Archives par mot-clé : lieu de mémoire

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées” (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image “à la une” : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR

Sébastien Ledoux : Le devoir de mémoire – une formule et son histoire [parution]

[ndlr] Présentation de l’éditeur.

Ledoux_LeDevoirDeMémoireD’où vient l’expression « devoir de mémoire » ? Comment s’est-elle imposée dans notre langage courant ? À partir de nombreux entretiens, d’archives inédites et de sources numériques massives, Sébastien Ledoux retrace la trajectoire de cette formule qui éclaire la relation souvent douloureuse que la France entretient avec son histoire récente. Forgé à l’orée des années 1970, le terme investit le débat public dans les années 1990, accompagnant le « syndrome de Vichy » et la réévaluation du rôle de la France dans la mise en œuvre de la Solution finale, avant d’être repris pour évoquer les non-dits de la mémoire coloniale. Doté d’une forte charge émotive, il traverse les débats sur la recomposition du récit national, la place du témoin, le rôle de l’historien, la patrimonialisation du passé ou la reconnaissance des victimes, qui traduisent un tournant majeur et accouchent de nouvelles questions dont l’actualité est toujours brûlante. Ce sont les mutations de la société française des cinquante dernières années qui sont ici analysées par le biais de ses nouveaux rapports au passé que le « devoir de mémoire » est venu cristalliser.

Préface de Pascal Ory

Enseignant à Sciences Po Paris et chercheur en histoire contemporaine à Paris 1 (Centre d’histoire sociale du xxe siècle), Sébastien Ledoux a consacré sa thèse à l’histoire du « devoir de mémoire » pour laquelle il a obtenu en 2015 le Prix de la recherche de l’INA.

Source : CNRS éditions

  • Sébastien Ledoux était l’invité de Jean Lebrun sur France Inter pour l’émission “La marche de l’histoire”, jeudi 21 janvier 2016.

Colloque international franco-khmer “Mémoire des lieux – lieux de mémoire et création : architecture, ville, territoire” [4-5/12/2015]

[ndlr] Annonce d’un important colloque international au Cambodge.

Center of Khmer Studies (CKS) Vat Damnak – Siem Reap –

4 et 5 décembre 2015

Colloque international Franco-Khmer

“Mémoire des lieux :

lieux de mémoire et création : architecture, ville, territoire”

AfficheColloqueFrancoKhmer_2015

Organisateur : Center for Khmer Studies, Royal University of Fine-Arts of Phnom Penh, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, Research Unit UMR AUSser of the French National Center of Scientific Research, Architectural and Urban Research Network “Métropoles d’Asie Pacifique”.

Accédez au programme en anglais : programme-en-anglais

Programme :

Vendredi 4 Décembre 2015

Accueil

Bienvenue et présentation de la journée : Krisna Uk, directrice du Center of Khmer Studies, Chandevy Men-Sisowath, Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh, Nathalie Lancret, Directrice de recherche CNRS, directrice de l’UMR AUSser

Aménagement des lieux de mémoire
modérateur: Pierre Clément

  • Philippe Prost, Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville et président de son conseil d’administration, chercheur UMR AUSser
    « Anneau de la mémoire » : pas de création sans mémoire

Pause

  • Serge Remy, consultant, chef d’étude pour la revalorisation patrimoniale du centre de conférence Chaktomuk à Phnom Penh (Agence française de Développement)
    Patrimoine de l’inhumanité : de la douleur à la reconnaissance
  • Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh
    Enjeux de la valorisation des lieux de mémoire au Cambodge

Discussion

Déjeuner

Patrimoine urbain et projets
modérateur: Nathalie Lancret

  • Pierre Clément, Professeur honoraire de l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur associé UMR AUSser
    Patrimoine et création, les leçons des villes d’Asie du Sud-Est
  • Pornthum Timtimol, Architecte paysagiste, département de Beaux-Arts du Ministère de la Culture (Thaïlande)
    Permanences urbaines et paysagères dans l’urbanisation de Rattanakosin (Bangkok)
  • Vipakorn Thumwimol, Architecte paysagiste, présidente de l’association thaïlandaise des architectes paysagistes (Thai Association of Landscape Architects)
    La mémoire des lieux dans les projets de paysage en Thaïlande
  • Natacha Pakker, Ecole de Chaillot
    Une approche de traitement des lieux de mémoires à travers les différents ateliers et projets en Asie de Sud Est et ailleurs (Europe de l’est, Maghreb)

Pause

Conclusion

table ronde animée par François Brouat, directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, avec :

