Archives par mot-clé : interactions

Séminaire Mémoires d’Indochine : Synopsis 2021

Année universitaire 2021-2022 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

Mémoires d’Indochine :
La décolonisation et la guerre vécues par les populations
du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge

« Altérités et mémoires multiples »

Lieu : ENS de Lyon, site Descartes

Enseignant : François Guillemot

Courriel : francois.guillemot@ens-lyon.fr

Jour : le mercredi

Horaires : 9h-12h et 9h-11h

Salles :  D4.070 (IAO) sauf indication

Structure du séminaire :

Chaque séance de 3 heures se décompose en deux parties. La première partie est consacrée à l’étude des documents, auparavant lus par tous. La seconde partie est consacrée aux exposés oraux des étudiants et/ou consiste en une discussion autour d’un documentaire historique. Dans tous les cas, les deux parties exigent la participation active des étudiants.

Description succincte et objectif du séminaire :

L’histoire de la décolonisation de la péninsule indochinoise a été, le plus souvent, présentée sous l’angle des littératures officielles marquées par le prisme des vainqueurs. Dans ces textes, la parole des populations reste assez peu lisible. Le Viêt-Nam échappe en partie à cette règle car les vaincus (en outre, les Américains et les Vietnamiens exilés de la République du Sud, voire quelques écrivains du Renouveau) ont chacun de leur côté beaucoup écrit sur leur expérience de la décolonisation et de la guerre. A l’intérieur du pays, aux côtés d’une peinture héroïque et hagiographique de la révolution et de la lutte pour l’indépendance, de nouveaux témoignages entendent bousculer les certitudes. Les Cambodgiens ont largement témoigné du destin de leur pays en guerre en particulier de la violence vécue pendant la dictature du Kampuchéa Démocratique. Le procès des Khmers Rouges a ravivé les traumatismes mais aussi refermé une des pages les plus sombres de l’histoire du XXe siècle. Au Laos, les nouvelles réalités locales interpellent les jeunes adultes de la diaspora sur leur identité et la mémoire collective élaborée en exil. A l’appui de nombreuses publications historiques et politiques et de construction de lieux de mémoires imposants, les vainqueurs de ces trois pays continuent d’affirmer leur légitimité gagnée au prix d’un sacrifice de plus en plus mis à mal par les réalités postcoloniales et la parole d’après-guerre.

L’objectif de ce séminaire est d’inverser la tendance générale des histoires officielles pour se plonger dans les récits de vie, témoignages et mémoires des acteurs, de réfléchir sur leur contenu explicite ou implicite, de poser un regard critique sur ces écrits (à portée autobiographique et « archives de soi »), de réintroduire ces sources « marginales » de l’histoire dans la « grande histoire » de ces pays. Cette approche, très liée aux enjeux mémoriels, permettra de mieux saisir comment nous sortons d’une période où la conscience historique prévalait pour entrer dans une ère où les mémoires envahissent peu à peu la sphère politique. Mémoires manipulées, mémoires conflictuelles ou juxtaposées, tronquées ou oubliées, chacun de ces aspects sera discuté à travers les textes et les exposés oraux du séminaire. La décolonisation de l’Indochine et ses suites avec l’avènement des États-nations postcoloniaux (Viêt-Nam, Laos et Cambodge) est donc ici appréhendée à travers la vision originale des témoins et acteurs de ces pays. Il s’agit en quelque sorte de prendre la juste mesure des mémoires, écrites ou orales, pour interroger l’histoire récente de ces trois pays, et tenter d’élaborer une histoire vue du bas.

Cette année, notre champ d’investigation s’intéressa à la question des altérités et au regard ontologique que les mémoires proposent. Qui sommes-nous et qui est l’autre ? Quelles interactions régissent les rapports colonisés / colonisateurs, quelles dominations se mettent en place ? Comment s’expriment les maintiens des mémoires dans le champ virtuel, interactif et visuel de la toile ? A travers les différentes approches anthropologiques, sociologiques et historiques, du « militaria » au décolonial, du colonial au post-colonial, c’est tout compte fait la question de l’Autre qui se pose à nous et qui bouscule nos propres raisonnements. Cette dernière année du séminaire Mémoires d’Indochine s’attachera donc, entre bilan et perspectives, à revenir sur des enjeux qui traversent les sociétés de la péninsule indochinoise et qui ne peuvent trouver une véritable conclusion académique, voire une finalité ontologique.

