Archives par mot-clé : internet

Vietnam : YouTube removes « toxic » videos

[ndlr] Pour rappel. Article du 24 décembre 2017 sur le « nettoyage » de YouTube à la demande du gouvernement vietnamien.

YouTube has removed approximately 90 percent of “toxic” video clips the Vietnamese Government complained about in 2017, Minister of Information and Communications Truong Minh Tuan claimed on December 22.

During a conference on the ministry’s performance this year and its agenda for 2018, Tuan said that the Government so far requested Google to block and delete about 5,000 clips with bad content on YouTube, which is one of Google’s subsidiaries.

Of which, 4,500 clips were erased from YouTube.

The largest social network in the world and also the most popular in Vietnam, Facebook, removed 159 accounts smearing the reputation of officials and leaders or those posting anti-Party and State content this year, he said.

Under Vietnam’s request, Facebook also deleted 107 fake accounts and another 394 advertising and selling illegal goods and services.

“One of the highlights of the (communications) ministry this year is making Vietnam one of those countries pioneering in implementing measures to tighten management of enterprises providing trans-border services, particularly Google and Facebook,” the minister said.

“Vietnam is among those countries of which the rate of their (removal) demand satisfied by Google was the highest in the world,” he added.

In times of rapid technological development, Tuan said forces with evil intents would take advantage to deliver toxic information using foreign-based social services.

The mission of the communications ministry in 2018 is to improve mechanisms to monitor information on the Internet and manage foreign content service providers operating in Vietnam, while encouraging domestic firms to join the sector.

According to the Ministry of Information and Communications, the sector gained revenue of more than 2.13 quadrillion VND (94.9 billion USD) this year, a growth rate of 9.34 percent over 2016.

The information technology industry yielded about 1.7 quadrillion VND, about 80 percent of the total sector’s revenue.

Communications service providers were far behind in the second place, with only 352 trillion VND in the year despite growth over 2016.-VNA

Source : VietnamNet, 24/12/2017.

Call for Paper: “Religions in Digital Asia II: Realities, Experiences, Visions”

[ndlr] Appel à communications.

 
Asian Research Center for Religion and Social Communication (ARC)
9th Roundtable Conference
ARC
© Facebook ARC

“Religions in Digital Asia II: Realities, Experiences, Visions”

Centurion University, Bubaneshwar, Odisha (India)

February 6-9, 2017

While one may yet be able to claim that the world has entered the digital age, as approximately half of the global population still lack access to the Internet, we can safely say that the world is well on its way towards fulfilling this term in its various dimensions  including  the  role  of  digital  technology  in  our  personal,  social, political, and even spiritual life.

In  2016,  the  Asian  Research  Center  organized  the  8th Annual  Roundtable Conference entitled “Religion in Digital Asia,” in which scholars in the field of religion and social communication across the region came to share the results of their investigations and reflections on different themes. The papers included both case studies as well as theoretical analysis pertaining to the effects and implications of digital technology on the religions and their adherents in Asia. Despite the rich and insightful perspectives presented at the conference, by its conclusion, the ARC board agreed that this theme has not been exhausted by any means. Many issues and questions remain for further scholarship by individuals in the field. This is the rationale for the decision to continue the discussion on the concern also as a theme for the 9th Annual ARC Roundtable Conference, which is entitled “Religion in Digital Asia II: Realities, Experiences, Visions.”

We invite scholars to submit paper proposals that could consider for example the following:

  • How does the nature of digital technology “mesh” with the fundamental nature  of  Asian  religious  traditions?  Are  there  any  aspects  of  this technology that are inherently contradictory to the spiritual foundations of certain traditions in Asia?

  • What is the role of digital technology in the inter-religious dialogue efforts taking place in Asia? Is digital technology being employed in a positive way or is it actually contributing to creating distance and conflict among religions?

  • Many Asian  traditions  such  as  Taoism  and  Buddhism  emphasize  the importance of nature in its philosophy and personal self-cultivation, what kind of effects does the digital age have on the spirituality of people hailing from these religious traditions?

