Archives par mot-clé : langue vietnamienne

« Tremplin pour le Vietnam » – Université Paul-Valéry Montpellier 3

Signalement d’une belle initiative pour promouvoir les études vietnamiennes en région.

OUVERTURE OFFICIELLE DU NOUVEAU DIPLÔME UNIVERSITAIRE CONSACRÉ A LA LANGUE ET A LA CULTURE VIETNAMIENNE “TREMPLIN POUR LE VIETNAM”

L’Université Paul-Valéry Montpellier 3 lance officiellement son nouveau diplôme universitaire « Tremplin pour le Vietnam » à l’occasion d’une soirée, organisée au théâtre la Vignette, en présence de S.E. l’ambassadeur du Vietnam en France et de la présidente du groupe d’amitié France-Vietnam à l’Assemblée nationale.

Avec 36 heures d’initiation à la langue et la culture vietnamienne, et 36 heures d’approfondissement de l’histoire et de la géopolitique du Vietnam, ce nouveau diplôme s’inscrit dans le cadre d’une coopération renforcée avec l’Université nationale du Vietnam à Hanoï. Celle-ci offre déjà aux étudiants de Paul-Valéry la possibilité de réaliser des stages dès la fin de la L3. Ce renforcement de la coopération doit permettre aux étudiants français d’effectuer des mobilités de crédits à Hanoï, à partir du 2e semestre de l’année universitaire 2019-2020. La création de ce nouveau diplôme, premier du genre en Occitanie et au-delà, coïncide avec l’accueil à Paul-Valéry, dès cette rentrée, de six étudiant(e)s vietnamiens francophones de l’Université de langues et d’études internationales de Hanoï, l’une des deux universités partenaires de Paul-Valéry connue pour accueillir le plus grand département francophone du Vietnam.

A l’occasion de cette soirée d’ouverture, Patrick Gilli, président de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et Anne-Marie Motard, vice-présidente déléguée aux relations internationales et à la francophonie, accueilleront, aux côtés des créateurs du diplôme Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine et coordinateur Vietnam-Cambodge-Laos à l’Université Paul-Valéry, et Nguyen Thanh Hoa, vice-doyenne du département de français de l’Université de langues et d’études internationales (ULIS), deux personnalités : S.E. Nguyên Thiep, ambassadeur du Vietnam en France Stéphanie Do, députée de Seine-et-Marne, présidente du groupe d’amitié France-Vietnam à l’Assemblée nationale.

Tremplin pour le Vietnam
Soirée officielle d’ouverture
Jeudi 10 octobre 2019 à partir de 17h45
Théâtre la Vignette – Campus Paul-Valéry
Route de Ganges – Montpellier

Programme

17h45 : allocutions d’ouverture

18h15 : conférence autour de l’ouvrage collectif Histoire du Vietnam, de la colonisation à nos jours (Éditions de la Sorbonne, 2018), animée par le Pr. Pierre Journoud, avec la participation de : Benoît de Tréglodé (directeur de recherche à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire – IRSEM – et au CASE – Centre Asie du Sud-Est, EHESS-CNRS – et directeur de l’ouvrage) ; Jean-Philippe Eglinger, fondateur de la société Việt Pháp Stratégies et chargé d’enseignement à l’INALCO et à l’Université Thang Long à Hanoï.

19h45 : spectacle du Théâtre populaire du Vietnam (Théâtre Cheo Vietnam) Composé de danses, chants et musiques, le spectacle « Arômes et couleurs du Vietnam » présente un art folklorique typiquement vietnamien.

20h15 : vernissage de l’exposition « Territoires maritimes du Vietnam : splendeurs infinies ». Au-delà de sites très connus comme la baie d’Halong, le promontoire rocheux Da Dia de la province de Phu Yen ou l’île de Phu Quoc, l’exposition évoque aussi des lieux dont peu d’Occidentaux ont foulé le sol.

