Archives par mot-clé : marxisme-léninisme

H-Diplo Roundtable XX, 2 on Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology

[ndlr] Une table ronde sur le dernier ouvrage de Tuong Vu, à lire sur le site de H Diplo.

Roundtable Editors: Thomas Maddux and Diane Labrosse

Roundtable and Web Production Editor: George Fujii
Introduction by Peter B. Zinoman

Tuong Vu.  Vietnam’s Communist Revolution:  The Power and Limits of Ideology.  Cambridge:  Cambridge University Press, 2017.  ISBN:  9781107154025 (hardback, $105.00); 9781316607909 (paperback, $35.99).

URL: http://www.tiny.cc/Roundtable-XX-2

Contents

Introduction by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

© 2018 The Authors.
Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 United States License.

 

Introduction

by Peter B. Zinoman, University of California, Berkeley

I this forum on Tuong Vu’s Vietnam’s Communist Revolution: The Power and Limits of Ideology, four distinguished historians address critical questions raised in the book about the history of Vietnamese Communism. They include Christopher Goscha (the most important historian of Vietnam writing today in English), Sophie-Quinn Judge (author of the best biographical study of Ho Chi Minh in any language), Stein Tønnesson (a prolific scholar of the ‘international’ history of Vietnam in the 1940s) and Alec Holcombe, (a brilliant young historian of Vietnamese Communism). The four participants sort themselves into two factions, a war-era faction (Quinn-Judge and Tønnesson) who reject Tuong Vu’s central claims, and a post-war faction (Goscha and Holcombe) who endorse them. The division on exhibit here confirms that, despite the passage of over four decades, old disputes over interpretations of the Vietnam War remain unresolved.

While many Western-language studies have explored discrete periods in the history of Vietnamese Communism, Vietnam’s Communist Revolution is the first sweeping examination of the movement from its origins in the 1920s through the post-Vietnam War era. Based on a trove of vernacular-language sources of unparalleled scope and depth, it proposes a novel and interesting periodization of Vietnamese Communism (1917-1930, 1931-1940, 1940-1951, 1953-1960, 1957-1963, 1964-1975, 1976-1979, 1980-1991, 1991-2010) and offers a wide-ranging account of its evolution over time.   The historical insight featured in the book is especially impressive given Tuong Vu’s disciplinary background in political science. Supplementing his arguments about continuity and change, Tuong Vu advances the straightforward thesis that the most influential factor in the history of Vietnamese communism has been its leaders’ unwavering devotion to the political ideas of Karl Marx, Vladimir Lenin, Joseph Stalin, and Mao Zedong. This thesis makes a modest contribution to the political science scholarship, Tuong Vu notes, by adding “another case to the comparative literature, demonstrating the salience of revolutionary ideology in world politics” (13). In the context of Vietnam War studies, on the other hand, Tuong Vu’s thesis represents a forceful intervention into one of the oldest and most contentious debates in the field.

During the Vietnam conflict, ‘hawks’ and ‘doves’ disagreed about the fundamental political orientation of America’s enemy. For hawks, both the northern Democratic Republic of Vietnam (DRV) and the guerilla insurgency that it supported in the southern Republic of Vietnam (RVN) were principally motivated by a version of Communist internationalism. As evidence, hawks pointed to Ho Chi Minh’s long career as a Comintern agent, the integration of the DRV into the Eastern bloc, the violent social revolution (including the land reform and collectivization) that the Party spearheaded in the North, and the Vietnamese movement’s formal veneration of Mao and Stalin.  For hawks, the Communist leadership’s relentless and ultimately successful drive to conquer South Vietnam derived from a quasi-religious desire to liberate countrymen oppressed by capitalism and imperialism.

For doves, on the other hand, the Vietnamese Communist leadership’s core motivation was nationalism. As evidence, they pointed out that the two great causes animating the movement between 1925 and 1975 were freedom from colonial rule and territorial unification. They also found an intense nationalism in the trope of ‘resistance to foreign invasion’ that saturated the historical narratives and political culture promoted by Vietnamese Communism.  For doves, the critical nationalist agenda of the Vietnamese Communists was an important reason why the containment doctrine should never have been applied to the country and why the American intervention was misguided from the start.

Tuong Vu’s argument about the devotion of Vietnamese Communist elites to a radical leftist ideology reprises the hawkish position but he fortifies it significantly by mobilizing a massive new body of corroborating evidence. “In researching his topic,” Holcombe points out, “Tuong Vu took advantage of thousands of Party resolutions, orders, circulars, and general policy statements made public by the Vietnamese government in its 2001 Party Documents series. He appears to have read, cover to cover, every one of this series’ fifty-nine volumes, along with a variety of newspapers, archival materials, memoirs, and secondary scholarship.” Tuong Vu’s exceptionally wide reading impresses even his toughest critics. Tønnesson praises his “thorough research and impressive erudition” while Quinn-Judge, in an otherwise unsympathetic review, acknowledges that the “author has gone farther and deeper into this topic than any previous writer in English.”

