Archives par mot-clé : libéralisme

Mike Davis : Génocides tropicaux (2001) – CR de lecture par Maïlys De Colnet

En 2002, le livre Génocides tropicaux est récompensé par le prix de la World History Association pour son apport décisif au champ académique de l’histoire globale, mais également aux champs des études post-coloniales ou climatiques. Publiée en 2001, cette étude porte sur les grandes sécheresses du XIXe qui ont touché simultanément de nombreux pays de la planète, nommément l’Inde, la Chine, l’Afrique ou encore le Brésil, et dont les variations du phénomène climatique El Nino seraient la cause. Facteur climatique décisif, il est invoqué comme principale cause naturelle de famines ayant provoqué la mort d’environ 50 millions d’individus 1. Cependant, le fait climatique ne peut expliquer à lui seul l’ampleur mortifère de ces événements, s’y ajouteraient les forces du marché et de l’impérialisme. Ainsi, Mike Davis défend dans son livre l’idée selon laquelle la genèse de ce que l’on dénomme aujourd’hui « Tiers monde » se trouverait dans la convergence de ces différents facteurs, insistant particulièrement sur les choix politiques qui ont permis d’orchestrer ce qu’il nomme génocide.

L’auteur, Mike Davis, fervent militant marxiste, à la fois historien et géographe américain, est principalement connu pour ses travaux sur le pouvoir et les classes sociales, bien qu’il ait abordé de multiples autres thématiques dans ses ouvrages. Il s’inscrit ici dans la lignée historiographique des postcolonial studies. Sans le mentionner explicitement, sa démarche mobilise le concept de postcolonialité qui renvoie aux conséquences présentes du colonialisme passé, notamment à travers la dénonciation du capitalisme global et de l’impérialisme intellectuel. Il s’agit d’évoquer, à travers l’analyse, un produit du colonialisme2. Or, l’ambition de Mike Davis, en traitant d’une histoire oubliée, est justement de rétablir des causalités trop longtemps négligées. Il déconstruit ainsi les théories classiques qui rendent compte des origines du sous-développement. En premier lieu, il souligne l’insuffisance d’une explication qui reposerait exclusivement sur les phénomènes climatiques, son étude s’efforce de mettre en lumière les ressorts politiques. Le malthusianisme est également mis à mal, la surpopulation n’étant pas la cause première de la famine. Il en est de même pour le darwinisme social justifiant la disparition d’une population par le fait que seuls les plus forts survivront. La sélection naturelle ainsi appliquée ne préserverait que les plus aptes. S’ajoute enfin la dénonciation d’une perspective colonialiste dans laquelle les individus sont peints comme des fainéants qui ne méritent pas de toucher une aide financière de l’État par exemple.

Sa thèse porte sur l’origine du sous-développement dans « l’humanité tropicale » et sous-tend l’ensemble d’une analyse qu’il divise en quatre parties. La première et la seconde s’attachent à la description des trois sécheresses majeures ayant frappé le XIXe, 1876-1879, 1889-1891 et 1896-1902, et ce dans une perspective à la fois historique et sociale. La troisième partie de l’ouvrage s’attache quant à elle exclusivement à l’appréhension climatique des phénomènes puisqu’elle retrace les étapes de la compréhension entourant le phénomène El Nino oscillation australe (ENSO). La dernière partie s’intéresse à « l’écologie politique des famines » et relève les implications politiques, et surtout les motivations colonialistes, à l’origine de tels désastres humains. Ces différentes parties ne sont pas aussi clairement découpées qu’elles peuvent paraître au premier abord. Il semble donc plus pertinent d’aborder principalement les axes qui sous-tendent l’argumentation de l’auteur ; cette approche est celle privilégiée par les auteurs des différentes recensions du livre qui ont pu être réalisées jusqu’alors en ce qu’elle permet de saisir avec davantage de clarté la teneur du livre3. L’ouvrage interroge donc la genèse de la famine, et à travers elle celle du tiers monde, et tente d’en présenter les causes les plus significatives.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 74.

L’humanité tropicale aux prises de la famine

C’est avec force de détails que l’auteur décrit les souffrances liées aux famines du XIXe, le cannibalisme étant monnaie courante quand la population livrée à elle-même ne trouve d’autres alternatives pour survivre. L’auteur, pour signifier cette violence, se focalise essentiellement sur les cas de l’Inde et de la Chine lors de la sécheresse de 1876-1878.

L’Inde

Lors des sécheresses de 1873-1874 le vice-gouverneur du Bengale, Sir Richard Temple, combattait avec force la famine qui menaçait la région. Il importa massivement du riz de Birmanie et instaura parallèlement une aide financière destinée aux plus pauvres. Alors que grâce à ces initiatives il soustrait la population à une mort certaine ; on dénonce son « extravagance »4 jusque dans les journaux britanniques. Fort de cette expérience, il adoptera ensuite la posture de Lord Lytton, gouverneur général de l’Inde, qui s’oppose fermement à toute intervention à l’encontre de la famine. Même si l’intransigeance fasse à la mort dont faisait preuve Lord Lytton ne faisait pas l’unanimité, en témoigne l’opposition du principal chroniqueur de la famine Digby, sa politique l’emporte. Mike Davis écrit ainsi que : « la sécheresse fut consciemment transformée en famine par les décisions prises dans les palais des radjas et du vice-roi […] si on avait organisé les secours à temps et avec un peu d’énergie et, surtout, si on avait suspendu la collecte des impôts fonciers, on aurait pu réduire au minimum le nombre de victimes »5.

La Chine

L’empire chinois, ruiné à la suite de son ambition territoriale en Asie centrale, emprunte des fonds à taux usuraires aux puissances occidentales. La pauvreté est telle que les paysans en viennent à vendre leurs vêtements et leurs maisons pour s’acheter de quoi vivre. Les restes de leurs masures font office de moyens de combustion alors que l’hiver approche : « les pauvres dévorent leur propre toit »6. On creuse des « trous-pour-dix-mille-hommes »7 afin d’ensevelir les victimes de la tragédie dont la scène principale a lieu dans la province du Shanxi. La communauté internationale met plus d’une année à prendre conscience du désastre. Des opérations humanitaires sont menées, bien que les puissances occidentales ne soient « pas moins impitoyables que les États-Unis dans la collecte des indemnités censément dues par une Chine affamée »8.

A travers ces descriptions transparaissent clairement l’argumentaire de l’auteur qui souligne deux facteurs majeurs -le capitalisme et l’impérialisme- à l’origine du sous-développement des pays de « l’humanité tropicale ».

