Archives par mot-clé : manifestations antichinoises

les irréductibles “amis du Viêt-Nam Libre” – Lyon, 20 octobre 2019

Pour protester à la fois contre la politique du régime communiste vietnamien (RSVN) et à l’expansionnisme de Pékin (RPC) en mer de Chine méridionale, des Vietnamiens exilés se retrouvent presque toutes les fins de semaine sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro à Paris. Résilients à tout, qu’il pleuve, qu’il vente ou que le soleil brille, ils se font le relais de la protestation interne complètement étouffée au Viêt-Nam.

Cette semaine, les organisateurs de ces happenings politiques, sorte d’agit-prop anti-communiste, sont descendus sur Lyon en mobilisant une poignée de Vietnamiens de l’agglomération.

Dans l’Appel à cette manifestation du dimanche 20 octobre 2019, organisée par “Les amis du Viêt-Nam Libre”, l’expansionnisme de la “Chine rouge” contre le Viêt-Nam était souligné. Quatre dates clés rappelaient la politique de fait accompli chinoise menant à la perte de territoire sur la frontière nord et dans la partie de la “Mer de l’Est” sous souveraineté vietnamienne :

1974 : les îles Paracels,

1979 : la porte de Nam Quan, les chutes de Ban Gioc, les zones frontalières du Nord du Viêt-Nam après la guerre éclair sino-vietnamienne en 1979,

1988 : les îles Spratleys,

2019 : les récifs de corail Vanguard Bank.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019 place Bellecour à Lyon1.
Copie d’écran du reportage d’Albert Goulain © DR

La perte de ses territoires terrestres et maritimes a soulevé beaucoup d’émois au Viêt-Nam tout comme dans la communauté exilée depuis les premières manifestations massives anti-chinoises en 2011 et celles plus violentes de 20142. Face à ces protestations de rue à caractère insurrectionnel (voir les grandes manifestations de 2014 et 2018), le pouvoir politique vietnamien a mobilisé l’ensemble des forces de sécurité, policière et militaire, pour étouffer dans l’œuf la voix des blogueurs, activistes sociaux et intellectuels critiques. Cette répression régulière et accrue ces dernières années a eu pour effet d’amoindrir considérablement les mouvements de protestations dans le pays. Les dissidents les plus influents ont été expulsés du pays ou croupissent dans les camps de prisonniers. Et de fait, aujourd’hui la réaction à l’affaire de Vanguard Bank reste modique dans le pays comme à l’extérieur dans l’espace transnational vietnamien3.

A Lyon, les manifestants, près d’une quarantaine, vilipendèrent la faiblesse de la réaction du gouvernement vietnamien face à ces actes belliqueux de Pékin tout en condamnant le régime autoritaire pour sa répression continue des “patriotes”.

Au delà de cette inquiétude légitime relayée par nombre d’intellectuels depuis l’intérieur du pays, les “irréductibles” d’aujourd’hui lièrent cette protestation anti-chinoise aux problématiques écologiques qui traversent la société vietnamienne dans son ensemble :

En même temps, les communistes vietnamiens ont laissé entrer sans visa des Chinois au Viêt-Nam pour y construire des usines polluant l’environnement sur terre et en mer. Parallèlement avec cette lâcheté devant l’ennemi, ces mêmes forces brutales ont utilisé la Loi Cyber-Sécurité [entrée en vigueur en janvier 2019] pour exercer des oppressions, emprisonnements contre les activistes pacifistes qui ont milité pour la Démocratie, la Liberté sur les trois zones (Nord-Centre-Sud) de la Patrie, la protection de l’environnement ! [référence au projet des trois Zones économiques spéciales concédées à Pékin pour une durée de 99 ans]4

Extrait du tract du 20/10/2019, parties en français et en anglais.

Si le caractère folklorique de ce happening politique peut faire sourire ou étonné (notamment par les références à l’ancienne République du Viêt-Nam conquise en 1975 par les forces communistes), il n’en reste pas moins que le message vise avant tout les compatriotes à l’intérieur du pays, premières victimes de la politique gouvernementale et de la corruption :

A l’étranger, nous, les Vietnamiens en exil à cause de la catastrophe communiste, n’oublions jamais nos compatriotes au pays. Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours notre Peuple qui est en train de faire face au pouvoir oppressif dans des difficiles conditions voire dangereuses pour la vie.

