Archives par mot-clé : information

Info ou intox ? Aperçu sur les pièges de l’information officielle

[ndlr] Avertissement au lecteur. Des doutes ont été émis quant à l’authenticité des sites gouvernementaux cités dans le billet d’hier. Apparus sur la toile depuis 2011, ces sites diffusent jusqu’à présent des informations officielles. Par précaution car un doute persiste sur l’origine de ces sites, nous avons remplacé l’article d’hier par une réflexion sur cette source d’information.

Ecran_nguyentandung.org

Alors que nous avions mis en ligne hier vendredi 6 décembre un billet intitulé « Quand le site du PM vietnamien fait la promo de Mein Kampf » pour interroger le traitement de l’information sur un site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung [1], deux collègues chercheurs nous ont mis en garde sur l’authenticité des sites d’où provenait l’information [2].

Il existe en effet actuellement de sérieux doutes sur une collection de sites hébergés à l’étranger, apparus sur la toile en 2011, et qui, jusqu’à présent, se sont cantonnés à relayer et à diffuser largement l’information officielle en provenance de la République Socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Il s’agit des principaux sites suivants :

  • Site dédié au Premier ministre Nguyen Tan Dung (23,3 M. de visiteurs au Vietnam) et ses autres déclinaisons .biz ; .net ; .info
  • Site dédié au Secrétaire général du Parti Communiste du Vietnam Nguyen Phu Trong (près d’un million de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Président de la République de la RSVN Truong Tan Sang (1,8 M. de visiteurs au Vietnam)
  • Site dédié au Ministre de la Police populaire Tran Dai Quang (5,7 M. de visiteurs au Vietnam)

Autrement dit, l’action des piliers du régime communiste (État-Parti / Armée / Police) est suivie quotidiennement et soutenue par cette collection qui démultiplie l’information de façon quasi identique d’un site à l’autre. En particulier, l’information relative à la dissidence est souvent menaçante et injurieuse envers les contestataires comme le souligne le blogueur Anh Ba Sàm [3] ou encore envers les organes de presse étrangers en langue vietnamienne comme nous avons pu le constater lors de la parution d’articles sur le général Vo Nguyen Giap [4]. Si l’on en croit le « flagcounter » de chacun des sites, l’auditoire de ces relais du pouvoir est de plusieurs millions de personnes et révèle une portée internationale conséquente. En clair, il s’agit là d’un puissant instrument d’information.

Cette collection est complétée par un site dédié à la thématique de la Mer de Chine méridionale :

Et d’autres personnalités importantes (liste non exhaustive) :

  • Pham Vu Luan (ministre de l’éducation et de la formation)

Le « site-mère » (ou matrice) de cette série est estampillé « nguyentandung.org » du nom du Premier ministre vietnamien qui, malgré une apparence très professionnelle, serait un site illégal ne bénéficiant d’aucune validation du pouvoir actuel, le Premier ministre possédant son site officiel d’information depuis le mois d’août 2007 (voir note 2).

Plusieurs organes de presse, notamment le journal Tuoi Tre et le Quan Doi Nhan Dan, organe de l’Armée populaire, ont signalé dès septembre 2011 la dangerosité potentielle de ces sites [5]. Le journal Tuoi Tre fut le premier, relayé par le journal de l’armée populaire mais depuis les informations relatives à ce vrai ou faux piratage d’envergure sont en réalité assez maigres.

La question qui se pose est complexe. Ces sites, qui apparaissent aujourd’hui comme de véritables leaders d’opinion, sont-ils réellement des plateformes pirates off-shore déconnectées du pouvoir ? Sont-ils tolérés en tant que relais efficaces de la propagande d’État à l’étranger ? Ont-ils été créés par une officine spéciale de propagande du pouvoir dans le but de défendre le régime ? S’ils sont effectivement de « faux » sites sur lesquels le pouvoir n’a pas la main, quels sont les mobiles de leurs auteurs ?