  • Violence  either  depicted  or  advocated  in  the  name  of  religion  on  the Internet is prevalent. As a region characterized by tremendous cultural and religious diversity, what are the potential effects of this phenomenon on prospects for peace and harmony in Asia?

  • Asia is said to be the most digitally divided continent in the world because the region has some of the most digitally advanced countries as well as the least digitally advanced in the world. Are there any correlations between digital  advancement  and  religiosity  that  can  be  made  by  studies  of countries in the region?

  • As  age  old  religious  traditions  go  online  and  communities  establish themselves  in  cyberspace,  how  does  digital  technology  nourish  their spiritual life? Can digital technology enhance personal and communal life of online communities in ways that the traditional communities are not able to respond to?

  • Rituals are important to religion, and especially so in the Asian traditions. How have rituals been transformed by digital technology, and what kind of qualitative impact does this transformation have on the spirituality of religious adherents?

  • How  have  Asian  religious  leaders  employed  digital  technology  to participate  in  the  global  discourse  on  important  issues  such  as  climate change, poverty, religious persecution, etc.?

  • How have Asian traditions/religions employed the technology as a tool of communication  to propagate  their  messages  to  adherents  and  potential believers?

  • Many  so  called  Asian  values  have  their  roots  in  religious  and  cultural inculcation. How are these values reflected and lived out in the digital age? How might the digital age challenge these values?

  • What is the relationship between “digital-ness” and “Asian-ness”?
  • Are there special ways of religion through digital means of communication for migrants and Asians in diaspora? Where, when,  how and with what effect?

  • Are there any announcements or declarations of Asian religious bodies or leaders on digital communication or related fields?

The above questions are only suggestive of possible topics for scholars to engage in. Any other topics  appropriate and related to the theme of the Round Table are welcome!

Timings:

Abstracts  of about 300 words are to be submitted until September 10, 2016  for peer review. Accepted final paper abstracts are expected until December 10, 2016.

Participation  in  ARC  Roundtables  is  limited  to  a  maximum  of  25  scholars. Accepted papers will be presented at the conference but also published in the ARC journal Religion and Social Communication of St. John’s University, Bangkok.

For  any  further  information  and  submission  kindly  contact: arcstjohns.bkk@gmail.com, arceilers@gmail.com  or  leducsvd.arc@gmail.com with the subject line: ARC 9th Roundtable.

Source : VSG (Anthony Le Duc, Ph.D.)

Page Facebook : https://www.facebook.com/asianresearchcenter

Anthony Heathcote : Remember Forever – Relationships With the Living and the Dead in a Vietnamese Online Memorial Site [2015]

[ndlr] Résumé de la thèse de Anthony Heathcote (University of Adelaide, School of Social Sciences, 2015) sur un sujet inédit et passionnant : la mémorialisation en ligne dans le Viêt-Nam contemporain à travers l’étude des interactions des internautes sur un forum dédié aux personnes décédées. Cette recherche ethnographique « se déplace à travers le temps, l’espace et les mondes virtuels pour examiner la relation entre les nouvelles technologies des médias et des pratiques commémoratives qui sont souvent culturellement et politiquement controversées » (Christina Schwenkel, VSG).

This thesis is concerned with online memorialisation in contemporary Vietnam. It argues that the experiences of Vietnamese who participate in the online memorial site Nghĩa Trang Online highlight the continuities as well as tensions which exist between online, offline and other world (the world of the dead) communications. At its starting point, this thesis situates Vietnamese online interactions within the cultural practice of ancestor worship in Vietnam, which is the dominant relationship Vietnamese have with the dead. It demonstrates that online interactions with the dead which may seem new and untraditional are profoundly embedded in ancestor worship, and that the practice of ancestor worship itself is one which has transformed, through political, technological, economic and cultural changes.

