Archives par mot-clé : mémoires

Christopher Goscha : « L’asymétrie mémorielle Algérie-Indochine en France : ou comment expliquer l’oubli indochinois ?  » – Vendredi 29 mars 2024 (IAO)

Pour archivage. Grosse affluence au séminaire de l’IAO à l’occasion de la conférence de Christopher Goscha, professeur d’histoire à l’UQÀM (Montréal). Résumé ci-après.

En 2022, Emmanuel Macron a effectué une visite officielle à Alger pour réaliser une « réconciliation mémorielle » entre les sociétés française et algérienne sur la guerre qui les a déchirées (1954-1962). En 2020, il avait confié à l’historien Benjamin Stora une « mission sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie ». Ces démarches tentaient d’affronter le passé, les tensions entre les deux pays et des problèmes d’intégration, et elles avaient sans doute des objectifs politiques. De façon frappante, la guerre d’Indochine reste dans l’ombre de l’Algérie dans la mémoire française, alors que pourtant le conflit indochinois (1945-1954), qui a opposé la France au Vietnam d’Hô Chi Minh, fut la guerre de décolonisation la plus violente du 20ème siècle. Comment expliquer cet oubli relatif du Vietnam à une époque où la France semble plus prête qu’auparavant à regarder son passé colonial en face ? Christopher Goscha tentera de répondre à cette question.

Photo de l’affichette : Le commandant Marcel Bigeard, commandant le 6e bataillon de parachutistes coloniaux (BPC), en liaison radio au cours du parachutage de ses hommes sur Diên Biên Phu. Date : 16/03/1954 © Daniel Camus ; Jean Péraud/ECPAD/Défense.

Repenser la guerre d’Indochine : violences civiles et coloniales – 13-14 octobre 2023 – UQAM / Montréal

Important colloque à Montréal. Programme ci-dessous.

La guerre d’Indochine (1945-54) opposant la France au Vietnam dirigé par Ho Chi Minh fut la guerre de décolonisation la plus violente du 20ème siècle. Environ un million d’êtres humains sont morts – des Laotiens, des Cambodgiens et des Vietnamiens, civils et combattants, hommes et femmes, jeunes et vieillards. L’usage de la torture, du viol et du napalm n’a pas commencé en Algérie, ni lors de la guerre du Vietnam. Et pourtant les destructions et les souffrances de la guerre d’Indochine restent encore dans l’ombre, prisonnières d’un oubli étonnant tant en Indochine qu’en France. Comment expliquer cette guerre de décolonisation si violente ? Ce colloque, le premier en son genre, vise à répondre à cette question en étudiant deux types de violences : celles perpétuées par les Français contre les Indochinois et celles qui opposaient les Indochinois eux-mêmes. Il est temps d’étudier les violences coloniales et civiles au cœur de ce conflit si meurtrier.

PROGRAMME

Vendredi 13 octobre – Salle des Boiseries – J-2805

Introduction – 9h00-10h30

Mot de bienvenue – Benjamin Deruelle (Responsable du GRHG, UQAM)
« Introduction : une guerre et ses silences » – Christopher Goscha (UQAM)

Au cœur de la violence coloniale lors de la guerre d’Indochine – 10H30-12H30

« ‘Le feu qui tombe du ciel’ : le napalm dans la guerre d’Indochine (1951-1954) » – François Guillemot, Estelle Senna, Laurent Gédéon (IAO/ENS Lyon)
« La bataille du riz dans la ‘rue sans joie’ : la guerre des infrastructures au centre du Vietnam » – David Biggs (University of California at Riverside)
« ‘La violence prolongée’ : l’usage français (illégal ?) des prisonniers de guerre et des civils vietnamiens » – Christopher Goscha (UQAM)

