Archives par mot-clé : mémoire collective

‘Communist’ Is Still a Dirty Word in Vietnamese Immigrant Enclaves [NYT]

VietnamFlags[ndlr] A lire dans le New York Times l’histoire d’un procès en diffamation sur fond de guerre froide dans la communauté vietnamienne de Washington.

OLYMPIA, Wash. — The cold war may have ended, but in the Vietnamese community here in Washington State, the muscle memory persists.

Aging refugees who lived through the Vietnam War and the fall of Saigon in 1975, many of them scarred by the experience, have not forgotten, nor forgiven. Even now, an accusation of sympathy with the Communist government — real or imagined — can shatter a reputation.

Or settle a score.

That is apparently what happened in the case of Duc Tan et al vs. Norman Le et al, according to the Washington Supreme Court, in a civil defamation case that has offered a rare glimpse into the gut-punching, passionate inner life of Vietnamese America.

Tensions and worries about free speech have surged in recent days all over the nation amid the controversy over federal monitoring of telephone and Internet traffic for national security. And many of those anxieties are heightened in immigrant communities, especially those from the Middle East, where the terminology of religious extremism can raise red flags.

Here in Olympia, the combatants were men of spare build and thinning hair. One was accused of being a Communist, the other of being a slanderer. Both worked for the South Vietnamese government or military. Both became leaders in local groups that strove to keep Vietnamese language and tradition alive in Western Washington.

Read more : Kirk Johnson, New York Times, 22/06/2013.

A version of this article appeared in print on June 23, 2013, on page A18 of the New York edition with the headline: ‘Communist’ Is Still a Dirty Word In Vietnamese Immigrant Enclaves.

Barbara Vaillant : Boat People vietnamiens. Entre mémoire et diaspora

Vaillant_BoatPeople[ndlr] Parution d’une étude en français sur les Boat People vietnamiens. Cet ouvrage fut à l’origine un mémoire de Master 2 Recherche soutenu en 2008 par Barbara Vaillant. Ancienne étudiante de Sciences Po Lyon, elle a suivi le Master ASIOC (Asie Orientale Contemporaine) en 2007-2008. Elle a travaillé au Viêt-Nam pour Hainan Airlines, une compagnie aérienne chinoise, avant de se rendre à Pékin et Shanghai.

30 avril 1975, Vietnam. Les forces communistes du Nord Vietnam s’emparent de Saigon, la capitale du Sud. Commence alors ce qui constituera le plus grand exode de l’histoire du pays. Plus de 800.000 réfugiés de la mer contribuent à forger l’image mondialement connue des “Boat People”. Entassés sur des bateaux de fortune, ils empruntèrent des chemins d’exil multiples et périlleux. Beaucoup y perdent la vie en tentant de gagner les côtes des pays voisins d’Asie du Sud-Est ou celles de Hong-Kong.

Tự do“, liberté, criaient-ils il y a 35 ans et encore aujourd’hui. Nombreux sont les témoignages de leur expérience de part le monde : ouvrages stèles, monuments, musées, commémorations. Aujourd’hui, que sont devenus ces réfugiés ?

Entre Etats-Unis, France et Vietnam, l’auteur est allée à leur rencontre et a partagé leur quotidien, leurs préoccupations et, surtout, leur souvenirs. Aussi de cet ouvrage, transpirent, pour la première fois en langue française, le périple des Boat People, leur perception de l’histoire, de même que les tenants et aboutissants d’une mémoire collective en émergence, mise au regard du concept de diaspora. Au-delà de la “mémoires des esprits”, cet ouvrage engage une réflexion sur ces Vietnamiens d’hier et d’aujourd’hui qui par conviction, crainte, espoir ou désespoir, fuyèrent leur terre natale, à la recherche de la liberté.