These examinations also feed into wider socio-political issues in Vietnam, including the online memorialisation of fetuses after an abortion, and the remembering of revolutionary martyrs (liệt sĩ) killed during the American/Vietnam War in contrast to the forgetting of soldiers in the ARVN (Army of the Republic of Vietnam/South Vietnamese Army). This thesis also argues that Nghĩa Trang Online engenders a community where Vietnamese can express their emotions relating to loss, continue a relationship with the deceased through comments and online offerings, and give and receive support with fellow members. Such emotional expression is often disenfranchised in Vietnamese society and so online memorialisation becomes a new vehicle for the enfranchisement of grief.

This thesis is based on twelve months’ fieldwork between 2012-2013 in Vietnam within the major cities of Ho Chi Minh City, Hanoi and Da Nang, through online and offline participant observation in the country’s largest online memorial, Nghĩa Trang Online (Cemetery Online). The site is also known as Nhớ Mãi (Remember Forever). Originating in 2008, the website currently has around 60,000 members who use the memorial to create online tombs for the dead, ‘light’ candles and ‘burn’ incense, create online offerings, and remember and communicate with the living and the dead. A number of members also meet in person and participate in death days, cemetery visits, birthdays, weddings, charity events and other social gatherings.

The Internet is burgeoning with spaces dedicated to remembering the dead through social networking sites, blogs, museums, archives, cemeteries and memorials. While there is an expanding body of research contributing to this field, the interactions between the online, offline and the other world in contemporary Vietnam have not been anthropologically researched. This work aims to fill this gap, focusing on the extraordinarily diverse intersection of remembrance, continuing relationships, community, emotion and online memorialisation in contemporary Vietnam.

Mots clés : Nghĩa Trang Online / Nhomai.vn / Anthropology / Ancestor Worship / Death / Ethnography / Vietnam / Online Memorial / Community / Continuing Bonds / Grief / Emotion / Forgetting / Abortion / Revolutionary Martyrs / ARVN / Reflexivity

Source : VSG et Adelaide Research & Scholarship

Image « à la une » : illustration de la page d’accès du site mémoriel Nho Mai © DR

Anh Ba Sàm – Nhà xuất bản Trẻ Hà Nội [parution]

[ndlr] Parution d’un ouvrage compilant des articles sur le blogueur Anh Ba Sàm.

AnhBaSam_SachBlogueur. Un groupe de jeunes auteurs de Hanoi vient de lancer une publication bilingue Vietnamien – Anglais intitulée « Anh Ba Sam » (surnom de Nguyen Huu Vinh, un blogueur connu qui sera jugé par le tribunal populaire de Hanoi le 23 mars 2016). Ce livre contient notamment des articles clairement titrés, tels que « Les six erreurs dans la procédure pénale de l’affaire Ba Sam », « Le danger de l’article 258 », « La faiblesse de la police en matière de preuve électronique». Ce livre, édité par la Maison d’Édition des Jeunes de Hanoi  en mars 2016, est mis en vente uniquement sur Amazon. Les réseaux sociaux apprécient le courage de cette maison d’édition pour l’avoir édité (source : Ambassade de France au Vietnam, RDP, 22/03/2016).

AnhBaSàm_verso

Tia Sáng Vietnam : Blogging Politics in Vietnam 2003-2015

[ndlr] Signalement d’un timeline utile sur le blogging politique vietnamien depuis l’émergence des réseaux sociaux au Viêt-Nam. A l’initiative de Tia Sáng Vietnam. Cliquez sur l’image pour accéder au site.

Blogging Politics in Vietnam 2003-2015

 A timeline of Vietnam’s blogging movement and related political events

BloggingPoliticsVietnam

This timeline has been created to help inform debates on the impact of social media on wider political developments in Vietnam. Click on the spanner icon at the bottom right of the timeline to change zoom and view settings.

 Source : Tia Sang Vietnam. Reporting on Vietnam’s internet

 

Tristan Nitot : Flicage-brouillon – rédaction interactive

Robin_Standblog[ndlr] Le départ prochain, à la mi-février, de Tristan Nitot de Mozilla a été largement relayé par la presse spécialisée.

Notre attention se porte sur la rédaction online de son livre (participatif) sur le flicage des citoyens. Extrait de son objectif et de l’avant-propos de son ouvrage en construction. Instructif.

