Archives par mot-clé : martyr

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique « se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées » (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image « à la une » : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR

Vénéré comme un martyr, le Père Diêp draine les foules pour l’Année de la Foi

[ndlr] Figure catholique vénérée par de nombreux fidèles du delta du Mékong, le père François-Xavier Truong Buu Diep, assassiné en mars 1946, refait parler de lui en 2012 à l’occasion de l’Année de la foi. Les circonstances de son exécution brutale par décapitation restent à ce jour débattues. Les biographies en RSVN évoquent un conflit entre religions ou mettent ce crime sur le compte des Japonais. D’autres sources, principalement à l’étranger, affirment clairement que le Viêt Minh en fut l’instigateur (cas de la biographie ci-dessous). Alors que le Nam Bô s’embrase, le père Diêp refuse de quitter ses fidèles. Son sacrifice personnel permettra à 70 d’entre eux d’échapper à un massacre. Dans le premier article la revue Eglises d’Asie revient sur le pèlerinage d’octobre 2012, dans le second sur le pèlerinage de mars 2004. Articles postés sur Mémoires d’Indochine avec l’aimable autorisation de Jean Maïs et d’Eglises d’Asie.

 

 Vénéré comme un martyr,

le Père Diêp draine les foules pour l’Année de la Foi

Dans le cadre de l’Année de la foi, l’Eglise du Vietnam redécouvre un authentique témoin de l’Evangile, le P. François-Xavier Truong Buu Diêp, mort en martyr en 1946.

Peu après l’ouverture officielle de l’Année de la foi proclamée par l’épiscopat vietnamien à Thanh Hoa le 12 octobre dernier, chaque diocèse a lancé à son tour les célébrations lors de la journée du 18 octobre, puis chaque paroisse à l’occasion du dimanche des missions le 21 octobre.

Ces célébrations ont été rapidement suivies par diverses manifestations destinées à éveiller, former et approfondir la foi des catholiques. Dans ce cadre, il a entre autres été proposé aux fidèles de découvrir, ou redécouvrir, la vie des chrétiens ayant témoigné de leur foi avec héroïsme dans l’histoire récente du Vietnam.

C’est dans ce but que des catholiques de l’archidiocèse de Saïgon ont effectué un pèlerinage le 22 octobre dernier à l’église de Tac Say, dans le diocèse de Can Tho, lieu où repose la dépouille du P. François-Xavier Truong Buu Diêp, mort héroïquement en 1946. Réunis autour de son tombeau, après sept heures de route, les pèlerins ont médité sur la vie et la foi de ce prêtre (1).

Rares sont les Vietnamiens, catholiques ou non, qui n’ont jamais entendu parler du P. François-Xavier Truong Buu Diêp. On a pu voir ces vingt dernières années, de véritables foules de pèlerins, toutes religions confondues, se presser autour de sa tombe, demandant au prêtre d’intercéder pour eux ou pour leurs proches. Les catholiques vietnamiens considèrent cet homme qui a donné sa vie pour ses fidèles, comme un pasteur exemplaire et un témoin de la foi.

François-Xavier Truong Buu Diêp est né à la fin du XIXe siècle (1897) dans un petit village appartenant aujourd’hui à la province de An Giang dans le Sud-Ouest du Vietnam, une région qui à l’époque dépendait du Vicariat apostolique de Phnom Penh au Cambodge. À l’âge de 12 ans, il entre au petit séminaire en vue de se préparer au sacerdoce. Il termina sa formation au grand séminaire de Phnom-Penh en 1924, date à laquelle il sera ordonné prêtre dans cette ville. Il fait ensuite ses premières expériences pastorales dans une paroisse de Vietnamiens du Cambodge, enseigne pendant deux ans au petit séminaire du Vicariat apostolique, avant d’être nommé en 1930, curé de la paroisse de Tac Say, au Vietnam. Il en sera le pasteur pendant 16 ans, jusqu’à sa mort. Durant toutes ces années, il acquiert la réputation d’un prêtre zélé, proche des fidèles, très attentif à leurs besoins, animé d’un grand esprit missionnaire : il a implanté plus de huit chrétientés aux alentours de la paroisse.

En 1945, c’est le début de la première guerre d’Indochine et moins d’un an plus tard, la région où il habite s’embrase ; une grande partie en est occupée par le Vietminh. La presque totalité du clergé s’est retirée provisoirement de la région pour laisser passer l’orage. Ses supérieurs conseillent vivement au P. Diêp d’en faire autant. Mais celui-ci refuse de quitter ses fidèles dispersés dans les diverses communautés qu’il a fondées.

Le 12 mars 1946, avec 70 de ses paroissiens de Tac Say, il est arrêté par le Vietminh. Tout le groupe est enfermé dans un grenier à riz. C’est là qu’il propose à ses gardiens d’échanger sa vie pour le salut de ses fidèles. On découvrira plus tard son corps nu et affreusement mutilé dans un étang proche du lieu où il avait été détenu.

Il reste encore un certain nombre de catholiques ayant connu le P. Diêp. L’archevêque de Saïgon, le cardinal Pham Minh Mân, est de ceux-là. Dans une interview traduite par Eglises d’Asie (2), il a confié que c’était le P. Truong Buu Diêp qui avait conseillé à sa famille de l’orienter vers le sacerdoce dès son très jeune âge.

