Archives par mot-clé : mémoire

Projection du film Untold memories of Cambodia de Anne Yvonne Guillou – 20 mai 2022

A ne pas manquer.

Dans le cadre des Rencontres cinéma documentaire et sciences humaines de la MSH Mondes

Vendredi 20 mai 2022 de 13h à 15h

salle des conférences, Rdc, bâtiment Weber

Université de Paris-Nanterre

Projection du film 

Untold memories of Cambodia 

de Anne Yvonne Guillou

Documentaire de 49 min en khmer et en anglais, sous-titré en français, 2018.

Résumé

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.


La projection sera suivie d’une rencontre avec Anne Yvonne Guillou, anthropologue, chargée de recherche au CNRS (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, LESC) et Alicia Landbeck, docteure en psychologie clinique et psychopathologie, chercheure associée au Laboratoire Psy-DREPI (Dynamiques relationnelles et processus identitaires), Université de Bourgogne Franche Comté. 

Source : https://www.mshmondes.cnrs.fr/evenements/untold-memories-cambodia

« Mémoires d’Indochine » 2018 : séance 7

Année universitaire 2018-2019 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires, récits de vie en situations

Image de La fille du fleuve (Cô gái trên sông, Dang Nhat Minh, 1986)

★ ★ ★

Mémoires cinématographiques

Séance 7 : mercredi 14 novembre 2018 – salle de réunion de l’IAO

La dernière séance du séminaire de cette année sera consacrée au cinéma et son rapport à la mémoire. En particulier, nous aborderons la question de la mémoire historique à travers les films de fiction vietnamiens. Pour illustrer notre propos, nous nous appuierons sur le travail cinématographique de Jean-Gabriel Périot en France, de Dang Nhat Minh au Viêt-Nam et de Rithy Panh au Cambodge autour de la question centrale : “Comment se fabrique la mémoire ?”.

La seconde partie sera dédiée aux exposés oraux consacrés aux mémoires du réalisateur Dang Nhat Minh et aux récits du génocide perpétré par les Khmers rouges dans le Kampuchéa Démocratique (1975-1979).

Courts métrages commentés :

Jean-Gabriel Périot, Eût-elle été criminelle, court métrage, Envie de Tempête Productions, 2006, 09:39. Sur Vimeo.

Jean-Gabriel Périot, Nijuman No Borei (200.000 fantômes), court métrage, Envie de Tempête Productions, 2007, 10:54. Sur Vimeo.

Sources complémentaires

Banh Bao et Huu Ngoc, L’itinéraire du film de fiction vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. “Expériences vietnamiennes”, 1984.

Brossat, Alain et Périot, Jean-Gabriel, Ce que peut le cinéma. Conversations, Paris, La Découverte, “Cahiers libres”, 2018.

Pham Cong Anh, Panorama critique du cinéma nord-vietnamien et bref aperçu du cinéma sud-vietnamien, Paris, EPHE, Mémoire sous la direction de Georges Condominas, avril 1972, 254 p.

Pham Ngoc Truong, Trung Son, Luu Xuan Thu, Luong Duc, Huu Ngoc, Le film documentaire vietnamien, Hanoi, Éditions en Langues étrangères, coll. “Expériences vietnamiennes”, 1987.

Robic-Diaz, Delphine, La guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2014.

Exposés oraux

Exposé de Annette Gravier

  • Dang Nhat Minh, Mémoires d’un cinéaste vietnamien, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2017. 

Présentation de l’éditeur : Presses universitaires Aix-Marseille

Exposé de Damien Corneloup

  • Stuart-Fox, Martin et Bunheang Ung, The murderous revolution. Life & death in Pol Pot’s Kampuchea, Orchid Press Publishing Limited, 1985. (3e édition en 1998).

Présentation en ligne : Amazon

Exposé de Olivier Christophe

  • Rithy Panh et Bataille, Christophe, L’élimination, Paris, Grasset, 2012.

Présentation de l’éditeur : Grasset

Image “à la une” : La fille du fleuve de Dang Nhat Minh (1986) © DR

Colette Zytnicki : Traces historiques et mémoire collective

Conférence de l’historienne Colette Zytnicki (Université Toulouse – Jean Jaurès) abordant la question des “traces involontaires” et les interactions entre mémoire et histoire. Mise en ligne sur Canal U.

Mémoire et traces, séance 1 : Des archives environnementales aux archives papier, des traces mnésiques aux traces historiques, de la mémoire individuelle à la mémoire collective, de l’histoire de la terre à celle des sociétés humaines.

