Archives par mot-clé : Japon

Pierre-Emmanuel Bachelet : « Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »

Avis de la soutenance de thèse de Pierre-Emmanuel Bachelet.

« Bateaux-pigeons, quartier japonais et cartes nautiques : réseaux marchands et relations interculturelles entre le Japon, le Đại Việt et le Champa (XVIe-XVIIIe siècles) »,

Pierre-Emmanuel Bachelet

Thèse sous la direction de M. J-P. Bassino

Soutenance le vendredi 11 décembre 2020, à 9h.

Jury de thèse :

  • M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, ENS de Lyon
  • Mme Nadine BÉLIGAND, Maîtresse de conférences, Université Lyon 2
  • M. Leonard BLUSSÉ, Professeur émérite, Université de Leiden
  • M. Andrew HARDY, Directeur d’études, EFEO
  • M. François LACHAUD, Directeur d’études, EFEO
  • Mme Antonella ROMANO, Directrice d’études, EHESS              

La soutenance sera limitée au jury sur Zoom, mais sera diffusée en direct sur Youtube, ce qui permettra à toutes les personnes intéressées d’y assister. Vous pourrez y accéder au lien suivant : https://youtu.be/CPCheVKiPTc 


Résumé :

Cette thèse vise à analyser l’une des connexions majeures des mers de Chine à l’époque moderne : les relations entre le Japon, le Đại Việt et le Champa. A partir du milieu du XVIe siècle, l’impossibilité d’accéder au marché chinois pousse les marchands japonais à investir de plus en plus dans le commerce avec l’Asie du Sud-Est. Ils peuvent y échanger leur argent et leur cuivre contre de la soie et des produits tropicaux. Pour les Japonais, le Đại Việt présente des avantages décisifs : il accueille des marchands venus de Chine et est le seul pays de la région à produire lui-même de la soie. De plus, les autorités des deux pays partagent une conception similaire de l’étiquette et une instruction fondée sur les mêmes classiques. Le Champa, quant à lui, revêt une importance capitale auprès des autorités japonaises en tant que pourvoyeur de bois précieux. Ces relations connaissent une profonde restructuration au cours des années 1630, quand le shogunat interdit aux Japonais de quitter le pays, sans que cette connexion ne disparaisse. Par ailleurs, ces contacts avec le monde extérieur ont permis à une cartographie spécifiquement japonaise de se développer. Les cartes réalisées, si elles se fondent sur des modèles européens ou chinois, parviennent cependant à les réinventer et à les dépasser.

La proximité entre le Japon et le Đại Việt en a donc fait des partenaires privilégiés, ce qui a permis l’établissement de communautés japonaises dans les ports viêt. Ces résidents japonais y ont occupé une fonction centrale, celle d’intermédiation entre Européens et autorités viêt. L’objectif de ce travail de recherche est d’expliciter les fondements sur lesquels cette entente s’est nouée et d’analyser les réseaux multiethniques autour desquelles elle s’est construite, en recourant notamment à des modélisations informatiques.

Abstract :

This dissertation aims to analyse one of the major connections in the early modern China seas, the relations between Japan, Đại Việt and Champa. From the mid-16th century onwards, as they were unable to access the Chinese market, Japanese traders increasingly invested in trade with Southeast Asia, where they were able to exchange silver and copper against silk and tropical products. Đại Việt offered decisive advantages for the Japanese. Merchants coming for China went there to trade and it was the only country to produce silk on its own. Furthermore, the authorities in both countries shared a same vision of diplomacy and their instruction was based on the same classics. As for the Champa, it was of particular importance for the Japanese authorities as a supplier of precious woods. These relations underwent a thorough reorganisation in the 1630’s, when the shogunate prohibited the Japanese from leaving the country, but this connection remained strong. Besides, these contacts with the outside world enabled a specifically Japanese cartography to emerge. Although they were based on European or Chinese models, these maps succeeded in reinventing and going beyond these models.

The proximity between Japan and Đại Việt made them privileged partners and led to the settlement of Japanese communities in Viêt ports. These Japanese residents played a crucial role in these societies, as go-betweens between the European and Viêt authorities. The purpose of this research work is to demonstrate how this common understanding emerged, and to analyse the networks that shaped it, notably through computer modelling.


