Archives par mot-clé : Irvin Louaas

Irvin Louaas : La collaboration franco-caodaïste au commencement de la guerre d’Indochine (1945-1948)

[ndlr] Signalement d’un mémoire de M2 en Histoire des relations internationales spécialité « Asie » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu par Irvan Louaas au mois d’avril 2014. Il s’agit d’une étude sur le Caodaïsme menée sous la direction d’Hugues Tertrais et de Pierre Singaravélou. Présentation de l’auteur avec son aimable autorisation.

* * *

Louaas_LaCollaborationFranco-Caodaïste

Résumé : Dans La collaboration franco-caodaïste au commencement de la guerre d’Indochine : la mise en place d’une alliance ambigüe(1945-1948), je cherche à comprendre les raisons ayant poussé l’administration coloniale française et les dignitaires caodaïstes de Tay Ninh – que l’on aurait pourtant pu penser irréconciliables à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale – à finalement combattre dans le même camp pendant le conflit indochinois. Mon travail de recherche, certes centré sur des aspects politico-militaires, n’en demeure pas moins ouvert aux autres domaines (doctrine religieuse, économie, etc.). Il s’appuie sur des documents jusque-là ignorés, issus principalement du SHD (Vincennes), des ANOM (Aix-en-provence) et du MAE (La Courneuve), apportant de nouveaux éléments cruciaux dans la compréhension de la guerre d’Indochine. L’une de mes priorités est de me démarquer de l’histoire franco-française, celle-ci étant faussée par l’à priori négatif que les écrivains ont eu – et continuent parfois d’avoir – de la « secte politico-religieuse » caodaïste. Ainsi, je remets en doute la version jusque-là admise par les auteurs hexagonaux, selon laquelle le chef caodaïste Tran Quang Vinh se serait rallié à la France de son plein gré en juin 1946. En effet, de nombreux indices laissent penser qu’il se serait rendu sous la contrainte, peut-être même après avoir été torturé par la sûreté coloniale. Ce n’est donc pas le « goût des intrigues » qui a poussé les caodaïstes de Tay Ninh à trahir le Vietminh et à s’allier à la France. La collaboration franco-caodaïste est, au moins lors des premiers mois, le résultat d’une politique coercitive menée par l’État colonial : le Saint-Siège de Tay Ninh n’a pas voix au chapitre.

Illustration de la page de titre : (de gauche à droite) le chef de bataillon Debril, commandant d’armes de Tayninh, le Ho Phap Pham Cong Tac, Supérieur du caodaïsme de Tayninh et le général Tran Quang Vinh, évêque et commandant-en-chef de l’état-major des Forces Armées Caodaïstes (FACD). Gobron, Marguerite Gabriel. Le caodaïsme en images. Paris : Dervy, 1949, photo n°10.