Archives par mot-clé : journée d’études

Images et mémoires : visibilité et invisibilité de la guerre en Algérie

[ndlr] Programme de deux journées d’études sur les problématiques de l’image et de la mémoire à Lyon.

31 mai 2016 / 1er juin 2016

Maison internationale des Langues et des cultures (MILC)

35 Rue Raulin, Lyon 7e

Texier_Humanité

                                   Ces journées d’études sont organisées dans le cadre du projet Mémoire de l’Université de Lyon en partenariat avec le laboratoire LARHRA (UMR CNRS 5190) « Mémoire et héritage : construction, déconstruction, reconstruction de la mémoire individuelle et collective » et du séminaire « Mémoire de l’image, mémoire en images ».

Résumé : Il est courant d’entendre que la guerre d’Algérie a été une « guerre sans nom » ou encore une « guerre invisible ». Ces propos méritent d’être infléchis voire corrigés car dès 1954 les contemporains en Algérie et en France ont photographié, filmé, illustré, nommé la guerre que ce soit dans des documents amateurs ou des images d’actualités filmées ou télévisées ou encore dans des films de fiction. Certaines images sont parfois très datées lorsqu’elles renvoient à des événements précis (1961) mais d’autres comme d’ailleurs la mémoire qu’elles portent ou celle des témoins qui les accompagnent réinscrivent ce moment aigu dans un temps plus long, celui des territoires respectifs et celui des territoires de la mémoire. Certaines de ces images sont aujourd’hui découvertes ou redécouvertes. Certaines sont devenues des marqueurs des événements et de leurs mémoires. Elles font l’objet de réemplois variés et contribuent à la mise en récit des événements. Elles fonctionnent dès lors comme des vecteurs de mémoires que ce soit celles des personnes confrontées à la guerre ou plus largement celles de notre société.

Les journées du 31 mai et du premier juin ne veulent ainsi pas revenir simplement sur les images de la guerre franco-algérienne. Elles s’attacheront à visionner, étudier ces images pour questionner dans toutes leurs dimensions, leurs usages, leur fonction, leur réemploi dans l’histoire et les mémoires en Algérie et en France ; à les resituer et les interpréter dans une histoire de plus longue durée ; à dégager les réalités que quelquefois elles contribuent à masquer ou à déformer.

Source : ENS de Lyon

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

« L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits »

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Asiatiques au travail en France durant les deux guerres mondiales – Journée d’études – 1er avril 2016

Affiche de la journée d’études consacrée aux Travailleurs indochinois. Vendredi 1er avril 2016, Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D30 avec Laurent Dornel, Daniel Héméry, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières.

JournéeEtudes_TravailleursIndochinois_Toulouse04-2016Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Mémoire sculptée de la guerre : une modernité possible ? Rouen – 5 juin 2015

[ndlr] Annonce d’une belle journée d’études à l’Université de Rouen.

Journée d’études organisée par Claire Maingon et Sandra Dubbeld

Le 5 juin 2015, à l’Auditorium du Musée des Beaux-arts de Rouen.

Cette journée d’étude organisée par l’Université de Rouen propose de resituer un choix de monuments commémoratifs (projets ou réalisations) par rapport aux problématiques de la commande publique, de l’académisme et de la modernité. Il s’agit bien ici d’interroger la possibilité d’être innovant, créatif, personnel, dans l’exercice très contraint de la commande publique. En adoptant une esthétique moderne, par exemple abstraite, mettrait-on en danger la fonction du monument ? La question que pose cette journée d’étude est celle du rapport dialectique entre le sens et la forme du monument commémoratif de la guerre, ces monuments de mémoire.