Illustration « à la une » : document de P-E. Bachelet © DR

Gregg Huff : World War II and Southeast Asia [parution]

Parution d’un ouvrage important sur l’occupation japonaise en Asie du Sud-Est. Présentation de l’éditeur.

World War II and Southeast Asia
Economy and Society under Japanese Occupation

From December 1941, Japan, as part of its plan to build an East Asian empire and secure oil supplies essential for war in the Pacific, swiftly took control of Southeast Asia. Japanese occupation had a devastating economic impact on the region. Japan imposed country and later regional autarky on Southeast Asia, dictated that the region finance its own occupation, and sent almost no consumer goods. GDP fell by half everywhere in Southeast Asia except Thailand. Famine and forced labour accounted for most of the 4.4 million Southeast Asian civilian deaths under Japanese occupation. In this ground-breaking new study, Gregg Huff provides the first comprehensive account of the economies and societies of Southeast Asia during the 1941-1945 Japanese occupation. Drawing on materials from 25 archives over three continents, his economic, social and historical analysis presents a new understanding of Southeast Asian history and development before, during and after the Pacific War.

  • Provides the first comprehensive study of Southeast Asian economy and society during the 1941-1945 Japanese occupation
  • Features an extraordinarily wide range of archive material drawn from 25 archives over three continents
  • Includes economic, social and historical analysis to assess the long-term impact of the Pacific War and Japanese occupation on Southeast Asia

Source : Cambridge University Press. URL : https://www.cambridge.org/gb/academic/subjects/history/south-east-asian-history/world-war-ii-and-southeast-asia-economy-and-society-under-japanese-occupation?format=HB

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer – EHESS

Annonce de la suite du séminaire sur « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »  à l’EHESS coordonné par Paola Calanca (EFEO), Guillaume Carré (EHESS) et Pierre-Yves Manguin (EFEO). Deux spécialistes du Viêt Nam – Béatrice Wisniewski (EFEO-UMR CASE) et Johann Grémont (Université Paris Diderot -UMR SPHERE) – interviendront dans ce séminaire.

L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer (2)

Paola Calanca (EFEO, CCJ), Guillaume Carré (EHESS, CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO, CASE)

les 1er et 3e jeudi du mois de 15 h à 17h, à partir du 8 novembre 2018

Grand salon, Maison de l’Asie

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Ces premiers travaux ont surtout été axés sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser. Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant l’époque contemporaine, en explorant/poursuivant l’exploration de la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime.

Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous continuerons lors de ce séminaire, dans la suite de celui de l’année dernière, à nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral. Il y sera également question des ports où les gens de mer se retrouvent et s’organisent, où les équipages sont constitués et enregistrés.

Calendrier des séances :

  • 8 novembre 2018 : Introduction et méthodologie
  • 22 novembre 2018 : Colloque Maritime knowledge for China seas (ANR seafaring, CCK, EFEO, CRCAO, EHESS, IEA)
  • 6 décembre 2018 : Satoumi, pour une gestion durable des zones côtières japonaises (Céline Caliaro, Paris 7-LCAO)
  • 20 décembre 2018 : Enquête sur le « Gouverneur de Kurushima » (Guillaume Carré, EHESS-CCJ)
  • 10 janvier 2019 : Ports et cités portuaires en Asie du Sud-Est pré-coloniale (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 24 janvier 2019 : Le commerce de la céramique et les ports vietnamiens du 15e au 18ème siècle (Béatrice Wisniewsky, CASE-EFEO)
  • 7 février 2019 : Main d’œuvre portuaire et équipages en Asie du Sud-Est insulaire (Pierre-Yves Manguin, EFEO-CASE)
  • 21 février 2019 : Une « Méditerranée septentrionale » ? – Le Japon, les Aïnous et les réseaux de la Mer d’Okhotsk (17ème – 19ème siècle) (Noémi Godefroy, INALCO)
  • 14 mars 2019 : « L’île des Pirates ». L’archipel des Gow Tow, point nodal de la contrebande maritime au large de la baie d’H Long durant la période coloniale (fin XIXe siècle – 1940) (Johann Grémont, Paris 7-LCAO)
  • 28 mars 2019 : La marine militaire chinoise et ses équipages (Paola Calanca, EFEO-CCJ)
  • 4 avril 2019 : La nourriture, la santé et l’hygiène des marins chinois et asiatiques dans l’âge de la voile: une comparaison transculturelle (Mathieu Torck, Ghent University)
  • 18 avril : Un métier à risque : pêcheurs dans les mers de Chine (Paola Calanca, EFEO-CCJ)


IAO : Recherches sur l’Asie – Périodiques en ligne

[ndlr] Pour s’y retrouver dans les multiples publications sur l’Asie, Zhang Yu, documentaliste à l’IAO, a conçu une liste de périodiques en ligne très utile pour la recherche.

