Archives par mot-clé : land people

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2015 : séance 7

Année universitaire 2015-2016 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

MémoiresIndochine_2015_vintage

Séance 7 : mardi 17 novembre 2015

Récits graphiques de réfugiés vietnamiens

L’avènement de nouveaux régimes communistes totalitaires dans la péninsule indochinoise provoqua une vague sans précédent de réfugiés par mer et par terre (Boat and Land People). En novembre 1978, la détresse des Vietnamiens réfugiés de la mer mobilisa les intellectuels français autour du projet “Un Bateau pour le Viêt-Nam“. Jean-Paul Sartre, Raymond Aron, André Gluksmann, Michel Foucault, Bernard Bouchner mais aussi les acteurs Simone Signoret et Yves Montand se firent les défenseurs des droits humains élémentaires au-delà de leurs différences politiques.

GlucksmannSartreAron_1979
André Glucksmann, Jean-Paul Sartre et Raymond Aron sortent de l’Elysée le 16 juin 1979 après avoir défendu la cause des réfugiés vietnamiens et cambodgiens © Photographie de Richard Melloul.

Des décennies plus tard, les anciens boat-people commencent à décrire leur expérience traumatisante de survie. Cette séance discutera de ces témoignages et en particulier de la mise en récit graphique de “The Boat” de Nam Le. Nous visionnerons le récit illustré d’un père interrogé par son fils de 10 ans et le témoignage de la famille Tran ouvrant une porte sur l’actualité des migrants d’aujourd’hui.

Sources orales à discuter :

BoatPeople_France3

Exposés oraux

La seconde partie du séminaire sera consacrée aux exposés oraux suivis d’une discussion générale conclusive sur l’ensemble du séminaire.


  • TheBoat_TheStorm_MattHuynh_NamLeAutour de la nouvelle de Nam Le, The Boat (Le Bateau) et du travail de Matt Huynh : “1975-1990 Récits et mémoire des Boat People”

Exposé de Maëva Pegliasco

Voir en ligne le récit visuel The Boat


  • TrinhDinhKhai_DécolonisationDuVietNamTrinh Dinh Khai, Décolonisation du Viêt Nam. Un avocat témoigne Me Trinh Dinh Thao, Paris: L’Harmattan, Mémoires asiatiques, 1994.

CR de lecture de Louise Gatinot

Présentation de l’éditeur : L’Harmattan


  • LucienTrong_EnferRougeMonAmourTrong, Lucien, Enfer rouge, mon amour, Paris : Seuil, 1980.

CR de lecture de Colette Bottazzi

Ouvrage en ligne : http://enferrougemonamour.free.fr/


* * *

Pour en savoir plus :

  • Cargill, Mary Terell & Huynh, Jade Ngoc Quang (ed.), Voices of Vietnamese Boat People: Nineteen Narratives of Escape and Survival, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2001.
  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Law, Sophia Suk-Mun, The Invisible Citizens of Hong Kong. Art and Stories of Vietnamese Boatpeople, Hong Kong: The Chinese University Press, 2014.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006.
  • Nguyen, Nathalie Huynh Chau, Voyage of Hope. Vietnamese Australian Women’s Narratives, Altona : Common Ground, 2005.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983.
  • Scott, Joanna Catherine, Indochina’s Refugees. Oral histories from Laos, Cambodia and Vietnam, Jefferson (NC) : McFarland,  1989.
  • Vaillant, Barbara, Boat people vietnamiens. Entre mémoire et diaspora, Paris : L’Harmattan, Recherches asiatiques, 2013.