Mots clés : archives de soi ; commémoration ; communisme ; discours ; ethnies minoritaires ; ethnoscape ; femmes ; guerre ; histoire orale ; historiographie ; identité ; internet ; libération ; mémoire ; mouvements politiques ; nationalisme ; netnographie ; oppression ; péninsule indochinoise ; récit de vie ; réseaux sociaux ; résistance ; subaltern studies

Sites du séminaire :

★ ★ ★

Plan du séminaire (sous réserve de modifications) :

Séance introductive (9-11h). Mercredi 22 septembre 2021 : Introduction (notions, modalités, calendrier).

Séance 1 (9-11h). Mercredi 29 septembre 2021 – « Le devoir de mémoire », France, Indochine, états post-coloniaux

Séance 2 (9-11h). Mercredi 6 octobre 2021 – Archives, sources et mémoires

Séance 3 (9-12h). Mercredi 13 octobre 2021 – Corps et mémoires : mémoires des corps

Séance 4 (9-12h). Mercredi 27 octobre 2021 – Famille et mémoires, récits familiaux et transmission

Séance 5 (9-12h). Mercredi 20 octobre 2021 – Guerre et mémoires, enjeux mémoriels

Séance 6 (9-12h). Mercredi 10 novembre 2021 – Art et mémoires : transfigurer l’indicible

Séance 7 (9-12h). Mercredi 17 novembre 2021 – Genre et mémoires : mémoires genrées

★ ★ ★

Bibliographie

Instruments de travail :

DALLOZ, Jacques, Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006. Présentation éditeur.

DULUCQ, Sophie, KLEIN, Jean-François, STORA, Benjamin (sous la dir.) Les mots de la colonisation, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2008. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher E., Historical Dictionary of the Indochina War (1945-1954). An International and Interdisciplinary Approach, Honolulu, University of Hawaii Press/Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, 2012. (voir lien “Guerre d’Indochine 1945-1956″ ci-dessus). Présentation éditeur.

KLEIN, Jean-François, SINGARAVELOU, Pierre & SUREMAINN, Marie-Albane de, Atlas des empires coloniaux : XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2012. Présentation éditeur.

TERTRAIS, Hugues, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Éditions Autrement, Série Atlas/Mémoires, 2004 (réédition 2007). Présentation éditeur.

★ ★ ★

Quelques lectures pour accompagner le séminaire :

ABDOUL-CARIME, Nasir / MIKAELIAN, Grégory et THACH, Joseph (eds.), Le passé des Khmers. Langue, textes, rites, Berne, Peter Lang, 2016. Présentation éditeur.

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte / Poche, 2006. Présentation éditeur.

APPADURAI, Arjun, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Editions Payot & Rivages, Petite Bibliothèque Payot, 2005. (Voir le CR de lecture de Marie Bellot).

BANCEL, Nicolas ; BLANCHARD, Pascal ; LEMAIRE, Sandrine, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte, La Découverte Poche, n° 232, 2006. Présentation éditeur.

BORGHI, Rachele, Décolonialité et privilège. Devenir complice, Villejuif, Éditions Daronnes, 2021. Présentation éditeur.

BRISSON, Thomas, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2018. Présentation éditeur.

BROCHEUX, Pierre & HEMERY, Daniel, Indochine la colonisation ambiguë 1858-1954, Paris, Éditions La Découverte, textes à l’appui / histoire contemporaine, 2001, nouvelle éd. augmentée et mise à jour. Version anglaise sous le titre Indochina: An Ambiguous Colonization, 1858-1954, Berkeley, University of California Press, 2011. Présentation éditeur (fr.)

DALISSON, Rémi, Les guerres et la mémoire, Paris, CNRS éditions, 2013. Présentation de l’éditeur.

DOAN CAM THI, Écrire le Vietnam contemporain: guerre, corps, littérature, Paris, PUPS, 2010. Présentation éditeur.

