Archives par mot-clé : journée mondiale

Cérémonie de la remise du Prix des Droits de l’Homme Viêt-Nam 2013 – Paris 08/12/2013

Le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam

en collaboration avec

L’Association France-Vietnam d’Entraide

 VHRN_logo

 

Cérémonie de la remise

du Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013


Paris, le 08 décembre 2013

de 15h à 19h

Studio Raspail

216 Boulevard Raspail

75014 Paris – France

* * *

Le PRIX des Droits de L’Homme Vietnam

Depuis 2002, chaque année le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  choisit, pour remettre le Prix des Droits de l’Homme Vietnam, des militants qui se sont distingués dans leur combat pour la liberté, les droits de l’homme et la démocratie :

2002: Vénérable Thích Quảng Độ, Père Thaddeus Nguyễn Văn Lý

2003: MM. Nguyễn Vũ Bình, Lê Chí Quang, Nguyễn Khắc Toàn, Dr Phạm Hồng Sơn

2004:  M. Phạm Quế Dương, Dr. Nguyễn Đan Quế

2005: M. Lê Quang Liêm,  P. Pierre Phan Văn Lợi, Vénérable Thích Tuệ Sỹ

2006:  MM. Đỗ Nam Hải, Nguyễn Chính Kết

2007: M.  Hoàng Minh Chính, l’avocat Nguyễn Văn Đài, l’avocate Lê Thị Công Nhân

2008: Vénérable Thích Thiện Minh, le blogueur « Điếu Cày » Nguyễn Vă Hải, le magazine Tự Do Ngôn Luận

2009: L’écrivain Trần Khải Thanh Thủy, Révérend Nguyễn Công Chính

2010: Le journaliste Trương Minh Đức, le défenseur des droits des travailleurs Đoàn Huy Chương

2011: Le juriste Cù Huy Hà Vũ, Mlle Đỗ Thị Minh Hạnh, engagée dans la défense des droits des travailleurs.

2012: Mlle Phạm Thanh Nghiên, la blogueuse Tạ Phong Tần et Mme Huỳnh Thục Vy.

Cette année, le Réseau des Droits de l’Homme Vietnam  a l’honneur de décerner à Paris, France, le Prix des Droits de l’Homme Vietnam 2013 à trois militants remarquables: M. Lê Quốc Quân, avocat, M. Trần Huỳnh Duy Thức, responsable d’un groupe de Recherche pour la Démocratie et M. Nguyễn Hoàng Quốc Hùng, défenseur des droits des travailleurs.

 

NguyenHoangQuocHungNGUYỄN HOÀNG QUỐC HÙNG

 Âgé de 32 ans, diplômé de l’École de technologie de Ho-Chi-Minh-Ville, a consacré tout son temps à la lutte pour les droits des travailleurs. Il a participé au deuxième congrès du Comité pour la protection des travailleurs en Malaisie, fin 2009. Cette même année, en compagnie de deux de ses camarades, il est allé aux Hauts Plateaux du Centre Vietnam photographier les opérations d’exploitation minière de bauxite des Chinois et les a ensuite publiées sur Internet. Il a été aussi l’un des organisateurs des grèves en faveur des droits des travailleurs, notamment à l’usine de chaussures My Phong dans la province de Trà Vinh, fin janvier 2010, avec la participation de plus de dix mille ouvriers. Arrêté le 24 février 2010 à Lâm Dông, il a été placé en isolement cellulaire, torturé mentalement et physiquement, ne pouvant recevoir aucune provision de sa famille. Devant un tribunal de première instance le 26 octobre 2010 et un tribunal d’appel le 18 mars 2011, Nguyen Hoang Quoc Hung et ses deux camarades ont bravement rejeté toutes les accusations de la part des procureurs. Il a toujours maintenu sa déclaration d’innocent et dénoncé le traitement inhumain qu’on lui avait fait subir au cours des interrogatoires. Il a été condamné à 9 ans de prison ; ses camarades Mlle Do Thi Minh Hanh et M. Doan Huy Chuong ont, chacun, été condamnés à 7 ans de prison.