[“Ne m’oubliez pas”, avis de recherche concernant les disparus]

[L’exposition de 2010 à Rennes]

Liens :

Vietnamese Boat People Museum

Séminaire “Mémoires d’Indochine” 2013 : Séance 7

Année universitaire 2013-2014 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 Mémoires d’Indochine :

 Regards internes sur la décolonisation et la guerre

 au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 MémoiresIndochine2013ter

 

Séance 7 – Mardi 12 novembre 2013

 « Désenchantements postcoloniaux et fuite des populations »

Cette avant-dernière séance se penchera sur les conséquences sociales et politiques des victoires communistes en péninsule indochinoise. Les extraits de textes interrogeront le destin du Viêt Nam après la chute de Saigon (30 avril 1975). Seront évoqués le sort réservé aux militaires de l’ancienne République du Viêt Nam, la disparition du FNL-Sud Viêt Nam avec la réunification du pays en 1976 sous la nouvelle appellation de République socialiste du Viêt Nam (RSVN) et les stratégies développées par la population pour échapper au totalitarisme et à la misère. En particulier, le phénomène des Boat people et des Land people sera abordé à l’échelle de la péninsule indochinoise dans son contexte géopolitique.

A partir des textes (réalités vietnamiennes d’après-guerre) et des exposés (mémoire cambodgienne) la “résurrection” des trois Etats au sortir de la troisième guerre d’Indochine sera également évoquée. Le Viêt-Nam effectue une autocritique générale avec le Renouveau (Doi Moi) et prend les mesures efficaces et nécessaires pour sortir de l’impasse économique et militaire. Le Cambodge se reconstruit politiquement et socialement après le désengagement vietnamien et s’engage peu à peu sur la voie démocratique. Le Laos, sur les pas du Viêt-Nam, se lance dans une ouverture pragmatique.

 

Extraits de textes à discuter :

  • Phan Minh Hien & Nguyen Van Huy, Loques de vie, Paris, Editions l’Harmattan, 2000, pp. 13-21 [+ couverture]. Traduction succincte du vietnamien, revue par Phan Minh Hien.
  • Truong Nhu Tang, avec l’aide de David Chanoff et Doan Van Toai, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, pp. 271-322 [+ couverture]. Traduit de l’américain par Amal Naccache.

 

Exposés sur le Cambodge :

  • Anne-Laure Esque-Vango à propos de : Chileng Pa & Mortland, Carol A., Escaping the Khmer Rouge: a Cambodian memoir, Jefferson (NC): McFarland & Company, 2008.

 

Pour aller plus loin :

  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987, 368 p. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Duiker, William J., Vietnam since the fall of Saigon, Athens, Ohio University, Monographs in International Studies, Southeast Asia Series no. 56, 1985 (revised ed.), 261 p.
  • Grant, Evans, The Politics of Ritual and Remembrance. Laos Since 1975, Chang Mai, Silkworms books, 2008, 216 p.
  • Hy V. Luong (ed.), Postwar Vietnam. Dynamics of a transforming society, Singapore & Lanham, MA, ISEAS / Rowman & Littlkefield publishers, 2003, 336 p.
  • Nghia M. Vo, The Bamboo Gulag: Political Imprisonment in Communist Vietnam, Jefferson, NC – London, McFarland, 2003, 244 p.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006, 208 p.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983, 312 p.
  • Peou, Sorpong (ed.), Cambodia. Change and continuity in contemporary politics, Aldershot, Ashgate, 2001, 574 p.
  • Pholsena, Vatthana, Post-war Laos: the politics of culture, history, and identity, Singapore: ISEAS Publications, 2006, 255 p.
  • Pou Sothirak, Geoff Wade, Mark Hong (eds), Cambodia: progress and challenges since 1991, Singapore: ISEAS Publications, 2012, 423 p.

