Archives par mot-clé : libération

Libération du père Thadeus Nguyễn Văn Lý

[ndlr] Annonce de la libération du père Nguyen Van Ly condamné en 2007 à huit ans de prison pour « propagande anti-étatique » au titre de l’article 88 du code pénal. Cette libération intervient trois jours avant le voyage officiel de Barack Obama en République socialiste du Viêt-Nam. Le père Ly est âgé de 70 ans, il est des fondateurs du Bloc 8406, mouvement politique pour la promotion de la démocratie au Viêt-Nam.

TrialNguyenVanLy2007La photo iconique du père Nguyen Van Ly lors de son procès à Hue en 2007.

Image « à la une » : Le père Ly de retour au Diocèse de Hue, le troisième en partant de la droite.

14/12/2015 : Libération anticipée du compositeur Việt Khang

Saluons la libération anticipée du compositeur et interprète Việt Khang (Võ Minh Trí) emprisonné en 2011 pour ses deux chansons patriotiques : « Anh là ai ? » (Qui es-tu ?) et « Việt Nam tôi đâu ? » (Où est mon Viêt-Nam ?). Ce retour dans sa famille après quatre ans de prison est un immense soulagement pour ses proches et ses milliers de soutiens de par le monde. Dans le contexte des manifestations antichinoises, Việt Khang avait été condamné le 30 octobre 2012 à quatre ans de prison ferme augmenté de deux années d’assignation à résidence par le Tribunal populaire d’Ho Chi Minh-Ville pour Propagande contre la République socialiste du Viêt-Nam (« Tuyên truyền chống Nhà nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam ») en vertu de l’article 88 du code pénal.

Cette libération nous donne l’occasion de le réécouter.

FG

* * *

« Mẹ Việt Nam đau từng cơn xót xa nhìn đời; người lầm than đói khổ nghèo nàn, kẻ quyền uy giàu sang dối gian; giờ đây Việt Nam còn hay mất mà giặc Tàu ngang tàng trên quê hương ta ».

Hommage à Việt Khang (Asia 69)

Anh là ai ?

Việt Nam tôi đâu ?

Retrouvailles en famille

Pour en savoir plus :

Image « à la une » : Viet Khang et sa mère le jour de sa libération. Photo © 2015 Việt Hùng/Người Việt

 

Libération de l’avocat dissident Lê Quốc Quân

Au terme de deux ans et demi de prison, l’avocat catholique Le Quoc Quan a été libéré le samedi 27 juin 2015. Son engagement pour les libertés démocratiques et religieuses fut à l’origine de ses ennuis avec les autorités policières. Comme des milliers de Vietnamiens, il avait manifesté en 2011 contre la politique de fait accompli de la Chine populaire en Mer de Chine méridionale, un sujet encore brûlant aujourd’hui. Accusé de fraude fiscale, il avait été arrêté en décembre 2012 et jugé en 2013 lors d’un procès expéditif qui présentait tous les aspects d’une condamnation politique. L’avocat déterminé et tenace a toujours contesté cette condamnation et a reçu, pendant son incarcération, le soutien de nombreux catholiques du pays et d’organisations internationales de protection des droits de l’homme. Selon RFI, l’avocat, âge de 43 ans, n’entend pas abandonner son combat contre la Chine.

D’autres dissidents notoires restent incarcérés dans des conditions régulièrement dénoncées par les organisations internationales. On peut compter parmi eux l’ancienne policière Ta Phong Tan, affaiblie par une récente grève de la faim, Nguyen Dang Minh Man, une jeune dissidente âgée de 30 ans, arrêtée en 2011, le père Nguyen Van Ly, l’entrepreneur et activiste politique Tran Huynh Duy Thuc…

FG, MàJ 30/06/2015.

Image « à la une » : Le Quoc Quan et son épouse à sa sortie de prison © DR

Le blogueur Dieu Cay libéré ?

[ndlr] Information divulguée sur RFA, RFI, la BBC et Dan Lam Bao. Selon plusieurs sources concordantes, le blogueur Nguyen Van Hai alias Dieu Cay aurait été libéré puis expulsé du pays. Il aurait quitté le camp n°6 de la province de Nghe An et emmené en direction de l’aéroport international Noi Bai de Hanoi. Il semblerait qu’il ait pris depuis un vol pour les États-Unis. Rappel du parcours de cet activiste pour une presse libre, emprisonné depuis 2008 et jugé en 2012 au titre de l’article 88 du code pénal pour « propagande contre l’État ».

DieuCay_Danlambao

Le 12 novembre [2013], le Vietnam a été choisi par l’Assemblée générale des Nations Unies pour siéger au Conseil des droits de l’homme, une institution de 47 membres censée mettre en oeuvre la Déclaration universelle des droits de l’homme. Mardi prochain, le 26 novembre, une cérémonie organisée à quelques centaines de mètres du siège des Nations unies à New York rappellera qu’il ne méritait pas pareil honneur.