Capitalisme et libéralisme à l’œuvre

  • Destruction des organisations traditionnelles de subsistance et rhétorique du « laisser-faire »

L’insertion forcée des petits producteurs sur le marché international transforme la nature de leurs exploitations qui perdent leur fonction première de subsistance. Ce processus d’intégration d’une agriculture vivrière à l’économie de marché se traduit par une disparition de l’économie traditionnelle. La marchandisation de la production alors instaurée impose à l’individu de recourir à la médiation monétaire pour satisfaire ses besoins primaires, notamment alimentaires. Ce phénomène de monétarisation de la production agricole réduit à néant les structures sociales traditionnelles reposant sur la réciprocité et l’entraide, ressorts fondamentaux de la résilience d’une société en temps de crise9. Les productions favorisées sur le territoire national sont alors cultivées au titre de leur rentabilité en tant que bien d’exportation. L’auteur reprend l’affirmation de Polanyi selon laquelle « la source réelle des famines […] est le marché libre des céréales »10. Dans le cadre du système colonial orienté par la mise à disposition de matière première au profit de la puissance colonisatrice, les cultures de coton remplacent ainsi celles des légumes secs qui servaient jusqu’alors à nourrir les populations. En Inde, les cultures vivrières ont ainsi laissé place aux districts cotonniers et aux districts de blé de Narmada. Ces territoires rapidement convertis à des plantations souvent inadaptées à leurs conditions biophysiques reposent sur un système écologique précaire qui met en péril la sécurité alimentaire de l’ensemble de la population. La modernité incarnée par le télégraphe et les voies ferrées permet alors de connecter différentes régions du monde, les chocs climatiques et les déficits agricoles occasionnent un bouleversement non plus seulement local mais international. Ainsi la production de canne à sucre destinée à l’exportation réagit immédiatement à l’extraction du sucre de betteraves européennes, la baisse des prix est alors directement synonyme d’un appauvrissement drastique de la population.

Si la mondialisation économique imputable au capitalisme de marché est mobilisée par l’auteur pour rendre compte des famines majeures du XIXe siècle, elle s’associe d’une analyse des discours mobilisés par les colonisateurs en lien avec cette idéologie libérale. Mike Davis écrit de l’Inde qu’elle aurait été le pays « laboratoire de l’utilitarisme où des millions de vies étaient à la merci d’une foi dogmatique dans la toute-puissance des marchés »11. Selon lui, les dirigeants au pouvoir convaincus par la force de « lois implacables de la nature »12 cédaient à l’issue salvatrice que pouvait leur offrir la mention d’Adam Smith dans la justification de leurs choix politiques. Lord Lytton, gouverneur général des Indes, lors de la première famine évoquée par l’ouvrage s’oppose ainsi à toute forme d’interventionnisme économique en faveur de la population indienne ; il s’inscrit ainsi dans la lignée des enseignements de l’économiste et de son concept fondateur de « main invisible » régulant le marché13.

  • Des forces centripètes au service de la métropole

L’impérialisme informel et formel a lourdement pesé sur la transformation d’événements climatiques en catastrophes humaines. La comparaison avec la gestion des famines par les systèmes politiques en place au XVIIIe permet à l’auteur de mettre en lumière l’importance du facteur politique colonial dans l’hécatombe des famines du XIXe. En ce qui concerne la Chine du Nord, l’auteur mobilise l’exemple de Fang Guancheng qui de 1743 à 1744 aurait organisé l’aide alimentaire pour soutenir les paysans, et ce pendant 8 mois durant. Le gouvernement impérial était alors activement mobilisé. De même, en Inde les Moghols « considérai[en]t la protection du paysan comme une obligation essentielle »14. Ainsi en 1661 le souverain moghol Aurangzeb fit un achat massif de blé afin d’en faire don aux plus pauvres. La comparaison directe avec la gestion des famines indiennes par Lord Lytton ou Temple illustre la négligence volontaire d’un État colonial pour qui le pays est une « réserve fiscale » et non le lieu d’une « entreprise de charité »15. Les autorités coloniales demeurent inflexibles, l’auteur parle de « lois de fer », alors que leurs prédécesseurs étaient enclins à assouplir la levée d’impôt en temps de disette, on parle de « lois de cuir »16. On assiste alors à l’abandon du pacte de subsistance par lequel la responsabilité de l’État dans la prise en charge des besoins alimentaires était un fait avéré17. L’humanité tropicale au XVIIIe siècle aurait eu un niveau de développement comparable à celui de l’Europe18.

Pour l’auteur le désastre induit par les sécheresses du XIXe, et ses conséquences actuelles que rappelle l’appellation Tiers-monde, sont directement imputables à un choix politique des gouvernements coloniaux. Il note le maintien d’une levée d’impôts malgré l’incapacité des paysans à la financer autrement qu’aux dépens de leur vie ou encore le détournement des fonds destinés à la prévention de la famine (en Inde ils financent la guerre d’Afghanistan). L’impérialisme informel est également perceptible, notamment dans le cas du Brésil, puisque la Grande Bretagne exerçait un contrôle sur la dette extérieure du pays qui ne bénéficiait alors plus d’aucune autonomie fiscale à l’origine d’une incapacité à agir efficacement contre les famines. L’humanité tropicale située dans le giron des puissances coloniales leur était donc soumise. Les périphéries ne devant leur droit à l’existence qu’à la mesure dans laquelle elles pouvaient servir les intérêts des centres. L’exemple de la politique des commandes publiques qui étouffait l’Inde en l’obligeant au rachat de produits britanniques obsolètes illustre particulièrement ce fait.

Source : Mike Davis, La Découverte / Poche, 2006, p. 63.
  • La famine au service de l’expansion coloniale

En plus d’avoir participé à l’aggravation des pénuries alimentaires induites par les sécheresses du XIXe, les institutions coloniales ont tiré parti de ces désastres pour accroître leur puissance. Les tribus autonomistes qui prétendaient encore résister aux autorités coloniales furent annihilées. Ainsi, à Bornéo les Hollandais profitent de l’affaiblissement des populations indigènes dû à la sécheresse pour les soumettre. Les tribus dayaks qui étaient jusqu’alors encore indépendantes et empêchaient les colonisateurs d’exploiter les vastes étendues de forêt vierge, furent contraintes de se vendre comme force de travail en échange de nourriture. Elles renoncèrent par là-même à leur liberté.

Aux origines de la famine et du sous-développement

  • Libéralisme & impérialisme, la tentation de l’exagération

Si Mike Davis parvient parfaitement à mettre en lumière l’importance décisive des choix politiques dans la gestion plus ou moins funeste des famines, la mise en exergue du rôle des théories libérales ne paraît pas absolument s’appliquer à l’étude présentée. En effet, si les autorités coloniales mentionnent l’idéologie d’économistes comme Smith, il ne s’agit pas tant de suivre aveuglément leur propos19  que d’assouvir les intérêts économiques de la puissance quel qu’en soit le coût humain. Il semble donc que la théorie économique ait peu à voir avec le déroulement effectif de la famine. La lecture explicitement engagée de l’histoire globale qui est faite par l’auteur, bien qu’elle dénonce à juste titre l’incurie du pouvoir coloniale, semble tomber sous le coup de l’exagération. C’est justement ce que lui reproche Amartya Sen20 à propos du passage de l’économie traditionnelle à l’économie de marché. Il souligne que les résultats de l’entrée dans l’économie de marché ne sont pas aussi manichéens que le suggère Mike Davis. Si la politique économique est accompagnée de l’action étatique, alors elle peut au contraire rendre possible l’émancipation des populations les plus pauvres. Fort de ce constat, il souligne que les famines les plus meurtrières du XXe siècle ont eu lieu en dehors du cadre capitaliste, notamment en Chine entre 1958-61 avec environ 30 millions de morts estimés. La volonté de nuance que présente Amartya Sen peut être étayée par les recherches qui portent sur la notion de « grande divergence » qui tente de définir le point de départ des inégalités de développement identifiables entre les pays. L’étude de Broadberry et al. qui porte sur la divergence entre la Grande Bretagne et l’Inde souligne ainsi que : « Indian living standards were already subs-tantially below the British level during the seventeenth century »21. Ces conclusions vont à l’encontre des affirmations de l’auteur. Mike Davis insiste sur le rôle de l’impérialisme colonisateur dans les écarts de développement perceptibles à l’époque contemporaine. Elles démontrent qu’avant même le début de la période coloniale, l’Inde s’écartait déjà de la trajectoire anglaise.