JE_MémoireSculptée_5juin2015

Intervenants :

  • 10h : Accueil, en présence de Sylvain Amic, directeur des musées de Rouen
  • 10h20 : Introduction : Claire Maingon (Maître de conférence en histoire de l’art contemporain, Université de Rouen) et Rémi Dalisson (Professeur d’Histoire, Université de Rouen)
  • 10h30-11h : Nicolas Coutant (Directeur du musée d’Elbeuf) : « Les monuments aux morts de 1870 en Haute-Normandie »
  • 11h-11h30 : Claire Garcia (docteur en histoire de l’art) : « Vers une réinvention de la commémoration. Conventions formelles et libertés plastiques : un dialogue impossible ? »
  • 11h30-12h : Christine d’Abboville (historienne de l’art) : « Les monuments de la grande guerre : mécanismes de la souscription et de la commande publique, choix idéologiques »
  • Discussion

12h30-14h : déjeuner

  • 14h15 – 14h45 : Alice Margotton (doctorante en histoire de l’art, Montpellier) :  » La modernité dans les monuments aux morts, le cas d’Ille-sur-tet par Raymond Sudre »
  • 14h45- 15h15 : Matthieu Chambrion (conservateur du patrimoine à la direction de l’inventaire du patrimoine de la région Centre) :  « Remplacer les bronzes fondus sous l’Occupation en région Centre : une renaissance de la statuaire publique ? »
  • 15h15-15h45 : Sebastien Gokalp (Conservateur du patrimoine, Musée d’art moderne de la Ville de Paris) : « La Victoire chez Lucio Fontana »
  • Discussion

Téléchargez le programme en PDF

Source : GRHis / Université de Rouen EA 3831

Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche [synthèse]

[ndlr] Synthèse de la Journée d’études organisée par l’Institut d’Asie orientale (CNRS/UMR 5062) avec le soutien du GIS Asie et de l’UPS 2999 Réseau Asie & Pacifique.

Synthèse de la journée d’étude : ‘Le terrain dans l’étude de l’Asie : retours d’expérience et stratégies de recherche ‘ (30 et 31 mars 2015)

Rédigée collectivement par Cao Liuying, Fleur Chabaille, Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Tan Xinxin, puis enrichie par les intervenants de la journée.

TerrainAsie2015_1

Cette journée d’étude centrée sur la problématique du terrain asiatique, organisée par un groupe de doctorants de l’Institut d’Asie Orientale avec le soutien du Réseau Asie Pacifique et de l’IAO, a permis de réunir les interventions de 15 jeunes chercheurs dont les travaux relèvent de disciplines et d’aires géographiques différentes. Cette rencontre a donc offert une occasion unique de décloisonnements disciplinaires et géographiques autour d’un aspect central et commun aux recherches menées en Asie. Elle représente de surcroît une première initiative de mise en commun de retours d’expérience entre doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs plus expérimentés sur une question rarement analysée en tant que telle. Les deux journées ont atteint l’objectif recherché, à savoir le partage des expériences et des difficultés rencontrées par chacun, et la suggestion mutuelle de solutions entre chercheurs de différents horizons disciplinaires et géographiques. En outre, la richesse des interventions et des échanges a fait ressortir quelques points fondamentaux et transversaux aux expériences de terrain. L’ensemble souligne l’importance cruciale de cette étape dans tout travail de recherche, fournit quelques clés pour aborder au mieux cette phase déterminante et met en évidence un certain nombre de pistes de réflexions.

Cette synthèse, rédigée en premier lieu par les organisateurs des journées, puis enrichie par les apports des intervenants et discutants, met en avant les principaux enjeux dont la saillance a animé les discussions. Les différents points abordés constituent également des pistes, à discuter, dans l’optique d’une valorisation ultérieure – les titres et le regroupement des questions qu’ils proposent étant purement indicatifs.

La présentation du chercheur et les catégories qu’on lui assigne

Les interventions ont mis en lumière la confrontation de chacun à des situations particulières d’enquêtes qui conditionnent l’accès au « terrain ». Si la notion de terrain peut varier selon les disciplines (archives, observation participante, accès aux enquêtés, etc.), les contributions ont souligné la nécessité d’interroger comment chacun s’insère dans son milieu d’enquête. Cela a permis de montrer l’importance de la présentation de soi et des représentations que chacun peut se faire vis-à-vis du chercheur. Chacun a ainsi montré comment le statut ou la catégorie qui lui est assigné(e) et la manière dont il s’insère dans cet environnement amène à des stratégies diverses.