While they do not map on to each other with complete precision, the dovish and hawkish positions dovetail with contending schools of historical interpretation of the Vietnam War known as orthodoxy and revisionism. The persistence of these tendencies in the field may be seen in two issues raised in the Forum about which reviewers express conflicting views. The first is the so-called ‘lost opportunity thesis’ which argues that an irrationally anti-Communist United States rejected friendly overtures from Ho Chi Minh during the 1940s and 50s thus driving the Vietnamese Communists into the arms of Beijing and Moscow. Citing copious textual evidence, Tuong Vu rejects this thesis, arguing that the zealous ideological partisanship of the Vietnamese leadership at the time made an alliance with America unlikely in the extreme. Goscha and Holcombe support Tuong’s Vu’s rejection of the ‘lost opportunity thesis,’ with Goscha noting that a similar argument about a lost American opportunity in communist China has been called convincingly into question by scholars such as Chen Jian.[1] Quinn-Judge and Tønnesson, on the other hand, continue to endorse ‘the lost opportunity thesis,’ with Quinn-Judge arguing that it was American intransience that radicalized the DRV.

A second issue over which reviewers disagree is Tuong Vu’s argument about internal factionalism within the Communist leadership. For Tuong Vu, factionalism in the Party has been overrated, as has a theory that the leadership was split between a moderate nationalist wing headed by Ho Chi Minh and a radical, internationalist wing led by Le Duan. Calling into question the characterization of Ho Chi Minh as a moderate nationalist, Tuong Vu suggests that what is most striking about the Vietnamese Communists was their shared commitment to the same overarching ideological project.   With some minor caveats, Holcombe endorses this interpretation adding that doves inflate the significance of factionalism within the Vietnamese Communist leadership for two instrumental reasons: it evokes the presence of moderate Communist elites who deserved American support and it heightens a contrast between a flexible, moderate Ho Chi Minh and a rigid extremist United States. Quinn-Judge and Tønnesson remain unconvinced by this revisionist argument.  The former argues that Ho Chi Minh was a moderate pragmatist with a strong nationalist streak. The latter attempts to resuscitate the fifty-year old interpretive scheme advanced by Huynh Kim Khanh which highlighted a conflict between ‘national patriots’ (led by Ho Chi Minh) and ‘proletarian internationalists’ (ultimately the Le Duan and Le Duc Tho faction).[2]

Contributors to the Forum raise additional questions and concerns. In response to Tuong Vu’s analysis of ‘factional divides within the party’ during the latter stages of the War, Goscha requests more historiography through additional engagement with the work of scholars who hold differing views. Holcombe attributes greater significance to Ho Chi Minh’s struggles with rivals in the 1930s and he disputes Tuong Vu’s optimistic speculation that the War was ‘winnable’ for the RVN. He also questions Tuong Vu’s conclusions about the ‘rationality’ of Hanoi’s post-war foreign policy. Quinn-Judge and Tønnesson question the book more aggressively. Quinn-Judge challenges its mono-causal explanatory framework and its static portrayal of Communist ideology. She restates her essentially sympathetic interpretation of Ho Chi Minh as a moderate, pragmatic nationalist, an argument of Tønnesson’s as well. Tønnesson rejects Tuong Vu’s overly rigid view of Communist ideology which, he claims, changed over time and included space for the expression of diverse positions.  He also argues that patriotism, not Communism, “carried the greatest normative weight for Vietnam’s Communist leaders.”

The critiques of Quinn-Judge and Tønnesson affirm the durability of divisions that date back fifty years. But they also introduce little new concrete evidence to back up their claims. This contrasts with the massive excavation of primary source material carried by Tuong Vu. Owing to his prodigious labors, the weight of the empirical record tips significantly in favor of his revisionist thesis.

Après le XIIe Congrès du PCV : Où va le Viêt Nam ? # 3

Suite et fin de notre compte-rendu de colloque suivi d’un billet critique complémentaire, objet d’un billet à part.

ColloqueVN_FGP_Atelier3
Intervenants du troisième atelier : M. Hugues Tertrais, M. Vu Minh Giang, M. Michel Maso (animateur), M. Philippe Delalande et M. Benoît de Tréglodé © 2016 FG

Troisième atelier : le marxisme-léninisme vietnamien questionné

Le troisième atelier intitulé « Le PCV, un parti encore marxiste ? » se déroula à partir de 14h30 devant un auditoire plutôt clairsemé à cause de la pause repas assez courte, le public revenant progressivement. Michel Maso introduisit le sujet avec cette grande question idéologique et la problématique de la sinisation du marxisme. Le marxisme et l’Asie, le sujet avait d’ailleurs dans d’autres temps fait l’objet d’une publication universitaire très intéressante 1. Le sujet qui peut prêter à sourire, ce que souligna Michel Maso avec une dose d’humour, n’était en rien anodin pour l’auditoire de la Fondation Gabriel Péri dans l’attente, dirons-nous, d’une certaine clarification. Notons que les horaires devant être respectés, chaque intervenant eu droit à quinze minutes de communication.

