020 : Exils, résistances et génocides

Séance 6. Mercredi 25 novembre 2020 : Femmes en guerre

Séance 7. Mercredi 2 décembre 2020 : Ethnies minoritaires et formations religieuses

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) : [à venir]

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive.

Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » et illustration : Montage Mémoires d’Indochine 2020.

Les combattants oubliés de la Corée du Nord au Vietnam

L’engagement des deux Corées pendant la guerre du Viêt-Nam, un rappel historique succinct par l’AFP le 22 février 2019.

Non loin de Hanoï, quatorze pierres tombales rendent hommage aux soldats nord-coréens tombés lors de la guerre du Vietnam contre les « impérialistes » américains. Un gardien tente d’entretenir le souvenir de cette contribution peu connue de Pyongyang à son allié communiste.

Aujourd’hui le Vietnam, Etat communiste ayant embrassé le capitalisme, apparaît comme une terre de compromis, au point d’avoir été choisi par le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour leur deuxième sommet dans quelques jours.

Mais le fait que la Corée du Nord avait soutenu le Nord communiste lors de la guerre du Vietnam, envoyant des soldats de l’armée de l’air en renfort, reste un aspect peu connu de l’histoire vietnamo-coréenne.

Lire la suite : Orange, 22/02/2019.

Le pouvoir de se souvenir au secours de l’art d’oublier : Note de lecture de Samia Kotele

« Following the events of 1965, I lost everything or, to be more accurate, all the illusions I had ever owned. I was a newborn child, outfitted with the only instrument a newly born babe finds necessary for life: a voice»

Homme de lettres à la plume dissidente, l’écrivain Pramoedya Ananta Toer dit Pram (1925-2006) résiste par la parole depuis la révolution indonésienne. Sa voix célébrant la lutte contre l’injustice, est emprunte d’idées révolutionnaires et patriotiques. Fils d’une marchande de riz et d’un instituteur membre de l’organisation nationaliste indigène Budi Utomo (L’intelligence suprême), il a été bercé par une pensée libre et humaniste qu’il intègre dans ses œuvres littéraires. Il fut incarcéré une première fois par le pouvoir colonial en 1947 sous des chefs d’accusation d’espionnage, un emprisonnement douloureux, duquel allait naître sa première œuvre littéraire Le fugitif.

L’auteur écrit Soliloque d’un Muet en détention sur l’île de Buru dans des conditions de détention inhumaines. Prisonnier politique, arrêté sans procès à la suite du Mouvement du 30 septembre (1965), ses mémoires interdites en Indonésie sont reconnues sur le plan international comme la voix dissidente à l’Ordre Nouveau (Régime de Suharto). Son incarcération est attribuée, à tord, à ses sympathies pour le parti communiste, ce qu’il niera au sein même de son œuvre mémorielle. Son exil servit au pouvoir autoritaire à placer sous le boisseau l’opposition au régime.

Détenu de 1965 à 1979, la voix de cette écrivain est réduite au silence pendant 14 ans. Il nous livre ici un témoignage à la fois personnel et collectif. Pram paye le prix de ses engagements dans une nation plongée dans la terreur du pouvoir autoritaire et discrétionnaire du général Suharto. La répression est légitimée par la restauration de «  l’ordre et de la sécurité » à la suite d’un coup d’état, dont découle le massacre de plus  500 000 personnes. Afin de ne pas sombrer dans le marasme, Pram retrouve sa dignité par l’écriture et sauve  la mémoire de ses codétenus par cette œuvre. Privé de sa bibliothèque, il use de sa mémoire et de ses connaissances en histoire indonésienne afin d’ériger une fresque politique et historique intitulée le « Buru Quartet », une tétralogie dans laquelle s’insère Soliloque d’un Muet.

Nous présentons ci-dessous quelques traits saillants de cette oeuvre.

L’écriture comme Pharmakon : « I lost everything except the right to talk to myself »

Pram partage, avec humilité, l’évolution de son rapport à l’écriture suite à l’obtention du droit d’écriture en 1967 par une convocation publique du Major Vasmo. Il nous fait part des difficultés qu’il rencontre dues à sa perte de confiance en lui, à la fatigue, mais également aux conditions d’écriture auxquelles il doit se plier. En effet disposant uniquement de quinze minutes par jour à la fin de sa journée de travail, cette tâche s’avère des plus ardue. Il rend à cet égard, hommage à ses codétenus dont il fait un portrait très touchant.