  • Bruno Favel, chef du département des affaires européennes et internationales, direction générale des patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication
  • Ros Borath, Président du comité national pour le patrimoine mondial, Directeur général adjoint des monuments et de l’archéologie du site d’Angkor
  • Chandevy Men-Sisowath, Directrice du centre du patrimoine du Cambodge, vice-rectrice de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh

Samedi 5 Décembre 2015

Accueil

  • François Brouat, Directeur de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville –  ENSA Paris-Belleville
    Une coopération internationale au long cours. Un réseau pluridisciplinaire pour la recherche et l’enseignement
  • Cyril Ros, enseignant à l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur associé UMR AUSser
    Point de vue sur l’enseignement du projet architectural et urbain en Asie du Sud-Est
  • Aline Hétreau-Pottier, membre de l’équipe Asie de l’ENSA de Paris-Belleville
    Le relevé d’architecture et les enquêtes ethnographiques
  • Cyril Ros, Serge Rémy et Nathalie Lancret
    Présentation du projet sur la station balnéaire de Kep et son territoire
  • Virginie Picon-Lefebvre, Professeur à l’ENSA de Paris-Belleville, chercheur UMR AUSser
    La narration touristique et la fabrique des territoires

Pause

Présentation des étudiants

Exposition et buffet

Source : AUSSER

Vietnam’s Boat People Mark Anniversary With Return to Refugee Camps [RFA]

[ndlr] A lire sur le site de Radio Free Asia. Retour commémoratif à Poulo Bidong et sur les anciens lieux de mémoire (camps et cimetières) des boat people vietnamiens.

A group of former “boat people” who fled persecution by the communist government in Hanoi  at the end of the Vietnam War in 1975 recently toured resettlement camps in Southeast Asia to mark their journey to sanctuary 40 years earlier, and to honor those who were not so lucky.

The group set off from Australia on Aug. 20 as part of a “Back to Freedom” boat tour organized by the Archive of Vietnamese Boat People to sites in Malaysia, Indonesia, the Philippines and Thailand—four key destinations for refugees seeking asylum after the conflict.

During a stop on Malaysia’s Bidong island, members of the group shared stories as a bus drove them to the former site of one of the largest refugee camps to house boat people in Southeast Asia before they were resettled to Western countries.

An island of less than one square mile (260 hectares) in area, Bidong was designated the principal refugee camp in Malaysia in August 1978 and prepped to receive some 4,500 asylum seekers, but by June the following year had a population of more than 40,000.

Conditions in the camp were cramped and unsanitary, while food and water had to be imported from the mainland by barge, and many refugees were forced to wait years on the island before being resettled.

But despite the grim state of the island camp, nearly 800,000 boat people fled Vietnam between the end of the war and the late 1990s to Malaysia and other regional countries, with as many as 400,000 perishing in the attempt, according to estimates by the United Nations High Commission for Refugees.

Lire la suite : RFA, 04/09/2015. Reported by RFA’s Vietnamese Service. Translated by KaLynh Ngo. Written in English by Joshua Lipes.

Image “à la une” : Boat People / Wikipédia

* * *

Mémoire sculptée de la guerre : une modernité possible ? Rouen – 5 juin 2015

[ndlr] Annonce d’une belle journée d’études à l’Université de Rouen.

Journée d’études organisée par Claire Maingon et Sandra Dubbeld

Le 5 juin 2015, à l’Auditorium du Musée des Beaux-arts de Rouen.

Cette journée d’étude organisée par l’Université de Rouen propose de resituer un choix de monuments commémoratifs (projets ou réalisations) par rapport aux problématiques de la commande publique, de l’académisme et de la modernité. Il s’agit bien ici d’interroger la possibilité d’être innovant, créatif, personnel, dans l’exercice très contraint de la commande publique. En adoptant une esthétique moderne, par exemple abstraite, mettrait-on en danger la fonction du monument ? La question que pose cette journée d’étude est celle du rapport dialectique entre le sens et la forme du monument commémoratif de la guerre, ces monuments de mémoire.