Sommaire

Introduction

Partie 1 : La mémoire des “esprits”, odyssée des boat people vietnamiens

Ch. 1 : La catalyseurs et les acteurs de la fuite

  • Les premières vagues de départ : de 1975 au début des années 1980
  • Les vagues de départ des années 1980

Ch. 2 : Des voies plurielles, un traumatisme commun

  • “Les chemins de l’exil”
  • L’installation en pays d’accueil

Partie 2 : Vers l’émergence d’une mémoire collective : manifestations et enjeux

Ch. 3 : Enjeux mémoriels et identitaires au regard de la diaspora

  • Vers l’émergence d’une mémoire collective plus de trois décennies après le début de l’exode
  • Les lieux, la mémoire et la dynamique identitaire en diaspora

Ch. 4 : Les enjeux politiques sous-jacents

  • Aspiration à la reconnaissance d’un groupe minoritaire ancré politiquement
  • Une Mémoire, une Histoire, deux Vietnam

Conclusion

Bibliographie

Barbara Vaillant est titulaire d’un master de recherche en science politique spécialisé sur l’Asie orientale contemporaine, effectué conjointement au sein de l’Institut d’études politiques de Lyon (Sciences Po Lyon), de l’Université Lumière Lyon-2 et de l’Institut d’Asie Orientale (CNRS-ENS). Elle réside aujourd’hui à Shanghai.

Contestations of Memory in Southeast Asia – Roxana Waterson and Kwok Kian-Woon (eds)

ContestationsOfMemoryInSEAContestations of Memory in Southeast Asia applies a new theoretical literature on social memory to remembered events in Burma, Laos, Vietnam, Malaysia, Singapore, the Philippines and Indonesia. Highlighting connections between theorizing based on European examples and unresolved memory issues in East and Southeast Asia, the authors show how comparative study of the interpenetration of politics and lived bodily experience, of communal and personal memories, and of dominant and suppressed narratives, can yield insights into the human potential to become either perpetrators, victims or bystanders.

The memories found within different groups in any society are open to negotiation, suppression, contestation, or revision in the ever-evolving politics of the present. The searching and close-grained analyses of contemporary issues found in the volume vividly illustrate the essentially plural and multivocal nature of social memories, and demonstrate the intricate connection between transnational, national and sub-national politics. Readers seeking a more nuanced and complex understanding of the past and of its continued relevance to the present and future, will find here much food for thought.

Roxana Waterson is an Associate Professor in the Department of Sociology at the National University of Singapore.
Kwok Kian-Woon is an Associate Professor in the Division of Sociology, School of Humanities and Social Sciences at Nanyang Technological University in Singapore.

Réf. : Roxana Waterson and Kwok Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore: National University of Singapore Press, 2012.

Source : NUS

Table of contents :
  • The work of memory and the unfinished past, deepening and widening the study of memory in Southeast Asia / Roxana Waterson and Kwok Kian-Woon
  • Remembering kings, archives, resistance, and memory in colonial and post-colonial Burma / Maitrii Aung-Thwin
  • Shifting visions of the past, ethnic minorities and the ‘struggle for national independence’ in Laos / Vatthana Pholsena
  • Truth and memory, narrating Viet Nam / Sharon Seah Li-Lian
  • Textual construction of a nation, the use of merger and separation / Dayang Istiaisyah bte Hussin
  • Remembering, misremembering, and forgetting, the struggle over Serangan Oemoem 1 Maret 1949 in Yogyakarta, Indonesia / Heddy Shri Ahimsa Putra
  • War and violence, history and memory, the Philippine experience of the Second World War / Ricardo T. José
  • The past in the present, memories of the 1964 ‘racial riots’ in Singapore / Adeline Low Hwee Cheng
  • Memories at the margins, Chinese-educated intellectuals in Singapore / Kwok Kian-Woon and Kelvin Chia
  • Living with the spectre of the past, traumatic experiences among wives of former political prisoners of the ‘1965 event’ in Indonesia / Budiawan

La bande dessinée khmère à l’épreuve de la mémoire : à travers les oeuvres de Séra et de Tian – par Clémence Oliviero

Tian_LannéeDuLièvre_extrait

Tian, L’année du lièvre, extrait de la couverture © Gallimard

XLV – Même coupables de délits répétés, les habitants de ce lieu ne doivent pas être punis ; mais il faut punir sans merci ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants.

Extrait des Edits des Hôpitaux de Jayavarman VII – Stèle de Say Fong [1].