 

LeQuocQuanLÊ QUỐC QUÂN

 Âgé de 42 ans, militant et avocat des droits de l’homme de longue date, a lutté pour la liberté religieuse en participant aux séances de prières et aux manifestations organisées par les catholiques de Hanoi devant l’ancienne nonciature apostolique du Vatican et à la paroisse de Thai Ha en 2007 et 2008. En tant qu’avocat, il s’est porté volontaire pour défendre ceux qui étaient injustement accusés, parmi ceux-ci le juriste Cu Huy Ha Vu. En tant que « patriote », il s’est joint aux manifestations contre les ambitions expansionnistes de la Chine. Il s’est également présenté comme candidat à l’Assemblée nationale afin de pouvoir poursuivre sa lutte dans l’arène officielle, mais le rejet de sa candidature a mis fin à cet effort.  Malgré de nombreuses arrestations et menaces de la part du gouvernement communiste vietnamien, il n’a pas abandonné la lutte pour la justice, la dignité humaine, et les droits de l’homme. Le 28 décembre 2012, il a été arrêté pour la troisième fois. Et au mois d’octobre dernier, il a été condamné à 30 mois de prison  et à une amende de 1,2 milliards de dông suite à une fausse inculpation d’évasion fiscale. Très estimé, en particulier par les jeunes et les intellectuels, Le Quoc Quan inspire l’admiration des organisations des droits de l’homme à travers le monde.

 

TranHuynhDuyThucTRẦN HUỲNH DUY THỨC

Âgé de 47 ans, cet ingénieur et homme d’affaires a réussi dans le domaine de la télécom-munication et a fondé avec M. Le Thang Long et M. Le Cong Dinh, le groupe de recherche Chấn (signifiant “Restauration”) dont le but était de proposer des solutions pour les réformes socio-économiques du pays. En 2007, il a ouvert un blog sous le nom de plume Tran Dong Chan, qui publiait ses réflexions sur les problèmes économiques et sociaux du Viêt Nam. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages traitant de la réforme et de la démocratie, « Le chemin pour le Viêt Nam »  (dont il est co-auteur) et « À la recherche de la démocratie et de la prospérité». Dans ces deux livres, il appelle le gouvernement vietnamien à respecter les droits de l’homme et le peuple vietnamien à ne pas être soumis à la peur. Pour ses multiples écrits critiques, il a été arrêté le 24 mai 2009. Avec lui, tous les membres du groupe d’étude Chấn ont été par la suite condamnés à des peines sévères. À son procès le 20 janvier 2010, il a déclaré avec fermeté : « Je n’ai  tenté de renverser aucun gouvernement. Je n’ai fait que combattre les dictatures, et je continuerai mon combat aussi longtemps que nécessaire. » Il a été condamné à 16 ans d’emprisonnement et 5 ans de résidence surveillée.

* * *

 

Le réseau des droits de l’homme Viêt Nam

 

CONTEXTE

Dans les années 1990, alors que les violations des droits de l’homme au Viêt Nam ont été commises à un rythme alarmant, un front unifié des militants pour les droits de l’homme s’est fait jour. En novembre 1997, un rassemblement international des militants vietnamiens pour les droits de l’homme a eu lieu à Santa Ana en Californie afin de fonder  une coalition avec les objectifs suivants:

  • Améliorer l’efficacité des activités en matière des droits de l’homme à travers le monde en facilitant la coordination des militants et organisations vietnamiens.
  • Mobiliser l’appui des gouvernements, des médias, et des différentes organisations partageant les mêmes objectifs afin de promouvoir les droits de l’homme à travers le monde.
  • Sensibiliser le public quant aux violations des droits de l’homme au Viêt Nam.