  • Crise de subsistance ou crise d’accès

En prenant pour objet la famine, l’auteur s’intéresse à un sujet hautement politique puisque s’y associe la question de la responsabilité de millions de morts mais également conditionne la mise en place de politiques publiques visant à pallier de tels événements. Mike Davis, pour traiter ce sujet, s’inscrit dans une lignée historiographique qui valorise l’aspect construit des famines prétendument induites par des « accidents climatiques »22. En ce qui concerne l’Inde, les écrits datant du XIXe d’hommes politiques indiens nationalistes, comme Naoroji qui parle de « drain of wealth »,23 dénonçant le rôle de la politique impériale dans les famines initie la réflexion élaborée par l’auteur24. Cependant, c’est le travail détaillé de l’économiste Amartya Sen qui marque surtout le champ étudié par Mike Davis. Il analyse les héritages coloniaux à l’origine de l’insécurité alimentaire25. Pour Amartya Sen, les famines n’ont pas pour cause la pénurie de nourriture mais plutôt le fait que son accès soit rendu impossible aux plus pauvres. Il parle de droit d’accès à l’alimentation et développe la notion de capabilité ou non à s’insérer sur le marché alimentaire. La diminution du nombre de famines au cours du XXe irait de pair avec la démocratisation croissante du monde. Cette pensée constitue le fil directeur du propos tenu par Mike Davis et reste fondatrice dans l’appréhension des questions de développement et de sécurité alimentaire.

Mike Davis parvient donc, à travers cet ouvrage, à peindre des événements de l’histoire fréquemment occultés. Il souligne les choix politiques sous-jacents à ce qu’on décrit trop souvent comme étant le fruit de phénomènes strictement naturels. Si l’approche explicitement idéologique de cet essai historique doit être nuancée en ce qu’elle peut conduire à des affirmations trop catégoriques, notamment en ce qui concerne la question des théories économiques ; il convient d’en relever l’intérêt académique majeur. La prise en compte du fait naturel comme objet politique initie en effet une démarche universitaire récente qui en souligne les enjeux géopolitiques. A l’heure du changement climatique et des débats internationaux qu’il suscite, l’analyse de Mike Davis s’inscrit ainsi parfaitement dans le nouveau champ disciplinaire qu’est la géopolitique de l’environnement26.

Maïlys de Colnet, promotion ASIOC 2020-2021

Maïlys de Colnet est étudiante en dernière année de master Asie orientale et contemporaine au sein du département de Sciences sociales de l’ENS de Lyon. Intéressée par les questions environnementales, elle rédige un mémoire de géopolitique sur la coopération environnementale sino-européenne.

Les illustrations sont extraites de l’ouvrage.


Notes

  1. La notion de famine telle qu’elle est abordée dans le livre étudié subsume les fragilités induites par la malnutrition et renvoie au développement d’épidémies qui lui sont connexes []
  2. Burleigh, Hendrickson. « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste », dans Florian Alix et al., Postcolonial Studies : modes d’emploi, Presses universitaires de Lyon, p. 155-173 []
  3. On pense ici notamment au compte-rendu de lecture d’Amartya Sen « Apocalypse Then », Books. The New York Times, Février 2001. URL : https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html, ou encore à celui de Cyrille Ferraton https://journals.openedition.org/asterion/97 []
  4. Davis, Mike. Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, La Découverte, 2003, p. 47. []
  5. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 62-63 []
  6. Ibid., p. 73. []
  7. Ibid., p. 84 []
  8. Ibid., p. 91 []
  9. Cette idée est également développée dans O Grada, Cormac, Famine : a short history, Princeton University Press, 2010 qui présente les groupes traditionnels comme développant « leur propre stratégie préventive de niche contre la famine » []
  10. O Grada, Cormac, Famine: a short history, Princeton University Press, 2010, p. 15 extrait de Polanyi, Karl, The Great Transformation, Boston, 1944, p. 160, trad. française : La Grande Transformation, Gallimard, 1983 []
  11. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 41 []
  12. Ibid., p. 42 []
  13. Dans La Richesse des nations, tome 4, p. 140, Smith s’intéresse à la famine qui frappa le Bengale en 1770. Selon lui le marché aurait régulé temporellement et géographiquement les conséquences négatives potentielles []
  14. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 312 []
  15. Ibid., p. 43 []
  16. Ibid., p. 311 []
  17. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  18. Ibid., p. 320 []
  19. Ferraton, Cyrille, « Mike Davis, Génocides tropicaux. Catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900). Aux origines du sous-développement, Paris, La Découverte, 2003, 479 p., trad. Late Victorian Holocausts, El Niño Famines and the Making of the Third World, 2001. », Astérion , p. 337. [En ligne], 2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2005, consulté le 20 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/asterion/97  []
  20. Sen, Amartya. « Apocalypse Then », Books. The New York Times, Février 2001. https://archive.nytimes.com/www.nytimes.com/books/01/02/18/reviews/010218.18senlt.html []
  21. Broadberry, Stephen et al., « India and the great divergence: An Anglo-Indian comparison of GDP per capita, 1600-1871 », dans Explorations in Economic History, 2015, vol 55. p. 71 []
  22. Davis, Génocides tropicaux, op. cit., p. 305 []
  23. Naoroji, Dadabhai, Poverty and un-British rule in India, Swan Sonnenschein & Co, 1901 []
  24. Chanlat-Bernard, Eléonore, « La sécurité alimentaire à l’épreuve de la domination coloniale. Famines et crises de subsistance en Inde coloniale (XVIIIe-XXe siècles) », Raison présente, 2020, n° 213, p. 43-50 []
  25. Dreze, Jean & Sen, Amartya. Hunger and Public Action, Clarendon Press, 1989 []
  26. Dalby, Simon, « The geopolitics of climate change », Political Geography, novembre 2013, vol. 37, p. 38-47 []

Vietnam Update: The Politics of Life – Call for Papers

[ndlr] Appel à communications.

CALL FOR PAPERS

2017 Vietnam Update: The Politics of Life

20-21 November 2017

Australian National University, Canberra

Vietnamese people often tell their foreign visitors that Vietnam is the most secure place in the world. The country has no terrorists, no political disorder, and the police are second to none. Decades of devastating warfare are long-past. Poverty is declining and incomes are rising in a region with good economic prospects. People in Vietnam appear to fling themselves at life’s everyday challenges with intensity and no little optimism.

But Vietnamese today are questioning ends and means, particularly as they relate to human security; they thirst for transparency and reliable ways to assert control over life. In the country and the city, in material, ideological and psychological realms, and at local, national and regional scales, the ability to feel secure is slipping away. This leads to high system maintenance costs and exhaustion as people exert themselves to amass the means and the trust they require to obtain existential security. Increasingly, questions are being asked as to whether life might be lived in a better way.

