Archives par mot-clé : Le Duan

Ken Burns et Lynn Novick : « The Vietnam War » [Arte 19-27 septembre 2017]

[ndlr] Annonce d’une nouvelle série documentaire de dix épisodes de 55′ chacun sur le conflit vietnamien. Présentation du premier épisode sur la chaîne Arte.

Ken Burns et Lynn Novick (« The [Vietnam] War ») font revivre le traumatique Vietnam de l’intérieur. Une plongée sanglante au cœur de la tragédie qui a façonné la fin du XXe siècle.

  • Premier volet : Indochine, la fin (1858-1961). Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française.

Au terme d’une guerre longue et brutale, les révolutionnaires indépendantistes du Viêt-minh, menés par Hô Chi Minh, mettent fin à près d’un siècle de domination coloniale française. Les accords de Genève, signés après la chute de Diên Biên Phu en 1954, divisent le pays en deux. Au Nord, le Viêt-minh communiste, soutenu par la Chine et l’URSS, veut réunifier le pays. Au Viêtnam du Sud, pris dans la logique d’une guerre froide qui s’intensifie, les États-Unis apportent leur soutien au régime autocratique du président Diêm. Début 1961, la ligne dure prônée par Lê Duân, premier secrétaire du Viêt-minh, encourage la guérilla menée dans les zones rurales du Sud par le « Viêt-cong » – surnom donné par leurs ennemis au bras armé du FNL, fondé par les indépendantistes du Sud.

La mère des guerres modernes

Ken Burns et Lynn Novick font revivre de manière inédite la guerre du Viêtnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains, dans une fresque documentaire digne d’ »Apocalypse Now « ou de « Voyage au bout de l’enfer ». En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, qui firent plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins. Simple militaire ou dirigeant politique, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou sœur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette tragédie aux dimensions épiques, mère de toutes les guerres modernes. Au fil d’une narration où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de dix ans de recherche, associée à de célèbres photos, des films amateurs ou des enregistrements sonores dévoilant les coulisses de la Maison-Blanche, racontent l’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la guerre froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. Ou l’histoire d’un conflit qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

Source : Arte

Lire la critique de Thomas A. Bass sur Mekong Review (en accès libre seulement quelques jours) : https://mekongreview.com/americas-amnesia/

Lien-Hang Nguyen : North Vietnam Had an Antiwar Movement, Too [Aug. 25, 2017]

[ndlr] Dans la série Vietnam ’67 du New York Times, un article de l’historienne Lien-Hang Nguyen sur la dissidence en RDVN pendant la guerre.

When we think back to the signal events of the antiwar movement in 1967, we recall the Rev. Dr. Martin Luther King Jr.’s powerful April 4 speech denouncing the war, the thousands of returned registration cards during the “Stop the Draft” week, and the March on the Pentagon that brought record numbers of demonstrators to the nation’s capital.

That year also witnessed global protests condemning the war, as demonstrations in European capitals and the International War Crimes Tribunal issued powerful rebukes against American intervention in Southeast Asia. News coverage of the war also shifted that year, including the first call by The New York Times for a halt to the bombing and the initiation of peace talks.

Less well known, but just as significant, was the antiwar “movement” in North Vietnam. Less a movement than a heterogenous array of voices, it included a wide swath of North Vietnamese society, within the government and among the general public.

Some had never wanted to go to war to liberate the South in the first place, and had sought instead to build the North and reunify the country through political means. Educated in the Soviet Union, some of these individuals even occupied prominent positions in the Vietnamese Communist Party. By 1967, these officials were calling on their government to begin negotiations to put an end to the devastating war. When one such party member, Hoang Minh Chinh, disseminated his political views in an essay he called “Dogmatism in Vietnam,” he became the ruling clique’s No. 1 enemy.

Lire la suite : New York Times

Lien-Hang Nguyen is a professor of history at Columbia and the author of the forthcoming “Tet 1968: The Battles That Changed the Vietnam War and the Global Cold War.”