JE_MémoireSculptée_5juin2015

Intervenants :

  • 10h : Accueil, en présence de Sylvain Amic, directeur des musées de Rouen
  • 10h20 : Introduction : Claire Maingon (Maître de conférence en histoire de l’art contemporain, Université de Rouen) et Rémi Dalisson (Professeur d’Histoire, Université de Rouen)
  • 10h30-11h : Nicolas Coutant (Directeur du musée d’Elbeuf) : “Les monuments aux morts de 1870 en Haute-Normandie”
  • 11h-11h30 : Claire Garcia (docteur en histoire de l’art) : “Vers une réinvention de la commémoration. Conventions formelles et libertés plastiques : un dialogue impossible ?”
  • 11h30-12h : Christine d’Abboville (historienne de l’art) : “Les monuments de la grande guerre : mécanismes de la souscription et de la commande publique, choix idéologiques”
  • Discussion

12h30-14h : déjeuner

  • 14h15 – 14h45 : Alice Margotton (doctorante en histoire de l’art, Montpellier) : ” La modernité dans les monuments aux morts, le cas d’Ille-sur-tet par Raymond Sudre”
  • 14h45- 15h15 : Matthieu Chambrion (conservateur du patrimoine à la direction de l’inventaire du patrimoine de la région Centre) :  “Remplacer les bronzes fondus sous l’Occupation en région Centre : une renaissance de la statuaire publique ?”
  • 15h15-15h45 : Sebastien Gokalp (Conservateur du patrimoine, Musée d’art moderne de la Ville de Paris) : “La Victoire chez Lucio Fontana”
  • Discussion

Téléchargez le programme en PDF

Source : GRHis / Université de Rouen EA 3831

Séradin, Nicolas : Les anciens prisonniers français de la guerre d’Indochine face à leur passé : stratégies mémorielles et écriture de l’histoire [Thèse]

Thèse_Séradin_AnciensPrisonniersFrançais_GuerreIndochine[ndlr] Annonce de la mise en ligne de la thèse de Nicolas Séradin, soutenue le 15 janvier 2015 à Rennes.

 

Résumé :

Le 13 février 1991, un colloque sur « l’actualité vietnamienne » est organisé au Sénat. Lorsque Georges Boudarel, universitaire à Paris VII et spécialiste du Viêtnam, prend la parole, il est immédiatement interrompu par Jean-Jacques Beucler, ancien secrétaire d’état aux anciens combattants et ancien prisonnier français de la guerre d’Indochine. Ce dernier entend le confondre pour son rôle de commissaire politique dans les camps du Viêt-minh. C’est le début de l’affaire Boudarel qui va opposer durant de longs mois les anciens prisonniers à Georges Boudarel devenu l’incarnation de l’idéologie communiste. Derrière la dimension politique de l’affaire se cachent les souffrances d’une communauté d’anciens combattants de la guerre d’Indochine en mal de reconnaissance. Cette situation a contraint ce groupe mémoriel à s’organiser, à établir des stratégies pour parvenir à une reconnaissance dans l’opinion publique. Cette mémoire « souterraine » va se confronter à l’histoire dans une zone de tension mémorielle, chacune se nourrissant de l’autre. La sociologie pragmatique par son approche du suivi des acteurs nous a permis d’observer l’évolution de cet espace et la manière dont les acteurs-témoins se l’approprient.Dans leurs stratégies, les acteurs témoins ont perçu les avantages qu’ils pourraient tirer de l’utilisation de l’Internet. Cet usage permet une visibilité que n’offraient pas les médias traditionnels. Cette nouvelle donne risque toutefois d’avoir des répercussions sur la discipline historique, notamment en ce qui concerne la prise en compte des traces que génèrent les acteurs-témoins et leur pérennisation. Il apparaît que l’écriture de l’histoire des différents événements contemporains pourrait s’en trouver modifiée.

Réf. : Séradin, Nicolas, Les anciens prisonniers français de la guerre d’Indochine face à leur passé : stratégies mémorielles et écriture de l’histoire, Thèse de doctorat sous la direction de Luc Capdevila, Université Rennes 2, Histoire contemporaine, 2015.

Doan Bui : Diên Biên Phu, 60 ans après – les fantômes du Vietnam, ma famille et moi

[ndlr] Signalement d’un article de Doan Bui très intéressant pour la thématique des Mémoires d’Indochine à lire sur le site du Nouvel Observateur (chronique Temps réel). Grande et petite histoire croisées, poids du passé.

Le 7 mai 1954, la chute du camp français mettait fin à la guerre d’Indochine. Doan Bui est retournée sur ces lieux qui continuent de hanter la société vietnamienne. A commencer par sa propre famille.

Des vétérans de Diên Biên Phu allument de l'encens en mémoire des morts de la bataille de 1954 © Alfred/Sipa.
Des vétérans de Diên Biên Phu allument de l’encens en mémoire des morts de la bataille de 1954 © Alfred/Sipa.

Lire l’article : Nouvel Observateur, 11/05/2014.