Malay Phcar : Une enfance en enfer – Cambodge, 17 avril 1975 – 8 mars 1980 [2005]

« J’ai écrit ce livre pour témoigner de l’horreur du régime khmer rouge en espérant que la folie des hommes ne les conduirait plus jamais à de telles extrémités. »

Le 17 avril 1945, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l’ordre insensé d’évacuer ses trois millions d’habitants. Pour Malay Phcar, qui vivait dans la capitale cambodgienne une enfance heureuse avec ses huit frères et sœurs, commence le long exode vers la « rééducation rurale ». Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil avec sa famille et des centaines de milliers d’autres, il comprend mal ce qui est en train de se passer : il n’a que neuf ans. L’exode est long, épuisant. Les Phcar sont déplacés de village en village, à pieds ou dans des wagons à bestiaux.

En route, ils sont séparés de la sœur aînée, la préférée de Malay. Dans le village ou la famille est finalement assignée, commence une progressive descente aux enfers. Malay découvre le manque d’hygiène, la famine, le mépris affiché des Khmers rouges pour la vie humaine ; il voit les liens sociaux se désagréger devant la misère et les morts successives. Une seule obsession chasse toutes les autres : manger pour survivre. Bientôt, la maladie et l’épuisement lui enlèvent son père et sa mère. Il est ensuite séparé de ses frères. Envoyé en camp de travail, il lutte jour après jour pour survivre à ce régime barbare.

Ce que Malay ignore alors, c’est que le système, miné de l’intérieur, est en totale déliquescence. Bientôt, l’armée vietnamienne vient chasser les Khmers rouges, apportant au jeune garçon et à ses deux petits frères survivants l’espoir incrédule de la liberté.Pourtant, c’est un autre exil aveugle, dans lequel leur plus jeune frère disparaîtra, qui attend les survivants, car le pays est livré aux combats. Un exil qui continuera à mener Malay de camp en camp, vers les restes d’une famille qui le rejette, puis vers une Thaïlande qui repousse les Cambodgiens affamés. Malay réussit pourtant à entrer en Thaïlande, et là, ce sont finalement les retrouvailles avec la sœur disparue et le départ pour la France et la liberté. La fin d’une errance de quatre ans, qui aura décimé quasiment toute sa famille et fait de son enfance un enfer. [Présentation de l’éditeur]

Source : Robert Laffont

* * *

Malay Phcar est né en 1964 dans une famille cultivée, chrétienne, particulièrement exposée à la répression des Khmers rouges suite à la prise de Phnom Penh, au Cambodge, en 1975. Dans ce témoignage bouleversant, il raconte son enfance saccagée par les révolutionnaires : c’est en effet à l’âge de neuf ans qu’il est déporté avec toute sa famille dans un camp de “rééducation rurale”. A la clé, la perte de ses proches, la famine, le travail forcé, la maladie, l’épuisement, la solitude, la déshumanisation, le désespoir et la folie… Cruel destin pour un enfant habité d’une extraordinaire force, celle qui lui permettra de survivre et de ne pas définitivement sombrer. Le lecteur sera ici frappé par l’émotion qui se dégage de la voix de celui qui raconte son enfance en enfer, jusqu’en 1980, année où Malay viendra se réfugier en France en compagnie d’un frère et d’une sœur rescapés. Une enfance en enfer est le deuxième livre de Malay Phcar, après L’Enfer khmer rouge (duquel Olivier Weber a tiré un documentaire, Retour au Cambodge, où Malay joue son propre personnage).[avis de la FNAC]

* * *

Extraits :

“On a marché toute la journée. Enfin, je ne sais pas si on appelle cela marcher. On avance comme on peut dans une cohue incroyable (…). Soudain, j’aperçois quelqu’un qui dort dans la vase. Je trouve ça curieux et je le montre à Naron (…). Naron me répond qu’il ne dort pas, il est mort.  Il est mort ? J’appelle maman (…).  Je scrute le lit du fleuve. Il y en a d’autres, qu’on ne voit pas tout de suite. Des corps parfois recroquevillés, parfois avec la tête qui pend en arrière, à moitié recouverts de boue séchée. Je me demande pourquoi il y a tous ces morts et pourquoi on marche ainsi, pourquoi tous les habitants de la ville doivent partir (….)”.

