Archives par mot-clé : journée d’études

Journée d’études sur la Presse indochinoise (1865-1854) : lundi 3 décembre 2018

Dans le cadre du programme CPER Périodiques Francophones Outre-Mer (PERFROM), une Journée d’Etudes est organisée à la Bibliothèque nationale de France (site François Mitterrand, salle 70) lundi 3 décembre de 14h à 17h30, sur la presse indochinoise (1865-1954).

Mises à part quelques périodes, quelques thématiques et quelques aires géographiques particulières, l’histoire culturelle des ex-colonies françaises reste assez largement méconnue. C’est le cas de l’Indochine. Dans ce contexte, l’étude de la presse en langue française (journaux et revues, littéraires et généralistes) constitue un champ d’études qui permettrait de répondre à un certain nombre de questions. Parmi elles, la question des rapports entre centralité et périphérie est évidemment fondamentale. Non seulement entre la France métropolitaine et l’Indochine mais aussi entre l’Indochine et d’autres espaces coloniaux (Afrique du nord, Afrique occidentale, Méditerranée orientale, Madagascar, Antilles …). L’activité littéraire et culturelle telle qu’elle se structure au sein de ces journaux et revues est-elle l’œuvre exclusive de membres des communautés exogènes d’origine métropolitaine (colons, administrateurs, émigrés…) ? A-t-elle permis ou accompagné l’émergence de nouvelles élites locales ou seulement la mutation-adaptation des élites antérieures ? Cette question se pose avec une particulière acuité en Indochine avec le mouvement de lutte contre le mandarinat encouragé par l’administration coloniale et la généralisation de l’usage du Quoc Ngu qui donne lieu à la romanisation de la langue vietnamienne au tournant du XXe siècle, posant là des enjeux et des problématiques spécifiques en matière de transferts culturels et de contact colonial. Afin de proposer des réponses à ces questions, les collections de périodiques du Fonds indochinois de la BnF et encore plus les titres numérisés rendus accessibles par le portail de presse indochinoise de Gallica constituent un gisement documentaire d’une valeur inestimable sans lequel aucune recherche sérieuse ne peut espérer se développer. Ce sont quelques-unes de ces ressources que les chercheurs membres du réseau PERFROM (Périodiques francophones outre-mer, XIXe-XXe siècles) piloté par Le Mans Université ont exploités.

Bibliothèque nationale de France

Site François Mitterrand

Salle 70, 14h-18h

  • Giang-Huong Nguyen et Hélène Raymond (Bibliothèque nationale de France) : « La presse vietnamienne numérisée et le dépôt légal Indochinois à la BnF »
  • Laure Demougin (Université Paul Valéry – Montpellier III) : « Les premiers mots de la presse francophone au Vietnam : Le Courrier de Saïgon« 
  • Franck Laurent (Le Mans université) : « L’Indochine et L’Indochine enchaînée d’André Malraux et Paul Monin (1925-1926) »
  • François Vignale (Le Mans université) : « La Nouvelle Revue indochinoise (1936-1940) »

Lien vers le site de la BnF: http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/dpt_lla.html

François Guillemot : « Fragments franco-indochinois des corps amoureux »

[ndlr] Communication dans le cadre de la Journée d’étude « Paradigmes des corps en mouvement » le mercredi 6 juin 2018 organisée par l’UFR STAPS de Lyon, Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-Vis).

« Fragments franco-indochinois des corps amoureux » – François Guillemot (IAO)

Notre communication s’inscrit dans la continuité d’une réflexion précédente sur les rapports sociaux, psychologiques et charnels entre deux altérités : colonisateurs et colonisées pendant la période coloniale et citoyens issus de deux cultures différentes pendant la période postcoloniale. A travers un corpus d’une vingtaine de textes nous mettrons l’accent sur la corporéité en action dans le rapport charnel et amoureux pour souligner les jeux qui se mettent en place. Ces fragments littéraires franco-indochinois permettront d’interroger le corps à corps utopique qui se joue et les limites de la rencontre coloniale ou postcoloniale. Si des universaux de la rencontre existent, ils ne paraissent pas évidents pour les sentiments et la spiritualité du corps.

Extrait de l’argumentaire :

La journée s’articulera sous forme de communications ouvertes mettant en jeu différentes corporéités qui produisent des sensibilités « extra-quotidiennes » (Barba, Savarese, 2008) : corps luttés, corps dansés, corps extrêmes, corps capacitaires, corps transformés, corps handi-ordinaires, corps au-delà, en-deçà ou à côté des limites scientifiquement admises, corps vécu, corps du chercheur lui-même, corps transformés, corps transgressifs, corps désirés, etc. N’est-ce pas à l’épistémologie contemporaine de réfléchir à la pluralité de ces paradigmes du corps, de les solliciter, de les faire se rencontrer et dialoguer ? Les paradigmes des corps en mouvement se déploieront en trois thèmes : corps et techniques nomades, expériences du corps handi-ordinaire et corps transgressifs.