 

OBJECTIF

Promouvoir les droits de l’homme, les libertés civiles et toutes les autres libertés fondamentales en faveur de tous les citoyens vietnamiens, les droits et les libertés proclamés par les Nations Unies dans la Déclaration universelle des droits de l’homme

Président: M. Nguyễn Bá Tùng, DPA

Assistants au président : M. Nguyễn Thanh Trang et M. Lê Minh Nguyên, PhD

Vice-présidents:

Dr. Lâm Thu Vân, responsable du Canada
M. Nguyễn Mậu Trinh, chargé des relations avec le gouvernement des États Unis
M.  Đoàn Việt Trung, responsable de l’Australie

Mme Quản Mỹ Lan, responsable de l’Europe

M. Đoàn Thanh Liêm, avocat,  chargé des relations avec les ONG

Secrétaire général: M. Nguyễn Kim Bình

Trésorier : M. Nguyễn Quang Huy

Membres permanents des comités:

M. Nguyễn Ngọc Anh, Dr. Nguyễn Tiến Cảnh,  M. Trần Minh Công, M. Đoàn Thế Cường, M. Tôn Thất Dziên, Mlle Nguyên Dung, M. Ngô Văn Hiếu, Mme Nguyễn Thị Hồng Liên, M. Nguyễn Ngọc Quỳnh, M. Huỳnh Lương Thiện, Mme Đỗ Thị Thuấn, Mme Nguyễn Ninh Thuận, M. Trương Minh Trí, PhD, Mlle Nguyễn Khuê Tú, M. Chu Bá Yến.

CONSEIL DE SURVEILLANCE

Président: Dr Nguyễn Văn Đức

Membres: M. Đỗ Anh Tài, et M. Đỗ Như Điện

CONSEIL CONSULTATIF

Prof.  Nguyễn Ngọc Bích, M. Nguyễn Minh Cần, Maître Trần Thanh Hiệp, M. Đoàn Viết Hoạt, PhD, Rév. Nguyễn Hữu Lễ, Dr Nguyễn Quốc Quân, Maître Nguyễn Hữu Thống, Dr Nguyễn Văn Trần, Maître Lâm Lễ Trinh.

 

Contact

Le Réseau des droits de l’homme vietnamien est un organisme à but non lucratif qui jouit de l’exemption d’impôt conformément à la loi fédérale des États Unis.

Vietnam Human Rights Network

8971 Colchester Ave

Westminster, CA 92683 – USA

wwvv.vietnamhumanrights.net

Source : Association France-Vietnam d’Entraide (AFVE) / Vietnam Human Rights Network (VNHRN)

Quand la République du Viêt-Nam célébrait la journée mondiale des droits de l’homme

La République du Viêt-Nam (Sud) n’était pas connue pour être une grande soucieuse des Droits de l’homme. Elle avait même plutôt mauvaise réputation sur ce point. Tous ceux qui passèrent dans les geôles du régime de Ngô Dinh Diêm, puis celles du régime des généraux et enfin de Nguyên Van Thiêu ne pourront contredire ce fait.

Cependant cette démocratie imparfaite dans un contexte de guerre civile garantissait un certain nombre de droits à ces citoyens : multipartisme, élections, droit de manifester, liberté de la presse, liberté religieuse… Contrairement à l’autre République du Nord (République Démocratique du Viêt-Nam) totalitaire et fondée sur le « centralisme démocratique », la République du Sud a toujours pris soin de célébrer tous les cinq ans l’anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’homme.

Les collectionneurs de timbres et autres vieux papiers qui s’intéressent aux vestiges commémoratifs n’auront aucun mal à retrouver dans la production philatéliste de la République sudiste, toujours perçue comme « fantoche » par l’historiographie officielle, les diverses séries de timbres et enveloppes Premier jour (FDC) diffusées, vendues et collectionnées à Saigon pendant la période de la guerre. Ce que donne à voir un État dans sa production philatéliste est intéressant à plus d’un titre. Elle est un des reflets officiels de l’imaginaire national que les États présentent à la face du monde. Pendant les vingt ans de son existence (1955-1975), la République du Viêt-Nam a célébré quatre fois l’avènement de cette déclaration historique de 1948. Retour succinct sur cette production significative.