Extrait du tract diffusé le 20/10/2019.

D’aucun verront dans ces paroles, une amertume accumulée pendant des décennies suite à la chute de Saigon le 30 avril 1975 vécue comme une “catastrophe” pour l’ensemble du pays, d’autres, que ce message possède une portée plus historique, liant le drame vietnamien du XXe siècle (guerre d’indépendance, guerre civile, boat people, disparition de toute possibilité de pouvoir démocratique) à l’avènement d’un pouvoir autoritaire sans partage désormais pieds et poings liés avec Pékin5.

Autour d’une quarantaine de manifestants, le happening dura près de deux heures entre l’installation des panneaux, de la sono et des drapeaux du Viêt-Nam libre (le drapeau jaune au trois bandes rouges), français ou américain. Débutant par une cérémonie en hommage à l’ancienne République du Viêt-Nam (1955-1975), au son de son hymne national, une minute de silence fut observée pour les “combattants sacrifiés pour la juste cause”. Entre discours offensifs et chansons de lutte, une série de slogans contre l’expansionnisme chinois ou contre le pouvoir communiste vietnamien résonnèrent avec emphase sur la place Bellecour. Chacun pouvait noter la grande détermination des quatre femmes au micro, relayées par l’ensemble de l’assemblée.

Aperçu de la tribune de la manifestation du dimanche 20 octobre 2019 à Lyon.

Un grand panneau explicatif en français destiné aux passants exposait les raisons de cette mobilisation (Qui sommes nous ? ; Que voulons nous ?…). Dans le public, deux jeunes françaises spectatrices, familières du drapeau du Viêt-Nam socialiste, s’interrogeaient sur la signification du drapeau jaune à trois bandes rouges, emblème de la communauté vietnamienne réfugiée avant de souhaiter bonne chance aux participants. Des touristes américains, en provenance du Minnesota, s’intéressèrent à la manifestation. Une femme me glissa à l’oreille un “sorry” pour l’effroyable guerre du Viêt-Nam qui résonnait encore dans son esprit. Un français d’un certain âge, frappé par la présence des drapeaux jaunes, applaudit à la résilience de Saigon. D’autres passants étaient intrigués par la juxtaposition d’une manifestation vietnamienne et d’une manifestation libanaise (de l’autre côté de la statue de Louis XIV) le même jour sur une place Bellecour transformée en étendard coloré de la contestation.

Dans l’assemblée, on put remarquer la présence de M. Duong Van Loi, réfugié, ancien prisonnier évadé des camps de rééducation vietnamien, défilant malgré son grand âge6. En fin de happening, les organisateurs MM. Nguyen Anh Tai et Dang Mau Vinh remercièrent les manifestants et les invitèrent à un moment de convivialité autour d’un verre et de quelques mets vietnamien. Si à l’avenir la communauté vietnamienne de Lyon répond présent, ils seront prêts à initier une nouvelle protestation de ce type pour mobiliser les consciences et ceci jusqu’à “la chute du régime”.

Près de quarante cinq ans après la chute de Saigon, les “irréductibles” n’ont donc pas encore dit leur dernier mot.

FG, 20/10/2019.

Notes

  1. Sur les agressions de pêcheurs vietnamiens, voir la chronologie établie par André Menras : “Chronologie non exhaustive des agressions chinoises sur les pêcheurs du Centre Vietnam (2002-2014)” []
  2. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Expéditions punitives antichinoises sur fond de frustrations vietnamiennes”, 17/05/2014 []
  3. Voir sur Mémoires d’Indochine : “Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?” []
  4. Sur ce dernier point, voir le dossier de la BBC, programme en vietnamien []
  5. Voir nos analyses : “L’urgence démocratique – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne”, 27/05/2014 et “Viêt-Nam : le casse-tête chinois”, 29/06/2014 []
  6. Sur le site de France Terre d’Asile, témoignage en ligne de Duong Van Loi sur la condition des prisonniers : “La bouillabaisse” et auteur de L’ hélicoptère de la liberté: de la Porte du Ciel (Cong Troi) à la Porte de Chine. Aventure vécue d’un prisonnier politique échappé du camp de la mort, Paris, Les éditions La Bruyère, 1990 []

Viêt-Nam : Feu vert pour protester contre le fait accompli Chinois en Mer de Chine ?