L’appartenance à une institution reconnue dans le pays étudié peut être un avantage de taille en termes d’accès au terrain (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier grâce à l’Université de Tokyo, Zhou Mingchao à l’Université d’Aix-Marseille, Yumiko Yamamoto au Centre d’études africaines à l’Université Jawaharlal-Nehru et au Département d’humanités et de développement à l’Université d’agriculture de Chine, Tan Xinxin grâce à l’Académie des sciences sociales de Shanghai). Cependant, dans certains cas, au contraire, l’affiliation universitaire constitue un obstacle. Dans le cas des centres africanistes au Japon la conflictualité entre acteurs institutionnels peut être une menace qui pèse sur la recherche au point de fermer ou d’ouvrir l’accès au terrain (cf. Yumiko Yamamoto). Si les tentatives d’affiliations officielles semblent nécessaires pour mener des recherches dans les pays asiatiques, cette première étape peut s’avérer compliquée en fonction des manières dont est perçu le chercheur, encourant le risque de se voir fermer des accès.

En Chine, la difficulté d’obtenir des autorisations officielles pour mener une enquête anthropologique (cf. Pascale-Marie Milan) ou la manière de se présenter, si l’on se présente comme politiste (cf. Zhou Mingchao), peut mener à des stratégies discursives pour se défaire des positions assignées. La rencontre informelle avec des acteurs institutionnels locaux (cf. Pascale-Marie Milan) ou une présentation (de soi) comme étudiante en sociologie (cf. Zhou Mingchao), peuvent être considérée comme des stratégies de contournement pour accéder au terrain. Un lien épistémique entre la position du chercheur sur son terrain et les données qu’il recueille nécessite en effet d’être attentif à la manière dont il s’inscrit dans son environnement d’enquête. Ainsi, il faut prendre garde à ne pas être assimilé à d’autres professions, telles que le journalisme (cf. Jérôme Soldani, Judith Audin), qui ne permettent souvent d’obtenir que des réponses convenues. Il est donc nécessaire pour le chercheur d’adapter la manière dont il se présente et fait état de ses recherches aux acteurs et aux contextes étudiés. Cette stratégie peut consister à modifier son statut en s’immergeant dans un milieu comme un enseignant (cf. Zhou Mingchao, Yves Russell), ou en participant aux activités ordinaires (cf. Pascale-Marie Milan et Jérôme Soldani).

La présentation du chercheur peut être encore plus délicate sur un terrain clivé où la relation enquêteur/enquêté s’inscrit elle-même dans la configuration de domination dont le chercheur tente de rendre compte. Cette situation nécessite que le chercheur procède à une adaptation constante de sa position en fonction des interlocuteurs dans les interactions, afin d’atténuer les biais introduits par sa présence sur le terrain et de ne pas aggraver la tendance à la méfiance ou au conformisme des enquêtés. Les terrains de recherche avec des groupes minoritaires (cf Pascale-Marie Milan) ou avec des populations migrantes stigmatisées (cf Zhou Mingchao) sont particulièrement soumis à la nécessité de l’intersubjectivité. Sur ce point-là, la situation d’entretien, en soi, se révèle comme un matériau d’enquête riche pour l’analyse sociologique, comme le montre l’enquête de Zhou Mingchao autour des interactions entre les metteurs en œuvre de proximité (direction de l’école et enseignants) et les usagers/ressortissants (élèves et parents d’élèves) de la politique scolaire ségrégative à l’égard des enfants de nongmingong en Chine.

TerrainAsie2015_2

Enfin, la problématique de l’image que le chercheur renvoie de soi et des catégories qu’on lui assigne entre également en résonance avec les questions de genre. En effet, la présentation de Charlotte Thomas a montré toute l’ambivalence, en termes de contraintes et d’opportunités, du fait d’être une chercheuse en Inde. Etre une femme, qui plus est occidentale à la peau et aux yeux clairs, contraint à adapter sa tenue vestimentaire afin de la dissimuler autant que possible, et peut évidemment fermer un certain nombre de portes, comme celles des lieux de socialisation nocturnes et alcoolisés. Cependant, le caractère flou de la situation et l’étonnement suscité auprès des enquêtés peuvent en ouvrir d’autres, en créant des situations étrangères aux acteurs et par conséquent de nouvelles marges de manœuvre pour le chercheur.