20h30 : cocktail de clôture.

Présentation de la formation :

Réforme du Bac : L’avenir des langues rares (vietnamien, cambodgien, coréen…)

[ndlr] A l’initiative de Cô Mai, ancienne enseignante de vietnamien au Lycée Louis-le-Grand, une pétition adressée à M. Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse est en ligne sur Change.org. Argumentaire ci-dessous. N’hésitez pas à l’encourager !

Nouvelle réforme du Baccalauréat 2021 : nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats choisissant une « langue rare » au Bac (arménien, cambodgien, coréen danois, finnois, grec moderne, hébreu, néerlandais, norvégien, persan, polonais, suédois, turc et vietnamien).

Depuis toujours, les candidats scolaires “libres” pour les “langues rares” ont la possibilité de s’inscrire en Octobre (de l’année de Terminale) pour passer une épreuve écrite finale en Mars pour la langue facultative et en Juin pour les langues obligatoires.

Avec la réforme du Bac actuelle, les langues rares sont toujours conservées dans la liste des langues pouvant être choisies comme LVA et LVB (1ère et 2ème Langue) ou LVC (3ème langue optionnelle).

Cependant, les modalités d’obtention du Bac 2021 ont été modifiées : la notation est divisée entre la formation continue et une épreuve finale. Les candidats au Bac, désirant choisir une langue rare, ont l’obligation de s’inscrire dès l’année de 1ère en LVA et LVB, et doivent impérativement suivre cet enseignement au sein de leur établissement scolaire. Toutefois, Ces enseignements sont très rarement dispensés au sein des établissements de l’Education Nationale. Seront de ce fait pénalisés tous les élèves inscrits dans un établissement scolaire ne proposant pas la langue rare de leur choix.

Nous demandons qu’il y ait équité pour tous les candidats au Bac en :

  • 1/ assouplissant les modalités d’inscription aux Bac sur ces langues pour permettre aux élèves de les choisir en épreuve finale.
  • 2/ offrant plus de structures d’enseignement de langues rares sur le territoire français.

Soutenez notre cause ! 

Mme NGUYEN – TON NU Hoang Mai

Professeure de Français Langue Étrangère (FLE) au Lycée La Fontaine – 75016 Paris
Professeure de Vietnamien au Lycée Emily Brontë – 77185 Lognes

Le fonds vietnamien de l’IAO : état des lieux de mars 2018

Le fonds des ouvrages en langue vietnamienne est un des plus importants en France après celui de la BNF et de la BULAC. Localisé dans les magasins de la Bibliothèque Diderot de Lyon, il rassemble un peu plus de 9000 ouvrages acquis régulièrement depuis 15 ans (2003-2018) sur les crédits alloués à la documentation de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062) à Lyon. Ce fonds exceptionnel s’est construit au départ sur des crédits spéciaux du CNRS ou des subventions de l’ancienne Région Rhône-Alpes (RA) ou encore grâce aux dons de chercheurs.

Le petit mandarin du Fonds Langlet-Quach © 2014 IAO

Sur cet ensemble, 5867 ouvrages sont aujourd’hui catalogués. Cependant, une partie importante du fonds (environ 35%), toujours en cours de tri, de classement et de catalogage reste invisible aux chercheurs. Nous proposons ci-après un aperçu des collections en cours de traitement.

Ouvrages catalogués : 5867

Le fonds catalogué des ouvrages en langue vietnamienne couvre tous les domaines des sciences humaines et sociales avec une prédominance de l’histoire (sources anciennes et contemporaines). Pour une vue générale de ce fonds, voir notre précédent billet de juillet 2016 : Les collections vietnamiennes de l’Institut d’Asie Orientale (IAO) à Lyon

Ouvrages en cours de traitement : 3139

  • Fonds Boudarel : 1545

Comme pour le fonds Boudarel déjà catalogué, ces 1545 ouvrages couvrent les domaines de recherche de ce chercheur : histoire (sources sur l’histoire militaire, monographies sur le Parti) ;  sciences politiques (textes des dirigeants du Lao Dông puis du PCV, essais politiques) ; anthropologie (études sur le folklore, les mœurs, les ethnies minoritaires), littérature (ancienne, contemporaine, poésie, manuels, anthologies, mémoires d’acteurs). Cette partie du fonds ne comprend que des ouvrages publiés en RDVN puis en RSVN entre 1952 et 1999.

