Archives par mot-clé : manifestations antichinoises

Kien Giang Farmer Who Participates in June 10 Demonstration Deadly Injured During Police Interrogation

[ndlr] La blogosphère vietnamienne s’interroge sur le décès d’un citoyen vietnamien à la suite d’un interrogatoire policier. Ce fermier de 35 ans avait participé à la manifestation du 10 juin 2018 à Hô Chi Minh-Ville.

Defend the Defenders, August 3, 2018

Hua Hoang Anh, a farmer in Vietnam’s southern province of Kien Giang, who participated in the mass demonstration on June 10, 2018, was found dead after having beeninterrogated by the local police, Defend the Defenders has learned.

According to local activists, Mr. Hoang Anh, 35, died in the afternoon of August 2 on the way from his private residence in Binh Loi Village, Minh Hoa commune, Chau Thanh district to a district hospital.

Citing his cousin, an activist said that four police officers came to his house to interrogate him about his activities. His wife went to make tea for them and when she returned she saw him collapsed with some injuries in his neck and belly. The police officers and she took him to a local hospital wherehe died, possibly due to losing too much blood.

Police in Kien Giang said he had committed suicide.

Mr. Anh has participated in many protests since 2014 on various issues, including China’s violations in Vietnam’s sovereignty in the South China Sea, the environmental disasters caused by the illegal discharge of industrial waste by Formosa in the central coast, and most recently, two bills on Special Economic Zones and Cyber Security.

Since September 2017, police in Kien Giang havesummoned Anh many times for interrogation about his participation in peaceful demonstrations, however, he has denied their requests, said Buddhist follower Huynh Tan Tuyen from Ba Ria-Vung Tau province, with whom they had conversions in recent months.

Mr. Tuyen said they met each other on June 10 while security forces in Ho Chi Minh tried to detain them. Anh helped Tuyen and othersto escape thepolice, both previously having been beaten and dragged into a police car.

The days after the demonstration, both Tuyen and Anh were summoned by police in their localities, Tuyen said.

After Anh died, local authorities reportedly forced his family to burry him the next day, sending large numbers of police officers and plainclothes agents to Mr. Anh’s private residence in Minh Hoa Commune to block other activists to come to share sympathy to his family and gain information about his death.

Anh has been the second activist found dead after being interrogated by police since 2017. On May 2, police in Vinh Long province detained local Hoa Hao Buddhist follower Nguyen Huu Tan on allegation of “conducting anti-state propaganda” and on the next day, police informed his family that he had committed suicide during interrogation by using a letter opener of an interrogation officer.

Police brutality is systemic in Vietnam, according to a report of Human Rights Watch while the Ministry of Public Security admitted that 226 suspects and inmates died in police stations and detention facilities across the nation between October 2010 and September 2014.

The situation has not improved even after Vietnam ratified the UN Convention against Torture in November 2014 as dozens of people continue to die mysteriosly in custody. Human rights defender Nguyen Ngoc Nhu Quynh, Mother Mushroom,was imprisoned last year partly because she documented 31 cases of mysterious deaths in police custody.

Meanwhile, the right to asssembly is enshrined in the country’s 2013 Constitution, however, the communist government does not welcome spontanous gatherings, and usesviolent measures to suppress those demonstrations considered to challenge the ruling communist party’s power.

Source : Defend the Defenders

Lire aussi :

Khai Nguyen : A democratic revolution has just begun in Vietnam [Asia Times]

[ndlr] Analyse de la situation vietnamienne par le journaliste Khai Nguyen. Pas d’indication de sources pour les données chiffrées.

Massive but orderly protests across the country hint at the beginning of the end of Communist Party rule

On June 7, a group of about 300 ordinary Vietnamese in Phan Ri Cua City of Binh Thuan province formed the first rally against a draft law on special economic zones (SEZ). They had trouble before with an ongoing Chinese thermal power plant investment project in their own province and were opposed to more such Chinese investments.

Two days later, tens of thousands of workers at Pouyuen footwear company in Tan Tao Industrial Park, Ho Chi Minh City, went on strike against the SEZ draft law.

The following day, on June 10, many demonstrations sprung up in other cities throughout the country, including the capital of Hanoi, Nghe An, Da Nang, Khanh Hoa, Dac Lac, Binh Duong, Dong Nai, My Tho, Vinh Long, Kien Giang, and Ho Chi Minh City.

[…]

The government now spends about 82.1% of the national budget to pay salaries to government officials, military, police, 205 public security generals and five million Party members. The remaining 17.9% is earmarked for development investments.

Lire la suite : Asia Times, 08/07/2018.