La question du genre s’avère particulièrement complexe selon les lieux. Les projections et représentations autour de la femme occidentale sont un aspect à prendre en compte (cf. Charlotte Thomas), mais au-delà des clichés sur les Occidentaux, souvent assignés à la catégorie de « touristes », d’autres « étiquettes » peuvent être accolées de manière plus étonnante. L’expérience de Pascale-Marie Milan sur la multiplicité des positions auxquelles le chercheur peut être assigné souligne la complexité de la positionnalité du chercheur. Tout un lot de clichés accompagne les représentations que l’on se fait des femmes occidentales. Tantôt assignée à la catégorie ontologique masculine du fait de son statut de touriste ou encore associée aux imaginaires érotiques que l’on se fait des femmes « blanches », elle a essayé de prendre différents positionnement en s’adaptant aux catégories locales d’entendement de la féminité afin d’accéder au terrain. Tan Xinxin a partagé un autre cas intéressant : ayant vécu plus de 5 ans en France et n’étant pas d’origine shanghaienne, elle a été interrogée plusieurs fois au sujet de sa nationalité pendant son terrain à Shanghai.

Les enjeux méthodologiques lors de la conduite d’entretien et le décloisonnement des disciplines qui en ressort

Une fois cette étape franchie, la réalisation des entretiens implique plusieurs questionnements majeurs. Parmi eux, la méthode d’enregistrement a été abordée et remise en cause à de nombreuses reprises. Pour la plupart des intervenants, elle constitue une entrave trop importante dans la mesure où elle altère la qualité et l’authenticité des propos échangés. Par conséquent, la plupart des chercheurs ont fait le choix de s’en passer (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, Charlotte Thomas, Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani). Pour d’autres, l’obstacle est parfois balayé en décidant de ne pas demander de permission et d’enregistrer sans autorisation lorsque la présence flagrante d’un enregistreur changera manifestement le discours de l’interviewé (cf. Yves Russell). Cette décision est cruciale et pose des enjeux d’efficacité, d’éthique dont la perception est différente selon les pays (Etats-Unis, Chine, France), voire de risque. Elle suppose parfois une véritable remise en question disciplinaire, notamment en sociologie où l’entretien enregistré est considéré comme le garant de la scientificité du travail de recherche (cf. Judith Audin).

Dans les cas où l’enregistrement n’est pas de mise, la prise de notes est alors fondamentale. Elle doit cependant s’intégrer dans le cadre d’une méthode rigoureuse. L’un des problèmes majeurs repose sur l’accumulation de matériels et la manière de les référencer : l’enchaînement des entretiens ne doit pas se faire au détriment de la retranscription. Ainsi, certains mettent en place une méthodologie particulière avec un temps de latence entre chaque série d’entretiens (cf. Audrey Soula) qui s’accompagne d’une retranscription dans la foulée (cf. Nicolas Leprêtre et Benoit Granier). Reprendre ses notes à chaud est en effet crucial quand aucun enregistrement n’a été réalisé, en particulier quand ces dernières constituent un mélange de langue asiatique, de français et d’anglais. Parfois un interprète local est aussi indispensable pour faire des retranscriptions dans les cas où les entretiens se font en dialecte local, à l’image de l’expérience de Tan Xinxin avec le cas shanghaien.

