Archives par mot-clé : injustices

Thi-Hien Tran et Pierric Le Neveu: Vietnam – 40 ans après la victoire contre les Américains – Impressions de voyage

ReportageVietNam2014[ndlr] Voici un reportage à vif de Tran Thi Hien sur son pays natal. Celle qui « a fermé les yeux pendant des années » par affection pour les siens et sa terre offre un tableau saisissant du Viêt-Nam communiste tout en expliquant ce qui a motivé son nouvel engagement pour une évolution politique pacifique. A lire sur Mediapart.

Embarquement à Roissy, ce 21 août 2014, pour un voyage de quatre semaines au Vietnam. Atterrissage à Ho Chi Minh-Ville et correspondance vers Da Nang où nous attendent mes anciens camarades d’études en Pologne pour quelques jours de partage de souvenirs et d’excursions… Puis nous avons continué notre route vers le Nord, parcourant 2 500 kilomètres en train via Hue, Dong Hoi, Thanh Hoa, Ninh Binh, Ha Noi, Ha Giang, Dong Van, Hai Phong, et Ha Long, en profitant de séjours d’un à trois jours à chacune de ces étapes.

Pierric a rédigé fin septembre un compte-rendu de voyage lié à nos actions en faveur des victimes de l’Agent Orange à Thanh Hoa qu’il a publié sur le site du FaAOD — www.faaod.fr — et sur les pages des réseaux sociaux qu’il abonde. Je tenais, de mon côté, à partager un ressenti un peu différent, tant avec mes amis « proches » du Vietnam qu’avec tous ceux qui envisagent d’aller un jour visiter mon pays natal.

Je voudrais leur dire que malgré le bonheur de fouler la terre de mes ancêtres, j’ai souffert de constater un sentiment d’injustice affectant de plus en plus profondément tous ceux que nous avons rencontrés. Je comprends que la politique du pays est subie et souvent sujette à caution, qu’elle ne semble plus être en phase avec les aspirations du peuple, qu’elle reste floue, et que, malgré l’émergence d’une classe moyenne, les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.

Le Vietnam est gouverné par un parti unique. Les médias dépendent de l’État, l’éducation nationale et les programmes scolaires sont définis par le gouvernement ; les représentants de l’état, la police et l’armée, sont omniprésents dans la vie de tous les jours de chaque citoyen qui peut être amené à rendre compte de ses actes à tout moment.

J’ai ressenti, plus particulièrement cette année, un mécontentement généralisé à tous les niveaux de la société. C’est le cas, pour commencer, des anciens combattants qui ont risqué leur vie contre l’armée américaine, qui n’en sont pas toujours revenus indemnes et qui n’oublient pas le sacrifice de leurs camarades, les victimes civiles, la destruction de leur environnement et la perte de leurs maigres biens. Quarante ans après la fin de la guerre, ils ne reconnaissent, ni les visions de l’oncle Ho, ni l’engagement et les promesses du parti qui les a façonnés. Comme s’ils pensaient : « tout ça pour ça »…

Les jeunes voudraient plus de liberté ; les intellectuels (écrivains, avocats, professeurs d’université…) réclament de pouvoir exercer sans contrainte leur métier ; les ouvriers aspirent à davantage de justice sociale face aux patrons qui les exploitent ; les paysans rêvent d’une vie moins pénible et de ne pas courir le risque de se voir confisquer leurs terres pour des grands travaux ou des complexes immobiliers qui ne les concernent pas…

La vie des citoyens vietnamiens est de fait complètement « encadrée » dans une société rongée par la corruption.

Lire la suite sur Mediapart, 24/11/2014.

Article complet en PDF.