La situation se tend de nouveau entre le Viêt-Nam (RSVN) et la Chine (RPC) sur la question de la Mer de Chine méridionale, Mer de l’Est pour les Vietnamiens. Malgré une relative faible mobilisation, des manifestations vietnamiennes s’organisent.

Alors que des exercices militaires chinois se déroulaient les 6 et 7 août dans la zone des Paracels (Hoang Sa) à proximité du Centre du Viêt-Nam et qu’une occupation des Spratleys (Truong Sa) par des navires chinois irrite les autorités vietnamiennes, une manifestation rassemblant une dizaine de personnes s’est déroulée le 6 août devant l’ambassade de Chine à Hanoi, la capitale du pays.

Cette micro-manifestation revêt une signification néanmoins importante comme le souligne l’intellectuel Nguyen Trong Thuy sur son blog1. Elle intervient dans un contexte particulièrement compliqué pour la dissidence vietnamienne régulièrement muselée et harcelée. D’autres, comme l’avocat dissident Lê Cong Dinh y voient un possible “feu vert” des autorités vietnamiennes pour signifier que les Vietnamiens pourraient répondre dans la rue à la politique de fait accompli chinoise. La question se pose. Cependant, la population vietnamienne semble encore peu mobilisée par la question et personne du côté de la dissidence n’attend de véritable feu vert. Dans son ensemble, cette dernière se méfie d’une manipulation de l’esprit patriotique par les autorités communistes suivie d’une répression, un scénario déjà subi lors des expériences précédentes2.

Cette nouvelle affaire en Mer de Chine méridionale fait suite à une longue série d’occupations arbitraires chinoises et de militarisation des îlots en dépit du droit maritime international. Depuis le début du mois de juillet, un récif corallien dénommé Tu Chinh (Vanguard Bank), situé dans la zone économique exclusive maritime du Viêt-Nam est convoité par la Chine. Cette présence chinoise dans une zone maritime relevant entièrement du Viêt-Nam, conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982, a provoqué à plusieurs reprises la réaction de Hanoi. Selon le South China Morning Post, la situation très tendue aurait pu déboucher sur une confrontation :

“Les garde-côtes chinois et vietnamiens ont été impliqués dans une confrontation d’une semaine autour d’un récif en mer de Chine méridionale, risquant le plus important affrontement entre les deux pays depuis cinq ans”3.

Le 16 août, le ministère des Affaires étrangères vietnamien protestait contre le retour d ‘un navire de prospection chinois répondant au nom de Haiyang Dizhi 8 (HD8) dans les eaux vietnamiennes des Spratleys4. Le 22 août 2019, lors d’une conférence de presse, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang réaffirmait le point de vue du Viêt-Nam :

“Ces derniers jours, le groupe de navires de recherche Haiyang Dizhi 8 de la Chine est revenu et a continué ses actes de violation grave de la zone économique exclusive et du plateau continental du Vietnam, déterminés selon la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982”

“Avec une volonté de défendre ses droits et intérêts légitimes, de contribuer à la paix, à la stabilité et à la sécurité régionale et internationale, le Vietnam est toujours prêt à résoudre les désaccords par la voie pacifique, selon le droit international”5.

Chevauchement de revendications dans la mer de Chine méridionale : la zone économique exclusive du Vietnam en bleu, la ligne rouge à neuf tirets de la Chine en rouge. © The Maritime Executive

Cependant, la réponse de Hanoi aux intrusions chinoises sur sa zone exclusive en Mer de l’Est a peu d’impact face à une Chine campée sur ses positions consistant à dire que la Mer de Chine, suivant la trajectoire des 9 points, soit quasiment dans sa totalité, lui appartient historiquement. Pour preuve, selon l’agence Reuters, le 24 août, le navire de prospection chinois dénoncé par Hanoi se rapprochait dangereusement de la zone exclusive vietnamienne au risque d’engendrer un accrochage6.