Références mentionnées :

Carlo Ginzburg, “Signes, Traces, Pistes. Racines d’un paradigme de l’indice”, Le Débat, 1980/6, n°6.

Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil / Histoire, 1989 (réédition 1997). Résumé en ligne.

Jules Michelet, Histoire de France, Livre IV, Paris, Flammarion, 1833 (réédition 1974).

Charles-Victor Langlois & Charles Seignobos, Introduction aux études historiques, Paris, Hachette, 1898.

Pierre Laborie, Le chagrin et le venin. Occupation. Résistance. Idées reçues, Paris, Bayard, 2011. Résumé en ligne.

François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, Histoire, La librairie du XXIe siècle, 2003. Résumé en ligne.

Jean-Gabriel Périot, Alain Brossat : Ce que peux le cinéma [parution]

[ndlr] Parution aux éditions La découverte d’un ouvrage qui questionne les images cinématographiques, la mémoire et l’histoire. Conversation entre Jean-Gabriel Périot, cinéaste et réalisateur de films documentaires, et Alain Brossat, philosophe. Un ouvrage au programme du séminaire Mémoires d’Indochine de cette année 2018-2019. Présentation de l’éditeur.

Jean-Gabriel Périot, cinéaste, et Alain Brossat, professeur de philosophie, ont travaillé pendant des années, sans se connaître, sur des sujets communs : les femmes tondues à la Libération, l’univers carcéral, la violence politique, le désastre nucléaire…

Dans la réflexion qu’ils engagent ici, ils s’interrogent sur la relation que les images entretiennent avec la politique et l’histoire. Comment se fabrique la mémoire ? Comment appréhender les archives ? Comment remonter le temps, au sens historique et cinématographique du terme ?

Ces conversations s’appuient sur les expériences, et les expérimentations, de Jean-Gabriel Périot. Aiguillonné par les observations d’Alain Brossat, il explique comment il confectionne ses « tracts cinématographiques », comment il a travaillé avec les détenus d’une prison d’Orléans, comment il a monté les films inédits des militants de la Fraction armée rouge (RAF) ou encore comment il a remonté les images d’une apocalypse nucléaire, en commençant… par la fin.

Mettant en regard ces expériences avec celles d’autres cinéastes, célèbres ou non, ce dialogue offre une réflexion inédite sur le travail cinématographique et pose en termes nouveaux la question de la puissance – et de l’impuissance – de l’écriture et de l’image.

Source : La Découverte

Séra : Membres fantômes [exposition 10 mai – 30 juin 2018]

[ndlr] Annonce d’une exposition de peinture de Séra.

SÉRA, le créateur de la figure de la place mémorielle À ceux qui ne sont plus là, présente une œuvre polymorphe, à la fois mémorielle et sensuelle, composée de peintures aux techniques mixtes, de dessins et de sculptures qui trouvent inspiration et racine dans la statuaire khmère ancienne et dans sa mémoire vive.

Une œuvre en hommage à l’histoire.

Une œuvre dédiée à la méditation.

Le festival Cambodge, d’hier à aujourd’hui propose de faire découvrir le Cambodge par sa création artistique contemporaine avec une programmation ponctuée de spectacles, projections, expositions, cérémonies, conférences dans 15 lieux différents de Paris et ses alentours.

Ce festival trouvera une résonance particulière chez les Cambodgiens de France dont la présence sur le territoire a souvent été la conséquence d’une histoire mouvementée, et leur permettra de porter un regard contemporain sur leur terre d’origine.

Cambodge, d’hier à aujourd’hui s’adresse à tous les passionnés et curieux d’Asie et des scènes artistiques et culturelles internationales. 15 Martel curiosity + experiences est un nouveau concept de galerie immersive.

Trop d’auteurs et d’artistes voient leurs créations refusées ou censurées en raison des conventions. Lieu de création, la galerie programme des expositions, des installations, des performances, dans un espace de liberté, au cœur de Paris, en étage, sur-rendez-vous. Rachel Hardouin, fondatrice et commissaire des événements, initie le public à ressentir, réagir, participer aux projets artistiques avec la complicité des artistes. 15 Martel accueille et donne la parole aux auteurs et aux créations.

Un lieu pour dépasser les frontières du refus.
+
15, rue martel BAT.1 #4
interphone 15MARTEL
75010 Paris – France
Mercredi au samedi de 14H à 19H
+ 33 (0)6 60 22 50 14
contact@15martel.com
www.15martel.com #15martel @15martel

 

A l’occasion du festival Cambodge, d’hier à aujourd’hui Rachel Hardouin est heureuse de vous inviter au vernissage de l’exposition qu’elle consacre à SÉRA Membres fantômes présente ses dernières créations, peintures aux techniques mixtes, sculptures et dessins.

