Archives par mot-clé : marges

Johann Grémont : Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire [parution]

[ndlr] Signalement de la publication de la thèse remaniée de Johann Grémont. Présentation de l’éditeur.

Réf. : Johann Grémont, Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940, Paris : Maisonneuve et Larose nouvelle édition, coll. « Asie en perspective », 2018.

La collection Asie en perspective est dirigée par Eric Guerassimoff et Emmanuel Poisson.

Des manuels de géographie aux planisphères de l’École de la République, l’Indochine coloniale affiche sur des aplats rassurants une autorité dont les contours clairement définis s’appliquent de manière uniforme sur l’ensemble du territoire. En réalité l’affirmation de la France sur les confins du Tonkin à partir des années 1880 fut le fruit d’une entreprise diplomatico-militaire délicate et de longue haleine dans un environnement troublé.

Depuis la moitié du XIXe siècle, la région frontalière bordant le Céleste empire échappe à l’autorité nominale de la cour de Huế qui s’appuyait traditionnellement sur les gardiens traditionnels des marches issus des grands lignages autochtones pour garantir une stabilité mise à mal sous la pression des bandes chinoises. L’autorité des empereurs Nguyễn s’efface au profit de l’ordre colonial, nouveau garant de la paix et de la stabilité sur la frontière sino-vietnamienne.

Épaulés par leurs partisans, les officiers français, basés dans un chapelet de postes, luttent en collaboration avec leurs homologues situés du côté chinois contre toutes les formes de crimes se jouant de la frontière. C’est cette histoire du maintien de l’ordre sur les confins de l’Empire par les autorités coloniales qui est l’objet de ce livre. Fruit d’une thèse de doctorat, il vise à restituer l’architecture destinée à préserver l’ordre public sur la frontière sino-vietnamienne, cerner le dynamisme des illégalismes transfrontaliers, du banditisme aux trafics en passant par les rébellions, et étudier la manière dont les pouvoirs publics tentent d’apporter une réponse à cette criminalité bordant la région frontalière.

L’auteur : Enseignant de formation, Johann Grémont  a vécu et travaillé au Vietnam dans le cadre de la coopération décentralisée. Désormais attaché d’administration centrale, il poursuit ses recherches autour de la frontière et du maintien de l’ordre dans les colonies à la confluence de l’histoire culturelle et quantitative.

Source : Hémisphère éditions

Image « à la une » : Pirates chinois venus en parlementaires à Bao-Ha, tiré de Léon-Xavier Girod, Dix Ans de Haut-Tonkin, édité chez Alfred Mame & fils à Tours, 1899.

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2016

Année universitaire 2016-2017 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2016_une

Imaginaires nationaux : de l’empire colonial aux états-nations d’aujourd’hui

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mardi

Horaires : 9h-12h

Salles : F114, F111, F004 (voir calendrier)

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a le plus souvent été présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs et dans lesquelles la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (biographiques et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) sera donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agira en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, le séminaire sera consacré aux imaginaires nationaux des trois pays de l’Indochine et aux entités ethniques sans États. La constitution des États-nations de la péninsule indochinoise, tels que nous les connaissons aujourd’hui, s’est faite au cours du XXe siècle par une décolonisation brutale marquée par la guerre civile. L’avènement des États indépendants, cambodgiens, laotiens ou vietnamiens, fut l’enjeu d’une âpre lutte entre différents types de systèmes politiques et projets de société tout comme d’une confrontation des imaginaires nationaux. Le séminaire s’intéressera aux multiples possibles qui ont jalonné l’histoire de ces trois pays au cours du XXe siècle ainsi qu’à leur environnement géo-ethnique. En interrogeant le passé et la mémoire, il s’agira de faire apparaître les mythes fondateurs sous-jacents (longue durée) et les sources d’inspiration de ces trois États entre décolonisation et Guerre froide ou encore d’exposer la pluralité des nationalismes.