Si la prise de notes devant les enquêtés est parfois évitée dans les méthodes anthropologiques (cf. Jérôme Soldani qui profite de ses moments de répit pour remplir son carnet de recherche au début de son enquête chez les joueurs de baseball professionnels), certains outils permettent de prendre des notes discrètement, en faisant mine par exemple de répondre à un message depuis son téléphone portable (Adrien Fauve et Judith Audin). Cela permet de prendre le temps du recul et de la réflexion entre chaque entretien et de ne pas se laisser entraîner par l’effet « boule de neige ». Face à cette abondance de ressources, les jeunes chercheurs ont pu échanger plusieurs « astuces » pour éviter de se retrouver ensevelis sous la matière disponible et effectivement récoltée, à l’image des monographies réalisées en milieu, puis fin de séjour (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre), et du resserrement stratégique de la problématique opérée par Audrey Soula face à la profusion d’entretiens et de rencontres qui s’offraient à elles, en sélectionnant certains lieux d’enquêtes en particulier sur un double terrain de recherche.

Ce risque qui se retrouve dans toutes les disciplines, en dépit de leurs différences méthodologiques, a permis aux participants de partager une riche discussion sur les outils permettant de faire du terrain. Le point de vue interdisciplinaire de cette journée a en effet permis de montrer des choix de méthodes très variés, souvent complémentaires et se chevauchant parfois, le spectre allant de l’observation flottante (cf. Pascale-Marie Milan, Jérôme Soldani, Charlotte Thomas) à l’observation non participante et distanciée (cf. Judith Audin), en passant par l’observation participante (cf. Yves Russell, Zhou Mingchao) et la méthode également classique des entretiens semi-directifs (Benoit Granier, Nicolas Leprêtre et Yumiko Yamamoto). Chacune comporte ses propres avantages et inconvénients, mais le principal enseignement mis en évidence lors de ces journées est l’absence de réelle spécificité disciplinaire en ce qui concerne les dispositifs méthodologiques mobilisés sur le terrain. Les chercheurs privilégient plutôt une approche pragmatique et une adaptation aux caractéristiques de leur question de recherche et de leur terrain, rompant parfois avec la méthodologie « classique » de leur discipline. C’est notamment le cas des dispositifs d’enquête présentés par Charlotte Thomas, Judith Audin et Zhou Mingchao, qui ont mis la méthode ethnographique au service de leur recherche en science politique, comme a pu le mettre en relief Danielle Tan lors de la discussion.

TerrainAsie2015_3

Enfin, au-delà de ces enjeux que l’on pourrait penser propres à des disciplines comme l’anthropologie, la sociologie ou la science politique, d’autres difficultés nécessitent une forte capacité d’adaptation du chercheur dans un spectre disciplinaire plus large encore au sein des sciences humaines et sociales. Elles peuvent notamment être liées à l’existence d’un terrain documentaire dispersé entre le Japon, l’Inde et la Chine (cf. Yumiko Yamamoto en science politique) ou un « terrain géographique éclaté » pour reprendre l’expression de Cécile Armand (cf. Cécile Armand en histoire et Laurent Sovet en psychologie). Ces distances supposent une grande disponibilité et flexibilité face aux imprévus, par exemple un programme de numérisation qui empêche la consultation de certaines séries d’archives (cf. Cécile Armand) et impératifs du doctorat qui demandent des retours nécessaires en France pour suivre des formations et assurer des enseignements (cf. Laurent Sovet). Ces entraves peuvent être en partie contournées par une préparation numérique du terrain rigoureuse et parfois fastidieuse, avant sa découverte physique (cf. Tan Xinxin). Certaines spécificités du travail de terrain en histoire sont ainsi ressorties : dans cette discipline, les interlocuteurs ne sont souvent pas des êtres humains mais des entités matérielles (archives papiers, photos, films, etc.) de plus en plus dématérialisées (cf. Tan Xinxin et Cécile Armand).

Les débats entre chercheurs de domaines différents ont surtout permis de réaliser que, malgré le fait que le « terrain », dans sa double dimension de « méthode » et d’ « objet », connaisse des acceptions différentes selon les disciplines, le dialogue interdisciplinaire peut se révéler extrêmement fructueux. En effet, bien que les méthodes soient elles-mêmes disciplinairement définies (à l’image de l’enquête de terrain ethnographique), elles ne sont cependant pas le monopole de la discipline dont elles sont issues.