Cette citation, qui date du XIIème siècle, pose clairement les enjeux de la catharsis pour le peuple khmer : les bourreaux d’un jour sont devenus les victimes du lendemain, les familles se sont retrouvées divisées. Ceux qu’il faut punir ce ne sont pas les Cambodgiens, mais ceux qui, sciemment, ont voulu annihiler leurs semblables. Le choc, le besoin d’oublier, l’impossibilité de parler ont entraîné le silence de ceux qui ont survécu.

Mais aujourd’hui, le temps a passé, les jeunes générations cherchent à savoir, à comprendre, et à transmettre. Transmettre pour recommencer la vie ensemble. Mais comment transmettre sans raviver la haine ? Les témoignages sont durs, les mots difficiles à trouver. La bande dessinée se pose alors comme un médium permettant à la fois de montrer et de raconter, avec peu de mots. De transmettre le fait que les Cambodgiens, quel qu’ait été leur camp, ont tous été les victimes de « ceux qui se plaisent à faire du mal aux autres êtres vivants ».

Les œuvres de Séra et de Tian sont en ce sens très représentatives de ce travail de mémoire a posteriori, par recomposition d’un passé qu’ils n’ont pas directement vécu. Séra est né au Cambodge en juin 1961 d’un père cambodgien et d’une mère française. Dès 1970, son père l’oblige à faire son passeport français, grâce auquel il sera rapatrié en France en mai 1975, à l’âge de 13 ans. Il est devenu dessinateur, peintre, sculpteur et enseignant. Il est retourné au Cambodge pour la première fois en 1993, partant sur les traces d’un père qui avait souhaité rester dans son pays natal. Tian, quant à lui, est né au Cambodge le 20 avril 1975, soit trois jours après la prise de pouvoir par les Khmers Rouges. Il est arrivé en France en 1980, et est lui aussi devenu dessinateur. Il est retourné pour la première fois au Cambodge en 2001 par le biais d’une ONG. Ces deux auteurs n’étaient donc que des enfants lorsque le Cambodge est entré dans des années de cauchemar, pourtant ils ont ressenti le besoin de raconter et de transmettre : pour leur famille d’abord, mais aussi plus généralement pour leur peuple. A travers des fictions biographiques pour le premier, et une autobiographie de sa petite enfance pour le second, l’enjeu mémoriel des années Khmers Rouges, mais plus largement des années de guerre est présenté.

SceauKRL’Angkar et les Khmers rouges

Ces bandes dessinées sont d’abord un recueil de témoignages sur les années Khmers Rouges au Cambodge, et sur le fonctionnement de l’Angkar.

Dans L’eau et la Terre, Séra ponctue son récit de slogans khmers rouges, expliquant ainsi l’idéologie utopique mise en place, le plan de Pol Pot et les atrocités qu’il recouvre.

« Ce qui est infecté doit être incisé. Ce qui est pourri doit être retranché. Ce qui est trop long doit être raccourci. Couper un mauvais plant ne suffit pas. Il faut le déraciner ».

Et, encore plus explicite : « L’élimination des ennemis n’est pas la conséquence d’une dérive de la révolution. C’est là même son essence. »

La bande dessinée aide également bien à mettre en avant la jeunesse des révolutionnaires : que ce soit dans les dessins de Séra ou dans ceux de Tian, les yothea [2] du Kampuchéa démocratique ne sont que des enfants. Ils sont habillés de noirs, portent le foulard khmer, les sandales Hô Chi Minh, la casquette communiste et une kalachnikov AK 47 [3]. Des soldats en apparence donc. Mais avant tout des enfants, ce qui est très bien mis en avant par l’histoire de Phat [4], jeune yothea du Kampuchéa, qui ne cherche qu’à jouer avec le petit chien qu’il a trouvé.