Programme en ligne : L-Vis

Image « à la une » : Nguyên Trung, Femme et cheval © DR

Où situer le communisme ? Une approche interdisciplinaire du politique (Paris Diderot) – Appel à communications

[ndlr] Appel à communication d’une journée d’étude sur le communisme de la théorie marxiste à la pratique léniniste-maoïste et à la réalité.

APPEL A COMMUNICATIONS

Où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Journée d’étude

Université Paris Diderot – 16 mai 2018

La journée d’étude sera organisée sous l’égide de l’Action structurante « La Fabrique du politique : utopies, émancipations, radicalisations. Une approche interdisciplinaire du politique ».

Comité scientifique : Sophie COEURE (Université Paris Diderot, ICT), Marie CUILLERAI (Université Paris Diderot, LCSP), Martine LEIBOVICI (Université Paris Diderot, LCSP), Aurore MREJEN (Université Paris Diderot, LCSP), Benoît de TREGLODE (Ecole militaire, IRSEM).

Argumentaire

De Marx à Lénine la « dictature du prolétariat » est devenue la « dictature démocratique ». Ce concept, dans la perspective d’Althusser, peut ouvrir la stratégie du communisme comme un projet à long terme, en passant par l’étape socialiste. Il possède de plus le statut d’un concept scientifique parce qu’il est démontré, prouvé et vérifié dans la pratique de Lénine. Pour Marx et les marxistes comme Althusser, la dictature prolétarienne est la manifestation la plus haute de la démocratie populaire, et le communisme est la forme politique capable d’assurer la liberté la plus large et la plus complète de l’être humain. Néanmoins, aux yeux d’Edgar Morin, ce mot-mythe « dictature du prolétariat » se transforme en réalité en mot-illusion : la pratique de Lénine lui-même a renversé le sens de ce mot, le pouvoir dictatorial du prolétariat au sens de Marx n’existe pas, seule la monopolisation totale du pouvoir du Parti bolchevik est réelle, soit le totalitarisme en pratique. Ce point de vue est partagé par des intellectuels ayant vécu sous le régime soviétique du bloc de l’Europe de l’Est : Vaclav Havel voit dans le régime communiste un système authentiquement totalitaire, tandis qu’Agnès Heller conclut que le régime communiste est totalitaire parce que se trouve au centre du pouvoir un parti tout-puissant qui contrôle l’ensemble de la société.

Le caractère complexe de ce phénomène politique pourrait se résumer aussi par l’expression « démocratie totalitaire » utilisée par Jacob L. Talmon dans son ouvrage Les origines de la démocratie totalitaire, paru en 1952. Tandis que le livre Les Origines du totalitarisme de Hannah Arendt, publié en 1951, décrit le type de régime totalitaire comme caractérisé par la domination totale et la terreur, dans lequel ne reste rien de la démocratie. Cette complexité, Enzo Traverso, l’a bien mise à jour dans son livre Le totalitarisme, le XXe siècle en débats, en 2001, ce qui témoigne de la permanence du débat.

Alors, où situer le communisme, entre démocratie et totalitarisme ?

Cette question reste d’actualité, puisque l’idée communiste continue d’être revendiquée. Et perdurent des régimes érigés en son nom. Il est significatif que tous les régimes communistes actuels se définissent comme démocratiques, en dépit de leur mode de pratique réel. La Corée du Nord, par exemple, porte le nom « La République populaire démocratique de Corée ». S’impose donc une nécessité de porter un regard – ou plutôt des regards croisés de différentes disciplines – sur ce phénomène complexe, de son passé à son futur, pour en améliorer la compréhension.

La complexité communiste peut être examinée sous les trois aspects suivants, qui ne prétendent pas par ailleurs à l’exhaustivité des approches :

En quoi le communisme se définit-il comme démocratique ? L’aspect utopique de l’idéologie marxiste et le caractère mensonger de la propagande communiste ont été abondamment discutés. Cependant, une certitude comme celle du révolutionnaire Trotski – selon laquelle la dictature du prolétariat doit être l’épanouissement suprême de la démocratie ouvrière – ainsi que l’existence des soviets prouvent que parfois, entre l’illusion, l’utopie, le mensonge et le réel, il n’existe pas une séparation totale ou une frontière claire. Réexaminer cette question à l’heure actuelle est une exigence de la pensée politique, nécessaire pour comprendre sur quelles bases le communisme se définit comme démocratique, comment l’utopie démocratique du communisme a été possible, chez Marx, chez certains penseurs marxistes (Althusser, Mandel) et chez certains hommes d’action marxistes (Trotski, Hô Chi Minh).