This Vietnam Update is dedicated to exploring the politics of life in Vietnam. The organisers call for original research papers that address the following sets of questions:

  1. For many Vietnamese, the most significant risks to life come from their own region as neighbours stake claims and leverage power asymmetries in ways perceived to be detrimental to the very existence of the country. Doubts about co-ordinating mutual security through ASEAN co-exist with concerns about the merits of rapprochement with America. Preoccupations with China manifest in anxieties about encirclement, infiltration, collusion, manipulation and incitement. How are such anxieties given voice and how does the government respond? Online criticisms and protests by activists are met with repression, but throughout the country – both within the government and beyond  – debate rages about how to secure the nation. One of the deepest questions is: who is to be trusted with the nation’s security?
  2. The recent censure and demotion of high level leaders for misconduct or poor performance attests to the openly competitive nature of political power. Party leaders continue to warn about the threats posed by ideological and moral degradation, but are there indications that leaders are being selected according to new standards of meritocratic governance? It has become conventional to tie political outcomes to factional power struggles or a contest over the spoils of patronage but to what extent does politics represent a contest between alternative visions for how the country should be governed and how life is to be lived?
  3. Capitalist market relations are central to gaining access to basic life needs formerly obtained through government programs, state enterprises and co-operatives, or via family, community or customary economies. Market logics influence the supply of housing, land, food, healthcare and education, and most government services attract formal or informal user fees. The pursuit of market efficiencies is linked to precarious livelihoods, indebtedness, and widening social disparities. How are such processes experienced and debated within Vietnamese society? Are there attempts to push back against or mitigate the commoditisation of life?
  4. Technology, industry, science and new production and exchange systems have unleashed material plenty and improved life for tens of millions of people. However, doubts about the benefits of headlong modernisation appear in concerns about the harm done by chemical effluents, carcinogens, pesticides and unsafe food, along with urban expansion, traffic chaos and unsafe workplaces. Agrarian intensification, agricultural commoditisation and land concentration have increased productivity but also engender livelihood insecurities and pose existential threats to rural communities and customary ways of life. In what ways are citizens suturing gaps and controlling such risks through mutual assistance, security from below, or deliberative modes of living and being?
  5. For a number of Vietnamese, the material, spiritual and psychological strains of modern life are such that a retreat into simpler modes of living, equated with the past, offers an appealing alternative. At the same time, tradition is blamed for ills as diverse as corruption, excessive drinking, age, gender and ethnic hierarchies, and doctrinaire thinking. As youths study abroad and gain exposure to the cultures of the world, many are led to wonder: what values and institutions work? Do Vietnamese need a state religion, a prescribed traditional or ‘Western’ culture, civics lessons, or democracy to have the means to obtain security and hold each-other to account?
  6. One of the most intriguing developments in the politics of life come from networks of activists who use media, community affiliations and ties to government insiders and resources to vocally and persistently oppose official development projects, land confiscations and foreign investments considered harmful to human wellbeing. Recent actions range from social media campaigns to sit-ins, flash demonstrations, and the capture of public officials by frustrated villagers. In this workshop we are interested to explore whether the politics of material security represents a singular domain in which citizens may significantly oppose or influence government decisions and development directions through engaging in overt political action perhaps in ways not seen previously in Vietnam.

The organisers are seeking proposals for papers on these themes to be presented at a conference to be held at the ANU, Canberra on 20-21 November 2017.

Proposal Submission:
Interested contributors should send their proposals and a one page CV to Philip Taylor by 20 June 2017. Email: Philip.taylor@anu.edu.au

Each proposal should be no longer than 600 words. The proposal should outline how the paper relates to the issues highlighted in the above sets of questions and the kind of research the paper will be based on. Preference will be given to papers that promise a rich analysis and have an interdisciplinary dimension. The conference organisers will then decide which proposals to accept. We will then extend invitations to the authors of the selected proposals to prepare and present their papers to the conference. The organisers also reserve the right to solicit papers, if necessary, from individuals who did not submit proposals.

Funding for travel and accommodation is available and details will be discussed later with each paper presenter.

Paper Specifications:
The paper itself should be submitted 30 days before the date of the conference.

The paper should not exceed 10,000 words and it should include appropriate bibliography and citations. Each paper should include an abstract of 250 words.

Presentation and Publication:
We envisage about twelve paper presentations during a two day workshop in Canberra on 20-21 November 2017. At the Update each author will have approximately 40 minutes to summarise what her/his paper argues and the evidence used.

The conference will also include presentations about recent political and economic developments in Vietnam.

Organisers request the right of first refusal with regards to publishing the accepted papers, which may be included, subject to any necessary revisions to meet publication requirements, in a refereed book or journal collection that we hope will be published within a year of the conference.

For more information on this Vietnam Update theme or questions about paper proposals please contact Philip Taylor (philip.taylor@anu.edu.au).

Vietnam Update Committee: Huong Le Thu; Phuc To; Ashley Carruthers; Kim Huynh; David Marr; Tana Li; Benedict Kerkvliet; Sango Mahanty.

Danielle Tan : La « stratégie casino » au Laos et au Cambodge – un pari risqué sur l’avenir

[ndlr] A lire sur le site du GIS Asie : l’article du mois du Réseau Asie.

Le Laos et le Cambodge ont toujours fait figure de parents pauvres dans le champ des études asiatiques, et d’autant plus en ce qui concerne l’analyse politique de leur situation contemporaine. Pourtant, depuis la fin du monde bipolaire qui a laissé la place aux politiques de libéralisation économique dans les derniers régimes communistes de la région, les changements socio-économiques se sont accélérés sans pour autant laisser entrevoir un renouveau sur le plan politique. La transition néolibérale dans ces deux pays semble loin d’ouvrir la voie à une transition démocratique, contrairement à ce que revendique le courant de la « transitologie »-Samuel P. Huntington en tête-qui mêle étroitement réformes économiques d’inspiration néolibérale et processus de démocratisation. Cette théorie accorde notamment une place fondamentale aux élites qui sont censées être le moteur du processus de démocratisation.

Lire la suite : GIS Asie

Image « à la une » : Kings Romans Casino en août 2012 © 2012 Danielle Tan.

Voir aussi  :

Bernard Bruneteau : L’âge totalitaire [2011] – CR de lecture par François Guillemot

Bruneteau_L'AgeTotalitaireBernard Bruneteau, professeur de science politique à l’université Rennes 1, est bien connu pour ses travaux sur l’histoire des idées et des théories politiques en particulier pour ses recherches approfondies sur le totalitarisme. L’ouvrage que nous présentons ici intitulé L’âge totalitaire, idées reçues sur le totalitarisme est paru en 2011 aux éditions Le Cavalier Bleu au sein de la collection « Idées reçues » dont l’objectif est annoncé sur la page de garde de l’ouvrage :

Issues de la tradition ou de l’air du temps, mêlant souvent vrai et faux, les idées reçues sont dans toutes les têtes. L’auteur les prend pour point de départ et apporte ici un éclairage distancié et approfondi sur ce que l’on sait ou croit savoir.

