Archives par mot-clé : khmers rouges

« Mémoires d’Indochine » 2020 : Séance 5

Année universitaire 2020-2021 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

« Mémoires online : commémorations officielles et récits alternatifs »

★ ★ ★

The Lewiston Daily Sun – Jun 5, 1975

Exils, résistances et génocides : une péninsule « brutalisée »

Séance 5 : mercredi 18 novembre 2020 (visioconférence)

L’avènement de nouveaux États postcoloniaux communistes en péninsule indochinoise s’est réalisé dans des contextes accrus de guerre civile. Que ce soit au Cambodge, au Laos ou au Viêt-Nam, ces guerres ont laissé des traces indélébiles dans les chairs et la mémoire des populations. Mais plus encore, la création de trois États communistes marqués par l’alignement sur l’URSS ou la Chine populaire a engendré une vague d’exils sans précédent par terre (land people) et par mer (boat people) jusqu’au règlement du conflit cambodgien au début des années 1990 . Victimes de cette reconfiguration géopolitique, minorités politiques, ethniques ou religieuses ont choisi la fuite comme gage de survie face à des états répressifs organisateurs d’une massive purge dans chaque pays. Ces victoires communistes ont été ainsi des défaites humanistes et posé des défis humanitaires. Au Cambodge, les killing fields (champs de tuerie) ont rythmé l’épuration khmère rouge pour asseoir le « peuple ancien » (campagnard) au pouvoir. Au Laos ou au Viêt-Nam, les goulags de la rééducation politique se sont vite transformés en camps de la mort lente. D’une certaine façon, la décolonisation s’est faite par la « brutalisation des sociétés » de la péninsule indochinoise.

Cependant, ce contexte particulièrement éprouvant pour les populations a engendré des résiliences à la fois politiques (avènement du Renouveau au Viêt-Nam et solution politique au Cambodge), militaires (résistances armées anticommunistes puis démilitarisation de la péninsule), sociales et culturelles (constitution de communautés exilées importantes). Cette séance consacrée aux bouleversements post-1975 s’intéressera donc à ces trois phénomènes qui ont marqué la péninsule du fer rouge pendant une quinzaine d’années : les exils des populations ; les résistances armées indissociables de la troisième guerre d’Indochine ; la question du génocide perpétré par les Khmers rouges entre 1975 et 1979 ; et leurs répercutions sur la toile.

La seconde partie de la séance est consacrée aux exposés oraux.

★ ★ ★

Exposé de Marine Bruder

Cambodia celebrates 40th anniversary of Khmer Rouge ouster. Source : DW (Deutsche Welle)

  • Retour sur la date anniversaire du renversement des Khmers rouges.

Exposé de Zoé Liénard

  • COOPER, Frederick, Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

Illustration « à la une » : boat people vietnamiens © DR

International justice: tackling impunity in Asia

[ndlr] Signalement d’un article de Priya Pillai publié dans The Interpreter, le média en ligne du Lowy Institute.


Trials in Cambodia, while fraught, may help deliver accountability for crimes against humanity across the region.

Nuon Chea and Khieu Samphan, high ranking officials of the Pol Pot regime, have been sentenced to life imprisonment twice over for their role in the genocide of the Cham Muslim and ethnic Vietnamese minorities during the Khmer Rouge era.

The landmark judgment delivered this month by the Extraordinary Chambers in the Courts of Cambodia (ECCC) found the pair guilty of crimes against humanity, including murder, forced marriage and rape, forced labour, among others.

The decision of the chamber and the institution which issued it are noteworthy for a few reasons, not all positive. Of the two completed cases at the ECCC, the guilt of only three individuals has been adjudicated upon. Four defendants are yet to face trial, which is unlikely to proceed due to government opposition.

Lire la suite : The Interpreter, 29/11/2018.

Illustration « à la une » : Victims of the Pol Pot regime on display in a memorial tower at the Choeung Ek killing fields © Satoshi Takahashi via Getty

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia » – 30/01/2020

La mémoire du génocide vue du Cambodge.

L’Inalco fait son cinéma : « Untold Memories of Cambodia »

Date : Jeudi 30 janvier 2020 – 18:30 – 21:30

Lieu : Inalco, PLC (65, rue des Grands Moulins), Auditorium

En présence de la réalisatrice Anne Yvonne Guillou.

Intervenants : Michel Antelme et Alexandra De Mersan.

Documentaire écrit et réalisé par :

Anne Yvonne Guillou et Jean Mathis

Film de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages).

Coproduction CNRS/CASE – PCRD/SEATIDE – ERC/Corpses of Mass Violence Programm – GIZ, 2017.

Description:

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchea Démocratique est responsable d’environ 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge,- une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passe par leurs propres participations aux rituels.

Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chercheuse au CNRS (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative, CNRS-Université Paris Nanterre). Elle a une triple formation de sociologue, d’anthropologue et d’orientaliste. Elle a d’abord effectué des recherches en anthropologie de la maladie et de la médecine dans la diaspora cambodgienne en France (1985 à 1990) puis au Cambodge (à partir de 1990). Depuis une quinzaine d’années, elle travaille sur les processus de constructions des mémoires collectives, en particulier celles du régime khmer rouge, ainsi que sur le système religieux khmer. Ses enquêtes ethnographiques villageoises ont été menées en particulier – mais non exclusivement – dans la province de Pursat.

Source : INALCO

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2019 : SÉANCE 5

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

17 avril 1975 : arrivée des Khmers rouges à Phnom Penh (par Tian) © DR

Destins cambodgiens, de la guerre au génocide

Cette séance est consacrée à l’histoire contemporaine du Cambodge et l’étude du génocide perpétré par les Khmers rouges. Dans un premier temps nous verrons comment une génération d’artistes s’approprient l’histoire de leur pays pour construire un autre récit de la guerre, du génocide et du traumatisme à travers la bande dessinée. Comment cette forme de « langage indirect » transmet-elle le fait historique et les émotions qui en découle ? Comment exprimer par l’image l’indicible ? La seconde partie (exposés) reviendra sur la formation des cadres khmers rouges, le contexte de l’émergence de la révolution. L’avènement du totalitarisme et la pratique khmère rouge sera analysée à partir de deux témoignages écrits du génocide.

Séance 5 : mercredi 23 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Clémence Oliviero, « La bande dessinée à l’épreuve de la mémoire : à travers les œuvres de Séra et de Tian », Mémoires d’Indochine, 11/03/2013 : https://indomemoires.hypotheses.org/6588

Mathilde Cambournac, « Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée », Mémoires d’Indochine, 18/02/2014 : https://indomemoires.hypotheses.org/13565

Pour accompagner cette séance :

Cambodge – Mémoire – Khmers rouges : Faire résonner l’histoire avec la jeune génération, Cambodge Mag, 21/07/2017.

Lauriane Ung-Billault, Témoigner du génocide cambodgien – entre cinéma et bande dessinée les regards de Rithy Panh, Tian et Séra, Mémoire 2 recherche sous la direction de Edouard Lynch, ENSSIB, 2017. [PDF en ligne]

Isabelle Delorme, Quand la bande dessinée fait mémoire du XXe siècle. Les récits mémoriels historiques en bande dessinée, Paris, Les Presses du Réel, 2019. Présentation sur Mémoires d’Indochine. Présentation de l’éditeur : http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=6667

★ ★ ★

Exposé de Alexandre Thurbin

Henri Locard, Pourquoi les Khmers rouges, Paris, Vendémiaire, 2013 (réédition augmentée en 2016). Présentation de l’éditeur.

Exposé de Vincent Roux

A propos de deux témoignages écrits de survivants de la prison S21 de Phnom Penh.

Illustration « à la une » : Illustration de l’application ”Learning on Khmer Rouge History”. Centre Bophana

La chute de Phnom Penh – Le récit d’André Pasquier, délégué du CICR

[ndlr] A l’occasion du souvenir de la prise de Phnom Penh par les Khmers rouges le 17 avril 1975, un témoignage clé sur la chaîne HDSTE (L’Humanitaire dans tous ses Etats) : le « séisme humanitaire » du 17 avril raconté par André Pasquier.

En 1975, en pleine guerre froide, le Cambodge n’est pas qu’un simple conflit annexe de la guerre du Vietnam. Une guerre civile ravage le pays depuis déjà 5 années. La nouvelle république du Cambodge, soutenue par les Etats-Unis fait face à la révolte communiste des Khmers rouges. Alors que Phnom Penh est sur le point de tomber, les Etats Unis décident d’évacuer la ville, emportant avec eux tous les étrangers qui le désiraient. Fraîchement arrivé au Cambodge, André Pasquier, chef de délégation du CICR a pour volonté d’instaurer un dialogue avec les parties engagées dans le conflit.

Le 17 avril 1975, Phnom Penh, la capitale du Cambodge tombe aux mains des Khmers rouges. Dans le chaos de ces journées, André Pasquier, chef de la délégation du Comité Internationale de la Croix-Rouge, tente, en vain, avec une poignée de collègues de négocier un espace humanitaire, la protection des hôpitaux et des populations civiles.

Dans les années qui suivront, de 1975 à 1979, 1,7 million de Cambodgiens périront sous le régime Khmer rouge.

Voir aussi : Archives audiovisuelles du CICR

Marion Joubert : Mapping Memories Cambodia, quand les petites histoires font la grande

[ndlr] La mémoire cambodgienne du génocide des Khmers rouges resurgit dans une application. Un article de Marion Joubert, journaliste du Petit Journal.

L’application mobile Mapping Memories Cambodia a été lancée le 2 février 2019 par le département de communication et médias de l’université royale de Phnom Penh. Une plateforme qui a pour ambition de faire sortir l’Histoire hors des musées.

