Archives par mot-clé : littérature vietnamienne

Martina Thucnhi Nguyen – On Our Own Strength: The Self-Reliant Literary Group and Cosmopolitan Nationalism in Late Colonial Vietnam

Une parution à ne pas manquer ! Présentation de l’éditeur (University of Hawaii Press).

On Our Own Strength examines the political activities of the most influential intellectual movement in interwar French-occupied Vietnam. The far-reaching work of the Self-Reliant Literary Group (Tự Lực Văn Đoàn) included applied design, urban reform, fashion, literature, journalism, and cartoons; its work was deeply political in both form and intent. The Group drew upon a wide range of global intellectual currents and practices to build an enlightened public that would one day serve as the basis of a modern Vietnamese nation. Its nationalist vision sought a nonviolent middle path between colonialism and anticolonial struggle, advocating a process of gradual decolonization that ultimately ended in Vietnamese autonomy. This form of cosmopolitan nationalism proved tremendously popular among ordinary Vietnamese and necessarily shaped local politics, influencing the political agenda of even rival groups such as the newly revived Indochinese Communist Party (ICP). On Our Own Strength shows how the Group’s vision shaped the ways ICP positioned itself and sought popular support in the years leading up to the August Revolution and beyond. In later years, the party attempted to erase the Group’s early influence on national politics, banning their writings and casting them as little more than bourgeois literary figures. In recovering the Group’s unique response to the world around them, this book bridges the areas of political, cultural, and intellectual history, drawing them together into a rich narrative of Vietnamese nation-building from the bottom-up within a larger global context​.

Martina Thucnhi Nguyen offers a powerful model for the field of Vietnamese studies as it continues to move beyond simplistic and political narratives of its most tumultuous period. Groundbreaking in perception, her book engages broadly with global history, European history, and imperial studies to explore colonialism’s hybrid cultural and political forms. She examines how the Self-Reliant Literary Group weighed in on everything from women’s fashion and public housing to the major political ideologies of the era, in a unique style that mixed French-inflected ideas with Vietnamese norms and forms. As a deep case study of important figures on the Vietnamese moderate left, On Our Own Strength provides an injection of color and nuance into a history that is often too monochromatic.

Source : https://uhpress.hawaii.edu/title/on-our-own-strength-the-self-reliant-literary-group-and-cosmopolitan-nationalism-in-late-colonial-vietnam/

Nhà văn Nguyễn Huy Thiệp qua đời, văn đàn Việt Nam ‘lòng buồn không tả nổi’

Annonce du décès du grand écrivain Nguyên Huy Thiêp décédé le 20 mars 2021 à l’âge de 72 ans.

Nhà văn Nguyễn Huy Thiệp qua đời, văn đàn Việt Nam ‘lòng buồn không tả nổi’

TTO – Theo tin từ anh Nguyễn Phan Khoa – con trai nhà văn Nguyễn Huy Thiệp – Nguyễn Huy Thiệp vừa qua đời lúc 16h45 hôm nay, ngày 20-3 tại nhà riêng sau một thời gian chống chọi với bệnh đột quỵ. Ông hưởng thọ 72 tuổi.

Lire la suite : https://tuoitre.vn/nha-van-nguyen-huy-thiep-qua-doi-van-dan-viet-nam-long-buon-khong-ta-noi-20210320171138752.htm


Voir aussi :

Vĩnh biệt nhà văn Nguyễn Huy Thiệp, một đời nghèo nhưng văn chương huy hoàng : https://tuoitre.vn/vinh-biet-nha-van-nguyen-huy-thiep-mot-doi-ngheo-nhung-van-chuong-huy-hoang-202103202002121.htm

Pourquoi Nguyễn Huy Thiệp ? (dossier)

Les Cahiers du Nem, revue culturelle en ligne, propose un dossier sur un grand écrivain vietnamien dont les plupart des œuvres ont été traduites et publiées en France.

En ce mois de septembre 2020, les Cahiers du Nem publient un dossier sur l’écrivain vietnamien Nguyễn Huy Thiệp, l’une des figures les plus emblématiques de la littérature au lendemain du Đổi Mới, l’ouverture économique lancée en 1986.