Autant dire que l’exercice paraît ardu car les idées reçues peuvent se révéler de pures constructions imaginées par l’auteur autant qu’elles peuvent être identifiées et perçues comme telles, c’est-à-dire de véritables idées reçues. Comment mesurer par ailleurs ce qu’est une « idée reçue » ou ce qui ne l’est pas ? C’est tout l’intérêt de cette collection qui, d’une façon plus générale, nous propose de réfléchir sur le temps présent en considérant ce qu’il reste du passé dans les esprits, ce qui est passé à la postérité pour se transformer en une vérité absolue rarement remise en cause. Et les exemples en histoire sont nombreux. On comprend ainsi l’objectif pédagogique de la collection.

Définir le totalitarisme

L’ouvrage de Bernard Bruneteau consacré à L’âge totalitaire entend remplir le contrat du Cavalier Bleu en interrogeant, comparant ou discutant l’objet « totalitarisme » à travers quatre grandes parties (contenant elles-mêmes 4 ou 5 points clés). Avant d’entrer dans le vif du sujet ou plutôt, dirons-nous,  c’est sa façon d’entrée dans le sujet, l’auteur s’attarde sur deux pages à définir le totalitarisme en rappelant l’origine italienne du terme (adjectif ou substantif) dans les années 1920 pour désigner les pratiques du pouvoir mussolinien. Le concept s’étoffe immanquablement dans les années trente avec l’avènement des régimes nazis et soviétiques pour connaître son « âge d’or » avec la Guerre froide, s’éclipser dans les années 60/70 et revenir en force avec les bouleversements en Europe de l’Est dans les années 1990. Fait important, à travers cette définition concise, l’auteur démontre la pluralité du ou des totalitarismes au XXe siècle et surtout que le terme « ne saurait être exclu de son interprétation » (p. 8).

La définition des pp. 7-8 est affinée par un encadré qui entend distinguer « dictature, autoritarisme et totalitarisme » (pp. 9-10) en mettant en avant les différences « de nature » et non de degrés entre ces pratiques de pouvoir. La dictature, notion antique et institutionnelle, se différencie des projets totalisants de Moscou, Rome ou Berlin où « l’homme nouveau » est dissolu dans l’État-Parti. En citant Philippe Bénéton, Bernard Bruneteau illustre parfaitement ce qui les distingue : « l’autoritarisme impose aux hommes une reddition partielle, le totalitarisme vise à une reddition totale ». Projet inédit du XXe siècle que l’auteur résume également dans sa dernière phrase de conclusion : « réduire le politique a un combat total et inexpiable contre un Ennemi total » (p. 164).  Pourtant s’il entend déconnecter sur le plan conceptuel « le modèle dictatorial issu de la Révolution française » comme source d’inspiration des régimes soviétiques, fasciste et nazi, on doit rappeler l’exception asiatique où bon nombre de jeunes étudiants chinois, vietnamiens ou khmers en études en France ont défendu cette source d’inspiration pour établir, lorsqu’ils furent parvenus au pouvoir, le totalitarisme dans leurs pays respectifs (voir à ce sujet Henri Locard, Pourquoi les Khmers Rouges). Rien n’est à priori simple.

L’introduction offre au lecteur le panorama général du genre « totalitaire » qui envahit la littérature fictionnelle ou scientifique surtout à partir des années 1970. Cependant, les nouvelles approches pluridisciplinaires et plutôt pointues interrogent moins le concept que la réception des pratiques du pouvoir des différents totalitarismes. Ainsi, Bernard Bruneteau souligne ce fait majeur de l’évolution de la recherche en sciences sociales : « L’idéal-type du totalitarisme ne se confond pas avec la réalité des totalitarismes » (p. 12). Mais il rappelle la difficulté intrinsèque de la tâche dans l’utilisation du terme par les chercheurs car « son emploi a souvent été pénalisé par l’existence de forts enjeux idéologiques », liés aux combats et aux guerres du XXe siècle. C’est ainsi que « pour une part notable de l’intelligentsia, la mémoire des totalitarismes reste différentielle et sélective » (p. 13). A l’appui de cette démonstration, l’auteur rappelle les controverses des ouvrages sur le communisme dans les années 1990. Cette réserve sur les difficultés à appréhender le phénomène permet à l’auteur d’opter pour « une version modérée et ouverte du concept de totalitarisme » (p. 14) point de départ de son analyse et du décryptage des idées reçues qui accablent le concept. Il ajoute à cela une dimension comparatiste pour mieux rendre compte du cadre de « l’âge totalitaire » incarné par « la seconde guerre de trente ans (1914-1945) » qui frappe l’Europe. Le cadre est ainsi posé, permettant à l’auteur d’aborder la question à travers ses quatre parties.

Retraçons ici le contenu de ces quatre parties éclairantes et très bien organisées (renommées ci-après par nos inter-titres) qui inviteront le lecteur à se plonger dans les recherches de Bernard Bruneteau.

Plongée dans l’univers totalitaire

Dans une première partie intitulée « Qu’est-ce que le totalitarisme ? », l’auteur développe avec soin la discussion du concept et son ancrage « idéaliste et anachronique » dans l’antiquité tant occidentale qu’orientale (voir l’encadré « Platon totalitaire ? » pp. 21-22). Le changement de perspective plus réaliste qui intervient ensuite met l’accent, à l’aune des expériences bolchévique, fasciste et nazie, sur « une même conjoncture matricielle » (p. 20) liée aux bouleversements économiques et sociaux doublés de l’avènement d’idéologies extrêmes à la fin du XIXe siècle. Maturation puis éclosion au sortir de la Première Guerre mondiale dans un processus qui affecte profondément la légitimité démocratique.

Le second chapitre de cette partie se focalise sur les dérives du concept de totalitarisme et de son instrumentalisation (anticommunisme militant) pendant la guerre froide ce qui permet à l’auteur de revenir à la genèse du concept (Italie, 1923 ou 1925) tout en analysant finement les présupposés que cela implique pour tout chercheur. Notamment, « que l’usage du concept suppose d’accepter de penser préalablement dans les limites de la démocratie libérale » (p. 25). Sa première fonction antifasciste s’est ainsi développée pour « critiquer tous les régimes négateurs de liberté » (p. 26). Le chapitre se ferme sur deux parenthèses explicites : la première évoque un essai précoce de comparaison bolchevisme-fascisme paru en 1926 et en souligne la pertinence, le second propose une fiche de lecture concise et claire de l’ouvrage clé d’Hannah Arendt (pp. 28-29).

Le chapitre suivant poursuit l’investigation en décryptant les relations ambigües dans l’utilisation du terme de démocratie en liaison avec le totalitarisme. Il rappelle les « finalités démocratiques » défendues par les régimes hitlériens, mussoliniens ou staliniens s’appuyant sur l’avènement des masses ou du « peuple », véritable acteur de la démocratie. Une démocratie organique, promue encore aujourd’hui par les extrêmes, un corps-social sur lequel doit reposer le régime. Le débat est bien mené par l’auteur qui analyse les interactions complexes à partir de l’idée « souveraineté populaire », un mythe issu de la Révolution française. Démocratie directe (par le peuple) ou représentative (par les élus), la question est toujours d’actualité dans le débat politique justement démocratique de notre société. Pour aller dans le sens de cette perspective rappelons au lecteur que le Cambodge des Khmers Rouges s’était autoproclamé « Kampuchéa Démocratique », une démocratie totalitaire organisée par l’Angkar, « l’organisation », sensée incarner le peuple khmer, qui fut lui par contre, sauvagement réprimé (1,7 million de morts sous ce régime).