Michel Maso FGP © DdM
Michel Maso s’interroge : « Le parti communiste vietnamien est-il encore marxiste ? » © 2016 DdM

La séance débuta avec l’intervention d’Hugues Tertrais, fin observateur de l’évolution de l’Asie du Sud-Est et professeur émérite de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il organisa sa communication autour de trois points : la notion de transition, le statut du capitalisme au Viêt-Nam et le marxisme en Asie. En introduction, il rappela quelques spécificités vietnamiennes : « le socialisme scientifique », le rôle de l’État et sa qualification à travers les différentes constitutions du pays (1946, 1959, 1980, 1992, 2001…).

J’en profite, dans une parenthèse un peu longue, pour développer ce point à partir des textes sources2. En 1946, la première constitution de la RDVN stipule en son article 1 : « Le Viêt-Nam est une République démocratique. Tous les pouvoirs appartiennent au peuple sans distinction de race, de sexe, de fortune, de classe, de religion » ; en 1959, la constitution révisée de la RDVN stipule en son article 2 : « La République démocratique du Vietnam, fondée et consolidée à la suite des victoires remportées par le peuple vietnamien au cours de la glorieuse Révolution d’Août et de la Résistance héroïque, est un État de démocratie populaire » ; en 1980, la nouvelle constitution du Viêt-Nam réunifié sous l’appellation de RSVN stipule en son article 2 : « La République socialiste du Viêt-Nam est un État de dictature prolétarienne. […] » ; enfin en 1992, la constitution de la RSVN est révisée puis amendée par deux fois en 2001 et 2013. Son article 2 stipule : «  L’État de la RSVN est un État du peuple, par le peuple, pour le peuple. […] ». Cette dernière expression en vietnamien (của dân, do dân và vì dân) devrait nous faire réfléchir3.

Lincoln_WDC_May2014
Lincoln Memorial, Washington DC © 2014 FG

Créée par Lincoln en 1863, elle figure dans le Préambule de la Constitution de la République du Viêt-Nam (Sud) de 1967 : Tin tưởng rằng lòng ái quốc, chí quật cường, truyền thống đấu tranh của dân tộc bảo đảm tương lai huy hoàng của đất nước. Ý thức rằng sau bao năm ngoại thuộc, kế đến lãnh thổ qua phân, độc tài và chiến tranh, dân tộc Việt Nam phải lãnh lấy sứ mạng lịch sử, tiếp nối ý chí tự cường, đồng thời đón nhận những tư tưởng tiến bộ để thiết lập một chánh thể Cộng Hòa của dân, do dân và vì dân, nhằm mục đích đoàn kết dân tộc, thống nhất lãnh thổ, bảo đảm Độc Lập Tự Do Dân Chủ trong công bằng, bác ái cho các thế hệ hiện tại và mai sau. D’où mon questionnement : la constitution de 1946 est plus proche de la constitution de 1967 de la défunte république (si l’on en extrait les aspects purement liés à la Guerre froide). Autrement dit, qu’est-ce qui légitimait une telle confrontation entre Vietnamiens et qui en porte aujourd’hui l’écrasante responsabilité ?

Hugues Tertrais © DdM
M. Hugues Tertrais, historien, agrégé, spécialiste de l’Asie du Sud-Est auteur de nombreux ouvrages de référence © 2016 DdM

Comment appréhender la transition vietnamienne : une sortie du communisme, le passage d’une économie socialiste planifiée à une économie de marché capitaliste ? Transition vers quoi, vers quel type de société (socialiste, capitaliste) ? Pour apporter une réponse à ce questionnement, Hugues Tertrais poussa son raisonnement : quel est le statut du capitalisme au Viêt-Nam ? Il rappela que, dans la culture communiste vietnamienne, il s’agissait d’un « gros mot », citant à l’appui Hồ Chí Minh au congrès de Tours en 1920 : « les bandits du capital ». Deuxième illustration rapide avec l’avènement du Ðổi Mới en 1986 annonçant la fin de l’économie subventionnée. Hugues Tertrais a eu raison de nous remettre en tête le climat de l’époque. Le Ðổi Mới, selon lui, fut d’une dureté sociale incomparable engendrant un chômage de masse et deux types de phénomènes : une croissance très forte doublée d’inégalités également très fortes. Le passage à « l’économie de marché à orientation socialiste » fut douloureux mais il fonctionne. En s’appuyant sur un rapport de la World Bank de 2013, Hugues Tertrais propose un bilan provisoire du Renouveau : le Viêt-Nam reste positionné dans la tranche inférieure des pays à revenus intermédiaires ; l’aggravation des inégalités est très nette notamment en ce qui concerne les ethnies minoritaires ; le secteur public est endetté et pose la question de sa contribution réelle à la croissance (scandale Vinashin, etc.). Les critiques sont d’ailleurs très vives sur le statut du secteur des grandes entreprises déficitaires, sorte de « cancer » de l’économie vietnamienne aux dires de quelques experts (Cf. par exemple les analyses de l’économiste Lê Ðăng Doanh mais Hugues Tertrais n’avança aucun nom). Quelle est la tendance actuelle en 2015 ? La RSVN poursuit son intégration régionale au sein de l’ASEAN, l’accord TPP est en marche, exposant désormais l’économie vietnamienne comme jamais auparavant (danger ou non ?). Selon Hugues Tertrais, cette exposition, si elle présente quelques risques, paraît moins importante que le Ðổi Mới de 1986. Le dernier point rapidement évoqué faute de temps concerne le marxisme et l’Asie. Citant un texte d’octobre 1962 de l’intellectuel communiste Nguyễn Khắc Viện intitulé Confucianisme et marxisme, Hugues Tertrais donna du crédit à la problématique d’un communisme fortement ancré dans une tradition confucéenne à l’instar de la Chine et peut-être source de sa pérennité. Cette question importante réactive la problématique plus générale du « despotisme oriental »4 qui connut son heure de gloire et fit grand débat dans les années soixante pour tenter d’expliquer l’implantation durable du modèle communiste en Asie. Notons que d’autres chercheurs comme le sociologue Nguyễn Ðức Nhuận ou l’historien Nguyễn Thế Anh se sont interrogés sur la pertinence de ces questions5.