Pourquoi Thiệp ?

Son œuvre est publiée presque intégralement aux éditions de l’Aube, mais hors des milieux universitaires intéressés par le Viêt Nam et de la diaspora, elle demeure relativement peu lue. Nous sommes pour notre part convaincus qu’il est un grand écrivain qui gagnerait à être davantage connu en France et dans le monde. Ses nouvelles ont pour décor le Viêt Nam, bien sûr. Mais sans doute la finesse de celles-ci et les conclusions que l’auteur leur apporte, jamais définitives du point de vue moral, nous renseignent-elles sur la complexité de l’humanité toute entière.

Lire la suite : Louis Raymond, Pourquoi Nguyên Huy Thiêp, 11/09/2020.

Articles du dossier :

Illustration « à la une » : l’écrivain Nguyên Huy Thiêp, photo de Marcelino Truong

Phan Huy Đường (1945-2019) – écrivain, penseur et traducteur

Un des plus importants traducteurs de la littérature contemporaine vietnamienne s’est éteint à Paris le 4 octobre 2019 à l’âge de 74 ans. Né à Hanoi en 1945, il travaillait en France depuis 1963.

Responsable de la collection « Vietnam » chez Philippe Picquier, Phan Huy Duong a transmis à une génération de lecteurs férus de littérature vietnamienne les principaux grands titres de la littérature du Renouveau. Il était aussi un écrivain penseur auteur du recueil de nouvelles Un amour métèque en 1994 chez L’Harmattan, d’un essai philosophique Penser librement (Éditions Chronique Sociale, 2000) et de plusieurs essais en langue vietnamienne publiés aux États-Unis ou au Viêt-Nam.

Liste des romans et nouvelles vietnamiens traduits par Phan Huy Duong aux éditions des Femmes et chez Philippe Picquier pendant une quinzaine d’années (d’après la liste établie par Nguyễn Tùng) :

Phạm Thị Hoài, La messagère de cristal (Thiên sứ), Paris, Éditions des Femmes, 1990.

Dương Thu Hương, Les paradis aveugles (Những thiên đường mù, tiểu thuyết), Paris, Éditions des Femmes, 1991.

Dương Thu Hương, Roman sans titre (Tiểu thuyết vô đề, tiểu thuyết), Paris, Éditions d-es Femmes, 1992.

[Recueil de nouvelles, 15 auteurs] Terre des éphémères (Đảo của những người ngụ cư, tập truyện ngắn, 15 tác giả), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1994.

Bảo Ninh, Le chagrin de la guerre (Nỗi buồn chiến tranh, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1994.

[Recueil de nouvelles, 11 auteurs] En traversant le fleuve (Qua sông, tập truyện ngắn, 11 tác giả), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1996.

Dương Thu Hương, Au-delà des illusions (Bên kia bờ ảo vọng, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1996.

Khánh Trường, Est-ce que tu m’aimes ? (Có yêu anh không ?, tập truyện ngắn), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1997. Traduit avec Sean James Rose.

Bùi Minh Quốc, En un instant, une vie (Một lúc, một đời), nouvelles, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1997.

Trần Vũ, Sous une pluie d’épines (Mùa mưa gai sắc, tập truyện ngắn), Paris, Flammarion, 1998.

Dương Thu Hương, Myosotis (Lưu ly, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 1998.

Nhật Tuấn, Retour à la jungle (Đi về nơi hoang dã, tiểu thuyết), Arles, Éditions Philippe Picquier, 2002. Traduit avec Đặng Trần Phương.

Dương Thu Hương, Terre des oublis (Chốn vắng, tiểu thuyết), Paris, Sabine Wespeiser, 2006. Grand prix des lectrices de Elle 2007.

Sur le site Dien Dan – Forum ses amis lui rendent hommage :

FG, 21/10/2019. MàJ 22/10/2019.

Voir aussi notre article sur un sujet connexe : Les trois vagues de la littérature vietnamienne contemporaine traduite en français (27/09/2017)

NGUYÊN BINH PHUONG, HANOI TOUT AUTOUR DE L’ÉTHER

Chronique littéraire de Arnaud Vaulerin sur le roman de Nguyen Binh Phuong, Un autre ciel, traduit par Emmanuel Poisson aux éditions Riveneuve. A lire sur le site de Libération.

