Archives par mot-clé : Mark Atwood Lawrence

Mark Atwood Lawrence : Assuming the Burden – CR de lecture par Olivier Campeau

Lawrence_AssumingTheBurdenDans son ouvrage Assuming the Burden, Mark Atwood Lawrence cherche à répondre à une question en apparence bien simple : comment expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis qui, en 1945, étaient largement indifférents envers le sort du Vietnam, et qui en 1950 considéraient que l’avenir de celui-ci « carried heavy implications for the destiny of Asia »[1] au point d’intervenir dans la guerre d’Indochine, marquant alors le prélude à ce qui deviendra la guerre du Vietnam ? Or, la complexité de la réponse et l’argument original que propose Lawrence, ainsi que le brio avec lequel il mène sa démonstration, sont ce qui fait de cet ouvrage une lecture incontournable pour quiconque désire comprendre l’évolution de la guerre d’Indochine, les origines de la guerre du Vietnam et l’arrivée de la guerre froide dans le tiers-monde.

Comme nous le rappelle Lawrence, trois explications dominent l’historiographie quant aux raisons permettant de comprendre l’intervention américaine en Indochine en mai 1950[2]. D’abord, certains historiens comme Gary Hess et George Herring expliquent le phénomène par le fait que la situation géopolitique en Asie à la fin des années 1940 semblait, aux yeux de l’administration américaine, se conformer de plus en plus à un modèle d’agression soviétique global dirigé contre les intérêts des pays du bloc capitaliste[3]. Avant 1948, le gouvernement américain avait largement porté son attention envers l’Europe de l’Est, au détriment de l’Asie, celle-ci considérée alors comme un théâtre secondaire de la guerre froide. Au lendemain de la victoire de Mao en Chine cependant, en 1949, Washington en était venue à considérer la menace soviétique comme globale, et le Vietnam comme la prochaine cible de Moscou en Asie. Il fallait donc rapidement intervenir en Indochine et bloquer l’avancée de l’idéologie soviétique avant de voir celle-ci triompher ailleurs en Asie. C’est ce qui expliquerait, selon certains historiens, le changement de politique des États-Unis en 1949 et leur décision d’intervenir en Indochine en 1950. Les historiens de l’économie, dont Gabriel Kolko, se sont quant à eux intéressés à une deuxième explication: l’Indochine aurait constitué une région essentielle pour la relance de l’économie ouest-européenne, et donc pour les intérêts américains, et son maintien au sein du bloc capitaliste serait devenu une priorité devant la menace d’une victoire communiste au Vietnam en 1950[4]. Enfin, la troisième explication mise de l’avant par les historiens, entre autres par Robert Blum, tient aux aléas de la scène politique américaine[5]. Le changement de politique de l’administration Truman serait alors à mettre en lien avec les critiques qu’elle essuya de la part de l’opposition républicaine suite à la victoire de Mao en Chine, selon lesquelles le gouvernement américain n’aurait pas été assez fort pour éviter une telle conclusion à la guerre civile chinoise.

           Pour Mark Atwood Lawrence, ces trois explications sont toutes valables pour expliquer le changement d’attitude et de politique des États-Unis en 1950 envers le Vietnam et elles ne s’excluent en rien, cependant qu’elles oblitèrent toutes une réalité jusqu’ici jamais abordée, et tel est l’argument original de Lawrence : la transformation de la politique américaine envers le Vietnam entre 1945 et 1950 résultat aussi d’un débat transnational entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France pour trouver une solution au conflit indochinois, chacun essayant le plus possible de faire valoir ses impressions et ses intérêts au sein du groupe[6]. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que la défaite japonaise devenait de plus en plus imminente, ces trois pays commencèrent à réfléchir sur l’avenir de l’Indochine. Pour la France Libre de Charles de Gaulle, il ne faisait aucun doute que l’Indochine devait revenir dans le giron français. La France devait retrouver son statut de grande puissance perdu aux mains des Allemands et des Japonais en 1940, et cela passait par la voie impériale. Quant à la Grande-Bretagne, elle se rangeait derrière l’idée d’un retour de la France en Indochine essentiellement, selon Lawrence, parce qu’elle estimait qu’une remise en question du pouvoir colonial français en Indochine risquerait de se retourner contre ses propres intérêts coloniaux ailleurs dans le monde, et parce que la France était maintenant considérée comme un allié important en Europe contre le communisme et s’opposer au retour de la France en Indochine ne ferait qu’envenimer les relations entre les deux pays[7]. Quant aux États-Unis, ils hésitaient à consolider leurs bonnes relations avec Londres et Paris et à reconnaitre les droits de la France en Indochine ou à demeurer ferme sur leurs convictions anticolonialistes et maintenir en vie l’esprit de la Charte de l’Atlantique. Selon Lawrence donc, on ne peut comprendre la réorientation de la politique américaine à l’égard du Vietnam en 1950 si l’on ne tient pas compte des débats entre ces trois gouvernements entre 1945 et 1950 quant à l’avenir du Vietnam.

           Pour le démontrer, Lawrence entreprit de vastes recherches à travers divers fonds d’archives des gouvernements américain, britannique et français. Il reconstitua à la fois les débats et les conflits internes ayant eu lieu au cœur de ces administrations quant à la solution à appliquer au Vietnam, et les négociations internationales menées entre ces différentes administrations. C’est par cela, entre autres, que se démarque cette recherche de l’historiographie actuelle : l’abondante utilisation des sources françaises pour expliquer un pan d’histoire de la politique étrangère américaine et la prise en compte de l’allié britannique. Conduite avec le souci de la nuance, cette entreprise historique nous offre donc à voir une administration américaine influencée par ses alliées, « [as] merely one participant in a complicated, decidedly international dynamics in which other governments usually held the initiative and set the agenda »[8], et donc loin du stéréotype de l’Amérique triomphante et toute puissante d’après-guerre, dictant ses remèdes au reste du monde, tel qu’on nous la présente parfois dans certaines monographies ou dans certains médias.