Le totalitarisme est-il la forme la plus radicale de la pratique communiste, laquelle n’existerait que sous Staline, comme Hannah Arendt l’a pensé, ou bien cette forme serait-elle toujours d’actualité, bien que nuancée ? La controverse autour de la définition des régimes totalitaires affiche la complexité de ce phénomène politique sur lequel rien n’est encore tranché : le totalitarisme communiste commence-t-il avec Lénine, selon la thèse proposée par Stéphane Courtois ? L’Union soviétique post-stalinienne et le bloc de l’Europe de l’Est peuvent-ils être qualifiés de totalitaires comme dans la conception de Vaclav Havel ? Ou faut-il remettre en question ce cadre même de pensée, comme l’ont proposé Moshé Lewin ou encore Marc Ferro, en décentrant la question politique et notamment la lecture totalitaire, pour écrire une histoire sociale de l’Union soviétique ? Le potentiel du concept « totalitarisme » pour discuter le phénomène communiste est-il épuisé ou conserve-t-il sa pertinence pour les sciences sociales ?

Du passé au présent, les interrogations restent les mêmes. À quel type de régime rattacher les communismes actuels : la dictature à parti unique, l’autoritarisme, le néo-autoritarisme ou encore le totalitarisme… ? Et comment définir les régimes de la Corée du Nord, de la Chine ou du Viêt Nam ? Dans la lignée de l’œuvre de H. Arendt sur la nature du totalitarisme, est-il possible de saisir la nature des régimes politiques de ces pays ? Comment les situer face à l’héritage de l’expérience historique soviétique ? Et comment penser les complexités sociales sous régime communiste (emprise du régime sur la vie privée, marginalité, dissidence, etc.) ? Comment les sciences sociales et l’Université ont-elles reçu et interprété, de la Guerre froide à nos jours, ces régimes politiques et leurs différents phénomènes sociaux ?

Cette journée d’études s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire (philosophie, histoire, science politique, sociologie, anthropologie, civilisation, géographie, littérature, études cinématographiques, etc.) et s’adresse à des doctorants, de jeunes chercheurs, des chercheurs confirmés, ainsi qu’à des témoins variés, afin de proposer une réflexion sur l’expérience communiste.

Les propositions en français (env. 300 mots) et une courte biographie sont à envoyer avant le 26 février 2018 à l’adresse suivante : situerlecommunisme@gmail.com. Les réponses aux auteurs seront communiquées pour le 12 mars. La participation à la journée d’études est gratuite. Les éventuels frais de transports et d’hébergement ne pourront pas être pris en charge par les organisateurs.

Comité d’organisation : Sandra DOMINIQUE (Université Paris Diderot, ED 382, ICT), Thi Tu Huy NGUYEN (Université Paris Diderot, ED 382, LCSP), Nataliya YATSENKO (Université Paris Diderot, ED 382, ICT).

Responsable :

Sandra DOMINIQUE, Thi Tu Huy NGUYEN, Nataliya YATSENKO

Image « à la une » : affiche de propagande chinoise © DR

Images et mémoires : visibilité et invisibilité de la guerre en Algérie

[ndlr] Programme de deux journées d’études sur les problématiques de l’image et de la mémoire à Lyon.

31 mai 2016 / 1er juin 2016

Maison internationale des Langues et des cultures (MILC)

35 Rue Raulin, Lyon 7e

Texier_Humanité

                                   Ces journées d’études sont organisées dans le cadre du projet Mémoire de l’Université de Lyon en partenariat avec le laboratoire LARHRA (UMR CNRS 5190) « Mémoire et héritage : construction, déconstruction, reconstruction de la mémoire individuelle et collective » et du séminaire « Mémoire de l’image, mémoire en images ».