Le chercheur Ryan Martinson (Naval War College) retraçait dans un tweet du 26 août 2019 les mouvements du navire chinois Haiyang Dizhi 8 à moins de 200 km des côtes vietnamiennes et 102 km de l’île de Phu Quy (signalée Long Hai sur la carte) :

Les observateurs constatent que face à Pékin, jouant plus sur la coercition vis-à-vis de ses voisins que sur la conciliation, la réponse internationale reste faible. Un véritable conflit en mer de Chine méridionale semble d’ailleurs improbable et chacun de penser qu’en fin de compte Pékin ne lâchera pas prise7.

De leur côté, des membres de la société civile vietnamienne ont diffusé un “Appel contre l’invasion chinoise” le 16 août. Celui-ci a été signé par 17 organisations et plus de 700 personnes à titre individuel.8. Il révèle une véritable inquiétude chez les intellectuels de ce pays.

Du côté du Politburo vietnamien, la “question chinoise” ne manquera pas de s’imposer de façon accrue lors de la préparation du prochain congrès de janvier 2021. Les enjeux économiques et géostratégiques soulevés par la puissance chinoise impacteront le choix de la prochaine direction de l’Etat-Parti.

A l’étranger, les appels vietnamiens à manifester du 22 au 25 août, ont été entendus surtout aux Etats-Unis notamment à Washington où une centaine de personnes ont protesté devant l’ambassade de Chine9. D’autres mobilisations éparses devant des consulats chinois ont montré que les anciens blogueurs expulsés du Viêt-Nam, Diêu Cày (Nguyên Van Hai) à Los Angeles ou Me Nam (Nguyên Ngoc Nhu Quynh) à Houston, étaient toujours actifs. Pour l’heure, si les manifestations ne sont pas massives, la vigilance des Vietnamiens à l’intérieur comme à l’extérieur du pays reste intacte.

FG, 26/08/2019, MàJ 28/08/2019.

Notes

  1. Cf. Cuộc tập kích ngoạn mục vào Đại sứ quán Trung Cộng, Nguyen Trong Thuy’s Blog, 06/08/2019 []
  2. Voir l’analyse de Cao Nguyên, Căng thẳng Bãi Tư Chính: Lòng yêu nước của người dân bị lợi dụng và phản bội, RFA Vietnamese, 26/07/2019 []
  3. Liu Zhen, “China and Vietnam in stand-off over Chinese survey ship mission to disputed reef in South China Sea,” South China Morning Post, 12/08/2019 []
  4. Voir le communiqué officiel reproduit sur le Journal des Femmes : Yêu cầu Trung Quốc rút toàn bộ nhóm tàu tái diễn hành vi xâm phạm chủ quyền Việt Nam, Phu Nu Online, 16/08/2019 []
  5. Cf. VNA, Le Vietnam demande à la Chine de retirer tous ses navires de la zone économique exclusive du Vietnam, Vietnam +, 22/08/2019 []
  6. Cf. Khanh Vu, Chinese ship inches closer to Vietnam coastline amid South China Sea tensions, Reuters, 24/08/2019 []
  7. Voir l’article de Trinh Le, The Vanguard Bank standoff shows China remains undeterred, The Interpreter, 16/08/2019 []
  8. Cf. le décompte de la revue en ligne Dien Dan – Forum, mise à jour du 25/08/2019 []
  9. Pour un aperçu général des manifestations, voir : Người Việt nhiều nơi biểu tình chống Tàu cộng xâm lược và Việt cộng hèn với giặc ác với dân, Dân Làm Báo, 26/08/2019 []

Kien Giang Farmer Who Participates in June 10 Demonstration Deadly Injured During Police Interrogation

[ndlr] La blogosphère vietnamienne s’interroge sur le décès d’un citoyen vietnamien à la suite d’un interrogatoire policier. Ce fermier de 35 ans avait participé à la manifestation du 10 juin 2018 à Hô Chi Minh-Ville.

Defend the Defenders, August 3, 2018

Hua Hoang Anh, a farmer in Vietnam’s southern province of Kien Giang, who participated in the mass demonstration on June 10, 2018, was found dead after having beeninterrogated by the local police, Defend the Defenders has learned.