Delalande_VietnamDragonEnPuissanceLa parole fut ensuite donnée à Philippe Delalande, expert et conseiller économique et grand défenseur des modèles de réussite économique asiatiques, chinois et vietnamien. Il se livra à un exercice intéressant en revenant aux fondamentaux du marxisme et en mobilisant Marx, Engels ou Lénine. On partit ainsi dans un grand voyage dans le temps à travers le matérialisme historique, le prélèvement de la plus-value, l’accumulation du capital, la baisse tendancielle du taux de profit jusqu’à la question de l’effondrement de l’État… L’idée du communisme étant d’accélérer cette chute de l’État en regroupant tous les prolétaires dans un parti d’avant-garde. Objectif : élimination du capitalisme. La nouvelle force révolutionnaire doit aboutir à la fin de la lutte des classes permettant ainsi l’accès à cette période transition entre capitalisme et communisme qu’incarne la dictature du prolétariat. L’extinction de l’État doit mener le peuple au communisme, stade suprême marquant la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme. Après cette leçon amusante qui me replongea quelques moments en classe de première, M. Delalande put conclure : la révolution accomplie sonne la fin du marxisme. Mais tout ceci ne présenterait pas d’intérêt sans l’impulsion donnée par Lénine en 1924 lorsqu’à travers la NEP (Nouvelle politique économique), il n’avait décidé de réintroduire le marché (capitaliste) pour sortir la jeune URSS du marasme économique. La NEP est supprimée par Staline l’année suivante après la mort du grand Lénine. Il faudra attendre l’avènement de Deng Xiaoping en Chine et ses « quatre modernisations » de 1978 pour que le communisme asiatique s’ouvre au capitalisme. L’initiative privée est promue, même fortement recommandée, le droit au profit est restauré et les investissements étrangers convoités. Ce changement intervint quelques années plus tard au Viêt-Nam malgré les premières interrogations de Nguyen Van Linh en 1982 lors du Ve congrès. C’est le VIe congrès du Doi Moi (changer pour du neuf) qui réintroduit une dose de capitalisme dans l’économie. Comme à Cuba ou en Corée du Nord M. Delalande a parfaitement raison de faire remarquer que le capitalisme a été réintroduit pour sauver le régime.

Hérodote157_EnjeuxGéopolitiquesViêtNam
Le numéro spécial de la revue Hérodote consacré au Viêt-Nam sous la direction de Benoît de Tréglodé © DR

On observe en 2002 en Chine un renouvellement théorique avec les « trois représentativités » qui se fixent les objectifs suivants : développer les forces productives ; assurer la représentation du peuple dans toutes ses composantes ; innover avec la culture progressiste. Production, Peuple et Culture forment les trois piliers de la nouvelle doxa chinoise. Le matérialisme historique est révoqué (complétons : La lutte des classes est jetée aux oubliettes de l’histoire). Le Viêt-Nam poursuit sa transformation sur ce modèle hybride au Congrès de 2011, les statuts du PCV sont modifiés pour intégrer les acteurs capitalistes au sein du Parti. On peut désormais être communiste et capitaliste à la fois (je dirais que c’est même une des conditions de l’avancement interne). Trois justifications sont convoquées par M. Delalande pour expliquer le maintien au pouvoir du parti unique : la stabilité du pays (différence notoire avec les autres pays d’Asie du Sud-Est) ; l’unité politique et territoriale ; la continuité politique sans alternance permettant ainsi d’appliquer des politiques économiques au long cours (et donc une certaine cohérence). Bon gré mal gré, le Front de la Patrie fait office de représentation nationale. Bien sûr, selon l’auteur, ce modèle présente des « contreparties gênantes » à savoir la répression des dissidents et la censure. Pour M. Delalande, il s’agit en quelque sorte d’un moindre mal puisque les avantages seraient plus forts que les inconvénients, répondant ainsi à une question posée dans l’auditoire par un membre d’Amnesty International lors du débat. Pour conclure, Philippe Delalande souleva cette question sur laquelle tout un débat pourrait continuer : « Le Parti unique au XXIe siècle est-il encore une forme d’organisation qui peut durer ? », selon lui cette disposition est encore possible notamment en Asie confucéenne. Nous ajouterons que des contre-exemples existent notamment avec Taiwan, le Japon, le Cambodge, la Thaïlande, l’Indonésie ou le Myanmar…