Mots clés : imaginaire national ; nationalisme ; identité ; ethnicité ; construction stato-nationale ; discours politiques ; théories politiques ; symboles et emblèmes nationaux ; transferts culturels

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive : mardi 20 septembre 2016 (F114)

  • Imaginaires nationaux d’Indochine en question (notions, modalités, calendrier)

Séance 1 : mardi 27 septembre 2016 (F114)

  • Mythes et génies fondateurs

Séance 2 : mardi 4 octobre 2016 (F114)

  • Symboles et emblèmes nationaux

Séance 3 : mardi 11 octobre 2016 (F114)

  • Les États cambodgiens (1863-1993)

Séance 4 : mardi 18 octobre 2016 (F114)

  • Les États laotiens (1899-1975)

Séance 5 : mardi 8 novembre 2016 (F111)

  • Les États vietnamiens (1802-1975)

Séance 6 : mardi 15 novembre 2016 (F111)

  • Marges, ethnies minoritaires et frontières

Séance 7 : mardi 22 novembre 2016 (F004)

  • L’espace social et transnational indochinois d’hier et d’aujourd’hui

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Processus colonisation / décolonisation (connaissances générales requises) :

AGERON, Charles-Robert, La décolonisation française, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, série Histoire, 1991.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

CESARI, Laurent, L’Indochine en guerres 1945-1993, Paris, Éditions Belin, Histoire Belin Sup, 1995.

COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010. Présentation éditeur.

DOMMEN, Arthur, The Indochinese experience of the French and the Americans: nationalism and communism in Cambodia, Laos, and Vietnam, Bloomington, IN, Indiana University Press, 2001. Présentation éditeur.

FERRO, Marc, Histoire des colonisations. Des conquêtes aux indépendances XIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, septembre 1994. Présentation éditeur.

GRIMAL, Henri, La décolonisation de 1919 à nos jours, Paris, Éditions Complexe, 1985, nouvelle édition revue et mise à jour (réédité en 1999).

HA, Marie-Paule, French women and the Empire: the case of Indochina, Oxford, Oxford University Press, 2014. Présentation éditeur.

HUGON, Anne (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale : Afrique et Asie, XXe siècle, Paris, Éditions Karthala, 2004. Présentation éditeur.

LORIN, Amaury & TARAUD, Christelle, Nouvelle histoire des colonisations européennes (XIXe-XXe siècles). Sociétés, cultures, politiques, Paris, Presses Universitaires de France, “Le nœud gordien”, 2013. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ABDOUL-CARIME, Nasir, « Note sur l’identité communautaire khmère, une approche historique et une relecture socio-politique », Péninsule, n° 50, 2005 (1), pp. 41-57.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

BREEN, Keith & O’NEIL, Shane (eds.), After the nation? Critical reflections on nationalism and postnationalism, Basingstoke, Plagrave Macmillan, 2010. Présentation éditeur.

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation éditeur.

FERRETTI, Feredico, « Géographie et imaginaires nationaux entre le XIXe et le XXe siècle : l’invention de l’Italie et la circulation des cultures géographiques », Annales de géographie 4/2014 (n° 698) , pp. 1062-1087. Voir aussi du même auteur : « Géographie, tournant culturel et imaginaires nationaux: Risorgimento, irrédentisme et l’invention géographique de l’Italie », (PDF sur Hal SHS).

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

LARCHER, Agathe, La légitimation française en Indochine. Mythes et réalités de la « collaboration franco-vietnamienne » et du réformisme colonial (1905-1945), Thèse d’histoire, Université Paris 7, 2000. Notice Sudoc.

LOUBES, Olivier & RODRIGO, Annelise (03/12/2013), Pierre Laborie, un historien “trouble-mémoire”, Monde sociaux : http://sms.hypotheses.org/1651

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

PAPIN, Philippe, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin / La documentation française, 2003, 2e édition.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

TAYLOR, Philip, The Khmer lands of Vietnam: environment, cosmology, and sovereignty, Singapore, NUS Press / Copenhagen, NIAS Press, 2014. Présentation éditeur.

TODOROV, Tzvetan, Mémoire du mal, tentation du bien. Enquête sur le siècle, Paris, Robert Laffont, 2000. Présentation éditeur.

VERNEY, Sébastien, L’Indochine sous Vichy, entre Révolution nationale, collaboration et identités nationales, 1940-1945, Paris, Riveneuve, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues :

BRUHNS, Hinnerk et BURGUIERE, André, « Imaginaires nationaux. Origines, usages, figures », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 58e Année, n° 1, janvier-février 2003, pp. 37-39. En ligne sur Cairn.

DEBARDIEUX, Bernard, « Imaginaires nationaux et post-nationaux du lieu », Communications, 87, 2010. Autour du lieu, sous la direction de Aline Brochot et Martin de la Soudière, pp. 27-41. En ligne sur Persée.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

★ ★ ★

Travaux à faire et notation :

Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note).

Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5 accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note).

Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la première séance du mardi 20 septembre 2016.