According to local activists, Mr. Hoang Anh, 35, died in the afternoon of August 2 on the way from his private residence in Binh Loi Village, Minh Hoa commune, Chau Thanh district to a district hospital.

Citing his cousin, an activist said that four police officers came to his house to interrogate him about his activities. His wife went to make tea for them and when she returned she saw him collapsed with some injuries in his neck and belly. The police officers and she took him to a local hospital wherehe died, possibly due to losing too much blood.

Police in Kien Giang said he had committed suicide.

Mr. Anh has participated in many protests since 2014 on various issues, including China’s violations in Vietnam’s sovereignty in the South China Sea, the environmental disasters caused by the illegal discharge of industrial waste by Formosa in the central coast, and most recently, two bills on Special Economic Zones and Cyber Security.

Since September 2017, police in Kien Giang havesummoned Anh many times for interrogation about his participation in peaceful demonstrations, however, he has denied their requests, said Buddhist follower Huynh Tan Tuyen from Ba Ria-Vung Tau province, with whom they had conversions in recent months.

Mr. Tuyen said they met each other on June 10 while security forces in Ho Chi Minh tried to detain them. Anh helped Tuyen and othersto escape thepolice, both previously having been beaten and dragged into a police car.

The days after the demonstration, both Tuyen and Anh were summoned by police in their localities, Tuyen said.

After Anh died, local authorities reportedly forced his family to burry him the next day, sending large numbers of police officers and plainclothes agents to Mr. Anh’s private residence in Minh Hoa Commune to block other activists to come to share sympathy to his family and gain information about his death.

Anh has been the second activist found dead after being interrogated by police since 2017. On May 2, police in Vinh Long province detained local Hoa Hao Buddhist follower Nguyen Huu Tan on allegation of “conducting anti-state propaganda” and on the next day, police informed his family that he had committed suicide during interrogation by using a letter opener of an interrogation officer.

Police brutality is systemic in Vietnam, according to a report of Human Rights Watch while the Ministry of Public Security admitted that 226 suspects and inmates died in police stations and detention facilities across the nation between October 2010 and September 2014.

The situation has not improved even after Vietnam ratified the UN Convention against Torture in November 2014 as dozens of people continue to die mysteriosly in custody. Human rights defender Nguyen Ngoc Nhu Quynh, Mother Mushroom,was imprisoned last year partly because she documented 31 cases of mysterious deaths in police custody.

Meanwhile, the right to asssembly is enshrined in the country’s 2013 Constitution, however, the communist government does not welcome spontanous gatherings, and usesviolent measures to suppress those demonstrations considered to challenge the ruling communist party’s power.

Source : Defend the Defenders

Lire aussi :

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration “à la une” : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

Vietnam : sur les réseaux sociaux, des images de manifestations violentes contre des Chinois [Le Monde]

[ndlr] Le journal Le Monde et d’autres médias français reviennent sur la situation préoccupante du Viêt-Nam. Résumé vidéographique des manifestations des 9 et 10 juin dernier.

Des centaines de manifestants ont défilé dans plusieurs villes du Vietnam, samedi 9 et dimanche 10 juin. A Hanoï, la capitale, la police a arrêté plus d’une douzaine de protestataires, dimanche. Toutes ces personnes protestaient contre un projet de loi créant des zones économiques spéciales pour les investissements étrangers afin de relancer l’économie dans trois provinces du pays. Dans ces endroits, les contraintes fiscales et administratives seraient moindres que dans le reste du Vietnam. Et selon les manifestants, les premiers bénéficiaires de ces zones ne seront pas les Vietnamiens mais plutôt les investisseurs chinois. Au printemps 2014, déjà, des manifestations contre la Chine s’étaient déroulées au Vietnam dans un contexte de tensions entre les deux pays au sujet des revendications chinoises sur la presque totalité de la mer de Chine méridionale. Le gouvernement vietnamien a décider de reporter le vote de ce projet de loi. Quelques jours plus tard, il a toutefois adopté une loi restreignant les libertés sur les réseaux sociaux et interdisant les appels aux rassemblements publics. (Source : YouTube)

Lire aussi sur la nouvelle loi contrôlant internet :

Viêt-Nam, Binh Thuân : après le réveil, la colère du peuple ?