La dangerosité d’une telle opération de propagande a été soulignée par Tuoi Tre. Selon l’avis des experts en cybersécurité les effets d’un tel piratage sont incalculables. Un concepteur professionnel de sites en  propose une analyse :

« les propriétaires de sites veulent susciter l’intérêt, la confiance du lecteur, en premier lieu en étant toujours crédibles, en fournissant rapidement l’information à l’instar des les journaux officiels au Vietnam. Après un certain temps lorsque le niveau de prestige est assuré, alors que la confiance du lecteur est à son plus grand niveau, les propriétaires des sites peuvent mettre en place des informations dont l’impact se révèle non des moindres pour le lecteur. Il suffit de diffuser une seule information fausse sur la politique [du gouvernement] à partir de ces pages pour provoquer des perturbations notables dans la société  » [6].

Certains internautes ont exprimé leur avis. Par exemple Thành Phong estime pour sa part que l’inquiétude suscitée par ces sites pouvant nuire au prestige des dirigeants n’est pas totalement justifiée. En s’appuyant sur son expérience de lecteur assidu effectuant un suivi régulier de ces sites, il relativise la question du « propriétaire masqué » : « je pense qu’il peut s’agir ici de pages d’information véritables des dirigeants. Elles émaneraient d’une organisation ou d’un d’un groupe de confiance hautement qualifié et chargé d’exécuter, de d’apporter les informations des dirigeants au plus près de la population » [7].

Le blogueur Anh Ba Sàm s’interroge sur le professionnalisme de ces sites et leur pérennité malgré les mises en garde du pouvoir. Pour lui, il est étrange que ces sites / blogs soient toujours très actifs, affichant simultanément les nouvelles de manière très professionnelle. Ceci prouverait qu’il existe du personnel, des techniciens dédiés à nourrir ce réseau et suppose un coût relativement important pour la maintenance de ce système. Il fait remarquer que l’accès à ces sites n’a d’ailleurs jamais été bloqué par les autorités du pays, notamment à travers un pare-feu efficace [8].

Il paraît en effet difficilement croyable que la mise en place de ces plateformes soit totalement déconnectée des sphères du pouvoir vietnamien. Si c’était le cas, nous aurions affaire à une affaire de contre-information d’une ampleur jamais égalée dans ce pays. Si cela s’avérait au contraire une affaire judicieusement montée par une officine secrète du pouvoir ou un « groupe d’intérêt » comme le suppose certains blogueurs cela pourrait servir le régime en cas de cyberattaques pour lui permettre de continuer à diffuser son credo. On peut également supposer que cette initiative « illégale » a été envisagée pour contrer la popularité des blogs dissidents et d’information libre les plus en vue. Affaire à suivre.

FG, 07/12/2013.

 

Notes

[1] L’article critiquait la présentation in extenso d’une traduction inédite de Mein Kampf en vietnamien accompagnée d’une iconographie racoleuse sur le site « nguyentandung.org » (mot clé Mein Kampf et thématique Chuyên đề).

[2] L’historien Shawn McHale et l’étudiant Louis Raymond, actuellement en Master ASIOC, nous ont rapidement mis en garde sur l’authenticité de ces sites. Shawn McHale a notamment rappelé que le site officiel du Premier ministre Nguyen Tan Dung est : thutuong.chinhphu.vn (depuis août 2007).

[3] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, Dan Luan, 21/06/2013 (Theo blog Trần Hùng và Anh Ba Sàm)

[4] Voir sur Mémoires d’Indochine : Le vieux général, le député audacieux et la jeune blogueuse.

[5] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011. Repris sur Bao Moi ; information reprise par la BBC le lendemain : Nhiều trang web ‘giả danh’ lãnh đạo, BBC, 12/09/2011. Voir aussi : THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

[6] Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, art. cit.