Benoît de Tréglodé © FG
Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain © 2016 FG

Après cette grande leçon de marxisme asiatique, le chercheur Benoît de Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM et spécialiste du Viêt-Nam contemporain, proposa de répondre à la question posée en analysant les différences de discours dans la production théorique du PCV. Interroger le discours permet de mieux saisir l’adaptation constante de ce discours à la conjoncture nationale, régionale ou internationale. En citant l’exemple du Parti en 1948, Benoît de Tréglodé rappela qu’il n’y avait pas de références à un marxisme unitaire au sein du Kominform. Le PCV mit du temps à être accepté par l’URSS comme une authentique formation communiste (L’URSS voyait une forme de Titisme dans le Hochiminisme). Pour appuyer sa démonstration, le chercheur convoqua trois textes théoriques vietnamiens et un texte théorique chinois qui fut une des sources d’inspiration de la formation des cadres de la RDVN dans les années cinquante. Il s’agit de 1937 de Liu Shaoqi (Liou Chao-Chi) intitulé « Pour être un bon communiste ». Selon ce chercheur, trois textes vietnamiens composent le premier corpus théorique du parti communiste : Les thèses sur la révolution culturelle au Viêt-Nam (1943) ; La résistance vaincra de Trường Chinh (1946) ; Marxisme et culture vietnamienne (1948). L’apport principal de Liu Shaoqi dans cette sinisation du marxisme est la transformation du marxisme en un idéalisme moral (et moralisateur pourrions nous ajouter).

A partir des années 40, l’idéologie est centrée sur l’éthique. Interrogeant ainsi les termes « morale ou vertu révolutionnaire » (đạo đức cách mạng), le chercheur observe au Viêt-Nam comme en Chine une construction éthique du marxisme, une moralisation du prolétariat ou du peuple. Le chercheur raconta qu’à travers ses échanges avec des camarades vietnamiens il avait pu observer la permanence de ce discours très porté sur la morale, l’éthique, l’éducation politique, la pensée Hồ Chí Minh et la défense des intérêts nationaux. Nous reviendrons plus loin dans nos réflexions succinctes sur le vocabulaire politique vietnamien sur la notion « d’autocritique » qui nous semble elle aussi empreinte d’une certaine éthique. Bien entendu, il faudrait confronter ces actes de langage avec la réalité crue de la vie d’aujourd’hui ou la morale révolutionnaire est sérieusement bafouée selon l’avis des autorités communistes elles-mêmes.

Vu Minh Giang © DdM
M. Vu Minh Giang, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV : le PCV est bien un parti marxiste © 2016 DdM

La dernière intervention de ce marathon idéologique fut présentée par M. Vũ Minh Giang. Ce chercheur prit ses précautions en nous avertissant qu’il n’aborderait pas dans son intervention les questions purement théoriques. Il nous offrit un survol de cette histoire vietnamienne si spéciale (đặc biệt) si particulière, « peu ordinaire » (không bình thường). Trois points clés ont rythmé sa démonstration sur PowerPoint (voir plus bas) :

  1. Le marxisme a accompagné le destin national vietnamien (parvenu au Viêt-Nam grâce à Hồ Chí Minh, le marxisme est avant tout et essentiellement une arme théorique et idéologique de libération nationale) ;
  2. Le PCV a mis en œuvre le marxisme dans la direction de la révolution vietnamienne (Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930 / Révolution d’Août, 1945 / Victoire de Ðiện Biên Phủ, 1954 / Construction du socialisme en RDVN, 1954-1975 / Extension du socialisme dans le pays réunifé, 1976-1986 / Politique de Renouveau, depuis 1986) ;
  3. La nature marxiste du PCV n’a pas changé (selon les 5 critères suivants : le PCV possède un socle idéologique et un système théorique propres basé sur le marxisme, la pensée Hồ Chí Minh et le patriotisme ; le principe du centralisme démocratique dans l’organisation et les activités du parti est appliqué ; le PCV détient le rôle d’avant-garde de la classe ouvrière, de l’alliance des ouvriers, paysans, intellectuels et du peuple tout entier ; des relations à la fois permanentes et d’entraide avec les partis frères dans le cadre de l’internationale communiste sont maintenues tout comme la promotion de la paix et du progrès social).

Son allocution se limita à glorifier les vertus de l’idéologie marxiste-léniniste dans le combat pour l’indépendance et à préciser que cette doctrine était avant tout une boîte à outils bien pratique pour la prise du pouvoir et son maintien sur l’ensemble du pays. Le chercheur insista d’ailleurs sur la nécessité de préserver ce pouvoir (quyền lực) dans les mains du PCV. Plus qu’un outil théorique, le marxisme-léninisme à la vietnamienne avait donc servi d’outil pour la libération nationale, le contrôle de la population et pour l’élimination en règle des opposants.