  • Fonds Langlet-Quach : 895

Le fonds Langlet-Quach est unique à bien des égards. Il rassemble de nombreuses de sources anciennes (la plupart cataloguées), des monographies sur la société pré-coloniale, sur la culture, sur la religion et surtout sur le bouddhisme vietnamien, sujet d’étude du Professeur Philippe Langlet.

  • Fonds IAO (achats annuels) : 559

Cette partie du fonds est cataloguée en priorité. Elle rassemble les ouvrages récents parus depuis 2011 avec de nombreuses sources sur l’économie, la société, la géopolitique et l’histoire politique ou militaire de la RSVN. Une petite partie de ce fonds concerne des ouvrages en vietnamien publiés à l’étranger au sein de la diaspora, principalement aux États-Unis.

  • Fonds Brocheux : env. 50

Ce petit fonds est presque exclusivement dédié aux ouvrages sur Hô Chi Minh qui ont accompagné Pierre Brocheux dans sa recherche biographique sur le dirigeant vietnamien.

  • Fonds Hémery : env. 40

Ce petit fonds rassemble des chronologies et quelques ouvrages sur la société ou le trotskisme vietnamien.

  • Fonds Inca/Région RA : env. 40/50

Cette partie des acquisitions régulières de l’IAO est consacrée à la littérature grise sous forme de rapports d’ONG ou d’organisations vietnamiennes ou internationales sur l’évolution de la société vietnamienne, comprenant parfois des données statistiques.

Quelques ouvrages en vietnamien (moins d’une dizaine) sont également présents dans les fonds particuliers de Paul Mus et de Judy Stowe.

Total du fonds en langue vietnamienne au 15 mars 2018 : 9006 ouvrages. Sur cet ensemble, après le tri (doublons et ouvrages à réparer), la bibliothèque vietnamienne de l’IAO devrait offrir aux chercheurs quelques 8500 références sur le portail de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

FG

  • Prochain billet : “Sources pour l’histoire du communisme vietnamien” (collections de l’IAO)

Image “à la une” : monographies régionales sur l’histoire du parti communiste vietnamien et de la révolution © FG / IAO

Séminaire Diglossie : conférence de Philippe Papin – 12 février 2018

[ndlr] Annonce d’une conférence de Philippe Papin, directeur d’études à l’EPHE.

Le lundi 12 février 2018 de 17h30 à 19h30, à la Maison des sciences de l’homme, 54 Bd Raspail, Paris 6°, salle 9.

Diglossie et digraphie dans le Vietnam classique

Conférence de Philippe Papin (EPHE), dans le cadre du séminaire SCRIPTA-PSL: Diglossie, traduction intralinguale, réécriture, commentaire.

Le Vietnam, à l’articulation de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud-Est, offre le cas d’une histoire des langues et des écritures qui est d’une passionnante complexité. Au substrat local, disparu mais que les linguistes tentent de reconstituer sous le nom de « proto-viet-muong », se sont ajoutés le chinois classique et son extension démotique au Nord, le sanscrit et le cam au Sud, et puis, au XVIIe siècle, l’écriture romanisée qui a permis d’enregistrer la prononciation du vietnamien parlé. Cette intervention se propose de dresser le panorama linguistique du Vietnam et d’examiner les rapports entre l’écriture et l’oralité à travers des exemples concrets pris dans le corpus des sources épigraphiques.