[7] Thành Phong, Ai là “Chủ nhân giấu mặt” các trang web “giả mạo” lãnh đạo?, 20/08/2012.

[8] Trần Hùng, Ai đã tuồn ảnh cho Website mang danh lãnh đạo?, art. cit.

 

Pour en savoir plus (classement par date de parution) :

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo, Tuoi Tre Online, 11/09/2011.

Tràn lan web mạo danh lãnh đạo Đảng, Nhà nước, VTC News, 12/09/2011.

THIỆN VĂN, Bài 3: Ngăn ngừa hiểm họa từ những trang web giả mạo, QDND, 24/04/2012.

Hoa Tử Huyền – MicronetNews, Phải làm gì với website mạo danh lãnh đạo cấp cao Việt Nam?, 05/10/2011.

Thùy Linh, Website chính thức của Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng, 05/08/2013.

Blogs du Viêt-Nam : La nouvelle guerre de l’opinion publique

Un homme consulte un site d’informations sur son ordinateur dans un café à Hanoi
(Photo : Hoang Dinh Nam. AFP)

On le savait déjà depuis quelques années déjà mais la confirmation est venue des Services de la propagande de la capitale eux-mêmes : l’embauche de contradicteurs politisés sur la toile pour soutenir à coups de répliques brèves le régime communiste vietnamien. Une simple visite sur You Tube démontre que, ces dernières années, la guerre vidéographique pour ou contre le régime s’est fortement développée. Les commentaires injurieux publiés sur ce site de partage de vidéos attestent de cette haine que se livrent les deux camps : l’ancien et le nouveau régime mais plus seulement, il s’agit aussi d’une nouvelle bataille entre partisans de la démocratie et défenseurs programmés de la République socialiste du Viêt-Nam (RSVN).

Cela a bien sûr existé depuis des décennies et la « guerre des mots » est une des clés de fonctionnement des systèmes totalitaires [1]. Le communisme vietnamien s’en est fait une spécialité [2]. La « novlangue » du Parti communiste vietnamien (PCV), propulsée dans la presse officielle, martelée dans les communiqués ou popularisée sous formes de formules choc, est aussi une des clés de son succès. Pendant la guerre du Viêt-Nam, les nombreuses officines de la propagande tournaient à plein régime pour Hanoi dans un contexte de Guerre froide très défavorable au régime de Saigon. Le « front diplomatique » (autrement dit la propagande) avait rempli sa mission avec brio en ralliant le monde occidental aux thèse de « la guerre juste » menée par Hanoi. Il y avait pour les esprits simples les gentils à Hanoi et les méchants à Saigon. Avec la fin de la guerre et la victoire du Nord sur le Sud, le Viêt-Nam socialiste ne parlait plus que d’une seule voix, la voix de la « Vérité » (Su That) comme le rappelaient les éditions du même nom dédiées à la propagande d’Etat.

Avec l’avènement du Doi Moi [Renouveau] en décembre 1986, les voix discordantes des artistes, des écrivains et des intellectuels aux idéaux trahis se sont élevées avant d’être muselées ou réprimées quelques années plus tard face au désarroi du PCV engendré par le délitement des pays frères en Europe de l’Est et le soulèvement étudiant de Tian’anmen. Pour une question de survie, l’Etat-Parti souhaitait ouvrir les vannes de la liberté intellectuelle mais pas trop largement et le moins longtemps possible. Il ne fallait pas aller trop loin dans la critique du régime sous peine de graves poursuites judiciaires au titre de l’article 88 du code pénal (« propagande anti-gouvernementale »). Plus de trente ans après le Doi Moi, les procès à répétition contre les blogueurs et autres avocats de la plèbe démontrent que c’est toujours le cas.