N’ayant pas eu beaucoup de temps pour aller au fond des choses, M. Vũ Minh Giang après avoir fait la démonstration que son parti était bien marxiste présenta un slide/repentir sur quelques grands sacrifices à retenir de l’histoire contemporaine du pays (les Soviets du Nghệ Tĩnh, 1930-1931 / la réforme agraire radicale, 1954-1955 / l’économie subventionnée bureaucratique / l’application prématurée du modèle socialiste du Nord à tout le pays à partir de 1975 / le volontarisme dans la gestion économique6.

« Marxisme et révolution vietnamienne », diapositives de la communication de M. Vũ Minh Giang (extraits) © FG

L’atelier devait se terminer ainsi sur une parole d’adhésion à l’orthodoxie officielle (rappelée également en 5 points dans la dernière diapositive).

Un débat général s’ensuivit au cours duquel on revint sur les relations entre morale et corruption, un auditeur rappelant que les moralistes et les corrupteurs étaient en réalité les mêmes. Notons que cette assertion un peu réductrice fut contestée par M. Vũ Minh Giang, gardien de l’honneur du parti rétorquant que « cette accusation ne reposait sur aucun fondement ». Quant au débat au sein du Parti, Benoît de Tréglodé rappela cet épisode peu connu de 1947-48 où l’aile gauchiste du Parti fut éradiquée. Une seule question fut posée sur les enjeux écologiques par la sénatrice Hélène Luc à propos de la salinisation des sols et donc des rizières du delta du Mékong, un processus inquiétant.

Nguyen Duc Nhuan
Commentaire du sociologue Nguyen Duc Nhuan sur la communication de M. Vu Minh Giang © 2016 FG

A notre avis, la réponse à la question du marxisme pouvait se résumer en un mot : pragmatisme. Adaptation permanente à la conjoncture et aux aléas de l’histoire. Mais je pense aussi que cette réponse n’est pas totalement suffisante car l’on oublie de prendre en compte la construction d’un appareil de sécurité très efficace (sur le modèle de la RDA et de la Chine) dans la répression permanente des opposants potentiels comme je l’évoquerai plus loin dans un prochain billet7. Je suis, par ailleurs étonné, que certaines questions n’aient trouvé preneur ou n’aient été posées sur la formation du cadre communiste (qu’est-ce le quotidien d’un cadre du parti ?), le nombre d’adhérents du parti, la sociologie du PCV, sa répartition géographique, le maillage de l’appareil communiste et les formes de représentations para-communistes au sein de la société civile. Le PCV est-il contesté, par qui et comment ? Comment répond-il aux critiques internes ? Quid des luttes des ouvrières ? Ces aspects descriptifs mais concrets, que des études de cas pouvaient illustrer, auraient pu être présentés rapidement en introduction de colloque car sans ces données, il paraît difficile d’entrevoir l’avenir d’une organisation qui rassemble environ 4 millions d’adhérents sur plus de 95 millions d’habitants8.

Conclusion : vers un « Renouveau total », Ðổi Mới toàn diện ?

La conclusion fut portée avec enthousiasme par M. Phạm Xuân Sơn. Dans un discours lyrique appelant à soutenir des deux bras le processus de transformation du Viêt-Nam communiste, M. Sơn nous rappela tous les bénéfices de ses trente années de Ðổi Mới et que la route était désormais tracée pour un Renouveau total, un Ðổi Mới sur tous les plans. M. Son souligna les aspects très positifs du colloque, la franchise des échanges, l’ouverture d’esprit et le respect des idées parfois contradictoires ou carrément opposées. Parti dans une envolée du type « tous derrière nous », il fut néanmoins stoppé par une série d’applaudissements précoces, ce qui n’était guère fair play de la part d’une partie de l’auditoire. Il est vrai qu’avec M. Sơn, on repart avec le sentiment que tout est possible et que les Vietnamiens, à la recherche de solutions, sont prêts à envisager de grands changements pour leur pays.

Pham Xuan Son & Alain Obadia
Discours de clôture du colloque de M. Pham Xuan Son et de M. Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri © 2016 FG

Enfin, Michel Maso puis Alain Obadia clôturèrent cette intense « journée de travail » qui devrait, selon eux, en appeler d’autres. Espérons-le.

François Guillemot, MàJ 19/03/2016.

Image « à la une » : Dam Sen Park © 2014 FG.

Les portraits des intervenants sont de Dominique de Miscault

Lire la suite : Viêt-Nam : Révolutions en devenir, langage totalitaire : questions sans réponses