1958 : 10e anniversaire

La première série de timbres commémoratifs de cet événement mondial apparaît sous le régime de Ngô Dinh Diêm. Elle est illustrée par l’effigie d’un flambeau tenu par deux mains débarrassées de leurs chaines qui s’enroule autour du logo des Nations Unies. L’image est déployée sur quatre timbres de 0,50 đồng (bleu) 1 đồng (rouge brun), 2 đồng (vert) et 6 đồng (violet). Dessinée par le peintre Nguyen Van Trien, elle symbolise la libération de l’homme, les chaînes de l’esclavage se brisant lorsque fut promue la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948. Les « Maxicard » qui accompagnent cette sortie expriment également cette force libératrice (voir illustration ci-dessus). Les quatre timbres ont été imprimés en France (Imprimerie Thomas Delarue à Londres), chacun à 500.000 exemplaires et diffusés à Saigon le 10 décembre 1958 [1].

1963 : 15e anniversaire

L’assassinat de Ngô Dinh Diêm et le renversement de son régime interviennent le 2 novembre 1963. Un mois plus tard, une série commémorative est éditée par La Poste de Saigon. Elle est illustrée par la balance de la justice et d’un globe superposés à l’image de la « constitution » sur quatre timbres respectivement de 0,70 đồng (orange), 1 đồng (rose), 3 đồng (vert d’eau) et 8 đồng (bistre). Le logo, inspiré par l’Unesco (la balance de la justice et la terre), a été dessiné par Nguyen Minh Hoang. Les FDC qui accompagnent cette série reprennent l’image du traditionnel flambeau auquel sont ajoutés la balance de la justice (voir l’exemple ci-dessous).

Source : temviet.com

Créée à l’époque de Ngo Dinh Diêm, l’image de cette alliance « Justice et constitution » peut sembler pertinente si l’on considère la fin du régime diemiste comme une bénédiction ou au contraire en parfaite inadéquation avec la période de troubles que va connaître la République du Viêt-Nam pendant trois ans. La nouvelle constitution qui doit remplacer celle du régime diemiste ne fut adoptée qu’en 1967 lors de l’avènement de la Seconde République du Viêt-Nam. Les quatre timbres ont été fabriqués en France à l’Imprimerie philatélique du boulevard Brune à Paris et diffusés le 10 décembre 1963. Le premier de 0,70 dong a été tiré à 2 millions d’exemplaires, ceux de 1 et 3 dong à 4 millions d’exemplaires et celui de 8 dong à 1 million. [2]

1968 : 20e anniversaire

Le vingtième anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme a une odeur de poudre dans le Viêt-Nam de 1968. L’année du Singe de Terre a démarré dans le fracas de l’offensive du Têt déclenchée par le Nord. Les deux timbres de 10 et 16 đồng édités en fin d’année prennent de la couleur par rapport aux commémorations précédentes. Le premier reprend l’image officielle, conçue par l’Unesco, de la flamme bordée d’une couronne de laurier. La flamme rouge se décline sur un fond vert accompagné des chiffres blanc de l’année 1968. On distingue au trait jaune en arrière-plan le schéma de la façade de l’Assemblée nationale (puis Chambre basse). Le second timbre, à dominante violette, dessiné par Nguyen Minh Hoang, représente quatre personnages regardant vers le haut en direction d’un cercle de lumière blanc engendré par la flamme des droits de l’homme. Trois personnages sont en short et le quatrième représente un indien d’Amérique avec une imposante coiffe ! Ils ont été imprimés à Tokyo respectivement à 1,3 et 1,5 millions d’exemplaires. [3]

1973 : 25e anniversaire

A la fin de l’année 1973, le régime de Nguyen Van Thieu, le président de la République réélu en 1971, semble bien installé. Mais il est fragilisé par le désengagement massif des forces américaines et alliées qui laissent la rude tâche de contenir l’avancée des forces communistes du Nord et du FNL-Sud Viêt-Nam à l’armée républicaine (ARVN) démotivée. Le 29 décembre 1973, la Poste de Saigon édita deux timbres pour commémorer le 25e anniversaire de la déclaration des Droits de l’homme. Le premier de 15 đồng représente trois personnes de couleurs différentes se tenant par les épaules et placées à la droite d’une flamme émergeant d’une couronne de laurier dont la base est formée des chiffres romains « XXV ». Le second timbre d’une valeur de 100 đồng représente quatre personnes se tenant solidairement par la main formant le fond d’une image de la balance de la justice et d’une flamme jaune centrale. Le chiffre « XXV » est placé à la base de la couronne de laurier comme sur le logo précédent. Dessinés par Le Minh Duc (15 đồng) et Nguyen Uyen (100 đồng) les deux timbres offrent une imagerie plus moderne.