Cependant, la révolution des technologies de l’information et la circulation instantanée des informations ont changé la donne pour les États autoritaires. Au Viêt-Nam, l’arrivée de nombreux blogs politiques sur la Toile marque ce tournant technologique et les « gardiens idéologiques » du PCV doivent s’adapter pour tenter de canaliser les 25 millions d’utilisateurs d’internet (2010) [3]. Le régime affine sa contre-guérilla informative dans un contexte où les rôles se sont inversés. Il fait aujourd’hui figure de vieux père autoritaire face à une jeune blogosphère révolutionnaire, insolente, mais combien utile pour saisir l’évolution interne de ce pays comme le rappelle les auteurs de Vivre avec les Vietnamiens :

Tous ces blogs sont d’un grand intérêt, autant pour les renseignements que l’on y trouve, de première main, tirés d’expériences personnelles librement décrites, que pour la teneur des propos. On y respire comme le parfum de l’ère du temps, le vrai, celui qui vient de la population. Tout n’y est pas forcément exact, ni nuancé, ni même dénué d’arrière-pensées, certes, mais ce sont tout de même des petites caisses de résonance de ce qui se dit parmi les Vietnamiens [4].

On connaissait les méthodes d’espionnage du régime notamment en ce qui concerne la surveillance des messageries électroniques de particuliers influents « mis sur écoute » dans tous les sens du terme mais cette approche répressive ne suffit plus, elle doit être complétée. Pour tenter de désamorcer les vives critiques qui pleuvent sur la toile, un bataillon de près d’un millier de contre-blogueurs formatés a été recruté avec pour mission de faire taire au plus vite les propos négatifs sur les sujets sensibles ou de « guider le public » vers la conformité officielle. Pour cela, il s’agit surtout de répondre aux attaques par des contre-attaques brèves, ciblées et d’organiser la défense du régime. Exemples :

« N’écoutez pas les propos anti-patriotiques des réactionnaires de l’étranger. Ils ont été engagés par l’ancien régime pour répandre la propagande et semer le désordre social », a écrit l’un d’entre eux.

« Si les générations précédentes avaient perdu confiance dans le gouvernement, comme vous aujourd’hui, seriez-vous assis en train de surfer sur Facebook? », s’est interrogé un autre, s’emportant contre une génération « ingrate » [5].

Et les sujets sensibles qui font jaser la blogosphère indépendante sont nombreux. La corruption endémique et les grandes affaires qui affectent l’économie (Vinashin par exemple), l’exploitation de la bauxite sur l’ancienne Piste Ho Chi Minh, les libertés publiques, les droits de l’homme, la réforme juridique, le déclin de l’éducation, la violence sociale, les réquisitions de terre agricoles, les relations sino-vietnamiennes entachées par le conflit latent en Mer orientale (Bien Dong pour les Vietnamiens) : autant de sujets que le Polit-Buro permanent du Parti entend traiter à sa façon sans interférences intérieures (même au sein du Parti) ou extérieures.

Pour ce faire, les services d’Education et de Propagande du PCV se sont donnés pour objectif de rétablir « la vérité » (la leur) en mobilisant leurs cyber-partisans. La presse étrangère et française est revenue dernièrement sur cette nouvelle bataille de l’opinion publique qui mobilise désormais cette armée de l’ombre mise en place par Hanoi pour contrer les blogs d’opposition au régime communiste. Vaste entreprise dont personne ne connaîtra l’issue pas même le régime en place. La méthode employée est la cyber-surveillance et la mise en place d’un réseau de contre-blogueurs comme le rapporta la BBC le 12 janvier dernier :

Le Directeur du Département de la propagande et de l’éducation à Hanoi, M. Ho Quang Loi, a affirmé que les autorités avaient engagé des centaines d’internautes « polémistes » dans la lutte contre « les forces hostiles sur le web ».  Alors que le nombre exact de ces activistes est inconnu, M. Loi révélait que son département gère au moins quatre cents comptes en ligne et vingt microblogs [6].

