Archives par mot-clé : Loo Hui Phang

Cambodge: les enfants retrouvent la mémoire – par Jean-Marc Proust

[ndlr] Article de Jean-Marc Proust publié sur le magazine d’information Slate. L’auteur s’intéresse aux œuvres graphiques de trois auteurs d’origine asiatique Tian, Navy Soth et Loo Hui Phang, tous trois issus de familles marquées par le génocide des Khmers rouges.

 

Le procès des dirigeants khmers rouges a sans doute servi de déclencheur. Aux travaux d’historiens et récits de survivants succèdent aujourd’hui les œuvres d’enfants de rescapés du génocide cambodgien. Ils ont une trentaine d’années et transmettent, à leur tour, la mémoire du drame vécu par leurs familles.

17 avril 1975: les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh. Aussitôt s’instaure un des pires régimes communistes de l’histoire. Il se traduira par la mort d’au moins 1,7 million de personnes (1), soit près d’un quart de la population cambodgienne. Le régime des Khmers rouges est celui d’un communisme agraire radical.

«Dès leur prise du pouvoir, ils réorganisent complètement la société. Les citadins sont forcés de partir vers les campagnes. Ils sont considérés comme le Peuple nouveau ou les 17 avril, l’ennemi sali par les influences étrangères et à rééduquer entièrement. La monnaie est abolie. Les coopératives s’organisent autour des travaux et des champs mis en commun. Des objectifs précis de production sont fixés au plus haut niveau de l’État. Les cadences infernales ne tiennent pas compte de l’affaiblissement d’hommes et de femmes sous-alimentés. Les enfants deviennent les meilleurs outils du parti et doivent dénoncer les ‘’attitudes antirévolutionnaires’’ de leurs parents. Un nouveau vocabulaire balaie les mots, même les plus simples, comme manger, mari et femme, ou encore dormir.» (2)

Lire la suite : Slate. Publié le 25/07/2011.


1 – Entre 1.671 and 1.871 million de tués selon Ben Kiernan.

2 – La machine khmère rouge, Rithy Panh, Flammarion 2003.

 

Cliquez sur l’image pour la regarder en plus grand format.

Références :

  • L’Année du lièvre, Tian, Gallimard, tome 1 / 17 €
  • 100.000 journées de prières, Loo Hui Phang et Michaël Sterckeman, Futuropolis / 20 €
  • Larmes Interdites, Navy Soth et Sophie Ansel, Plon / 21 €.

Loo Hui Phang, auteure de « Cent mille journées de prières » – Roman graphique

[ndlr] Présentation du roman graphique de Loo Hui Phang (scénariste) et Michaël Sterckeman (illustrateur) publié chez Futuropolis au mois d’avril 2012. Loo Huy Phang est interviewée sur TV5 Monde le 9 juin 2012.

L’oiseau de Louis est mort. Mais il vit dans les rêves éveillés, les cauchemars ou les fantasmes de l’enfant. À la fois protecteur et guide, l’oiseau, devenu énorme et décharné, conduit Louis sur une terre de cendres, désolée et morbide. Il faut y voir, bien sûr, le lieu métaphorique du génocide cambodgien, cette terre ravagée par les Khmers rouges, qui déportèrent et assassinèrent 1,7 millions de personnes entre 1975 et 1979. L’oiseau apprendra à Louis que son père n’était pas un tueur, comme il le craignait, mais bien une victime de la folie meurtrière des Khmers rouges. Louis, peu à peu, avec l’aide de l’oiseau, esquisse le portrait jusqu’alors vide de son père, l’homme que sa mère aima, jusqu’à la douleur. (présentation Futuropolis)

Cent mille journées de prières (tome 2) – Par M. Sterckeman & L.H. Phang – Futuropolis

Conclusion de l’évocation du génocide perpétré par les Khmers Rouges, « Cent mille journées de prières » de Michaël Sterckeman & Loo Hui Phang ravive la mémoire d’un pays meurtri et de personnages blessés. Émouvant.

Le petit Louis, né de mère française et de père cambodgien, en sait peu sur son géniteur, disparu avant sa naissance. Alors l’esprit du gamin vagabonde, il imagine le pire à son sujet. Et si ce père inconnu était un tueur ? Dans une prise de conscience, formulée de manière métaphorique par une discussion avec un oiseau mort dans un champ de cendres, le jeune garçon recompose le portrait de son papa. Et comprend avec effroi qu’il fut la victime d’un génocide implacable opéré par le régime révolutionnaire des Khmers Rouges du Cambodge.

 

Un extrait de « Cent mille journées de prières » T2
© Sterckeman – Phang – Futuropolis

 

Réflexion sur la mémoire, « Cent mille journées de prières » met en évidence la difficulté d’accepter un passé historique tragique pour un pays. Le récit de Loo Hui Phang révèle comment ces événements pourtant proches (la révolution communiste commença en 1975) sont aujourd’hui gommés des manuels scolaires du Cambodge. Il fallait toute la finesse et la pudeur du dessin de Michaël Sterckeman pour rendre cette évocation des horreurs du génocide supportable.

Le résultat de cette collaboration entre les deux auteurs forme un diptyque émouvant, qui mêle histoire et onirisme.

Source : Actua BD, 6 juillet 2012