Ces derniers ont fait preuve d’une grande solidarité, en travaillant à sa place afin qu’il puisse écrire quinze minutes de plus. L’écriture est pour Pram une forme d’exutoire, de thérapie, mais aussi une façon de retrouver sa dignité dans des conditions de vie déshumanisantes. Il retrouve par sa plume, son « indonésianité » : « un indonésien est libre de décider du cours de son histoire personnelle ». Ecrire ses mémoires, est une façon pour lui de résister à l’injustice.

Une historiographie militante : jeu de miroir entre passé, présent et futur

Sa fine connaissance en matière d’histoire indonésienne lui permet d’écrire ses mémoires sous un angle militant. En effet, il dénonce l’injustice du présent, avec un regard sur le passé en s’appuyant sur de multiples comparaisons avec des situations similaires sous l’ordre colonial. Dès lors, quand le lieutenant lui ordonne de nommer l’unité de détention dans laquelle il se trouve, il lui attribue le nom de Wanagasa, en référence à la marche de résistance contre les colonisateurs de l’armée du Sultan Ageng. Il compare également à plusieurs reprises les conditions de détention des prisonniers politiques avec celles des nationalistes exilés. Le récit de vie de nombre de ses codétenus, par le biais d’anecdotes, cherche également à montrer la diversité des histoires et l’arbitraire des incarcérations.

Son récit fait écho à une idée centrale de l’auteur, que l’on retrouve à plusieurs reprises,  la volonté de conserver un esprit libre et indépendant sans aliénation à une quelconque doctrine politique. Il écrit une histoire ne militant pas pour une tendance politique particulière, mais pour libérer d’autres possibilités de luttes. Sa plume dissidente reste, malgré tout, tintée d’espoir. Les lettres adressées à ses enfants sont une illustration de cet optimisme : « Vous êtes les enfants d’une nation libre… et moi celui d’un peuple colonisé. »

Après la cérémonie du matin, les prisonniers politiques choisissaient leur matériel agricole dans l’entrepôt avant de se rendre aux champs. Dessin de Mars Noersmono : « Surviving a harsh life on Buru Island », Jakarta Post, 2017.

L’impouvoir du langage à exprimer la violence extrême

 La violence des camps est à la fois physique, psychologique et symbolique. Les prisonniers sont classés par catégorie. Les Prisonniers A sont accusés d’être directement impliqués dans la tentative du coup d’Etat. La catégorie B correspond aux membres du parti communiste et des organisations de masse, rassemblant de nombreux intellectuels comme Pram. Enfin, la catégorie C correspond aux sympathisants du parti. Les conditions de détention sont particulièrement inhumaines, l’auteur relate les suicides, la torture des prisonniers, l’humiliation mais ne s’attarde pas en donnant des détails. Les travaux forcés sont la principale difficulté de détention, les détenus construisant des routes à main nues.

Ces terribles conditions de survie le poussent à mener une réflexion philosophique sur l’humain. La famine et l’humiliation réduisent les prisonniers à leurs instincts primaires. Considérés comme des animaux, ils seront détenus pendant 14 ans : un manque d’humanisme qui doit être gravé dans la mémoire nationale comme le rappelle cette citation : « One lacking in any sense of humanitarianism must be engraved in national memory ».

La singularité d’un récit comme exemplarité : « Chaque personne est condamnée à la naissance »

Il accepte son destin dans une lettre écrite à sa fille. Pram sait que ses lettres n’arriveront jamais entre ses mains, mais il continue à les écrire afin de poursuivre sa lutte. Ses mémoires sont parsemées de récits familiaux. Il raconte son enfance, son éducation, l’importance de sa mère dans son parcours. Et s’adresse à ses enfants dans des lettres à la nation libre. En exil, il garde en tête l’autre monde pour lequel il témoigne en faisant de son récit une exemplarité. Bien que détenu il rappelle sa fierté d’être un citoyen indonésien, une citoyenneté pour laquelle il s’est battu.

«  I have carried myself with the awareness that I, too contributed to the making of this nation. I had the right to be proud of what we achieved. But the situation in which I was caused me to ask ; am I no longer worthy of being Indonesian citizen? Was my contribution to nation freedom insignificant? Were the people of Indonesia no recognizing me a full citizen with full rights? ».