L’un des plus célèbres blogueurs vietnamiens Nguyen Van Hai ne pourra pas se joindre, en effet, aux trois autres lauréats du Prix international de la liberté de la presse (Nedim Sener de Turquie, Janet Hinostroza d’Equateur et Bassem Youssef d’Egypte) pour assister au dîner de gala organisé au Waldorf-Astoria par le Comité de protection des journalistes (CPJ). Nguyen Van Hai a été condamné l’année dernière à 12 ans d’emprisonnement et 5 ans d’assignation à domicile par un tribunal aux ordres qui l’a reconnu coupable « d’actions contre l’Etat ».

Co-fondateur du Club des journalistes libres du Vietnam, Nguyen Van Hai tenait aussi, sous le nom de plume de Dieu Cay (La pipe du paysan), un blog qui importunait fortement les autorités. Il y traitait de sujets tabous, comme la corruption gouvernementale ou le différend territorial avec la Chine à propos des îles de Spratleys et Paracels.

Selon sa famille, dont le droit de visite est très limité, ses conditions de détention sont sévères. Le journaliste a été condamné à un régime cellulaire, il a fait une grève de la faim et sa santé se serait gravement détériorée. « Cela fait longtemps que nous nous sommes pas parlés, lui a écrit sa fille Thi Thu Huong Nguyen dans une lettre transmise au CPJ. Chaque jour nous attendons ton retour. Tu as toujours été un homme honnête, gentil, aimable. Ce que tu as enduré tout ce temps nous a vraiment brisé le cœur. Est-ce le prix que tu dois payer pour ton amour ? ».

Lire la suite : Pour la libération de Nguyen Van Hai, 23/11/2013 sur le blog de Jean-Paul Marthoz, conseiller du Comité de protection des journalistes (Committee to Protect Journalists) et vice-président du Conseil de la Division Europe/Asie centrale de Human Rights Watch.

DieuCay-nguyenvanhai-01-danlambao
© 2014 Dan Lam Bao
nguyen-van-hai-dieu-cay-blogger
Dieu Cay lors de son procès en 2012. « Jugé pour propagande antiétatique » et condamné à 12 ans de prison.

* * *

DieuCayReleased&ExiledCliquez sur l’image pour accéder à l’article

* * *

Vietnamese Dissident Arrives in US After Release From Prison [RFA]

CuHuyHaVu2[ndlr] Annonce de la libération de l’avocat Cu Huy Ha Vu sur Radio Free Asia.

One of Vietnam’s most prominent political prisoners, Cu Huy Ha Vu, has been released from jail and arrived in the United States with his wife, sources in the U.S. said Monday, in a move his son said had been expected for some time.

Vu, 56, a rights lawyer who was imprisoned on anti-state charges and is suffering from heart trouble, and his wife Nguyen Thi Duong Ha reached the U.S. capital Washington D.C. on Monday, according to a source speaking on condition of anonymity.

Vu, who was less than three and a half years into a seven-year jail term, had been released from prison on Sunday night local time and immediately put on a plane to the United States at Hanoi’s Noi Bai International Airport, the source told RFA’s Vietnamese Service.

A U.S. congressman who had campaigned for Vu’s release said in a statement Monday afternoon that the dissident was “now a free man.”

Lire la suite : RFA, 07/04/2014

Voir aussi :

L’analyse de Pham Chi Dung :

Phương Uyên, Une pour Tous [Viêt Nam Infos]

[ndlr] Éditorial de Bùi Xuân Quang de la revue en ligne Viêt Nam Infos publié à la suite de la libération surprise de l’étudiante Nguyễn Phương Uyên à l’issue de son procès en appel le 16 août dernier. Une libération inattendue : « C’est sans doute la première fois dans les annales de la justice vietnamienne depuis 1975 » souligne Églises d’Asie.

Nguyen Phuong Uyen à la barre du Tribunal populaire de Long An le 16 mai 2013.
Nguyen Phuong Uyen à la barre du Tribunal populaire de Long An le 16 mai 2013.


Que s’est-il passé à Long An (Vietnam), ce 16 août ? Faut-il croire que cette frêle jeune fille de vingt et un ans est parvenue à terrasser un monstre prédateur comme dans les contes pour les âmes pures ? Nguyễn Phương Uyên, lors de son procès en appel, avec Đinh Nguyên Kha, son aîné de quelques années, a refusé toute aide d’avocats, préférant utiliser le peu de temps alloué à la défense pour s’exprimer. Elle ne demande pas un abaissement de peine (une vraie nouveauté) car selon elle, critiquer le Parti n’est pas trahir son pays. On a allégé sa condamnation de 6 années de prison ferme en 3 années avec sursis. Elle est sortie libre dans la joie de la famille et des amis qui se sont rassemblés devant le tribunal pour la soutenir.

Lire la suite : Viêt Nam Infos, 26/08/2013.

Phuong Uyên après sa libération © Photo du blogueur Anh Chí
Phuong Uyên après sa libération
© Photo du blogueur Anh Chí