GOSCHA, Christopher, Indochine ou Vietnam ?, Paris, Vendémiaire, 2015. Traduction de Going Indochinese. Contesting Concepts of Space and Place in French Indochina, Copenhagen, NIAS Press, 2012. Présentation éditeur (fr.).

GOSCHA, Christopher, The Penguin History of Modern Vietnam, London, Allen Lane, 2016. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La Découverte, « La Découverte / Poche », 2018. Présentation éditeur.

GUILLEMOT, François & LARCHER-GOSCHA, Agathe, La colonisation des corps. De l’Indochine au Viêt Nam, Paris, Vendémiaire, « Chroniques », 2014. Présentation éditeur.

HARDY, Andrew, Red Hills. Migrants and the state in the highlands of Vietnam, Copenhagen, Singapore, NIAS press / ISEAS, 2005. Présentation éditeur.

HARTOG, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire H458, 2012 (rééd.). Présentation éditeur.

HICKEY, Gerald C., Free in the forest. Ethnohistory of the Vietnamese central highlands, 1954-1976, New Haven, Yale University Press, 1982.

HUE-TAM HO TAI (ed.), The Country of Memory. Remaking the Past in Late Socialist Vietnam, Berkeley, University of California Press, 2001. Présentation éditeur.

IVARSSON, Søren, Creating Laos, The Making of a Lao Space between Indochina and Siam, 1860-1945, Copenhagen, NIAS Press, 2008. Présentation éditeur.

LE DANTEC-LOWRY, Hélène ; RENAULT, Matthieu et al., Histoire en marges. Les périphéries de l’histoire globale, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2018. Présentation éditeur.

LE FAILLER, Philippe, La rivière Noire, l’intégration d’une marche frontière au Vietnam, Paris, CNRS éditions, coll. « CNRS Alpha », 2014. Présentation éditeur.

NGUYEN, Nathalie Huynh Chau, La mémoire est un autre pays. Femmes de la diaspora vietnamienne, Paris, Riveneuve éditions, 2013.

NGUYEN Thê Anh, Monarchie et fait colonial au Viêt-Nam (1875-1925). Le crépuscule d’un ordre traditionnel, Paris, L’Harmattan, « Recherches asiatiques », 1992. Présentation éditeur.

PANH, Rithy et BATAILLE, Christophe, L’Élimination, Paris, Grasset, 2012. Présentation éditeur.

PO DHARMA, Du Flm au Fulro : une lutte des minorités du sud indochinois, 1955-1975, Paris, Les Indes savantes, 2006. Présentation éditeur.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, Points Essais 494, 2000 (rééd. 2003). Présentation éditeur.

SEMELIN, Jacques, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Éditions du Seuil, Point Seuil Essais 696, 2005, parution en poche en 2017. Présentation éditeur.

SOUYRI, Pierre-François (textes réunis par), Mémoire et fiction. Décrire le passé dans le Japon du XXe siècle, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010. Présentation éditeur.

SPIVAK, Gayatri Chakravorti, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, nouvelle édition 2020. Présentation éditeur.

TARAUD, Christelle, La colonisation, Paris, Éditions Le Cavalier bleu, coll. “idées reçues”, 2008. Présentation éditeur.

TRAVERSO, Enzo, Passés singuliers. Le « Je » dans l’écriture de l’histoire, Montréal, Luc éditeur, coll. « Hors collection », 2020. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana & KWOK Kian-Woon (eds), Contestations of memory in Southeast Asia, Singapore, National University of Singapore Press, 2012. Présentation éditeur.

WATERSON, Roxana (ed.), Southeast Asian Lives: Personal Narratives and Historical Experience, Singapore, National University of Singapore Press, 2006. Présentation éditeur.

Numéros spéciaux de revues et articles en ligne :

ARTIERES, Philippe & KALIFA, Dominique (éd.), “Histoire et archives de soi”, Sociétés & Représentations, n° 13, 2002/1.

BAUSSANT Michèle et al., « Des passés déplacés. Mémoires des migrations », Paris, Seuil, Communications, EHESS, Centre Edgar Morin, n° 100, 2017. Disponible sur Persée.

