Archives par mot-clé : Le Duc Tho

Grandeur et vicissitudes du vainqueur de Điện Biên Phủ : le Général Giáp par Huy Đức

HuyDucBook-Cover-NoPic[ndlr] Mise en ligne par la revue en ligne Diễn Đàn Forum à l’occasion du 60e anniversaire de la victoire de Điện Biên Phủ, nous signalons cette traduction française du chapitre du journaliste Huy Đức consacré au Général Võ Nguyên Giáp. Ci-après l’avant-propos de Diễn Đàn. Ce chapitre lève le voile sur les affaires internes du parti, son fonctionnement policier, les rivalités au sommet du pouvoir et la direction de la guerre de réunification.

De nombreux livres et documents au Vietnam comme à l’étranger ont examiné le rôle historique du Général Giáp dans la création de l’armée populaire du Vietnam et dans la résistance contre la France. Mais son rôle réel dans la guerre contre les États-Unis et pour la réunification du pays a été amoindri, pour ne pas dire déformé par de nombreux ouvrages officiels. Sur le plan personnel, il a été directement mis en cause dans l’affaire dite du “groupe révisionniste anti-parti” en 1967, puis traité par Lê Đức Thọ au VIè Congrès de “fils adoptif du commissaire” Louis Marty (chef de la police coloniale), mis en cause à la veille du VIIè Congrès dans l’affaire Năm Châu – Sáu Sứ, montée par Lê Đức Anh, Nguyễn Đức Tâm et le Deuxième Bureau de l’armée, et enfin dans le dit complot T4, fabriqué par Nguyễn Chí Vịnh… Preuves à l’appui, Huy Đức a éclairé cette partie sombre de l’histoire. Voici la traduction intégrale, par Lô Giang, du chapitre 15 intitulé “Tướng Giáp” de Huy Đức (Bên Thắng Cuộc / Du côté des vainqueurs, tome II, Editions Osinbook, Sài Gòn – Boston – Los Angeles – New York, 2012, pp. 135-180).

Pour faciliter la lecture des chercheurs et des vietnamisants, nous avons gardé les signes diacritiques pour les noms propres. En ce qui concerne le nom des personnes, certains personnages sont appelés soit par leur nom complet, soit par leur petit nom (de guerre) : Võ Nguyên Giáp ou Văn, Lê Duẩn ou Anh Ba, ou Ba Duẩn (Troisième Frère Duẩn), Lê Đức Thọ ou Anh Sáu, ou Sáu Thọ (Sixième Frère Thọ). Pour les noms de lieux : en raison de la partition de fait du Vietnam (de 1954 à 1975) par les Accords de Genève, le terme « Sud Vietnam » (ou, plus simplement, « le Sud ») désigne la moitié du Vietnam située au sud du 17eme parallèle. Avant 1954, « Sud-Vietnam » désigne le Nam Bộ (ex-Cochinchine), comme « Centre-Vietnam » le Trung Bộ (ex-Annam), et « Nord-Vietnam » Bắc Bộ (ex-Tonkin). Sans être une unité administrative formelle, Nam Bộ a été, pendant la guerre américaine, une réalité pleine et entière, sous la responsabilité directe du « Comité Central du Sud » (Trung ương cục miền Nam) du Parti Communiste, dont le nom de code est « B2 » (B étant le nom de code désignant tout le Sud du Vietnam). Dans ce chapitre, il est très souvent question des zones Ouest et Est du Nam Bộ.

Pour ne pas encombrer l’esprit du lecteur, et étant donné la richesse des notes de l’auteur, mises en fin de textes, accessibles en cliquant sur les chiffres (104 au total, numérotées de 173 à 276, pour ce seul chapitre), nous nous sommes limités à quelques « notes du Traducteur » mises entre parenthèses.

Conscients de la valeur de ce document de référence, nous avons tenu, avec l’accord de l’auteur, à le publier à l’occasion du 60eme anniversaire de la victoire de Điện Biên Phủ qu’un homme politique français (J.-P. Chévènement, pour ne pas le nommer) a justement qualifiée de « Valmy des peuples colonisés ». La version originale de ce texte a été publiée dans notre revue : Tướng Giáp.