Enfin les images permettent d’appréhender la vie sous le Kampuchéa démocratique, et particulièrement la violence morale et physique qui s’est abattu sur le peuple khmer à partir de la prise de Phnom Penh le 17 avril 1975. Ce dessin de Tian illustre la brutalité du nouveau régime :

Tian_extrait

Dessin de Tian [5] © Gallimard

La vie sous les Khmers Rouges pour les Cambodgiens se définit par quelques mots seulement : la faim, le troc, le travail, la peur, la solitude, les déplacements, le désespoir. Pour éviter les ennuis il y a d’abord des objets à ne pas avoir : une arme, une gourde militaire, une photo, une montre, sa carte d’identité, un diplôme, des lunettes, une radio, un habit militaire de l’ancien régime, un passeport, un zippo, ou un livre [6]. Enfin, il y a un leitmotiv à respecter pour rester en vie : « planter le kapokier et le palmier » [7].

Un peuple pris dans le feu des guerres

Impasse et rouge est le titre du premier tome de la trilogie de Séra. Mais c’est aussi un habile jeu de mot évocateur du dilemme laissé par les Khmers Rouges en 1975 et des années communistes au Cambodge : la mort (l’impasse) et le communisme (le rouge) étaient les deux faces d’une même pièce durant ce « passé rouge ». Ce n’est pas l’un ou l’autre, ce sont les deux, il n’y a pas de choix possible. Cette impasse est renforcée par l’abandon international dont font preuve les Cambodgiens à l’époque. « Pourquoi nous ont-ils oublié ? » se demande un des personnages de Séra dans L’eau et la terre [8]. La mort est partout, dans tous les esprits : deux des personnages de L’eau et la terre finissent toujours leur récit par « et je ne suis pas encore mort(e) ». Dans 3 pas dans la pagode bleue [9], les enfants que rencontre l’auteur près de la pagode évoque les « morts crus » : ce sont toutes les personnes mortes de façon violente. Quelle meilleure façon que cette expression khmère pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ?

Cette mort violente ne se limite pas aux victimes des Khmers Rouges. En effet, la trilogie de Séra montre différents points de vue, à différents moments de l’histoire du Cambodge. Et sa conclusion est que la barbarie est commune à toutes ces années au Cambodge, malgré les changements de régime. En effet les dessins d’Impasse et Rouge rappellent volontairement ceux de Jacques Tardi [10] pour évoquer les horreurs de la guerre. Les cartes dans L’eau et la terre illustrent ce que les Khmers Rouges ont fait à la population : les milliers de kilomètres parcourus à pied, mais surtout les prisons et les charniers. Enfin dans Lendemains de cendres, il est possible de voir encore la violence, même après la chute de Pol Pot, à travers les camps de réfugiés à la frontière avec la Thaïlande servant de zone tampon et les champs de mines antipersonnelles. Le peuple souffre, pris au milieu de guerres, les familles sont divisées, nombreux sont ceux qui sont mutilés, rendant « l’après » difficile à envisager.

Et après ? La mémoire

La solution apportée par Séra comme par Tian au problème de la mémoire pourrait être qualifié comme étant « la chaleur humaine ». Nombreuses sont les fois où ils nous rappellent que le Cambodge est, historiquement, le pays du sourire. Les sourires, un sourire, c’est ce qui permet souvent de faire la différence entre ceux qui survivent et les autres. Le sourire est le symbole de l’âme humaine qui reste existante, malgré tout. Cette âme humaine se manifeste durant toutes ces années, malgré les horreurs, par des actes de solidarité. Ainsi la famille de Tian sera sauvée de la mort à plusieurs reprises par de petits actes provenant de sentiments humains : la sympathie, la pitié, la reconnaissance. Les personnages de Séra aussi font preuve de solidarité, allant jusqu’à sauver la vie d’un autre, comportement héroïque mais insensé sous les Khmers Rouges [11]. Snoul, lui, ordonne à un jeune soldat de quitter le front [12], il veut épargner une vie dans un combat qu’il sait perdu d’avance. Enfin, l’apparition du bonze [13] dans Lendemains de cendres montre l’espoir, et la continuité de la vie : malgré tous leurs efforts, « ceux qui se plaisent à faire du mal aux êtres vivants », quel que soit leur camp, n’ont pas réussi à tout déraciner.