CHIVALLON, Christine, « Retour sur la « communauté imaginée » d’Anderson. Essai de clarification théorique d’une notion restée floue », Raisons politiques, 2007/3 (n° 27), p. 131-172. Disponible sur Cairn.

DOAN Cam Thi, « Femme, fantasme et guerre. Genèse d’une parole libre dans « La survivante de la Forêt qui rit », nouvelle vietnamienne de 1991 », La revue des ressources, lundi 2 avril 2007. Voir en ligne.

LAPIERRE, Nicole (sous la dir.), « La mémoire et l’oubli », Seuil, Communications, n° 49, 1989.

TORRES, Pedro Ruiz (dir.), « Transferts de mémoires », Passés Futurs, n° 3 en ligne sur Politika.

VIRGILI, Fabrice (éd.), “Les lois genrées de la guerre”, CLIO Femmes, Genre, Histoire, n° 39, 2014. Voir en ligne.

ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164. Disponible sur Cairn.

Sur le carnet Mémoires d’Indochine :

Fourton, Marjolaine, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016.

  • Bibliographie spécifique du séminaire (PDF ci-dessous) :

★ ★ ★

Travaux à faire et notation : Présence régulière au séminaire requise, participation active, lecture et commentaire des documents proposés obligatoires (30 % de la note). Chaque étudiant devra faire le Compte rendu de lecture [CR] d’un ouvrage sur 3 ou 4 pages (maxi) interligne 1,5, accompagné d’une recherche bibliographique autour de l’ouvrage (40 % de la note). Le même ouvrage sera présenté oralement pendant vingt minutes au cours du séminaire (30 % de la note). Des précisions sur ces travaux seront apportées lors de la séance introductive. Dans les conditions particulières de ce semestre liées à la crise sanitaire, le travail demandé pourra être modifié.

Image « à la une » : FX, Dévastation, 2021 (détail).

Marie Aberdam : Élites cambodgiennes en situation coloniale, essai d’histoire sociale des réseaux de pouvoir dans l’administration cambodgienne sous le protectorat français (1860-1953) – thèse

Annonce de la soutenance de thèse de Marie Aberdam.


Soutenance de la thèse de doctorat en histoire contemporaine de Marie Aberdam

« Élites cambodgiennes en situation coloniale, essai d’histoire sociale des réseaux de pouvoir dans l’administration cambodgienne sous le protectorat français (1860-1953) »

sous la direction de M. Pierre Singaravélou


Date et lieu : Samedi 23 Novembre 2019 à 9h30 à la Sorbonne, Salle Jean-Baptiste Duroselle, Galerie Jean-Baptiste Dumas, entrée 14 rue Cujas, 75005, Paris.

Résumé :

Portrait de la haute société mandarinale durant le protectorat français, cette thèse décrit comment les élites cambodgiennes ont fait évoluer leur modèle social en situation coloniale. Mettant en regard sources coloniales, sources cambodgiennes et histoire orale, elle démontre l’existence de réseaux de pouvoir, c’est-à-dire de vastes groupes de parentèle dont les relations d’alliance et d’association ont pour enjeu la maîtrise du pouvoir social et politique. Ces réseaux participent de la gestion de l’État royal puis de l’État colonial : leurs luttes factieuses pour le contrôle de l’administration scandent le récit dynastique au XIXe et au XXesiècle et participent de l’instauration du pouvoir colonial dans le royaume. Confrontés à la pénalisation de leurs pratiques – assimilées à du népotisme et de la corruption par l’État colonial – ces réseaux de pouvoir adaptent alors leurs enjeux de reproduction aux besoins de l’administration coloniale. Une prosopographie de cent vingt personnels du rājakār (l’administration royale) – devenus fonctionnaires de l’administration mixte franco-indigène – décrit les conditions par lesquelles les mantrī du roi khmer déploient leurs réseaux au sein même des institutions indochinoises et limitent les capacités d’interventions de ces institutions sur les structures sociales. La biographie collective d’un réseau de pouvoir en particulier – une famille, ses alliés et associés – permet d’analyser tant la perpétuation des pratiques de parenté et de parentalité propres aux élites dirigeantes que leurs évolutions en fonction de leurs relations avec la royauté cambodgienne et le pouvoir colonial jusqu’à l’indépendance.