À propos de la violence coloniale : les massacres de la reconquête – 14H00-17H00

« L’attaque de la cité Héraud du 25 septembre 1945 : autopsie d’un massacre » – Félix Bégin (UQAM)
« Le massacre d’Haiphong de 1946 » – Stein Tonnesson (Peace Research Institute, Oslo)
« Une ‘rivière rouge de sang’ : la bataille de Thakhek, le 21 mars 1946 » – Vatthana Pholsena (National University of Singapore)
« Un ‘drôle d’oubli’ : le silence français sur les violences de la guerre d’Indochine » – Alexis Mathé (UQAM)

Samedi 14 octobre – Salle des Boiseries – J-2805

Au cœur de la violence civile à l’échelle indochinoise – 9H00-12H30

« Violence, milices et origines de la guerre civile dans le delta du Mékong, 1945-1954 » – Edward Miller (Dartmouth College)
« La première guerre d’Indochine au Laos en tant que conflit civil : l’évolution des formes de violence en 1945-1946 » – Ryan Wolfson-Ford (Library of Congress)
« Origines coloniales et locales des conflits civils au Cambodge : la première guerre d’Indochine, 1945-1954 » – Ben Kiernan (Yale University)
« Je fais la guerre : Nguyen Van Tam et sa participation à la guerre française en Indochine » – Ninh Xuan Thao (École Normale d’Hanoï)

Au cœur de la violence civile à l’échelle locale – 14H00-17H00

« Violences de guerre et persécutions religieuses : les catholiques pendant la première guerre d’Indochine » – Claire Tran Thi Lien (Université Paris Cité)
« Révolution ou agression civile au village ? L’antagonisme de classe et la réforme agraire du Vietnam communiste » – Alex-Thai Vo (Texas Tech University)
« Le massacre de Son Ha de 1950 : un rejet par les montagnards de la gouvernance de la République démocratique du Vietnam » – Dao The Duc (Institute of Culture, Vietnam Academy of Social Sciences)
« Comment les minorités ethniques ont été entraînées dans la guerre d’Indochine : les conséquences du massacre de 1950 dans les terres de Quang Ngai » – Andrew Hardy (EFEO, Paris)

Mot de conclusion et discussion d’ensemble – Christopher Goscha (UQAM)


Un colloque organisé par le professeur Christopher Goscha (UQAM), membre de l’IEIM
Contact : goscha.christopher@uqam.ca


Source : https://ieim.uqam.ca/repenser-la-guerre-dindochine-violences-civiles-et-coloniales/

Eté 2022 : la bibliothèque vietnamienne de l’IAO enrichit ses collections

A l’heure où la circulation internationale des ouvrages en langues asiatiques est soumise aux contraintes liées à la pandémie de coronavirus, la bibliothèque vietnamienne de l’IAO (Institut d’Asie Orientale, UMR 5062) à Lyon poursuit son développement par d’autres voies.

Depuis sa fondation en 2003, la bibliothèque en langue vietnamienne s’est enrichie chaque année de dons de chercheurs, spécialistes du Viêt Nam et de l’Asie du Sud-Est. Outre l’apport initial très important du Fonds Georges Boudarel, les collections vietnamiennes ont été régulièrement augmentées par des achats auprès de nos fournisseurs vietnamiens, français ou américains ou des dons de particuliers (Philippe Devillers, Daniel Hémery, Philippe Langlet, Paul Mus, Judy Stowe, Trân Van Ân…). L’ensemble de la collection réunit actuellement plus de 8000 ouvrages et près d’une centaine de titres de revues.

Cet été 2022 a été marqué par un don important d’ouvrages vietnamiens édités principalement aux Etats-Unis, au Canada ou en Europe. Par l’intermédiaire d’un vieil ami vietnamien, nous avons répondu présent pour réceptionner ce don situé en banlieue sud de Paris chez le Dr Phạm Hữu Thành, radiologue à la retraite. Trois chercheurs, spécialiste du Viêt-Nam, Pascal Bourdeaux (GSRL / EPHE-PSL), Laurent Gédéon (IAO / UCL) et François Guillemot (IAO / CNRS), ont pu évaluer la quantité d’ouvrages, autour d’un millier de titres, et repérer des collections importantes de revues. Quelques 85 caisses petites et grandes ont été ramenées à Lyon.