Le chapitre quatre est une excellente déclinaison du précédent. En s’intéressant à la sociologie des corps sociaux qui portent le totalitarisme au pouvoir, l’auteur réfute la thèse de l’homme-masse totalitaire, incarné par la « plèbe », pour démontrer un processus plus complexe. Il s’appuie dans ce sens sur l’étude pionnière de Rudolf Heberle publiée en 1945 qui analyse le premier bastion électoral du parti nazi (p. 42).

Le cinquième chapitre de cette partie inspecte les relations parfois tendues, concurrentielles ou conflictuelles, entre l’État et le Parti que l’on retrouve dans la dichotomie entre un État de normes (lois, administration) et un État d’intervention (arbitraire, violence) (p. 50). La notion d’État total est ainsi discutée à partir des exemples fasciste et nazi et enfin soviétique. La tension et les interactions, voir l’imbrication, entre les deux entités permettent à l’auteur de souligner l’utilisation impropre de la notion « d’État totalitaire », tant cet État est pris en tenailles par un Parti unique, « véritable moteur du mouvement de domination et de refonte du social » (p. 52). Sur ce dernier point une analyse des tensions au sein de l’État chinois sous la Révolution culturelle pourrait servir d’exemple à cette confrontation complexe entre l’État et un pouvoir révolutionnaire aux mains du chef charismatique des Gardes rouges (complexité supplémentaire en Chine populaire où le Parti se purge en même temps).

Comparer pour mieux comprendre

La seconde partie (« Fascisme, nazisme et communisme ») s’inscrit dans une perspective ouvertement comparatiste en bousculant pour de bon les idées reçues. En préambule, l’auteur prend ses dispositions en proposant une « chronologie totalitaire comparée » (pp. 54-55) qui pose d’emblée l’intérêt qu’il y a à comparer les systèmes et les pratiques de pouvoir.

Le premier chapitre questionne la pratique totalitaire de l’Italie mussolinienne et en définit « son caractère paradoxal » (p. 57). Il rappelle l’évolution historiographique qui admit difficilement le caractère totalitaire du régime mussolinien désormais bien mis en avant par les recherches d’Emilio Gentile (voir p. 59 et données chiffrées p. 63). L’accélération totalitaire du régime à partir de 1936 est démontrée par le « projet anthropologique » du Parti national fasciste (p. 62).

Le second chapitre explore la dimension stalinienne du soviétisme en soulignant l’apport crucial de Lénine dans la fabrique totalitaire. En outre, il réfute l’opposition classique entre un Lénine socialiste critique et un Staline incarnation d’une dérive non souhaitée et non programmée. Au contraire, l’étude de Lénine dans le texte et dans les actes démontre que tous les ingrédients du totalitarisme sont là (Tcheka police politique, ennemi du peuple, terreur légale, p. 69 ; épuration du corps social, p. 70). L’auteur cite à ce propos deux textes édifiants, l’un de Lénine sur le Parti révolutionnaire idéal (p. 70) défini dans Que Faire ? (1902) et l’autre sur le mécanisme de la terreur (p. 71).

Le troisième chapitre confronte les politiques de Staline et d’Hitler et questionne leur « rationalité ». Si l’une est permise dans le cas des études sur Staline, elle s’avère sévèrement remise en cause et dénoncée pour Hitler. En s’appuyant sur cette dichotomie rationalité/irrationalité, l’auteur entend dépasser le clivage qui perdure dans l’étude des deux totalitarismes et de définir ce qui apparaît comme rationnel dans l’irrationalité présupposée (voir p. 79). Il s’appuie sur les travaux novateurs d’Ernst Nolte (mais également critiquables, p. 74) et de François Delpla, biographe d’Hitler (p. 78), pour tenter de cerner la rationalité du nazisme. Il expose enfin « le mythe de la rationalité stalinienne » en s’appuyant sur un extrait du trotskiste Isaac Deutscher (pp. 80-81). Cet aller-retour sur les deux grandes figures du totalitarisme invite le lecteur à se plonger dans la tête de leurs auteurs, de les prendre au sérieux et de les confronter à leurs actes.

Enfin, le quatrième et dernier chapitre de cette partie analyse la séduction ambiguë exercée par l’idéologie communiste sur les intellectuels occidentaux. Cette séduction est largement nourrie par le rôle qu’entend assigner aux intellectuels le projet communiste à visée émancipatrice et par la violence doublée d’un déni du rôle de l’intellectuel dans les régimes fascistes ou nazis. Mais l’auteur démontre qu’il ne s’agit là que d’une « réalité partielle » (p. 85) si l’on regarde de plus près la persécution des intellectuels à l’évènement du pouvoir bolchévique elle s’avère implacable visant à primer l’ignorantisme et l’adhésion aveugle. Du côté du fascisme et du nazisme, l’adhésion d’une vague d’intellectuels longtemps ignorée par l’historiographie démontre que les deux pratiques totalitaires ont engendrées des intellectuels porteurs et missionnaires des valeurs du nouveau monde, du nouvel homme que ces régimes prônaient (p. 89). Dans cette configuration, ils se retrouvaient n’être que des « ingénieurs de l’âme » (expression de Staline), qu’ils fussent fascistes, nazis ou communistes.

Le totalitarisme à l’épreuve du monde réel

La troisième partie intitulée « Pouvoir, idéologie et société totalitaires » ambitionne d’interroger la mise en pratique du totalitarisme à travers quatre thèmes : l’ordre totalitaire, la résistance au totalitarisme, l’idéologie totalitaire comme outil central du système, et « l’Homme nouveau ».

En premier lieu, l’auteur analyse la réalité de l’ordre totalitaire qui s’avère être le plus souvent une façade masquant les conflits de pouvoir. En s’appuyant sur le communisme et le nazisme, il démontre au contraire le grand désordre qui parfois accompagne ces régimes jusqu’à la paranoïa. Toutefois, « la résistance du réel » à la représentation totalitaire (discours, arts, architectures) reste toute relative car l’idéologie « façonne les conduites » (p. 98).

La question de la résistance ressurgit dans le chapitre suivant pour atténuer l’image toute puissante du big brother de 1984 (Orwell) illustration typique de l’univers totalitaire. L’historiographie récente, en particulier en histoire sociale, s’est intéressée aux formes de résistance civile au sein des régimes totalitaires. Aux résistances ouvertes et spectaculaires bien connues (voir l’encadré sur les « Pirates de l’Edelweiss », p. 107 ou le « Complot du 20 juillet [1944] » contre Hitler rappelé en p. 168), il faut ajouter la résistance « des gens ordinaires » (p. 104) aux politiques des régimes soviétique ou nazi.