Image « à la une » : The North Vietnamese Communist Party leader Le Duan strengthened the “counter counterrevolutionary” campaign to quell dissent against the war. © Nehon Denpa News/Associated Press

Lien-Hang Nguyen : Who Called the Shots in Hanoi?

[ndlr] Le Viêt-Nam en guerre pendant l’année 1967 : une vue de Hanoi. Signalons cet excellent article de l’historienne Lien-Hang Nguyen.

As any account of combat in the Vietnam War will tell you, America fought an “elusive enemy”: guerrillas who would strike and then disappear; battalion commanders who refused to engage in open battles. But there’s more to the cliché than most people realize. Even by 1967, America’s military, intelligence and civilian leaders had no real idea who was actually calling the shots in Hanoi.

To some extent, this is what the North wanted — the impression that decisions were made collectively, albeit under the gentle guiding hand of President Ho Chi Minh. But the American confusion also, inadvertently, reflected the messy, factionalized reality of North Vietnamese politics, one that historians are only now coming to grasp. Thanks to the slow if capricious process of historical declassification, the publications of renegade memoirs and histories, the dissemination of “open letters” by disgruntled former leaders, and the careful and painstaking research and analysis by Vietnam specialists, we now have a better understanding of who was on top in Hanoi and what battles he waged to get there.

Lire la suite / Read more : The New York Times, The Opinion Pages, 14/02/2017.

Lien-Hang Nguyen is a professor of history at Columbia and the author of the forthcoming “Tet 1968: The Battles That Changed the Vietnam War and the Global Cold War.”

Image « à la une » ; Ho Chi Minh, le président de la RDVN et Le Duan, le secrétaire général du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam [futur PCV] à Hanoi.

François Guillemot : De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Résumé de notre communication pour le colloque « La guerre dans les civilisations de l’Orient et de l’Extrême-Orient » organisé par la Société Asiatique, le Collège de France, CRCAO et l’unité Proche-Orient Caucase.

Guillemot_PolémologieRDVN_19mai2015

De la « guerre du peuple » à la « guerre civile révolutionnaire »

Essai de polémologie vietnamienne

Cette communication défend la thèse que l’on ne peut détacher la « guerre révolutionnaire » de son pendant de guerre civile, ce que Mao Zedong résuma dans l’appellation concise de « guerre civile révolutionnaire » (国内革命战争). Mais ce qui fut clairement édicté par Mao pour le cas de la Chine populaire n’a jamais été clairement mis en avant par la polémologie de la République démocratique du Viêt-Nam (RDVN) dans sa guerre de réunification entre 1945 et 1975. Les termes de « guerre civile » (nội chiến) sont restés pendant des décennies le tabou absolu d’une guerre qualifiée dans l’historiographie actuelle de « guerre de destruction » (chiến tranh phá hoại) ou de « guerre d’agression » (chiến tranh xâm lược) versus « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) puis de « résistance antiaméricaine pour le salut national » (cuộc kháng chiến chống Mĩ cứu nước) et plus généralement pour les deux guerres de « résistance contre le colonialisme français et l’impérialisme américain » (cuộc kháng chiến chống thực dân Pháp và đế quốc Mỹ).

Dans un premier temps, après avoir mesuré l’importance des sources vietnamiennes, nous poserons la question de l’appellation de cette guerre à multiples facettes et notamment de sa dimension de guerre civile. Nous nous intéresserons dans un second temps au concept de « guerre du peuple » (chiến tranh nhân dân) développé par le général Võ Nguyên Giáp pour en comprendre les ressorts. Nous verrons comment ce concept évolue lorsque la décision de la reconquête du Sud par les armes est adoptée lors du 15e Plenum du Parti des Travailleurs du Viêt-Nam (Đảng Lao Động Việt Nam) en janvier 1959. Nous soulignerons l’aide de la Chine populaire et l’influence du maoïsme sur la lutte révolutionnaire « exemplaire » du Viêt-Nam dans le contexte de la brouille sino-soviétique et de la prédominance des thèses de Lê Duẩn, Premier secrétaire du Parti de 1960 à 1976 puis Secrétaire général du PCV de 1976 à 1986, date de sa mort.