Illustration « à la une » : Vietnamese protesters shout slogans against a proposal to grant companies lengthy land leases during a demonstration in Ho Chi Minh City on June 10, 2018  © AFP/Kao Nguyen

Vietnam : sur les réseaux sociaux, des images de manifestations violentes contre des Chinois [Le Monde]

[ndlr] Le journal Le Monde et d’autres médias français reviennent sur la situation préoccupante du Viêt-Nam. Résumé vidéographique des manifestations des 9 et 10 juin dernier.

Des centaines de manifestants ont défilé dans plusieurs villes du Vietnam, samedi 9 et dimanche 10 juin. A Hanoï, la capitale, la police a arrêté plus d’une douzaine de protestataires, dimanche. Toutes ces personnes protestaient contre un projet de loi créant des zones économiques spéciales pour les investissements étrangers afin de relancer l’économie dans trois provinces du pays. Dans ces endroits, les contraintes fiscales et administratives seraient moindres que dans le reste du Vietnam. Et selon les manifestants, les premiers bénéficiaires de ces zones ne seront pas les Vietnamiens mais plutôt les investisseurs chinois. Au printemps 2014, déjà, des manifestations contre la Chine s’étaient déroulées au Vietnam dans un contexte de tensions entre les deux pays au sujet des revendications chinoises sur la presque totalité de la mer de Chine méridionale. Le gouvernement vietnamien a décider de reporter le vote de ce projet de loi. Quelques jours plus tard, il a toutefois adopté une loi restreignant les libertés sur les réseaux sociaux et interdisant les appels aux rassemblements publics. (Source : YouTube)

Lire aussi sur la nouvelle loi contrôlant internet :

Viêt-Nam, Binh Thuân : après le réveil, la colère du peuple ?

[ndlr] La grande manifestation nationale du dimanche 10 juin 2018 s’est poursuivie le 11 juin dans un climat de violence dans la province de Binh Thuan. En particulier, à Phan Ri une explosion de colère a fait battre en retraite les forces de sécurité (CRS locaux) chargées  de la répression. Le siège de la Sécurité publique de la province de Binh Thuan a été incendié. Images et documentaires de VOA.

    Giáo sư Tạ Văn Tài: Biểu tình là ‘dấu hiệu cho nhà cầm quyền phải tỉnh ngộ

    Dân Bình Thuận cảnh báo ‘lại biểu tình’ nếu bị ‘truy bắt’

    Biểu tình ở Bình Thuận, chính quyền vỡ trận

    Biểu tình trên cả nước
    Image « à la une » © 2018 VOA

Viêt-Nam : le réveil de la rue

[ndlr] Au Viêt-Nam, le projet de création de trois zones économiques spéciales qui pourraient être cédées à la Chine pour une durée de 99 ans est en cours de discussion à l’Assemblée nationale. De nombreux experts économiques et spécialistes ont souligné les dangers potentiels d’un tel projet tant sur les plans économiques, sociaux que stratégiques pour la sécurité nationale. Le 6 juin un appel à manifester a été lancé sur les réseaux sociaux. Bilan provisoire.

Une grande manifestation nationale, pacifique, s’est déroulée le dimanche 10 juin dans les principales villes du Viêt-Nam. Hanoi, Saigon mais aussi Vinh, Danang, Nha Trang, Mytho… Des reportages vidéographiques sur le vif ont envahi la toile. Si Hanoi n’a rassemblé que quelques dizaines de manifestants rapidement réprimés, on observe une forte mobilisation à Saigon, Mytho, dans le diocèse de Vinh, dans la province de Nghê An et surtout à Nha Trang où des milliers de gens sont descendus sur le bord de mer.

Armés de leurs téléphones portables, les citoyens témoignent de la mobilisation tout en commentant les événements. Les images de la répression se diffusent sur la toile.

A l’étranger, à Paris le samedi 9 juin, aux États-Unis, à Washington, au Texas ou à Little Saigon de nombreux Vietnamiens ont également exprimé à la fois leur rejet du projet des zones économiques spéciales et de la dictature politique au Viêt-Nam. Le mouvement de protestation touche aussi les communautés vietnamiennes en Asie, au Japon ou à Taïwan.

Le Viêt-Nam n’avait pas connu une telle mobilisation transnationale depuis les manifestations anti-chinoises de 2014. Il y a quatre ans, ces manifestations concernaient la question de la Mer de Chine méridionale, « Mer de l’Est » pour les Vietnamiens. Aujourd’hui, la rue proteste comme l’implantation d’enclaves chinoises exclusives sur le territoire vietnamien. Ces trois zones économiques spéciales au nord, centre et sud, sont vues comme la démonstration d’une stratégie impérialiste « soft » de la République populaire de Chine au Viêt-Nam.