Résumé : Il est courant d’entendre que la guerre d’Algérie a été une « guerre sans nom » ou encore une « guerre invisible ». Ces propos méritent d’être infléchis voire corrigés car dès 1954 les contemporains en Algérie et en France ont photographié, filmé, illustré, nommé la guerre que ce soit dans des documents amateurs ou des images d’actualités filmées ou télévisées ou encore dans des films de fiction. Certaines images sont parfois très datées lorsqu’elles renvoient à des événements précis (1961) mais d’autres comme d’ailleurs la mémoire qu’elles portent ou celle des témoins qui les accompagnent réinscrivent ce moment aigu dans un temps plus long, celui des territoires respectifs et celui des territoires de la mémoire. Certaines de ces images sont aujourd’hui découvertes ou redécouvertes. Certaines sont devenues des marqueurs des événements et de leurs mémoires. Elles font l’objet de réemplois variés et contribuent à la mise en récit des événements. Elles fonctionnent dès lors comme des vecteurs de mémoires que ce soit celles des personnes confrontées à la guerre ou plus largement celles de notre société.

Les journées du 31 mai et du premier juin ne veulent ainsi pas revenir simplement sur les images de la guerre franco-algérienne. Elles s’attacheront à visionner, étudier ces images pour questionner dans toutes leurs dimensions, leurs usages, leur fonction, leur réemploi dans l’histoire et les mémoires en Algérie et en France ; à les resituer et les interpréter dans une histoire de plus longue durée ; à dégager les réalités que quelquefois elles contribuent à masquer ou à déformer.

Source : ENS de Lyon

L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits – Journée d’études – vendredi 18 mars 2016 – IrASIA

Journée d’études

Vendredi 18/03/2016

9h00 à 17h00

« L’Asie et la Mer, entre enjeux et conflits »

Aix-en-Provence, Site Schuman

Pôle Multimedia, Salle de colloque 2

Programme et affiche (PDF) :

Journée d’études IrAsia 18 mars 2016_Affiche

JE_L'AsieEtLaMer_IrAsia_18-03-2016

Asiatiques au travail en France durant les deux guerres mondiales – Journée d’études – 1er avril 2016

Affiche de la journée d’études consacrée aux Travailleurs indochinois. Vendredi 1er avril 2016, Université Toulouse – Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D30 avec Laurent Dornel, Daniel Héméry, Mireille Lê Van Hô, Liêm-Khê Luguern et Laure Teulières.

JournéeEtudes_TravailleursIndochinois_Toulouse04-2016Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Mémoire sculptée de la guerre : une modernité possible ? Rouen – 5 juin 2015

[ndlr] Annonce d’une belle journée d’études à l’Université de Rouen.

Journée d’études organisée par Claire Maingon et Sandra Dubbeld

Le 5 juin 2015, à l’Auditorium du Musée des Beaux-arts de Rouen.

Cette journée d’étude organisée par l’Université de Rouen propose de resituer un choix de monuments commémoratifs (projets ou réalisations) par rapport aux problématiques de la commande publique, de l’académisme et de la modernité. Il s’agit bien ici d’interroger la possibilité d’être innovant, créatif, personnel, dans l’exercice très contraint de la commande publique. En adoptant une esthétique moderne, par exemple abstraite, mettrait-on en danger la fonction du monument ? La question que pose cette journée d’étude est celle du rapport dialectique entre le sens et la forme du monument commémoratif de la guerre, ces monuments de mémoire.

JE_MémoireSculptée_5juin2015

Intervenants :

  • 10h : Accueil, en présence de Sylvain Amic, directeur des musées de Rouen
  • 10h20 : Introduction : Claire Maingon (Maître de conférence en histoire de l’art contemporain, Université de Rouen) et Rémi Dalisson (Professeur d’Histoire, Université de Rouen)
  • 10h30-11h : Nicolas Coutant (Directeur du musée d’Elbeuf) : « Les monuments aux morts de 1870 en Haute-Normandie »
  • 11h-11h30 : Claire Garcia (docteur en histoire de l’art) : « Vers une réinvention de la commémoration. Conventions formelles et libertés plastiques : un dialogue impossible ? »
  • 11h30-12h : Christine d’Abboville (historienne de l’art) : « Les monuments de la grande guerre : mécanismes de la souscription et de la commande publique, choix idéologiques »
  • Discussion

12h30-14h : déjeuner

  • 14h15 – 14h45 : Alice Margotton (doctorante en histoire de l’art, Montpellier) :  » La modernité dans les monuments aux morts, le cas d’Ille-sur-tet par Raymond Sudre »
  • 14h45- 15h15 : Matthieu Chambrion (conservateur du patrimoine à la direction de l’inventaire du patrimoine de la région Centre) :  « Remplacer les bronzes fondus sous l’Occupation en région Centre : une renaissance de la statuaire publique ? »
  • 15h15-15h45 : Sebastien Gokalp (Conservateur du patrimoine, Musée d’art moderne de la Ville de Paris) : « La Victoire chez Lucio Fontana »
  • Discussion

Téléchargez le programme en PDF

Source : GRHis / Université de Rouen EA 3831