Archives par mot-clé : Lida Chan

Les Noces rouges (Red Wedding) du Kampuchéa Démocratique

NocesRouges[ndlr] A l’occasion de la journée de lutte pour les droits des femmes, le film Noces Rouges de Lida Chan et Guillaume Suon révèle un aspect peu connu du régime totalitaire des Khmers rouges : le sort des centaines de milliers de femmes mariées de force par les cadres du Kampuchéa Démocratique pour créer une “nouvelle génération de révolutionnaires pure et dure”. Le film est porté par la courageuse et charismatique Sochan Pen, une survivante, bien décidée à faire connaître le destin tragique de ces femmes au Tribunal international de Phnom Penh.

Nous invitons les lecteurs à visiter cette sélection d’articles et d’entretiens avec les deux documentaristes de ce film récompensé en décembre 2012 au festival international du documentaire d’Amsterdam.

Au Cambodge sous Pol Pot, la mariée était en rouge

Sous le régime des khmers rouges, des milliers de Cambodgiens ont été victimes de mariages forcés. Sujet tabou il y a peu, la parole se libère. Un témoignage rare projeté au Festival international des films sur les droits humains à Genève, dont Rue89 est partenaire.

Entre 1975 et 1979, près de 250000 couples cambodgiens ont ainsi été mariés de force. Trente ans plus tard, c’est toujours l’une des violations des libertés restées les plus secrètes du régime khmer rouge.

Mais les plaintes commencent à s’accumuler devant le Tribunal international, chargé à Phnom Penh de juger les anciens responsables khmers rouges.

Rencontre avec Lida Chan, co-réalisatrice avec Guillaume Suon du documentaire « Noces rouges ».

Lire la suite : Rue 89, 08/03/2013 (par Sandra Titi-Fontaine).

« Noces rouges », entretien avec Guillaume Suon

C’est une autre belle découverte qu’avait faite Le Blog documentaire à l’IDFA 2012 d’Amsterdam. « Noces rouges » (« Red Wedding », en anglais) est un documentaire remarquable sur les mariages forcés par les Khmers rouges au Cambodge entre 1974 et 1979, à travers le portrait de Sochan qui décide de porter plainte 30 ans après les faits. Le film est produit par Rithy Panh et Bophana.

Nous avions rencontré le réalisateur franco-cambodgien Guillaume Suon à Amsterdam, co-auteur du documentaire avec Lida Chan. Le film, qui avait été récompensé du prix du meilleur moyen-métrage à l’IDFA, est actuellement en compétition au FIFDH de Genève, qui se déroule du 1er au 10 mars 2013.

« C’est l’histoire d’une femme qui s’achemine vers sa dignité »

Le Blog documentaire : Comment avez-vous rencontré le personnage principal de votre documentaire ?

Guillaume Suon : Sochan est une paysanne cambodgienne qui a été victime de mariage forcé sous les Khmères rouges. Nous l’avons rencontrée par l’intermédiaire du tribunal qui est en train de juger les anciens cadres des Khmères rouges à Phnom Penh. En 2010, une procédure qui visait à condamner les mariages jugés comme crimes contre l’humanité a été ouverte. Sochan s’est portée partie civile au tribunal. Pour moi, c’est un personnage qui représente toutes les autres victimes : celles qui sont mortes (il y en a des centaines de milliers), celles qui sont encore en vie et qui se sont portées parties civiles (il y en a un peu plus d’un millier) et les autres qui restent silencieuses.

Lire la suite : Le Blog Documentaire, 04/03/2013. Propos recueillis par Mariona Vivar.

RedWedding

Récompense internationale pour un documentaire sur les mariages forcés pratiqués par le régime Khmer rouge

Réalisé par deux jeunes réalisateurs cambodgiens Lida Chan et Guillaume Suon, le documentaire Noces rouges (Red Wedding) vient de remporter le premier prix du festival international du documentaire d’Amsterdam (catégorie moyen métrage), le plus grand festival organisé dans le monde.

Ce film traite d’un sujet méconnu, celui des mariages forcés organisés par les Khmers rouges entre 1975 et 1979. Quelques 250 000 femmes auraient été victimes de ces viols organisés par un système idéologique qui faisait table rase du passé pour créer un homme « nouveau ». L’individu n’existait plus, la famille était une notion « bourgeoise » qui devait disparaitre, une nouvelle génération de révolutionnaires allait naitre.

De brèves cérémonies collectives étaient organisées par les responsables Khmers rouges. Les hommes et les femmes étaient placés côte à côte, en deux rangées distinctes et étaient choisis au hasard, pour devenir mari et femme. La non consommation ou le refus du mariage entrainait la mort.