M. Pham Huu Thanh et Mme Vinh Long devant leur don pour l’IAO © FG 2022
Les chercheurs F. Guillemot, P. Bourdeaux et L. Gédéon en compagnie de M. Thành

Le fonds Phạm Hữu Thành, réceptionné en vrac doit cependant faire l’objet d’un tri conséquent car une partie des ouvrages et des revues sont abimés et de nombreux doublons sont présents dans la collection.

En effet, la particularité de ce fonds est qu’il rassemble en son sein de nombreux ouvrages ayant appartenu à l’écrivain Hồ Trường An (1938-2020), un auteur prolixe, spécialiste de la culture méridionale du Viêt Nam et ami des donateurs. Né en 1938 dans la province de Vĩnh Long et décédé en France en 2020, Hồ Trường An a consacré sa vie à l’écriture et la promotion de la culture méridionale. Parmi les quelques centaines d’ouvrages qui vont rejoindre prochainement les rayons des compactus de la collection vietnamienne de l’IAO à Lyon, une belle collection d’ouvrages rédigés par cet auteur et offerts par son ami Bernard Detrez pourra y figurer (une quarantaine d’ouvrages).

L’écrivain Hồ Trường An, décédé à Troyes en 2020. Source : Người Việt

Grâce à ce don, l’IAO va compléter ses collections en littérature, histoire et culture. Des auteurs et autrices fondamentaux pour la compréhension de la société vietnamienne des années 1990 et de l’exil seront ainsi fortement représentés. On peut compter parmi eux les écrivain-es clés du Renouveau (Đổi Mới) : Dương Thu Hương (1947-), Nguyễn Huy Thiệp (1950-2021), Tô Hoài (1920-2014)… mais aussi et surtout tout la production critique et fictionnelle des écrivains de Saigon qui ont poursuivi leur art littéraire jusque dans leur exil lointain. On peut citer : Doãn Quốc Sỹ (1923-), Duyên Anh (1935-1997), Đặng Phùng Quân (1942-), Kiệt Tấn (1940-), Lê Tất Điều (1942-), Mai Thảo (1927-1998), Nguyễn Mộng Giác (1940-2012), Nguyễn Ngọc Ngạn (1945-), Nguyên Sa (1932-1998), Nhậ̣t Tiến (1936-2020), Phạm Công Thiện (1941-2011), Phạm Duy (1921-2013), Tạ Chí Đài Trường (1938-2016), Tạ Tỵ (1921-2004), Võ Đình (1933-2009), Võ Phiến (1925-2105) ou Xuân Vũ (1930-2004).

Fait notable également, grâce à la collection Hồ Trường An, des autrices souvent invisibilisées dans l’historiographie du livre et de l’édition, sont à signaler : Nguyễn Thị Chân Quynh (1931-), Nguyễn Thị Hoàng (1939-), Nhã Ca (1939-), Phạm Thị Hoài (1960-), Phương Khánh (1936-2020), Trần Thị Diệu Tâm (1946-), Thụy Khuê (1944-), Vi Khuê (1931-2018).

Une autre particularité de ce fonds est de proposer un ensemble de sources littéraires et culturelles sur la partie méridionale du pays et le delta du Mékong. On y trouvera les grands auteurs du Sud ou installé au Sud comme Bình Nguyên Lộc (1914-1987), Hứa Hoành, Huỳnh Minh (1913-?), Nguyễn Hiến Lê (1912-1984), Nguyễn Văn Ba, Phạm Thắng, Phan Nhật Nam (1943-), Sơn Nam (1926-2008) ou encore Vương Hồng Sển (1902-1996). Ainsi l’ensemble de la collection vietnamienne s’enrichit sur le plan des monographies culturelles et régionales dédiées au Sud du pays.

D’autres ouvrages d’écrivains célèbres ou de groupe littéraire comme le Tự Lực Văn Đoàn sont aussi présents dans la collection comme les écrits des intellectuels Hồ Hữu Tường (1910-1980), Vũ Ngọc Phan (1902-1987), ainsi que de nombreux recueils et anthologies de poésie.