Même un événement qui peut sembler pour le monde libre comme étant singulier peut avoir une dimension exemplaire. Dans le sens où l’exemplarité ne concerne pas une personne ou un événement spécifique, irréversiblement révolu, mais la signification qu’elle peut revêtir pour le futur.

Refigurer la vie des disparus

La lecture de ses mémoires a été de mon point de vue une injonction à se rappeler et à se remémorer. Pram redonne un visage à la vie des victimes, en dépassant l’idée du nombre. Il a réalisé un travail colossal en demandant à tous les prisonniers des unités rencontrés de lui fournir des informations sur le nombre de personnes décédées, leur identité et origines. Cet inventaire constitue en lui-même une archive précieuse des morts et disparus. Son ouvrage est de fait un monument littéraire qui leur rend hommage, mais qui a également permis, suite à la libération des prisonniers, d’informer les familles.


Prisonniers de l’île de Buru. Source : « Revisiting the Past: Buru Islands » sur Engage Media © DR

Pour conclure : Le savoir pardonner, entre amnésie et amnistie

L’Indonésie reste aujourd’hui embourbée dans la question de la mémoire. Joko Widodo, le président de la République actuel ne parvient pas à mettre le sujet de la réconciliation sur la table malgré ses promesses. La mémoire des massacres de 1965 reste obscurcie par la présence des instigateurs de ces violences encore au pouvoir.  Mais l’amnésie du pouvoir se trouve aujourd’hui concurrencée par ce témoignage qui a d’abord trouvé écho favorable en Occident. Cette œuvre, toujours censurée en Indonésie, alerte les lecteurs sur les éventuelles conséquences d’un trop peu de mémoire : miroir de l’art d’oublier.

Samia Kotele, promotion ASIOC 2018-2019

Samia Kotele est étudiante en Master 2 Asie Orientale contemporaine ( ENS de Lyon / Sciences Po Lyon). Intéressée par l’Indonésie, elle travaille sur la question du genre et de l’islam à travers une analyse historique de l’évolution du féminisme indonésien. Elle effectue actuellement sa mobilité en Indonésie à Yogyakarta.

Image « à la une » : Pramoedya photographé chez lui à Jakarta au mois d’août 1986 © Charlie Hanley/AP

Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéate vietnamien – CR de lecture par Annette Gravier

L’ouvrage Mémoires d’un cinéaste Vietnamien, paru en 2017 aux Presses Universitaires de Provence, est une autobiographie de Dang Nhât Minh. Le récit du réalisateur et auteur vietnamien est accompagné de photographies prises sur les tournages des films, et accompagné de deux nouvelles littéraires, « Les affaires des adultes » et « L’ancienne demeure ».

L’auteur nous livre son histoire personnelle, ses expériences dans le cinéma, sa famille, ses voyages, la reconnaissance internationale de son œuvre : il s’agit avant tout de raconter l’histoire d’un artiste, son parcours, son éveil personnel au cinéma. Mais, plus important encore, ce qui transparaît à travers l’histoire de Dang Nhât Minh est sa capacité à dérouler un récit contextualisé, mis en parallèle avec la situation politique et économique du Vietnam. Au fil de la lecture, un intérêt proprement historique et mémoriel se dégage donc de cette autobiographie. En quoi son témoignage autobiographique constitue-t-il un vecteur de la mémoire historique du Vietnam ? Deux axes d’analyse de cette transmission mémorielle peuvent être soulignés. Dans un premier temps, voyons en quoi l’autobiographie de Dang Nhât Minh, son récit de vie, est porteur d’une mémoire propre. Dans un second temps, nous analyserons l’œuvre cinématographique et nous verrons pourquoi cette œuvre constitue une forme de mémoire audiovisuelle.