Mémoires d’Indochine 2016 / synopsis (PDF MàJ 21/09/2016)

Mémoires d’Indochine 2016 / sélection d’ouvrages (PDF MàJ 22/09/2016)

Image « à la une » : Tigre du zoo de Thu Dau Mot, Binh Duong © 2014 FG / Illustration du séminaire © 2016 FG

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam : sur les pas des Jeunesses de choc

Intervention au Séminaire d’enseignement et de recherche « Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques » de l’UMR SIRICE. Le mercredi de 17h30 à 19h30, salle F 603 (université Paris 1 – Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage).

Guillemot_Marges&TracesTNXP

Marges et traces de la guerre au Viêt-Nam : sur les pas des Jeunesses de choc

François Guillemot, IR CNRS, IAO, ENS de Lyon

Mercredi 27 janvier de 17h30 à 19h30

Cette communication sur les traces de guerre se propose de revenir sur trois aspects d’une recherche émergente sur les Jeunesses de choc du Viêt-Nam, fil conducteur de notre propos. Mon premier point rappelle et explique la genèse d’une recherche à la fois au Viêt-Nam et dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Australie et en France à partir du début des années 1990. Mon second point, aborde la question du « lieu » de la guerre des Jeunesses de choc qui présente la particularité d’être à la fois « une marge et un centre » comme le stipule l’adage terrible et imagé “tim có thể ngừng đập, nhưng mạch máu giao thông không thể tắc” (notre cœur peut cesser de battre mais les vaisseaux sanguins de la circulation sont inextinguibles). Trois lieux sont identifiés dans le contexte plus général de la guerre du Viêt-Nam : la jungle, les villes, l’espace international. Dans le troisième point, je dirais quelques mots sur les « pratiques » mémorielles actuelles dans le contexte d’un pays qui tourne peu à peu le dos à son passé guerrier. Enfin, je conclurai sur les perspectives d’une recherche transnationale plus large sur le genre et les guerres du Viêt-Nam et évoquerai la nécessité d’entrevoir une sociohistoire des femmes et de la guerre au Viêt-Nam en considérant avec soin les moyens de communication à distance.

Source : Femmes & Guerres au Viêt-Nam

Sarah Turner, Christine Bonnin, and Jean Michaud : Frontier Livelihoods – Hmong in the Sino-Vietnamese Borderlands [parution]

[ndlr] Parution d’un nouvel ouvrage sur les Hmongs, une étude fondée sur les archives et du terrain contemporain. Présentation de l’éditeur.

FrontierLivelihoods

Do ethnic minorities have the power to alter the course of their fortune when living within a socialist state? In Frontier Livelihoods, the authors focus their study on the Hmong – known in China as the Miao – in the Sino-Vietnamese borderlands, contending that individuals and households create livelihoods about which governments often know little.

The product of wide-ranging research over many years, Frontier Livelihoods bridges the traditional divide between studies of China and peninsular Southeast Asia by examining the agency, dynamics, and resilience of livelihoods adopted by Hmong communities in Vietnam and in China’s Yunnan Province. It covers the reactions to state modernization projects among this ethnic group in two separate national jurisdictions and contributes to a growing body of literature on cross-border relationships between ethnic minorities in the borderlands of China and its neighbors and in Southeast Asia more broadly.

Contents

Preface and Acknowledgments vii

1 Upland Alternatives: An Introduction 3

2 Frontier Dynamics: Borders and the Hmong 20

3 Borderland Livelihoods: Everyday Decisions and Agrarian Change 38

4 Livestock Transactions: Buffalo Traversing the Borderlands 63

5 Locally Distilled Alcohol: Commodifying an Upland Tradition 84

6 Farming under the Trees: Old Skills and New Markets 104

7 Weaving Livelihoods: Local and Global Hmong Textile Trades 125

8 The Challenge: Making a Living on the Margins 148

Notes 173

Glossary 187

References 189

Index 217

Sarah Turner is professor of geography at McGill University. She is the author of Indonesia’s Small Entrepreneurs: Trading on the Margins and editor of Red Stamps and Gold Stars: Fieldwork Dilemmas in Upland Socialist Asia.

Christine Bonnin is lecturer in geography at University College Dublin.

Jean Michaud is professor of social anthropology at Université Laval. He is the author of The A to Z of the People of the Southeast Asian Massif and coeditor of Moving Mountains: Ethnicity and Livelihoods in Highland China, Vietnam, and Laos.