Les impondérables du travail de terrain, porteurs d’entraves et d’opportunités

Ces qualités d’accommodement face aux obstacles rencontrés, qui ressortent de toutes les interventions, révèlent également que les difficultés du terrain ne sont pas forcément là où on les attend. Les terrains volontiers qualifiés d’« autoritaires » comme la Chine peuvent être ceux qui sont les plus fermés, mais aussi paradoxalement les plus ouverts (cf. Yves Russell, Judith Audin et Adrien Fauve, et Zhou Mingchao). S’il est en théorie nécessaire d’obtenir des autorisations pour mener à bien ses recherches, le caractère non-homogène et décentralisé du pouvoir réel accorde parfois aux chercheurs une grande marge de manœuvre en cas d’arrangement avec les autorités locales, notamment si le sujet n’est pas politiquement sensible, à l’image de l’expérience de Pascale-Marie Milan en Chine. Dans le cas de la République populaire de Chine, Jean-François Huchet et Christine Cornet ont par ailleurs apporté une mise en perspective intéressante puisque le processus de formalisation et de codification de l’accès au terrain en Chine semble laisser moins de flexibilité aux chercheurs, tandis que le flou et les zones d’ombres antérieurs leurs accordaient davantage de libertés.

Le contournement peut également se faire sur le terrain linguistique. Malgré l’insuffisance de leur capacité linguistique, certains chercheurs ont montré qu’ils avaient réussi à délimiter leur recherche de manière à surmonter cet obstacle (cf. Cécile Armand, Judith Audin). Cela peut même constituer un argument qui justifie l’enregistrement de conversations auprès des enquêtés (cf. Judith Audin et Adrien Fauve) ou ne pas poser problème quand l’introduction et la présence d’un intermédiaire local sont de toute façon indispensables (cf. Charlotte Thomas). La tentation d’utiliser l’anglais peut être forte, mais le risque est d’avoir un interlocuteur qui n’ait pas un niveau suffisant, ce qui peut engendrer des problèmes de compréhension. Néanmoins, la bonne volonté de discuter avec les enquêtés dans leur langue est parfois bloquée par le désir de ces derniers à s’exprimer en anglais malgré tout (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre).

En outre, à l’image de l’obstacle linguistique qui peut parfois constituer une ressource dont ne bénéficieraient pas des chercheurs locaux, un certain nombre de difficultés ou d’échecs apparents peuvent paradoxalement être vus comme d’authentiques et précieux résultats de recherche. Charlotte Thomas dans le cas de l’Inde et Nicolas Leprêtre et Benoit Granier dans le cas du Japon ont ainsi montré que si des silences ou des réponses « langue de bois » peuvent rendre difficile la collecte d’informations précises, ils sont également révélateurs de tensions et de relations de pouvoir, que des entretiens ultérieurs sont susceptibles de mettre au jour ou qui seront exploités comme tel dans le cadre de la thèse.

Prendre en compte les spécificités du terrain en Asie, tout en questionnant la pertinence de la distinction par « pays » ou « région »

Cette diversité des « surprises », obstacles et déblocages rencontrés sur le terrain conduisent à réorienter et décloisonner la réflexion d’un point de vue géographique. Comme l’a souligné François Guillemot, compte tenu des différences locales au sein d’un même pays, il n’est sans doute pas toujours pertinent de raisonner en termes de « pays » ou de « région ». A titre d’exemple, selon l’objet d’étude, l’accessibilité peut être plus grande en Chine qu’au Japon. De plus, le critère d’accessibilité ne suffit pas : il ne garantit ni la profusion, ni la qualité des informations délivrées. En adoptant des stratégies de contournement, les chercheurs peuvent même dans certains cas récolter davantage d’informations dans des pays pourtant « autoritaires » et « fermés » comme la Chine que dans des démocraties libérales où le discours est souvent très policé (cf. Pascale-Marie Milan et Yves Russell).

Cette remarque fait écho au constat général selon lequel les relations interpersonnelles jouent un rôle crucial et apparaissent comme un élément fondamental, dans l’ensemble des expériences de terrain relatées. D’une part, l’introduction auprès des enquêtés grâce à des « contacts introducteurs » (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre) et la familiarisation avec son nouvel environnement de recherche grâce à des « tuteurs de terrain » (cf. Yumiko Yamamoto) sont décisifs dans l’obtention et le bon déroulement des entretiens. Certaines contributions ont également montré le rôle crucial du réseau, élément primordial pour rendre compte d’un système social dans le cas d’une ethnographie multi-située (cf. Audrey Soula).