* * *

Contrôler l’usage de nos données personnelles

J’écris actuellement un livre sur le contrôle que nous avons sur nos données personnelles dans un contexte de surveillance de masse. Chaque chapitre est publié au fil de l’eau pour être relu par les lecteurs du Standblog avant diffusion plus large. Retrouvez le contenu du livre dans la série de billets intitulée flicage-brouillon.

Avant-propos

Cela fait des mois, des années même, que le sujet du contrôle de nos données dans un monde connecté me titille, me démange. Autant de temps que j’ai passé à lire des articles sur les différents aspects du sujet pour le défricher, à accumuler du savoir, à rester parfois avec mes questionnements. A constater qu’autour de moi les gens ont un mal fou à comprendre ce que deviennent leurs données, tiraillés entre la paranoïa et l’impression de ne pouvoir rien y faire.

Bien sûr, je relaye sur mon blog des liens vers des articles sur ce sujet, encourageant d’autres geeks à lire sur ce sujet, à faire passer le message. J’ai lancé une série de rencontres et de conférences, les Meetups décentralisation du Net pour essayer de trouver collectivement des solutions au problème.

Mais j’ai envie d’aller plus loin quand je réalise que, même si je ne suis pas un grand intellectuel, j’ai une compréhension de l’informatique qui me permet de d’appréhender le problème et, si j’en crois mes interlocuteurs, un petit talent pédagogique. C’est ainsi que m’est venue l’envie d’écrire un livre sur le contrôle des données et la vie privée en ligne. J’ai commencé à le faire. Mais il me manque la pression, le soutien et le retour qu’apportent les lecteurs d’un blog. Aussi, après avoir écrit près de la moitié du livre, j’ai besoin de cette énergie. J’ai donc décidé de publier un brouillon du livre ici, sur le Standblog, dans une série de billets, Flicage-brouillon, en espérant que l’interaction avec les lecteurs m’aidera à faire un meilleur travail pour l’apprenti écrivain que je suis.

Mais avant de commencer, il est important de préciser ce qu’est ce livre, et ce qu’il n’est pas.

Lire la suite : Standblog

Voir aussi :

Vietnam : l’Internationale des blogueurs [par RSF]

RSF_Ennemisd'Internet2014[ndlr] A l’occasion du 12 mars, Journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters sans frontières (RSF) a rendu public aujourd’hui son rapport Ennemis d’Internet 2014. Voici l’amorce de l’article concernant le Viêt-Nam. Un état des lieux inquiétant. Notons que le rapport dans son introduction n’épargne ni les États-Unis (espionnage NSA) ni la France dans une moindre mesure.

Le pouvoir vietnamien ne tolère aucun débat politique en ligne et musèle sans pitié blogueurs et cyberdissidents qui osent remettre en question sa légitimité ou sa politique interne. Pour contrôler l’information en ligne, il a déployé une force de frappe judiciaire, administrative et technologique, centrée sur le Ministère de l’Information et des Communications. Même si les autorités et la justice ne se privent pas d’abuser des articles 88 et 79 du code pénal pour emprisonner les acteurs de l’information, le MIC conduit sa propre politique de censure du Net, de plus en plus écrasante et minutieuse.

Lire la suite : Ennemis d’Internet, 12/03/2014.

* * *

A lire sur ce sujet sur Mémoires d’Indochine :

L’utilisation d’internet au Việt Nam : octobre 2012 [We Are Social]

WeAreSocial_VN[ndlr] Pour faire suite à l’annonce de l’application du « Décret 72 », voici quelques données intéressantes sur l’utilisation d’internet au Viêt-Nam présentée par le réseau We Are Social de Singapour (seconde édition d’octobre 2012).