Après avoir interrogé le discours sur la nature de la guerre, il s’agira, dans un troisième temps, de sonder la réalité de la guerre, voir « ce que faire la guerre révolutionnaire veut dire » sur le terrain des opérations. Nous suivrons l’évolution de ce type de guerre lorsque la guerre civile atteint son paroxysme notamment dans le Sud sous la forme d’une « guerre civile révolutionnaire », centrée sur l’ennemi intérieur et ouvrant la voie à l’invasion du Sud par le Nord. Nous verrons comment est analysée la figure de l’ennemi (extérieur/intérieur) qui prend forme au Viêt-Nam dès 1945-46 pour se terminer dans les années 1990 avec la fin du conflit cambodgien, marqué par les dernières luttes contre les réseaux armés anticommunistes des exilés vietnamiens infiltrés en péninsule indochinoise.

Enfin, dans une dernière partie, nous questionnerons différents aspects de la guerre populaire et tenterons d’identifier et de mesurer les étapes de la guerre civile entre 1945 et 1975. En conclusion, notre réflexion se portera sur l’impact de long terme que la vision officielle de la guerre fait encore peser sur le destin politique du pays désormais en paix et sur les consciences d’un Viêt-Nam pluriel et transnational.

Guillemot François, IAO, CNRS, ENS de Lyon

Voir le vocabulaire de la guerre en ligne sur notre carnet de recherche sur les femmes et la guerre au Viêt-Nam.

Programme complet du colloque en ligne sur le site du Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO) et sur le Blog de l’IAO.

Tuong Vu : The United States isn’t the only country still trying to figure out the Vietnam War

[ndlr] Article de Tuong Vu sur la signification et le poids de la guerre pour le Viêt-Nam d’aujourd’hui.

Forty years ago this month, the savage war in Vietnam ended dramatically with North Vietnamese tanks crashing through the gates of the Presidential Palace in Saigon. As Americans continue to struggle over the legacies of the Vietnam War, it may surprise many of us that our former enemy who won that war is confronting a crisis over its meaning.

Ever since the end of the war, Hanoi leaders have sought to capitalize on their military victory to legitimize their rule. Every year the event is celebrated with great fanfare, as “the day when South Vietnam was liberated and the country reunified.” The victory on that day, Vietnamese are told again and again, epitomized the 4,000-year history of Vietnamese struggle for independence. Its greatness validated the eternal mandate of the Communist Party to rule the country.

Yet public opinion inside Vietnam about the meaning of the war has quietly shifted in the last two decades as Vietnamese gained the freedom to travel abroad, as scholars gained access to previously classified documents, and as the internet broke the government’s monopoly on access to information. The internet has been the government’s chief adversary more than anything else. Most Vietnamese were born after the war, and without the internet they would not have been able to know what really happened during the war and in its aftermath.

VietnamWar_DongXoai1965
In this June 1965 photo, South Vietnamese civilians, among the few survivors of two days of heavy fighting, huddle together in the aftermath of a battle to retake a Vietcong-held post at Dong Xoai, Vietnam © AP Photo/Horst Faas.

[…]

Much to the government’s chagrin, Vietnamese now view the war as a proxy war and civil war rather than one for national liberation and unification (Tuong Vu).

Lire la suite / Read more : History News Network, 20/04/2015.

A native of Vietnam and an associate professor of political science at the University of Oregon, Tuong Vu has authored many books and articles about the Cold War, the Vietnam War, and the Vietnamese revolution. He can be reached at thvu@uoregon.edu.

Từ vụ ‘Xét lại chống Đảng’ tới Nam tiến [BBC]

[ndlr] Le décès récent (22 février) du colonel Lê Trọng Nghĩa ranime les questions autour de la conduite de la guerre entre le Nord et le Sud. Retour sur les hommes de l’appareil politico-militaire de la RDVN fascinés par la doctrine guerrière maoïste et sur l’affaire dite des « révisionnistes anti-Parti ». Entretien de Nguyễn Minh Cần, en exil à Moscou depuis 1964, sur la BBC.