Séminaire organisé par Rainier Lanselle et Andréas Stauder, Directeurs d’études à la Section des Sciences historiques et philologiques.

Source : EPHE

Nguyên Viêt Anh & Dao Huy Linh : Vers une approche pragmatique en didactique du vietnamien langue étrangère – 12 janvier 2018

[ndlr] Troisième séance du séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures ».

Vers une approche pragmatique en didactique du vietnamien langue étrangère

 

par NGUYEN Viet Anh (PLIDAM, INALCO), Chercheuse en Didactique des langues et des cultures et DAO Huy Linh (CRLAO, INALCO), Maître de Conférences en Linguistique générale et vietnamienne

vendredi 12 janvier, de 16h30 à 18h30

en salle d’Histoire de l’École normale supérieure (45 rue d’Ulm, 75005 Paris)

Malgré une maîtrise suffisante de la langue pour produire des phrases grammaticalement correctes et douées de sens, un apprenant du vietnamien langue étrangère, ignorant la charge culturelle des éléments linguistiques, serait en difficulté lors d’interactions directes avec des locuteurs natifs car, comme nous le disons souvent à nos étudiants français, ils ne parlent pas encore le vietnamien, ils ne parlent que leur langue maternelle avec du vocabulaire vietnamien. Tout cela résulte d’un enseignement qui reste très traditionnel d’une langue vietnamienne essentiellement analysée, sous la lumière de la linguistique structurale et/ou fonctionnelle, en comparaison avec des langues indo-européennes. Alors, ne devrait-on pas envisager une approche pragmatique de l’enseignement/apprentissage du vietnamien langue étrangère ?

Télécharger l’affiche :

TransferS – Nguyên Viêt Anh & Dao Huy linh – 12 janvier 2018

Entrée libre dans la limite des places disponibles
En raison du plan Vigipirate prévoir une pièce d’identité pour l’accès à l’ENS

Séminaire « France-Vietnam : un portail entre les cultures »
organisé par Mme Nguyễn Giáng Hương (BnF) en collaboration avec le labex TransferS : http://www.transfers.ens.fr/france-vietnam-un-portail-entre-les-cultures-2017-2018

Hà Xuân Tế : Hommage à un lettré annamite : Nguyễn-văn-Ngọc (1890-1942)

[ndlr] Article biographique paru en 1942.

Le 25 avril dernier s’est éteint en sa 52e année, M. Nguyễn-văn-Ngọc, alias Ôn-Như, đốc-học de la province de Hà-đông, mandarin émérite de l’enseignement, et lettré tout dévoué à l’œuvre de la “défense et de l’illustration” de notre littérature nationale.

Appartenant à la génération de S. E. Phạm-Quỳnh dont il était d’ailleurs un allié, M. Nguyễn-văn-Ngọc fut en effet un travailleur inlassable dont les écrits et les publications constituent un véritable trésor pour tous ceux, lettrés et intellectuels, qui s’intéressent à la langue et à la culture du Viêt-Nam.

Trente années d’enseignement ; participation à la renaissance bouddhique, au mouvement scout et au développement artisanal de la province de Hà-đông ; plus d’une dizaine d’ouvrages, recueils de folklore ou traductions ; telle est l’œuvre de Nguyễn-văn-Ngọc, un nom qui restera dans l’histoire littéraire du pays, à côté de ceux de Phạm-Quỳnh et de Nguyễn-văn-Vĩnh, ces pionniers de la restauration culturelle annamite.