“Au début, je ne comprenais pas pourquoi maman s’intéressait au nombre de corbeaux dans le ciel. En fait, c’était un nom de code pour désigner les Khmers Rouges. Depuis, on les appelle tous ainsi. Luc m’a expliqué tout bas, à l’oreille, qu’il faut se méfier des espions, les schlop, ces petits mouchards qui écoutent les conversations. Ils vont ensuite dénoncer les gens aux Khmers Rouges qui viennent alors les arrêter (…).

Phong Sithean a été dénoncé. On se regarde tous. Qui a pu faire une chose pareille ? (…).

En fin d’après-midi, une dizaine d’hommes et de femmes en noir sont venus perquisitionner les maisons. Ils ont rassemblés sur la place les sacs de riz qu’ils ont trouvés et les ont emportés. Nous sommes tous des traîtres (…). On va mourir de faim “.

Source : voyagesmillebornes

Réf. : Phcar, Malay, Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975-8 mars 1980, Paris, J’ai Lu, Robert Laffont, cop. 2005, 282 p. (réédition en poche de 2007)

Séminaire “Mémoires d’Indochine” : Séance 7

Année universitaire 2012-2013 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

 

Mémoires d’Indochine :

Regards internes sur la décolonisation et la guerre

au Viêt-Nam, Laos et Cambodge

 

Séance 7 – vendredi 16 novembre 2012

« Désenchantements postcoloniaux et fuite des populations »

* * *

Comme le titre l’indique, cette dernière séance se penchera sur les conséquences sociales et politiques des victoires communistes en péninsule indochinoise. Les extraits de textes interrogeront le devenir du Viêt Nam après la chute de Saigon (30 avril 1975). Seront évoqués le sort réservé aux militaires de l’ancienne République du Viêt Nam, la disparition du FNL-Sud Viêt Nam avec la réunification du pays en 1976 sous la nouvelle appellation de République socialiste du Viêt Nam (RSVN) et les stratégies développées par la population pour échapper au totalitarisme et à la misère. En particulier, le phénomène des Boat people et des Land people sera abordé à l’échelle de la péninsule indochinoise dans son contexte géopolitique.

 

Extraits de textes à discuter :

  • Ngo Van, Viêt-Nam 1920-1945. Révolution et contre-révolution sous la domination coloniale, Paris, Editions Nautilus, 2000, pp. 373-381 [+ couverture].
  • Phan Minh Hien & Nguyen Van Huy, Loques de vie, Paris, Editions l’Harmattan, 2000, pp. 13-21 [+ couverture]. Traduction succincte du vietnamien, revue par Phan Minh Hien.
  • Truong Nhu Tang, avec l’aide de David Chanoff et Doan Van Toai, Mémoires d’un Vietcong, Paris, Flammarion, 1985, pp. 271-322 [+ couverture]. Traduit de l’américain par Amal Naccache.

 

Exposés de :

 

Pour aller plus loin :

  • Chanda, Nayan, Les frères ennemis. La péninsule indochinoise après Saigon, Paris, Presses du CNRS, Ligne Pacifique, 1987, 368 p. (trad. de l’américain par Michèle Vacherand et Jean-Michel Aubriet…).
  • Duiker, William J., Vietnam since the fall of Saigon, Athens, Ohio University, Monographs in International Studies, Southeast Asia Series no. 56, 1985 (revised ed.), 261 p.
  • Hy V. Luong (ed.), Postwar Vietnam. Dynamics of a transforming society, Singapore & Lanham, MA, ISEAS / Rowman & Littlkefield publishers, 2003, 336 p.
  • Nghia M. Vo, The Vietnamese Boat People, 1954 and 1975-1992, Jefferson, NC – London, McFarland, 2006, 208 p.
  • Nguyen Van Canh, Vietnam Under Communism, 1975-1982, Stanford, CA: Hoover Institution Press, 1983, 312 p.