Archives par mot-clé : Master recherche

Séminaire: La double légitimation des pouvoirs aux époques moderne et contemporaine

Logo_DenisDiderot_Paris7

Histoire sociale de l’Asie du Sud-Est à l’époque moderne – 44OE01VT

 Programme du séminaire de Master

1er semestre 2014-2015

Grégory Mikaelian (CNRS – UMR 8170) et Emmanuel Poisson (U. Paris Diderot – UMR 7219)

La double légitimation des pouvoirs aux époques moderne et contemporaine

Vendredi de 14 h à 16 h

Salle : 475 C

Université Paris Diderot

Bâtiment des Grands Moulins – Aile C – 4e étage

16 rue Marguerite Duras

75013 Paris

Sanctionnée par des dispositifs rituels complexes, la double légitimation des pouvoirs se trouve illustrée en Péninsule indochinoise par de nombreux exemples, singulièrement à partir de l’époque moderne. D’un côté, les royautés bâtissent leur appareil de légitimation sur des classicismes adossés à des cultures d’emprunts d’où sont extraites des cosmologies à vocation universelle (thèmes de l’hindouisation, de la sinisation, ou de la bouddhisation théravadine), ou, plus récemment, sur les grands mythes progressistes de la vieille Europe (démocratie libérale et socialisme). Cela correspond en d’autres termes à la dimension ouranienne du pouvoir, souvent la plus étudiée. D’un autre côté, les pouvoirs n’en fondent pas moins leur autorité sur une dimension chtonienne, en référence à des peuples considérés comme étant sinon les premiers habitants du sol, tout au moins les intercesseurs entre le roi et les forces de la nature (eau, feu, vent), dont dépend la prospérité du royaume. À ce propos, nombre d’auteurs ont évoqué depuis la fin du XIXe siècle les relations particulières qu’entretiennent sur le temps long les rois des plaines avec des individus éminents des hauteurs.

Au-delà de la mise en exergue de faits généraux, ils n’ont pas toujours su replacer ces relations dans le procès de construction de l’appareil de légitimation de l’État, ou inversement, en saisir les enjeux (économiques, diplomatiques et symboliques) pour les individus éminents concernés ainsi que les peuples et personnes placés sous leur influence. À travers cet angle d`approche, le séminaire se propose de dresser un panorama des relations historiques (et des historiographies relatives à ces relations) entre les royautés des plaines et les peuples incarnant l’autochtonie – notamment les habitants des hauteurs. Quelques séances consacrées à l’examen des faits insulindiens permettront de mettre en perspective l’exemplum péninsulaire.

 

  • 3 octobre : Grégory Mikaelian (CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Le roi khmer, ses neveux jaraïs, ses dépendants kuoys et poars. Un aperçu de la double légitimation du pouvoir dans le Cambodge du XVIIe siècle ».
  • 10 octobre : Paul Wormser (Institut National des Langues et Civilisations Orientales / CNRS, Centre Asie du Sud-Est) « Les relations entre les montagnards et les peuples des plaines à Sumatra du XIVe au XVIIe siècle ».
  • 17 octobre : Marie-Sybille de Vienne (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Centre Asie du Sud et du Sud-Est), « Sakai, Sjaih et Sultan : les rémanences de la double légitimation au Brunei, mythographie et rituels ».
  • 7 novembre : Philippe Le Failler (École française d’Extrême-Orient), « La Rivière Noire. L’intégration d’une marche frontière au Vietnam ».
  • 14 novembre : Vanina Bouté (Université de Picardie / CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Cultes territoriaux et pouvoirs locaux aux marches du royaume de Luang Prabang ».
  • 21 novembre : François Lagirarde (École française d’Extrême-Orient), « L’autochtonie à travers l’historiographie du Nord de la Thaïlande : Môns, Lawas et Birmans, premiers acteurs des chroniques traditionnelles des Thaïs du Lanna ».
  • 28 novembre : Andrew Hardy (École française d’Extrême-Orient / CNRS, Centre Asie du Sud-Est), « Commerce et diplomatie dans les relations plaine-montagne au centre Vietnam : la muraille de Quang Ngai (XIXe siècle) ».
  • 5 décembre : Elsa Clavé (Université de Paris-Diderot / CNRS, Centre Asie du Sud-Est),  « Relations et fonctions des peuples côtiers et montagnards au sein du sultanat de Magindanao-Philippines (XVIIe-XIXe) ».
  • 12 décembre : Mathieu Guérin (Institut National des Langues et Civilisations Orientales), « Norodom (r. 1860-1904) et les habitants des hautes terres ».
  • 19 décembre : Sylvain Vogel (Chercheur indépendant, membre du LAboratoire de SEmiotique, Linguistique, Didactique et Informatique, Université de Besançon), « Angkor vu par les Phnong ».
  • 9 janvier 2015 : Emmanuel Poisson et NguyênThi Hai (Université de Paris-Diderot, Laboratoire SPHERE), « Le contact entre les quằngNông de Cao Bằng et le pouvoir central (XIXe-début du XXe s) ».