LeTrongNghia
Lê Trọng Nghĩa (1922-2015) © BBC

 

Từ vụ ‘Xét lại chống Đảng’ tới Nam tiến

Một trong những người liên quan tới vụ ‘Xét lại chống Đảng’ và phải sống lưu vong tại Moscow từ năm 1964 nói khó có khả năng giới lãnh đạo hiện nay và những người kế tiếp họ sẽ xem xét lại vụ việc.

Ông Nguyễn Minh Cần, cựu Phó Chủ tịch thành phố Hà Nội, người từ chối bỏ học để trở về Việt Nam theo yêu cầu của Đảng Cộng sản hồi năm 1964, cũng nói khó có thể biện minh cho cuộc chiến Bắc Nam.

Trong phỏng vấn với Nguyễn Hùng hôm 24/2, trước hết ông Cần nói về Đại tá Lê Trọng Nghĩa, một nạn nhân của vụ xét lại chống Đảng và người vừa qua đời ở Hà Nội hôm Chủ Nhật, 22/2/2015:

« Đại tá Lê Trọng Nghĩa là người có vai trò trong Cách mạng tháng Tám…

« Anh Nghĩa lúc bấy giờ thay mặt cho Việt Minh để bàn bạc với chính phủ Trần Trọng Kim.

« Tức là trong năm cuộc gặp nhau để bàn bạc thì có mặt của anh Nghĩa.

« Sau khi anh làm việc cho Đại tướng Võ Nguyên Giáp thì anh là người rất có đạo đức và là người rất kiên cường trong việc bảo vệ quan điểm của mình.

« Quan điểm của anh cũng như quan điểm của tất cả chúng tôi, những anh em bị quy là ‘xét lại chống Đảng’, tức là không chấp nhận đi theo đường lối của Mao Trạch Đông.

« Đi theo đường lối của Mao Trạch Đông, muốn hay không muốn, sẽ dẫn tới đấu tranh vũ trang để gây ra cuộc chiến giữa Bắc và Nam.

« Thái độ của anh Nghĩa rất rõ ràng cho tới cuối cùng. Đây là điểm tôi rất kính mến, » ông Cần nói với BBC trong phỏng vấn hôm 24/2.

Lire la suite : BBC, 25/02/2015.

* * *

‘Xét lại’ và cuộc chiến Nam Bắc

Ông Nguyễn Minh Cần, cựu quan chức sống lưu vong ở Moscow từ 1964, nói về nội tình vụ ‘xét lại’ và cuộc chiến Nam Bắc.

Nguyễn Hùng của BBC nói chuyện với vị cựu Phó Chủ tịch Ủy ban Hành chính Hà Nội hôm 24/2 nhân ngày diễn ra tang lễ Đại tá Lê Trọng Nghĩa, một nạn nhân của vụ ‘Xét lại chống Đảng’ trong đó thư ký hay cựu thư ký của cả Chủ tịch Hồ Chí Minh và Đại tướng Võ Nguyên Giáp bị bắt giam.

Quý vị có thể đọc toàn bài tại đường dẫn này và có thể đăng ký trên YouTube để theo dõi các video dạng HD của BBC.

Source : BBC, 25/02/2015.

 

Ouvrages de Nguyen Minh Can :

  • Nguyễn Minh Cần, Công lý đòi hỏi, Westminster, CA, Văn nghệ, 1997.
  • Nguyễn Minh Cần, Chuyện nước non, Westminster, CA, Văn nghệ, 1999.

  • Nguyễn Minh Cần, Đảng Cộng sản Việt Nam qua những biến động trong phong trào cộng sản quốc tế, Westminster, CA, Tuổi xanh, [2001].

Voir aussi :

Grandeur et vicissitudes du vainqueur de Điện Biên Phủ : le Général Giáp par Huy Đức

HuyDucBook-Cover-NoPic[ndlr] Mise en ligne par la revue en ligne Diễn Đàn Forum à l’occasion du 60e anniversaire de la victoire de Điện Biên Phủ, nous signalons cette traduction française du chapitre du journaliste Huy Đức consacré au Général Võ Nguyên Giáp. Ci-après l’avant-propos de Diễn Đàn. Ce chapitre lève le voile sur les affaires internes du parti, son fonctionnement policier, les rivalités au sommet du pouvoir et la direction de la guerre de réunification.