Séra le souligne avec le portrait d’une femme dont un des fils s’est engagé dans l’armée et le second chez les révolutionnaires et qui se demande « Pourquoi ai-je mis au monde de tels monstres ? » [14] : La question « comment recommencer à vivre après tout cela ? » se pose. Le fleuve de la vie continue à couler, et le travail de mémoire est plus important que jamais pour ce peuple ayant tant souffert, et ayant tant à accepter pour pouvoir vivre. Peut-être est-ce pourquoi nos deux auteurs ont choisi d’aider des jeunes Cambodgiens à apprendre à dessiner dans des ateliers : pour témoigner non seulement du passé mais aussi du Cambodge d’aujourd’hui, tel qu’on le voit dans les dessins de Nhek Shokaleap [15] ou d’autres artistes que le Centre Culturel Français a fait connaître par son projet Re [Générations] [16].

SourireKhmer

Sourire khmer par Séra [17] © Delcourt

Clémence Oliviero, promotion ASIOC 2012-2013.

Notes

[1] Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007, p. 124.

[2] Yothea est le terme khmer pour désigner les soldats.

[3] Tous ces éléments sont mis en avant dans Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011, p. 66.

[4] Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005, p. 21.

[5] Tian, L’année du lièvre, op. cit., p. 32.

[6] id., p. 98.

[7] Vieux proverbe khmer se référant au conte des trois singes : « ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire ».

[8] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 94.

[9] Séra, 3 pas dans la pagode bleue, Paris, Le 9ème Monde, 2011, p. 11.

[10] Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995, p. 50.

[11] Séra, Lendemains de cendres, op. cit., p. 85.

[12] Séra, Impasse et Rouge, op. cit., p. 60.

[13 Séra, Lendemains de cendres, op. cit., pp. 60-61.

[14] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 105.

[15] Eric Joly et Dominique Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006, pp. 72-73.

[16] Lorente, Camille, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011, dernière consultation le 24/11/2012.

[17] Séra, L’Eau et la Terre, op. cit., p. 10.

 

Bibliographie

Eric Joly et Dominque Poncet, Séra en d’autres territoires, Montrouge, PLG, 2006.

Camille Lorente, « La BD khmère se régénère », Le petit journal.com, 5 juillet 2011.

Séra, Impasse et Rouge, Paris, A. Michel, 1995.

Séra, L’Eau et la Terre, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2005.

Séra, Lendemains de cendres, Paris, Delcourt, coll. Mirages, 2007.

Tian, L’année du lièvre : Au revoir Phnom Penh, Paris, Gallimard, 2011.

Clémence Oliviero est étudiante à l’ENS de Lyon. Elle est actuellement en Master 2 “Asie Orientale Contemporaine, International Relations and Affairs”. En mobilité au Japon, elle a suivi son cursus de troisième année de Sciences Po Lyon à l’université Kwansei Gakuin, à Nishinomiya et est actuellement à l’Université Meiji à Tokyo. Elle est membre de l’association Handiep, visant à sensibiliser les étudiants aux questions de handicap et adhérente de MUN Lyon (Model United Nations-Lyon).

Dernières lectures du séminaire : montrer les violences extrêmes et crises de mémoire

Pour clore le séminaire Mémoires d’Indochine de cette année, nous signalons deux ouvrages parus en 2012 qui méritent toute notre attention. Le premier s’intéresse à la façon de témoigner des violences extrêmes dans l’expression artistique ou mémorielle ; le second visite les écrits produits du traumatisme de la Seconde guerre mondiale.

Nous retrouverons les lecteurs de ce carnet en début d’année 2013 avec deux nouveaux sujets de préoccupation : les ressources documentaires relatives au sujet d’agrégation de cette année : “Les sociétés coloniales” (ici plus précisément l’Indochine) et différentes ressources et données sur 150 d’histoire du Viêt-Nam. Cette dernière thématique sera l’objet du cours d’ouverture du DEMEOC (Diplôme d’établissement sur le Monde Extrême-Oriental Contemporain) de Sciences Po Lyon.

FG, 28/10/2012.

Montrer les violences extrêmes

Théoriser, créer, historiciser, muséographier. Sous la direction d’Annette Becker et Octave Debary – Creaphis Editions.