Notes

  1. Schram, Stuart R. et Carrère d’Encausse, Hélène (dir.), Le marxisme et l’Asie, 1853-1964, Paris, Armand Colin, Collection U, Série Idées politiques, 1965. A cette référence, nous ajouterons le survol déjà ancien de Francis Doré, Les régimes politiques en Asie, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Thémis, 1973 []
  2. Cf. Les constitutions du Vietnam, 1946-1959-1980-1992, Hanoi, Éditions The Gioi, 1995 []
  3. Ce concept de « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » a été créé à l’origine par le président américain Abraham Lincoln lors du fameux discours de Gettysburg du 19 novembre 1863 et figure aussi dans le dernier alinéa de l’Article 2 de la Constitution de la Quatrième République française de 1946 ! []
  4. Karl A. Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, New Haven, Connecticut, Yale University Press. En français : Le Despotisme oriental. Étude comparative du pouvoir total, Paris, Éditions de Minuit, coll. Arguments, 1964 et nouvelle édition en 1977 avec une traduction de Micheline Pouteau []
  5. Cf. Nguyễn Thế Anh, Le Viêt-Nam entre confucianisme et modernité, texte en ligne sur le site Tin Paris, page consultée le 15 mars 2016 []
  6. Notons l’ambiguïté de cette dernière mention []
  7. Sur ce sujet, écouter en ligne le dernier rapport sur les brutalités policières publié par Trinh Nguyễn sur le site Loa : Police Brutality: Abuse and Repeat, 7 mars 2016 []
  8. Pour des illustrations concrètes, nous renverrons le lecteur au livre de Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, coll. Des hommes et des pays, 2010 []

Colloque « Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? » – 11 mars 2016

[ndlr] Programme définitif.

Colloque

« Vietnam : Après le 12e congrès du PCV, rupture ou continuité ? »

Fondation Gabriel Péri

Vendredi 11 mars 2016

Maison de la chimie, 28 rue Saint-Dominique, 75007 Paris

M° Invalides (ligne 8) ou Assemblée nationale (ligne 12)

 dcsvn-2015-02

Programme

9h        Accueil Café

9h30     Allocutions d’ouverture :

  • S.E.M. Nguyen Ngoc Son, Ambassadeur du Vietnam en France,
  • Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri.

 9h45 – 11h20 :  Quelle originalité de la politique vietnamienne ? 

Animateur : Daniel Cirera, Secrétaire général du Conseil scientifique de la Fondation Gabriel Péri

  • Claude Blanchemaison, ancien ambassadeur de France au Vietnam
  • Patrice Jorland, ancien diplomate
  • Sylvie Fanchette, géographe, chargée de recherche, HDR, IRD : Les rapports États-paysanneries et les enjeux fonciers
  • Pr DSc Phan Xuân Sơn, Académie nationale de politique Ho Chi Minh, membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV

11h20 – 13h :  Après le 12e congrès du PCV, quoi de neuf ?

Animateur :  Paul Fromonteil, membre du bureau national de l’association d’amitié franco-vietnamienne

Témoignage : Dominique Bari, journaliste

  • Jean-Philippe Eglinger, ingénieur, chef d’entreprise, enseignant à l’INALCO
  • Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier : La politique étrangère du Vietnam avant et après le Congrès.
  • Bùi Thế Giang, Directeur général de la Direction de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, Commission des relations extérieures du Comité central du PCV

13h – 14h30 :  Déjeuner

14h30 – 16h30 :   Le PCV, un parti encore marxiste ?

Animateur : Michel Maso, Directeur de la Fondation Gabriel Péri

  • Benoît De Tréglodé, Directeur du programme Asie à l’IRSEM
  • Philippe Delalandeéconomiste, directeur des collections sur l’Asie à l’Harmattan, membre du groupe d’études prospective Asie21-futuribles
  • Hugues Tertrais, fondateur du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine, professeur émérite à l’Université de Paris I ‐ Panthéon‐Sorbonne
  • Pr DSc Vũ Minh Giang,  membre du Conseil des études théoriques du Comité central du PCV

16h30 : Conclusion

  • Alain Obadia, Président de la Fondation Gabriel Péri

Entrée libre sur inscription nominative préalable : inscription@gabrielperi.fr (cliquer sur le lien ou envoyer un mail en précisant Inscription Vietnam 11 mars 2016)

Nguyễn Đình Cống : Pourquoi je quitte le Parti communiste vietnamien [03/02/2016]

[ndlr] Déclaration du Professeur Nguyễn Đình Cống sur sa page Facebook suivi de notre traduction en italiques. Cadre sénior du Parti communiste vietnamien, le vieux professeur au visage de sage taoïste fait part publiquement de sa démission de l’organisation précisément le jour de sa fondation (3 février 1930). Une décision motivée par le résultat du XIIe Congrès du PCV, « la goutte qui a fait déborder le vase » dit-il dans son entretien à RFA. Âgé de 79 ans, il mentionne la peur qui paralyse les gens, qui bloque toute initiative courageuse des cadres les plus progressistes et empêche tout changement politique dans son pays.

GSNguyenDinhCong_une

THÔNG BÁO TỪ BỎ ĐẢNG

Avis de démission du Parti

Tôi là Nguyễn Đình Cống, sinh năm 1937. Tôi vào Đảng Cộng sản VN năm 1985, tại đảng bộ Đại học Xây dựng, lúc 48 tuổi và đã được phong chức danh Phó giáo sư, tiến sĩ, hiện nay là Giáo sư.

Je, soussigné Nguyen Dinh Cong, né en 1937, déclare avoir adhéré au Parti Communiste Vietnamien [PCV] en 1985 à la cellule du Parti de l’Université de Génie civil, à l’âge de 48 ans et avoir été promu Professeur adjoint, Docteur et actuellement Professeur.