Vernissage

Samedi 12 mai 2018 à partir de 16H00

Exposition

du jeudi 10 mai au samedi 30 juin 2018

Les dernières créations picturales et graphiques de SÉRA interrogent le corps humain en dialogue avec la statuaire khmère ancienne. Cette œuvre établit un lien entre passé et présent khmer.

Ce qui est prégnant dans l’ensemble de l’œuvre de SÉRA, c’est la présence très spéciale d’une rage maitrisée signifiée par le geste. D’un trait vif, saillant, presque cinglant, SÉRA affirme et agite. La main porte le pinceau, l’encre, la terre, le métal… loin devant pour aiguiser nos consciences et notre arbitrage.

L’homme qui dessine, l’homme qui sculpte ou l’homme qui peint, nous invite à un voyage plus profond, plus lointain, plus déchiré aussi.

« Il faut voir travailler SÉRA. Il faudrait toujours voir, s’approcher pour mieux cerner les mains qui parlent d’elle-même, d’une même voix contrariée, entre murmures de l’enfance et cris des souvenirs coincés plus haut, dans la mémoire ; il faut voir travailler SÉRA de tout son corps, pour comprendre que c’est en suivant les gestes que l’on peut suivre la courbe d’une réminiscence, et que quoi qu’on en dise, tout part de là. »

Adrien Genoudet, enseignant, chercheur, écrivain, cinéaste.

Erik Davis : Past Lives Present, Tense: Past-life memory in Twenty-First century Cambodia [3 & 4 mai 2018]

[ndlr] Annonce de deux conférences d’Erik Davis sur le Cambodge contemporain suite à une invitation conjointe du Centre d’études himalayennes, du Centre Asie du Sud-Est, et du Centre d’études interdisciplinaires sur le bouddhisme.

Erik Davis

Associate Professor au Macalester College, St. Paul, Minnesota

jeudi 3 mai, de 10h à 12h

Conférence au Centre d’études interdisciplinaires sur le bouddhisme :

“Past Lives Present, Tense: Past-life memory in Twenty-First century Cambodia”

Lieu : à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales ; Salle des Plaques ; 2 rue de Lille, 75007 Paris.

Résumé : Past-life memory in Cambodia is common. In Buddhist scriptural practices, past-life memory is usually thought of in terms of the Buddhist cycle of saṃsāra, where past-life memory is often a prerequisite for advanced stages of spiritual accomplishment. However, in practice, past-life memory is often deeply disturbing to the rememberer, their family and their community.

This presentation discusses multiple examples of contemporary past-life memory out of Davis’ fieldwork in Cambodia, highlighting the practices that surround such memory and uses to which such memories are put. Examples include the Cambodian Prime Minister, a young girl who remembers being her own uncle, a spiritual leader who claims to be the most important Buddhist leader of the Cambodian twentieth century as well as the repeated subject of national scandal because of his claims, and another woman who put two families together in her youth, and has maintained theirconnections into her eighties. These memories and rituals challenge many Western notions about the self and its construction in ways that may be productive.

Télécharger l’affiche : CEIB_conf_Davis_2018-05-03

★ ★ ★

vendredi 4 mai, de 9h30 à 12h30

Présentation au séminaire “Anthropologie comparée du bouddhisme”, dans le cadre de la thématique “Ritualités bouddhiques” :

“The Perfect Funeral of King Norodom Sihanouk of Cambodia”

Lieu : à l’EHESS ; Salle 751 (veuillez noter la nouvelle salle); 54 bd Raspail, 75006 Paris.

Résumé : When King Norodom Sihanouk of Cambodia died in 2012, it marked the beginning of the end of an era, and a period in which the preparations surrounding the impending royal funeral became a site of deep piety and national emotion, run of the mill corruption, and political maneuver. In this presentation, the Cambodian funerary process is introduced, the royal details given specific attention, and attention paid specifically to the ways in which traditional ritual performance and political maneuver intersected, and the ways in which the spectacle occasionally threatened to break down.

Philippe Papin : Les fraternités [parution]

[ndlr] Notre collègue et ami Philippe Papin propose un roman mémoriel de l’Indochine au Vietnam. Présentation de l’éditeur.

Un vieil homme s’en retourne au Vietnam, son pays natal, afin de comprendre les drames de son histoire familiale et personnelle.

Ni autochtone, ni colonial, c’est lui, Do Thai de son nom de guerre, le Juif français persécuté qui a rallié le communisme avant d’achever sa course en paria du Parti.

Source : Les Belles Lettres