OnNhu_NguyenVanNgoc

M. Nguyễn-văn-Ngọc n’a pas fait de nombreuses conférences, ni écrit de multiples articles de presse. Cependant, sa contribution ne fut pas de moindre importance. Modestement mais inlassablement, il poursuivit ses travaux littéraires ; il faisait de patientes recherches, recueillait de précieux documents, puis, réunissant ses trouvailles, il publiait des ouvrages clairs et accessibles à tous les lecteurs. C’est à lui, en grande partie, qu’est due la fondation de ces deux collections dont la couverture jaune est présente dans toutes les mémoires : le Việt-văn thư-xã (Bibliothèque de littérature annamite) et le Cổ-kim thư-xã (Bibliothèque ancienne et moderne), collections dans lesquelles lui-même publia les ouvrages suivants :

  • Nam thi hợp tuyển (Choix de poésies annamites, avec annotations et commentaires) ;
  • Tục ngữ phong dao (Recueil d’adages et de chansons populaires annamites), en deux volumes ;
  • Câu đối (Choix de sentences parallèles) ;
  • Đào nương ca (Recueil de chansons a-đào, avec annotations et commentaires) ;
  • Truyện cổ nước Nam (Vieux contes d’Annam). Cet ouvrage complet devait comporter plusieurs volumes ; deux seulement ont paru : le premier sur les oiseaux et les bêtes, le second sur l’homme ;
  • Nhi đồng lạc viên (Joyeux jardin des enfants) ;
  • Để mua vui (Contes pour se distraire) ;
  • Cổ học tinh hoa (La fleur des vieilles humanités), en deux volumes, en collaboration avec Trần-lê-Nhân) ;
  • Tình sử (Annales de l’amour chinois), en collaboration avec son frère Nguyễn-quang-Oánh (en deux volumes).

M. Nguyễn-văn-Ngọc est encore l’auteur d’une Méthode de langue annamite fort appréciée des Français annamitisants, et de nombreux manuels scolaires, fables, lectures courantes, à l’usage des écoliers annamites.

Hà-Xuân-Tế (La Patrie Annamite).

co_hoc_tinh_hoa__on_nhu_nguyen_van_ngoc
Réédition de 2013. Accès au texte audio sur Videobooks For You (YouTube).

Source : Indochine hebdomadaire illustré, n° 92, Jeudi 4 juin 1942, p. 10.

James Do – Đỗ Bá Phước (1952-2015)

Ts.DoBaPhuoc
Đỗ Bá Phước (1952-2015) © 2015 Dien Dan Forum

[ndlr] Décès du chercheur Đỗ Bá Phước le 10 janvier 2015 à Ho Chi Minh-Ville à l’âge de 63 ans. Une grande perte pour les études sur le Nôm et la recherche informatique sur la langue vietnamienne (encodage Unicode). Rappel biographique sur le site Unicode et hommages sur Diễn Đàn Forum.

James Do (Đỗ Bá Phước) was active from the the early days of Unicode when he worked to shape the encoding of both the Latin-based Quốc ngữ script now used in Vietnam, as well as the traditional Hán (Literary Chinese) and Chữ Nôm. He brought together Vietnamese experts in Hán and Chữ Nôm to facilitate Vietnamese participation in the IRG. He worked tirelessly in Vietnam and overseas to promote the adoption of Unicode. He co-founded the Vietnamese Nôm Preservation Foundation as part of his long-term interest in making the largely untranslated corpus of traditional Vietnamese literature in Hán and Nôm, and the cultural legacy it contains, available to students around the world in digital form. James was also interested in the sustainable development of Vietnam through improved education, to which end he helped found the Pacific Links Foundation. James moved from California back to Vietnam in 2007 to work as CTO of InfoNam Inc. until his passing on January 10, 2015.

Source  : Unicode

 Hommages :

  • In memoriam : James Đỗ Bá Phước (1952 – 2015) (sur le site de VNPF)

 

Voir la première partie de ce reportage sur le travail du Professeur Do Ba Phuoc au Viêt-Nam.

Câu chuyện về TS Đỗ Bá Phước và Trần Kim Ánh – Việt kiều Mỹ. Hai người đã đóng góp rất nhiều cho quê hương Việt Nam trong lĩnh vực Công nghệ thông tin và hoạt động cộng đồng.