Autre information intéressante qui ne risque pas d’être bien perçue par le public est le fait que ces méthodes de cyber-surveillance proviennent de Chine [7]. L’application d’un modèle chinois en pleine période de tensions sur la question des îlots de la Mer de Chine méridionale renforce l’image d’un Hanoi soumis au dictat de Beijing dans la conduite de son propre parti communiste, actuellement très soucieux de sa survie. Il y a déjà quelques mois, le Premier ministre Nguyen Tan Dung recommandait fortement au public de ne pas consulter les blogs dont il faisait l’attaque. Il promettait de faire la guerre à trois d’entre eux qui publiaient, à ses yeux, « de fausses informations sur la Toile » :

La décision du chef du gouvernement du Vietnam, le 13 septembre [2012], fait suite à des rapports de l’administration qui affirment, selon le site Thanh Nien, que des sites « publient de fausses informations dans le but de calomnier le gouvernement et de noircir sa réputation ». Thanh Nien mentionne trois sites indépendants accusés de « ruses diaboliques pratiquées par des forces réactionnaires et hostiles » [8].

Les blogs directement visés étaient alors celui des « Citoyens-journalistes » (Dan Lam Bao), celui des « Madarins-journalistes » (Quan Lam Bao) et celui dédié à la cause de la « Mer Orientale » (Bien Dong).  Il s’avère qu’aujourd’hui ces blogs sont toujours en place et la publicité faite par les autorités de la RSVN a démultiplié leur auditoire comme le mentionnait un des trois blogs incriminés :

Sur son site, Dan Lam Bao (littéralement les Citoyens journalistes) a indiqué avoir enregistré un record de 32.000 visiteurs en une heure après la diffusion par la télévision d’Etat des commentaires du Premier ministre [9].

*

La mise en place de ces escadrons politiques au service du régime démontre que le gouvernement de la RSVN a de plus en plus de mal à supporter la contestation intérieure qui l’interpelle sur son propre bilan. Contrôler l’information est une chose mais prétendre désarmer les propos considérés comme « négatifs » sur la Toile en est une autre. Le repli sur soi idéologique paraît d’ores et déjà très compromis car des voix s’élèvent à l’intérieur du PCV qui regrettent l’ère du « parler vrai » sous le Doi Moi. Cet aveu du régime est également le signe d’un certain désarroi face à la montée en puissance d’une critique interne autrefois maîtrisée, aujourd’hui devenue transnationale et le plus souvent incontrôlable. La nouvelle bataille pour la manipulation de l’opinion publique ne fait que commencer.

FG, 20/01/2013.

 

Notes :

[1] Voir l’analyse des narrations qui ont engendré le régime hitlérien par Jean-Pierre Faye, Langages totalitaires, Hermann, 1972 ; réédition augmentée, Paris, Hermann, 200 et Le langage meurtrier, Hermann, 1996.

[2] Le site Viet Studies a mis en ligne un dictionnaire évolutif et collectif intitulé « Dictionnaire de la Langue du Parti communiste vietnamien » pour décrypter le langage actuel du PCV (écrit et oral) : un corpus intéressant pour mener à bien une étude politico-linguistique sur la RSVN.

[3] Philippe Papin et Laurent Passicousset, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 343.

[4] Id., p. 346.

[5] AFP, « Vietnam : les combats en ligne de la cyber-armée du régime », Le Point, 18/01/2013.

[6] Nga Pham, « Vietnam admits deploying bloggers to support government », BBC News, 12/01/2013. Information reprise par l’AFP : art. cit., Le Point, 18/01/2013 ; voir aussi Le Parisien ; Libération ; France 24

[7] AFP, « Vietnam : les combats en ligne de la cyber-armée du régime », Le Point, 18/01/2013.

[8] Jules Etienne, « Vietnam : Le Premier ministre déclare la guerre aux blogs », Asie Info, 13/09/2012.

[9] AFP, « Vietnam: le Premier ministre en guerre contre les blogs », Romandie, 13/09/2012.