[ndlr] La grande manifestation nationale du dimanche 10 juin 2018 s’est poursuivie le 11 juin dans un climat de violence dans la province de Binh Thuan. En particulier, à Phan Ri une explosion de colère a fait battre en retraite les forces de sécurité (CRS locaux) chargées  de la répression. Le siège de la Sécurité publique de la province de Binh Thuan a été incendié. Images et documentaires de VOA.

    Giáo sư Tạ Văn Tài: Biểu tình là ‘dấu hiệu cho nhà cầm quyền phải tỉnh ngộ

    Dân Bình Thuận cảnh báo ‘lại biểu tình’ nếu bị ‘truy bắt’

    Biểu tình ở Bình Thuận, chính quyền vỡ trận

    Biểu tình trên cả nước
    Image “à la une” © 2018 VOA

Viêt-Nam : le réveil de la rue

[ndlr] Au Viêt-Nam, le projet de création de trois zones économiques spéciales qui pourraient être cédées à la Chine pour une durée de 99 ans est en cours de discussion à l’Assemblée nationale. De nombreux experts économiques et spécialistes ont souligné les dangers potentiels d’un tel projet tant sur les plans économiques, sociaux que stratégiques pour la sécurité nationale. Le 6 juin un appel à manifester a été lancé sur les réseaux sociaux. Bilan provisoire.

Une grande manifestation nationale, pacifique, s’est déroulée le dimanche 10 juin dans les principales villes du Viêt-Nam. Hanoi, Saigon mais aussi Vinh, Danang, Nha Trang, Mytho… Des reportages vidéographiques sur le vif ont envahi la toile. Si Hanoi n’a rassemblé que quelques dizaines de manifestants rapidement réprimés, on observe une forte mobilisation à Saigon, Mytho, dans le diocèse de Vinh, dans la province de Nghê An et surtout à Nha Trang où des milliers de gens sont descendus sur le bord de mer.

Armés de leurs téléphones portables, les citoyens témoignent de la mobilisation tout en commentant les événements. Les images de la répression se diffusent sur la toile.

A l’étranger, à Paris le samedi 9 juin, aux États-Unis, à Washington, au Texas ou à Little Saigon de nombreux Vietnamiens ont également exprimé à la fois leur rejet du projet des zones économiques spéciales et de la dictature politique au Viêt-Nam. Le mouvement de protestation touche aussi les communautés vietnamiennes en Asie, au Japon ou à Taïwan.

Le Viêt-Nam n’avait pas connu une telle mobilisation transnationale depuis les manifestations anti-chinoises de 2014. Il y a quatre ans, ces manifestations concernaient la question de la Mer de Chine méridionale, “Mer de l’Est” pour les Vietnamiens. Aujourd’hui, la rue proteste comme l’implantation d’enclaves chinoises exclusives sur le territoire vietnamien. Ces trois zones économiques spéciales au nord, centre et sud, sont vues comme la démonstration d’une stratégie impérialiste “soft” de la République populaire de Chine au Viêt-Nam.

Il y a quatre ans, la protestation concernait la politique de fait accompli de la Chine sur l’espace maritime commun aux pays d’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, il s’agit d’un choix à prendre par le gouvernement vietnamien qui impacte la société dans son ensemble. Autrement dit, se joue aussi le degré d’allégeance de l’Etat-Parti vietnamien à son homologue chinois.

FG, MàJ 11/06/2018

 

Nha Trang

Saigon


Déploiement policier à Saigon / HCM-Ville

My Tho

Hanoi

Pour suivre l’ensemble de ces manifestations, reportage sur Dân Làm Báo : Việt Nam & Hải ngoại đồng lòng biểu tình chống Đặc Khu Bán Nước

Et pages spéciales sur la BBC (programme en vietnamien) :

Autres pages spéciales :

Công an đàn áp biểu tình phản đối luật Đặc khu và An ninh mạng, RFA, 10/06/2018.

Việt Nam : Biểu tình ở nhiều nơi phản đối dự luật 3 đặc khu, RFI, 10/06/2018.

Việt Nam biểu tình đồng loạt chống Luật Đặc Khu, VOA, 10/06/2018.

A suivre.