Le chapitre trois pose la question de l’idéocratie soit une forme de « sur-réalité idéologique » (p. 110) qui guide les régimes totalitaires. L’auteur entend reconnecter celle-ci dans son contexte social, « dans le concret ». A l’appui d’une histoire sociale qui nuance les effets du totalitarisme, il rappelle ce point essentiel :

« Plus que l’idéologie, c’est le cloisonnement social, les clivages et l’hétérogénéité qui constitueraient le levier le plus sûr de la domination totalitaire en rendant la prise de conscience et l’opposition plus difficiles, voire impossibles » (pp. 111-112).

Cette tension est bien décrite par l’auteur qui remarque qu’entre une histoire sociale qui donne la prépondérance aux facteurs sociaux et une histoire plus politique qui s’appuie sur le facteur idéologique de ces régimes, il existe une voie médiane. Celle-ci permet de souligner les interactions qui peuvent exister entre le pouvoir et la société, entre le haut et le bas, entre l’idéologie divulguée et ce qu’en fait les citoyens. Pour illustrer cette question, l’auteur retrace brièvement l’évolution de « la pensée Mao Zedong » et de son impact (p. 114) puis décrypte « l’utopie meurtrière » des Khmers rouges qui mena au génocide que l’on connaît. Il inscrit ce dernier autant dans une utopie idéologique que dans une brutalisation générale de la société cambodgienne en prise à la guerre civile et l’élargissement du conflit indochinois accompagnés de facteurs plus spécifiques (nationalisme, racisme, violence, société rurale vengeresse…) (p. 115). Ceci dit, à notre avis, cette interprétation sociale et culturaliste n’est pas forcément très convaincante si l’on établit une comparaison avec le Viêt-Nam voisin. Divisé par une guerre civile atroce et tout autant brutalisé, il ne se lança pas dans une vaste entreprise de destruction génocidaire malgré la sévère répression politique post-1975. La radicalité du régime des Khmers rouges reste un élément clé du questionnement des chercheurs.

Le chapitre qui clôt cette partie déconstruit le mythe de « l’Homme nouveau » des régimes totalitaires. Celui-ci apparaît d’emblée « plus crédible dans l’univers du communisme » en rupture avec « le Capital, Dieu et l’autocratie » (p. 117) alors que du côté fasciste ou nazi, il peine à masquer les rapports d’exploitation qui perdurent. Cette approche binaire perceptible dans la première historiographie laisse désormais place à une histoire qui analyse en profondeur « l’homme nouveau » des fascismes en soulignant son caractère radical et révolutionnaire. La représentation de cet homme idéalisé (guerrier, athlète, travailleur) s’inscrit contre l’anti-modèle incarné par le « bourgeois », le « dégénéré » ou le Juif (p. 122). L’auteur souligne l’inanité et l’échec de cette révolution anthropologique portée par des régimes totalitaires qui se délitent dans la guerre.

Discuter le totalitarisme

La quatrième partie (« Le totalitarisme : un objet polémique ») revient sur des points chauds et fondamentaux qui illustrent sans doute le mieux la question des idées reçues sur le sujet. En cinq chapitres, les questions les plus sensibles sont abordées. Trois chapitres interrogent de nouveau la pertinence d’une comparaison entre nazisme et communisme, deux autres questionnent le concept du totalitarisme confronté à l’histoire sociale et à la mondialisation actuelle.

Le premier chapitre entend démontrer la viabilité d’une comparaison entre soviétisme et nazisme. Bernard Bruneteau rappelle les éléments constitutifs de cette « thèse de l’équivalence » (caractère génocidaire de la famine ukrainienne, l’Holodomor, en encadré pp. 129-130) mais en souligne les limites. En effet, les visées nazies et soviétiques possèdent de vraies différences : l’une veut détruire une « pseudo-race » et l’autre construire un homme nouveau par tous les moyens (p. 131 citant Raymond Aron). Tout en mettant en avant les divergences de vues et d’action entre les deux systèmes, l’auteur défend la validité d’une comparaison sur la base d’une échelle de crimes de masse commune. Avec pertinence et finesse, il poursuit son raisonnement en distinguant l’impact de ces crimes sur les sociétés occidentales et « la longue asymétrie en matière de ressources documentaires » qui peut poser problème aux historiens (p. 132). La comparaison entre les deux systèmes est victime d’une distinction morale qui provoque des réactions affectives entre les supposés « bien » (« universalisme humaniste » défendu par l’Union soviétique) et « mal » (hiérarchie, inégalité, politique différentialiste : valeurs antihumanistes du régime nazi). Une distinction morale qui n’existe pas chez les dissidents de l’Est, bien placés pour avoir expérimentés les fameuses valeurs humanistes du communisme. En quelque sorte, la criminalité totalitaire reste aujourd’hui encore pénétrée de ces deux idées reçues. Un encadré rappelle l’importance des procès Kravchenko et Rousset dans la connaissance par l’opinion publique des camps russes et le départ du comparatisme entre les deux expériences concentrationnaires nazies et soviétiques rapportées par Margarete Buber-Neumann (p. 133).

Le second chapitre analyse en détail « le pacte totalitaire » nazi-soviétique, symbolisé par le pacte de non-agression du 23 août 1939 signé entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique. L’auteur nuance la portée diabolique et secrète de ce pacte en rappelant la realpolitik stalinienne soucieuse d’une guerre généralisée néfaste pour le projet politique russe du « socialisme dans un seul pays » (p. 139). Pour autant, les deux thèses « pacte totalitaire » ou « realpolitik de circonstance » possèdent des nuances ce qui amène l’auteur à énoncer un entre-deux alliant culture politique et perception subjective, une véritable « realpolitik totalitaire » (p. 141) que Staline incarna le mieux.

Le troisième chapitre aborde une des questions historiographiques les plus sensibles à savoir l’approche de ces phénomènes par l’histoire sociale qui tend à rendre « obsolète la notion de totalitarisme » (p. 143). L’auteur rend compte de cette « guerre civile intellectuelle » qui oppose les tenants d’une histoire « d’en-bas » (groupes et facteurs sociaux) à ceux de l’histoire « d’en-haut » (idéologie, structures, élites) dans leurs recherches sur le communisme soviétique. Les thèses de l’école « totalitarienne » (système bureaucratique commandant une société par l’idéologie toute puissante) sont défaites par l’école « révisionniste » américaine qui offre à travers une histoire du quotidien (Alltagsgeschichte) ou des rapports sociaux une vision plus nuancée de l’expérience communiste. Cependant, l’auteur perçoit les limites de cette dernière approche en soulignant :

« A voir dans l’URSS stalinienne une société plus qu’un régime, les tenants du révisionnisme ‘dur’ se condamnent à manquer justement ce qui la distingue d’autres formes de pouvoir : la programmation et l’usage de la violence de masse » (p. 146).

Avec l’accessibilité à de nouvelles archives, le clivage s’efface au profit d’une recherche qui analyse désormais les deux volets de la pratique totalitaire, une pratique à la fois vue d’en-haut et vue d’en bas et ses interactions évidentes. Enfin, il apparaît que le révisionnisme américain de la première heure admet sa sous-estimation du facteur politique dans l’analyse de la terreur et de la violence de masse (voir p. 142 sur John Arch Getty) et s’accommode désormais de l’approche « totalitarienne » (p. 148 à propos de Sheila Fitzpatrick) difficilement réfutable en bloc.