La mise en place d’un réseau de contacts en lien avec son objet d’étude peut être une stratégie efficace qui nécessite à la fois d’être réactif et intrusif (cf. Vladimir Stolojan-Filipesco). L’appui sur un réseau académique (cf. Tan Xinxin) mais aussi familial peut s’avérer également un atout de poids (cf. Yves Russell, Jérôme Soldani, Pascale-Marie Milan, Audrey Soula). En particulier, si Zhou Mingchao a pu obtenir le parrainage du Bureau de l’éducation pour son travail de terrain, c’est en partie grâce à la présentation préliminaire de son proche qui avait précédemment eu des relations professionnelles avec le personnel du Bureau, ce qui rejoint aussi le constat général sur le rôle important des relations interpersonnelles (dit du guanxi en chinois). Néanmoins, la variable interpersonnelle est également la source d’un certain nombre de problèmes puisque les contacts introducteurs peuvent perturber les entretiens lorsqu’ils font le choix d’accompagner le chercheur (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre). En outre, d’autres paramètres plus personnels, notamment des sentiments d’empathie ou de compassion, peuvent aussi remettre en question le chercheur dans son objectivité (cf. Sun Jiawen, Zhou Mingchao).

Bien gérer la temporalité du travail du terrain

Toutes ces stratégies nécessitent du temps pour être mises en place, sans compter la recherche de financements qui peut être tout aussi chronophage, bien qu’une connaissance fine des institutions concernées et des procédures permet d’apporter des ressources financières et matérielles insoupçonnées (cf. Laurent Sovet). Cet impératif constitue un leitmotiv majeur de la journée d’étude, au cours de laquelle l’enjeu de la temporalité a été abordé et discuté sous de multiples dimensions. D’une part, des réflexions ont abondé sur la question selon laquelle le terrain constituerait ou non une rupture, ce qui pose des questions plus générales relatives à la temporalité de la recherche et à la distance accordée à un « terrain » lorsqu’on y vit. D’autre part, l’inscription du terrain dans la durée ouvre des portes et permet des pratiques impossibles sur une courte période.

De nombreuses contributions ont mis en avant le rôle du hasard et des impondérables dans l’obtention de contacts et d’entretiens (cf. Benoit Granier et Nicolas Leprêtre, Jérôme Soldani, Audrey Soula), ainsi que la nécessité d’être insistant et d’avoir quelque chose à échanger sur le long terme (cf. Yves Russell) ou de littéralement suivre le cheminement des interlocuteurs à l’intérieur d’un espace social plutôt que dans un espace physique (cf. Audrey Soula). Cette implication nécessite une préparation en amont et n’exclut pas non plus quelques coupures. Dans ce long processus, la patience est une qualité essentielle. De plus, l’immersion ne doit pas empêcher une prise de recul constante vis-à-vis de l’objet étudié. Jean-François Huchet a notamment insisté sur le difficile équilibre à trouver dans le rapport avec son terrain et les risques à être trop aspiré par ce dernier. Pour les prévenir, il est préférable de maintenir un va-et-vient constant entre le terrain et la théorie en s’interrogeant sur la manière dont le questionnement théorique est modifié par l’expérience pratique de l’enquête. C’est là tout l’enjeu de la construction du sujet sur place qui doit s’accompagner d’une transparence sur les obstacles rencontrés par le chercheur.

En permettant à chacun d’exprimer un franc retour d’expériences, cette journée a eu le mérite de lever en partie le voile sur ces difficultés et de dégager des stratégies qui pourront sans doute servir à d’autres jeunes chercheurs s’apprêtant à fouler leur premier terrain en Asie.

Photo à la une : FG, Terrain à Tokyo, décembre 2014 / Photos de la Journée d’études : Cao Liuying.