Diễn Đàn

Lire le chapitre traduit sur Diễn Đàn Forum  : Le Général Giáp

NB: signalons à nos lectrices/lecteurs non vietnamisants que cette traduction contient quelques imperfections et coquilles qui seront sans doute corrigées.

L’Accord de Paris sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam – Paul Isoart

[ndlr] A l’occasion des 40 ans de la signature des Accords de Paris le 27 janvier 1973, nous proposons au lecteur cette analyse fouillée de Paul Isoart (1931-) parue dans l’Annuaire français de droit international, édité en 1973.

Le Professeur Paul Isoart revient en détail sur le processus qui mena à cet accord historique en y décelant les ambiguïtés, les non-dits, les différentes visions qu’elles soient américaines, du FNL Sud Viêt-Nam, de la RDVN (Hanoi) ou de la RVN (Saigon).

Le 27 janvier 1973 était signé, à Paris, par les ministres des affaires étrangères des États-Unis et de trois gouvernements vietnamiens « l’accord sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam ». Ainsi prenait fin officiellement, – s’il faut croire le Président Richard Nixon, « la guerre la plus longue et la plus difficile qu’ait connue l’Amérique », guerre subie par celle-ci « non pour des avantages égoïstes, mais pour aider les autres à résister à l’agression » (1) . Cette affirmation, solennellement proclamée lors de la cérémonie d’investiture du Président au début de son second mandat, n’est que partiellement exacte.

Issue d’un long processus d’intoxication (2) , elle risque de perpétuer dans la péninsule indochinoise une ère d’affrontements armés qu’il est souhaitable, pour tous, de voir définitivement cesser. Si par « intérêts égoïstes », le Président des États-Unis entend faire référence à des intérêts essentiellement matériels il est vrai que l’engagement américain n’a pas eu pour objet de les protéger car, du moins en 1954, ils étaient insignifiants. Peut-on cependant nier que le conflit du Vietnam résulte d’une volonté systématique d’imposer la loi des États-Unis au nom d’un leadership politique hérité de l’histoire ? La lecture des documents publiés, en 1971, par le « New York Times » sous le titre « The Pentagon Papers » est, à cet égard, riche d’enseignements et de révélations. Ce dossier de l’ « histoire secrète » d’une guerre est composé d’éléments extraits d’un rapport de 7 000 pages rédigé de 1967 à 1969 par des spécialistes américains à la demande de M. MacNamara, alors secrétaire d’Etat à la Défense (3).

Lire la suite : Persée  et PDF en ligne

Réf. : Isoart Paul. L’Accord de Paris sur la cessation de la guerre et le rétablissement de la paix au Sud-Vietnam. In: Annuaire français de droit international, volume 18, 1972. pp. 101-121.

* * *

  • Voir aussi la Une du Journal du Dimanche du 28 janvier 1973 : leJDD

28 janvier 1973: La paix au Vietnam signée à Paris

Ancienne puissance coloniale en Indochine devenue Vietnam, la France, où Ho Chi Minh a fait ses études [sic], accueille les parties belligérantes au conflit afin de parapher les accords de paix d’une guerre qui dure depuis dix ans. Les accords de Paris, signés par le Nord-Vietnam et les Etats-Unis entérinent le cessez-le-feu et le retrait des troupes américains dans un délai de 60 jours. En échange, Hanoi s’engage à libérer tous les prisonniers. Les négociateurs en chef sont Lê Duc Tho pour le Vietnam et Henry Kissinger pour la première puissance militaire du monde mise à mal par les combattants vietcong. La guerre entre le Nord et le Sud Vietnam ne s’achèvera qu’en 1975.

  • L’analyse de l’historien Alain Ruscio dans l’Humanité en ligne :

Alain Ruscio, « Il y a quarante ans: les accords 
de Paris sur le Vietnam« , L’Humanité, 25/01/2013.