Textes de Claire Angelini, Vincent Auzas, Annette Becker, Anne Bourgon, Philippe Braunstein, Jean-Baptiste Clais, Octave Debary, Jochen Gerz, Marc-Olivier Gonseth, Nina Gorgus, Philippe Mesnard, Liza Nguyen, Natacha Nisic, Marianne Petit, Catherine Perret, Adeline Rispal, Isabelle Rivé-Doré, François Soulages, Sophie Wahnich.

Comment montre-t-on aujourd’hui les différents temps de la Shoah ou les événements du 11-Septembre, les lieux tels l’ancienne gare de déportation de Bobigny, le camp de Rivesaltes, le lieu de torture de Tuol Sleng ? Comment historiciser la douleur des conflits ? Peut-on présenter la guerre des siècles passés comme un art au Louvre ? Est-il possible de créer à partir de ce qui reste, d’Auschwitz-Birkenau aux poignées de terres rapportées du Viêt Nam ? Peut-on faire une théorie de la violence de masse, théoriser son existence ? Peut-on prétendre partager ce qui relève dans nos sociétés désormais d’un non-vécu ? Penser les destructions guerrières, les génocides, les exterminations, mais également leur retentissement, leur transmission, la résonance de ces mémoires meurtries pour lesquelles l’apaisement semble échapper.

Annette Becker est professeur en cultures de guerre à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et membre de l’Institut universitaire de France.

Octave Debary est maître de conférences à l’Université Paris Descartes. Il travaille sur la mémoire et les restes.

Réf. : Annette Becker et Octave Debary (sous la dir.), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, muséographier, Vérone, Creaphis Editions, 2012, 341 p. (Fiche Sudoc)

Source : Université Paris Ouest

Crises de mémoire

Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale. Susan Rubin Suleiman. Traduit de l’anglais (US) par Marine Le Ruyet et Thomas Van Ruymbeke.

Cet ouvrage est centré sur des crises de mémoire en lien avec la Deuxième Guerre mondiale et la Shoah, mémoire de nature à transcender les frontières nationales. Susan Rubin Suleiman s’intéresse tout particulièrement aux textes littéraires qui portent la trace d’une confrontation réelle avec des difficultés de langage et de sens. Car aux côtés de l’histoire et du témoignage, l’imagination donne forme et figure à la mémoire et à l’expérience, confère une dimension collective aux vicissitudes de la vie individuelle. Elle leur permet de durer.

Née à Budapest, Susan Rubin Suleiman a émigré aux États-Unis avec ses parents à l’âge de dix ans.  Depuis 1981 elle est professeure de littérature française et de littérature comparée à Harvard University. Auteur de nombreux ouvrages et d’articles sur la littérature et l’histoire modernes, elle a publié en France Le roman à thèse ou l’autorité fictive (PUF) et Retours : Journal de Budapest (Bleu Autour), aussi bien que des articles dans Le Monde, Poétique, Critique, Les Cahiers naturalistes et d’autres journaux et revues.

Réf. : Susan Rubin Suleiman, Crises de mémoire. Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 268 p. (Fiche Sudoc)

Voir l’introduction (pdf). Sommaire :

  • Choisir son passé : Jean-Paul Sartre mémorialiste de la France occupée
  • Le Désir narratif : l’« affaire Aubrac » et la mémoire nationale de la Résistance française
  • Commémorer les Morts Illustres
  • Histoire, mémoire et jugement moral après la Shoah. Hôtel Terminus de Marcel Ophuls
  • Anamnèse : mémoire de l’identité juive en Europe centrale après le communisme
  • Sunshine d’István Szabó
  • Révision : traumatisme historique et témoignage littéraire. Les mémoires de Buchenwald de Jorge Semprun
  • Mémoires de la Shoah : l’importance des faits. Wilkomirski/Wiesel
  • À la lisière de la mémoire : l’écriture expérimentale et la génération 1.5. Perec/Federman
  • Amnésie et amnistie : réflexions sur l’oubli et le pardon

Source : Presses Universitaires de Rennes