Aperçu des premiers ouvrages catalogués dans le domaine littéraire.
Parmi les récits personnels vietnamiens : Xuân Vũ, Nguyễn Thụy Long, Tô Hải, Cao Xuân Huy, Hoàng Liên… Photos FG

En outre, le domaine religieux est couvert grâce aux ouvrages de référence (histoire, textes et pratiques du bouddhisme). Sur le bouddhisme, on y retrouve ainsi les ouvrages de référence de Nguyên Phong, Nhất Hạnh (1926-2022) ou Tuệ Sỹ (1943-). Des collections sur la culture chinoise classique, notamment les romans « de capes et d’épées » et les grands romans à épisodes beaucoup lus dans le Sud du pays, font également parties de ce fonds très riche.

Enfin, dans le domaine des récits à portée historique, on retrouve les mémoires et témoignages des acteurs du conflit vietnamien : récits personnels vietnamiens témoignant de la guerre vue de la République du Viêt-Nam (Sud) comme celui de Cao Xuân Huy, récemment traduit en français, ou récits retraçant des aspects de l’histoire politique dans le Sud du pays (sur les Bình Xuyên, sur les différents pouvoirs républicains de Saigon entre 1955 et 1975, sur la résistance anticommuniste post-1975, sur l’univers concentrationnaire de la RSVN).

Il est encore trop tôt pour connaître la quantité d’ouvrages qui rejoindront les collections de l’IAO mais on peut estimer quelques 500 titres repérés, dûment sélectionnés. Au 1er octobre 2022, une centaine d’ouvrages ont été catalogués et ont rejoint les rayons de la bibliothèque. Parmi cet ensemble on retrouve les œuvres de Doãn Quốc Sỹ, Duyên Anh, Dương Thu Hương, Đặng Phùng Quân, Hồ Hữu Tường, Mai Thảo, Nguyễn Hiến Lê, Nguyễn Mộng Giác, Nguyễn Ngọc Ngạn, Nguyễn Thị Hoàng, Nhã Ca, Nhậ̣t Tiến, Phạm Thị Hoài, Võ Phiến (à venir), Xuân Vũ.

La revue littéraire Văn Học (année 1995) qui consacra des numéros spéciaux sur les 25 ans de littérature des Vietnamiens de l’étranger dont la littérature d’exil.

Sur le plan des revues, des collections quasi complètes de revues importantes éditées aux Etats-Unis entre 1980 et 2010 seront bientôt disponibles. Parmi celles-ci : Hợp Lưu, Khởi Hành, Làng Văn, Thế Kỷ 21, Văn, Văn Học… D’autres petites collections s’y ajoutent telles que Cao Thơm, Gió Văn, Hải Ngoại Nhân Văn, soit près d’une douzaine de titres. Ces revues essentiellement littéraires proposent un contenu très riche, de grande qualité, pour l’étude de la production intellectuelle en exil, les réseaux d’écrivains, le tissu associatif, les interactions et dialogues avec les écrivain-es du pays.

En provenance du Viêt-Nam, Kiến thức ngày nay, une revue de vulgarisation culturelle éditée à Hô Chi Minh-Ville et très lue dans le Sud rejoindra la collection.

En conclusion, le Fonds Phạm Hữu Thành présente la double particularité de témoigner du contenu d’une bibliothèque vietnamienne dans la communauté exilée avec de nombreux ouvrages toujours interdits de publication au Viêt-Nam et d’offrir une vue exceptionnelle sur le Sud par sa littérature, sa culture et son histoire avec ses prolongements au-delà des mers (hải ngoại).

L’IAO remercie chaleureusement le Dr Phạm Hữu Thành, Mme Lê Vĩnh Long et le regretté Hồ Trường An ainsi que son ami Bernard Detrez pour ce don de grande qualité.

FG, 03/10/2022.

Viêt Nam, un passé à recomposer – Mercredi 6 avril 2022 – ENS de Lyon

Un événement à ne pas manquer.