Mapping Memories Cambodia (MMC) a pour but d’aider les jeunes Cambodgiens à comprendre comment  les générations précédentes ont vécu sous le régime des Khmers rouges. L’application, lancée le 2 février dernier, met en relation les récits personnels des survivants de la période des Khmers rouges avec  l’espace géographique actuel.

L’application est gratuite et bilingue, en anglais et en khmer. Pour Youk Chhang, directeur du centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), c’est essentiel car « il n’est pas possible de comprendre le génocide avec juste une seule langue ».  

Entre 2017 et 2018, environs 70 récits ont été rassemblés. Des histoires qui permettent aux utilisateurs de comprendre les privations et crimes subis par les Cambodgiens sous la période des Khmers rouges.

Lire la suite : Le Petit Journal, 09/04/2019.

Illustration « à la une » : En plein exode de Phnom Penh vers les campagnes © Vitou So, page facebook de MMC

Anne-Yvonne Guillou : Silent Memories of Cambodia – EHESS, 28 mars 2019

Dans le cadre du séminaire « Dialogues entre recherches classiques et actuelles sur l’Asie du Sud-Est », coordonné par Elsa Lafaye de Micheaux, Vatthana Pholsena et Paul Sorrentino, Anne-Yvonne Guillou (CNRS, LESC) présentera son film Silent Memories of Cambodia. A ne pas manquer.

Présentation du film

Silent Memories of Cambodia

Anne-Yvonne Guillou

Jeudi 28 mars 2019

de 10h à midi en salle 737 du 54 boulevard Raspail (EHESS Paris)

Au Cambodge, le gouvernement maoïste, révolutionnaire et totalitaire, du Kampuchéa Démocratique est responsable de 1,7 million de morts entre avril 1975 et janvier 1979. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges juge à Phnom Penh les anciens dignitaires de Pol Pot. En guise de compensation, il propose aux victimes des pratiques mémorielles inspirées par le « devoir de mémoire » développé après la Seconde Guerre mondiale en Europe et une assistance psychologique. Autant de réparations qui confortent dans la presse et dans l’espace public mondialisés l’image d’un peuple cambodgien passif et traumatisé, incapable de se relever seul.

Pourtant, cela fait près de quarante ans que la société cambodgienne s’est redressée, essentiellement par ses propres moyens. Elle s’appuie sur son système religieux complexe dans lequel le bien-être des vivants dépend avant tout de celui des défunts et où le temps circulaire produit une mémoire doublée d’un oubli cyclique. Ce film, basé sur dix ans de recherche ethnographique dans la région de Pursat (ouest du Cambodge, – une région qui a particulièrement souffert du régime khmer rouge) montre comment fonctionne la mémoire collective khmère. Celle-ci, pour être essentiellement non-discursive et largement ignorée des « entrepreneurs de mémoire » occidentaux, n’en est pas moins très efficace pour conserver, à sa manière, le souvenir des événements et des défunts et pour permettre l’expression d’un passé douloureux dont la transmission aux enfants passent par leurs propres participations aux rituels.

“Silent memories of Cambodia” est un documentaire de 49 mn en khmer et en anglais (voix off et sous-titrages). Sa projection sera suivie d’une discussion (en français).

Références :

  • Bloch, Maurice (1996), ‘Internal and external memory: different ways of being in history’, in Antze, Paul, and Lambek, Michael, Tense Past: Cultural Essays in Trauma and Memory, New York, Routledge, pp. 215–234.
  • Clavandier, Gaëlle (2004), La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Editions.
  • Kwon, Heonik (2012), ‘Rethinking traumas of war’, South East Asia Research, Vol 20, No. 2, pp. 227–237.
  • Kwon, Heonik (2008), Ghosts of War in Vietnam, Cambridge, Cambridge University Press.
  • Fassin, Didier, and Rechtman (2007), L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion.
  • Guillou, Anne Yvonne (2015), “Traces of destruction and the thread of continuity in post-genocide Cambodia, in Das, Veena and Han, Clara, eds, Living and Dying in the Contemporary World: A Compendium, University of California Press, Berkeley, pp 729-742.
  • Guillou, Anne Yvonne (2014), “From bones-as-evidence to tutelary spirits. The status of bodies in the aftermath of the Khmer Rouge genocide”, in Elisabeth Anstett-Gessat and Jean-Marc Dreyfus (eds), Human remains and mass violence: methodological approaches, Manchester : Manchester University Press, pp. 146-160. Open access (whole book): http://www.oapen.org/search?identifier=628394
  • Pholsena, Vatthana and Tappe, Oliver, eds (2013), Interactions with a violent past, Singapore/Bangkok, NUS/IRASEC, pp. 46-77.
  • Tai, Hue-Tam Ho, ed (2001), The Country of Memory: Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, CA, University of California Press.
  • Verdery, Katherine (1999), The Political Lives of Dead Bodies: Reburial and Postsocialist Change, New York, Columbia University Press.

Illustration « à la une » : Sourire khmer par Sera © Dargaud