Il y a quatre ans, la protestation concernait la politique de fait accompli de la Chine sur l’espace maritime commun aux pays d’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, il s’agit d’un choix à prendre par le gouvernement vietnamien qui impacte la société dans son ensemble. Autrement dit, se joue aussi le degré d’allégeance de l’Etat-Parti vietnamien à son homologue chinois.

FG, MàJ 11/06/2018

 

Nha Trang

Saigon


Déploiement policier à Saigon / HCM-Ville

My Tho

Hanoi

Pour suivre l’ensemble de ces manifestations, reportage sur Dân Làm Báo : Việt Nam & Hải ngoại đồng lòng biểu tình chống Đặc Khu Bán Nước

Et pages spéciales sur la BBC (programme en vietnamien) :

Autres pages spéciales :

Công an đàn áp biểu tình phản đối luật Đặc khu và An ninh mạng, RFA, 10/06/2018.

Việt Nam : Biểu tình ở nhiều nơi phản đối dự luật 3 đặc khu, RFI, 10/06/2018.

Việt Nam biểu tình đồng loạt chống Luật Đặc Khu, VOA, 10/06/2018.

A suivre.

Vietnamese see special economic zones as assault from China [SCMP]

[ndlr] La tension monte au Viêt-Nam au sujet du projet de trois zones économiques spéciales que l’opinion publique estime dédiées à la Chine. A lire sur le South China Morning Post. Article de Bennett Murray.

The South China Sea dispute, along with memories of the 1979 border war, run deep in the Vietnamese national psyche, making SEZs viscerally unpopular.

The Vietnamese government is confronting a rising tide of public anger as its parliament debates a controversial bill to create three new special economic zones (SEZs), raising fears of Chinese encroachment on Vietnamese soil.

Although Vietnam already has 18 SEZs, the new concerns largely stem from a provision that would allow 99-year leases in some cases within the three new zones in Quang Ninh and Khanh Hoa provinces, as well as on Phu Quoc Island. The bill does not explicitly mention any particular country but it is widely presumed China, Vietnam’s largest trading partner, would dominate investments in the SEZs.

Attempting to allay concerns, Prime Minister Nguyen Xhan Phuc announced on Thursday the government would adjust the 99-year time frame but did not elaborate.

Lire la suite : SCMP, 07/06/2018.

Voir aussi : Projet de « 3 zones économiques spéciales chinoises » au Viêt-Nam – Réactions

Image « à la une » : Manifestation anti-chinoise à Hanoi en 2014. La pancarte dit « La patrie avant tout » © DR

Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien

[ndlr] Note succincte sur l’apparition d’un nouveau mouvement politique unitaire.

Alors que la répression s’accentue sur les dissidents à l’intérieur du pays, une nouvelle organisation d’opposition au régime communiste de Hanoi a vu le jour en Californie. Dénommée Liên Hiệp Hội Đồng Quốc Dân Việt Nam ou « Conseil unifié du peuple vietnamien »1, elle a été fondée à l’initiative de deux dignitaires religieux : le Vénérable Minh Tuyên et Lê Phuoc Sang, président du Conseil exécutif de du Bouddhisme Hoa Hao.

Le vénérable Minh Tuyên, chef du comité d’organisation, en a précisé l’objectif :

« Le but du Conseil unifié du peuple du Viêt-Nam consiste d’abord à créer l’union, unifier le grand bloc national vietnamien. Dans un second temps, il s’agira de mettre tout en œuvre pour la lutte pour le salut national, de contribuer à la protection de la souveraineté nationale, sur terre et sur mer, et de contribuer à la construction d’un Viêt Nam libre, humaniste et prospère ».

De son côté, le Dr Lê Phuoc Sang, membre du comité d’organisation, a déclaré lors de la Déclaration officielle du 16 juillet :

« Après 42 ans d’exil, nous devons reconnaître que de nombreuses organisations ont été créées, mais le résultat n’est pas au rendez-vous, parce que nous ne combinons pas ensemble notre action. Nous avons besoin d’une force totale, non pas laisser telle association diriger telle autre association, de créer une harmonie, de travailler ensemble, établir la confiance dans le pays au service de nos ancêtres ».

La Déclaration politique lue le 16 juillet lors de la proclamation officielle du mouvement fait explicitement référence à la menace que représente l’expansionnisme chinois :

« Notre pays et notre peuple ont dû subir d’innombrables fois la domination étrangère, le cœur humain a été dévoyé, les gens ne se font plus confiance les uns les autres, de sorte que l’unification est très difficile à réaliser. Mais aujourd’hui, face au danger expansionniste de la Chine, si notre peuple ne réunit pas son esprit et son cœur et s’il n’endosse pas la responsabilité de sauver le pays et de le redresser, l’anéantissement ne pourra être évité ».