[L’auteur précise en préambule (p. 13) :]

[…] Écrire ma biographie est un travail que j’ai longtemps hésité à mettre en œuvre. C’est une chose bien difficile que d’être fidèle à soi-même, sans porter atteinte aux autres. Mais si l’on écrit pas, comment les êtres chers de notre propre famille pourraient-ils comprendre ce que l’on a accompli et pourquoi l’on a agi ainsi, et connaître tout ce qui est survenu dans cette existence si agitée ? […]

Quand la mémoire rencontre l’histoire

Dang Nhât Minh naît à Hué en 1938, au Vietnam, dans une famille d’intellectuels : son père Dang Van Ngu est médecin et travaille sur la pénicilline. Il se rend notamment au Japon en 1943 pour continuer ses recherches, avant de rentrer au Vietnam. Sa mère reste seule pendant sept ans et élève les enfants, période qui marqua le cinéaste, avant d’entreprendre un voyage vers le nord du Vietnam pour rejoindre son mari. A la suite d’une séance de rééducation, sa mère décède « brusquement » (p. 20) et son père meurt en héros dans un bombardement américain en 1967 alors qu’il essayait de trouver un médicament contre le paludisme (p. 21).

Dang Nhat Minh, Mémoires cinématographiques, paru aux éditions Van Nghe en 2005

Pour ce qui est de la formation académique du cinéaste, elle fut très tôt déterminée par le Parti Communiste Vietnamien (PCV). A douze ans, il quitte la maison de ses parents pour la Chine populaire, où il intègre une école militaire destinée aux enfants des cadres de la résistance. Il décrit notamment les lavages de cerveaux, les obligations d’autocritiques pour ces adolescents (p. 24). Le parti l’enverra ensuite étudier le russe en URSS en 1954, car le pays avait besoin d’interprètes. On voit donc qu’à aucun moment le libre-arbitre et la volonté de l’auteur ne sont prises en compte : son destin est tracé par le Parti au gré de la situation politique et économique du pays.

Si son entrée dans le milieu du cinéma se fait par hasard, sa carrière va être fortement influencée par ses tensions avec le Parti pour faire entendre sa volonté. Le ministère le recrute comme traducteur-interprète au service de distribution de projection des films, et il reste bloqué dans ce service sans pouvoir continuer ses études pendant des années, conformément aux ordres. Il se forme donc au cinéma par lui-même, en autodidacte, grâce à des opportunités personnelles, et notamment à sa maîtrise du russe. Il accède peu à peu à des ouvrages sur le cinéma : théorie, montage, courants cinématographiques occidentaux (néo-réalisme italien, nouvelle vague). C’est lorsque Dang Nhât Minh se voit refuser sa demande de poursuites d’études de réalisation à l’École de cinéma de l’URSS qu’il accède à ces contenus, envoyés par le directeur russe de cette école (p. 30). Le cinéaste réalise son premier film documentaire en 1965, Sur les pas du géologue. Mais ce n’est qu’après la mort de son père en héros en 1967 que le parti lui accorde des faveurs relatives à sa carrière : il peut devenir assistant-réalisateur sur des films de fiction.

Dang Nhât Minh est également un témoin des conditions de création difficiles en vigueur dans le pays tout au long de sa carrière, et notamment dans son rapport à la censure. Il expose la situation de ses collègues à travers l’exemple de Phan Vu, réalisateur et auteur de poèmes publiés dans la revue Nhân Van (p. 37), une revue militant pour plus de liberté de création. Ce dernier fut rétrogradé assistant-réalisateur suite à cette prise de position artistique. Dang Nhât Minh lui-même relate ses expériences avec la censure, qui concernent tous ses films. Quasiment toutes ses œuvres et ses scenarii sont soumis à l’approbation des instances du parti (atelier des films…), et il doit souvent couper des passages, modifier des intrigues, des personnes, pour des motifs plus ou moins obscurs comme le « manque d’action ». Il se voit parfois même refuser ses scenarii sans raisons (p. 50). Lorsque l’auteur relate les conditions de production d’un film, il évoque inévitablement ce barrage de la censure : après avoir vu l’un de ses premiers films sanctionné d’une interdiction de tournage1, Dang Nhât Minh demande au directeur artistique de l’atelier du cinéma ce qu’est un scénario socialiste. Il reçoit la réponse suivante : « la fin doit être heureuse », faire l’éloge de l’harmonie et du socialisme  (p. 51). Nous pouvons évoquer l’exemple du film Quand viendra le 10ème mois, dans lequel un passage2 est censuré et raccourci, car jugé « mystique » : le directeur artistique a peur que ses supérieurs « reprochent au film son caractère subjectif et mystique, porte ouverte à la propagande et à la superstition » (p. 60).