BaoDai_200Piastres_1954
Bao Dai, enjeu de la Guerre froide.

           Cette dynamique et ces rapports de forces entre les États-Unis et leurs alliés français et britannique, finement analysés par Lawrence, nous permettent, de même, de mieux saisir l’évolution de la guerre d’Indochine et l’intervention américaine au Vietnam en 1950. L’analyse que fait Lawrence de la solution Bao Dai en est un bon exemple. Ayant désespérément besoin de l’aide financière et militaire américaine pour s’imposer face à la République Démocratique du Vietnam (RDV), mais se butant, entre 1946 et 1948, au refus de l’administration américaine d’intervenir au Vietnam et de cautionner un retour du colonialisme dans la péninsule, la France se mit alors en quête d’une solution pour circonvenir la position des États-Unis. En octobre 1947, Paris arrêta son choix sur l’ex-empereur d’Annam, Bao Dai. Au sein du gouvernement français, on croyait que si celui-ci pouvait prendre la tête d’un nouvel État vietnamien non-communiste destiné à faire concurrence, sur la scène politique vietnamienne, à la RDV et à s’imposer dans l’opinion publique vietnamienne, il serait alors plus aisé de nier à Ho Chi Minh sa position de leader du nationalisme vietnamien et de le stigmatiser comme un rebelle et un agent de Moscou. De la sorte, le gouvernement français n’aurait plus à demander à Washington de l’aider à vaincre un gouvernement vietnamien nationaliste et légitime, mais plutôt de l’aider à vaincre une rébellion communiste dirigée par Staline. Si Lawrence analyse cependant la solution Bao Dai davantage sous l’angle de sa thèse, comme étant « designed largely to shatter existing international perceptions of the Indochina conflict »[9], et néglige ainsi par moment la dimension « nationale » bien réelle de la solution Bao Dai (en ce sens où la solution Bao Dai n’avait pas seulement que des objectifs internationaux), il n’en demeure pas moins qu’il démontre très bien dans son ouvrage que la décision des États-Unis de reconnaitre diplomatique le gouvernement de Bao Dai en février 1950, et par la suite d’intervenir en Indochine pour le compte de ce nouvel État vietnamien en mai 1950, résulte bel et bien des conclusions d’un débat multinational. En somme, il démontre que les multiples tentatives de la part du gouvernement français, aidé en cela par son allié britannique, pour réorienter les objectifs de la guerre d’Indochine de manière à les faire correspondre aux valeurs et aux engagements américains ont réussi. Après de longs mois de négociations, l’administration américaine accepta finalement de jouer « the active role in Southeast Asian affairs that they [la France et la Grande-Bretagne] had scripted for it »[10]. Aux yeux des États-Unis, la guerre d’Indochine n’était plus une guerre coloniale, mais plutôt une guerre destinée à défendre le Vietnam et le reste de l’Asie contre une agression soviétique.

           Dans l’introduction de son ouvrage, Lawrence écrit que « this book rests partly on the theoretical insight that « reality » is established through social interaction »[11]. Or, cette phrase est peut-être celle, pour conclure, qui donne toute sa portée à cet ouvrage. En démontrant tout au long de son ouvrage que la « réalité » de la guerre d’Indochine, pour les États-Unis, fut « construite » lors d’un long débat avec ses alliés français et britannique sur l’avenir de la péninsule indochinoise et sur le rôle que devait y jouer l’administration américaine, Lawrence fait intervenir ici les perceptions personnelles des responsables politiques dans l’élaboration de la politique américaine, et démontre ainsi l’incertitude qui entoura, entre 1945 et 1950, le sort politique du Vietnam. « To the extent that Vietnam’s political destiny lay in the hands of the Western powers, it’s future remained highly incertain »[12]. Une lecture indispensable donc pour les historiens travaillant sur l’intervention américaine au Vietnam et sur la construction du prisme à travers lequel Washington vit, pour les années à venir, son rôle politique en Asie du Sud-Est.

Olivier Campeau, UQAM


[1] Mark Atwood Lawrence, Assuming the Burden: Europe and the American Commitment to War in Vietnam, University of California Press, Berkeley, 2005, p. 3.

[2] Ibid., p. 4.

[3] Gary R. Hess, The United States’s Emergence as a Southeast Asian Power, 1940-1950, Columbia University Press, New York, 1987, 448 p. ; George C. Herring, America’s Longest War: The United States and Vietnam, 1950-1975, McGraw-Hill, New York, 1985, 316 p.

[4] Gabriel Kolko, The Roots of American Foreign Policy: An Analysis of Power and Purpose, Beacon Press, Boston, 1969, 166 p.

[5] Voir entre autres Robert M. Blum, Drawing the Line: The Origins of the American Containment Policy in East Asia, Norton, New York, 1982, 273 p.

[6] Lawrence, Op. cit., p. 7.

[7] Ibid., p. 33-45.

[8] Ibid., p. 4

[9] Ibid., p. 187.

[10] Ibid., p. 168.

[11] Ibid., p. 9.

[12] Ibid., p. 8.

 

Olivier Campeau est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal. Son mémoire s’intitule « La perception française de l’Inde durant la guerre d’Indochine, 1947-1954: une étude de cas sur l’émergence du mouvement anticolonial asiatique sur la scène internationale avant Bandung ». Il poursuit présentement des études en pédagogie.