Mais les catholiques sont loin d’être les seuls à avoir conservé sa mémoire. Un véritable mouvement populaire s’est en effet peu à peu développé autour de sa sépulture, attirant vers elle encore plus de non-chrétiens que de chrétiens. En 1996, la tombe du P. Truong Buu Diêp a été officiellement reconnue comme lieu de pèlerinage par le diocèse de Can Tho, malgré la réticence des autorités civiles.

Lors de leur première assemblée annuelle au mois de mars 2012, les évêques ont approuvé l’envoi à Rome des premiers éléments d’un dossier de demande de béatification du curé de Tac Say.

Notes

(1) Vietcatholic News, le 29 octobre 2012.
(2) Voir EDA 484, « Pour approfondir-Vietnam ».

Source : Eglise d’Asie, 30/10/2012.

* * *

Cân Tho : les pèlerins affluent pour vénérer la tombe d’un prêtre catholique tué par les forces vietminh en 1946

De tout le Vietnam, des dizaines de milliers de personnes ont convergé le 12 mars dernier vers une paroisse du Sud-Vietnam, Tac Say, dans la province de Bac Liêu, pour vénérer la tombe d’un prêtre catholique décédé il y a maintenant cinquante-huit ans. Mort au service de ses paroissiens, il est aujourd’hui vénéré comme un martyr par les fidèles catholiques de tout le Vietnam et de nombreux non chrétiens. Ce pèlerinage a, cette année, rassemblé plus de 30 000 pèlerins qui ont, ce jour-là, participé à une messe concélébrée par dix-neuf prêtres du diocèse. Le site a été officiellement reconnu en 1996 par les autorités religieuses du diocèse de Can Tho, malgré une certaine réticence des autorités civiles lorsque les pèlerins ont commencé à affluer.

Le P. François Xavier Truong Buu Diêp qui est aujourd’hui l’objet de ce culte était le curé de la paroisse lors de sa mort. Né en 1897, il avait suivi ses études secondaires au petit séminaire de Phnom Penh et avait été ordonné prêtre en 1924. Il accomplissait alors son ministère pastoral au Vietnam. A partir de 1944, les troubles dus à la guerre se multiplièrent. Il était en 1946 curé de Tac Say et ses supérieurs lui avaient conseillé d’aller chercher refuge dans un endroit moins isolé. Il leur avait fait répondre qu’il voulait vivre et mourir avec son troupeau et ne souhaitait pas s’enfuir ailleurs. Lui et soixante-dix de ses paroissiens furent capturés le 12 mars 1946 par les troupes vietminh et enfermés dans un grenier à riz. Son corps fut retrouvé plus tard auprès d’un étang.

Les pèlerins, cette année comme d’habitude, se sont pressés autour de la tombe et de la statue du P. Diêp où ils ont prié et offert des baguettes d’encens, des bougies, de l’argent et des aliments. Les pèlerins non catholiques ont aussi apporté des cochons de lait, du porc rôti, des gâteaux, des fleurs et des fruits qu’ils ont déposés sur des tables placées devant la tombe. Les chambres et les appartements de la localité, mis en location à un prix trois fois supérieur à la normale, ont été rapidement occupés et une bonne partie de la foule a dormi à la belle étoile sur le parvis de l’église.

Une catholique de Hô Chi Minh-Ville, âgée de 60 ans, ayant eu la chance, avec son groupe de cinquante personnes, de pouvoir dormir dans le hall du presbytère, a raconté qu’elle souffrait d’une arthrite grave l’empêchant de marcher et qu’elle a été guérie très rapidement après avoir prié sur la tombe du P. Diêp. Depuis lors, elle revient chaque année, entraînant ses amies qui, physiquement ou moralement, ont besoin de l’intercession du martyr de Tac Say. D’autres viennent simplement auprès de lui, pour le prier de leur conserver une bonne santé et de leur garder leur emploi.

De nombreux pèlerins apportent avec eux des ex-voto de pierre où ils ont inscrits une phrase marquant leur reconnaissance vis-à-vis du saint et qu’ils accrochent aux murs de l’église. Par ailleurs, le portrait du P. Diêp est exposé un peu partout dans la région, sur les autels des ancêtres familiaux, dans les bateaux, les magasins, ou encore suspendu à une chaîne portée autour du cou.

Selon la population de la paroisse, c’est après le changement de régime de 1975, surtout au cours des années 1980, que s’est développé l’engouement populaire pour le P. Diêp. C’est alors que l’on a commencé à entendre parler de personnes ayant échappé à de graves maladies ou ayant réussi certaines entreprises grâce au « saint ». L’afflux des pèlerins n’a fait qu’augmenter depuis, à tel point que, le 2 février dernier, Mgr Lê Phong Thuân, évêque de Cân Tho, a inauguré le début de la construction d’une nouvelle église de 2 000 places pour remplacer l’actuelle, construite en 1963 et désormais trop petite.

Source : Eglises d’Asie, 01/04/2004 [Bulletin EDA n° 394]

* * *

Calendriers de l’Année du Dragon 2012 à l’effigie du père Phanxicô Truong Buu Diep

Source : Canh Dong Truyen Giao