Dans ce documentaire produit par Rithy Panh et le centre Bophana, Pen avait 16 ans lorsqu’elle a été contrainte d’épouser un soldat. La première nuit, elle dit être parvenu à convaincre son mari de ne pas la toucher, mais les enfants espions, postés sous la cabane, ont rapporté leur conduite « non-révolutionnaire ». Après trois jours de rééducation pour désobéissance, son mari l’a violé. Un viol qui continue de la hanter et qui lui fait dire : « Je voudrais couper  les parties de mon corps qu’il a touché ».

Lire la suite : Cambodge Post, 05/12/2012.

Mariages forcés : le crime oublié des Khmers rouges

De 1975 à 1979, plus de 200 000 unions ont été organisées par le régime de Pol Pot. Sujet tabou il y a peu, les plaintes s’accumulent aujourd’hui.

De la période khmère rouge, c’est l’un des crimes les moins connus. Il a pourtant affecté un demi-million de personnes, hommes et femmes, provoquant de graves traumatismes qui continuent à hanter les victimes plus de trente ans après.

Entre 1975 et 1979, entre 200 000 et 300 000 mariages forcés ont été organisés par le régime de Pol Pot et Nuon Chea au nom d’une politique visant à détruire les « sentiments individuels » et à établir un contrôle social total sur la population. « Tous ceux qui avaient entre 14 et 20 ans devaient être proposés pour le mariage forcé », explique Chan Lida, réalisatrice de Noces rouges, un documentaire sur le sujet.

Ces mariages étaient organisés de façon collective, sans présence de la famille, entre des hommes et des femmes qui ne s’étaient pas choisis et, la plupart du temps, ne se connaissaient pas. «Les hommes se tenaient sur une rangée et les femmes sur celle d’en face. On leur ordonnait de se tenir la main et de prononcer des vœux de loyauté mutuelle et de loyauté à l’Angkar [“l’organisation”, comme était appelée la direction du régime khmer rouge, ndlr]. Après une heure tout était fini», indique Duong Savorn, de l’ONG Cambodian Defenders Project qui coordonne un programme d’aide aux victimes d’abus sexuels sous les Khmers rouges.

Lire la suite : Libération, 28/06/2011 (par Arnaud Dubus).

Khmers rouges : le tabou des mariages forcés levé par Lida Chan

Journaliste, documentariste, Lida Chan est une femme aux prises avec les questions contemporaines de son pays, le Cambodge. Les femmes sont au cœur de son travail. Elle réalise un premier documentaire en 2010. Le court-métrage sur une ancienne prostituée, My Yesterday Nigth est présenté au festival du Cinéma d’Asie à Vesoul. En 2011, c’est au tour de la question des 250.000 personnes victimes des mariages forcés sous le régime des Khmers Rouges, dans Les Noces Rouges, d’être disséquée par cette jeune cinéaste de 31 ans. Le documentaire de 58min a été projeté au Cinéma du Centre Culturel Français le 22 juin et le sera de nouveau le 24 juin au Centre Bophana et le 9 juillet à la Meta House. Rencontre :

Lire la suite : Le Petit Journal. Propos recueillis par Eric Kuoch. Vendredi 24 juin 2011.

Cambodge: mariés forcés sous les Khmers rouges, ils réclament justice

Quand les Khmers rouges lui ont ordonné d’épouser un homme qu’elle n’avait jamais vu, en 1976, Phalla n’a pas eu le choix. Elle a dû obéir pour ne pas être une victime de plus de ce régime fondateur d’un Cambodge nouveau, qui a décimé un quart de sa population.

La jeune femme avait déjà mis en colère les dirigeants de son camp de travail en refusant son cousin comme mari.

On m’a dit que j’allais épouser un autre homme et que si je refusais encore, je serais rééduquée“, explique à l’AFP Phalla, dont le nom a été changé.

Convaincue que la mort l’attendait au terme de cette “rééducation“, la jeune femme a accepté. Comme des milliers d’autres Cambodgiens qui se sont unis lors de cérémonies souvent collectives.

L’organisation a appelé un nom d’homme et un nom de femme“, se rappelle Phalla, 54 ans. “Ils nous ont demandé de nous engager à rester ensemble pour toujours. C’était la première fois que je rencontrais mon mari“.

Le régime khmer rouge espérait ainsi accroître la population du pays. Mais aussi détruire tout lien familial, estimant que l’Etat était la seule famille dont la population avait réellement besoin.

Lire la suite : L’Express, 24/03/2011 (AFP, Phnom Penh).

* * *

Sochan was 16 when the Khmer Rouge forced her to marry a soldier. After 30 years of silence, she decided to file a complaint to the Khmer Rouge tribunal. A film by Guillaume Suon & Lida Chan. Produced by Rithy Panh. Production : Bophana Production, Bophana Center, Tipasa Production.