Archives par mot-clé : Malgaches

Kim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels. Impact of World War I on French Indochina – CR de lecture par Pierre Brocheux

Vu-Hill_CooliesIntoRebelsKim Loan Vu-Hill, Coolies into Rebels.  Impact of World War I on French Indochina, Paris, Les Indes savantes, 2011, 190 p., index, bibliographie, documents annexes.

Cette thèse revient sur la première guerre mondiale lorsque la France mobilisa les ressources matérielles et humaines de son empire colonial pour combattre l’Allemagne. Le gouvernement français fit venir en métropole des dizaines de milliers de travailleurs et de soldats recrutés dans les populations de ses colonies. L’arrivée des tirailleurs sénégalais, malgaches et nord africains est relativement bien connue, celle des travailleurs et tirailleurs indochinois (en grande majorité des Vietnamiens) l’est beaucoup moins. Certes, Mireille Lê Văn Hô avait soutenu en 1978 une thèse de l’École des Chartes restée inédite mais consultable à la BDIC (à Nanterre). Son auteure s’intéressait aux Indochinois comme « agents de la modernisation ». Kim Loan Vu-Hill se place dans une perspective différente et recherche ce qui a pu conduire ces hommes à devenir des rebelles à la domination coloniale, d’où le choix du titre : coolies into rebels.

D’abord ils furent moins nombreux (92 102 contre 211 359 Sénégalais et Malgaches et 267 000 Nord-Africains) et les tirailleurs ne bénéficièrent pas de la réputation guerrière des soldats africains. L’appellation lính th (traduite de façon littérale et donc erronée par soldats-ouvriers et non par soldats et ouvriers) entretint une confusion entre les travailleurs et les soldats : les premiers, la majorité, étant affectés aux arrières (usines, voies de communication et transports) à des tâches non combattantes, ainsi tous les Indochinois passèrent–ils pour incapables de supporter le feu en première ligne. Le livre présente suffisamment de documents qui font justice de cette opinion injustifiée. Rappelons qu’en 1922, le général Weygand écrivit un article où il faisait l’éloge des tirailleurs indochinois. Pour cette raison, on peut reprocher également (à l’auteur ou à l’éditeur ?) le titre de l’ouvrage : coolies (mot chinois qui désigne les hommes de peine) englobe les soldats mais aussi des travailleurs civils qui n’étaient pas des coolies (9 019 infirmiers, 5 339 employés de bureau, et des ouvriers spécialisés).

Du point de vue historiographique, l’ouvrage est novateur pour deux raisons. D’abord, l’auteure refuse la vulgate anti-colonialiste selon laquelle ces hommes furent enrôlés de force et transférés manu militari dans un milieu hostile où ils servirent de chair à canon pour la cause de ceux qui les opprimaient dans leur pays. Elle exploite tous les fonds d’archives disponibles sur ce sujet, en particulier le très riche SLOTFOM / Service de liaison des originaires des territoires français d’Outre-mer. Selon  l’auteure, la majorité des Indochinois qui partirent pour la France où les premiers contingents arrivèrent en 1915, était volontaire pour des raisons diverses : servir la « Mère Patrie » ou mourir pour elle ne fut certainement pas la principale. Ruraux pour la plupart, ils espéraient sortir de la pauvreté voire de la misère ; les jeunes étaient tentés par l’aventure dans un ailleurs mythique. Aucune motivation n’est à écarter mais il ressort des rapports de l’encadrement et des lettres interceptées par le Contrôle postal que ces hommes  attendaient que leurs sacrifices fussent récompensés autant par des gestes symboliques que matériels : octroi de la nationalité française, égalité de traitement, accès à des fonctions réservées et des grades élevés, promotions professionnelles grâce à la formation qu’ils avaient acquises pendant leur séjour en métropole, tout ce qui ferait qu’ils ne seraient plus traités comme des sujets de condition inférieure.

La thèse développée par l’auteure rend tout à fait plausible l’état d’esprit ou les sentiments attribué à ces hommes : elle est l’histoire d’une immense déception causée par le traitement qu’ils reçurent ou dont ils s’estimèrent victimes après la guerre et une fois qu’ils furent rapatriés dans leur pays. Ils ne furent pas victimes d’un marché de dupes parce qu’ il n’y eut pas de tromperie intentionnelle de la part des Français sur le sort qui leur échoirait lorsqu’ils retourneraient chez eux, il n’en resta pas moins qu’ils se sentirent frustrés.

Deux séries de facteurs déçurent leurs espoirs d’une vie meilleure. Le fait fondamental fut le maintien et le renforcement de la domination coloniale. Rien ne fut changé dans les rapports entre colonisateurs et colonisés, bien au contraire ; les retours de France qui avaient été traités en égaux dans les usines ou les tranchées et qui avait connu, pour un certain nombre d’entre eux, des moments heureux avec des femmes furent de nouveau assujettis à la hiérarchie raciale de la colonie. Or, le séjour en France fut également l’occasion de faire connaissance avec les théories socialistes, avec l’action syndicale des travailleurs : ils furent témoins des mutineries en 1917 et des grèves ouvrières (1915, 1917, 1918).