Mots clés : Indochine française – Histoire ; Asie du Sud-Est ; Cambodge ; Administration coloniale ; Intermédiaires culturels ; réseaux de pouvoir ; réseaux de parenté ; maisons ; clientèles ; prosopographie ; biographie.

Summary : Cambodian Elite in colonial context, an essay in social history about Networks and Power within the Cambodian Administration during the French Protectorat (1860-1953).

Proposing a portray of the Cambodian high society during the French Protectorat, this PhD describes how the mantrī – Cambodian mandarins – manipulated their social organization in the colonial context. Through colonial archives, Cambodian sources and oral history, this essay demonstrates how the high society used their networks of parents within the royal then within the colonial administration. Those networks, composed of large group of allies and associates, were dedicated to the control of social and political powers. The conflicts between those networks – to gain control over the administration – rhythmed the dynastic history of Cambodia all along the 19th and 20th centuries. Their actors took a part in the establishment of the colonial order. Confronted to the penalization of their practices – assimilated to nepotism and corruption by the Colonial State – those networks of power then instrumentalized the needs of the colonial administration to their issues of perpetuation. Their members became colonial administrators and then limited the capacity of the colonial institutions to interfere on their social structures. A prosopographie of one hundred and twenty mantrī of the royal administration became civil servants of the Colonial State describes how their networks spread within the Indochinese services. A collective biography of one of these networks – a family, its allies and associates – analyses the kinship model of the Cambodian elite, its perpetuation and its evolutions depending of their relations with the royal family and the Colonial State until the independence.

Key-words: French Indochina- History; South-East Asia; Cambodia; Colonial Administration; cultural intermediaries; networks of power; kinship networks; household; clientele; prosopography; biography. 

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2019 : SÉANCE 7

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Filles d’un groupement de Jeunesses de choc : transport de munitions pendant la guerre du Viêt-Nam © DR

Genre et pensée décoloniale

Cette séance discutera des possibilités d’une histoire genrée de la guerre du Viêt-Nam en s’appuyant sur l’expérience de guerres des Jeunesses de choc. Nous verrons dans quelle mesure ces groupes de jeunesses ont été déterminant dans la guerre de réunification.

Dans un second temps, à titre exploratoire, nous reviendrons sur l’émergence de la pensée décoloniale de son utilité pour étudier les catégories subalternes en Indochine pendant la période coloniale et postcoloniale à l’heure du Renouveau vietnamien (depuis décembre 1986). Que peuvent nous dire les études décoloniales, apparues en Amérique latine, sur le contexte asiatique et indochinois plus particulièrement ? La pensée « post-occidentale » constitue-t-elle un des moteurs de la recherche vietnamienne ?

Pour engager une discussion, chaque étudiant présentera un texte au choix parmi la liste des lectures requises.

Séance 7 : mercredi 13 novembre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Azadeh Kian, « Introduction : genre et perspectives post/dé-coloniales », Les cahiers du CEDREF, 17 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012. URL : http://journals.openedition.org/cedref/603

Bourguignon ClaudeColin Philippe, « De l’universel au pluriversel. Enjeux et défis du paradigme décolonial », Raison présente, 2016/3 (N° 199), p. 99-108. URL : https://www.cairn.info/revue-raison-presente-2016-3-page-99.htm

Phuong Bui Tran, « Souvenirs de collégiennes vietnamiennes », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 33 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2013. URL : http://journals.openedition.org/clio/10078

Capucine Boidin, « Études décoloniales et postcoloniales dans les débats français », Cahiers des Amériques latines, 62 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013. URL : http://journals.openedition.org/cal/1620

Hurtado López Fátima, « Universalisme ou pluriversalisme ? Les apports de la philosophie latino-américaine », Tumultes, 2017/1 (n° 48), p. 39-50. URL : https://www.cairn.info/revue-tumultes-2017-1-page-39.htm

Illustration « à la une » : Ouvrage intitulé La question des femmes dans notre pays compilant les écrits de l’écrivaine, activiste sociale et journaliste d’avant-garde Dam Phuong (1881-1947).