L’écrivain et colonel publie un roman aérien sur une jeune femme partagée entre deux amours.

Voilà un colonel. Un vrai. Et un écrivain, pas moins vrai. Les deux ne font qu’un. Un auteur curieux pour un roman qui s’échappe étrangement du réel. Sans le dire et presque sans l’écrire. Dans Un autre ciel, Nguyên Binh Phuong raconte l’histoire d’une jeune femme de 26 ans, de Hanoi, qui porte en elle la «complexité de la ville et, parfois, inévitables, les moments de rêve et d’illusion de [son] passé d’étudiante». A première vue, histoire simple, banal récit d’apprentissage d’une invisible dans une métropole d’Asie en ébullition. Puis, d’abord imperceptible, la dérive démarre vers des paysages aux horizons nébuleux et aériens. Cet Autre ciel devient le réceptacle de solitudes urbaines et l’écho des incertitudes humaines. A coups d’éclats visuels, de cristallisations poétiques, de condensés existentiels. La jeune fille tient sa «voix du ciel, sa peau du ciel, ses yeux du ciel. […] Tu n’as pas de nostalgie en ce moment, malgré le vent au sommet des arbres». Le roman se dérobe en voulant se raconter. «C’est très difficile de faire des résumés de mes ouvrages, dit Nguyên Binh Phuong en tentant de définir Un autre cielCe sont les états d’âme d’une jeune fille qui vit à Hanoi et doit faire face à des changements dans sa vie.» Il sourit de cette surprise, de cette impossibilité à pleinement saisir son deuxième roman traduit en France. Ce n’est pas un calcul. «Les idées, les images viennent comme ça, seules. Je réfléchis. Elles sont dans ma tête, elles jaillissent de façon naturelle sans que je fasse de plan, sans que je me l’explique. Je m’assois et j’écris, c’est tout.»

Lire la suite : Libération, 15/02/2019.

Doan Cam Thi : « Un moi sans masque ». L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945)

[ndlr] Parution d’une étude littéraire sur une catégorie d’œuvres encore peu interrogée au Vietnam. Voici quelques éléments d’introduction, publiés avec l’autorisation de l’auteure que nous remercions.

« Un moi sans masque ». L’Autobiographie au Vietnam (1887-1945)

Doan Cam Thi

Introduction (Extraits)

Longtemps, pour l’opinion publique comme les sciences sociales et humaines, l’Occident moderne aurait été la matrice de l’individu. Nombre de travaux récents sur les aires dites « extra-occidentales » ont heureusement bousculé les oppositions simplistes : individualisme/holisme, modernité/tradition, Occident/Orient, entre autres.

(…)

Dans cette veine, le présent essai interroge la période qui s’étend de 1887 – date de la parution du premier roman vietnamien du « je », Truyện thầy Lazaro Phiền [L’Histoire de Lazaro Phiền] de Nguyễn Trọng Quản – aux années 1925-1945, marquées par trois autobiographies fondatrices. Si dans Giấc mộng lớn [Le Grand rêve] (1928) Tản Đà retrace son parcours singulier, de sa formation mandarinale à son accès au statut d’écrivain moderne tout en revendiquant l’empreinte de Zhuangzi et de son fameux rêve de papillon, Những ngày thơ ấu [Jours d’enfance] (1938) et Cỏ dại [Herbes folles] (1944) sont, quant à eux, l’œuvre de Nguyên Hồng et de Tô Hoài, issus de l’école franco-indigène, lecteurs passionnés de Rousseau, Freud, Gide, Marx, Trotski, et futurs révolutionnaires. Alors que Nguyên Hồng de Jours d’enfance puise dans la psychanalyse une approche originale pour explorer son passé à travers son amour sensuel et fantasmatiquement incestueux pour sa mère, Tô Hoài d’Herbes folles cherche dans sa fascination d’enfant pour la photographie et l’imagerie industrielle, les premiers signes de son goût pour la représentation du réel.