Internet au Viêt-Nam : le tour de vis politique du « Décret 72 »

Depuis quelques années déjà, la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN) est considérée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme comme un « ennemi d’internet ». Avec la publication le 15 juillet 2013 d’un Décret du Premier ministre Nguyen Tan Dung imposant de nouvelles restrictions concernant l’utilisation de la toile au Viêt-Nam, cette image négative s’est renforcée [1]. Le Décret rendu public le 6 août a déjà suscité une vague de désapprobation chez les internautes et les États-Unis se sont immédiatement exprimés sur le sujet via leur ambassade à Hanoi [2].

banphiem-tay-danlambao
© 2013 Dan Lam Bao

L’affaire ne fait que commencer mais déjà les avis sont nombreux pour condamner cette directive liberticide qui devra en principe s’appliquer à partir du 1er septembre prochain. Que dit le Décret 72 ? Outre des dispositions habituelles qui visent à interdire la violence, la pornographie ou les dérives sectaires, le texte est une charge contre les éventuels futurs blogueurs qui s’évertueraient à surfer sur les actualités politiques, sociales ou économiques du pays en les analysant, les commentant ou les relayant dans le but de « ternir » l’image du Viêt-Nam [3].

Le journal Le Monde (édition du 2 août) donne la teneur générale du texte en citant cet extrait traduit :

Le décret interdit […] aux fournisseurs de service internet « de donner des informations contre le Vietnam, saper la sécurité nationale, l’ordre social et l’unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d’organisations, l’honneur et la dignité des individus » [4].

L’article de Nhat Vo Tran sur Médiapart, un des premiers à s’intéresser à cette affaire, analyse les conséquences du décret pour la liberté d’expression :

Le décret 72/2013/ND-CP est ainsi un terrible instrument de censure. Il exige des sociétés internet et autres fournisseurs d’informations sur internet au Vietnam de coopérer avec le gouvernement pour réprimer tout un éventail de comportements très vaguement définis. Ces « comportements interdits » comprennent « l’abus de l’accès et de l’utilisation d’internet et des informations sur la toile » pour « s’opposer à la République Socialiste du Vietnam », « la mise en danger de la grande unité du peuple », « l’atteinte au prestige des organisations et à l’honneur et à la dignité des individus », de « la mise en danger des belles coutumes et tradition de la nation », « la révélation des secrets d’État » (article 5). L’article 25 exige que toute information diffusée sur internet soit censurée en fonction de ces « comportements interdits » [5].

La plupart de ces dispositions ne sont pas nouvelles et apparaissent déjà dans le code pénal. Chacun sait que la critique ouverte et relayée sur la toile est fermement condamnée au Viêt-Nam par un Etat-Parti engoncé dans une paranoïa digne des temps de la Guerre Froide. L’organisation Reporters Sans Frontières a récemment engagé une campagne de mobilisation internationale visant à faire sortir de prison quelques 35 blogueurs détenus dont certains depuis 2008 et lourdement condamnés pour avoir exprimer des idées politiques sur internet. Le Monde rappelle quant à lui que « depuis le début de l’année, au moins 46 militants ont été condamnés, souvent à de longues peines de prison, pour activités contre l’Etat » [6]. Fait nouveau et inquiétant mis en avant par certaines dispositions de ce Décret, notamment les articles 5 et 25 : le traitement de l’information. En effet, le fameux décret « interdit aux 31 millions d’internautes vietnamiens de partager des articles d’actualité sur les blogs et les réseaux sociaux » [7]. Deux idées majeures s’invitent dans ce texte répressif :

  • 1) Les Vietnamiens ne devront plus échanger d’informations sur l’actualité mais seulement sur des faits personnels (« la dernière photo de son chat ou le nouveau clip d’un chanteur à la mode », ironise Victor Guillot, correspondant pour RFI [7]) ;
  • 2) Les fournisseurs d’information comme Google, Facebook et autres sont chargés au mieux d’appliquer les nouvelles mesures en « nettoyant » leurs abonnés au pire de se mettre à l’heure d’une délation organisée en fournissant si besoin les identités des adresses IP « subversives » [8].