« MÉMOIRES D’INDOCHINE » 2019 : SÉANCE 6

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Combattants du FULRO © DR

« Sulbalterns of Indochina? »

Cette séance s’intéressera au concept de « subaltern studies » rapporté à l’Indochine. Qui est concerné par cette catégorie et comment s’est-elle construite ? La réponse à la première partie de cette question est ardue car plusieurs niveaux d’implication dans la guerre ou la révolution peuvent être identifiés. Qui est le subalterne de qui ? Si l’on considère la guerre et les hiérarchies de commandement qu’elle suppose, une stratigraphie peut être dessinée en partant du bas vers le haut. « Travailleurs civiques », « Jeunesses de choc » nous verrons comment ces catégories ont été élaborées par l’historiographie vietnamienne pour organiser la guerre de réunification et lui conférer une certaine mémoire.

Quid des ethnies minoritaires prise dans l’enclume de l’histoire ? Nous reviendrons sur le cas du FULRO, mouvement armé de résistance montagnarde dont l’existence a bousculé les pouvoirs vietnamiens centraux au Nord comme au Sud. Finalement quelle est la voix des groupes sociaux les plus marginalisés au regard de l’histoire officielle et de la mémoire ?

Séance 6 : mercredi 6 novembre 2019 – salle R20 de l’ENS de Lyon

Lectures requises :

Marjolaine Fourton, « Les Subaltern Studies : principes fondateurs et postérité d’un projet historique », Mémoires d’Indochine, 08/02/2016 : https://indomemoires.hypotheses.org/21436

Michelle Zancarini-Fournel, « À propos du « retard » de la réception en France des Subaltern Studies », Actuel Marx, 2012/1 (n° 51), p. 150-164.  URL : https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2012-1-page-150.htm

Exposé de Raphaël Louvet

Thomas Brisson, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, Paris, La Découverte, 2018. Présentation éditeur.

Image « à la une » : Suffragettes indiennes (Indian suffragettes on the Women’s Coronation Procession, London, 17th June 1911) © Heritage Images/Getty Images. Source : The New Woman’s Work: Past, Present, and Future

SÉMINAIRE BNF – EUR TRANSLITTERÆ : Le Vietnam des guerres au Renouveau

[ndlr] Programme du séminaire organisé par Nguyễn Giáng Hương (BnF), en collaboration avec l’EUR Translitteræ.

Programme 2019-2020 :

Le Vietnam des guerres au Renouveau

Après avoir traversé les guerres durant le XXe siècle, le Vietnam passe au Renouveau (Đổi mới), une réforme initiée en 1986 avec l’application de l’économie de marché. Une nouvelle identité vietnamienne se crée sur la base de l’héritage du passé : des traditions, du temps de la colonisation et des temps de guerre et de conflits. Le cycle de séminaires 2019-2020, composé d’approches interdisciplinaires en sciences sociales et humaines, espère présenter différents aspects du Vietnam contemporain et d’autrefois sans négliger les échanges dynamiques avec sa diaspora.

11 octobre | 16h-18h | salle Cavaillès (45 rue d’Ulm, 1er étage couloir AB)

  • Anne Fort (Musée de Cernuschi), « La collection vietnamienne du  musée Cernuschi »
  • Nguyen Khieu Anh (Université Aix-Marseille), « Les chroniques théâtrales dans l’Écho annamite : la saison théâtrale 1928-1929 »

8 novembre | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Johann Grémont (IFRAE), « Maintenir l’ordre aux confins de l’Empire. Pirates, trafiquants et rebelles entre Chine et Viêt Nam 1895-1940 »
  • Nguyen Giang Huong (BnF), « Le Vietnam au-delà de ses frontières : à travers les écritures de Kim Thuy »

13 décembre | 16h-18h | salle Paul Langevin (29 rue d’Ulm, 1er étage à gauche)

  • Lê Thi Hoa Marie (Université Paris 7), « Cheminement historique de l’éducation catholique de l’époque coloniale français à la seconde République du Sud Viet Nam »
  • Pierre Journoud (Université de Montpellier), « Dien Bien Phu dans la relation franco-vietnamienne : de la bataille à la réconciliation »