Cette rubrique propose à nos chercheurs, étudiants et lecteurs une liste de périodiques en ligne consultables selon des modalités différentes.

Asie
Chine
Japon
Vietnam

A découvrir sur le site de l’IAO.

Essays on Vietnam and Thailand during the Second World War (ed. by Masaya Shiraishi and Bruce M. Lockhart)

[ndlr] Parution de la 4e publication du Projet japonais « Comprehensive Study for New Developments in Japan-French-Indochina-Vietnam Relations during the Second World War » coordonné par le professeur Masaya Shiraishi (Waseda University Institute of Asia-Pacific Studies). Photo de couverture et table des matières.

 

L’École Française d’Extrême-Orient recrute

[ndlr] Relais d’information sur deux postes à pourvoir de l’EFEO. Date limite : 20 février 2017.

Mesdames et Messieurs,

Je vous informe que deux postes d’enseignant-chercheur de l’EFEO sont ouvert au concours en ce début d’année.

Il s’agit de :

1/ Poste de Directeur d’études de l’EFEO « Asie orientale (Chine, Japon) »

2/  Poste de Maître de conférences de l’EFEO « Etudes bouddhiques : anthropologie, histoire, histoire de l’art, philologie »

Vous trouverez le détail de ces postes dans les documents joints [PDF ci-dessus].

Les dossiers des candidats doivent être déposés (sous format numérique) le 20 février 2017 à midi au plus tard. La commission de recrutement devrait se dérouler dans le courant du mois d’avril.

La date de prise de fonction est fixée au 1er septembre 2017.

Cette annonce figure également sur le site Internet de l’EFEO (rubrique « l’EFEO recrute », en bas à gauche sur la page d’accueil).

Enfin, ces avis de concours seront également affichés sur le site Galaxie du ministère chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Je vous remercie de faire connaître largement autour de vous ces offres de concours.

Bien cordialement,

Valérie Liger-Belair

Directeur général des services

Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO)

22 avenue du président Wilson, 75116 Paris

Tél. 01.53.70.18.55

Source : EFEO

Ben Valentine : Photographing the Forgotten Vietnamese Widows of Japanese WWII Soldiers

[ndlr] Signalement d’un article intéressant sur une exposition photographique de Phan Quang à Ho Chi Minh-Ville.

When we talk about Japan and Vietnam in the 1940s, we discuss World War II, invasions, colonialism, and other monumental events that unfolded in this part of the world, but sent ripples across the globe. These grand historical narratives are crude tools used to summarize — but that never fully explain — what happened. In Vietnam, as in most countries, the way we remember such histories is embedded with propaganda. The stories we don’t tell, the names we forget, the people we don’t eulogize are greater in number by far than the ones we do. Vietnamese conceptual artist Phan Quang’s new series on view at Ho Chi Minh City’s Blanc Art Space, Re/Cover, is an evocative micro-history lost to most textbooks, but important nonetheless.

In 2011, Phan began researching Vietnamese women who had children with Japanese soldiers between 1940 and 1955. Although Japan was defeated and officially left Vietnam in 1945, some soldiers stayed behind until 1954–55, when their government demanded their return. Within that short window of time, when the whole world was at war and then struggling to rebuild, some Vietnamese women and Japanese soldiers fell in love and had children. While Vietnamese history decries and demonizes the invasion, and would try to ostracize these children as the products of prostitution or rapes by invaders, Phan began to find very different stories, many of them touching stories of love and remembrance, stories that did not fit into the dominant narrative.

Lire la suite : Hyperallergic, 19/07/2016.

Phan Quang’s Re/Cover is on view at Blanc Art Gallery (57 D Tu Xuong Street, District 3, Ho Chi Minh City, Vietnam) through July 20.

Image « à la une » : Phan Quang, “Re/Cover no. 5” (2013) © Phan Quang