Réf. : Turner Sarah, Bonnin Christine, Michaud Jean, Frontier Livelihoods: Hmong in the Sino-Vietnamese Borderlands, Seattle: University of Washington Press, 2015.

Source : University of Washington Press

Danielle Tan : Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

[ndlr] Séminaire général du CASE : intervention de Danielle Tan (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon) le 19 mars 2015 de 10h à 12h à la Maison de l’Asie. A ne pas manquer.

* * *

DanielleTan_Case

Économies illicites, réseaux chinois et formation de l’État en Asie du Sud-Est

Une histoire alternative du Triangle d’Or

(Thaïlande, Laos et Birmanie)

Danielle Tan

Cette recherche s’intéresse au rôle de la Chine et des réseaux chinois dans la reconfiguration d’un espace transnational particulier, à l’intersection de l’État shan en Birmanie et des provinces du nord de la Thaïlande et du Laos, que l’on nomme habituellement le « Triangle d’Or » et qui est célèbre pour avoir été le foyer historique de production de l’opium et de l’héroïne dans le monde. Ces dix dernière années, sous l’action des capitaux et des migrants chinois, ces marges frontalières, transformées en zones économiques spéciales abritant de gigantesques casinos, sont devenues de véritables enclaves chinoises bénéficiant d’un régime d’extraterritorialité rappelant ironiquement les concessions imposées à la Chine au milieu du XIXe siècle par les puissances coloniales. Alors que les analystes se sont empressés d’y voir l’émergence d’un néo-colonialisme chinois, ce projet de recherche tente au contraire, à travers une approche orientée vers la sociologie historique du politique, de mettre en avant la complexité des processus politiques à l’œuvre dans les marges montagneuses du Triangle d’Or, où les frontières entre le licite et l’illicite sont devenus floues, mais où l’imbrication des pratiques participe au processus de formation de l’État. Cette région-frontière nous invite à repenser, dans la longue durée, les relations centre-périphérie, plaines-montagnes, ainsi que le rôle des réseaux transnationaux chinois dans la formation de l’État en Asie du Sud-Est. Je montrerai comment les réseaux chinois ont constitué dans le passé – et continue d’être – des partenaires clés du projet de « last enclosure » (Scott 2009) engagé par les États lao, thaï et birman pour conquérir, rentabiliser et domestiquer leurs marges rebelles.

  • Photo_DTanDanielle Tan est docteure en science politique (Sciences Po Paris 2011). Ses principaux axes de recherche portent sur l’économie politique de la péninsule indochinoise, en particulier les dynamiques transnationales, ainsi que les transformations politiques, socio-économiques et territoriales qui résultent de la globalisation et de l’influence croissante de la Chine dans la région. Elle a commencé ses recherches au Cambodge en retraçant l’histoire de sa diaspora chinoise et a ensuite exploré le rôle joué par les réseaux transnationaux chinois dans la transformation de l’État au Laos. Après deux post-doctorats à ANU (Australian National University, Canberra) et à IIAS (International Institute for Asian Studies, Leiden), elle enseigne actuellement la science politique et les études asiatiques à Sciences Po Lyon en tant qu’ATER, et continue ses recherches en étant rattachée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale – ENS Lyon). Elle est également chercheure associée à l’IRASEC.

Cliquez sur l’affichette pour l’agrandir.

Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes

BinhDuong_NguoiKichDong4Les événements violents de ces derniers jours ont démontré que les autorités vietnamiennes en jouant la carte du nationalisme officiel ont été débordées par des forces de contestations populaires plus ou moins organisées par les « classes dangereuses » ou marginales de la société vietnamienne. Ces événements graves et meurtriers obligent la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN) à revoir sa stratégie pour faire face à l’expansionnisme chinois. Dépourvue d’un soutien international clair, sa marge de manœuvre semble pour l’heure très étroite. Retour sur une semaine agitée qui doit se terminer demain 18 mai 2014 par de nouvelles manifestations dans tout le pays. L’affaire n’est donc pas close.