Juliette GALLI (ENS de Lyon) et François GUILLEMOT (IAO) présentent :

Projection et débat

Viêt Nam, un passé à recomposer

Mercredi 6 avril 2022, 18h00-20h00
Théâtre Kantor, ENS de Lyon

18h - 18h30 : entrée du public et
                              présentation de la soirée et des
                              intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection
                              du film "Bach Hong" (2019)
                              d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection
                              du film "Viêt Nam, un passé à
                              recomposer" (2021) de Juliette Galli
                              19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le
                              public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

  • 18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es
  • 18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel
  • 18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli
  • 19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

Liens

Les retours du passé : les souvenirs qu’ils n’auraient pas dû avoir – France Culture

La Série Documentaire (LSD) sur France Culture propose un retour sur les derniers témoins et survivants de l’univers concentrationnaire nazi. Présentation.

Comment penser la place du passé et la marque du XXème siècle dans nos sociétés européennes ?

À l’heure où le passé est parfois  convoqué à des fins politiques, nous sommes ​allés enregistrer sur les traces de l’Histoire principalement en Europe Centrale, dans l’épicentre des destructions de la seconde guerre et de l’extermination de masse des juifs. Sur les lieux, plusieurs générations décrivent leur confrontation souvent douloureuse mais toujours nécessaire avec le passé.

À Varsovie dans les ruines du ghetto, à Vienne dans la mémoire d’un des derniers témoins, sur le sol d’Auschwitz-Birkenau parsemé de fleurs, en Hongrie avec l’écrivain Peter Nadas et les souvenirs qu’il “n’aurait pas dû avoir”, le passé fait retour et prend mille et un visages.

Souvenirs, hantises, quête de traces, reconstitutions et fictions composent le terreau varié et complexe d’un nouveau travail de mémoire. Comme le constate Georges Didi Huberman, de “ce multiple en éclats, il peut naître aussi quelque chose, pour peu qu’une voix s’élève, qu’une écriture prenne le relais”.

Une série documentaire de Christine Lecerf, réalisée par Franck Lilin.

Épisode 1 : Exercices de Mémoire

Que se passera-t-il quand les derniers témoins ne seront plus là ? Quand ils ne pourront plus dire : j’y étais ? Pour nous qui venons après, ils se souviennent….

Épisode 2 : Mémoire des lieux

De quoi se souviennent les lieux ? Des centaines de corps gisent sous les maisons de Varsovie. Des milliers d’os parsèment les champs de Birkenau.

Épisode 3 : Mémoires en héritage

Comment vivre avec un passé que nous n’avons pas vécu et qui pourtant nous hante ? Occulter, endurer ou travailler les souvenirs, quel que soit le chemin…

Épisode 4 : Ecrire l’histoire

Comment écrire l’histoire? Écrivains et historiens traversent la même expérience. La forme est essentielle. Trouver les mots, le ton juste, le bon geste.

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/serie/les-retours-du-passe

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 6

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

“L’interrogatoire” © Vann Nath

★ ★ ★

Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 6 : mercredi 10 novembre 2021 (9-12h)

Le besoin d’exorciser un traumatisme vécu peut prendre la forme d’une œuvre artistique, textuelle, corporelle ou encore visuelle. Les manifestations de l’indicible dans l’art pictural réaliste du peintre Vann Nath en constitue une illustration frappante. D’autres formes d’art-thérapeutique existent comme moyen de médiation après une expérience traumatisante. La littérature des écrivaines Kim Thuy et Linda Lê, la peinture de Dinh Y Nhi, le témoignage concentrationnaire de Lucien Trong ou le travail documentaire de Rithy Panh, les romans graphiques de Marcelino Truong, de Matt Huynh (sur une œuvre de Nam Lê) ou de Séra possèdent une dimension à la fois mémorielle et thérapeutique permettant de transfigurer une souffrance intérieure, un stress post-traumatique et de communiquer aux autres des émotions et son propre régime de véracité. L’ expression vidéographique, la danse ou les performances permettent aussi à l’artiste de “témoigner de son existence, et tenter d’inscrire son histoire personnelle, parfois intime, dans une histoire humaine globalisée” (Sonia Winter). De même la question du silence doit être interrogée car il faut souvent des décennies pour que la parole se libère et que des mots donnent sens à ce que l’on a traversé. Cette séance s’intéressera à travers quelques exemples au travail de mémoire par les arts et à ses aspects transgénérationnels.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec le retour d’expérience de François Bizot face à son geôlier khmer rouge et la présentation de récits de vie d’exilés vietnamiens.

Textes en discussion :

Quelques sites et notices d’artistes :

Pour accompagner la séance :

Compte-rendu en ligne de l’ouvrage de Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France : https://journals.openedition.org/lectures/42683

Exposés oraux


Salomé Raymondjean :


Juliette Galli :

  • Entretiens sur des parcours vietnamiens.

Image “à la une” : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née à Hanoi en 1967).

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 3

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

L’Empereur Bao Dai enfant en couverture de l’ouvrage La colonisation des corps (Vendémiaire, 2014).

★ ★ ★

Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 3 : mercredi 13 octobre 2021 (9-12h)

Le corps en situation coloniale, en période révolutionnaire et en guerre est resté un impensé des sciences sociales pendant des décennies. De son côté, bien en amont, l’anthropologie a investigué le plus souvent le corps de “l’autre”, mais qui est cet autre ? L’étude du corps en tant qu’objet a pourtant une réelle profondeur temporelle multiséculaire dans le champ médical avec la science anatomique ou par exemple l’acupuncture. Depuis le début des années 1990, cet objet d’étude complexe a investi toutes les sciences humaines et sociales.

Des corps sexualisés en Indochine jusqu’aux corps virilisés en révolution et impactés en guerre, cette séance s’intéresse à l’émergence de cette problématique dans les récits vietnamiens. Nous débuterons par un aperçu de la production académique sur ce champ de ces trente dernières années avant de nous plonger dans des documents aux motivations diverses et revêtant des formes plurielles autant visuelles que textuelles. En péninsule indochinoise prise dans une brutalisation générale des sociétés au XXe siècle, une question surgit : quelles mémoires pour quels corps ?

Par le biais de la littérature ou de la photographie, les corps sexualisés, maltraités, vénérés, iconiques, blessés, morts ou errants, oubliés et disparus, pendant les bouleversements majeurs de la péninsule indochinoise peuvent être appréhendés. Sous une multiplicité de paradigmes, l’expression directe ou détournée de la corporéité permet de briser les tabous culturels ou de formuler de nouvelles approches anthropologiques au sein d’État-partis soucieux des normes socio-culturelles.

Textes en discussion :

  • Larcher-Goscha, Agathe, « 1. Sports, colonialisme et identités nationales : premières approches du « corps à corps colonial » en Indochine (1918-1945) », dans : Nicolas Bancel éd., De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962. Paris, La Découverte, « TAP / série histoire contemporaine », 2003, p. 13-31. URL : https://www.cairn.info/de-l-indochine-a-l-algerie–9782707140074-page-13.htm.
  • Doan Cam Thi, “Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans ‘La survivante de la forêt qui rit’, nouvelle vietnamienne de 1991”, La Revue des Ressources, Lundi 2 avril 2007. URL : https://www.larevuedesressources.org/femme-fantasme-et-guerre,770.html

Témoignages :

  • Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, Hanoi, Editions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2006, p. 75-123.
  • Autres récits évoqués : Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Editions Philippe Picquier, 1994 ; Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, Editions Philippe Picquier, 2010 ; Duong Thu Huong, Roman sans titre, Paris, Editions des Femmes, 1992 ; Lê Minh Khuê, “Lontaines étoiles” , dans Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langue étrangère, 1973, p. 9-37.

A parcourir sur Mémoires d’Indochine :

Illustration « à la une » : 27 novembre 1965. Un Rangers sud-vietnamien transporte des cadavres de soldats. © Horst Faas