Archives par mot-clé : inscriptions

François Lagirarde : L’écriture à la lettre – usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est – Mars 2019

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris à partir du 12 mars 2019.

Ecole Pratique des Hautes Etudes

Conférences de M. François Lagirarde de l’École française d’Extrême-Orient avec la collaboration de MM. Gregory Kourilsky (Chercheur associé, EFEO/The Robert H. N. Ho Family Foundation Program in Buddhist Studies) et Javier Schnake (post-doctorant EPHE)

L’écriture à la lettre : usages épigraphiques et réflexion littéraire en Asie du Sud-Est


Si l’épigraphie de l’Asie du Sud-Est a œuvré à la fondation des sciences historiques et philologiques, de la paléographie et de la linguistique, elle peut également être observée à l’aune du fait
épigraphique lui-même – par exemple pour souligner la relation existant entre le message et sa manifestation matérielle.

À partir de l’étude d’un choix d’inscriptions de l’Asie du Sud-Est, le projet « L’écriture à la lettre » cherche à saisir les usages épigraphiques des royaumes « indianisés » qui dominaient les territoires aujourd’hui répartis entre la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, la Birmanie et le Vietnam. Le séminaire proposera ainsi d’analyser les « faits d’écriture », manifestations formelles (graphies, structures, langues, emprunts, registres), matérielles (supports, techniques, ressources humaines et économiques mobilisées) et symboliques (place dans l’espace social ou architectural, motivations politiques, fonction religieuse). L’examen de cette « conscience de l’écrit » devrait permettre d’éclaircir les conditions de production de ces documents pluriséculaires, de fixer leurs limites sémantiques et d’expliquer les enjeux idéologiques qui les sous-tendent.

Le séminaire fera appel à différents chercheurs qui seront invités à intervenir ponctuellement sur leur aire culturelle ou géographique de spécialisation pour conduire à une approche élargie des cultures de l’écrit dans les royaumes et principautés de Sukhothai, du Lanna, du Laos et des Tai de Birmanie et des Sipsongpanna.

Tous les mardis de 10 h 30 à 12 h 30.

À partir du mardi 12 mars 2019, Grandsalon de la Maison de l’Asie, 22 avenue du Président Wilson, 75116, Paris.

Les personnes souhaitant assister aux conférences peuvent d’ores et déjà se manifester à l’adresse « francois.lagirarde@efeo.net » afin d’être tenues informées de l’actualité du séminaire.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

[ndlr] Annonce d’un nouveau séminaire sur le Cambodge.

Langue, histoire et sources textuelles du Cambodge ancien et moderne

 
Éric Bourdonneau, maître de conférences à l’EFEO
Grégory Mikaelian, chargé de recherches au CNRS
Joseph Thach, maître de conférences à l’INALCO
 
Vendredi de 10 h à 12 h (INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11), du 10 mars 2017 au 16 juin 2017
 
Ce séminaire se propose de mener conjointement l’examen de corpus de natures et d’époques différentes (inscriptions des grandes « maisons » aristocratiques angkoriennes, décrets royaux et inscriptions modernes ou encore recueils de contes) en relevant, dans chacun des cas, les éléments susceptibles d’alimenter une première réflexion sur la pratique de l’écrit (et son inscription plus ou moins profonde dans l’oralité), sur les formes de la mémoire et sur l’élaboration des principes du droit. Ce faisant, il s’agit de s’interroger sur la nature de nos sources (qui ne l’ont pas toujours été en ce sens) en prêtant attention, ici comme ailleurs, à leurs conditions de production, d’usage et de réception.


Le second semestre de l’année 2016-2017 sera consacré au corpus épigraphique en vieux khmer du temple de Banteay Srei. Construit dans le troisième quart du Xe siècle par le guru du souverain Jayavarman V (r. 968-1000/1001), le sanctuaire eut une période d’activité exceptionnellement longue, qui se prolonge sur plus de trois siècles, jusqu’au début du XIVe siècle. De cette longévité témoigne en particulier le petit groupe d’inscriptions du temple. Une telle continuité de la pratique épigraphique en un même lieu, par-delà les générations (les auteurs du XIVe siècle célébrant ceux du Xe siècle) et les grandes périodes définies par l’historiographie (l’âge « classique » du Cambodge ancien et les prémices de l’époque « moyenne » faisant suite), en fait un objet d’étude privilégiée dans le cadre de ce séminaire, entre examen de la langue et histoire culturelle du Cambodge sur le temps long.

Nota bene : cette année le séminaire se déroulera à l’INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 6.11
Image « à la une » : Inscription à Angkor Borei (AD 611)