10 janvier | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Lâm Lê (cinéaste), « La maison Cinéma(s) du Vietnam et le monde : le moi filmique au singulier et au pluriel »

28 février | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Myriam de Loenzien (IRD-CEPED), « Accoucher par césarienne au Viêt Nam : un choix ? Approche socio-démographique au sein d’un projet multidisciplinaire en sciences sociales et biomédicales »
  • Luong Van Ha (ECSP Europe & Université Paris 1), « L’image du Vietnam à travers le tourisme : entre la symbolique et l’expérience »

20 mars | 16h-18h | salle Paul Langevin

  • Anna Moï (romancière), Hoai Huong Nguyen (romancière) et Henri Copin (Université de Nantes), « Le Vietnam entre la mémoire et l’imaginaire : l’écriture féminine francophone »

24 avril | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Nguyen Vu Hung (Université Paris 8), « Quelques réflexions sur l’écriture de Samuel Beckett : Pour une introduction en troisième langue (le cas du vietnamien) »
  • Jérôme Gidoin (chercheur indépendant), « Les défunts à la pagode »

22 mai | 16h-18h | salle Cavaillès

  • Aude To (ENS), « Les boat people Vietnamiens en France »
  • Mai Lam Nguyen-Conan (MUUTIVATE), «Une lecture de l’évolution de la société vietnamienne ces vingt-cinq dernières années au travers de la consommation de produits laitiers »

Télécharger le programme ici.

Source : France – Vietnam, un portail entre les cultures

« Mémoires d’Indochine » 2019 : séance 3

Année universitaire 2019-2020 / Master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) / Semestre 1

ENS de Lyon / Sciences Po Lyon

“Décoloniser l’histoire de l’Indochine”

★ ★ ★

Illustration de couverture d’un manuel de littérature vietnamienne représentant l’entrée du Temple de la littérature à Hanoi (publié à Saigon, 1959)

Écrire l’histoire du Viêt-Nam sous la colonisation

Enseigner et écrire l’histoire de leur pays en « situation coloniale » relevait d’un défi pour les intellectuels vietnamiens. Assez rapidement après les premiers récits historiques des colonisateurs, ils ont pris en main cette question pour produire leurs propres récits de la culture, de la littérature et de l’histoire vietnamiennes. Cette séance reprendra les points essentiels de notre communication du 16 mai 2019 en s’appuyant en complément sur des références devenues classiques sur « l’écriture de l’histoire » (Philippe Artières, Michel de Certeau, Paul Veyne). Nous verrons quels usages font les auteurs vietnamiens des historiographies nationales et coloniales pour construire un récit neuf de leur propre histoire et dresser des corpus spécifiques sur les plans culturels et littéraires.

Séance 3 : mercredi 9 octobre 2019 – salle de réunion de l’IAO

Lectures requises :

Dufourmont Eddy, « L’écriture de l’histoire dans le Japon et la Corée à l’époque coloniale. Shiratori Kurakichi et Choi Namseon », Hypothèses, 2007/1 (10), p. 271-281. URL : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-2007-1-page-271.htm

Pozner Paul, «  Le problème des chroniques vietnamiennes, origine et influences étrangères  »,  Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient. Tome 67, 1980. pp. 275-302. URL : www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1980_num_67_1_3347

Pour accompagner cette séance :

Un portail entre les cultures : de la littérature aux sciences humaines franco-vietnamiennes – ENS, 16-17 mai 2019

Programme du colloque international du labex TransferS.