De façon prévisible, la Chine a haussé le ton après la bagarre meurtrière qui opposa ouvriers chinois et vietnamiens le soir du mercredi 14 mai dans le parc industriel de Vũng Áng dans la province de Hà Tĩnh [1]. Ce qui s’est déroulé ce jour là n’est pas encore clairement établi et les données sur le nombre de morts restent sujettes à caution. L’agence Reuters évoquait le 15 mai un total de 21 victimes tandis que d’autres sources chinoises rapportaient qu’au minimum deux Chinois étaient décédés et huit autres étaient portés disparus au cours de ces affrontements très violents [2]. Lors d’un point presse (pour reprendre les termes officiels) tenu le jeudi 15 mai, l’ampleur de l’affrontement a été soulignée :

« Selon les autorités provinciales, un conflit a opposé 5.000 manifestants vietnamiens à 1.000 experts, travailleurs et forces de surveillance chinois du chantier du projet Formosa » [3].

A la suite duquel 76 personnes ont été arrêtées. On dénombre 149 blessés et d’importants dégâts liés aux dortoirs incendiés et aux destructions ou vols de matériel du projet Formosa [4]. Selon Reuters, le Formosa Plastics Group est le premier investisseur taïwanais au Viêt-Nam et son usine sidérurgique usine, « qui doit être achevée en 2017, sera la plus grande installation sidérurgique d’Asie du Sud-Est » [5]. Autant dire que cela pèse dans le redressement économique du Viêt-Nam.

Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express
Slogan antichinois sur un camion réquisitionné © 2014 VN Express

Le jour d’avant, le mardi 13 mai, la zone industrielle de Binh Duong à proximité d’Ho Chi Minh-Ville et qui regroupe de nombreuses sociétés chinoises s’enflammait. A l’issue d’une manifestation violente de milliers d’ouvriers vietnamiens, de très nombreux dégâts furent constatés pour un bilan financier et humain qui reste à évaluer [6]. Les explosions de violence de cette ampleur contre des biens assimilés à la Chine ou contre des ressortissants chinois sans distinction sont des faits rares et inédits au Viêt-Nam depuis au moins plusieurs décennies. Ils ont provoqué le départ quasi immédiat de plusieurs centaines de citoyens chinois vers le Cambodge [7].

De fait, ces deux manifestations violentes soulèvent aujourd’hui l’indignation mais aussi de nombreuses questions. La presse officielle a évoqué la présence d’éléments perturbateurs extérieurs au monde ouvrier lors des manifestation de Binh Duong. En particulier, le Người Lao Động [Le Travailleur] soulignait, dans ses éditions des 16 et 17 mai, l’organisation dont avait pu bénéficier une telle vague de destructions en mettant en avant l’implication de gangs organisés de plusieurs centaines d’individus. Le 16 mai, après l’arrestation de plus de 800 personnes, la police confirmait que parmi elles se trouvaient de nombreux voyous déjà présents sur la liste noire des services de police et résidant à proximité de la zone industrielle [8]. Une fois de plus, la RSVN découvre donc ses extrémistes, ses casseurs, sa racaille, ses gangs organisés mobiles. Elle découvre les « Bình Xuyên » des temps actuels et devrait garder en mémoire que l’on peut être à la fois voyou et patriote au Viêt-Nam.

Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai
Les Binh Xuyen des temps actuels ? © 2014 Bao Dong Nai

Les internautes, observateurs scrupuleux de ces événements, et ceux qui participèrent directement aux manifestations vont plus loin que l’analyse officielle. Deux pistes, pouvant paraître excessives, sont soulevées mais qui démontrent qu’une enquête sérieuse doit être conduite. D’une part, un certain nombre d’internautes ou de Facebookers ont constaté les agissements troublants de groupes de manifestants [9]. Pour eux, il s’agissait de policiers en civils chargés de mettre le feu aux poudres. Ce serait donc une provocation et une manipulation. Dans quel but ? Discréditer les manifestations de rue non contrôlées par le pouvoir afin de prévenir tous les éventuels dérapages antigouvernementaux qui pourraient poindre leur nez les prochaines semaines. En clair, permettre la Sécurité publique (Công An) de poursuivre son travail de sape en direction des associations contestataires [10]. Le but ultime étant de garder le contrôle sur les manifestants et sur les slogans dans un sens favorable à l’Etat-Parti vietnamien [11].