Saigon Maxicard 1973

Et depuis ?

Avec la chute de Saigon le 30 avril 1975, cette série commémorative qui aurait pu se poursuivre en 1978, 1983, 1988, 1993, 1998, 2003, 2008 et 2013, s’arrête. Nous avons cherché en vain des images commémoratives de cet événement dans les collections de la RDVN depuis 1948 puis dans celle de la RSVN depuis 1976 sans grand succès. Cependant, notre connaissance de philatéliste amateur est limitée et quelque chose a pu nous échapper. Depuis 1982, la RSVN est signataire de nombreuses conventions pour le respect de la personne, des femmes, des enfants ou des handicapés (2007) mais la célébration de la Déclaration de 1948 reste timide. Le 07 décembre dernier, un article du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV rappelait, à l’occasion de la « Journée des Droits de l’homme » et du 64e anniversaire de la publication par l’ONU de la « Déclaration internationale des Droits de l’homme », que la réduction de la pauvreté constituait un élément fondamental pour le développement des Droits de l’homme. Sur le plan politique, la question du respect de ces Droits conserve néanmoins toute son actualité au regard des nombreuses arrestations de citoyens poursuivis simplement pour avoir exprimé leurs idées sur la toile ou lors de manifestations pacifiques.

François Guillemot, 10/12/2012

 

NOTES

[1] Nguyen Bao Tung, 20 nam buu-hoa Viet-Nam / 20 years of the Vietnamese Philately, 1951-1971, Saigon, Phu Quoc Vu Khanh Dac Trach Van Hoa yem tro tac gia XB, 1971, p. 113.

[2] id., p. 157.

[3] id., p. 209.

 

Pour en savoir plus :

  • David Kinley & Hai Nguyen, Viet Nam, Human Rights and Trade. Implications of Vietnam’s Assession to the WTO, Geneva, Freidrich Ebert Stiftung, Dialogue on Globalization, no. 39 / April 2008, pdf on line.

 

Source : Manh Hai Gallery

Journée des droits de l’homme, 10 décembre : « Ma voix compte »

[Message de l’ONU] Cette Journée est l’occasion, chaque année, de célébrer les droits de l’homme, de mettre en lumière un problème particulier, et de plaider pour que chaque individu, où qu’il se trouve, puisse exercer pleinement tous ses droits fondamentaux.

Cette année, l’accent sera mis sur les droits de tous les individus – les femmes, les jeunes, les minorités, les personnes handicapées, les autochtones, les personnes pauvres ou marginalisées – afin que leurs voix soient entendues dans la vie publique et prises en compte dans les décisions politiques.

Ces droits fondamentaux – droits à la liberté d’opinion et d’expression, droit de réunion et d’association pacifiques, droit de prendre part aux affaires publiques (articles 19, 20 et 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme) – ont été au cœur des bouleversements historiques survenus dans le monde arabe ces deux dernières années, au cours desquelles des millions de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer le changement. Dans d’autres parties du monde, les « 99 % » se sont exprimés à travers le mouvement mondial des indignés pour protester contre les inégalités économiques, politiques et sociales.

Source : UN

* * *

[ndlr] A l’occasion de cette journée mondiale des organisations vietnamiennes à l’étranger rappellent à travers l’affiche ci-dessous que plus de 258 prisonniers d’opinion connus sont actuellement incarcérés en RSVN. Une campagne se sensibilisation intitulée « Un Million de Cœurs, Une Voix » sous la forme d’une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 128.000 signatures dépassant son objectif initial de 100.000 voix pour la Journée Internationale des Droits de l’Homme le 10 Décembre.

 

Source : Viet Tan, Ngày Quốc Tế Nhân Quyền 2012.