« Le premier maître » [sur son oncle Nguyên Hông Phong] (pp. 41-42) :

[…] A travers la littérature, la poésie, les métaphores, les chansons populaires, l’étude de l’art pictural, mon oncle m’a aussi appris à penser en images, qualité indispensable pour un cinéaste. […] Un réalisateur de cinéma, pour bien faire son métier, ne peut se satisfaire de maîtriser un certain nombre de techniques. Ce qui importe le plus pour entrer dans ce métier, c’est une vision du monde et une esthétique personnelles. Faute de quoi, le réalisateur n’est qu’un artisan plus ou moins adroit. Ce que j’ai apporté au cinéma, de mes débuts jusqu’à ce jour, je le dois à ce que mon oncle m’a appris. C’est lui qui m’a permis de me forger une vision du monde personnelle qui a débouché sur la création. […]

Le cinéaste, en plus d’être un témoin du contexte historique vietnamien, a également été acteur d’événements de premier plan : il relate notamment la « libération de Saigon » en 1975, événement sur lequel il réalisa un documentaire et auquel il assista en tant qu’envoyé du gouvernement. Son rôle de documentariste lui confère ainsi un rôle d’observateur et de transmetteur de ces événements historiques. En dehors de ses activités liées au cinéma et au documentaire, Dang Nhât Minh relate également son mandat de député, et particulièrement ses difficultés à peser politiquement et à se faire entendre par le gouvernement malgré ses responsabilités.

Enfin, l’autre point important de la mémoire transmise par Dang Nhat Minh est son rapport à l’international. Le cinéaste a en effet connu de nombreuses expériences à l’étranger : il parlait notamment le russe et le français, a été primé et fait partie du jury de nombreux festivals : festival de Fukuoka, de Locarno… Il reçoit le prix Nikkei Asia de la culture en 1995, et est même nominé aux oscars dans la catégorie « meilleur film étranger ». Certains de ses films ont également été financés par des pays étrangers, dont la Grande-Bretagne et le Japon, preuve de la renommée du cinéaste. Ces opportunités lui ont d’ailleurs permis d’écrire ses scenarii plus librement. Dans son autobiographie, le cinéaste relève cependant une contradiction entre la vision de lui qui était construite à l’international, comme chef de file du cinéma vietnamien et symbole du Doi Moi, et sa mauvaise image au Vietnam3.

Ainsi, l’autobiographie de Dang Nhât Minh, en contextualisant et témoignant des événements historiques, des conditions d’expression des artistes, des contraintes politiques posées par le parti, constitue une micro-mémoire historique du Viêt Nam. Mais nous pouvons aller plus loin dans l’analyse de la trace mémorielle laissée par Dang Nhât Minh en analysant non plus son récit de vie, mais son œuvre cinématographique.

La portée mémorielle de l’œuvre cinématographique

« Être réalisateur de cinéma, ce n’est pas un métier mais une vision du monde » (Fellini, cité par Dang Nhât Minh, p. 41).

Dans son ouvrage, Dang Nhât Minh exprime sa volonté de faire des portraits de « symboles du Vietnam », et de traiter des « gens ordinaires ». Il souhaite faire découvrir au monde la vie de ces personnes, en temps de guerre comme en temps de paix après la réunification, et filmant autant les bourgeois que les paysans. Il réalise d’ailleurs souvent des portraits de femmes, dont les mémoires et le vécu en temps de conflit sont souvent oubliés. Occasionnellement, l’auteur se focalise également sur des personnages historiques, comme le lettré Nguyên Trai commandé par le département du cinéma en 1980 ou sur le président Hô Chi Minh, dans son documentaire politique Hanoi, hiver 46.

Nous allons illustrer cette volonté de raconter la « vie des gens ordinaires » à travers trois films: Quand viendra le 10ème mois, Ne le brûlez pas et La saison des goyaves.