Jeudi 16 mai

France-Vietnam : patrimoines partagés

9h00-9h15 Accueil

9h15 Ouverture du colloque

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France (BnF)

Marc Mézard, directeur de l’École normale supérieure (ENS)

9h45 Introduction

Giang-Huong Nguyen, chargée de collections de Langues et Littératures d’Asie du Sud-Est (BnF et associée ITEM)

10h-11h30 – BnF et BnV : une histoire partagée
Présidence : Emmanuelle Sordet, directrice des bibliothèques de l’ENS

  • 10h-10h40 Kieu Thuy Nga, Bibliothèque nationale du Vietnam : « Le fonds Indochinois à la Bibliothèque nationale du Vietnam et les perspectives de collaboration avec la Bibliothèque nationale de France » (Intervention en vietnamien avec traduction en français.)
  • 10h40-11h Franck Hurinville, BnF : « Un nouvel outil pour une histoire à parts égales : le site France-Vietnam »

11h-11h30 Discussion

Pause

11h50-13h – Histoire des fonds vietnamiens à la BnF

  • 11h50-12h10 Laurent Héricher, BnF : « Histoire du fonds et des catalogues des imprimés et manuscrits vietnamiens au Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France »
  • 12h10-12h30 Denis Gazquez, BnF : « Documents surprenants dans les collections de la BnF : les bulletins de la Police de l’Indochine, 1932-1943 »

12h30-13h Discussion

Déjeuner

14h30-15h40 – Marseille et l’arrivée des Indochinois
Présidence : Claire Zalc, directrice de l’IHMC (CNRS)

  • 14h30-14h50 Olivia Pelletier, Archives Nationales d’Outre-Mer : « Marseille et les travailleurs indochinois (1939-1954) »
  • 14h50-15h10 Alain Ruscio :« Marseille et l’Indochine : la circulation des hommes entre la Canebière et la rue Catinat »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h10 – La naissance d’un nouveau modèle historico-culturel : à travers la lecture des auteurs vietnamiens du XXe siècle

  • 16h-16h20 François Guillemot, Institut de l’Asie Orientale : « Écrire l’histoire du Vietnam sous la colonisation : l’avènement d’un nouveau récit national ? »
  • 16h20-16h40 Michel Espagne, ENS : « Un formaliste vietnamien : Tran Ngoc Them »

16h40-17h10 Discussion

Vendredi 17 mai 2019

Le dépôt légal de l’Indochine, les sciences sociales et les études littéraires

9h00-9h30 Accueil

9h30-10h40 – Des sciences sociales à l’histoire littéraire
Présidence : Jean-Marie Compte, directeur du Département Littérature et Art (BnF)

  • 9h30-9h50 Pascal Bourdeaux, École Pratique des Hautes Etudes : « Quelques réflexions sur les écrits religieux à la lecture du dépôt légal de l’Indochine »
  • 9h50-10h10 Nguyen Phuong Ngoc, Université d’Aix – Marseille : « La littérature vietnamienne dans la première moitié du XXe siècle : l’émergence d’un espace littéraire national en quốc ngữ »

10h10-10h40 Discussion

Pause

11h-12h10 – La littérature vietnamienne francophone

  • 11h-11h20 Giang-Huong Nguyen, BnF et associée ITEM : « Le sujet multiculturel dans la littérature vietnamienne francophone du XXesiècle »
  • 11h20-11h40 Henri Copin, Université Permanente de Nantes : « ‘Princesses des Cinq Dragons’ : des auteures contemporaines d’origine vietnamienne écrivent en français »

11h40-12h10 Discussion

Déjeuner

14h30-15h30 – Œuvres publiées et manuscrits de Pham Van Ky
Présidence : Paolo D’Iorio, directeur de l’ITEM (CNRS)

  • 14h30-14h50 Jack Yeager, Louisiana State University :
    « Pham Van Ky et son héritage »
  • 14h50-15h10 Hoai Huong Aubert-Nguyen, Université de Versailles Saint-Quentin
  • « L’Ineffable des Fables – étude de Fleur de Jade de Pham Van Ky »

15h10-15h40 Discussion

Pause

16h-17h – Histoires de rencontres culturelles

  • 16h-16h20 Pham Van Quang, Université des Sciences Humaines et sociales de Hô Chi Minh-Ville : « L’exil comme une autre possibilité d’existence chez Pham Van Ky et Linda Lê »
  • 16h20-16h40 Alain Guillemin, CNRS : « La robe de papier (1978), être francophone dans le Vietnam indépendant : l’expérience de Cung Giu Nguyen »

16h40-17h10 Discussion

17h10-17h30 Conclusion du colloque