Brûle-parfum, bougeoirs, tablettes dorées, vases et fruits en cascade, un autel aux héros nationaux a été dressé dans le temple « Tổ Đình Minh Đăng Quang » à Santa Ana en Californie. Au centre de cet autel riche de symboles trône au centre le portrait de l’empereur Quang Trung (1753-1792), réunificateur du pays après une longue guerre civile. On distingue d’autres portraits : sur la gauche, ceux de Nguyen Trai (1380-1442), le lettré stratège du XVe siècle ; Phan Thanh Gian (1796-1867), l’ambassadeur suicidé en 1867 et Huynh Phu So (1919-1947), le fondateur du bouddhisme Hoa Hao ; sur la droite, le pape caodaiste Pham Cong Tac (1890-1959), le général Tran Hung Dao (1228-1300) et Phan Dinh Phung (1847-1895), le chef militaire du mouvement anticolonialiste « Aide au roi »… Plus bas sur la gauche, les portraits en grande partie cachés du général Duong Van Minh (1916-2001) et de Tran Van Huong (1902-1982)… deux anciens dirigeants de la défunte République du Viêt-Nam (1955-1975)2. Les oriflammes des fêtes traditionnelles, utilisés notamment pour le grand rassemblement populaire des Rois Hung, les ancêtres mythiques du Viêt-Nam, ornent l’autel de part et d’autre. Deux drapeaux figurent sur le côté droit : celui de la République du Viêt-Nam et celui du bouddhisme international adopté en 1950.

L’empereur Quang Trung (né Nguyễn Huệ), une des incarnations de la résistance anti-chinoise et de l’unification du territoire vietnamien © DR

Depuis plusieurs années, en particulier depuis les manifestations antichinoises de l’été 2011 et du printemps 20143, le sentiment nationaliste vietnamien se développe. La fondation de cette nouvelle organisation visant à unifier les forces de l’intérieur du pays à celles de l’extérieur participe de la consolidation d’un transnationalisme vietnamien d’opposition au régime autoritaire actuel. Si les actualités récentes liées à la pollution maritime démontraient l’implication des Catholiques en avant-poste de la contestation, c’est la première fois depuis les tensions avec la Chine que des dignitaires bouddhistes lancent un tel appel patriotique. Parviendront-ils à mobiliser les millions de bouddhistes que comptent le pays ?

La portée de cet appel risque somme toute d’être limitée compte-tenu de la surveillance policière qui s’est intensifiée ces dernières années notamment sur les réseaux sociaux4. La fondation de cette nouvelle organisation, avec ses références puisées dans la tradition historique et le nationalisme religieux, revêt plus un caractère symbolique.

FG, d’après Người Việt, 17/07/2017, MàJ 18/07/2017.

Annexe :

Profession de foi de l’organisation et invitation :

Source : Vien Dong Daily, 07/07/2017.

 

Pour en savoir plus :

Pour citer cet article / To cite this article: François Guillemot, "Fondation du Conseil unifié du peuple vietnamien," sur Mémoires d'Indochine, 18/07/2017. Lien : https://indomemoires.hypotheses.org/25393.

Notes

  1. Une organisation révolutionnaire intitulée de façon presque identique « Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân Việt Nam » et fondée aux Etats-Unis par des réfugiés politiques appelait en 1990 à renverser la pouvoir communiste. Voir sur Youtube « Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990 » Thành lập Hội Đồng Liên Hiệp Quốc Dân VN 1990, au départ du document vidéographique, l’organisation est présentée par le Dr Nguyen Ton Hoan, un des dirigeants du Dai Viêt Quôc Dân Dang (Parti national du Grand Viêt-Nam) décédé en 2001 []
  2. Le portrait caché par l’ancien drapeau national est sans doute celui de l’empereur Bao Dai, présent sur l’autel de la même pagode lors des commémorations du 30 avril 2017. Voir : Văn Lan/Người Việt, Tổ Đình Minh Đăng Quang tưởng niệm các anh hùng VNCH, Người Việt, 30/04/2017 []
  3. Voir notre article : L’urgence démocratique » – Le regard de la dissidence sur la crise sino-vietnamienne []
  4. Dans sa profession de foi (encadré ci-dessus), l’organisation donne RV le 30 septembre 2017 pour rendre publique sa structure et l’identité de ses membres ou organisations adhérentes à l’extérieur du pays comme à l’intérieur []