Couverture du DVD « Nostalgie de la campagne », film de Dang Nhât Minh réalisé d’après la nouvelle de Nguyên Huy Thiêp

Tout d’abord, dans Quand viendra le 10ème mois, le cinéaste nous présente le récit de la femme d’un soldat, Duyên, qui part dans le sud du Vietnam rendre visite à son mari, et qui apprend sa mort brusquement. Avec l’aide de l’instituteur du village, elle tente de cacher cette information à son beau-père pour ne pas le faire souffrir. L’instituteur complice tombe amoureux de l’héroïne, ce qui provoque la colère des habitants du village. Ceux-ci n’apprennent qu’à la fin du film qu’ils ont mal jugé les deux protagonistes. A propos du personnage principal, celui de la femme du soldat, Dang Nhât Minh explique : « J’ai donné le rôle principal à l’actrice Lê Van, et depuis son nom est intimement lié au personnage de Duyên, la femme du combattant sacrifié, symbole du destin de milliers, voire de millions de femmes vietnamiennes confrontées à la guerre » (p. 60). Il cherche ainsi à représenter et incarner cette figure de la compagne du soldat, mais également à exposer les difficultés de la vie quotidienne et de la guerre vécues par les paysans.

Nous pouvons également citer le film Ne le brûlez pas, basé sur le journal intime d’une docteure, sacrifiée sur le front de guerre. Ce journal, écrit entre 1968 et 1970, ne fut publié qu’en 2005 au Vietnam. Ici, encore une fois, nous percevons le souhait de Dang Nhât Minh : retranscrire la mémoire historique de cette femme médecin au cinéma, et recontextualiser l’écriture de son journal dans le cadre de la guerre avec les États-Unis. Le cinéaste souligne également l’importance de l’aspect non-manichéen du film : le personnage du soldat américain qui trouve le journal est touché par le récit de cette femme du camp ennemi, et les Américains en général ne sont pas déshumanisés.

Enfin, dans le film La saison des goyaves, Dang Nhât Minh a cherché à représenter la mémoire des intellectuels restés à Hanoï pendant la guerre. Le film est tiré de la nouvelle « L’ancienne demeure », écrite par le cinéaste lui-même, et inspirée de l’histoire de la famille de sa femme4. Il s’agit de l’histoire de Hoa, un garçon tombé d’un goyavier planté dans le jardin de la maison familiale, et devenu attardé. Son père doit céder cette maison à l’État communiste comme « contribution à la cause nationale », et Hoa cherche à retourner vivre dans la maison de son enfance. Ici, Dang Nhât Minh raconte une mémoire ignorée, celle des Hanoïens des années 50 qui n’avaient pas participé à la résistance contre les Français et continuaient de vivre dans la capitale de la RDVN (capitalistes, bourgeois, commerçants…). Quand le gouvernement prit le contrôle de la ville en 1954, certains partirent en rééducation, des membres de l’intelligentsia perdirent leur travail (avocats…), comme le père de la femme du cinéaste.

« Mon père avait quitté le pays et y était revenu sans autre bagage qu’un savoir médical qui lui permit de soigner les blessures et les maladies, de redonner la santé aux gens, et avec seulement un cœur dévoué, celui d’un intellectuel et d’un patriote. Il me laisse en héritage l’amour de la patrie, l’attachement profond à mon peuple et à mon pays, la profonde compréhension de souffrances humaines. Il ignorait que ces qualités étaient à la base de toutes les créations artistiques. Mon œuvre cinématographique est dans le droit fil de cet héritage ». (pp. 122-123)

* * *

Mémoires d’un cinéaste vietnamien constitue donc une trace de la mémoire historique du Vietnam socialiste. Le récit de vie du cinéaste en lui-même nous apporte de précieuses informations sur le contexte politique et social du pays, son évolution historique et sur le fonctionnement de la censure. Dans le même temps, l’œuvre cinématographique de Dang Nhât Minh témoigne à la fois d’une histoire en train de s’écrire et d’une micro-histoire incarnée par les personnages principaux de ses films.

Filmographie :

Films de fiction 

  • 2009 : Ne le brûle pas
  • 2001 : La Saison des goyaves
  • 1997 : Hanoi, hiver 46
  • 1996 : Nostalgie a la campagne
  • 1994 : Le Retour
  • 1987 : La fille sur la rivière
  • 1985 : Quand viendra le 10ème mois
  • 1982 : Une ville à portée de main

Films documentaires 

  • 1980 : Nguyen Trai  (Documentaire sur le célèbre lettré)
  • 1975 : Les visages du mois de mai (Sur la libération de Saigon)
  • 1965 : Sur les pas du géologue.

Annette Gravier, promotion ASIOC 2018-2019.