Tôi vào Đảng với nguyện vọng đóng góp trí tuệ và công sức làm cho Đảng trong sạch, vững mạnh. Thế nhưng càng ngày tôi càng nhận ra rằng Chủ nghĩa Mác Lênin ( CNML) có nhiều độc hại, rằng Chủ nghĩa cộng sản chỉ là ảo tưởng , rằng thể chế hiện tại của VN là sự độc tài toàn trị của Đảng. Tôi đã viết nhiều bài phân tích sai lầm của Mác, viết nhiều thư gửi tổ chức Đảng góp ý kiến về việc từ bỏ CNML và thay đổi thể chế, viết ý kiến đóng góp cho Đại hội 12 với hy vọng đại hội sẽ có chuyển biến tốt về phía dân chủ. Thế nhưng ĐH 12 vẫn kiên trì CNML và đường lối chính trị cũ. Tôi thấy không còn lý do để tiếp tục ở trong Đảng, cũng là để tỏ thái độ dứt khoát với CNML và sự độc tài toàn trị của ĐCSVN.

Je suis entré au Parti avec l’espoir d’y contribuer intellectuellement et par mes efforts à faire de notre Parti une organisation saine et forte. Pourtant, plus les jours passent plus je me rends compte que le Marxisme-Léninisme est très nocif, que le Communisme n’est qu’une illusion, que le régime actuel au Viêt-Nam est sous la dictature totalitaire du Parti. J’ai fourni de nombreuses analyses sur les erreurs du marxisme, envoyé de nombreuses lettres à l’organisation du Parti dans le but d’abandonner le Marxisme-Léninisme et contribuer à changer les institutions politiques, j’ai rédigé mes observations pour le XIIe Congrès dans l’espoir que le Congrès évoluerait positivement vers la démocratie. Malgré cela, le XIIe Congrès a réaffirmé sa fidélité au Marxisme-Léninisme et à l’ancienne ligne politique. Je ne vois plus aucune raison de rester dans le Parti ceci pour exprimer mon attitude sans appel concernant le Marxisme-Léninisme et le totalitarisme du Parti Communiste Vietnamien.

Vậy tôi thông báo từ bỏ Đảng Cộng sản Việt Nam từ ngày 03 tháng 02 năm 2016. Yêu cầu tổ chức Đảng xóa tên tôi khỏi danh sách.

De la sorte, je déclare quitter le Parti Communiste Vietnamien à partir du 3 février 2016. Je demande à l’organisation du Parti de rayer mon nom de la liste des adhérents.

★ ★ ★

Gia Minh: Trong số hơn 4 triệu đảng viên hiện nay có những người cũng có hiểu biết, có bằng cấp rất cao nhưng vì sao không có những tiếng nói mạnh mẽ về những điều bị cho là ‘không phải’ như thế?

Giáo sư Nguyễn Đình Cống: Họ sợ, phần lớn sợ. […] dân Việt Nam sợ, sợ kỷ luật đảng, sợ bà con chung quanh người ta xì xào. Tôi làm được như thế cũng là thắng nỗi sợ; chứ trong gia đình tôi, bà con, anh em, bạn bè … đều ngăn cản tôi làm chuyện đó. Không ai muốn, người ta sợ ảnh hưởng đến người ta: người đang làm sợ ảnh hưởng đến công việc, sợ ảnh hưởng đến con cái… Sợ kinh lắm! Và người ta chỉ muốn cho yên thân thôi!

Les Congrès du Parti Communiste Vietnamien (1935-2016)

[ndlr] Depuis sa date de fondation en 1930, le Parti communiste vietnamien (sous ses différentes appellations au cours de l’histoire) a organisé onze congrès nationaux (1935, 1951, 1960, 1976, 1982, 1986, 1991, 1996, 2001, 2006, 2011). Petit rappel officiel mis en ligne par Vietnam + et rédigé par le PCV et l’Agence vietnamienne d’information (VNA).

CPV/VNA, Le 1er Congrès national du Parti communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 27 au 31 mars 1935 à Macao (Chine)

* * *

CPV/VNA, Le 2e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 11 au 19 février 1951, province de Tuyên Quang (Nord)

* * *

CPV/VNA, Le 3e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : le 5 septembre 1960 à Hanoi (RDVN)

* * *

CPV/VNA, Le 4e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 14 au 20 décembre 1976 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 5e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 27 au 31 mars 1982 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 6e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 15 au 18 décembre 1986 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 7e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 24 au 27 juin 1991 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 8e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 28 juin au 1er juillet 1996 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 9e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 19 au 22 avril 2001 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 10e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 18 au 25 avril 2006 à Hanoi (RSVN)

* * *

CPV/VNA, Le 11e Congrès national du Parti Communiste du Vietnam, Vietnam +, 11/01/2016.

  • Date et lieu : du 12 au 19 janvier 2011 à Hanoi (RSVN)

* * *

Le 12e Congrès national du PCV s’est tenu à Hanoi du 20 au 28 janvier 2016.

MàJ 28/01/2016.

Voir aussi :