De nombreux livres et documents au Vietnam comme à l’étranger ont examiné le rôle historique du Général Giáp dans la création de l’armée populaire du Vietnam et dans la résistance contre la France. Mais son rôle réel dans la guerre contre les États-Unis et pour la réunification du pays a été amoindri, pour ne pas dire déformé par de nombreux ouvrages officiels. Sur le plan personnel, il a été directement mis en cause dans l’affaire dite du “groupe révisionniste anti-parti” en 1967, puis traité par Lê Đức Thọ au VIè Congrès de “fils adoptif du commissaire” Louis Marty (chef de la police coloniale), mis en cause à la veille du VIIè Congrès dans l’affaire Năm Châu – Sáu Sứ, montée par Lê Đức Anh, Nguyễn Đức Tâm et le Deuxième Bureau de l’armée, et enfin dans le dit complot T4, fabriqué par Nguyễn Chí Vịnh… Preuves à l’appui, Huy Đức a éclairé cette partie sombre de l’histoire. Voici la traduction intégrale, par Lô Giang, du chapitre 15 intitulé “Tướng Giáp” de Huy Đức (Bên Thắng Cuộc / Du côté des vainqueurs, tome II, Editions Osinbook, Sài Gòn – Boston – Los Angeles – New York, 2012, pp. 135-180).

Pour faciliter la lecture des chercheurs et des vietnamisants, nous avons gardé les signes diacritiques pour les noms propres. En ce qui concerne le nom des personnes, certains personnages sont appelés soit par leur nom complet, soit par leur petit nom (de guerre) : Võ Nguyên Giáp ou Văn, Lê Duẩn ou Anh Ba, ou Ba Duẩn (Troisième Frère Duẩn), Lê Đức Thọ ou Anh Sáu, ou Sáu Thọ (Sixième Frère Thọ). Pour les noms de lieux : en raison de la partition de fait du Vietnam (de 1954 à 1975) par les Accords de Genève, le terme « Sud Vietnam » (ou, plus simplement, « le Sud ») désigne la moitié du Vietnam située au sud du 17eme parallèle. Avant 1954, « Sud-Vietnam » désigne le Nam Bộ (ex-Cochinchine), comme « Centre-Vietnam » le Trung Bộ (ex-Annam), et « Nord-Vietnam » Bắc Bộ (ex-Tonkin). Sans être une unité administrative formelle, Nam Bộ a été, pendant la guerre américaine, une réalité pleine et entière, sous la responsabilité directe du « Comité Central du Sud » (Trung ương cục miền Nam) du Parti Communiste, dont le nom de code est « B2 » (B étant le nom de code désignant tout le Sud du Vietnam). Dans ce chapitre, il est très souvent question des zones Ouest et Est du Nam Bộ.

Pour ne pas encombrer l’esprit du lecteur, et étant donné la richesse des notes de l’auteur, mises en fin de textes, accessibles en cliquant sur les chiffres (104 au total, numérotées de 173 à 276, pour ce seul chapitre), nous nous sommes limités à quelques « notes du Traducteur » mises entre parenthèses.

Conscients de la valeur de ce document de référence, nous avons tenu, avec l’accord de l’auteur, à le publier à l’occasion du 60eme anniversaire de la victoire de Điện Biên Phủ qu’un homme politique français (J.-P. Chévènement, pour ne pas le nommer) a justement qualifiée de « Valmy des peuples colonisés ». La version originale de ce texte a été publiée dans notre revue : Tướng Giáp.

Diễn Đàn

Lire le chapitre traduit sur Diễn Đàn Forum  : Le Général Giáp

NB: signalons à nos lectrices/lecteurs non vietnamisants que cette traduction contient quelques imperfections et coquilles qui seront sans doute corrigées.