Image « à la une » : Photogramme du film Quand viendra le dixième mois

Annette Gravier est étudiante en Master 2 ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) à l’ENS de Lyon et à Sciences Po Lyon. Elle travaille sur le Japon, notamment sur les problématiques liées à la diplomatie culturelle. Elle effectue actuellement un séjour académique à Tokyo, à l’Université Waseda. 

Notes

  1. Pour le film Une ville à portée de main []
  2. Passage montrant le marché des vivants et des morts []
  3. Voir en particulier le destin de son film La fille sur la rivière, pp. 64-67 []
  4. Traduction aux pp. 133-140 []

Géographies de la mémoires – Rencontre avec Dominique Chevalier – 18 décembre 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence/débat à la Bibliothèque Diderot de Lyon.

Parlez-nous de…

Géographies de la mémoire

Mardi 18 décembre 2018
17h-19h
Hall de la bibliothèque
Entrée libre

Rencontre avec Dominique Chevalier, MCF-HDR en géographie à l’UCB-Lyon 1-ESPE animée par Muriel Salle, MCF en histoire à l’UCB-Lyon 1 (UMR 5190 – LARHRA).

Dominique Chevalier, Maîtresse de conférences en géographie à l’Université Claude Bernard – Lyon 1 et à ESPE travaille sur le thème des valorisations et dévalorisations des territoires urbains, et s’intéresse aussi aux questions de spatialisation des mémoires douloureuses et aux effets de cette mise en espace.

Dans son ouvrage Géographie du souvenir, ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah, elle étudie les lieux de mémoires de la Shoah, leur géographie et leur insertion dans un environnement urbain.

Elle dialoguera avec Muriel Salle, Maîtresse de conférences en histoire au Laboratoire de recherche histoire Rhône-Alpes (LARHRA).

Réf. : Géographie du souvenir. Ancrages spatiaux des mémoires de la Shoah / Dominique Chevalier, préface de Denis Peschanski. Paris : L’Harmattan, 2017 (Géographies et culture). Présentation de l’éditeur.

Source : BDL

Générations post-réfugié.e.s. Parcours des descendant.e.s des Asiatiques du Sud-est en France – colloque 07/12/2018

[ndlr] Annonce d’un Colloque organisé dans le cadre de la coopération entre University of California Berkeley Social Science Matrix et Sciences Po. Avec le soutien du projet Emergence(s) de la Ville de Paris.   

Vendredi 7 décembre 2018.
Programme

LIEU : Sciences Po Paris
27 rue Saint-Guillaume – Salle Goguel – 75007 Paris
  09:30 ▸   17:30
9:30 : Mot d’ouverture
Khatharya UM, Pr. Berkeley University Matrix et (tbc) – La question de « génération » dans les études sur les réfugiés et les migrants.
Amar NAFA, directeur de l’association Génériques 9:45 – 12:45: Etat de la recherche

Panel 1. Modération (tbc)
Liêm Khê LUGUERN (Dr. IRIS – EHESS, historienne) – Etudier les migrants du Sud-est asiatique en France : catégories et représentations. 
Karine MESLIN (Dr. GERS, Centre Nantais de Sociologie, sociologue) – Les Cambodgiens en France, le poids de la catégorie de “réfugié” d’une génération à l’autre.
Brett LE SAINT (Doctorant Université Paul Valéry – Montpellier III, LERSEM, ethnologue) – D’une immigration laotienne invisible à l’idéal du retour : positionnements de deux générations face aux injonctions catégorielles.

11:15 Pause café

Panel 2. Modération Stéphanie Nann (Dr. Psychologue clinicienne)
Mathieu ICHOU (Chargé de recherche INED, démographe) – Enfants d’immigrés à l’école : la position des descendants de migrants du Sud-Est asiatique.
Hélène LE BAIL (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue) – Descendants de migrants d’Asie du Sud-Est et engagement politique.

Pause déjeuner

14:00 – 17:30  Vie culturelle et associative

14:00 – 15:00 : Transmission de la mémoire et générations
Modération: Khatharya Um (Pr. Berkeley University Matrix)

Amar NAFA, directeur de l’association Génériques
Doan BUI, journaliste et auteure de Le Silence de mon père.
Lana CHHOR, auteure de Génération peau de banane ou La vie après les Khmers rouges.