BinhDuong_NguoiKichDong
Un manifestant armé d’un bâton appelant à investir les lieux d’une compagnie chinoise à Binh Duong © 2014 Tuan Khanh

De son côté, le journaliste Nguyen Quoc Thai a émis une autre hypothèse, relayée sur la toile, sans y apporter réellement de fondement. Pour lui, la main des services spéciaux chinois pourrait se trouver derrière ces débordements [12]. Dans quel but également ? La violence contre des ouvriers et des biens chinois permettrait d’alimenter le discours de la Chine pour stigmatiser l’impuissance de la RSVN à maîtriser sa course au nationalisme antichinois. Pourtant, malgré la gravité des faits dénoncés par l’agence chinoise Xinhua, la rupture entre les deux parties n’est pas à l’ordre du jour. En octobre dernier à Hanoi, les deux pays avaient même « convenu d’élever le niveau de la coopération bilatérale ». Voici ce que dit à ce propos l’agence officielle chinoise dans un style plutôt modéré :

En ce qui concerne l’impasse en mer de Chine méridionale, Hanoï devrait exercer un maximum de retenue et éviter de prendre des mesures qui pourraient aggraver la situation. Les canaux de discussion et de négociation sont toujours ouverts entre les deux pays, et il est grand temps de les utiliser [13].

S’il s’agit plutôt d’exactions organisées et provoquées par des gangs criminels comme le suppose le journal Người Lao Động (et aujourd’hui d’autres quotidiens en ligne), on peut se poser des questions sur l’attitude de la police. Comment est-ce possible qu’elle n’ait pas été informée qu’un coup de cet ampleur se préparait alors qu’elle dispose de nombreux indicateurs au sein de ces organisations ?

Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l'action © 2014 Tuan Khanh
Destruction de biens et pillage. Un manifestant à l’action © 2014 Tuan Khanh

Ces trois hypothèses – gangs de banlieue, flics en civil ou agents téléguidés chinois – pour expliquer les dérapages violents des ces derniers jours sont difficiles à déterminer. Il est peu probable, compte-tenu du manque de liberté de presse et d’autonomie des médias, que la lumière complète soit faite sur ces événements. La nature du régime va dans le sens d’une version officielle validée qui doit être répercutée à tous les échelons. Quelle sera cette version ? Y en aura-t-il seulement une ? Ou plus probablement, les événements seront rapidement évacués des médias pour laisser place au nationalisme officiel dont l’objectif est de rassembler comme un bloc toute le peuple derrière son gouvernement que le slogan « đồng lòng với chính phủ » (« de tout cœur avec le gouvernement ») illustre parfaitement.

Quoiqu’il en soit ces événements tragiques soulignent la frustration qui habite le peuple vietnamien envers le grand frère chinois, assimilé depuis des années à un capitaliste outrancier doublé d’un impérialiste sans vergogne. Depuis plusieurs années déjà les conversations de type « café du commerce » sur la présence chinoise affichaient ouvertement le ressentiment des couches populaires. Les événements de Binh Duong et ceux plus graves de Ha Tinh sont assimilables à des expéditions punitives de bas niveau pour évacuer cette frustration accumulée depuis près d’une dizaine d’années et reposant sur une mystique antichinoise ancrée dans les mentalités et portée par l’histoire ancienne. Le déficit de communication du gouvernement voire le secret entretenu sur ses propres relations avec les réseaux politiques et d’affaires chinois participèrent de ce ras-le-bol. A ce titre, il paraît peu probable que le gouvernement vietnamien n’ait eu aucune information en amont en provenance de la Sécurité militaire du ministère de la Défense sur l’installation d’une plateforme d’une telle ampleur dans ses eaux. Si elle est sincère chez bon nombre de patriotes, l’indignation soudaine des hauts dirigeants apparaît un peu surfaite.

Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan
Violences à Vung Ang © 2014 Dan Luan

L’Etat-Parti tente de sauver aujourd’hui la mise en se positionnant comme l’interlocuteur unique et crédible pour répondre du fait accompli chinois en Mer de Chine méridionale. Or, l’histoire récente entre les deux pays démontre qu’au cours du XXe siècle le Vietnam communiste était plus préoccupé par la mise en place de sa révolution socialiste autoritaire sur l’ensemble du pays que de préserver l’intégrité de son espace maritime. La Chine maoïste fut le modèle absolu de Truong Chinh, Le Duan ou de Le Duc Tho, bref de ceux qui dirigèrent le Nord Viêt-Nam depuis 1954. Alors que la Chine décollectivisait après la mort de Mao, le Viêt-Nam réunifié (RSVN) se lançait dans une collectivisation ratée et coûteuse du Sud tout en observant avec perplexité mais sans doute une admiration cachée la réforme chinoise et les fruits de sa réussite.