Le texte du Décret très long et très détaillé permettra en outre toutes les interprétations possibles car qui peut dire si ce qu’il écrit et communique aux autres ne possède pas un caractère anti-étatique ou pouvant ternir l’image du régime en place ? Le but de cette opération se présente officiellement comme « un grand bénéfice pour les utilisateurs » qui pourront ainsi disposer « d’informations correctes et propres » [9]. En réalité, cette disposition vise très concrètement une série de blogs contestataires très lus qui ont été la cible depuis quelques temps des Services de la Sécurité publique et des conservateurs les plus staliniens en posture d’avocat du régime autoritaire. On peut penser que les sites d’actualité politique Bauxite Viet Nam, Dan Lam Bao, Quan Lam Bao et autres blogs personnels comme celui de l’intellectuel Nguyen Xuan Dien, sont directement visés. D’ailleurs, la réaction du Nhân Dân, l’organe officiel du PCV, « estimant que le décret était «nécessaire» pour «nettoyer» internet utilisé pour «attaquer» le parti communiste et l’État », confirme l’objectif purement politique de la manœuvre [10].

Que penser de l’application de cette disposition qui doit entrer en vigueur en septembre ? Les observateurs les plus avisés comme Shawn Crispin (Comité pour la protection des journalistes) se demandent quelle sera l’efficacité réelle de cette disposition [11]. Quoi qu’il en soit, la répression des journalistes trop « bavards » travaillant sur des sujets chauds se poursuit. La correspondante de RFI Claire Arsenault signalait le cas de Vo Thanh Tung, un journaliste d’investigation spécialisé dans les affaires de corruption. Cet enquêteur de 31 ans officiant dans le journal Phap Luat [Lois] a été interpellé le 8 août pour avoir été vu recevant de l’argent d’un propriétaire de bar. Il enquêtait sur des policiers de la circulation qui recevaient des pots-de-vin de chauffeurs de camions et de bus [12]. Cette affaire en rappelle de précédentes notamment celle de Huynh Khuong, journaliste de Tuoi Tre [Jeunesse] qui écopa en septembre 2012 de quatre ans de prisons pour une accusation similaire alors qu’il menait une enquête sur les pratiques de corruption touchant le ministère des Transports. Bien que très lus et parfois même récompensés pour leur audace et leurs révélations (cas de Vo Thanh Tung), ces journalistes ne sont pas à l’abri d’une descente aux enfers si le pouvoir politique l’exige. Ceci pour les acteurs « réguliers » ou autorisés de l’information.

vietnam_freedieucay_danlambao
La cause du blogueur Dieu Cay relayée sur le site Dan Lam Bao

Pour les blogueurs la situation est bien pire. Sans statut officiel dans la presse, leurs écrits constituent immanquablement des « preuves » lors de procès iniques à l’issue desquels ils écopent de condamnations plus ou moins lourdes suivant leur degré de « repentance » ou d’acceptation des charges qui les accablent. Celles-ci assimilent le plus souvent les analyses politiques et sociales des blogueurs à de la subversion anti-étatique, voire à des tentatives de « renversement du gouvernement populaire ». On peut citer à cet effet la cause du célèbre Nguyen Van Hai, alias Dieu Cay [la pipe paysanne ou pipe à eau], qui croupit depuis 2008 dans les geôles de la RSVN. Le cas de cet internaute, net-citoyen et co-fondateur d’un club de « journalistes libres », a été récemment soulevé par les organisations des droits de l’homme. En effet, Nguyen Van Hai, épuisé, vient de mettre un terme à 35 jours de grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention [13].

Triste palmarès, RSF rappelle que la RSVN figure au 172e rang sur 179 dans son index de la liberté de la presse en ligne [14]. RFI terminait son article consacré à Vo Thanh Tung en soulignant que ce pays est « devenu la deuxième prison au monde pour les acteurs de l’information, après la Chine » [15]. D’autres sites comme l’informatique.org n’hésitent pas à parler d’un « blocus informationnel sur le web » [16]. Cette disposition a néanmoins une conséquence sans doute peu attendue des autorités communistes : elle donne du crédit à des partis politiques d’opposition comme le Viêt Tân qui fustigent régulièrement l’omniprésence de la censure et le contrôle de l’information. Elle permettra en outre aux plus déterminés à trouver les astuces adéquates pour contourner la censure (langage codé, sites clandestins, tracts, manifestations de rue…).