15:00 – 16:00 : Engagement, solidarités et lutte contre les préjugés
Modération :  Hélène Le Bail (Chargée de recherche CNRS-Sciences Po CERI, politologue)

Grace LY, blogueuse La petite banane, réalisatrice de « Ça reste entre Nous”, auteur de Jeune fille modèle.
Linh-Lan DAO, journaliste, réalisatrice de “Ne dites plus jamais tching tchong! »
Jacques HUA, association des Jeunes Teochews de France/Comité Sécurité pour Tous

16 : 00 Pause café

16:00 – 17:15 La Seconde génération derrière la caméra
Modérateur et Interlocuteur: Randal DOUC (Professeur de mathématiques, acteur et auteur) Projection d’extraits des documentaires Tours d’exil Jenny TENG, 2009; Une minorité visible invisible, Mathieu Pheng, 2018.

Débat avec les réalisateurs.
Mathieu PHENG, documentariste, réalisateur de Une minorité visible invisible.
Jenny TENG, chercheur et réalisatrice de Tours d’exil.

17:15 – 17:30 Conclusion : Hélène Le Bail (CNRS Sciences Po Paris-CERI)  

Responsables scientifiques : Hélène Le Bail et Khatharya UM

Source : SciencesPo / CERI

Image « à la une » : La dalle des Olympiades, Paris XIIIe, mars 2015 (Wikipédia)

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 6

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

★ ★ ★

« Carrying Buddy ». Près de Ben The, province de Binh Duong, au nord de Saigon, un soldat sud-vietnamien porte un frère d’arme blessé et inconscient sur ses épaules vers l’arrière du front pour le faire soigner © Associated Press, 1972.

Mémoires combattantes

Séance 6 : mercredi 7 novembre 2018 – salle de réunion R20

Les mémoires combattantes forment un corpus très important de la production livresque en péninsule indochinoise, en particulier au Viêt-Nam. Dès les années soixante, la République démocratique du Viêt-Nam (1945-1976) a édité des « mémoires de la révolution » (hồi ký cách mạng) pour inscrire le processus révolutionnaire comme fondateur de l’État et pour honorer ses acteurs. Après la guerre, des ambitions mémorielles antagonistes se sont de plus en plus affirmées. Sur le plan des mémoires combattantes, rédigées par des militaires, des révolutionnaires professionnels ou des hommes politiques, les récits apparaissent largement clivés. D’un côté, les vainqueurs élaborent une nouvelle historiographie nationale et organisent le récit mémoriel pour valider la guerre de réunification (1945-1975) et la légitimité de la direction du parti communiste. De l’autre côté, les vaincus de la guerre et les exclus du processus politique témoignent de l’existence d’une contre-histoire qui percute le récit national-communiste. Cette séance donnera un aperçu des engagements des uns et des autres.

Dans un second temps, nous écouterons trois exposés oraux avant de débattre. Chaque ouvrage présenté reprendra une thématique abordée lors des séances précédentes : la question des frontières et du banditisme au moment de la colonisation du Tonkin, la formation des révolutionnaires à Paris et l’espionnage sous la République du Viêt-Nam au Sud (1955-1975).

Textes discutés

Nguyen Cong Luan, Nationalist in the Viet Nam Wars. Memoirs of e victim turned soldier, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 545-574 (Ch. 29 : « On the Viet Nam War » ; Ch. 30 : « Ever in my memory »).

Vo Nguyen Giap (général), Le haut commandement et le printemps de la victoire, Hanoi, Editions The Gioi, coll. Mémoires de guerre, 2008, p. 301-317 (Ch. X : « Quelques réflexions »).

Exposés oraux

Exposé de Thibaut Bara

  • Davis, Bradley Camp, Imperial Bandits. Outlaws and rebels in the China-Vietnam borderlands, Seattle, University of Washington Press, 
    Critical dialogues in Southeast Asian studies, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Washington University Press

Exposé de Clémence de Gail

  • Goebel, Mickael, Paris, capitale du tiers monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939), Paris, La Découverte, 2017. Traduit de l’anglais par Pauline Stockman.

Présentation de l’éditeur : La Découverte

Exposé de Valentin Martin

  • Bass, Thomas A., Agent Z. 21, le meilleur ennemi des Américains. Saïgon 1946-1975, Paris, Tallandier, 2010. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Béatrice Vierne.

Présentation sur Galaxidion

Image « à la une » : Groupe de la guérilla Viêt Công traversant une rivière en 1966 (Wikipedia)