Les choses ont évolué depuis les années 2000 avec les attaques répétées de la Chine contre des marins vietnamiens qui ont soulevé l’indignation de la presse. Rappelons à cette occasion l’excellent reportage d’André Menras intitulé Vietnam Hoang Sa : la meurtrissure, interdit de projection à HCM-Ville en novembre 2011 [14]. Depuis 2010, de nombreux ouvrages du « monde académique » dédiés à la question de la « Mer orientale » (Bien dong) ont été publiés au Viêt-Nam. Tous les moyens sont bons pour fournir les preuves cartographiques et textuelles de l’ancienneté de la souveraineté vietnamienne sur cet espace maritime. Un des meilleurs ouvrages sur la question fut édité dès 1974 par les historiens de la République du Viêt-Nam (Sud). Il s’agit du numéro spécial de la revue Sử Địa (n° 29), publié à Saigon, et pourtant non réédité lors de cette course à la preuve historique.

Le Sud Viêt-Nam savait de quoi il parlait car il venait de perdre la bataille des Paracels lors d’un conflit maritime limité. Alors que les Américains se désengageaient massivement du conflit vietnamien, le gouvernement du Sud privé du soutien de son allié avait tenu à défendre son territoire quoiqu’il advienne. Les marins tombés lors de cette bataille sont aujourd’hui les héros d’une grande partie de la communauté exilée. Cette dernière n’est pas en reste dans ses critiques contre Hanoi. Résolument anticommuniste, elle pointe là où ça fait mal en déclinant régulièrement toutes les allégeances historiques du Parti communiste vietnamien (PCV) à son mentor chinois. Ce fut d’abord la catastrophique réforme agraire des années cinquante, puis l’affaire des « révisionnistes anti-parti » contre les pro-soviétiques du régime dans les années soixante, jusqu’à la rupture de 1972 (visite de Nixon à Pékin dans le dos d’Hanoi). Sans parler de la traque engagée contre « l’ennemi intérieur » (le traître, le réactionnaire), qu’il fut trotskiste ou nationaliste, depuis la Révolution d’Août 1945.

AnhHungHoangSa1974
Commémoration du 40e anniversaire de la bataille des Paracels le 19 janvier 2014 aux Etats-Unis © Hoang Sa Paracel

Après la réunification, la guerre des communismes enflamma le Viêt-Nam jusqu’au retrait du bourbier cambodgien en 1989. Dix ans plus tard, d’autres frustrations apparurent. Ce furent l’affaire des frontières entre 1999 et 2009 avec le bornage fort contesté puis les reculades de Hanoi devant la question du bauxite, exploité par des milliers d’ouvriers chinois sur l’ancienne colonne dorsale de la guerre, la mythique Piste Ho Chi Minh. Enfin, chacun put observer la faiblesse des réactions officielles lors des atteintes aux biens et aux marins vietnamiens, maltraités ou tués en mer par des militaires chinois. De nombreux autres exemples pourraient être donnés pour illustrer cette frustration grandissante comme la question des grèves ouvrières dans les entreprises chinoises, taïwanaises ou coréennes constamment réprimées depuis des années.

Dans son analyse des événements, la Chine se pose aujourd’hui en maître du jeu. Elle appelle à la retenue, même si sa blogosphère est forcément plus radicale [15]. Tout en réaffirmant fermement ce qu’elle considère comme son bon droit, la Chine entend calmer le jeu mais elle laisse entrevoir la possibilité d’une réaction plus musclée. Arc-boutée sur un discours nationaliste (tout comme le Viêt-Nam), le général Fang Fenghui, en visite aux Etats-Unis le 15 mai, a lancé depuis Washington, une mise en garde :

« Le territoire frontalier nous a été transmis par nos ancêtres et nous ne pouvons pas nous permettre d’en perdre un pouce », a souligné le général Fang, lors d’une conférence de presse conjointe après une rencontre avec son homologue américain, Martin Dempsey.

« Nous ne cherchons pas les troubles, nous ne créons pas les troubles, mais nous n’avons pas peur des troubles », a martelé le général Fang, qui effectue une tournée aux Etats-Unis depuis mardi.