Les quelques 12 millions d’abonnés à Facebook et les 31 millions d’internautes au Viêt-Nam risquent de donner beaucoup de fil à retordre à un Etat-Parti de plus en plus contesté. Le 07 août dernier, quelques blogueurs appartenant à un Réseau des Bloggeurs Vietnamiens (Network of Vietnamese Bloggers) se sont rendus à l’ambassade de Suède pour soumettre la « Déclaration 258 » dans le but de condamner le non respect par la RSVN des droits fondamentaux de liberté d’expression. Ce nouveau Réseau, qui indique qu’une résistance de net-citoyens s’organise, exige l’abrogation de l’article 258 du code pénal vietnamien (amendé en 2009) qui fait référence au : « crime d’abus des libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l’Etat, aux droits et intérêts légitimes des organisations et / ou des citoyens » [17]. Car il faut savoir qu’en matière de stratégie politique le Viêt-Nam navigue toujours dans deux sens opposés, une stratégie payante pendant la guerre qui consiste à frapper à l’intérieur tout en négociant à l’extérieur. RSF rappelle que c’est précisément à l’heure du tout répressif sur la toile que la RSVN se porte candidate pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016 :

L’annonce de ce décret survient quelques jours seulement après que le Vietnam a décidé de poser sa candidature pour siéger au conseil des Droits de l’Homme pour le mandat 2014-2016. Reporters sans frontières rappelle que le paragraphe 9 de la résolution 60/251 de l’Assemblée générale du 3 avril 2006, instituant le Conseil des droits de l’homme prévoit que « les membres élus du Conseil observeront les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l’homme », des conditions que le pays est bien loin de remplir [18].

La machine à laver étatique pour policer les blogs vietnamiens risque fort de se gripper. Terminons par une note d’espoir aux internautes vietnamiens : « Les carottes sont cuites. Je répète : les carottes sont cuites… »

François Guillemot, 09/08/2013.

Notes

[1] Le décret n° 72/2013/NĐ-CP est publié sur le site du ministère de la justice : NGHỊ ĐỊNH. Quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng, 15/07/2013.

[2] Washington préoccupé par les restrictions aux internautes vietnamiens, La Presse (édité à Montréal), 06/08/2013.

[3] Voir l’analyse de RFI : Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013. L’article 5 expose les différentes interdictions.

[4] Le Vietnam impose de nouvelles restrictions aux internautes, Le Monde avec AFP, 02/08/2013.

[5] Vietnam : Business (et censure) as usual…, Médiapart, 28/07/2013.

[6] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[7] Au Vietnam, le gouvernement continue sa guerre contre internet et les réseaux sociaux, RFI, 06/08/2013 (avec Victor Guillot).

[8] Médiapart, 28/07/2013, art. cit.

[9] RFI, 06/08/2013, art. cit. (avec Victor Guillot).

[10] La Presse, 06/08/2013, art. cit.

[11] Le Monde, 02/08/2013, art. cit.

[12] Au Vietnam, journalistes et blogueurs plus que jamais dans la ligne de mire du pouvoir, RFI, 08/08/2013.

[13] Dieu Cay cesse sa grève de la faim, RSF continue d’exiger sa libération, RSF, 05/08/2013 et l’article du 23/07/2013.

[14] Le Vietnam veut interdire aux internautes de “parler d’actualité”, RSF, 02/08/2013.

[15] RFI, 08/08/2013, art. cit.

[16] Réseaux sociaux : le Vietnam impose la censure, L’informatique, 08/08/2013.

[17] Voir Statement from a network of Vietnamese bloggers: Vietnam should amend law to demonstrate Human Rights Council candidacy commitment, Dan Lam Bao.

[18] RSF, 02/08/2013, art. cit. Voir aussi le communiqué sur News Press.