En outre, ils subirent  les effets de la conjoncture économique et financière qui suivit la fin de la guerre et qui  aggrava leur situation : la dépréciation du franc se répercuta sur les soldes, les  pécules, les pensions, la chute de valeur des rentes des souscriptions aux bons de la défense nationale. Parallèlement, les emplois pour lesquels ces travailleurs avaient reçu une formation en France ne furent pas créés localement en dépit d’importants investissements dans les travaux publics et dans l’économie des grandes plantations. Des frustrations au ressentiment, le cheminement fut plus ou moins rapide, ponctué par la grande crise économique des années 1930, accompagné par l’émergence d’une intelligentsia modernisatrice et porte-parole de revendications sociales et politiques, la diffusion des idéologies radicales comme le communisme, l’accentuation du mouvement anticolonialiste en métropole.

L’ouvrage de Kim Loan Vu-Hill démontre que la « Grande guerre » fut un tournant dans l’histoire du Viet Nam contemporain, elle fut quatre années initiatrices d’évolution sociétale, de maturation de la conscience collective et qui déterminèrent les transformations politiques ultérieures. De ce point de vue aussi la thèse est neuve parce que l’auteur se détache de l’historiographie nationale (nationaliste et communiste) qui fait partir le mouvement de résistance moderne des années 1930 (mutinerie de Yên Bay et soulèvement des campagnes du Nord Annam et de la Cochinchine).

S’il faut féliciter les Indes savantes pour l’édition de cette « histoire partagée », il est souhaitable que ce livre sérieusement documenté, très intéressant et qui comble une grosse lacune historiographique, soit traduit pour être accessible au public francophone. Reproduire la thèse rédigée en anglais est une solution de facilité que l’on ne peut que regretter.

Pierre Brocheux

Présentation de l’ouvrage sur le site des Indes savantes.

[parution] Défendre l’empire. Des conflits oubliés à l’oubli des combattants – Frédéric Garan (dir.)

Garan_Défendrel'Empire[ndlr] Vient de paraître aux éditions Vendémiaire dans la nouvelle collection Empires dirigée par Sophie Dulucq et Jean-François Klein. Présentation de l’éditeur.

La mémoire de l’histoire des anciens combattants « indigènes » s’arrête généralement avec la victoire sur le nazisme à l’image de ceux qui ont combattu jusqu’au bout pour libérer la France. Cette mémoire, très sélective, est entretenue par les pouvoirs politiques qui « oublient » qu’à la suite de la Seconde Guerre mondiale, ces soldats ont été appelés pour défendre l’Empire dans les conflits de décolonisation… Mobilisés par une France affaiblie pour des raisons militaires mais aussi économiques et politiques, ils ont participé à la répression de l’insurrection de Madagascar et sont intervenus massivement pendant la guerre d’Indochine.

Cet ouvrage retrace les parcours collectifs de ces « Sénégalais », Maghrébins, Malgaches et Réunionnais, auxquels répondent des portraits de combattants où se dessinent des destins poignants. Une mise en perspective qui nous amène au plus près de ces soldats, de leur engagement à leur présence sur le terrain, avant de se clore sur les luttes de ces anciens combattants pour la reconnaissance de leur pension – c’est-à-dire de leur participation à la défense de l’Empire.

Sommaire :

  • Introduction, pp. 5-15
  • Armelle Mabon : « Prisonniers de guerre malgaches durant la Seconde Guerre mondiale », pp. 17-31
  • Christophe Giudice : « Hédi Abdelkader, un tunisien de la France libre », pp. 33-39
  • Jean Fremigacci : « Bataillons marocains en campagne à Madagascar », pp. 41-96
  • Frédéric Garan : « Une brève histoire d’amour dans l’empire », pp. 97-101
  • Michel Bodin : « Les ‘Sénégalais’ de la guerre d’Indochine », pp. 103-135
  • Christophe Giudice : « Mohamed Hédi Guertili, de la Phalange africaine aux troupes coloniales », pp. 137-140
  • Pierre-Eric Fageol, « Réunionnais en Indochine », pp. 141-165
  • Michel Bodin : « Tunisiens en Indochine », pp. 167-189
  • Christophe Giudice : « Slimane Ayari ou les regrets d’une jeunesse perdue », pp. 191-193
  • Christophe Giudice : « Des Marocains ralliés au Vietminh », pp. 195-222
  • Frédéric Garan : « Le dernier combat des tirailleurs malgaches », pp. 223-256
  • Conclusion, pp. 257-261
  • Annexes dont Pierre-Eric Fageol : « Les Réunionnais morts en Extrême-Orient », pp. 267-281
  • Notes : pp. 283-312
  • Les auteurs : pp. 314-315

Frédéric Garan est maître de conférences à l’université de La Réunion, chercheur au CRESOI et directeur de publication de la revue Tsingy.

Source : Editions Vendémiaire