Cette tension dans les analyses rebondit dans le chapitre quatre de cette partie consacré au comparatisme entre nazisme et communisme. Ce chapitre renvoie aux précédentes questions évoquées dans la seconde partie de l’ouvrage mais s’attarde ici sur la pertinence du comparatisme. Celui-ci est réfuté par certains intellectuels sous l’emprise de l’émotion et de la morale qui continuent de percevoir des différences majeures entre les deux projets totalitaires. Pour eux, le goulag stalinien n’est pas le camp de concentration nazi. Le premier incarne la dérive meurtrière d’une doctrine communiste « à visée émancipatrice » tandis que l’autre affiche d’emblée une conception inhumaine de l’homme (p. 149) : « le nazisme est par essence monstrueux, le communisme a abouti a des résultats monstrueux » (p. 149). Or cette approche clivée et tranchée (Lumières/Anti-lumières ; Révolution/Contre-révolution) fait fi d’une part, des convergences repérables entre les deux idéologies et d’autre part, de la dimension criminelle réelle et effective au delà des simples objectifs affichés et intentions divulguées par l’idéologie. Bref, la part des actes dans l’analyse prend tout son sens et droit être prise au sérieux d’autant plus que les deux systèmes engendrèrent des millions de victimes et fonctionnèrent avec des modalités de pratique totalitaire largement identifiables et comparables (voir aux pp. 152-154). Une similitude illustrée par le dialogue imaginaire de Vassili Grossman entre un chef de camp SS et un détenu communiste proposé en encadré (p. 155).

Pour clore cette partie, l’auteur s’intéresse au phénomène actuel et assez général de dénigrement du « libéralisme globalisé ». Celui-ci incarnerait un nouveau totalitarisme pour la gauche radicale comme pour la Nouvelle droite. Il n’est pas rare en effet de voir que les deux extrêmes (gauche et droite) s’accordent pour dénoncer le « capitalisme total », la dictature des marchés, les régimes globalitaires supplantant les anciens systèmes totalitaires, voire la « terrorisation démocratique » (p. 158) processus de destruction et de déracinement des hommes. Mais cette « vulgate alarmiste et réductrice » (p. 158) repose sur une lecture quelque peu rapide des thèses anticapitalistes du philosophe Herbert Marcuse, célèbres dans les années 1970. Car, Bernard Bruneteau le souligne, dans son approche de l’État libéral à l’État totalitaire, Marcuse se garde bien de tout confusionnisme et ne dénigre pas le rôle protecteur des démocraties vis-à-vis des droits des citoyens. Ainsi, « l’identification polémique néolibéralisme/totalitarisme pêche surtout par une vision réductrice du totalitarisme lui-même, assimilé à une ‘tendance’ repérable au cœur même des sociétés démocratiques » (p. 161). Or, la logique totalitaire vise « à mettre fin à la différenciation État/société par le biais d’incarnations successives (Peuple, Parti, Chef) » (p. 162).

La conclusion courte ne s’attarde pas sur ce qui a été vu et synthétise bien l’évolution historiographique. Dans un premier temps, l’auteur en rappelle les grands jalons que l’on peut reproduire schématiquement ainsi :

  • Années 1950 / Guerre froide / Modèle totalitaire statique avec fonction apologétique de l’ordre démocratique occidental / Interprétation des sciences politiques
  • Années 1960 / Révision historiographique USA et RFA / Déconstruction du modèle totalitaire / Prépondérance de l’histoire sociale
  • Années 1970 / Dissidents de l’Est + Génocide cambodgien / Question centrale des Droits de l’homme / Nouvelle exploration
  • Fin des années 1980 et années 1990 / Disparition de l’URSS / Retour en force du concept / Clé d’interprétation du XXe siècle

Dans un second temps, il fait le point sur l’historiographie des vingt dernières années en soulignant la pluralité des approches et des résultats obtenus. En modifiant l’échelle d’analyse sur une durée plus longue, il met également en avant la particularité du XXe siècle dans l’accomplissement de ces phénomènes, perceptibles dans la périodisation dite de « la seconde guerre de trente ans » (1914-1945). Exploré sous toutes ses facettes depuis les années vingt, le concept de totalitarisme reste pertinent et « indépassable » (p. 164). Il ne manque cependant pas de susciter de nouvelles controverses dans son utilisation parfois dévoyée contre un ennemi potentiel.

L’ouvrage est complété par deux annexes très utiles. La première est un glossaire de 21 termes et deux auteurs (pp. 167-174) qui permet au lecteur de se repérer dans les expressions typiques évoquées au fil du texte (il y manque toutefois les expressions Holodomor et Alltagsgeschichte utilisées dans le texte). Le glossaire est suivi par une bibliographie de références sur les dernières études comparatistes, celles qui étudient l’évolution du concept, puis couvrant les œuvres littéraires et cinématographiques clés. Enfin, une cinquantaine de titres présentée par chapitre permet d’approfondir chaque « idées reçues » (pp. 175-180).

* * *

Cet ouvrage dense, précis et très clairement rédigé balaie ainsi de nombreux points importants sur un sujet à l’historiographie abondante toujours aussi sensible aux conjonctures et à l’évolution de notre monde. Le parti pris de Bernard Bruneteau de ne prendre parti pour telle ou telle thèse savamment énoncée est perceptible par l’utilisation régulière du conditionnel. Cela lui permet de conserver le recul nécessaire lorsqu’il évoque les controverses sur Ernest Nolte (p. 128) ou les travaux des « révisionnistes » américains sur l’histoire soviétique (p. 112 et sur John Arch Getty, p. 142). Si le petit ouvrage brasse l’essentiel des thématiques, d’autres aspects pourraient faire l’objet d’une investigation. Par exemple, la métamorphose des systèmes étudiés, celle d’un système vers un autre, d’une pratique vers une autre (réconciliant de fait les approches « totalitarienne » et « révisionniste »). La transformation des États communistes du totalitarisme à l’autoritarisme en est un exemple frappant. Les passerelles idéologiques ou les parcours des hommes pourraient également faire l’objet d’un chapitre. De même, la question de l’hybridité de certains systèmes qui oscillent entre totalitarisme et autoritarisme, conservant des éléments de l’un ou de l’autre de ces systèmes est une question qui a sa pertinence. L’ouvrage peut également être lu comme un plaidoyer pour le comparatisme car la question est abordée à plusieurs reprises et à bon escient. A l’heure où les démocraties soumises aux fortes contraintes économiques de la mondialisation présentent des signes de faiblesses et à l’heure de l’émergence de forces populistes cet ouvrage se révèle être d’un intérêt vif et particulier. En outre, il offre au lecteur toutes les clés pour approfondir la réflexion.

François Guillemot, 24/11/2013.

Réf. : Bernard Bruneteau, L’âge totalitaire. Idées reçues sur le totalitarisme, Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, 2011, 180 p.

Autres ouvrages du même auteur sur ce sujet :

  • Bernard Bruneteau, Le totalitarisme. Origines d’un concept, genèse d’un débat, 1930-1942, Paris, Cerf, 2010.
  • Bernard Bruneteau, Le siècle des génocides, Paris, Armand Colin, 2004.
  • Bernard Bruneteau, Les totalitarismes, Paris, Armand Colin, 1999 (réédition actualisée en 2013).