« La Chine est un pays épris de paix. Nous nous attachons à promouvoir un développement pacifique et à mettre en œuvre une politique de défense nationale défensive », a-t-il expliqué. [16]

La Chine est de toute évidence en position de force. Créancière du monde, elle accède cette année à la place de première puissance mondiale avant les États-Unis, titre qu’elle récuse modestement [17]. Les intérêts économiques mondiaux sont très dépendants de la Chine, ce nouvel empire qui organise le basculement du monde. Si par malheur, cette superpuissance montrait des signes de faiblesses ou devait s’effondrer (voir les risques de faillite des ses trusts), les autres grandes puissances ne manqueraient pas de lui venir en aide pour préserver l’équilibre économique planétaire. Si elle se fâchait en coulant quelques navires vietnamiens en Mer de Chine peu d’États oseraient l’affronter. La Chine populaire soulève les arguments de poids qui devraient ramener tout le monde à la raison. Elle n’hésite pas à mettre en avant la longue amitié entre les deux États-Partis et de souligner que « le maintien de la stabilité en mer de Chine méridionale et l’amélioration des relations bilatérales répondent autant aux intérêts de la Chine qu’à ceux du Vietnam » [18]. Le prix de cette amitié et de cette allégeance d’une partie du Polit-Buro vietnamien se paie aujourd’hui et il paraît bien difficile pour le gouvernement vietnamien de modifier la donne (répondre aux exigences chinoises) sans provoquer un séisme politique interne.

François Guillemot

 

Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville © 2014 TTXVA
Devant le Consulat de Chine à HCM-Ville le 10 mai 2014 © 2014 TTXVA

Notes

[1] La Chine exhorte le Vietnam à punir les auteurs des violences et à assurer la sécurité des ressortissants chinois, Xinhua, 16/05/2014.

[2] Synthèse 2-Emeutes anti-chinoises meurtrières au Vietnam, Reuters, 15/05/2014 ; (dépêche Xinhua), Vietnam/émeutes : un mort et 149 blessés dans le centre du pays, Le Quotidien du Peuple, 16/05/2014. Voir aussi : Bloody violence targeting Chinese workers in Ha Tinh, Dan Lam Bao, 15/05/2014.

[3] Ha Tinh : les troubles à l’ordre public seront sévèrement sanctionnés, Vietnam +, 16/05/2014.

[4] Dépêche Xinhua du 16/05/2014, art. cit.

[5] Synthèse 2 de Reuters, art. cit.

[6] Reuters rapporte que 460 entreprises ont signalé des dégâts.

[7] Face aux violences, des centaines de Chinois du Vietnam fuient vers le Cambodge, France 24, 15/05/2014.

[8] Điểm mặt côn đồ gây rối, Nguoi Lao Dong, 17/05/2014

[9] Voir les reportages du musicien Tuấn Khanh : Đi giữa dòng bạo động (P.1) ; Đi giữa dòng bạo động (P.2). Reproduit sur le blog Dan Lam Bao. Voir la version anglaise : Amidst the torrent of violence.

[10] Rappelons que la répression se poursuit avec l’arrestation le 15 mai au matin des manifestants et blogueurs Le Thi Phuong Anh et Trung Nghia : Urgent announcement: Dong Nai police arrest Le Thi Phuong Anh and Trung Nghia, Dan Lam Bao, 17/05/2014. Selon son mari, Le Thi Phuong Anh a enquêté ces dernières années sur l’implication du ministre de l’économie Hoang Trung Hai et d’autres personnalités très importantes du régime dans un trafic de drogue.

[11] Ceci fut vérifié lors de la manifestation de Hanoi. Voir la vidéo sur YouTube : Des membres de la police se mêlent aux manifestants et empêchent des slogans contre les dirigeants « a bas des traîtres du pays » par « protégeons la patrie ». (29e Prix du Reporter de Rue / Giải Phóng Viên Vỉa Hè 29  tháng năm 2014).

[12] Nam Nguyên, Đặc vụ Trung Quốc kích động biểu tình bạo động?, RFA, 16/05/2014.

[13] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014. Un dialogue constructif a tout de suite été engagé entre les deux parties : La Chine et le Vietnam s’entretiennent sur les récentes violences anti-Chine, Xinhua, 17/05/2014.

[14] Voir « Les aventures inattendues d’un film », sur le site de Carnets du Viêt Nam.

[15] La rivalité Chine-Vietnam enflamme les réseaux sociaux, RFI, 16/05/2014 ; Déclarations martiales en direction du Vietnam, Courrier International, 16/05/2014.

[16] La Chine ne peut pas se permettre de perdre ne serait-ce qu’un pouce de son territoire, Xinhua, 15/05/2014.

[17] Philippe Barret, « La Chine, première puissance économique mondiale ? », Le nouvel économiste, 15/05/2014.

[18] Le Vietnam doit assurer la sécurité des citoyens chinois au pays, Xinhua, 15/05/2014, art. cit.

* * *

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine