Archives par mot-clé : mémoires

Viêt Nam, un passé à recomposer – Mercredi 6 avril 2022 – ENS de Lyon

Un événement à ne pas manquer.

Juliette GALLI (ENS de Lyon) et François GUILLEMOT (IAO) présentent :

Projection et débat

Viêt Nam, un passé à recomposer

Mercredi 6 avril 2022, 18h00-20h00
Théâtre Kantor, ENS de Lyon

18h - 18h30 : entrée du public et
                              présentation de la soirée et des
                              intervenant-es 18h30 - 18h50 : projection
                              du film "Bach Hong" (2019)
                              d'Elsa Duhamel 18h50 - 19h40 : projection
                              du film "Viêt Nam, un passé à
                              recomposer" (2021) de Juliette Galli
                              19h40 - 20h00 : temps d'échange avec le
                              public.

La mémoire et l’histoire font du Viêt Nam un terrain d’observation particulièrement complexe. Traversé par la révolution indépendantiste, les guerres (civile et internationale) et les exils, le pays a retrouvé la paix au prix d’un sacrifice humain profondément inscrit dans l’histoire mondiale. Le séminaire Mémoires d’Indochine dispensé à l’Institut d’Asie Orientale (IAO) s’est attaché depuis dix ans à élaborer une histoire d’en bas, à l’aune du vécu des populations locales. Pour clore cette recherche collective, cette projection/débat propose deux trajectoires d’exils vietnamiens en France. Celui d’une femme, Jeanne Dang, restituée par les images animées allégoriques de Bach-Hông, et celui d’un homme, l’Oncle Liêm puis de son fils, interviewés, par Juliette Galli. Ces deux récits interrogent tout à la fois passé et le présent, les brûlures de l’histoire et les souvenirs personnels.

Programme 

  • 18h00 – 18h30 : entrée du public et présentation de la soirée et des intervenant-es
  • 18h30 – 18h50 : projection du film « Bach-Hông » (2019) de Elsa Duhamel
  • 18h50 – 19h40 : projection du film « Viêt Nam, un passé à recomposer » (2021) de Juliette Galli
  • 19h40 – 20h00 : temps d’échange avec le public

Liens

Les retours du passé : les souvenirs qu’ils n’auraient pas dû avoir – France Culture

La Série Documentaire (LSD) sur France Culture propose un retour sur les derniers témoins et survivants de l’univers concentrationnaire nazi. Présentation.

Comment penser la place du passé et la marque du XXème siècle dans nos sociétés européennes ?

À l’heure où le passé est parfois  convoqué à des fins politiques, nous sommes ​allés enregistrer sur les traces de l’Histoire principalement en Europe Centrale, dans l’épicentre des destructions de la seconde guerre et de l’extermination de masse des juifs. Sur les lieux, plusieurs générations décrivent leur confrontation souvent douloureuse mais toujours nécessaire avec le passé.

À Varsovie dans les ruines du ghetto, à Vienne dans la mémoire d’un des derniers témoins, sur le sol d’Auschwitz-Birkenau parsemé de fleurs, en Hongrie avec l’écrivain Peter Nadas et les souvenirs qu’il “n’aurait pas dû avoir”, le passé fait retour et prend mille et un visages.

Souvenirs, hantises, quête de traces, reconstitutions et fictions composent le terreau varié et complexe d’un nouveau travail de mémoire. Comme le constate Georges Didi Huberman, de “ce multiple en éclats, il peut naître aussi quelque chose, pour peu qu’une voix s’élève, qu’une écriture prenne le relais”.

Une série documentaire de Christine Lecerf, réalisée par Franck Lilin.

Épisode 1 : Exercices de Mémoire

Que se passera-t-il quand les derniers témoins ne seront plus là ? Quand ils ne pourront plus dire : j’y étais ? Pour nous qui venons après, ils se souviennent….

Épisode 2 : Mémoire des lieux

De quoi se souviennent les lieux ? Des centaines de corps gisent sous les maisons de Varsovie. Des milliers d’os parsèment les champs de Birkenau.

Épisode 3 : Mémoires en héritage

Comment vivre avec un passé que nous n’avons pas vécu et qui pourtant nous hante ? Occulter, endurer ou travailler les souvenirs, quel que soit le chemin…

Épisode 4 : Ecrire l’histoire

Comment écrire l’histoire? Écrivains et historiens traversent la même expérience. La forme est essentielle. Trouver les mots, le ton juste, le bon geste.

Source : https://www.franceculture.fr/emissions/serie/les-retours-du-passe

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 6

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

“L’interrogatoire” © Vann Nath

★ ★ ★

Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 6 : mercredi 10 novembre 2021 (9-12h)

Le besoin d’exorciser un traumatisme vécu peut prendre la forme d’une œuvre artistique, textuelle, corporelle ou encore visuelle. Les manifestations de l’indicible dans l’art pictural réaliste du peintre Vann Nath en constitue une illustration frappante. D’autres formes d’art-thérapeutique existent comme moyen de médiation après une expérience traumatisante. La littérature des écrivaines Kim Thuy et Linda Lê, la peinture de Dinh Y Nhi, le témoignage concentrationnaire de Lucien Trong ou le travail documentaire de Rithy Panh, les romans graphiques de Marcelino Truong, de Matt Huynh (sur une œuvre de Nam Lê) ou de Séra possèdent une dimension à la fois mémorielle et thérapeutique permettant de transfigurer une souffrance intérieure, un stress post-traumatique et de communiquer aux autres des émotions et son propre régime de véracité. L’ expression vidéographique, la danse ou les performances permettent aussi à l’artiste de “témoigner de son existence, et tenter d’inscrire son histoire personnelle, parfois intime, dans une histoire humaine globalisée” (Sonia Winter). De même la question du silence doit être interrogée car il faut souvent des décennies pour que la parole se libère et que des mots donnent sens à ce que l’on a traversé. Cette séance s’intéressera à travers quelques exemples au travail de mémoire par les arts et à ses aspects transgénérationnels.

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux avec le retour d’expérience de François Bizot face à son geôlier khmer rouge et la présentation de récits de vie d’exilés vietnamiens.

Textes en discussion :

Quelques sites et notices d’artistes :

Pour accompagner la séance :

Compte-rendu en ligne de l’ouvrage de Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France : https://journals.openedition.org/lectures/42683

Exposés oraux


Salomé Raymondjean :


Juliette Galli :

  • Entretiens sur des parcours vietnamiens.

Image “à la une” : Peinture de l’artiste Dinh Y Nhi (née à Hanoi en 1967).

“Mémoires d’Indochine” 2021 – Séance 3

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

L’Empereur Bao Dai enfant en couverture de l’ouvrage La colonisation des corps (Vendémiaire, 2014).

★ ★ ★

Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 3 : mercredi 13 octobre 2021 (9-12h)

Le corps en situation coloniale, en période révolutionnaire et en guerre est resté un impensé des sciences sociales pendant des décennies. De son côté, bien en amont, l’anthropologie a investigué le plus souvent le corps de “l’autre”, mais qui est cet autre ? L’étude du corps en tant qu’objet a pourtant une réelle profondeur temporelle multiséculaire dans le champ médical avec la science anatomique ou par exemple l’acupuncture. Depuis le début des années 1990, cet objet d’étude complexe a investi toutes les sciences humaines et sociales.

Des corps sexualisés en Indochine jusqu’aux corps virilisés en révolution et impactés en guerre, cette séance s’intéresse à l’émergence de cette problématique dans les récits vietnamiens. Nous débuterons par un aperçu de la production académique sur ce champ de ces trente dernières années avant de nous plonger dans des documents aux motivations diverses et revêtant des formes plurielles autant visuelles que textuelles. En péninsule indochinoise prise dans une brutalisation générale des sociétés au XXe siècle, une question surgit : quelles mémoires pour quels corps ?

Par le biais de la littérature ou de la photographie, les corps sexualisés, maltraités, vénérés, iconiques, blessés, morts ou errants, oubliés et disparus, pendant les bouleversements majeurs de la péninsule indochinoise peuvent être appréhendés. Sous une multiplicité de paradigmes, l’expression directe ou détournée de la corporéité permet de briser les tabous culturels ou de formuler de nouvelles approches anthropologiques au sein d’État-partis soucieux des normes socio-culturelles.

Textes en discussion :

  • Larcher-Goscha, Agathe, « 1. Sports, colonialisme et identités nationales : premières approches du « corps à corps colonial » en Indochine (1918-1945) », dans : Nicolas Bancel éd., De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962. Paris, La Découverte, « TAP / série histoire contemporaine », 2003, p. 13-31. URL : https://www.cairn.info/de-l-indochine-a-l-algerie–9782707140074-page-13.htm.
  • Doan Cam Thi, “Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans ‘La survivante de la forêt qui rit’, nouvelle vietnamienne de 1991”, La Revue des Ressources, Lundi 2 avril 2007. URL : https://www.larevuedesressources.org/femme-fantasme-et-guerre,770.html

Témoignages :

  • Lê Cao Dai, C’était au Tây Nguyên. Journal de guerre d’un chirurgien nord-vietnamien, Hanoi, Editions Thê Gioi, coll. “Mémoires de guerre”, 2006, p. 75-123.
  • Autres récits évoqués : Bao Ninh, Le chagrin de la guerre, Arles, Editions Philippe Picquier, 1994 ; Dang Thuy Trâm, Les carnets retrouvés (1968-1970), Arles, Editions Philippe Picquier, 2010 ; Duong Thu Huong, Roman sans titre, Paris, Editions des Femmes, 1992 ; Lê Minh Khuê, “Lontaines étoiles” , dans Lointaines étoiles, Hanoi, Editions en Langue étrangère, 1973, p. 9-37.

A parcourir sur Mémoires d’Indochine :

Illustration « à la une » : 27 novembre 1965. Un Rangers sud-vietnamien transporte des cadavres de soldats. © Horst Faas

« Mémoires d’Indochine » 2021 : Séance 2

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

★ ★ ★

Archives, sources et récits

Séance 2 : mercredi 6 octobre 2021 (9-11h)

Intervenante : Tatiana Tepliashina (Université Lumière Lyon 2)

Cette séance est consacrée aux corpus d’archives mis à la disposition des chercheur-es. Comment ces documents s’articulent-ils avec les mémoires ? Comment le récit historique se nourrit des expériences vécues et des témoignages personnels ? Pour répondre à ces questions, nous nous appuierons sur la présentation du fonds Paul Mus, conservé à l’Institut d’Asie Orientale dont l’inventaire exhaustif vient d’être dressé par Tatiana Tepliashina, doctorante en anthropologie. La vision du “Viêt Nam chez lui”, alors que la guerre d’Indochine débute, décrite par l’orientaliste Paul Mus, nous plonge dans les horizons divergents entre Français et Vietnamiens. Paul Mus cite le philosophe Trân Duc Thao pour analyser le conflit dans son processus “existentialiste” de décolonisation et d’accession à l’indépendance. Le petit ouvrage d’Arlette Farge sur les archives judiciaires françaises du XVIIIe siècle rappelle l’importance de la rigueur historique face à cette sensation de “toucher le réel” et la délicate élaboration du récit. L’approche archivistique du génocide des Khmers rouges est enfin abordée à travers un texte de l’historien David Chandler sur la découverte du centre de détention et de torture S-21 à Phnom Penh.

Textes en discussion :

  • Chandler, David, S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges, Paris, Editions Autrement, coll. “Frontières”, 2002.
  • Farge, Arlette, Le Goût de l’archive, Paris, Editions du Seuil, Points Histoire H233, 1989.
  • Mus, Paul, Le Viêt Nam chez lui, Paris, Paul Hartmann éditeur, Centre d’études de politique étrangère, 1946.

Illustration « à la une » : Exemple de manuscrit (ici sur les Chams) du fonds Paul Mus, IAO © Tatiana Tepliashina 2021

« Mémoires d’Indochine » 2021 : séance 1

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine : La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Un entretien important pour comprendre la complexité du vécu concentrationnaire expliqué aux autres. Présentation de l’éditeur, réédition.

Primo Levi, survivant des camps de concentration, rappelle la force et la nécessité du témoignage face à la barbarie.
L’auteur de Si c’est un homme raconte l’univers concentrationnaire, « la perte de la dignité humaine », mais évoque aussi l’après, les stigmates qui rongent : quel rapport à l’avenir, aux enfants, à la religion ? « Dire et redire », pour ne jamais oublier et élever le souvenir en arme politique.

Source : https://www.librairie-gallimard.com/livre/9782755507775-le-devoir-de-memoire-primo-levi/

★ ★ ★

Le devoir de mémoire” : de l’Indochine aux états postcoloniaux

Séance 1 : mercredi 29 septembre 2021

Le première séance du séminaire s’articule autour du concept de “Devoir de mémoire”. Nous discuterons de son émergence et de son impact à la fois politique et sociétal. Qu’en est-il pour l’Indochine française, la situation coloniale et les États post-coloniaux indochinois au sortir de la guerre ? Quels sont les jalons pouvant constituer des “devoirs de mémoires” pour la période du maintien de l’Indochine dans le giron de la France et de la période de la lutte pour l’indépendance des peuples indochinois ? Quelles sont les événements marquants faisant figure de marqueurs de mémoires pour le Viêt-Nam, le Laos et le Cambodge ? Une investigation de la chronologie des révolutions, des guerres, des massacres et des exils permettra de comprendre le positionnement de chaque État et des communautés exilées.

Textes en discussion :

Illustration “à la une” : Phnom Penh, janvier 2019. Danseuses khmères lors du 40e anniversaire de la chute du régime khmer rouge (1975-1979) © Pring Samrang / Reuters. Source : Paris Match

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2021

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :
La décolonisation et la guerre vécues par les populations
du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h et 9h-11h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation s’intéressa à la question des altérités et au regard ontologique que les mémoires proposent. Qui sommes-nous et qui est l’autre ? Quelles interactions régissent les rapports colonisés / colonisateurs, quelles dominations se mettent en place ? Comment s’expriment les maintiens des mémoires dans le champ virtuel, interactif et visuel de la toile ? A travers les différentes approches anthropologiques, sociologiques et historiques, du “militaria” au décolonial, du colonial au post-colonial, c’est tout compte fait la question de l’Autre qui se pose à nous et qui bouscule nos propres raisonnements. Cette dernière année du séminaire Mémoires d’Indochine s’attachera donc, entre bilan et perspectives, à revenir sur des enjeux qui traversent les sociétés de la péninsule indochinoise et qui ne peuvent trouver une véritable conclusion académique, voire une finalité ontologique.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire :

Séance introductive (9-11h). Mercredi 22 septembre 2021 : Introduction (notions, modalités, calendrier).

Séance 1 (9-11h). Mercredi 29 septembre 2021 – “Le devoir de mémoire”, France, Indochine, états post-coloniaux

Séance 2 (9-11h). Mercredi 6 octobre 2021 – Archives, sources et mémoires

Séance 3 (9-12h). Mercredi 13 octobre 2021 – Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 4 (9-12h). Mercredi 20 octobre 2021 – Famille et mémoires : récits familiaux et transmission

Séance 5 (9-12h). Mercredi 27 octobre 2021 – Guerre et mémoires : enjeux mémoriels

Séance 6 (9-12h). Mercredi 10 novembre 2021 – Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 7 (9-12h). Mercredi 17 novembre 2021 – Genre et mémoires : mémoires genrées

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BORGHI, Rachele, Décolonialité et privilège. Devenir complice, Villejuif, Éditions Daronnes, 2021. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

NGUYEN Thê Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, “Recherches asiatiques”, 1992. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SEMELIN, Jacques, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Éditions du Seuil, Point Seuil Essais 696, 2005, parution en poche en 2017. Présentation éditeur.

SOUYRI, Pierre-François (textes réunis par), Mémoire et fiction. Décrire le passé dans le Japon du XXe siècle, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010. Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TRAVERSO, Enzo, Passés singuliers. Le “Je” dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Luc éditeur, coll. “Hors collection”, 2020. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

A consulter également :

“CONSTELLATION” : OUTILS POUR L’ÉTUDE DU GENRE ET DES FÉMINISMES. URL : https://guerillera.hypotheses.org/5042

★ ★ ★

Travaux à faire et notation : Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note). Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5, accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note). Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive. Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » : FX, Dévastation, 2021 (détail).