(…)

Par-delà leur différence, les trois autobiographies d’écrivains présentent le même parcours de jeunes hommes qui, privés de père et de repère dans une société coloniale aux profonds clivages, tentent par la littérature de panser des blessures aussi intimes que politiques (…). Elles sont par ailleurs animées par la même audace, qui réside moins dans le fait que le moi soit réel – la tradition vietnamienne, nous l’avons dit, n’ignore pas l’écriture personnelle – que dans la façon dont leurs auteurs font de leur vie l’unique objet de leur livre, s’exposent au public et font éclater les non-dits. En revisitant leur passé afin de rechercher et d’interpréter les éléments qui auraient formé leur personnalité, ils essaient de bâtir une nouvelle vision du sujet.

En effet, si chaque œuvre, même la plus banale, est sans équivoque l’expression personnelle d’un auteur, la naissance de l’autobiographie est révélatrice d’une mutation plus profonde, aussi bien sociale qu’historique, puisqu’elle incarne un nouveau regard sur l’individu et sur le monde. Dans quelles conditions est-elle apparue au Vietnam ? Procède-t-elle de la colonisation ou s’inscrit-elle, au contraire, dans la permanence d’une longue tradition de l’écriture de soi que la crise idéologique et l’effervescence intellectuelle provoquées par la violente rencontre avec l’Occident contribuent à faire épanouir ? Sans doute ne peut-il y avoir de réponse simple à ces questions ; une tentative d’interprétation permettra néanmoins de nourrir le débat sur le rapport du littéraire aux concepts de sujet, de personne et d’individu.

(…)

Notre travail qui est exclusivement consacré aux autobiographies d’écrivains, n’oublie jamais que leur beauté réside également dans leur force poétique et que c’est de cette dernière qu’il faut rendre compte pour tenter de fixer les spécificités du genre. Car pour un critique littéraire, il s’agit moins de vérifier l’authenticité des faits évoqués que de voir comment l’auteur y trouve un moyen pour se connaître, voire s’inventer et se réinventer, ce d’autant que les trois auteurs sont des génies de l’écriture de soi. En effet, hantés par leur passé, en perpétuelle quête d’une unité de leur vie, Tản Đà, Nguyên Hồng et Tô Hoài, ont les uns comme les autres consacré, tout au long de leur carrière, au moins cinq volumes à leurs souvenirs et mémoires. En quoi consiste chez chacun de ces auteurs la manière singulière de parler de soi ? De quelle façon leur démarche a-t-elle contribué à construire un véritable genre littéraire en renouvelant les modèles classiques de l’écriture personnelle ? Comment chacune des trois œuvres est-elle à la fois une écriture strictement autobiographique et une forme originale, revue, matériellement enrichie par le contenu proprement vietnamien ?

Réf. Doan Cam Thi, « Un moi sans masque ». L’autobiographie au Vietnam (1887-1945), Paris, Riveneuve, coll. « Littérature vietnamienne contemporaine », 2019, 236 p.

Lien vers la page de l’éditeur : Riveneuve

Words Without Borders : « The weight of history : Writing from Vietnam »

[ndlr] Annonce d’un numéro spécial consacré à la littérature vietnamienne. Nous remercions Hélène Blanchard (CASE) pour nous avoir transmis cette information.

Présentation
This month we bring you writing from Vietnam. The prose writers and poets here explore and depict lives shaped by the country’s fraught politics as well as by their own personal histories. Poet and literary critic Nhã Thuyên escorts us through the poetic underground. In two wildly contrasting portraits of marriage, Bùi Ngọc Tấn pens a gentle ode to lifelong love, and Trần Dần observes a household torn apart by infidelity and political betrayal. Trần Thị NgH’s wry divorcée looks back at her checkered romantic past, while Dương Nghiễm Mậu unfurls a hallucinatory reunion. Poets P.K., Pháp Hoan, and Nguyễn Hoàng Quyên suggest the vitality of the poetic scene in Vietnam today. Guest editors Nhã Thuyên and Kaitlin Rees contribute an illuminating introduction. 
Elsewhere we present writing on mourning and remembrance.

A lire sur : https://www.wordswithoutborders.org/issue/november-2018-vietnam