« La fabrique de l’histoire » des sociétés et États en Asie du Sud-Est: séminaire de A. Forest et Trân Thi Liên

[ndlr] Nous signalons ci-après le programme du séminaire de Master de nos collègues Alain Forest et Claire Tran Thi Lien de l’Université Denis-Diderot – Paris 7.

Programme du séminaire de Master 2

Histoire de l’Asie du Sud Est 43 HI 5233

à l’Université Denis Diderot – Paris 7

1er semestre 2012-13

Master Recherche : Histoire et Civilisations comparées

Spécialité : Histoire des mondes

« La fabrique de l’histoire » des sociétés et Etats en Asie du Sud-Est:

Alain Forest – Claire Tran Thi Liên

Le séminaire entend initier les étudiants à une réflexion sur « la fabrique de l’histoire » de cette vaste région s’étendant sur plus de 4 millions km² et peuplée par plus de 600 millions d’habitants qu’est l’Asie du Sud-Est. Appelée par Denys Lombard, « la Méditerranée asiatique », elle est caractérisée par une exceptionnelle diversité culturelle et linguistique du fait qu’elle a toujours été un espace privilégié d’échanges (culturel, religieux, économique et politique) entre les deux grandes aires sinisée et indianisée mais également entre Occident et l’Orient. Aujourd’hui, plus que jamais, l’Asie du Sud Est est une zone majeure de contacts dans le mouvement de globalisation en cours.

Ce séminaire entend introduire les étudiants à la recherche sur les sociétés et États d’Asie du Sud-Est à l’époque moderne et contemporaine, en proposant une approche croisée de la construction des sociétés et États nationaux dans un contexte d’échanges constant. Il privilégie une approche diversifiée de la recherche tant dans les thématiques, les sources que la méthodologie, cherchant à ouvrir les étudiants aux méthodes de terrain des autres sciences sociales. Dans le cadre d’une collaboration avec l’INA, un accent particulier sera mis cette année sur la méthodologie du traitement des sources audio-visuelles.

Ouvert aux masters 1ère année, aux doctorants et auditeurs libres

Périodicité et horaire : jeudi de 18h à 20h

Lieu : Université Paris Diderot – Paris 7

A partir du 8 novembre : Site Paris Rive Gauche (PRG), salle 209

Bâtiment Olympe de Gouges, rue Albert Einstein, Paris 13e

Métro ligne 14 Arrêt Bibliothèque François Mitterrand

http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/universite/File/plan_bat.jpg

Chargés du séminaire : Alain FOREST, Professeur, Claire TRAN Thi Liên, Maître de conférences – Université Denis Diderot – Paris 7 – Histoire de l’Asie Orientale

  • Jeudi 8 novembre Gwenola Ricordeau, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille 1, laboratoire CLERSE (Centre Lillois d’Etudes et de Recherches Sociologiques et Economiques)

Histoire politique : La démocratie aux Philippines de Cory à Noynoy Aquino.

  • Jeudi 15 novembre Le Thu Hang, docteure en histoire, chercheuse indépendante

Histoire culturelle : L’imprimerie moderne: nouveau moyen de diffusion culturelle de masse au Viet Nam (fin du 19e siècle-début du 20e siècle).

  • Jeudi 22 novembre Charles Keith, assistant professor of Southeast Asian History, Michigan State University

Histoire sociale : Les Indochinois en France: approches historiques.

Exceptionnellement de 16h30 à 18h30

  • Jeudi 29 novembre  Anne Guillou, chargée de recherche au CNRS, laboratoire Case (Centre Asie du Sud Est, Paris)

Histoire et anthropologie : L’ancienne base khmère rouge d’Anlong Veng (Nord du Cambodge) et son rattachement au reste du Cambodge. L’importance du système religieux.

  • Jeudi 6 décembre Catherine Scheer, doctorante en anthropologie à l’EHESS (Centre Asie du Sud-Est

Histoire et anthropologie : « Explorer l’identité des Bunongs protestants à partir de récits mythico-bibliques:des traces de rencontres historiques avec l’Occident sur les hautes terres du Cambodge et du Vietnam »

  • Jeudi 13 décembre Alain Forest

Histoire religieuse: Comment la réflexion sur les phénomènes religieux en Asie nous oblige à reconsidérer les classifications basées sur le monothéisme

  • Jeudi 20 décembre Présentation par les étudiants de leurs sujets de recherche